Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 6

***

Acte 6

***

Acte 6

Partie 1

De son point de vue, un homme regarda dédaigneusement les forces du Clan de la Foudre alors qu’elles s’échappaient de l’attaque en tenaille et commençaient à quitter le champ de bataille. Il hurla d’un rire rauque.

« Tu t’es vanté avec tant d’assurance à Narfi de l’avoir vaincu en premier, et pourtant il semble qu’à la fin tu n’as pas réussi à le faire, hein ? Mon “frère” roux. Keh heh heh heh ! HAHAHAHAHAHAHA ! »

En un mot, il était troublant à regarder.

La partie supérieure de son visage était recouverte d’un masque noir de jais, à l’exception de ses yeux perçants, d’où semblait jaillir une sinistre aura de folie.

Le reste de son corps était tout à fait différent : son visage inférieur était bien défini et joli, et il était grand, mince et fin, avec des cheveux fins et dorés. Cette apparence noble n’avait fait qu’accentuer le sentiment d’étrangeté déformée qui l’habitait.

Cet homme était Hveðrungr, patriarche du Clan de la Panthère.

« Je savais qu’il y aurait un piège, » dit Hveðrungr. « Ce n’était pas loin. »

À l’origine, le plan de Hveðrungr était de faire percer les défenses du « mur de chariots » du Clan du Loup par Steinþórr, et à ce moment-là d’amener également ses forces sur la scène. Ils combineraient la force des deux armées et se concentreraient sur le front, se dirigeant vers l’avant pour éliminer l’ennemi d’un seul coup d’épée.

Mais pendant qu’il faisait ces plans, une pensée soudaine lui était venue à l’esprit.

Hveðrungr était absolument certain que Steinþórr pouvait percer le mur de chariots. Yuuto, qui s’était déjà battu contre le monstrueux Einherjar, n’anticiperait-il pas la même chose et ne formulerait-il pas une stratégie en réponse ?

Cette prédiction s’était réalisée.

Si le Clan de la Panthère avait suivi le scénario et avait chargé juste après le Clan de la Foudre, ils se seraient également trouvés attirés par la formation ennemie. Écrasé entre les mâchoires du loup, pour ainsi dire.

Mais comme ils ne l’avaient pas fait…

« Maintenant, je t’ai fait utiliser ta technique signature, Yuuto. Keh heh heh heh heh hehe... » Le rire de Hveðrungr refusa de se calmer, et il porta une main à sa bouche.

Au cours des mois d’hiver, il avait utilisé certaines des relations personnelles qu’il avait nouées à l’époque où il était le commandant en second du Clan du Loup, et il avait étudié en profondeur les données de chaque bataille que le Clan du Loup avait menée au cours des deux dernières années.

C’est ainsi qu’il avait appris leur stratégie « le Marteau et l’Enclume », où les unités qui attaquent par le front attiraient l’attention de l’ennemi, et une autre force très mobile les attaquait rapidement par le flanc ou l’arrière.

Le Clan du Loup ne s’attendrait certainement pas à ce que la même stratégie soit utilisée contre eux. Non seulement cela les prendrait par surprise, mais c’était aussi une excellente stratégie parce qu’elle s’accordait très bien avec la composition et le tempérament des armées respectives du Clan de la Panthère et du Clan de la Foudre.

Ainsi, le plan ayant été décidé, Hveðrungr avait fait tous les efforts possibles pour augmenter ses chances de succès.

Il avait déjà eu vent du fait que les filles du patriarche du Clan de la Griffe Botvid, ce vieux renard rusé qui avait si souvent tourmenté le Clan du Loup dans le passé, étaient tombées avec Yuuto. Il avait donc pris grand soin de préserver le secret de l’opération.

En dissimulant à fond la relation entre Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre, et en simulant des escarmouches pour feindre un intérêt continu envers la ville de Myrkviðr, il avait détourné une partie de l’attention du Clan du Loup dans cette direction.

Quant au déplacement de son armée principale, il les avait envoyés dans la région de Vanaheimr par petits groupes au fil du temps, les déguisant en caravanes marchandes ou les transportant par bateau pour que l’ennemi ne les découvre pas.

Une fois à Vanaheimr, il les avait délibérément fait passer par des pistes à animaux, des routes dangereuses et éloignées des routes principales, afin d’éviter les yeux des espions.

En fait, tout cela n’avait été fait que pour cet instant.

En ce moment, le flanc faiblement défendu de l’armée du Clan du Loup était exposé juste devant le Clan de la Panthère. Les défenses murales des chariots avaient été mises en place sur les lignes de front du Clan du Loup, concentrées sur l’avant.

De plus, le Clan du Loup venait de terminer une bataille acharnée contre le Clan de la Foudre, et il devrait être en train de se remettre de cette tension.

Il avait passé des années à travailler pour se venger de son humiliation, et maintenant les conditions ne pouvaient pas être plus idéales.

Hveðrungr déplaça son bras vers l’extérieur, faisant en sorte que son manteau attrape l’air de façon dramatique, et d’une voix forte, donna son ordre. « Tout le monde ! Le temps est venu de venger la honte que nous avons subie ! Tuer, tuer et tuer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien ! À toutes les troupes… chargez !! »

 

☆☆☆

« Une autre attaque ennemie !? D’où viennent-ils ? » David grimaça en regardant la légion de cavaliers armés qui s’était soudainement manifestée.

Selon toute apparence, ils devaient être du Clan de la Panthère.

Ils étaient l’ennemi que le Clan du Loup avait combattu pour la dernière fois sur des terres loin au nord, à Náströnd, au nord de la rivière Örmt.

C’était un ennemi qui ne devrait pas être ici et maintenant.

« Qu’est-ce qui se passe ici !? » cria David.

David était loin d’être incompétent en tant qu’officier, c’était un homme d’un talent exceptionnel, ayant été promu assistant du second de la famille Jörgen à l’âge relativement jeune de vingt-huit ans.

Il était déjà décidé qu’il échangerait un jour le Serment du Calice directement avec le Patriarche Yuuto, de sorte que le clan avait aussi de grands espoirs pour sa future carrière.

Mais cet homme compétent était maintenant en proie à une extrême confusion.

L’unité David était, jusqu’à il y a un instant, occupée à attaquer les forces du Clan de la Foudre qui se frayaient un chemin jusqu’au centre de la formation du Clan du Loup.

Cette nouvelle attaque ennemie les avait pris complètement par-derrière.

« On doit faire demi-tour ! » David s’empressa de crier. « À toutes les troupes ! Inversez le cap ! »

Malgré l’ordre rapide, sa formation avait réagi par des mouvements aussi lents que de la mélasse.

L’unité David était un régiment d’infanterie de 500 hommes. À cette taille, il n’était même pas facile de tourner la formation dans l’autre sens.

Plus que tout, ses soldats étaient confus.

Ils venaient de « gagner », et avaient imprudemment choisi de s’arrêter pour un moment de repos.

Comme pour le fait de rattacher une corde complètement tendue qui s’était rompue, il n’était pas facile de rétablir la tension et la concentration au combat une fois qu’elle avait été relâchée.

Alors qu’ils luttaient pour se reprendre en main, le Clan de la Panthère réduisit la distance et commença son attaque.

 

☆☆☆

« Prends ça, et ça, et ça, et ça ! » Váli avait tiré flèche après flèche dans la succession continue même s’il se tenait sur un cheval.

Il n’était peut-être pas impressionnant comparé à un monstre comme Steinþórr, mais il était quand même un maître de l’arc et le plus grand archer à cheval du Clan de la Panthère.

Chacune de ses flèches avait précisément frappé leur cible, juste entre les yeux des soldats du Clan du Loup.

Il n’avait reçu aucune contre-attaque. Les soldats du Clan du Loup continuaient tout simplement à paniquer alors qu’ils subissaient ses attaques.

« Haha ! Lent comme des limaces ! » Váli jubilait.

Lors de la dernière guerre, le Clan du Loup et ses trois coups de volée d’arbalètes avaient réussi à repousser l’élite des cavaliers sous le commandement de Váli. Ce groupe de soldats paniquait tellement qu’ils ne ressemblaient même pas à la même armée pour lui.

« Eh bien, ça marche très bien pour moi. Je vais leur demander de me rembourser pour ce qui est arrivé à mes hommes avant ! » Váli haussa la voix et cria à ses cavaliers. « Très bien, bande de salauds, attrapez-les ! »

Les soldats du Clan de la Panthère avaient répondu en rugissant à l’unisson. « Yeaaaaaaaahhhhh !! »

Mettant de côté leurs arcs, ils préparèrent des lances et plongèrent directement dans les rangs du Clan du Loup.

L’un d’eux profita de l’élan de la charge de son cheval pour passer sa lance à travers un soldat du Clan du Loup après l’autre telle une brochette. Un autre déchaîna une frappe horizontale rapide comme l’éclair avec le fer de lance qui déchira le cou de son ennemi. Un autre encore utilisait son cheval directement comme une arme, fonçant sur les soldats et les envoyant voler.

Face à cet assaut rapide et furieux, la formation du Clan du Loup n’offrait que peu de résistance réelle, et ils commencèrent à tomber comme des mouches.

C’était unilatéral, complètement et véritablement unilatéral.

Le chaos et la confusion n’avaient fait qu’accroître la panique, rongeant le cœur des soldats restants. Et, à la fin…

« Aaaaauughh ! Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir ! »

« Je n’en peux plus ! Je n’en peux plus !! »

Quelques soldats avaient jeté leurs armes et avaient essayé de fuir pour sauver leur vie.

La vue d’une personne fuyant avait servi de catalyseur, se propageant de soldat en soldat.

En quelques instants, cela avait balayé toute l’unité et maintenant, il y avait un véritable flux de soldats qui tentaient de fuir.

« Merde, ne courez pas ! » cria leur général. « Battez-vous ! Pourquoi ne vous battez-vous pas, bande d’idiots ? »

Mais à ce stade, même si leur commandant aboyait sur eux, ça ne servirait à rien. Ses ordres n’allaient pas influencer les combattants qui étaient tombés dans un état de peur et de confusion si frénétique. Ils avaient simplement continué à courir, essayant de trouver un moyen d’échapper à la bataille.

« Hmph, ça doit être le chef de ce groupe. » Repérant sa cible avec ses yeux aiguisés, Váli sourit cruellement et se lécha les lèvres. Il donna un coup de pied à son cheval et diminua rapidement la distance.

« Quoi !?? » Le général ennemi s’écria de surprise en remarquant l’approche de Váli, mais il était déjà trop tard.

« À bientôt ! » La lance de Váli traversa la poitrine de l’homme.

***

Partie 2

« Monsieur, le Seigneur David a été tué au combat ! » cria un messager.

« L’ennemi s’enfonce plus profondément dans la formation ! » un autre s’était joint à nous.

« Monsieur, un message de l’unité Alrekr ! Demande urgente de renforts ! »

Les uns après les autres, les messagers des unités sur le terrain étaient arrivés pour apporter les rapports à Yuuto, tous mauvais.

« Argh ! À ce rythme-là… » Yuuto avait grincé des dents.

La situation ne faisait que s’aggraver. Yuuto avait été vaincu par un sentiment d’appréhension terrible. Une armée sur le terrain était-elle vraiment si fragile qu’une fois qu’elle commençait à s’effondrer par endroits, elle pouvait s’effondrer si facilement dans une réaction en chaîne ?

Il serra les dents encore plus fort. Cette expérience avait été une première pour lui.

« Si seulement Skáviðr était ici, alors… » Dans un moment de faiblesse, ces mots tombèrent des lèvres de Yuuto.

L’homme qui avait déjà porté le titre de Mánagarmr, le vétéran expérimenté qui avait toujours été si calme, aurait certainement pu lui donner des conseils précis, même dans cette situation désespérée.

Ou peut-être Skáviðr aurait-il pu se rendre lui-même sur le front, ce qui aurait permis à Yuuto d’avoir un peu plus de temps pour trouver lui-même une solution.

Mais il n’était pas là en ce moment.

Skáviðr était loin, chargé de surveiller la ville de Myrkviðr.

Même en se déplaçant à toute allure sur des chevaux rapides, il faudrait trois jours pour arriver ici.

« Grand Frère, nous devrions nous retirer, » dit Félicia. « L’issue de la guerre est influencée par le timing et la fortune. Même pour quelqu’un d’aussi grand que toi, toutes les batailles ne peuvent pas se terminer par une victoire. Retirons nos forces de cet endroit afin de les reconstruire. »

« Ngh ! » Yuuto grimaça douloureusement aux paroles de Félicia, et se mordit la lèvre inférieure.

Dans sa tête, il le savait déjà. Mais il était encore difficile d’entendre cette réalité douloureuse à travers les mots de quelqu’un d’autre.

« Est-ce vraiment tout ce qu’on peut faire ? » murmura Yuuto, comme s’il luttait pour faire sortir les mots.

Son esprit rationnel lui cria qu’il devait commencer la retraite.

Mais en ce moment, c’était un sentiment de danger différent et plus absurde qui l’emportait sur son cœur.

Ce serait complètement différent de la fausse retraite qu’il avait utilisée pour appâter le Clan de la Foudre. Ils s’enfuiraient dans la défaite.

L’ennemi ne manquera pas de les poursuivre et de continuer à attaquer pendant qu’ils s’enfuyaient.

Dans ces conditions, les forces du Clan du Loup subiraient d’énormes pertes, contrairement à tout ce qu’elles avaient subi jusqu’à présent.

De même, le désastre tomberait sur les habitants de ce territoire.

Les hommes seraient tous tués, les femmes violées et les enfants vendus comme esclaves. Même pour ceux qui avaient réussi à échapper à un tel sort, avec toutes les réserves alimentaires de la région pillée ou détruite, seule la mort par la faim les attendait.

Sun Tzu et Machiavelli avaient tous deux argumenté la même chose dans leurs œuvres : quand la situation l’exige, il faut être logique, voire froid et impitoyable.

Il fallait rapidement se désintéresser de ce qui est désespéré, afin de pouvoir encore protéger ce qui ne l’était pas. C’était la chose la plus sage à faire, et Yuuto l’avait compris.

Mais même ainsi, il n’avait tout simplement pas pu se résoudre à choisir cette option.

Il ne pouvait pas se permettre d’être si cruel.

Malheureusement, peu importe ce que son cœur permettait, la réalité désespérée sur le terrain n’avait pas changé.

Qu’était-il censé faire ?

Comment pouvait-il sortir de cette crise et renverser la situation ?

Ne puis-je rien faire ? Il doit bien y avoir quelque chose !

Yuuto s’était senti amer de ressentiment à l’égard de son propre manque de pouvoir. Dans un moment comme celui-ci, si seulement il avait eu la force écrasante de Steinþórr au combat, il aurait pu sauver tout le monde.

« … Oh ! » Soudain, l’inspiration lui traversa l’esprit comme une révélation venue d’en haut.

C’était une idée terriblement dangereuse.

Cependant, il avait l’impression que la seule chose qu’il lui restait à essayer.

☆☆☆

La ligne de front du Clan du Loup était comme une scène hors de l’enfer, remplie de soldats fous et hurlants.

« Waaaaughhhh !! »

« Eeeek ! »

« D-Dieu, s’il vous plaît… ! »

« Mère ! »

Ils n’étaient plus de fiers combattants du Clan du Loup, ils avaient été réduits à un troupeau de moutons pitoyables, incapables de faire autre chose que pleurer de terreur devant les cavaliers du Clan de la Panthère qui débarquaient et les traquaient.

La peur contrôlait complètement leur cœur. Même l’idée de riposter leur avait échappé depuis longtemps. Chacun d’entre eux avait été consumé par la peur seulement parce qu’il ne voulait pas mourir, luttant pour trouver un moyen de s’échapper et survivre à ce cauchemar.

Ce n’était alors plus qu’une question de temps avant que toute l’armée du Clan du Loup n’emboîte le pas.

C’est là que c’était arrivé.

Le bruit fort et perçant des gongs de guerre en bronze résonna à travers le champ de bataille.

Allié et ennemi se tournèrent de manière réfléchie pour regarder dans la direction du son.

Ils virent alors une foule de combattants du Clan du Loup se diriger dans leur direction, d’innombrables bannières de clans flottant dans les airs.

Ils virent alors le char à la tête de la masse des troupes, ouvrant la voie.

Ils virent le jeune homme tout habillé de noir au sommet !

« Guerriers du Clan du Loup, ne chancelez pas ! » hurla le jeune homme à pleins poumons.

Bien qu’il soit au milieu d’un champ de bataille, sa voix avait atteint les oreilles et le cœur des soldats.

Yuuto avait certainement eu la chance d’avoir lui-même une voix qui portait bien, mais il y avait un facteur plus important en jeu : dès qu’ils virent la figure de leur commandant en chef invaincu, les soldats du Clan du Loup retrouvèrent un peu de leur sang-froid et se calmèrent, ce qui avait permis à sa voix de les atteindre encore mieux.

Yuuto jeta la main et continua à crier. « N’abandonnez pas ! Attrapez vos lances et reprenez votre formation ! Verrouillez les chariots ensemble ! Nous n’avons pas encore perdu ! » cria-t-il de toutes ses forces.

C’était la solution que Yuuto avait trouvée, le seul acte qui pourrait sauver son armée de la mort.

On pourrait dire que c’est imprudent, et c’est peut-être vrai.

Mais c’était aussi la seule chose qu’il pouvait faire pour raviver l’esprit des soldats qui, face à une défaite certaine, avaient perdu toute volonté de se défendre.

Il suffisait de se demander pourquoi les combattants du Clan de la Foudre avaient toujours maintenu un moral aussi anormalement élevé.

La force individuelle de Steinþórr avait joué un rôle, certes, mais c’est parce que leur commandant suprême avait toujours combattu avec eux, menant sur les lignes de front.

L’ancien conquérant de la période Sengoku au Japon, Oda Nobunaga, avait placé d’incroyables généraux comme Shibata Katsuie et Mori Yoshinari à la tête de son armée, mais on disait qu’il avait lui-même quitté sa formation de commandement à l’arrière jusqu’aux lignes de front pour les encourager et lutter à leurs côtés, renforçant leur moral.

Un autre général de Nobunaga, Maeda Toshiie, avait pris le contrôle du domaine féodal le plus grand et le plus prospère du Japon après la fin des guerres de la période Sengoku, et même dans ses dernières années, il s’était rappelé combien il était inspiré personnellement en voyant son chef combattre de près :

« Si le commandant ne fait qu’attendre la fin de bataille dans son camp, une fois la première et la deuxième ligne franchie, l’ennemi se rapprochera sûrement de plus en plus de lui, et il affrontera des défaites auxquelles il ne s’attendait pas. »

Il y avait aussi Alexandre le Grand, qui, même après avoir établi son grand empire, s’était rendu sur les lignes de front en temps de guerre pour encourager ses troupes, souffrant même parfois de blessures pour cette raison.

Pourquoi les soldats seraient-ils tentés de suivre quelqu’un qui se tient en sécurité et qui ne fait que donner des ordres ?

En effet, ils ne le feraient pas. Ils ne seraient inspirés que de suivre quelqu’un qui agissait et les guidait personnellement, sans égard pour le danger.

Il y eut le bruit d’une flèche qui frôla la joue de Yuuto.

Mais il n’avait pas hésité. Il se frappa la poitrine d’un poing et fit rugir le cœur d’un lion à pleins poumons.

« Que tout le monde me fasse confiance ! »

« Yeaaaaaaaahhhhhhhhh !! » Les soldats du Clan du Loup se mirent à hurler en chœur.

Dans leurs yeux, la lumière avait été ravivée, et la flamme de la bataille brûlait à nouveau dans leur cœur.

 

 

« Muahahaha ! Oui, à l’attaque ! Attaquez, attaquez avec tout ce que vous avez ! » Hveðrungr était de bonne humeur, et il riait et criait à ses hommes, les pressant de continuer.

La légion de cavaliers balaya le champ de bataille avec un élan incroyable comme la force des vagues qui déferlaient, éparpillant les soldats de leurs formations, les faisant tomber à terre et les piétinant sous leurs sabots.

En tuant l’ennemi, les combattants du Clan de la Panthère avaient réveillé leur nature bestiale, se jetant sur les soldats du Clan du Loup avec toujours plus de férocité. Ils avaient été propulsés vers l’avant comme s’ils chevauchaient la crête d’une grande vague.

En revanche, face à ces assauts intenses, les forces du Clan du Loup semblaient manquer même de la force nécessaire pour riposter ou lancer une contre-attaque.

Mais c’est alors qu’un groupe inattendu de bannières du Clan du Loup attira l’attention de Hveðrungr. « Hm ? C’est… »

C’était la bannière que Hveðrungr avait un jour aspiré à faire sienne, à l’époque où il était l’homme connu sous le nom de Loptr.

C’était la bannière qui signalait maintenant l’homme qu’il voulait le plus piétiner et tuer de ses propres mains.

« C’est la formation principale du Clan du Loup, celle qui abrite le commandant ! » cria-t-il rapidement à ses troupes. « Tout le monde, visez la formation principale maintenant ! Cependant, ne tuez pas ce morveux de vos propres mains. Quiconque le capturera et le ramènera vivant devant moi, je leur accorderai tout ce qu’ils désirent comme récompense ! »

« Ouaishhhhhhh !! » L’ordre de Hveðrungr avait envoyé une vague d’excitation à travers ses troupes, et ils avaient crié sauvagement comme un seul homme.

Hveðrungr n’était en aucun cas un homme avare.

Tout au long de son règne jusqu’à présent, il avait toujours récompensé ses subordonnés de façon somptueuse pour leur performance. Pour lui, la vengeance contre Yuuto était tout ce qui comptait, et l’accumulation de richesses était loin d’avoir de l’importance.

Ainsi, les membres du Clan de la Panthère savaient tous que leur patriarche était un homme au tempérament effrayant, mais aussi incroyablement généreux. S’il disait qu’il leur accorderait tout ce qu’ils voulaient, cela signifiait qu’ils pouvaient s’attendre à ce qu’il fasse plus que tenir sa parole.

Brusquement inondés d’une motivation nouvelle et plus grande, les cavaliers du Clan de la Panthère avaient surgi comme une seule personne, comme une avalanche, vers la formation principale du Clan du Loup.

Enfin, la victoire de Hveðrungr était à portée de vue.

Il regarda, se léchant les lèvres, attendant que sa cavalerie d’élite se fraye un chemin à travers la formation du Clan du Loup et ramène leur petit commandant haineux aux cheveux noirs.

… Il continua d’attendre.

« Imbéciles, qu’est-ce que vous attendez !? » Hveðrungr s’en était pris à eux avec frustration, car pas un seul rapport de succès ne lui était revenu.

D’après ce qu’il voyait, les lignes de protection de l’infanterie entourant le commandant étaient serrées les unes contre les autres, leurs lances sorties, se battant désespérément et réussissant à peine à retenir la masse de cavaliers armés qui s’approchaient d’eux.

C’était impressionnant, peut-être fallait-il s’attendre à ça des hommes chargés d’assurer la formation principale et de protéger leur patriarche. Le patriarche avait sûrement concentré ses soldats d’élite dans sa formation.

Toutefois, leurs efforts ne pouvaient être que temporaires.

Avec seulement ce nombre de soldats, ils ne pourraient jamais espérer résister indéfiniment à l’assaut féroce du Clan de la Panthère.

Du moins, c’était l’hypothèse qu’avait faite Hveðrungr, mais loin de se frayer un chemin, ses hommes furent repoussés de force et son visage se tordit de rage.

« Comment !?? Pourquoi est-ce qu’ils perdent ? » hurla-t-il.

C’était clairement étrange.

***

Partie 3

En termes d’habileté martiale, les combattants du Clan de la Panthère étaient nettement supérieurs. Ses forces avaient l’avantage écrasant d’être en mesure d’attaquer par les côtés.

Malgré cela, c’était le résultat.

Les lignes du Clan du Loup bougeaient légèrement. En petites quantités, mais solidement et régulièrement, ils commençaient à se redresser.

Hveðrungr était confus. « Comment est-ce possible ? Quelle est leur force bizarre ? »

L’air derrière les soldats du Clan du Loup semblait vaciller, comme une brume de chaleur ou un mirage.

Même de loin, il pouvait voir qu’ils portaient des visages de détermination.

Leurs mâchoires, leurs yeux féroces, ils se jetèrent sur les combattants du Clan de la Panthère devant eux avec passion et frénésie, se criant les uns aux autres comme les autres l’avaient fait.

« C’est exactement ce que dit le Seigneur Yuuto ! On n’a pas encore perdu ! »

« C’est ça ! Tant que le Seigneur Yuuto sera là, le Clan du Loup ne perdra pas ! »

« Protégez le Seigneur Yuuto à tout prix ! Le Seigneur Yuuto est l’espoir du Clan du Loup ! »

« Tenez vos armes fermement ! Ne laissez pas l’ennemi s’approcher du Seigneur Yuuto ! »

Qu’est-ce qui pourrait bien les motiver à ce point ?

Hveðrungr n’était pas un dieu clairvoyant, et il ne pouvait donc pas répondre à cette question juste de la scène devant lui. Cependant, même s’il réalisait la réponse, il hésiterait probablement à l’admettre.

Ce miracle avait été créé par la capacité et la réputation de Yuuto en tant que leader.

« Le commandant de l’armée se tient en première ligne. »

C’était une façon simple de décrire le choix que Yuuto avait fait, mais cela n’aurait pas à lui seul un effet aussi dramatique.

Plus récemment, l’armée du Clan du Loup s’était agrandie et un plus grand nombre de ses membres n’étaient pas originaires de la région d’origine du Clan du Loup. Mais la plupart de ses soldats étaient encore des gens nés et élevés au sein du Clan du Loup.

C’est ainsi que ces soldats s’étaient souvenus.

Ils savaient comment c’était avant que Yuuto ne devienne patriarche, les jours de pauvreté et d’humiliation que leur clan avait subis.

Ils savaient à quel point les choses étaient différentes maintenant qu’il avait pris le pouvoir, en ces nouveaux jours de prospérité et de gloire.

Tant que Yuuto survivait, même s’ils mouraient au combat, leurs familles, leurs épouses et leurs enfants auraient toujours un avenir meilleur et plus sûr. Si, au lieu de cela, ils avaient survécu à la bataille et avaient laissé Yuuto mourir, leurs familles seraient sûrement bientôt jetées à la dérive dans un monde dangereux et incertain.

C’est ce que tous ces soldats croyaient, purement et sans aucun doute.

Ils avaient pu croire ces choses parce que, depuis près de trois ans, Yuuto avait accumulé des réalisations qui leur donnaient toutes les raisons de le faire.

En tant que membre du Clan du Loup, je dois au moins protéger le Patriarche Yuuto, quoi qu’il arrive.

Je ne dois pas laisser l’ennemi s’approcher de lui.

C’était ces sentiments qui avaient formé la détermination farouche des soldats de Yuuto. Ces sentiments les amenaient à se battre comme s’ils étaient dos à une falaise, même si Yuuto lui-même les avait littéralement mis dans cette position.

Comme le décrivent les écrits de Sun Tzu, et comme l’illustre l’incroyable démonstration des forces du Clan de la Foudre, la clé était le désespoir. Une situation où il était impossible de battre en retraite pouvait même transformer un soldat ordinaire en un puissant guerrier.

Le Clan de la Panthère devenait de plus en plus dominé par l’incroyable intensité et la volonté dont le Clan du Loup faisait preuve aujourd’hui.

Ils avaient faibli, et c’était peut-être tout à fait naturel.

Le Clan de la Panthère, comme les autres clans nomades qui gagnaient leur vie en survivant dans les étendues sauvages impitoyables du Nord, avait une population globale beaucoup plus petite que celle des nations sédentaires et urbaines.

Ainsi, la vie d’une personne célibataire avait d’autant plus de valeur pour le clan, et ils évitaient donc les batailles qu’ils n’étaient pas certains de gagner.

Leur principe premier n’était pas d’éliminer leurs ennemis, mais de se protéger des pertes. Le « Tir parthe », où ils retiraient à cheval en toute sécurité en tirant des flèches était un exemple de la tactique née de la culture de leur clan.

Ils voulaient prendre la vie de leurs ennemis, mais n’avaient pas l’intention de mettre leur propre vie en danger.

C’est cette différence de résolution essentielle entre les deux forces qui permettait de surmonter la différence initiale de compétences et d’avantages tactiques.

Les soldats du Clan du Loup brûlaient maintenant avec un incroyable esprit combatif et une frénésie sans peur de la mort. Face à cela, les soldats du Clan de la Panthère avaient reculé, incapables de se résoudre à attaquer à nouveau.

Cette petite ouverture permit, en un instant, de replacer la paroi des wagons entre eux.

Maintenant, le Clan de la Panthère ne serait plus capable de franchir la ligne.

« Comment !? » Hveðrungr gémit. « J’ai fait tout ce chemin, et je ne peux toujours pas gagner contre lui ? Suis-je inférieur à lui en tant que commandant ? »

Il n’avait plus rien. Tout ce qu’il pouvait faire maintenant, c’était d’ordonner une retraite…

C’est à ce moment que quelqu’un traversa le champ de bataille à grande vitesse, comme une série d’éclairs sous forme humaine.

Profitant de l’élan de son cheval au galop, cet homme balança son marteau de fer et écrasa l’un des chariots qui bloquaient son chemin.

Ses cheveux roux se déplaçaient dans le vent comme le feu, Steinþórr criait d’une voix qui résonnait comme le hurlement d’une bête sauvage.

« Et si on reprenait là où on s’était arrêtés ? »

 

☆☆☆

En riant joyeusement, Steinþórr lança le long manche de son marteau vers l’extérieur, et se servit d’un seul coup latéral pour frapper plusieurs soldats du Clan du Loup attaquants d’un seul coup.

« Ha ha ha ha ha, c’était vraiment quelque chose, Suoh-Yuuto ! Dire que tu vas ramener les choses du bord du gouffre comme ça ! »

En effet, il s’amusait.

Il était si heureux qu’il le supportait à peine.

C’était l’homme qui n’avait pas une fois, mais deux fois réussi à le tromper et à prendre le dessus.

Steinþórr avait cru que Yuuto trouverait un moyen de sortir de la crise désespérée dans laquelle le Clan de la Panthère l’avait mis. C’est pourquoi, en préparation de ce moment, Steinþórr avait fait faire demi-tour à ses soldats et avait repris le chemin de la bataille.

Pourtant, même s’il avait confiance que cela arriverait, le fait d’avoir été témoin du revirement de situation lui avait tout de même fait battre son cœur avec enthousiasme.

« Je n’arrive pas à croire que quelqu’un comme toi existe vraiment ! » Il se léchait les lèvres, la bête à l’intérieur se voyant sur son visage.

Bien qu’il ait vécu sa vie en cherchant la bataille avec une dévotion folle, Steinþórr s’était lassé de la victoire.

Chaque fois qu’il s’était battu, il avait continué à gagner avant même d’avoir eu l’occasion de libérer tout son potentiel.

Il s’était battu plusieurs fois contre d’autres Einherjar, d’autres guerriers à la force surnaturelle, mais il n’avait jamais été satisfait.

Et pourtant.

Il y avait un adversaire qu’il n’avait pas battu, même après s’être battu sérieusement.

Voilà quelqu’un qui pouvait supporter ses forces.

C’était, sans aucun doute, quelqu’un de plus grand que lui.

Il voulait se battre et apprendre les profondeurs de la force de cet homme.

Ce n’était pas qu’il voulait juste avoir une bataille passionnante, comme avant. Il désirait simplement et purement découvrir de quoi cet homme était vraiment capable.

Attaquer un ennemi épuisé et affaibli après de multiples batailles était quelque chose qui allait à l’encontre des principes de Steinþórr.

Mais c’était différent. Il était la partie la plus faible, et l’idée qu’il se retienne contre un adversaire plus grand que lui serait encore plus scandaleuse.

Il n’avait qu’à se battre pour gagner, et à se donner à fond dans l’effort.

Toutes les autres pensées ayant disparu de son esprit, Steinþórr avait continué à balancer son marteau avec une puissance incroyable tout autour de lui.

 

☆☆☆

Il y avait eu une tornade humaine sur le champ de bataille.

Tout et chacun dans son rayon de destruction avait été balayé, renversé, abattu, emporté. Qu’il s’agisse d’un soldat d’élite, ou même d’un soldat qui avait trouvé la ferme volonté d’affronter la mort, tous étaient égaux devant lui.

Tous ceux qui se tenaient sur son chemin avaient fait face à une fin tout aussi fatale.

« Ce type n’est pas un génie de la bataille… il est comme une calamité vivante, » gémit Yuuto, affichant un visage comme s’il venait d’avaler un insecte.

Il avait à peine réussi à repousser l’assaut féroce du Clan de la Panthère, et maintenant ça. Steinþórr avait été un fauteur de troubles jusqu’à la fin.

Pour commencer, le jeune homme se battait sans arrêt depuis le début de la bataille. Comment avait-il eu l’endurance pour faire ça ? Cela semblait catégoriquement inhumain.

« Mais… tu étais un peu en retard pour revenir ici, n’est-ce pas ? Désolé, mais je n’ai pas du tout l’intention de te combattre de front. » Les coins de la bouche de Yuuto s’élevèrent légèrement quand il devint finalement certain de sa victoire.

Ses oreilles avaient capté un faible bruit venant de l’ouest, en direction du col de la montagne. C’était le son lointain des acclamations des soldats.

Les applaudissements s’étaient intensifiés et s’étaient rapprochés de plus en plus fort, et un bref instant plus tard, ils s’étaient répandus sur le champ de bataille.

« Nous avons pris la forteresse de Gashina ! »

« Nous avons gagné ! Le Clan du Loup a gagné ! »

« Des renforts ! Les renforts sont arrivés ! »

Enfin, les voix étaient assez proches pour que Yuuto puisse entendre clairement ce qu’ils disaient.

« Ils ont enfin réussi ! » dit-il, serrant le poing serré.

Bien sûr, quand Yuuto était sorti avec sa formation principale dans la mêlée et s’était mis en danger, il ne l’avait pas fait sans but.

L’insouciance et le courage se ressemblaient, mais c’était des choses très différentes.

Son acte avait été dangereux et un peu téméraire, mais il s’agissait d’un risque calculé soutenu par la perspective d’une victoire. Il savait que s’il pouvait tenir les choses ensemble un peu plus longtemps, ses renforts fiables viendraient à son secours.

« Attirer le tigre loin de sa tanière de montagne. » C’était le titre de la quinzième entrée des Trente-six stratagèmes, l’essai classique chinois sur la ruse et la tromperie dans la guerre et la politique.

La célèbre bataille de Jingxing, qui s’était déroulée dans les montagnes de Chine, proche d’un col de montagne près d’une grande rivière, en était un exemple. On disait souvent que Han Xin avait réussi à vaincre une force ennemie dix fois plus grande que la sienne en obligeant ses hommes à se battre le dos tourné vers la rivière, les empêchant de s’échapper. Bien que ce récit soit probablement factuel, on pourrait dire qu’il était passé à côté de la question.

Tout d’abord, couper sa propre fuite pour enflammer l’esprit de ses soldats pouvait sembler pratique en théorie, mais les résultats ne dureraient pas très longtemps et pourraient facilement mener à l’anéantissement total. C’était une méthode qui allait à l’encontre du bon sens tactique et ce qu’un commandant ne devrait normalement jamais faire.

Han Xin n’aurait pas gagné sa bataille juste en utilisant cette tactique. Au contraire, le véritable cœur de sa stratégie avait été de l’utiliser comme appât.

Avec un si petit nombre d’hommes, et en utilisant une tactique défiant le bon sens en les plaçant en formation avec la rivière dans leur dos, il avait piégé son ennemi pour qu’il le prenne à la légère, les attirant vers une attaque de sa position. Pendant ce temps, une force détachée séparée capturait la forteresse que l’ennemi avait laissée derrière lui afin de l’exterminer. Avec la base ennemie capturée et l’arrivée de la deuxième force en renfort, Han Xin avait réussi à gagner.

Yuuto avait utilisé cet événement historique comme référence, transformant sa formation principale, et lui-même, comme appât cette fois.

C’est ainsi que le « tigre », Steinþórr, avait fait passer son armée par l’étroit col de montagne et était sorti pour l’attaquer. Dans cette ouverture, Yuuto avait envoyé une seconde force très mobile avec l’unité Múspell en son centre pour contourner les montagnes par une autre route et prendre la forteresse vide de l’autre côté.

Bien sûr, il n’aurait jamais pensé que son appât pourrait attirer non seulement un tigre sauvage, mais aussi une panthère rusée pour lui.

« Franchement, je n’ai jamais eu l’intention à l’origine d’imiter la partie du combat désespérément coincée… » Yuuto ricana amèrement et secoua la tête.

Il avait pris tant de précautions pour assurer une victoire solide, et c’était ce qui s’était passé. Il n’y avait vraiment aucun moyen de prédire avec certitude ce qui pouvait arriver en temps de guerre.

Mais, quel que soit le chemin parcouru, son plan était maintenant achevé.

Encore une fois, le secret de l’incroyable force de l’armée du Clan de la Foudre n’était pas seulement la force de Steinþórr en tant qu’individu, mais aussi le moral des troupes parce qu’il combattait sur les lignes de front et détruisait les ennemis qui étaient devant lui.

Il suffisait donc de les priver de cette source de force.

Ce n’est que parce que les soldats croyaient avoir une chance de victoire qu’ils avaient pu se lancer courageusement dans le combat avec leurs ennemis devant eux.

On n’avait qu’à se demander ce qui se passerait, alors, s’ils étaient certains d’avoir perdu.

Pendant ce temps, les soldats du Clan du Loup avaient obtenu à la fois la victoire de la prise de la forteresse de Gashina et l’arrivée de renforts très compétents, ils débordaient de volonté et de courage.

Le moral du Clan du Loup était aujourd’hui à son plus haut niveau depuis le début de cette campagne.

Les batailles étaient gagnées et perdues par le moral des soldats.

L’offensive de retour du Clan du Loup pourrait commencer pour de bon.

***

Partie 4

Sigrun cria des ordres à pleins poumons alors qu’elle s’avançait sur son propre cheval, plongeant dans les rangs de l’ennemi.

« Toutes les troupes en avant ! Pleine vitesse ! Chargez-les à pleine vitesse et sortez en autant que vous le pouvez ! »

Elle avait rapidement franchi la distance avec un cavalier ennemi qui avait croisé son chemin. Et alors qu’il se retournait pour la regarder avec une expression de choc, sa lance avait tracé une ligne horizontale en un éclair, séparant la tête de l’homme de son corps.

Elle avait poursuivi en ramenant la lance avec une frappe de retour, frappant un cavalier adjacent directement dans l’intestin et le projetant hors de son cheval.

« Ces gens… Ils sont dans le Clan de la Panthère. » Sigrun avait pris un instant pour se demander pourquoi le Clan de la Panthère serait ici maintenant.

Elle n’en avait aucune idée. Elle n’en avait aucune idée, mais là, ce n’était pas important.

Il y avait des ennemis devant elle. Et son rôle de Mánagarmr du Clan du Loup, le « Loup d’argent le plus fort », était simple : elle devait en abattre autant que possible.

Derrière elle se trouvait un régiment de cavalerie talentueuse comptant deux mille cavaliers, dirigé par ses subordonnés directs, les forces spéciales d’élite connues sous le nom de l’Unité Múspell.

Ils avaient capturé la forteresse de Gashina avec assez d’énergie pour se redéployer rapidement à travers le col de montagne, et leur moral était extrêmement bon.

Quant à la bataille de la forteresse de Gashina, le Clan de la Foudre avait envoyé toutes ses troupes pour attaquer Yuuto à l’entrée du col, de sorte que la forteresse avait été pratiquement sans garde. Ils l’avaient capturé sans presque aucune perte. Les cavaliers étaient pour la plupart indemnes et avaient encore beaucoup d’endurance pour se battre.

Pendant ce temps, les cavaliers du Clan de la Panthère venaient de sortir d’un échange exténuant avec la formation principale du Clan du Loup, et ils étaient en train de faiblir.

Le gagnant de ce concours était déjà bien visible.

La force de cavalerie de Sigrun se déplaça comme une traînée de poudre, traversant le champ de bataille et les forces du Clan de la Panthère, les dispersants et les éliminant.

« Hm !? » L’attention de Sigrun avait été attirée par l’un des cavaliers ennemis, qui se battait dans cette situation chaotique et désavantageuse comme une armée unipersonnelle.

Sa tête était couverte d’un casque simple et non raffiné, et ses yeux brillaient comme ceux d’un faucon. Il contrôlait son cheval comme une extension de son propre corps, frappant de sa lance les soldats du Clan du Loup qui l’attaquaient l’un après l’autre.

Elle avait aussi reconnu son visage. L’année précédente, pendant la guerre, il avait été à la tête de la force d’invasion d’avant-garde du Clan de la Panthère.

Selon les recherches de Kristina, l’homme s’appelait Váli, l’un des grands généraux du Clan de la Panthère, et personne n’aurait pu le surpasser en matière de tir à l’arc à cheval.

« Un digne adversaire ! Je vous mets au défi de vous battre ! » Sigrun cria à Váli et prépara sa lance, en penchant son corps vers l’avant et en poussant son cheval à courir directement vers lui.

Lorsqu’elle était entrée à portée d’attaque, elle commença par une attaque en diagonale depuis le bas.

« Cheveux argentés !? Alors vous êtes le Mánagarmr ! » Váli avait crié sa réponse alors même qu’il faisait tournoyer sa lance et détournait son attaque.

Il semblait qu’aucun des deux n’avait besoin de se présenter à l’autre.

« C’est ce que je suis ! Et maintenant, je vais vous tuer ! »

« Stupide fille ! Je ne vais pas perdre contre des individus comme toi ! »

Ils commencèrent à échanger des coups, leurs lances s’affrontant.

C’était un échange entre deux grands guerriers, les plus forts de leurs clans respectifs.

Cinq affrontements… dix… leur échange de frappes et de ripostes avait été si rapide et si violent qu’il avait créé comme un mur de mort tranchante autour d’eux, et personne ne pouvait venir assez près pour interférer.

Mais même dans cette bataille acharnée, Sigrun sourit. « Est-ce tout ce que vous avez ? Le Garmr était beaucoup plus rapide. Haaaaah !! »

« Wh-whoa ! » Les attaques de Sigrun augmentaient encore plus en vitesse et en un clin d’œil, Váli se retrouva complètement sur la défensive.

C’était à cause de la bataille intense que Sigrun avait livrée contre le loup géant plusieurs mois auparavant.

Coincée et poussée à la limite de la perte qui signifiait une mort certaine, une plus grande partie de la capacité latente qui dormait en elle s’était éveillée et s’était épanouie.

« Tch ! Merde ! » Váli avait immédiatement reculé, tournant son cheval et s’éloignant en courant. Le peuple nomade du Clan de la Panthère n’avait pas combattu en perdant des batailles.

« Je ne vous laisserai pas vous échapper ! » Sigrun se dépêchait de donner un coup de pied à son propre cheval, l’exhortant à courir à fond pour poursuivre Váli.

Si elle pouvait tuer un général ennemi, le moral de ses alliés monterait en flèche et celui de ses ennemis chuterait aussi loin. Aller si loin pour laisser un de leurs généraux s’échapper était hors de question.

Cependant, aussi plus forte que son adversaire Sigrun au combat, Váli était le meilleur en ce qui concerne les chevaux. Il avait rapidement mis de la distance entre eux — c’est du moins ce qu’il semblait au début.

« Ha ! » En un instant, Váli se retourna et prépara son arc, tirant des flèches sur elle en succession rapide.

« Tch ! Merde ! » Sigrun claqua la langue dans la frustration, les yeux fixés sur le groupe de flèches qui volaient vers elle. Elle s’était rendu compte maintenant qu’on l’avait appâtée pour qu’elle le poursuive, mais il était déjà trop tard.

Comme il sied au plus grand archer à cheval du Clan de la Panthère, l’incroyable habileté de Váli à l’arc était encore meilleure que celle du grand archer Einherjar du Clan de la Corne, Haugspori.

Et parce que Sigrun poussait son cheval à poursuivre Váli à toute vitesse, ses flèches l’atteignirent avec une vitesse relative encore plus grande.

La pluie de flèches s’était abattue sur elle à une vitesse terrifiante, mais au moment où elles étaient sur le point de l’atteindre, quelque chose s’était brisé profondément en elle.

À cet instant, le monde qui l’entourait perdit sa couleur et devint gris.

Tout dans le monde avait ralenti à un rythme effréné. L’air semblait aussi épais que de l’eau.

Sigrun inclina son cou et bougea légèrement la tête d’un côté à l’autre, en se faufilant à travers les flèches.

L’une des pointes de flèches avait éraflé sa joue, laissant une fine ligne cramoisie à travers elle, mais elle n’y avait pas prêté attention. Avec des mouvements fluides, elle avait utilisé sa lance et son gantelet pour en dévier certaines, en avait évité d’autres en inclinant son corps, et avait continué à avancer droit devant à travers le barrage.

Elle l’avait fait sans jamais faire ralentir son cheval qui était à pleine vitesse. Cet état mental, où son esprit et ses sens avaient atteint un état de concentration et de rapidité surhumaine, était un autre produit de son combat à mort avec le garmr.

« Quoi !?? » Váli était certain de sa victoire, et son choc fut d’autant plus grand.

Contrairement à Sigrun, il avait un peu baissé la vitesse de son cheval, afin de se concentrer sur le tir des flèches.

La distance entre eux s’était refermée en un éclair.

« Haaaaah !! » Sigrun avança sa lance avec toute la vitesse de son cheval derrière elle.

Cette attaque était proche de sa forme idéale parfaite comme dans l’entraînement de Sigrun, depuis l’application et la libération de la puissance musculaire jusqu’à la trajectoire de la lance vers l’avant depuis sa position initiale. C’était un coup mortel ultime, rendu possible par son accès à son état de concentration et de vivacité d’esprit.

 

 

Même Váli n’avait pas pu réagir à temps à cette attaque, et elle lui avait percé la poitrine. Il était tombé de cheval.

« Guggh… ! »

« Ohhhhhhhh !! Dame Sigrun a vaincu l’ennemi général ! » cria un soldat.

« C’est notre Mánagarmr ! »

« Lady Sigrún et son Unité Múspell sont venus nous aider ! Avec cela, nous pouvons nous battre contre mille — non, dix mille fois plus de force ! »

« Nous pouvons gagner cette bataille ! Nous allons gagner ! »

Témoignant de l’exploit héroïque de Sigrun, les soldats du Clan du Loup de la formation principale de Yuuto avaient eux aussi retrouvé leur vigueur.

Il va sans dire que le titre de Mánagarmr était le plus grand signifiant de force au sein du Clan du Loup.

Le détenteur actuel avait une apparence délicate d’elfes à première vue, mais au combat, Sigrun s’était battue avec la puissance et la férocité d’un ogre. Et avec le fait qu’elle avait récemment abattu un Garmr seule en combat singulier, elle avait déjà atteint une sorte de réputation divine au sein du clan, juste derrière Yuuto.

Et maintenant, juste après son arrivée sur le champ de bataille, elle avait tué le général du Clan de la Panthère qui avait trompé et tourmenté le Clan du Loup pendant si longtemps avec seulement sa petite force de quelques centaines. C’était une autre réalisation incroyable.

L’unité des forces spéciales de Múspell qu’elle commandait personnellement fut également exaltée en tant que groupe d’anciens combattants d’une élite incroyable, une cavalerie qui avait accumulé une montagne de réalisations dans les nombreuses batailles qu’ils avaient livrées.

Pour les forces du Clan du Loup qui avaient combattu dans cette bataille jusqu’à présent, il n’y avait pas de groupe plus puissant ou plus fiable pour leur venir en aide. Ils n’étaient que deux mille, mais psychologiquement, c’était comme si dix fois ce nombre était venu à la rescousse.

« Allez, suivons leur exemple ! » cria un soldat du Clan du Loup.

« Faisons fuir l’ennemi ! »

L’armée du Clan du Loup se précipita sur le Clan de la Panthère comme les eaux d’un barrage après son éclatement.

C’était une attaque en tenaille de face et sur les côtés.

L’armée du Clan de la Panthère était une légion de cavaleries très compétente, mais contre l’assaut féroce d’une armée du Clan du Loup dont le moral était au plus haut, ils n’avaient aucune chance.

Pendant un moment, on aurait dit qu’ils allaient être encerclés… mais avant que le Clan du Loup ne puisse s’approcher, les cavaliers du Clan de la Panthère avaient reculé encore plus vite, avaient fait tourner leurs chevaux et avaient commencé une retraite rapide et ordonnée.

« Ah ! Pas bon. Arrêtez, vous tous ! Arrêtez ! Ne les poursuivez pas avec insouciance ! Vous deviendrez du fourrage pour leurs flèches ! » Sigrun se hâta d’agiter les bras, essayant d’arrêter les troupes qui la poursuivaient.

Elle avait réalisé le but de l’ennemi plus rapidement que n’importe qui d’autre grâce à la façon dont Váli l’avait piégée il y a quelques instants.

Cependant, une fois qu’un groupe de soldats avait pris de l’élan dans son avance, il n’était pas facile de les faire arrêter.

Saisissant l’occasion, les combattants du Clan de la Panthère tournèrent leur corps alors même que leurs chevaux s’enfuyaient et lâchèrent la spécialité de leur clan, le Tir parthe.

« Guagh ! »

« Gyaargh ! »

Les soldats qui s’étaient d’abord jetés vers l’ennemi et qui étaient dans une poursuite acharnée avaient été la proie de ces attaques.

Les autres soldats, voyant leurs alliés abattus, n’avaient fait que s’agiter de colère.

***

Partie 5

Jusqu’à présent, ils avaient repoussé l’assaut du Clan de la Panthère, la forteresse de Gashina avait été capturée, et maintenant ils avaient obtenu des renforts de l’unité Múspell. Avec le moral et la confiance que cela leur avait procurés, ils n’avaient pas pu s’empêcher de continuer d’avancer.

« Arrêtez-vous ! J’ai dit d’arrêter ! Si quelqu’un essaie de les poursuivre, je le couperai de mes propres mains ! » Sigrun encouragea son cheval et courut devant les troupes du Clan du Loup, leur criant dessus.

Elle avait aussi utilisé le bout de sa lance pour frapper le soldat le plus près d’elle… sans retenir le moindrement sa force.

Sur ce, les troupes du Clan du Loup qui s’étaient temporairement oubliées étaient finalement revenues à la raison et elles s’étaient arrêtées. Certainement, aucun d’entre eux n’était sur le point d’essayer de se frayer un chemin à travers le Mánagarmr.

« Bon travail, madame. » Le vice-capitaine de l’unité de Múspell, Bömburr, s’approcha d’elle et lui fit un sourire ironique. « Tu étais quand même un peu extrême, non ? »

Sigrun venait de se précipiter dans l’espace où les flèches ennemies volaient, en risquant même de renverser certains de ses alliés.

« C’est parce que Père nous a prévenus de ne pas prendre le risque de courir après les cavaliers du Clan de la Panthère, » lui répondit Sigrun.

« C’est ce qu’il a fait. C’est vraiment un ennemi gênant, n’est-ce pas ? Nous ne pouvons même pas les attaquer alors qu’ils battent en retraite… » Bömburr était parti à la traîne.

La majorité des pertes et des captures d’une armée au cours d’une bataille avaient été faites lors d’attaques subséquentes contre un ennemi en retraite.

S’ils ne lançaient pas d’attaques de poursuite contre les forces ennemies, ils ne pourraient pas leur infliger de dommages mortels décisifs.

Cependant, comme nous venions de le démontrer, s’ils essayaient d’attaquer les cavaliers du Clan de la Panthère en retraite, ils se heurteraient à une contre-attaque terriblement efficace.

« Merde, ils sont vraiment agaçants. » Sigrun poussa un grand soupir.

Elle avait également été forcée d’admettre que le jugement du commandant ennemi dans cette affaire avait été sans appel.

Constatant que son équipe avait un bon moral et qu’elle était impatiente de se battre, ils avaient immédiatement changé de tactique pour en tirer parti à leur avantage. Le Clan de la Panthère avait minimisé les pertes de leur propre camp et en avait livré davantage au Clan du Loup.

Si Sigrun n’avait pas arrêté ses alliés, leur volonté accrue de se battre aurait été dépensée en vain et à grands frais.

Yuuto s’en serait probablement rendu compte tout aussi rapidement et leur aurait ordonné de s’arrêter, mais avec le retard dans la transmission des ordres, plus de pertes auraient été inévitables.

Ils étaient vraiment confrontés à l’ennemi le plus vexant et le plus frustrant.

 

☆☆☆

« Heh heh heh heh, ha ha ha ha ha ha ha ! Ahh, tu m’as encore eu ! » En riant de joie, Steinþórr inclina la tête en arrière et se mit une paume de main sur le front.

Un soldat du Clan du Loup voisin n’avait pas manqué cette ouverture et avait attaqué, mais Steinþórr avait attrapé la lance de l’homme de l’autre main et les avait fait tourner tous les deux un peu avant de les jeter sans but sur le côté.

« C’est juste un tour après l’autre avec toi. Je ne sais même pas d’où tu sors tout ça. Franchement, tu es comme un magicien ! »

À en juger par la nature des acclamations et autres bruits qui résonnaient autour de lui sur le champ de bataille, il pouvait saisir dans une certaine mesure le déroulement général de la bataille.

L’effectif total du Clan de la Foudre était nettement inférieur à celui du Clan du Loup. C’est pourquoi il s’était concentré autant que possible sur l’attaque, mais il semblerait que cela se soit retourné contre lui. Il ne pouvait que s’asseoir et s’émerveiller des capacités de planification du patriarche du Clan du Loup, de voir tout cela à l’avance et d’en rendre compte.

Tout comme lors de la bataille de la rivière Élivágar, et plus tôt dans la bataille d’aujourd’hui avec la formation qui l’avait entouré, il avait constamment été maintenu dansant dans la paume de la main de son adversaire.

Les attaques et les agressions de Steinþórr avaient continué d’être éludées avec agilité, et chaque fois, avant même qu’il ne s’en rende compte, il avait été pris au piège dans une situation désavantageuse.

C’était exactement comme les histoires que les gens racontaient sur les gens qui étaient complètement absorbés par la magie d’escrocs inhumains telles les sorcières et les fées.

Mais pour Steinþórr, c’était merveilleux. Il y avait un autre homme qui était clairement plus fort que lui. Rien ne pouvait faire danser son cœur avec plus de plaisir que cela !

« Tch, c’est vraiment dommage, mais je suppose que je dois me retirer pour l’instant. » Claquant sa langue dans la frustration, Steinþórr secoua la tête et haussa les épaules.

Les troupes du Clan de la Foudre étaient déjà à leur limite en termes de moral et d’endurance.

Ils se battaient sans arrêt depuis le matin, puis ils avaient été plongés dans une situation vraiment désespérée lorsque la formation ennemie les avait piégés des deux côtés.

Ils avaient déjà dépensé toute leur énergie dans une lutte entre la vie et la mort pour sortir de ce piège.

Il leur avait donné une courte pause avant de faire demi-tour et de les ramener sur le champ de bataille, mais ce n’était pas suffisant pour dissiper leur fatigue. Bien sûr, leurs blessures n’étaient pas non plus guéries.

Il n’avait réussi à les pousser à l’action qu’une dernière fois avec la promesse d’une récompense appelée victoire. Et la situation était ce qu’ils avaient obtenu à la place.

Ils avaient essayé d’aller de l’avant avec leur élan, mais tout aussi rapidement, le vent s’était détaché de leurs voiles.

C’est à ce point que cela leur avait brisé le moral en apprenant que la forteresse de Gashina leur avait été enlevée. Cela signifiait que leur principale voie d’approvisionnement et leur route de retour à la maison étaient coupées, et c’était un gros problème.

Cela signifiait que, tout en étant ceux qui étaient les plus épuisés physiquement et mentalement, leur ennemi les avait dépouillés de l’une des sources de leur moral.

La tension de la bataille qui les retenait se brisa comme un fil de fer, et maintenant même Steinþórr lui-même ne serait plus capable de les réveiller.

Les batailles en temps de guerre n’étaient pas livrées entre individus.

Steinþórr était un guerrier hors pair qui pouvait se battre seul contre une centaine d’ennemis, mais sans une armée de soldats à ses côtés, il ne pouvait pas faire grand-chose pour gagner.

« Très bien, les gars, on se replie pour l’instant ! » Steinþórr parla. « Je m’occupe de l’arrière ! »

« … !! » Un frisson avait traversé les troupes du Clan de la Foudre, et plusieurs d’entre elles avaient suffoqué en même temps.

Le commandant en chef était la personne qui devait d’abord s’échapper pour se mettre à l’abri, et le fait qu’il soit le chef de l’arrière-garde était sans précédent.

« Vous n’êtes pas sérieux, mon Père !? » cria un de ses subordonnés.

« Il a raison, mon Père ! » s’écria un autre. « Nous tiendrons l’ennemi à distance pour vous, alors s’il vous plaît, fuyez d’abord ! »

Naturellement, en tant que ses subordonnés directs, ils pouvaient plaider directement auprès de lui. Cependant, leur patriarche était un jeune homme têtu, et une fois qu’il s’était fixé un objectif, il ne le changeait jamais.

Steinþórr se moqua d’eux et leur fit signe de la main avec mépris. « Croyez-vous que je serais le premier à fuir une bagarre ? Qui se soucie des détails, de toute façon ? Détendez-vous et ne vous inquiétez pas. Je ne vais pas mourir ici. Après tout, je dois survivre pour pouvoir me battre à nouveau contre lui. »

 

☆☆☆

Après avoir confirmé que le Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre retiraient leurs armées, Yuuto s’enfonça dans son char.

« On a réussi à s’en sortir d’une façon ou d’une autre. »

Sans qu’il s’en rende compte, le soleil s’enfonçait déjà à l’ouest, et le ciel à l’est était plus bleu foncé, avec le disque de la pleine lune qui se levait.

« Mon corps est encore plus lourd que lorsque j’ai été frappé par ce sort de Læðingr… » gémit-il. C’était probablement dû à la tension constante sur le champ de bataille qu’il avait endurée depuis le matin. Son corps avait probablement dépassé la limite de ce qu’il pouvait normalement supporter, du point de vue de la fatigue.

Il avait essayé de lancer une attaque contre les deux armées en fuite, mais toutes deux avaient fait preuve d’un jugement et d’un timing remarquables dans leur retraite, et avaient donc subi peu de pertes.

En fait, selon les rapports des éclaireurs de la région, ils s’étaient rendus dans une zone à deux heures de marche vers le sud et se reposaient tout en surveillant les ouvertures potentielles dans sa garde.

Cela avait été difficile, mais cette bataille pouvait être considérée comme la victoire du Clan du Loup. Mais il semble que le vrai duel ait été reporté à quelques jours plus tard.

« Pourtant, je n’arrive pas à croire que le Clan de la Panthère et celui de Clan de la Foudre aient uni leurs forces, » gémit-il. « C’était vraiment horrible. »

« Hee hee, mais quand même, tu les as brillamment repoussés. Impressionnant comme toujours, Grand Frère. Voilà pour toi. » Félicia tendit une tasse de thé à Yuuto.

« Oh, merci. » Yuuto prit une gorgée et expira une longue respiration. « Ahh, c’est vraiment frappant. »

Sa gorge avait été desséchée par les nerfs, et le thé était incroyablement délicieux.

« Nous sommes vraiment en sécurité tant que tu es ici avec nous, Grand Frère, » lui avait assuré Félicia.

« Hé, allez, tu sais qu’un jour je devrai y aller… »

« Le temps est venu pour l’obscurité de remplacer la lumière du soleil. »

Soudain, une voix reconnue par Yuuto résonna dans sa tête, et comme en réponse aux mots qu’elle récitait, il sentit son cœur battre plus fort.

Ba-thump.

Dans son esprit, il pouvait voir la belle silhouette à la peau brune de la même fille qu’avant. La dernière fois, c’était un peu indistinct, mais maintenant la vision d’elle et le son de sa voix étaient clairs comme du cristal.

« Que les chaînes de la Sainte-Alliance se délient maintenant, afin que le loup affamé emprisonné soit libéré. »

« Encore toi !? » s’écria Yuuto.

« Grand Frère !? Qu’est-ce qui ne va pas !? » Alarmée par le cri soudain de Yuuto, Félicia se tourna vers lui.

Naturellement, Félicia ne pouvait pas voir ou entendre l’autre femme. Cependant, elle était capable de sentir quelque chose.

« Qu-Qu’est-ce que…, » commença Félicia. « Est-ce de la magie !? »

« C’est Sigyn ! Sigyn active à nouveau son seiðr ! » s’exclama Yuuto.

« Ah ! Tu veux dire l’utilisatrice de seiðr qui a épousé mon frère !? »

« Ouais ! » Hochant la tête, Yuuto concentra son regard sur la figure dansante de Sigyn.

Comme avant, elle était vêtue d’une tenue provocante et sensuelle, et présentait une silhouette à la hauteur. Mais pour l’instant, il n’était pas d’humeur à entretenir des pensées lascives.

Au lieu de cela, c’est une anxiété inexplicable qui l’avait saisi. Au fil des secondes, Sigyn, dans son esprit, termina son sort.

« Fimbulvetr !! »

Avec ce dernier mot de pouvoir prononcé, Yuuto pouvait sentir quelque chose, comme si une force invisible qui le liait avait été arrachée.

Non pas qu’il se soit affaibli ou aminci — il s’était cassé et s’était dispersé, disparaissant complètement.

Il était certain qu’il pouvait le sentir.

« Grand Frère !? Ton corps est… ! » s’écria Félicia quand le corps de Yuuto redevient translucide.

Cette fois, ça ne s’était pas arrêté là.

Soudain, Yuuto eut l’impression de flotter, comme si le sol en dessous de lui avait soudain disparu, et le monde qui l’entourait semblait s’estomper. « Wôw ! »

Il avait reconnu ce sentiment.

C’était exactement ce qu’il avait ressenti la nuit où il était venu pour la première fois à Yggdrasil — la sensation de traverser des mondes.

« Grand Frère ! » Les cris de Félicia semblaient venir de loin.

Non seulement cela, mais son apparence dans sa vision devenait floue et ondulée.

 

 

Il semblait qu’il n’aurait même pas eu le temps de la laisser avec des mots d’adieu.

« I-Ici ! Prends ça… ! » Par réflexe, Yuuto fouilla dans sa poche et jeta quelque chose sur Félicia.

C’était fini à l’instant d’après. Félicia et le monde avaient été effacés de sa vue, ne laissant que du noir, et puis le monde était revenu.

Et la chose suivante qu’il avait vue…

« Quoi !?? Y-Yuuu-kun !? »

… était le visage de son amie d’enfance, la fille qu’il avait passé trois longues années à attendre pour la revoir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire