Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Interlude

***

Interlude

« … C’est fini. » Sigyn poussa un long soupir fatigué et reprit son souffle.

Elle se tenait près du camp de l’armée du Clan de la Panthère, dans le sanctuaire de fortune qui avait été construit pour prier pour leur victoire. Il y avait un feu ardent au-dessus duquel quelques personnes étaient en train de cuire des briques d’argile.

L’homme qui se tenait à proximité attendait en retenant son souffle, et maintenant il l’interrogea dans un ton fiévreux. « Et ? Comment ça s’est passé ? »

Il s’agissait d’Alexis, le prêtre impérial et représentant du Saint Empire d’Ásgarðr.

Il était l’homme qui avait dirigé la cérémonie du calice qui avait établi l’alliance entre son Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre.

Il l’avait informée du fait que le patriarche du Clan du Loup avait été convoqué d’un autre monde à Yggdrasil par le seiðr Gleipnir, et lui avait appris comment elle pouvait le renvoyer de force.

« Il a disparu… sans laisser de traces, » dit Sigyn. « Je suis sûre qu’il ne pourra pas revenir dans ce monde. »

Elle s’était dit que c’était pour le bien de son mari, pour le bien de son clan, mais en vérité, cette méthode nuirait sûrement à la fierté de son mari, et cette pensée lui laissait un mauvais goût dans la bouche.

Si c’était possible, elle aurait aimé que son mari utilise sa puissance et sa sagesse pour remporter une victoire par la force, mais elle avait dû admettre que son adversaire était trop bon.

Elle n’arrivait pas à croire qu’il avait repoussé une attaque conjointe des armées du Clan de la Foudre et du Clan de la Panthère…

Il avait des capacités qui étaient au-delà de ce monde. Considérant l’avenir du Clan de la Panthère, elle ne pouvait pas se permettre d’être difficile dans ses actions.

« Ohh, comme c’est merveilleux, » s’enthousiasma Alexis. « Avec ceci, notre grand empire restera sûrement en sécurité. »

« Hmph. » Sigyn se moqua froidement des paroles ravies d’Alexis, et tira son manteau autour d’elle dans l’irritation alors qu’elle s’apprêtait à partir.

Il lui avait demandé : « Oh, où allez-vous ? »

« Je vais le dire à mon mari. Sans leur patriarche et commandant en chef, l’armée du Clan du Loup n’est plus à craindre. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire