Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 4

***

Acte 4

***

Acte 4

Partie 1

« Alors, cet idiot a commencé à bouger, » marmonna Yuuto, en utilisant son surnom habituel pour Steinþórr.

Un rapport urgent venait d’arriver de l’ouest.

Assis à son kotatsu et reposant son menton sur une main, Yuuto soupira profondément, déplorant les problèmes que ce rapport allait sûrement présager.

L’épaisse couche de neige qui recouvrait Iárnviðr avait maintenant fondu, et dans les champs, on pouvait déjà voir les bourgeons de fleurs pousser ici et là.

Il ne faisait plus sec et froid à glacer les os, et le vent portait le souffle du printemps.

Cela dit, il faisait encore un peu froid en moyenne, assez froid pour que cela soit parfait de s’assoupir assis devant un kotatsu chaud… ce que Yuuto allait faire jusqu’à ce que Kristina et Albertina arrivent avec le rapport.

« Oui, mon Père, parce qu’un certain idiot a agi sans réfléchir, maintenant ça va te causer toutes sortes de problèmes… » Pendant que Kristina parlait, elle se tourna vers sa sœur.

C’était très délibéré, accusateur même.

Aussitôt, Albertina avait commencé à paniquer. « Hwah, moiiii !? Attendez, je n’ai rien fait cette fois ! »

« Oh, mes excuses. Quand j’ai entendu le mot “idiot”, j’ai pensé qu’on parlait de toi, Al. »

« C’est horrible ! Quel genre de personne me considères-tu — . »

« Une idiote. »

« C’était trop rapide ! N’était-ce pas un réflexe !? »

« Héhé, naturellement. »

« Pourquoi as-tu l’air fier de toi ? » gémit Albertina. « Fais au moins semblant d’être un peu désolée ! »

« … Tch. »

« Pourquoi agis-tu encore plus méchamment à la place ? »

Les jumelles étaient plus turbulentes que jamais.

Ces derniers temps, Yuuto s’était suffisamment habitué à leurs cabrioles comiques qu’elles étaient devenues pour lui une source de divertissement. Mais pour l’instant, il ne pouvait pas se permettre de se laisser distraire.

« Kristina, » dit-il. « Arrête de jouer pour l’instant et donne-moi les détails du rapport. »

« Oui, mon Père. » Comme si un interrupteur avait été actionné, le visage de Kristina devint instantanément sérieux, et elle hocha la tête solennellement.

La façon dont elle s’était transformée si rapidement, et si complètement, était quelque chose que Yuuto avait eu du mal à gérer au début, mais maintenant il y était tellement habitué qu’il n’y prêtait aucune attention.

« Selon le rapport de nos espions, une troupe du Clan de la Foudre de 8 000 hommes est partie de Bilskirnir, dirigé par Steinþórr. »

« Attends ! Ils sont déjà en marche !? » cria Yuuto. « On ne nous a jamais dit qu’ils avaient commencé leurs préparatifs de guerre, rien du tout ! »

Yuuto, les yeux écarquillés, s’était légèrement levé, alors que le poing qui était sur sa joue tomba sur la table.

Le Clan de la Foudre avait mené une véritable guerre contre le Clan du Loup une fois au cours de l’été précédent. De plus, pendant l’automne, ils avaient agi pendant un certain temps comme s’ils essayaient d’envahir à nouveau, alors bien sûr le Clan du Loup les avait traités comme la plus haute classe de menaces, les observant avec vigilance.

Plusieurs agents entraînés par Kristina avaient été envoyés pour infiltrer le Clan de la Foudre, et ils étaient censés envoyer des rapports détaillés dès les premiers signes d’activités suspectes.

Et pourtant, ici, les troupes ennemies étaient déjà en marche. Ce fut un choc énorme pour Yuuto.

« En effet, ils ont réussi à tout nous cacher jusqu’au bout, » dit Kristina. « Je soupçonne que c’est probablement l’œuvre du commandant en second du Clan de la Foudre, Röskva. »

« Röskva… C’est une Einherjar avec la rune Tanngnjóstr, le broyeur de dents, non ? » demanda Yuuto. « J’ai entendu dire qu’elle est elle-même aussi parfois appelée par l’alias de “Broyeur de Dents”. »

« Oui, et c’est un nom approprié, même si c’est pour une raison très différente. Ses ruses sont ce qui fait grincer les dents aux autres. Même moi, j’ai été complètement prise par surprise par elle. » Kristina grimaça comme si elle crachait les mots, et c’était clairement son émotion réelle et pas une attitude dramatique fictive, une rareté pour elle.

Kristina était peut-être jeune du point de vue de l’âge, mais lorsqu’il s’agissait de recueillir des renseignements, elle n’était rien de moins qu’un génie. L’ennemi l’avait si bien déjouée que ça avait dû blesser son orgueil.

Bien sûr, le fait qu’elle avait encore commencé la réunion en s’amusant avec sa sœur montrait que, blessée ou non, elle était toujours intransigeante sur cette partie de sa personnalité.

« Eh bien, je dois en tout cas vraiment le reconnaître, » dit Yuuto avec un autre froncement de sourcils. « Où ont-ils trouvé assez de soldats pour faire une autre force de 8000 hommes ? »

C’était le même nombre de soldats que dans l’armée du Clan de la Foudre il y a six mois, lors de la bataille de la rivière Élivágar.

Ce qu’il était important de noter, c’est qu’ils avaient de nouveau atteint ce chiffre malgré le fait que la tactique de Yuuto avait fait plusieurs milliers de morts et de blessés.

De plus, ils avaient réussi à organiser, à déplacer et à équiper une force de cette taille sans que Kristina en ait eu vent. C’était un mystère de savoir comment Röskva y était parvenu.

« Elle est douée. Trop bon pour la gaspiller avec cet idiot, » soupira Yuuto. « Honnêtement, j’adorerais moi-même la recruter. »

En ce qui concerne le Clan de la Foudre, le Tigre Affamé de Batailles Steinþórr était certainement la vedette de leur spectacle, mais sans aucun doute, cela avait aussi été rendue possible grâce aux compétences politiques et administratives exceptionnelles de Röskva qui le soutenaient dans les coulisses.

Pourtant, Yuuto ne pouvait pas se permettre de perdre trop de temps à faire l’éloge de son ennemi. Cette situation exigeait une action urgente.

« Rassemblez les troupes, aussi vite que possible. Nous allons partir et intercepter le Clan de la Foudre sur le terrain ! »

 

☆☆☆

La zone juste à l’extérieur des portes d’Iárnviðr était remplie de gens.

Les chevaux de bât étaient alignés contre les murs, les soldats formant des lignes en files indiennes menant à eux. Chaque soldat attendait à tour de rôle de recevoir des paquets d’équipement et de fournitures, qu’il ramenait ensuite dans sa propre escouade. Les escouades avaient été rassemblées en divers endroits.

Le vacarme général était ponctué ici et là par les cris d’un peloton qui faisait l’appel, ou les cris d’une dispute sur une question ou une autre.

Dans un coin de la ville, à une certaine distance des troupes amassées, Rífa regarda avec émerveillement, faisant tourner la poignée de son parasol en tissu. « Oho… tout un spectacle. »

Ce n’était pas juste un grand rassemblement de gens. Ces gens étaient sur le point d’aller à la guerre, et il y avait un sentiment palpable de chaleur, de violence, qui se dégageait d’eux.

Même en les regardant de loin, cette chaleur violente avait refroidi la colonne vertébrale de Rífa et lui avait donné la chair de poule sur les bras.

« Je suis désolé, » lui dit Yuuto. Il inclina la tête, l’air un peu coupable. « Même si c’est censé être votre adieu, ça a fini par être si précipité. »

En effet, c’était le jour où Rífa devait quitter Iárnviðr, le début de son voyage de retour. Et pourtant, malgré le fait que Yuuto était submergé par tous ses préparatifs précipités pour la guerre, il avait quand même pris le temps de venir la voir.

Peut-être parce qu’il se mettrait en route peu de temps après, Yuuto était vêtu de noir de jais, avec un manteau assorti, et son expression avait l’air un peu plus sévère et vaillant que d’habitude.

Rífa sentit son cœur se resserrer légèrement face à cette version différente de l’homme.

« Non, c’est inévitable, » dit-elle en secouant légèrement la tête. « Vos ennemis ont après tout commencé leur attaque. »

« Je vous suis gré que vous disiez ça. »

« Vous… pensez-vous que vous allez gagner ? »

« Je n’ai pas l’intention de livrer une bataille perdue d’avance, » dit Yuuto, avec un soupçon de sourire ironique.

Malgré le fait que la guerre était si proche, il ne semblait pas nerveux, mais il ne semblait pas non plus trop détendu.

Il avait l’air… naturel.

C’était une personne qui s’était déjà frayé un chemin dans plus d’une douzaine de batailles, malgré son jeune âge. C’était peut-être à cela que ressemblait le visage de l’expérience militaire.

Tandis qu’il jetait un coup d’œil sur le côté des soldats éloignés, Rífa se trouva momentanément envoûtée par son visage de profil.

Tu es vraiment un homme pécheur, Yuuto, pensa-t-elle avec un rire regrettable.

« Je vois, » dit-elle. « Dans ce cas, je vous demanderai de faire de votre mieux pour ne pas mourir. »

« Bien sûr que oui. Et quand les choses se seront calmées, revenez nous voir. Nous serions heureux de vous avoir. »

« Est-ce que c’est vraiment bon ? Je suis presque sûre que je vous ai causé toutes sortes d’ennuis depuis que je suis ici. »

« Ahahaha. » Yuuto donna un rire sec, et détourna les yeux. Le fait qu’il ne l’ait pas nié signifiait qu’il était essentiellement d’accord.

Rífa était un peu ennuyée par cela, mais en même temps, elle trouvait cela réconfortant. À l’époque où ils s’étaient rencontrés pour la première fois, en tant que patriarche de clan, il ne se serait jamais permis d’agir comme ça avec elle.

C’était la preuve qu’ils s’étaient beaucoup rapprochés au cours des trois derniers mois.

« Tant de choses se sont passées… » Rífa se sentait émue, sentant qu’il fallait mettre un terme à la solitude qui accompagne la connaissance des bonnes choses.

Alors qu’elle fermait les yeux, des scènes de tout ce qu’elle avait vécu au cours de ces trois mois avaient déferlé dans son esprit. Chacune d’entre elles avait été une première expérience dans sa vie.

Ils étaient tous précieux pour elle, et les souvenirs brillaient comme des pierres précieuses dans le fond de son cœur.

L’un d’eux était beaucoup plus brillant que les autres.

« Je dirais que le meilleur souvenir doit être ce hotpot que nous avons mangé ensemble, » dit-elle. « C’était vraiment délicieux ! »

« Hein ? Mais ne vous êtes-vous pas plainte à l’époque que la saveur était trop faible ? »

« Euh… ! Vous n’avez pas besoin de vous rappeler cette partie. » Rífa fronça les sourcils devant la remarque inutile de Yuuto.

Il est vrai que lorsqu’elle avait goûté la nourriture pour la première fois, elle était insatisfaite. Mais après ça, avant de s’en rendre compte, elle s’était retrouvée en train de manger de tout son cœur, si cordialement qu’à la fin, elle s’était donné des brûlures d’estomac.

Et maintenant, en y repensant, aussi simple et léger que puisse être la saveur, elle s’était sentie nostalgique de ce goût d’une manière qu’elle n’avait jamais ressentie envers tous les aliments délicieux qu’elle avait mangés jusque-là.

Elle en connaissait aussi la véritable raison.

C’était simplement parce qu’elle était heureuse.

Se réunir autour d’une table avec des gens du même âge qu’elle, rire et faire du bruit ensemble, c’était quelque chose que Rífa n’avait jamais vécu avant cette nuit-là.

C’était peut-être quelque chose de banal pour les gens ordinaires, quelque chose qu’ils prenaient pour acquis, mais pour Rífa, le souvenir de cette nuit était un temps précieux et irremplaçable.

« Euh, Dame Rífa, est-ce que… vous pleurez ? » Yuuto bégaya.

« Imbécile, je ne pleure pas, bien sûr ! Le soleil est tout simplement trop lumineux pour mes yeux ! »

« Le soleil… mais le ciel est nuageux en ce moment. »

« Eh bien, quand même, c’est encore trop lumineux pour moi ! » protesta Rífa en se frottant les coins des yeux avec ses deux mains.

En réalité, les yeux de Rífa étaient incroyablement sensibles à la lumière. Même avec un ciel nuageux comme celui d’aujourd’hui, il faisait trop clair à son goût.

Bien sûr, pas assez brillante pour la faire pleurer. Cependant, pour une raison inconnue, ses yeux étaient terriblement chauds en ce moment. Elle ne pouvait pas retirer ses mains.

« Je… ne pleure pas, vous comprenez, » dit Rífa, en reniflant un peu.

« … Bien sûr, » répondit doucement Yuuto, puis garda le silence. Il attendit patiemment que les larmes de Rífa s’arrêtent.

***

Partie 2

Sa gentillesse donnait l’impression que quelque chose dans le cœur de Rífa était sur le point d’éclater.

« Cela me fait penser à un truc, » dit-elle enfin. « Vous en avez tant fait pour moi, et pourtant je ne vous ai donné aucune récompense. »

Rífa inclina légèrement son parasol vers l’avant de sorte qu’il cachait le haut de son visage et de ses yeux.

« Hein ? Oh, non, ce n’est pas nécessaire, vraiment. » Yuuto agita la main avec désinvolture, rejetant son offre.

Normalement, les puissants dirigeants possédaient en eux de fortes ambitions et de la cupidité, mais comme toujours, ce jeune homme ne semblait pas avoir de tels désirs.

Cependant, Rífa était le genre de fille qui avait l’habitude d’obtenir ce qu’elle voulait, et qui n’aimait pas qu’on la rejette. Elle avait persisté obstinément. « Croyez-vous que j’accepterai ? Je suis la þjóðann. Je ne partirai pas sans récompenser mes sujets pour leurs réalisations. C’est une question d’honneur. »

« D-D’accord. »

« Quelle est cette réponse timide ? » demanda-t-elle, offensée. « Je vous offre personnellement une récompense. »

« Oh, euh, merci beaucoup, Votre Majesté. »

« Ne vous donnez pas la peine de dire merci de force ! Je n’en ai pas besoin. »

« D-Désolé. »

« Hmph. Avec vous aussi obstiné que vous l’êtes, ne soyez pas surpris si la fille que vous aimez se lasse de vous. »

« Ahahaha, je ferai de mon mieux pour m’améliorer. »

« D’accord, alors. Tenez, prenez-le. » Rífa tendit un poing serré, puis l’ouvrit.

Yuuto regarda sa paume pendant une seconde, puis demanda, perplexe. « Je ne vois rien là-bas… »

« Excusez-moi ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? C’est juste là. Votre vue est certainement mauvaise. »

« Eh bien, oui, comparés à la moyenne des gens ici, mes yeux ne sont pas aussi bons, bien sûr, mais… »

« Alors, allez-y. Penchez-vous et regardez de plus près. »

« D-D’accord. » Yuuto se pencha pour mettre son visage près de la paume de la main de Rífa, et plissa les yeux, essayant de voir ce qu’elle avait dans la main. Mais à en juger par son expression tendue, il n’avait toujours rien vu.

« Voilà, ça devrait être parfait. Vous êtes assez grand, après tout. »

« Hein ? » Yuuto ne comprenait clairement pas le sens des mots de Rífa, et son visage s’était levé pour regarder le sien.

Rífa écarta le parasol, et en plaçant rapidement ses mains sur les deux joues de Yuuto, elle ferma les yeux et le tira doucement vers elle.

Puis elle pressa ses lèvres contre les siennes.

« Mm, mmph !? »

« Lady Rífa !? » cria Félicia.

Alors que Félicia haussait la voix en signe d’alarme, Yuuto avait réagi en luttant pour reculer, mais Rífa ne l’avait pas laissé partir. Elle s’assurait de graver la sensation de leurs lèvres et de ce moment dans sa mémoire… et dans la sienne.

Après cinq secondes, elle l’avait finalement relâché.

 

 

« Kh… ! » Quand elle l’avait fait, Yuuto avait pratiquement sauté en arrière, la regardant avec des yeux remplis de choc.

Rífa ramassa son parasol et lui fit un sourire triomphant. « L’insouciance est le pire ennemi d’un guerrier. Il semble que j’ai réussi à tromper le commandant invaincu du Clan du Loup. »

« Pourquoi... Pourquoi avez-vous fait ça !? » Yuuto avait complètement ignoré sa vantardise et lui avait simplement jeté cette question.

Ça ne valait même pas le coup de se fâcher.

« Hmph, » se moqua-t-elle, « N’avez-vous pas l’intention de partir à la guerre ? La þjóðann elle-même vient de vous accorder personnellement ce qui équivaut à une bénédiction sainte, dans l’espoir que vous serez victorieux. »

« Qu-Quooi... ? C’est une faveur que je n’ai pas demandée, cependant… euh… Je veux dire ! » Peut-être parce qu’il était encore confus, les vrais sentiments de Yuuto étaient apparus en premier.

Rífa avait fait un petit rire ironique. « Vous ne changerez jamais vraiment… Vous êtes toujours aussi impoli ! »

« Je suis désolée… Je le suis vraiment. »

« Oh, c’est très bien. » Rífa avait ri et avait salué les timides excuses de Yuuto.

Ce côté indélicat de lui faisait partie de ce qui l’avait attirée vers lui en premier lieu.

Tous ceux qui avaient rencontré Rífa l’avaient traitée avec respect et admiration. C’était, à sa façon, inévitable. Pour les habitants d’Yggdrasil, le þjóðann était exactement ce genre d’individu.

Cependant, ce jeune homme était différent.

Il pouvait utiliser un langage respectueux envers elle, mais le respect dans ce langage n’était rien de plus qu’une formalité de surface.

Et c’était bien.

Il était le seul qui l’avait vue comme une fille normale, qui l’avait traitée avec gentillesse comme si elle était une fille normale.

Il n’avait jamais manifesté le moindre intérêt pour sa position en tant que þjóðann, ni essayer de l’utiliser de quelque façon que ce soit.

Et pour une fille qui avait grandi à l’abri du monde extérieur, c’était suffisant pour déclencher en elle les premiers sentiments fugaces de passion.

Lorsque Rífa reparla, son sourire était à la fois joyeux et un peu triste. « On dit que même l’amour non partagé est encore de l’amour, n’est-ce pas ? Le genre qu’une fille normale vit dans une vie normale. Je peux certainement me considérer comme chanceuse d’avoir donné mon premier baiser à un homme que j’aimais vraiment. »

« Qu’est-ce qu’il y a ? Aimé, comme dans… m-moi !? » cria Yuuto.

« Pourquoi demandez-vous ça maintenant ? » Les épaules de Rífa tombèrent et elle poussa un soupir exaspéré.

Elle l’avait embrassé, donc bien sûr une telle chose devrait aller de soi.

C’est un homme tellement entêté que j’ai pitié des luttes que les femmes qui l’entourent doivent endurer, pensa Rífa, incapable de réprimer la sympathie pour ses rivales amoureuses.

« Eh bien, au moins, je me suis donné un dernier souvenir merveilleux avant le mariage, » dit Rífa. « Je ne peux rien faire d’infidèle une fois que je serais la femme d’un homme, après tout. »

« Hein !? M-Mariage !? » Yuuto bégayait.

« Pourquoi êtes-vous surpris ? Je suis la þjóðann. Je porte le sang de l’empereur divin Wotan, et avec lui le devoir de transmettre cette lignée. Et je suis en âge de me marier, moi aussi. Quelques demandes en mariage à ce stade ne devraient pas être surprenantes du tout. »

« Mais, eh bien, c’est peut-être vrai, mais… ! » Yuuto semblait particulièrement agité.

Rífa se sentait incroyablement heureuse.

Bien sûr, elle avait compris qu’en fin de compte, c’était sa réaction instinctive parce qu’elle avait le même visage que la fille qu’il aimait, et cela le troublait.

« U-um, quel genre de personne est-il ? » Yuuto s’était aventuré à demander.

« Il est Grand Prêtre du Saint Empire Ásgarðr et patriarche du grand Clan de la Lance… Et c’est aussi un vieil homme repoussant bien au-delà de la soixantaine. »

« Soixante !? » Yuuto avait écarquillé ses yeux.

C’était peut-être une réaction naturelle. Rífa avait seize ans, il était donc facilement assez vieux pour être son grand-père.

Sans parler du fait qu’à Yggdrasil, le simple fait d’atteindre la cinquantaine était considéré comme une très longue vie. Soixante ans étaient considérés comme si vieux qu’on pouvait s’attendre à ce qu’il meure d’un jour à l’autre. On pourrait dire qu’il s’agit d’un mariage très irrégulier.

« Pourquoi quelqu’un de si mal assorti serait-il… ? Ne pouvez-vous pas refuser ? »

« Impossible, je le crains, » dit Rífa avec regret. « Déjà cet homme… Hárbarth a l’empire central fermement dans la paume de sa main. Il n’y a plus personne à la cour impériale qui puisse le défier. Il contrôle tout le monde. »

« C’est impossible ! Mais… mais quand même, vous… ! »

« Quoi ? Alors vous voulez dire que vous voulez m’épouser ? » Rífa rencontra les yeux de Yuuto avec un regard perçant et espiègle.

« C’est… » Yuuto ne pouvait pas sortir plus de mots que ça.

Rífa était consciente de l’injustice qu’elle faisait envers lui. Mais c’était l’homme qui avait refusé son amour, après tout. Il n’y avait pas de mal à se venger.

« Maintenant, c’est vraiment devenu trop douloureux pour moi de rester au soleil plus longtemps, » dit-elle d’un ton désinvolte. « J’hésite à le faire, mais je vais devoir prendre congé. »

Rífa se retourna et se dirigea vers sa calèche.

Yuuto avait crié des mots d’adieu gentils de derrière elle. « Bien sûr, Dame Rífa. Je vous souhaite bonne chance et bon voyage sur la route du retour ! »

Vous me laisserez avec un adieu aimable, mais jamais les mots que j’ai vraiment envie d’entendre, pensa-t-elle.

Rífa leva une main et fit signe de la main en marchant, mais elle ne se retourna pas pour le regarder.

« Alors, adieu. Je passerai mon voyage de retour à prier pour votre victoire. »

 

☆☆☆

Après le départ de la calèche de Rífa, la voix hautaine d’une petite fille s’était fait entendre d’en haut, et une silhouette sombre était tombée au sol du haut d’un palmier dattier voisin.

« Héhé, héhé ! Père, vous ne manquez jamais d’impressionner. Dire que vous feriez pâlir Sa Majesté impériale pour vous. »

« Eh !?? Kris !? » Félicia avait crié de surprise, et son expression était vraiment mortifiée.

En tant que garde du corps personnel de Yuuto, le fait qu’elle ait permis à quelqu’un de s’approcher si près de lui sans jamais remarquer leur présence avait dû être un échec douloureux pour elle.

Cependant, on pourrait dire qu’elle était tout simplement contre le mauvais type d’adversaire cette fois-ci.

Kristina était une Einherjar de la rune Veðrfölnir, le Silencieux des vents. Les capacités qu’il lui conférait lui permettaient d’effacer sa présence et d’avoir un talent naturel pour les techniques d’espionnage.

Bien sûr, si Kristina avait eu une intention meurtrière envers eux, Félicia l’aurait immédiatement sentie.

« Al est là aussi. » Kristina gloussa et montra du doigt la cime de l’arbre, où Albertina disait « Waaaah, uwaaah, » à elle-même et se couvrait les yeux timidement avec ses deux mains.

… Naturellement, avec un espace entre ses doigts pour voir à travers.

Il n’y avait pas lieu de se demander, alors, apparemment, elles avaient toutes les deux été témoins du baiser. Et elles avaient toutes les deux appris la véritable identité de Rífa.

Yuuto secoua la tête et soupira. « Écouter et jeter un coup d’œil ? Vous n’avez aucun goût pour les passe-temps. »

« Oh, ne vous inquiétez pas, il se trouve que c’est mon travail, » sourit Kristina.

« Alors dans ce cas, allez jeter un coup d’œil sur l’état des choses dans le Clan de la Foudre. »

« Bien sûr que oui. Le tout en temps voulu. Mais au lieu de vous inquiéter pour moi, êtes-vous sûr que vous êtes d’accord pour laisser partir Rífa ? »

« Peu importe ce que je pense. Elle s’est engagée à y retourner. Je ne peux pas vraiment l’empêcher de partir. » Yuuto cracha amèrement les mots, et serra les poings.

Ces paroles s’adressaient en partie à lui-même.

Si elle revenait, alors Rífa devrait épouser le vieil homme qui était patriarche du Clan de la Lance.

C’était un mariage politique, contre lequel Rífa elle-même était clairement opposée. Elle n’avait que seize ans, forcée d’épouser un homme qu’elle n’aimait pas, assez vieux pour être son grand-père. Il n’y avait aucune chance qu’elle ne soit pas malheureuse à l’idée.

Honnêtement, il voulait l’empêcher d’y aller.

En tant qu’ami, il se sentait en colère en sa faveur, et il adorerait l’aider en brisant le mariage arrangé.

Cependant, Rífa était la þjóðann, la Divine Impératrice qui régnait sur toutes les terres d’Yggdrasil, et Yuuto n’était rien de plus que le patriarche du Clan du Loup, un vassal provincial.

S’il agissait imprudemment et tentait de l’héberger, il pourrait facilement finir par être présenté comme un traître à l’empire, un homme horrible qui avait enlevé son impératrice.

Dans une telle situation, la vérité n’avait pas d’importance. Ce qui importait, c’était que cela donnerait à tous les autres une justification politique pour prendre des mesures contre lui.

« Si le moi d’il y a deux ans me voyait maintenant, je suis sûr qu’il me crierait dessus de ne pas m’asseoir sur la clôture comme un poulet, et il me maudirait, » chuchota Yuuto à personne en particulier, un ricanement moqueur sur son visage.

Il enviait le Yuuto à l’époque parce qu’il était capable de dire quelque chose comme ça… et en même temps, il le détestait.

Ce genre de platitude naïve pouvait sembler bon à première vue, mais vu sous un autre angle, ce serait implorer Yuuto de mettre en danger toutes les vies innombrables de son peuple pour aider Rífa, une seule personne.

En ce moment, il commençait une guerre avec le Clan de la Foudre, et le Clan de la Panthère qui le menaçait encore depuis le nord-ouest. Créer d’autres ennemis à ce stade était beaucoup trop dangereux.

En tant que patriarche de clan, il ne pouvait se pardonner le luxe de prendre des décisions lorsqu’il était ivre d’héroïsme.

Bien sûr, c’était comme s’il abandonnait Rífa à son sort, et cela lui laissa une douleur insupportable dans son cœur. Mais Yuuto devait le supporter. Il le ferait pour s’acquitter de son devoir de dirigeant de son peuple.

Avalant ses sentiments, Yuuto se tourna vers ses troupes, son manteau battant derrière lui.

« Troupes du Clan du Loup, nous partons !! »

***

Partie 3

Bruno, le grand prêtre et chef des anciens du Clan du Loup, avait crié sa prière vers le ciel. Il tenait une épée d’or en l’air et la lança sur la jeune chèvre couchée sur l’autel du sanctuaire. « Oh, Angrboða, gardien divin et mère pour nous tous. S’il vous plaît, accordez votre protection à vos enfants qui partent maintenant au combat ! Accordez-nous la victoire ! »

Du sang frais s’était répandu sur lui, tachant son visage et sa robe. Mais Bruno n’avait pas réagi à cela, continuant à poignarder la chèvre encore et encore.

Ce sacrifice rituel avait été fait dans la prière pour la victoire à la guerre.

Bien que cela puisse sembler cruel pour les esprits modernes, de telles pratiques étaient courantes non seulement à Yggdrasil, mais sur toute la Terre dans les temps anciens. On pourrait même dire que, puisqu’ils ne sacrifiaient pas d’autres humains, c’était relativement apprivoisé.

Bruno leva à nouveau l’épée, sa lame devenue complètement rouge, et cria d’une voix aiguë.

« Maintenant, élevons tous nos voix ensemble ! Accordez-nous la victoire ! Victoire ! »

« Victoire !! Victoire !! » Un chœur de cris avait retenti en réponse à l’appel de Bruno.

Plusieurs dizaines d’autres personnes étaient présentes dans le hörgr, la grande salle du sanctuaire au sommet de la tour sacrée Hliðskjálf du Clan du Loup. Ils tenaient leurs mains serrées l’une contre l’autre devant leur poitrine, les yeux fermés.

Jörgen, Ingrid et Éphelia étaient parmi eux.

Ceux qui ne pouvaient pas personnellement aller se battre priaient ainsi les Dieux pour la sécurité de leurs amis et de leurs proches, sur le champ de bataille.

Il y avait des sanctuaires similaires dans la ville elle-même, et en ce moment, ils débordaient sûrement de gens qui venaient prier.

Une fois la cérémonie terminée, Jörgen se détendit le cou raide de quelques mouvements et sortit du sanctuaire en grommelant à lui-même.

« Ouf ! Honnêtement, ce sale gosse du Clan de la Foudre. Il n’avait qu’à y aller et le faire pendant une période si occupée de l’année… »

Ce n’est qu’une partie des hommes qui avaient été enrôlés pour aller se battre, en général, le troisième fils de chaque famille et moins. Ainsi, même en temps de guerre, ce n’était pas comme si tous les hommes avaient quitté la ville et ses environs, mais c’était quand même une énorme diminution de la main-d’œuvre disponible.

Yuuto parti, Jörgen servait comme son représentant et portait toute l’autorité du patriarche. Ce qui signifiait qu’il allait maintenant faire face à tous les problèmes et dilemmes, prévus et imprévus, qui se posaient. Ça allait être beaucoup de maux de tête.

Une voix inattendue l’interpella chaleureusement alors qu’il terminait de descendre l’escalier extérieur de la tour sacrée. « Ohh ! Tiens donc, c’est Jörgen ! »

En se retournant, il vit un homme d’âge moyen, bien bâti, avec une barbe élégamment taillée, lui souriant et lui faisant signe de la main. Il était finement vêtu, le marquant comme un homme de haut rang.

Il n’était pas membre du Clan du Loup, mais pas non plus étranger, Jörgen le reconnut tout de suite.

« Ah, Seigneur Alexis. Je ne savais pas que vous étiez là. Je dois humblement vous remercier encore une fois d’avoir agi à titre de médiateur pour moi lors de la cérémonie du serment du calice au Festival du Nouvel An. »

Jörgen parlait humblement, car il s’agissait d’un goði, un prêtre de haut rang du Saint Empire Ásgarðr qui en était aussi le représentant.

Pendant la fête du Nouvel An, alors que les autres clans subsidiaires avaient échangé le Serment du Calice entre eux et avec Jörgen, c’est Alexis qui avait servi d’intermédiaire officiel pendant la cérémonie.

« Oh non, non, non, c’était aussi la première fois que j’avais l’occasion d’administrer une si grande cérémonie de groupe, » dit Alexis en souriant. « Vous m’avez permis d’avoir une expérience d’apprentissage très utile. »

« Oh, s’il vous plaît, ne soyez pas si humble, » dit Jörgen. « Votre sang-froid et votre maîtrise du rituel étaient tout simplement magistraux. »

« Ha ha ha ha ha, ce n’est pas mal du tout de recevoir ce genre d’éloges. »

« Au fait, Seigneur Alexis, qu’est-ce qui vous amène à Iárnviðr ? » demanda Jörgen.

« Ah, eh bien, en fait, une petite rumeur m’est parvenue. J’ai entendu dire qu’une dame de la famille impériale habitait ici à Iárnviðr, et comme j’étais à proximité, j’ai pensé que je pourrais lui rendre hommage. »

« Ah, vous devez faire référence à Dame Rífa, » dit Jörgen en hochant la tête.

Dans la culture de l’empire, il était parfaitement logique qu’un prêtre impérial puisse chercher à rendre une visite respectueuse à un membre de la famille impériale s’il apprenait qu’elle était proche.

« Vous arrivez quand même un peu trop tard. Pas plus tard que ce matin, Dame Rífa s’apprêtait à rentrer chez elle. »

« Oui, c’est ce qu’il semblerait. Je suppose que j’ai raté ma chance. Quand j’ai appris cela, j’ai pensé que dans ce cas, puisque j’étais déjà ici, je pourrais aussi bien visiter le Hliðskjálf et offrir une prière de remerciement aux dieux pour mon arrivée ici en toute sécurité. Mais êtes-vous peut-être en plein milieu de quelque chose ? »

« Oui, le Clan de la Foudre n’a toujours pas retenu la leçon, et ils ont lancé une autre invasion, voyez-vous. Nous étions tous en train de terminer notre cérémonie pour prier pour la victoire de Père et de tous les autres dans la bataille et le retour sain et sauf. »

« Je vois. Alors peut-être que je vais attendre jusqu’à aujourd’hui et que je reviendrai plus tard. »

« Oh, pas de soucis, nous venons de finir. S’il vous plaît, utilisez le hörgr comme vous le souhaitez. »

« Ah ha ha ha ! Non, après avoir entendu les prières de tant de gens, même les dieux doivent être fatigués. Je reviendrai demain. Alors, prenez soin de vous. » Alexis avait fait un signe de la main et se retourna, marchant sur le chemin qu’il avait emprunté.

Et une fois qu’il avait parcouru une certaine distance, et qu’il pouvait être sûr qu’il n’y avait personne autour de lui qui pouvait l’entendre, il ricana et marmonna d’un air suffisant à lui-même.

« Heh heh heh heh, bien sûr, peu importe combien vous priez tous les Dieux, ce garçon ne reviendra jamais ici. »

 

☆☆☆

Le bruit des sabots résonnait comme le tonnerre sur la terre.

Le cheval aux cheveux de bai portant Steinþórr sillonnait le champ de bataille.

Il avait balancé un long marteau de fer pendant qu’il avançait. Un être humain normal aurait du mal à se contenter de ramasser une arme aussi grosse et lourde, mais le jeune homme aux cheveux roux la faisait tournoyer aussi facilement que s’il faisait tourner un bâton de bois léger.

Chaque fois que les soldats du Clan du Loup tentaient de lui barrer la route, ils étaient un à un mis à la portée de sa tempête de fer, et envoyés en vol.

« Uwaah ! »

« Gyaah ! »

Enfin, Steinþórr avait aperçu un homme en particulier.

Il avait l’air d’avoir une trentaine d’années, avec un visage robuste et fort. En jetant un coup d’œil à son corps, on pouvait voir la corpulence et la force de caractère qui le caractérisaient comme un guerrier redoutable.

Mais en tournant les yeux vers celui dont on dit qu’il avait le cœur d’un tigre, même cet homme haletait, son visage se tendait.

« Raaagh ! » Steinþórr avait rugi.

« Gahk… ! »

Avec un rugissement puissant, Steinþórr fit tomber son marteau dans une lourde frappe verticale de sa position au sommet de son cheval.

L’attaque avait été si fulgurante que l’autre homme n’avait même pas eu le temps de réagir, et sa tête s’était littéralement brisée, laissant le reste du corps tomber en sang.

L’instant d’après, tous les soldats du Clan de la Foudre des environs éclatèrent en acclamations triomphantes.

« Yeaaaahhhhhh ! Le Seigneur Steinþórr a vaincu le commandant ennemi ! »

« Nous sommes victorieux ! »

« Saluez Dólgþrasir, le Tigre affamé de la bataille ! »

À ce dernier cri, les autres soldats se mirent à chanter en chœur. « Dólgþrasir, le Tigre affamé de batailles ! »

Ils projetèrent leurs lances en l’air, et leurs cris de victoire commencèrent à résonner. Le chœur s’était étendu vers l’extérieur et, en un clin d’œil, avait englobé toute la forteresse et son environnement.

Ils se battaient pour le contrôle d’une forteresse près de la frontière entre le Clan du Loup et le Clan de la Foudre. Il était autrefois sous le contrôle du Clan de la Foudre, mais lors de la guerre de l’été précédent, le Clan du Loup l’avait saisi. Gagner un peu de ce qu’ils avaient perdu, c’était sûrement ajouter de la joie aux célébrations des soldats du Clan de la Foudre.

« Ahh, cependant, ce n’était pas si satisfaisant que ça, » murmura Steinþórr. « Eh bien, je suppose que c’est bon comme apéritif. »

Un homme svelte, au visage net et gracieux, était monté à cheval aux côtés de Steinþórr et l’avait appelé.

« C’est incroyable, mon oncle ! J’aurais dû m’y attendre. Vous avez pris toute la forteresse sans même transpirer. J’avais prévu de venir à votre aide s’il semblait que vous rencontriez des difficultés, mais un tel plan était complètement inutile, semble-t-il ! »

Cet homme portait le même équipement qu’un soldat standard du Clan de la Foudre, mais il avait beaucoup plus d’expérience avec son cheval.

L’homme s’appelait Narfi, et il était l’un des généraux du Clan de la Panthère.

Dans un clan rempli en grande partie d’hommes vulgaires et grossiers dans l’ensemble, cet homme semblait avoir un air beaucoup plus doux et calme, et c’est l’une des raisons pour lesquelles il avait été choisi pour être envoyé avec Steinþórr et le Clan de la Foudre pour gérer la communication entre les deux armées.

Steinþórr avait utilisé la poignée de son marteau de guerre pour frapper l’armure sur son épaule. « Hé, Narfi. Non, tu m’as déjà beaucoup. »

Il ne mentait pas non plus. Le Clan de la Foudre avait été capable de coordonner et de lancer une telle invasion éclair immédiate avant que le Clan du Loup ne s’en rende compte, et la seule raison en était que le Clan de la Panthère avait fourni tout l’équipement et les provisions pour les deux armées.

Lors de la bataille de la rivière Élivágar lors de la guerre précédente, le Clan de la Foudre avait perdu un grand nombre de soldats et une partie importante de son territoire, et la chute brutale de sa puissance militaire avait été difficile.

Le soutien varié que leur offrait le Clan de la Panthère arrivait exactement au moment où ils en avaient le plus besoin.

Bien sûr, ce n’était pas gratuit, et le Clan de la Panthère attendait quelque chose en retour.

« Oh, cette aide n’est rien, mon oncle seigneur aux cheveux roux. Je n’appellerais même pas ça comme ça. » Avec un sourire amical, Narfi avait ouvert les bras. « Nous, du Clan de la Panthère et du Clan de la Foudre sommes frères maintenant, après tout. »

Steinþórr fit sortir un rire. « Oui, et tu dis ça en nous utilisant, tes frères, comme boucliers. Tu es vraiment quelque chose. »

Les principaux points de la stratégie des clans avaient déjà été déterminés.

L’armée du Clan de la Foudre devait servir d’avant-garde.

L’automne dernier, le Clan de la Panthère avait perdu au combat contre une nouvelle tactique du Clan du Loup qui utilisait des chariots en fer pour former un mur. Steinþórr, avec sa rune Mjǫlnir, le Fracasseur, était le seul capable de détruire ce mur défensif. Du moins, c’est la raison officielle invoquée.

Mais en d’autres termes, la stratégie du Clan de la Panthère était de pousser tous les travaux les plus dangereux sur le Clan de la Foudre, puis d’intervenir à la fin et de récolter les fruits de la victoire pour eux-mêmes.

« N-n-n-n-non, c’est… ce n’est pas vrai du tout ! » s’écria Narfi. « C’est comme je vous l’ai déjà dit : nous ne pouvons pas à nous seuls vaincre le mur défensif de l’ennemi ! Bien sûr, je me rends compte que cela place les rôles les plus désavantageux sur vous et sur le Clan de la Foudre, mon oncle, mais mon père assermenté Hveðrungr a bien sûr l’intention de vous rembourser pour cela, de bonne foi. S’il y a quoi que ce soit que vous voulez, dites-le-moi. »

Narfi semblait paniquer, faisant de son mieux pour arranger les choses, mais Steinþórr n’était pas intéressé par ses mots. Il salua Narfi d’un geste dédaigneux pour s’arrêter, comme s’il repoussait un chien.

« Ce genre de choses logistiques que j’ai laissées à Þjálfi et Röskva. Demande-leur ce qu’ils en pensent. Je vais bien tant que j’ai une dernière chance de me battre avec Suoh-Yuuto. » Steinþórr serra les poings, faisait claquer ses articulations.

En effet, pour lui, tout le reste était insignifiant.

Dans le cadre de sa déclaration de guerre, il avait invoqué la justification officielle qu’il reprenait les terres qui lui avaient été saisies auparavant. Mais personnellement, comme il l’avait dit lui-même à l’époque, « Qui se soucie des détails. »

C’est sa soif insatiable de combat, animée par son instinct, qui avait fait de lui un peuple de souverains appelé « le seigneur au cœur de tigre ».

« Ils peuvent essayer de m’utiliser comme un pion jetable, je m’en fiche. C’est bon, » dit-il en souriant.

Après tout, en fin de compte, cette « fraternité » n’était pas un lien de confiance, mais une mince alliance politique basée uniquement sur le coût et le gain.

Il utilisait lui-même le Clan de la Panthère, afin d’avoir une fois de plus l’occasion de régler les choses avec le seul homme qui avait réussi à le vaincre, et de voir qui était le plus fort.

Il n’y avait donc rien de mal à laisser le Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre l’utiliser à leurs propres fins égoïstes.

Si la prise de ce risque se soldait par sa mort, ce n’était que la limite de sa force en tant qu’homme.

Steinþórr gloussa fortement, vicieusement, et la bête sauvage en lui se révéla dans son expression.

« Tout ce que ça veut dire, c’est que je ne devrais pas attendre que vous arriviez et que vous preniez le risque. J’ai juste besoin de me dépêcher et de l’emmener moi-même d’abord ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire