Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 1

« Mitsuki… c’est toi, n’est-ce pas ? » demanda Yuuto avec hésitation, fixant intensément le visage de la fille devant lui, une fille qui semblait un peu plus âgée et plus mature que celle de ses souvenirs.

Il savait déjà à quoi devait ressembler le visage actuel de Mitsuki, l’ayant vu lui-même sur les photos qu’elle lui avait envoyées. Cependant, il avait eu une impression complètement différente du visage de la fille en face de lui maintenant par rapport à celle sur ces photos.

Peut-être n’était-elle pas très photogénique. Quoi qu’il en soit, en la voyant en personne pour la première fois en trois ans, elle était bien plus belle que ce que Yuuto avait pu imaginer. Elle était si jolie que c’était comme si elle était une personne différente, même si elle lui semblait toujours familière.

« Oui… c’est moi. C’est Mitsuki. Est-ce… vraiment toi, Yuu-kun ? » De grosses gouttes de larmes avaient perlé dans les coins des yeux de Mitsuki.

Ce visage en pleurs correspondait parfaitement à la Mitsuki des souvenirs de Yuuto. Elle était indubitablement la fille avec laquelle il avait grandi.

« Oui, c’est moi ! C’est Yuuto ! » s’était-il écrié.

« Ah… ! » Mitsuki s’était jetée dans les bras de Yuuto dès qu’il lui avait répondu.

La sensation d’elle collée à lui et sa chaleur qui l’atteignait même à travers leurs vêtements lui avaient fait comprendre que c’était réel, et pas un rêve ou une illusion.

« Tu m’as manqué ! Je voulais te voir depuis si longtemps, Yuu-kun ! » avait-elle sangloté.

« Moi aussi ! Moi aussi… » Yuuto s’interrompit. Ils étaient tous les deux tellement submergés par l’émotion qu’ils ne pouvaient plus rien dire.

Depuis que Yuuto avait été transporté dans le monde d’Yggdrasil, pas un jour ne s’était écoulé sans qu’il ne pense à Mitsuki.

Il avait attendu tellement, tellement longtemps le jour où il pourrait enfin être réuni avec elle.

 

 

Les souvenirs de ces jours solitaires et douloureux se précipitaient dans son esprit comme un torrent, et les sentiments semblaient tous le frapper en même temps.

Il voulait la sentir encore plus. Enroulant ses bras autour de son dos, il serra Mitsuki contre lui dans une étreinte serrée et désespérée. En réponse, semble-t-il, il avait senti les mains de Mitsuki contre sa poitrine serrer sa chemise avec plus de force.

Ils passèrent un moment en silence comme ça, se prélassant dans le sentiment de confirmer l’existence de l’autre. Finalement, Mitsuki prit la parole.

« Puisque tu as pu revenir, cela signifie-t-il que tu as trouvé quelqu’un capable de lancer le sort de Fimbulvetr ? »

« Ouais, je… Je suis vraiment rentré chez moi, hein ? »

Ce n’est qu’à ce moment que Yuuto commença à digérer pleinement le fait qu’il était retourné dans le monde dont il était originaire. Il avait été tellement bouleversé par les retrouvailles avec son amie d’enfance qu’il n’avait pas eu le temps de penser à autre chose.

« Était-ce ton idée d’une surprise ? » Mitsuki demanda. « C’est horrible. Tu aurais pu simplement me le dire. Tu m’as dit que tu partais à la guerre, donc j’étais inquiète tout ce temps… »

« Ah ! C’est vrai ! Le combat n’était pas terminé ! » Yuuto avait sursauté et avait écarquillé les yeux.

Son cerveau avait été plongé dans la confusion par la tournure soudaine des événements, mais maintenant il passait à la vitesse supérieure, et ses souvenirs de juste avant son retour lui revenaient en mémoire.

Il avait réussi à repousser les armées alliées du Clan de la Panthère et du Clan de la Foudre, mais Sigyn, du Clan de la Panthère, connue sous le nom de « Sorcière de Miðgarðr », lui avait lancé le sort Fimbulvetr à distance. Ce puissant sort, connu sous le nom de seiðr (« art secret »), avait provoqué la rupture de la force surnaturelle qui le retenait dans le monde d’Yggdrasil.

Instantanément, le monde autour de lui avait vacillé et s’était écroulé, et puis soudain Mitsuki était juste en face de lui.

Il ne pensait pas du tout qu’il était possible que Sigyn, son ennemie, lui lance Fimbulvetr et le renvoie chez lui pour son propre bien. De toute évidence, ce qu’elle avait fait était pour le bien du Clan de la Panthère.

Et son objectif était clair comme le jour.

Il était le commandant en chef de son armée, et il avait soudainement disparu au milieu d’une guerre. Les troupes du Clan du Loup allaient probablement être désorganisées. Et puisque Sigyn en était la cause, le Clan de la Panthère était naturellement au courant. En ce moment, l’armée du Clan du Loup était en danger, peut-être même en danger de destruction totale.

« Mitsuki ! J’ai besoin de ton téléphone ! » s’exclama Yuuto.

« Euh, o-okay. »

Mitsuki avait semblé déduire la gravité de la situation du ton désespéré de Yuuto. Elle s’était précipitamment séparée de lui et avait pris son smartphone là où il avait été mis à charger à côté de son oreiller, et l’avait tendu à Yuuto.

« Merci ! »

Yuuto le lui avait pris et avait ouvert son carnet d’adresses, en tapant sur l’entrée qui disait « Yuu-kun. »

Au moment où il avait été renvoyé chez lui, Yuuto avait remis son propre smartphone à Félicia. Il essayait de contacter ce téléphone maintenant.

Une voix de femme monotone et robotique s’était fait entendre par le haut-parleur. « L’appel n’a pas pu être effectué tel qu’il a été composé. Le téléphone du destinataire peut se trouver dans une zone sans réception ou être éteint. »

« Tch, zut, alors ça ne marchera pas finalement, hein ? » En faisant claquer sa langue en signe d’irritation, Yuuto avait abaissé le smartphone et avait appuyé sur le bouton « Fin d’appel ».

Pour que les appels puissent se connecter entre ce monde et Yggdrasil, le téléphone de ce côté-là devait se trouver dans la ville du Clan du Loup d’Iárnviðr, près du miroir divin logé dans la tour sacrée de la ville, Hliðskjálf.

En ce moment, Félicia et les autres se trouvaient à l’extrémité ouest du territoire du Clan du Loup, près du Fort de Gashina.

Yuuto savait que cela signifiait que l’appel ne pourrait probablement pas aboutir, bien sûr. Pourtant, il ne pouvait pas rester là et ne pas essayer.

« Tout le monde, soyez prudent…, » la main de Yuuto enserrait fermement le smartphone de Mitsuki, tout comme les sentiments de malaise qui s’emparaient fermement de son cœur. Il ne pouvait pas se défaire des horribles possibilités qu’il imaginait.

« Y-Yuu-kun, vas-tu bien ? Tu transpires comme un fou, » déclara Mitsuki.

« Oui, je… Je vais bien, mais… »

« Je n’ai probablement pas à le deviner, mais cela signifie-t-il que tu es revenu au moment où les choses allaient vraiment mal là-bas ? »

Yuuto n’avait rien dit, mais il avait hoché la tête une fois.

Il était heureux d’avoir enfin pu rentrer chez lui. Il attendait avec impatience le jour où il pourrait retourner dans le monde moderne depuis ce qui lui semblait être une éternité.

Cependant, c’était littéralement le pire moment possible pour le faire. Yuuto s’était retrouvé en proie à des sentiments contradictoires, ce qui fit qu’il était incapable de se laisser aller à la joie.

« Je vois, » pensa Mitsuki. « Mais quand même… »

Elle avait pris une petite inspiration, puis elle s’était approchée de Yuuto et avait posé une main sur sa joue, en souriant.

« Bienvenue à la maison, Yuu-kun. Être capable de te revoir comme ça, de te toucher comme ça… Je suis tellement, tellement heureuse. »

« Oui… Je suis rentré, Mitsuki. »

Alors qu’il échangeait ces simples mots, Yuuto avait senti quelque chose d’incroyablement chaud monter en lui.

La chaleur du corps de Mitsuki contre lui, son doux parfum qui chatouillait son nez, tout en elle était si familier, si confortable.

« Laisse-moi mieux voir ton visage. » Mitsuki s’était penchée très près, regardant son visage à travers des yeux larmoyants.

Yuuto sentit comme un frisson lui parcourir le dos, et les battements de son cœur s’accélérèrent au point de lui faire mal.

C’était de la triche. La créature connue sous le nom d’homme est, par nature, vulnérable aux larmes d’une femme. C’était doublement vrai pour une femme dont l’homme est tombé amoureux.

« Mm-hm, tu as l’air plus viril et mature, mais l’ancien toi est toujours là. Mais comparé à tes photos, tu as l’air beaucoup plus cool… Quoi !? » Soudain, Mitsuki s’était interrompue avec un cri de surprise.

Yuuto avait rapproché son visage du sien.

Pendant trois ans, il avait pensé à elle, et maintenant elle était juste à côté de lui. Il n’y avait plus rien qui pouvait physiquement s’interposer entre eux. En un mot, il était à la limite de sa capacité à se retenir.

Naturellement, si Mitsuki donnait le moindre signe qu’elle était mal à l’aise, il avait l’intention de s’arrêter. Mais bien qu’il puisse sentir le corps de Mitsuki se tendre contre lui, elle n’avait pas détourné le visage et avait doucement fermé les yeux.

« Yuu… kun… » Sa voix était un doux murmure, mais étouffé par l’émotion, elle avait prononcé son nom.

Le dernier fil de retenue qui retenait Yuuto s’était effiloché. « Mitsuki… »

Yuuto ferma les yeux et amena lentement son visage vers le sien.

Bam bam bam !

« Mitsuki ! J’ai entendu ce qui ressemblait à la voix d’un garçon venant de là-dedans ! Ouvre cette porte ! »

La frappe soudaine et forte à la porte de la chambre, suivie des cris de panique et de colère d’un homme à la voix grave, avait suffi pour qu’ils s’écartent d’un bond l’un de l’autre.

 

Le salon de la maison de Mitsuki était exactement comme Yuuto s’en souvenait la dernière fois qu’il était venu ici, il y a presque trois ans.

Il y avait l’armoire pour les assiettes et une table à manger rectangulaire, toutes deux en bois à la texture brillante, et quatre chaises qui se tenait autour de la table. Sur la gauche se trouvait une grande télévision LCD de 50 pouces.

Yuuto était venu ici de nombreuses fois au fil des ans, et lorsque sa mère était absente pour faire des courses ou travailler, il s’asseyait à cette table et mangeait la cuisine maison de la mère de Mitsuki.

Tout lui était si familier, et une fois de plus, il réalisa qu’il était de retour dans le Japon moderne.

Yuuto fut tiré de son sentiment par une voix aiguë.

« Tu es vraiment Yuuto-kun, n’est-ce pas ? » De l’autre côté de la table, un homme d’âge moyen, trapu, mais bien bâti, portant des lunettes, le regardait durement, les bras croisés.

C’était Shigeru Shimoya, le père de Mitsuki.

Shigeru avait le genre de travail qui le gardait au bureau toute la journée, donc Yuuto n’avait pas eu la chance de faire connaissance avec lui, mais selon Mitsuki, c’était un père gentil, doux, toujours souriant.

Pour l’instant, il fixait Yuuto avec le visage d’un dieu en colère.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci, on n'a pas ces détails dans la version animé 😜

Laisser un commentaire