Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 5 – Partie 2

***

Acte 5

Partie 2

Avec des montagnes escarpées couvrant les deux flancs de l’armée du Clan de la Foudre, le Clan du Loup n’avait d’autre choix que d’attaquer de front. Il serait difficile de mettre des soldats dans une position où ils pourraient tendre une embuscade ou attaquer à leur avantage.

En d’autres termes…

« Il veut que nous ayons un combat complet, tête à tête, sans artifices, » déclara Yuuto.

Le choix de son ennemi d’utiliser cette formation montrait qu’il était convaincu qu’il ne perdrait jamais une telle confrontation.

Et ce n’était pas exagéré de dire qu’il avait raison.

La formation de base de l’infanterie du Clan du Loup était la phalange, qui était extraordinairement forte pour attaquer les ennemis directement en face. Mais lors de leur précédente guerre contre le Clan de la Foudre, la phalange avait été brisée par la force brute d’un seul homme, un spectacle qui avait été gravé dans l’esprit de Yuuto.

Les forces du Clan du Loup étaient douze mille hommes au total. En raison de la prospérité croissante du Clan du Loup et de sa politique de protection des réfugiés, il était beaucoup plus apte à mobiliser une grande armée et, pour la première fois depuis que Yuuto était devenu patriarche, il avait levé une armée plus nombreuse que celle de son ennemi. Mais face à un adversaire comme Steinþórr, même avec cinquante pour cent plus de soldats, on n’avait pas l’impression que cela ferait la moindre différence.

« On dit “qui ne tente rien n’a rien”, mais c’est plutôt comme si nous étions en train de jeter la prudence au vent, » murmura Yuuto en réfléchissant.

Il avait été louangé comme un commandant inattaquable, mais il ne pouvait pas se résoudre à envoyer ses troupes sans un véritable plan.

En d’autres termes, si Yuuto était resté invaincu jusqu’à présent, c’est parce qu’il avait toujours commencé par créer les conditions qui lui permettraient de gagner. Il ne s’était pas engagé dans des conflits dont il ne pouvait pas être sûr qu’ils pouvaient être gagnés.

Un commandant brillant n’était pas simplement quelqu’un qui était capable de mener une petite force à une victoire bouleversante sur une grande. Un commandant vraiment brillant gagne parce qu’il doit gagner, dans une bataille inintéressante du début à la fin.

« Hmm… » Fixant la carte, Yuuto tapota son doigt contre sa jambe pendant un moment, profondément dans ses pensées.

 

 

La première chose qui lui était venue à l’esprit était le nom de Han Xin, un célèbre général de l’histoire chinoise, connu comme un brillant stratège. Yuuto avait continué à trouver des similitudes et des parallèles entre Steinþórr et le seigneur de guerre chinois Xiang Yu. Ainsi, il avait eu le sentiment qu’un indice vers la défaite de Steinþórr serait trouvé dans l’histoire des généraux qui avaient réussi à vaincre Xiang Yu.

Les officiers du Clan du Loup assis autour du feu de camp se taisaient, afin de ne pas déranger les pensées de Yuuto. Chacun d’eux le regardait avec des yeux qui portaient la lumière de la confiance absolue en leur patriarche. On pouvait voir dans leurs yeux qu’ils croyaient fermement que, tant que Yuuto serait là pour les diriger, ils ne seraient jamais vaincus.

Et comme pour répondre à leurs attentes sans paroles, Yuuto se frappa la cuisse d’une main. Il avait l’air d’avoir un bon plan.

« C’est bon, ça suffit ! Tout s’aligne parfaitement avec le 16e stratagème : “Attirer le tigre loin de sa tanière de montagne”. On va s’en servir. Rún ! »

Trois jours plus tard, le Clan du Loup arriva à l’entrée proche du passage de la montagne et commença rapidement la construction de ses forteresses à chariots.

On ne savait pas à quoi cela servirait contre Steinþórr et sa rune Mjǫlnir, le Briseur, mais il vaudrait mieux utiliser cette tactique que de ne pas le faire.

Yuuto avait déjà trouvé des stratégies pour contrer Steinþórr lorsqu’il avait quitté Iárnviðr pour la première fois.

Yuuto avait espéré qu’en installant ses troupes à l’entrée proche, il aurait l’air de dire : « Nous sommes prêts pour toi ! Maintenant, viens nous chercher ! » et le clan de la Foudre passerait par le col de la montagne pour les attaquer. Mais un jour passa, puis deux, et les forces du Clan de la Foudre ne montraient encore aucun signe de mouvement.

Il n’y avait aucun doute qu’ils étaient au courant de l’arrivée du Clan du Loup à cet endroit, mais comme une tortue dans sa carapace, ils étaient restés retirés, profondément de l’autre côté du col.

« Tch, j’avais tort à leur sujet. » Faisant claquer sa langue dans l’agacement, Yuuto se retourna et réfléchit, plaçant une main sur sa bouche.

Steinþórr était un gars simple d’esprit qui avait soif de bataille, donc Yuuto avait pensé que c’était un pari sûr qu’il mènerait son armée à attaquer dès qu’ils auraient vu apparaître les forces du Clan du Loup.

« Penses-tu après tout qu’il pourrait y avoir une sorte de piège ici ? » demanda Félicia, l’air troublé par cette pensée.

« Hmm, je ne sais pas. Ça ne ressemble pas à quelque chose que cet idiot ferait… » Yuuto se gratta la tête.

L’impression qu’il avait eue de Steinþórr lorsqu’ils s’étaient rencontrés en personne au Fólkvangr, et de nouveau pendant leur dernière guerre, était qu’il était le genre d’homme qui se précipitait tête baissée dans tout.

Pourtant, il y avait un vieux dicton dans le pays natal de Yuuto : « Si tu ne vois pas d’homme pendant trois jours, fais attention la prochaine fois que tu le verras. » C’était basé sur un dicton chinois plus ancien, et faisait référence au fait que les gens étaient capables de changer quand on ne regardait pas. Yuuto lui-même savait qu’il avait beaucoup changé en presque trois ans depuis son arrivée dans ce monde.

Il ne pouvait nier la possibilité que Steinþórr ait pu changer lui aussi, poussé par sa défaite face à Yuuto l’année précédente.

« Si j’allais sur la ligne de front et que je le provoquais personnellement, il devrait mordre à l’hameçon, non ? » Yuuto se demandait ça à haute voix, en rejetant l’idée telle qu’elle lui était venue à l’esprit.

Mais Félicia avait réagi dans la panique, pratiquement en hurlant. « S’il te plaît, Grand Frère, je t’implore de ne pas faire ça ! Steinþórr est également connu pour sa maîtrise de l’arc. C’est trop dangereux ! »

« Oh, génial, donc le monstre est aussi un archer parfait, » grogna Yuuto d’une voix maussade. « C’est comme s’il n’y avait rien qu’il ne puisse pas faire. »

Yuuto avait un petit complexe à propos de sa faiblesse physique et de sa médiocrité par rapport aux autres, alors il s’était retrouvé à détester Steinþórr de plus en plus.

On pourrait dire que c’était juste lui trouvant des raisons de ne pas aimer l’homme dans tout ce qui le concerne, un autre cas du vieil adage. « Si vous détestez un moine, vous détesterez même sa robe. »

« Il faut quand même trouver un moyen de sortir ce tigre de sa grotte, » dit Yuuto en réfléchissant bien.

Cependant, même Yuuto ne pouvait pas trouver de bonnes idées à partir de rien quand il le voulait, et la réunion du conseil de guerre de ce jour-là arriva et repartit sans parvenir à une conclusion sur ce que, exactement, il fallait faire.

Yuuto restait profondément dans ses pensées, s’efforçant de trouver quelque chose même après s’être couché pour la nuit.

Le lendemain matin, la situation sur le terrain avait soudainement changé.

Soudain, le Clan de la Foudre se mit à bouger.

« En avaient-ils marre de nous attendre ? Ou était-ce parce qu’ils avaient terminé une sorte de préparation qu’ils faisaient ? Eh bien, ça n’a pas d’importance. » Yuuto éleva la voix en sautant dans son char personnel. « Équipes d’arbalètes, préparez-vous à contre-attaquer ! »

Les cris de guerre de ses hommes résonnaient en écho avec le tonnerre des pieds et des sabots contre le sol.

C’est alors qu’Albertina avait couru à ses côtés, tissant habilement des liens avec les soldats de sa formation. « Papa ! Tiens, ça vient de Kris. »

« Oh, bien joué. » Yuuto avait repris son smartphone à Albertina, et avait rapidement ouvert l’application galerie photo.

Il tapota la vignette de la photo la plus récente pour l’agrandir, et il sourit largement avec satisfaction.

« Ah, c’est une bonne prise. C’est bien Kris. Elle a déjà totalement maîtrisé l’utilisation de ce truc. »

C’était une photo prise d’en haut d’une des montagnes, capturant le paysage en bas. Elle saisissait dans son cadre toute l’étendue des troupes du Clan de la Foudre qui marchaient à travers le col de la montagne vers la position du Clan du Loup. Les bords de l’image étaient un peu flous, probablement parce qu’elle avait beaucoup utilisé la fonction zoom.

« Si tu connais ton ennemi et que tu te connais toi-même, tu ne seras pas en danger dans cent batailles. » En temps de guerre, des informations précises sur l’ennemi avaient plus de valeur que n’importe quel métal précieux.

« Tu as aussi fait du bon travail là-bas, Al, » déclara Yuuto. « Tu dois être fatiguée, non ? Va te reposer et prendre un verre, d’accord ? »

« Eheheheh ! » Albertina gloussa et se mit à rire et à sourire joyeusement, tandis que Yuuto lui tapota la tête et lui ébouriffa un peu les cheveux en s’amusant.

Cette tactique d’utilisation de l’application « appareil photo » de son téléphone était tout aussi dépendante d’Albertina aux pieds rapides que de Kris.

Seule Albertina, manieuse de la rune Hræsvelgr, le Provocateur des Vents, avait pu se rendre à Yuuto en si peu de temps à travers la végétation sauvage et épaisse des montagnes où il n’y avait aucun chemin.

« Sa formation de marche a presque la forme d’une flèche, » dit Félicia en se penchant sur le côté pour regarder l’écran du smartphone.

« Oui, la “formation en pointe de flèche”, pour être précis. »

Shimazu Yoshihihiro, le général guerrier de l’époque Sengoku au Japon, également connu sous le nom de « Démon de Shimazu », avait utilisé cette même formation pour échapper à certains malheurs dans la bataille de Sekigahara, lorsque la victoire de ses ennemis était devenue certaine.

Plutôt que d’essayer de reculer vers l’arrière, il avait foncé droit devant sur l’armée principale de Tokugawa Ieyasu et les avait percutés, passant juste devant Tokugawa. Il avait réussi à percer et à quitter le champ de bataille, ce qui avait été par la suite connu comme « la stratégie de sortie de Shimazu ».

Comme le démontre un tel exemple historique, la pointe de flèche était une formation entièrement spécialisée pour attaquer avec une pleine charge.

« Hmph, je suppose que c’est plus comme quelque chose que cet idiot essayerait. » Yuuto ouvrit l’application « appareil photo » de son téléphone, et le dirigea vers l’armée du Clan de la Foudre qui fonçait vers lui par le col, faisant un zoom avant.

Il repéra une silhouette aux cheveux roux juste à l’avant de leur formation.

Normalement avec la formation en pointe de flèche, le général serait positionné près du centre ou à l’arrière, pas tout à fait à l’avant, mais ceci, encore une fois, était plus la façon dont Steinþórr faisait les choses.

Toutes ces choses étaient encore dans le champ des calculs de Yuuto, d’après ce qu’il savait.

« Attends, un cheval !? » cria Yuuto en état de choc et ses yeux s’élargirent.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire