Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Interlude 5

***

Interlude 5

« Aaaaaah... C’est tellement confortable, » déclara Rífa avec un large sourire sur sa mâchoire lâche qui était assez négligent pour quelqu’un de son statut.

Erna et Thír, les servantes qui lui avaient été assignées par Fagrahvél, auraient normalement dû le lui faire remarquer, mais toutes les deux étaient tout aussi à l’aise, avec les mêmes expressions de plaisir et de rêve.

Toutes les trois étaient réunies dans une salle privée dans la nouvelle auberge de luxe récemment construite dans le quartier est d’Iárnviðr. Elles étaient maintenant dans cet état parce qu’elles avaient mis leurs pieds dans le kotatsu chaud installé au centre de leur chambre.

« On adorerait rester ici, recroquevillées pour toujours…, » déclara Rífa en rêvant, et bâilla. « … Non, ça ne suffira pas ! Nous avons dit la même chose hier et avant-hier. Passer plus de temps à nous reposer serait une insulte à Fagrahvél, qui s’est donné tant de mal pour nous. »

« Ah… ! » s’écria Erna.

« O-Oui, tout à fait raison ! »

Après avoir entendu le nom de leur patriarche bien-aimé, Erna et Thír étaient toutes deux revenues à la raison.

Rífa leur fit un signe de tête satisfait et continua. « D’accord, alors allons dans l’une de ces soi-disant tavernes ce soir. »

« Vous ne devez pas faire ça ! »

Rífa se tortillait le visage dans un air de mécontentement alors que ses deux serviteurs rejetèrent sa demande sans une seconde de pause, et à l’unisson parfait. C’était une fille dont l’humeur et les expressions changeaient facilement et souvent.

« Expliquez pourquoi, » demanda-t-elle. « Nous avons entendu dire que l’information s’accumule naturellement dans de tels endroits. Il nous reste tellement de temps. Il n’y a pas de meilleur endroit que celui-ci pour commencer, si nous voulons être mieux informés. »

« C’est bien sûr vrai, mais les tavernes sont aussi des endroits où beaucoup d’hommes se rassemblent, » dit Erna. « De tels hommes sont souvent ivres, et sans leurs inhibitions. Je crois que trois femmes qui entreraient dans un tel endroit se retrouveraient inévitablement dans une situation insalubre, un jour ou l’autre. »

« Oui, c’est vrai, » Thír acquiesça. « Je pense qu’au moins quelques clients ivres s’approcheraient de nous par curiosité. »

« Alors vous n’avez qu’à nous protéger. Nous voulons juste voir comment c’est ! » déclara Rífa.

Malgré leurs tentatives pour la convaincre, Rífa refusa obstinément d’accepter leurs paroles.

Nous n’aurons peut-être plus jamais l’occasion de voir des endroits du monde extérieur par nous-mêmes.

Si Rífa se contentait de céder ici, elle porterait sûrement des regrets en elle pour toujours, et elle n’en voulait pas du tout.

Cependant, ces deux filles avaient été chargées par Fagrahvél d’assurer sa sécurité. Il semblerait qu’elles n’avaient pas l’intention de suivre ses ordres lorsqu’il s’agissait de choses qui pourraient la mettre en danger.

« Non, même pour Einherjar comme nous, il n’est pas certain que nous puissions vous protéger correctement si nous étions largement dépassés en nombre, » objecta Erna. « C’est trop dangereux. »

« Oui, on ne peut pas le permettre ! » cria Thír. « Lady Rífa, c’est vous qui avez la lignée la plus sacrée et la plus noble de tout Yggdrasil. S’il vous plaît, supportez la déception de ne pas y aller. »

« Mmmph… ! Alors, même si nous vous l’avons demandé sérieusement, ce n’est toujours pas bon ? » Rífa souffla sur les joues et fit la moue, puis demanda de nouveau à ses deux accompagnatrices, en confirmation.

Silencieusement, elles hochèrent toutes les deux la tête fermement en réponse.

« Très bien, alors… » Les épaules de Rífa se baissèrent et elle se pencha, apparemment découragée.

« Læðingr ! »

— et à cet instant, elle tendit la main sur la poitrine de chacun de ses serviteurs, et prononça un mot de pouvoir.

« Quoi !? » Elles avaient à peine eu le temps d’élever la voix et leur corps s’était effondré faiblement sur la table du kotatsu.

Elles étaient en proie à une magie seiðr qui restreignait la liberté de mouvement du corps.

« Ghh… ! Nous avons été négligentes ! » cria Erna.

« Mais ce n’est pas suffisant pour… »

Erna et Thír résistaient encore de toutes leurs forces et s’agrippèrent au bord du kotatsu, se repoussant désespérément.

« Ohhhh, impressionnant, comme on s’y attendait des Einherjars que le bon Fagrahvél a choisis », sourit Rífa. « Nous vous avons frappé directement sur la peau avec Læðingr, et pourtant vous êtes toujours capable de bouger. Eh bien, alors… que pensez-vous de ça ? Gleipnir ! »

« Gnh !? »

Soudain, la force qui leur restait dans les bras disparut, et les deux Einherjars ne réussirent qu’à grogner alors que leur haut du corps s’effondrait à nouveau sur le kotatsu. Cette fois, elles n’avaient pas réussi à se relever.

La Gleipnir était un pouvoir qui permettait de lier et de contenir les forces surnaturelles. C’était un seiðr principalement utilisé pour appréhender et restreindre les Einherjars.

Rífa avait expiré. « C’était assez fatigant. L’activation de deux seiðrs successifs sans rituels ou incantations fait des ravages. »

Elle baissa les yeux vers Erna et Thír alors qu’elle essuyait la sueur de son front et de sa frange.

À ce moment-là, les deux visages qui la regardaient en arrière furent submergés par le choc.

« C’est… c’est… ! »

« Ce n’est pas possible… ! » s’exclama Thír.

« Hm ? Quoi, vous étiez sûrement au courant toutes les deux ? » Rífa gloussa, comme amusée par leur surprise.

Ses deux yeux, qui les fixaient hautainement, contenaient chacun une rune dorée et brillante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire