Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte Supplémentaire

***

Acte Supplémentaire : Les épreuves quotidiennes de Þjálfi

***

Acte Supplémentaire : Les épreuves quotidiennes de Þjálfi

Partie 1

« Maintenant, tout le monde, terminons ce rituel sacré afin de célébrer cet événement, » dit Alexis. « Prêtez-moi vos mains et vos voix. Ensemble, maintenant… »

« Félicitations !! » Suivant l’exemple du goði Alexis, les participants avaient acclamé à l’unisson, et un bruit d’applaudissements avait résonné dans la salle de rituel.

Aujourd’hui était le jour où le patriarche du Clan de la Panthère Hveðrungr et le patriarche du clan de la Foudre Steinþórr avaient renforcé leur lien en tant que nouveaux frères assermentés, avec la cérémonie du Serment du Calice.

Chacun de leurs clans respectifs était parmi les plus puissants d’Yggdrasil. Ainsi, habituellement avant une cérémonie aussi importante, des messagers étaient envoyés dans toutes les directions, rassemblant invités et visiteurs de toute la région. Les citoyens recevraient des cadeaux d’alcool en guise de commémoration, et il n’était pas rare que cette journée devienne un grand festival national.

Cependant, les citoyens de la ville s’adonnaient actuellement à leurs activités quotidiennes, ignorant totalement que cet événement a lieu. Dans la salle du rituel, il y avait moins de dix personnes présentes.

Si l’on considérait l’autorité et l’influence des personnes impliquées, c’était un triste événement en tant que cérémonie.

Cependant, on pourrait aussi dire qu’il n’y avait pas grand-chose à faire. Après tout, cette cérémonie ne pouvait pas encore être rendue publique.

À la fin de la cérémonie, l’homme masqué connu sous le nom de Hveðrungr s’était levé et avait tendu la main à Steinþórr. « Je compte sur toi à partir de maintenant, mon frère. »

À Yggdrasil, la cérémonie du calice était un rituel sacré et inviolable. Dans tous les cas, chacun d’eux avait officiellement déclaré une position de reconnaissance et de respect mutuels, faute de quoi cela ne pourrait pas avoir lieu.

Le fait de participer tout en cachant son vrai visage avec un masque était sans contredit une offense. En vérité, bien qu’aucun ne l’ait dit aussi ouvertement, les participants du Clan de la Foudre avaient protesté en secret à ce sujet.

Cependant, ces questions de formalité et d’apparence étaient, comme d’habitude, triviales pour Steinþórr. « Qui se soucie des détails ? » avait été sa réponse. Il n’y avait qu’une seule chose qui était importante pour lui.

« Ouais, pareil ici. » Le jeune homme roux sourit malicieusement et prit la main de Hveðrungr en la serrant.

« Ngh ! » Instantanément, le sourire confiant de Hveðrungr avait disparu. La force dans la main qui lui serrait la main était beaucoup trop grande pour être interprétée comme quelque chose d’amical.

Hmph ! C’est probablement sa façon de me « saluer », se dit Hveðrungr avec sang-froid.

Tous deux étaient devenus frères de serment de même rang, mais aujourd’hui, c’était aussi la première fois qu’ils se rencontraient. Le serment entre eux était surtout de nature politique, une alliance basée sur le principe « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ».

Probablement, le patriarche du Clan de la Foudre avait voulu le tester, et voir quel genre d’homme était son nouvel allié. On disait que Steinþórr avait le cœur d’un tigre, mais pour Hveðrungr, c’était le genre d’abruti qui avait des muscles pour cerveau.

Pourtant, c’était aussi une occasion rare pour Hveðrungr d’avoir une expérience de première main de la puissance de l’homme connu comme étant le plus fort dans Yggdrasil. Il s’était défendu avec chaque once de sa propre force. Il n’avait rien retenu, mettant ses forces dans sa prise avec l’intention d’écraser la main de Steinþórr, un acte en contradiction avec une telle cérémonie diplomatique. Cependant…

« Hmm… c’est tout ce que tu as, hein ? » Steinþórr marmonna d’un ton ennuyé, assez faiblement pour que seul Hveðrungr puisse entendre.

Ce n’était pas une raillerie ou un bluff, il était vraiment déçu.

Merde ! Bon sang ! Je n’ai aucun espoir de m’approcher de lui en force physique, après tout.

Hveðrungr était une ligue plus forte qu’un humain normal, mais un peu en dessous de la moyenne par rapport aux autres puissants Einherjars.

Il n’était pas le plus puissant en termes de force physique pure, mais il avait des capacités incroyables qui avaient plus que compensé pour cela, grâce à sa rune Alþiófr, le Bouffon aux Mille illusions.

Et donc, personnellement, Hveðrungr n’était pas particulièrement préoccupé par le fait qu’il avait perdu ce genre de simple concours de force pure. Mais il y avait un autre facteur en jeu.

En tant que patriarche, je ne peux laisser personne me mépriser.

S’il était pris à la légère parce qu’il était « plus faible », cela pourrait causer des problèmes dans les futures stratégies militaires impliquant les deux clans.

Hveðrungr concentra tout son esprit, le concentra sur sa main et expira.

« Hm ? Wôw !? » Soudain, Steinþórr avait perdu l’équilibre et avait trébuché sur place.

« Oh, quelque chose ne va pas, mon frère roux ? Un étourdissement, car tu t’es levé trop vite, peut-être ? » Hveðrungr sourit froidement à Steinþórr, qui avait perdu pied et était presque tombé à genoux.

Steinþórr l’avait regardé en réponse et avait cligné des yeux à quelques reprises, apparemment sans savoir ce qui venait de se passer. Cependant, au bout d’un moment, sa bouche s’était recourbée en un sourire vicieux, et il avait lâché la main de Hveðrungr, le frappant de tout son cœur sur l’épaule à la place.

« Hé, c’était un joli tour que tu as fait, mon frère masqué. Tu sais, je me souviens du dernier gars qui m’a fait ça, un maigrichon qui ressemblait à un loup malade, » déclara Steinþórr.

« Je ne suis pas sûr de ce que tu veux dire. » Hveðrungr avait une idée de qui pourrait être ce « loup malade », mais il avait choisi de hausser les épaules et de faire l’idiot à propos de cette personne et de la technique qu’il venait d’utiliser.

Il n’y avait aucune chance qu’il puisse surpasser un monstre comme lui en termes de pouvoir pur. Il avait donc utilisé la technique du saule, qu’il avait volée à son ancien maître, l’ancien Mánagarmr du Clan du Loup. Hveðrungr avait habilement et subtilement redirigé le flux de la force et manipulé le centre de gravité de Steinþórr.

« Et maintenant. J’hésite à devoir déjà me séparer de mon nouveau frère, mais j’ai peur que le long voyage m’ait fatigué, » déclara Hveðrungr. « Je prends congé pour aujourd’hui. »

Marchant sur ses talons d’une manière qui avait fait battre son manteau derrière lui, Hveðrungr avait tourné le dos à Steinþórr et avait quitté la pièce.

Après avoir marché un moment, il s’était assuré qu’il n’y avait personne autour de lui, puis il avait murmuré à lui-même. « Hmph, j’avais entendu des rumeurs à son sujet, mais il est vraiment un monstre dans tous les sens du terme. Je ne l’ai jamais soupçonné d’être aussi fort… »

Il fixa avec rancune sa main droite, qui continuait à palpiter d’une douleur intense.

Il avait utilisé sa technique spéciale pour obtenir une petite victoire sur Steinþórr, mais au final, cela n’avait fonctionné que parce que la garde du jeune homme avait été baissée.

À l’instant où Steinþórr avait saisi sa main, il avait viscéralement senti le gouffre écrasant de force qui les séparait. Ce n’était qu’un moment de divertissement pour le patriarche du Clan de la Foudre. Il n’avait probablement pas utilisé la moitié de sa force réelle.

S’il l’avait voulu, le patriarche du Clan de la Foudre aurait pu écraser tous les os de la main et du poignet de Hveðrungr, sans lui donner le temps de tenter des tours astucieux.

Pour Hveðrungr, c’était vraiment comme si sa main avait été tenue dans les mâchoires ouvertes d’un tigre.

D’autre part, cette expérience avait aussi été bénéfique, elle lui avait donné un sentiment de certitude absolue.

« Pour quelqu’un comme lui, briser ce mur de défense vexant devrait être une affaire simple. » Hveðrungr se sourit à lui-même.

Lors de la guerre précédente avec le Clan du Loup, il avait finalement réussi à faire sauter certains de ses chevaux par-dessus le mur des chariots en empruntant le pouvoir magique d’un seiðr, mais cette méthode ne pouvait fonctionner que pour quelques dizaines de cavaliers au maximum. Ce n’était pas suffisant pour gagner, et maintenant qu’il l’avait utilisé une fois et l’avait fait savoir, une tactique aussi risquée ne fonctionnerait probablement plus.

Et c’est exactement la raison pour laquelle son ennemi juré, ce petit morveux, ne se doutait certainement pas que le Clan de la Panthère avait déjà trouvé une nouvelle tactique en si peu de temps.

C’est aussi la raison pour laquelle la cérémonie du serment du calice d’aujourd’hui s’était déroulée à huis clos et avait été tenue secrète. C’était pour que le morveux n’ait aucune chance de trouver une contre-stratégie bizarre.

« Kehe hehe hehe hehe… le printemps ne peut pas venir assez tôt. »

Si c’était possible, il aurait aimé lancer une nouvelle invasion immédiatement, mais le Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre avaient tous deux subi des dommages importants à leurs forces lors de leurs guerres les plus récentes. Ils avaient donc prévu de passer le reste de l’hiver à se concentrer sur la cicatrisation de leurs blessures et la récupération de leurs forces.

Et une fois qu’ils seraient revenus à pleine puissance, ils attaqueraient. Cette fois, ce sale petit morveux allait enfin respirer son dernier souffle.

« Profite de ce bref moment de paix pendant que tu l’as, Yuuto. Hehe hehe ! Ahahahahaha ! »

***

« Tu t’es battu avec lui juste après avoir prêté le Serment du Calice pour devenir son frère ! Qu’est-ce qui t’a pris ? » Þjálfi s’était exclamé.

« Écoute, j’ai dit que j’étais désolé », répliqua Steinþórr.

La délégation du Clan de la Panthère n’était plus là. Maintenant, seul avec Steinþórr dans une pièce du palais de Bilskirnir, Þjálfi était à côté de lui en lui faisant de sévères réprimandes.

Un patriarche était le souverain de son clan et des citoyens de son territoire, une figure singulière d’autorité absolue et incontestable.

Si le parent assermenté du clan prétendait que le blanc était noir, alors cela devenait la vérité comprise, s’il l’ordonnait, alors ses subordonnés enfants devraient aller de l’avant même si c’était dans une mort certaine. C’était le poids du Serment du Calice.

Dans le Clan de la Foudre, cependant, le patriarche, grondé et sermonné par son enfant assermenté, était un fait assez courant.

« Honnêtement… Ce serait une chose si tu te battais avec quelqu’un de nulle part, mais pourquoi tu dois aller jusqu’à la violence physique ? » demanda Þjálfi.

« Uhh… euh… Je suppose que c’est parce que je pensais que ce serait amusant ? » répliqua le patriarche.

« Hauughhhhhhhhh… » Þjálfi poussa un soupir très long et douloureux qui était presque un gémissement. Il avait pincé l’arête supérieure de son nez avec son pouce et son index, secouant légèrement la tête d’un côté à l’autre.

Il n’avait encore qu’une vingtaine d’années, mais il avait déjà de profondes rides sur les sourcils qui ne s’estompaient pas, et l’épuisement mental dû à ses relations constantes avec son patriarche en était sans doute la cause.

« Il n’a vraiment pas changé depuis le jour où je l’ai rencontré… » L’esprit de Þjálfi, qui murmurait ces mots à lui-même, était revenu dans ses souvenirs du passé.

D’une certaine façon, c’était une évasion momentanée de la réalité actuelle.

 

***

Tout avait commencé sept ans auparavant.

Le Clan de la Foudre était en état de guerre avec son voisin immédiat, le Clan du Serpent, et Þjálfi était le général chargé de commander la forteresse à la frontière entre les deux pays.

Il y avait une forteresse du Clan du Serpent en face d’eux, de l’autre côté d’une rivière. Aucun des deux camps n’avait un avantage définitif, de sorte qu’il y avait constamment de petites escarmouches, mais ils se tenaient l’un l’autre en échec. Cette situation s’était poursuivie jour après jour pendant environ un an, jusqu’au jour où un jeune homme seul avait été transféré de la capitale.

Des années plus tard, Þjálfi serait encore capable de se souvenir de ce jour aussi clairement que si c’était hier.

« Salut, tu es Þjálfi, le chef du fort, c’est ça ? Je suis Steinþórr. Enchanté de te rencontrer ! »

Cela allait sans dire, mais le jeune homme avait créé une première impression horrible.

Þjálfi avait à peine dix-huit ans, mais il s’était déjà distingué des autres, à la fois par la grande valeur au combat typique d’un Einherjar, mais aussi par son attention et son talent de gestionnaire, en contradiction avec sa grande et solide carrure. De ce fait, il était très respecté au sein du clan, et avait déjà gagné un siège au pied de la table des hauts officiers.

Quant à Steinþórr, il y avait de grands espoirs pour son avenir, mais il n’avait encore reçu le Serment du Calice de personne. En d’autres termes, il n’était pas encore officiellement membre à part entière du Clan de la Foudre.

« On dirait que vous ne savez pas comment traiter les gens au-dessus de vous avec respect. » Þjálfi fixa du regard l’insolent jeune homme à la tête rousse, et parla d’une voix agressive.

Þjálfi était un homme de grande taille, l’un des plus grands et des plus musclés que l’on puisse trouver dans tout Yggdrasil, et Steinþórr n’était qu’un garçon de treize ans, toujours à mi-chemin de sa croissance. La différence physique entre eux était vraiment celle de l’homme et de l’enfant.

Un garçon moyen avec une volonté normale aurait été accablé au point de trembler par cette présence énorme et menaçante qui se profilait sur lui. Mais le garçon roux répondit simplement, sans crainte ni ferveur, « Au-dessus de moi ? Mais la force signifie tout dans ce monde, non ? Alors, es-tu plus fort que moi ? » Il avait l’air indifférent.

Þjálfi avait déjà entendu parler de plusieurs sources de ce garçon, qu’il était un « enfant prodige » possédant non pas une, mais deux runes. Mais il ne savait pas que ce garçon serait un petit crétin d’une insolence insupportable.

Je vois comment c’est, pensa Þjálfi avec irritation. Plus que probablement, grandir avec les adultes autour de lui en le gâtant constamment avec attention l’avait conduit à devenir aussi arrogant.

« Et si on le découvrait ? » Þjálfi avait décidé qu’il répondrait aux petites provocations du garçon.

Les gosses arrogants comme celui-ci avaient besoin d’avoir quelques expériences douloureuses dès le début, pour apprendre à quoi ressemblait le dur monde réel, pour le bien de leur avenir.

Et plus encore, en tant que chef de sa propre faction clanique avec plusieurs centaines de subordonnés, Þjálfi ne pouvait pas se permettre de laisser un petit morveux comme lui parler comme ça, ou cela donnerait un mauvais exemple pour ses hommes.

« Ah, vraiment !? » Steinþórr l’avait regardé avec une expression emplie d’excitation et de curiosité.

Cette partie de lui était vraiment comme un jeune garçon typique, comme un petit coquin précoce qui n’avait pas encore dépassé son penchant pour les méfaits.

« C’est vrai. Cependant, nous n’utilisons que ça. » Þjálfi avait levé les poings vers Steinþórr.

Aujourd’hui, en ce qui concerne les prouesses martiales, Þjálfi était parmi les trois premiers du Clan de la Foudre, et il avait une confiance inébranlable qu’il ne pouvait perdre contre un simple garçon dont le corps n’avait même pas fini de grandir.

Cela dit, son adversaire était un rare Einherjar jumeau, l’un des trois seuls au monde. Il n’était pas sûr s’il pouvait se permettre d’y aller doucement avec lui ou pas encore.

Mais il y avait aussi le fait que ce garçon était connu comme le « trésor » du clan, qui lui avait été confié par son patriarche. Il ne pouvait pas prendre le risque de le tuer accidentellement au combat. Ainsi, il insistait sur le combat à mains nues.

En y réfléchissant bien plus tard, Þjálfi se plaignit de l’incroyable stupidité des suppositions qu’il avait faites sur son passé. En effet, son passé avait été si stupide qu’il aurait eu envie de bercer sa tête dans ses mains.

Après tout, il avait choisi de se battre à mains nues contre une bête féroce sous la forme d’un humain. Il n’y avait rien d’aussi imprudent et stupide que ça.

***

Partie 2

« … Gah ! » Quand Þjálfi avait repris connaissance, il regardait un plafond couleur terre.

Il en avait reconnu le motif, les petites taches décolorées. C’était sa propre chambre, celle du commandant de la forteresse. Apparemment, il dormait profondément.

« Était-ce un rêve ? Ghh ! » Alors qu’il essayait de s’asseoir, une douleur intense avait jailli de son dos et de l’arrière de sa tête, et il faillit s’évanouir à nouveau.

Cette douleur lui avait rappelé les souvenirs d’avant qu’il perd connaissance, aussi vive qu’ils étaient désagréables.

Il avait été complètement et complètement battu. Comme une bête sauvage, son adversaire rapide et agile avait esquivé chaque attaque.

Voyant cela, Þjálfi avait utilisé des railleries pour tenter de provoquer le garçon dans une lutte frontale de force, mais il avait perdu dans ce combat tout aussi facilement, et à la fin, il avait été lancé dans les airs par un enfant de moins de la moitié de son poids.

Il ne se souvenait de rien après ça.

« Oh, tu es réveillé ? » Une fille ouvrit la porte et entra. En le voyant éveillé, ses yeux s’élargirent très légèrement.

Elle avait les cheveux ondulés et dorés qui descendaient jusqu’à la taille et portait un sourire réservé qui présentait de l’élégance et du raffinement. C’était une fille dont l’apparence correspondait à l’image d’une vraie dame.

« J’ai entendu dire que tu avais perdu un combat d’une manière plutôt disgracieuse, Grand Frère, » dit-elle. « Et face à un enfant pas plus âgé que moi. Tout le monde dans la forteresse en parle, tu sais. »

Il pouvait sentir la piqûre dans chacun de ses mots. Et au-dessus de son doux sourire, la lumière dans ses yeux était froide.

« Es-tu venue ici pour m’insulter, Röskva ? » Þjálfi lui répondit avec lassitude.

Elle était sa sœur cadette de sang, mais Þjálfi avait du mal à interagir avec elle. Il y avait quelque chose en elle qu’il ne comprenait pas complètement, et cela la rendait vaguement effrayante pour lui.

« S’il te plaît, permets-moi une insulte ou deux, » dit-elle. « À cause d’un frère peu fiable et décevant, mes plans ont subi un revers important et ils sont devenus totalement inutiles. » Elle poussa un doux soupir.

Chaque mouvement de son langage corporel était parfaitement noble et gracieux, mais au lieu de compassion, il n’y avait rien d’autre qu’un profond mépris derrière chaque mot qu’elle disait.

Þjálfi ne pouvait s’empêcher de se plaindre à lui-même de la personnalité horrible et tordue de cette fille.

« Tu parles de ton plan pour faire de moi le prochain patriarche, non ? » dit-il. « Je n’arrête pas de te dire que je n’ai pas ce qu’il faut pour ce poste. »

Þjálfi s’affaissa les épaules et sourit amèrement.

C’était déjà une lutte constante pour lui afin de diriger et de gérer que les cinq cents soldats stationnés dans la forteresse. L’idée d’assumer le fardeau de diriger le clan tout entier lui paraissait comme étant un poids beaucoup trop lourd pour ses épaules.

« Tu as tendance à te sous-estimer, Grand Frère. » Avec une expression troublée, Röskva inclina la tête sur le côté et la soutint d’une main. « Malgré ton jeune âge, tu es prudent et attentif, tu mérites la popularité et la confiance de ceux qui te sont inférieurs. Si tu continues comme tu le fais, tu seras sans aucun doute considéré comme l’un des futurs candidats à la succession… ou, tu aurais été… »

Þjálfi n’était pas assez têtu pour rater ce qu’elle disait. En d’autres termes, sa gaffe avait repoussé l’échéance.

Bien sûr, il s’agissait d’attentes qui avaient été égoïstement poussées sur lui par quelqu’un d’autre, et le fait qu’elle l’ait réprimandé pour avoir trahi ces attentes ne l’avait laissée que se sentir offensé au lieu d’être coupable.

« Alors, pourquoi ne deviens-tu pas le patriarche toi-même ? » demanda-t-il. « Sans m’utiliser. »

« Je ne peux pas, car je n’ai pas le genre de disposition qui fait que je sois apprécié par les autres. » La réponse de Röskva fut immédiate et sans passion.

Tu en es donc toi-même consciente de ça ! Þjálfi avait failli rire, mais il avait gardé le contrôle de lui-même.

Mais Röskva semblait tout de même voir à travers lui. « Qu’y a-t-il de si amusant ? Il se trouve que je pense que je me comprends très bien. Je suis plus apte à occuper le poste de commandant en second ou d’assistant du second, d’où je peux utiliser l’autorité d’un patriarche respecté pour me permettre d’utiliser mes talents et ma perspicacité comme bon me semble. »

Sept ans plus tard, sous Steinþórr en tant que patriarche, ses paroles seraient une réalité — ce serait en effet Röskva qui contrôlerait à elle seule les affaires intérieures en tant que commandant en second du Clan de la Foudre. Mais pour l’instant, Þjálfi n’était qu’un simple mortel qui n’avait aucune idée de l’avenir, alors il s’était moqué d’elle.

« C’est un grand discours de la part d’une petite fille de 13 ans, » déclara-t-il.

« Oh ? Et qui était celui qui a été battu sans pouvoir faire quelque chose par un petit garçon de treize ans ? » demanda-t-elle.

« Argh ! » Þjálfi s’était étouffé avec ses mots.

Elle avait dit ce qui le blesserait le plus profondément. C’était un exemple de plus de l’intelligence de sa petite sœur.

C’était une Einherjar comme son frère, portant la rune connue sous le nom de Tanngnjóstr, le Broyeur de Dents. Mais c’était toujours Þjálfi qui, d’une manière ou d’une autre, avait grincé des dents dans la frustration à cause d’elle.

« Je n’arrive pas à y croire… même si c’est un enfant, tu n’aurais pas dû baisser ta garde autant, » dit Röskva sévèrement.

« Je n’ai pas baissé ma garde, pas un instant ! » déclara-t-il.

« … Quoi ? » s’exclama-t-elle.

« Ce garçon est un vrai monstre en termes de puissance. C’était juste beaucoup trop pour que je puisse m’en occuper… he. » Þjálfi gloussa un peu tristement, riant de lui-même.

Lui, l’homme loué comme l’un des trois combattants les plus forts de tout son clan, avait combattu un enfant de treize ans qui allait doucement avec lui, et il avait quand même perdu. C’était carrément comique.

« Oh, hey ! Tu es enfin debout ! » Et en parlant du diable, le garçon en question avait crié d’une voix joyeuse et était entré dans la pièce. « Après tout, on dirait que j’étais le plus fort ! »

Son large sourire était arrogant, mais innocent, comme le tyran d’un groupe de jeunes enfants qui avait fini par devenir leur chef.

« Ça veut dire que je peux faire ce que je veux de cet endroit, d’accord ? » Steinþórr dit avec empressement.

« … Non, j’ai bien peur de ne pas pouvoir le permettre, » déclara Þjálfi.

« Huuuuuh !? Hé, j’ai gagné, tu te souviens ? » demanda l’autre.

« Oui, ce combat était entièrement ta victoire. Mais ce n’est pas parce que c’était le cas que je peux te laisser faire tout ce que tu veux ici, » déclara fermement Þjálfi. « Ce serait un mauvais exemple pour les hommes. La chaîne de commandement s’effondrerait et tout le monde perdrait le moral. Je ne peux pas rester les bras croisés et laisser un truc comme ça arriver. Tant que tu es dans cette forteresse, j’ai besoin que tu suives mes ordres. »

Þjálfi était terriblement conscient que dire cela après avoir relevé le défi et perdu le garçon était un acte de mauvaise forme.

Malgré cela, son patriarche lui avait confié cette forteresse, et on ne savait pas quand l’ennemi pourrait attaquer. Il avait la responsabilité de maintenir les forces en parfait état de préparation.

S’ils subissaient une défaite militaire, cela mettrait en danger non seulement la vie des cinq cents soldats ici, mais aussi celle de tous les villages locaux le long de la frontière. Il n’était pas en position de s’inquiéter d’une petite perte de prestige.

C’est ainsi que Þjálfi s’était adressé à Steinþórr en pensant et en assumant ses responsabilités personnelles.

Mais rien de tout cela ne semblait atteindre le garçon roux. « Euh… Je ne comprends pas vraiment, mais, eh, qui se soucie des petits détails ? » dit-il avec dédain.

« Cependant, ce n’est vraiment pas un petit détail du tout…, » répondit Þjálfi, les épaules tombantes. De son point de vue, il s’agissait d’une affaire grave qui concernait tous les habitants de la forteresse. Il venait à peine de se réveiller, mais il se sentait déjà incroyablement épuisé.

« Je veux dire, n’est-ce pas simple ? Tout ce que j’ai à faire, c’est de capturer cette forteresse du Clan du Serpent, non ? » Steinþórr fit un geste confiant par la fenêtre voisine avec son pouce, à la forteresse ennemie visible au loin.

Þjálfi était respecté par beaucoup pour sa générosité et sa patience, mais cette attitude l’avait finalement fait craquer. « Arrête de déconner ! Tout le monde dans cette forteresse est mon enfant ou petit-enfant assermenté, ma famille ! Je me fiche que tu sois fort physiquement, tu es un amateur qui n’a jamais vécu une vraie bataille ! Je ne prêterai même pas l’un d’eux à quelqu’un comme toi ! »

C’était un comportement qui allait bien au-delà du simple manque de respect et de l’ignorance totale de l’autorité.

Qu’est-ce que ces capitaines de clan idiots dans la capitale pensent !? L’indignation de Þjálfi l’avait conduit à maudire le garçon lui-même.

Bien sûr, le garçon était incroyablement fort en termes de capacité de combat, mais il était si gâté, c’était ridicule.

Voyant Þjálfi tellement en colère qu’une veine bleue se dressait sur son front, Steinþórr élargit ses yeux un instant, puis ria avec ironie et lui fit signe de la main.

« Hein ? Non, non, tu te trompes. Je ne prendrai aucun de tes hommes. Je vais le reformuler. Je vais aller détruire cette forteresse, tout seul, » déclara-t-il.

Avec le pouce, il avait fait un geste vers la forteresse, le garçon aux cheveux roux se montra du doigt et sourit largement. C’était un sourire intrépide et sauvage.

***

Partie 3

Munch croquant. Munch.

Un à un, les différents aliments qui recouvraient la table devant Steinþórr avaient disparu dans le creux de son estomac. Le pain contenait sûrement un peu de gravier, comme d’habitude, mais Steinþórr n’avait rien recraché.

Des deux runes du garçon, l’une était Mjǫlnir, l’Éclatteur. Grâce à cela, écraser quelques petits morceaux de pierre entre ses dents n’était apparemment pas du tout un problème.

« Ouf ! C’était un bon repas, » sourit le garçon. « Mais ce n’était pas un vrai repas, à moins que je finisse comme ça. »

Il tendit la main et saisit un pichet d’une hauteur de 1 aune, rempli à ras bord de lait de vache (équivalant à 51,72 cm ou 20,36 pouces, l’aune était une mesure standard en Yggdrasil, basée sur la longueur du coude au bout du majeur du premier empereur divin, Wotan). Il avait mis tout le pichet sur ses lèvres et s’était penché en arrière, l’avalant de tout son cœur.

Après avoir descendu le contenu du pichet d’un seul coup, il s’essuya rudement la bouche avec son bras.

« D’accord, je vais y aller maintenant ! Ce sera une bonne séance d’entraînement après les repas. »

En lançant le pichet vide à l’une des femmes en service, Steinþórr s’était levé comme pour partir.

« Partir ? Où vas-tu comme ça ? » demanda Þjálfi.

Il fut tellement surpris par l’incroyable voracité (ou peut-être la gourmandise) du jeune homme qu’il se retrouva à poser la question sans réfléchir.

« Où ça ? Je te l’ai dit tout à l’heure, non ? Je vais capturer ce fort du Clan du Serpent. »

« Tout seul ? » demanda Þjálfi.

« Ouais. »

« Comment ? » demanda Þjálfi.

« Hehe hehe, tu vas devoir attendre et voir ! » Steinþórr riait sans crainte, et se donnait en spectacle en tapant sur son épaule avec le fourreau de sa grande épée à deux mains. Il était complètement sûr de lui.

Þjálfi, par contre, il voyait une personne abattre une forteresse à lui seul comme plus qu’un doux rêve.

Pourtant, il venait tout juste d’apprendre de première main que le bon sens ne s’appliquait pas à ce garçon. Il n’arrivait pas à se défaire d’un sentiment d’attente grandissant, un sentiment que Steinþórr avait peut-être un plan intelligent qu’il utiliserait en conjonction avec son incroyable talent, et qu’il accomplirait la tâche.

« Je vois, » dit Þjálfi. « Même si tu y vas seul, je suis sûr que tu as besoin de te préparer. Veux-tu que je rassemble quelque chose pour toi ? »

« Hm ? Huh. J’aimerais une grosse bûche, à peu près aussi grosse que toi, » répondit l’enfant.

« Une bûche ? C’est tout ce qu’il te faut ? » demanda Þjálfi.

« Oui, ce sera suffisant. »

« Compris. Donne-moi un moment, » déclara Þjálfi.

Þjálfi avait passé un ordre à ses subordonnés et ils avaient rapidement apporté l’article demandé.

Il s’agissait d’une arme de siège essentielle utilisée lors d’attaques contre l’autre forteresse, de sorte qu’il leur suffisait d’en apporter une du dépôt voisin.

« Alors, où veux-tu qu’on l’emmène ? » demanda Þjálfi.

« Tu n’as pas besoin de l’emmener n’importe où. Je m’en occupe maintenant. »

« Comment ça, tu le prends ? Tu ne peux pas le porter par…, » commença Þjálfi.

Avant que Þjálfi n’ait pu terminer, Steinþórr prit d’une main le lourd rondin de siège et le plaça sur son épaule.

Þjálfi et tous les autres dans la salle se tenaient là, clignant des yeux en silence. Il avait fallu quatre soldats en bonne santé travaillant ensemble pour transporter cette bûche dans la pièce.

« D’accord, à tout à l’heure. Je reviens bientôt, » dit le garçon rouquin.

Et Steinþórr sortit, tournant la tête un moment pour saluer les gens derrière lui.

Þjálfi et ses hommes ne pouvaient que rester là, stupéfaits de le voir partir.

*

Une fois revenu à la raison, Þjálfi se précipita avec sa sœur Röskva pour escalader l’une des tours de guet du mur extérieur de la forteresse, afin de pouvoir suivre les mouvements du jeune homme.

En tant que commandant de sa forteresse, Þjálfi avait un travail plus important à faire, et le temps qu’il avait perdu à rester inconscient à cause de sa folie l’avait mis encore plus en retard. Cependant, il était rempli de curiosité.

Qu’est-ce que ce jeune homme anormal avait l’intention de faire, et qu’est-ce qui allait en découler ? Cette curiosité l’avait emporté sur le sens du devoir de Þjálfi.

« Où est-il… ? » Þjálfi loucha et scruta la zone.

Þjálfi avait été berger dans sa jeunesse, et une partie de ce mode de vie consistait à protéger le bétail contre les prédateurs, ce qui signifiait qu’il avait besoin d’être constamment à la recherche de signes de ces prédateurs à distance. De ce fait, sa vue était parmi les plus exceptionnelles du Clan de la Foudre.

Même dans le monde du XXIe siècle, les nomades Massai d’Afrique s’occupaient du bétail de la même manière et étaient célèbres pour leur incroyable vision à longue distance, de trois à huit fois supérieure à celle de la personne moyenne.

Il n’avait fallu qu’un instant à Þjálfi pour repérer Steinþórr. « Le voilà. Il est là. »

Le jeune homme roux était sur le point de traverser la rivière Gjálp.

Le Gjálp était l’un des plus petits affluents de la grande rivière Körmt qui alimentait les régions d’Álfheimr et de Vanaheimr. C’était aussi actuellement la frontière effective entre le territoire contrôlé des clans de l’Éclair et du Serpent.

Steinþórr s’était jeté directement dans la rivière, sans s’inquiéter de la perspective d’être trempé.

« Oh, franchement, maintenant. C’est comme s’il leur criait de le repérer, » fit remarquer Þjálfi.

La zone sur la rive opposée de la rivière était patrouillée par des soldats du Clan du Serpent, et d’ailleurs sous la surveillance de la tour de guet de la forteresse ennemie. Un homme portant une énorme bûche sur les épaules n’allait pas passer inaperçu.

Peu de temps après, plus d’une douzaine de soldats du Clan du Serpent s’étaient rassemblés sur la rive, déclenchant une volée de flèches sur Steinþórr juste au moment où il atteignait le milieu de la rivière.

Il portait cette lourde bûche pendant que ses jambes étaient occupées à combattre le courant de la rivière. Dans cet état, il serait impossible de se protéger et d’esquiver. Il semblait selon Þjálfi que c’était une situation désespérée…

Whoosh, whoosh, whoosh! Steinþórr avait balancé la bûche, balayant toutes les flèches qui arrivaient en sens inverse.

« Quelle force physique incroyable… ! » Þjálfi ne pouvait que fixer ce spectacle.

Il avait fallu quatre grands hommes travaillant ensemble pour tirer cette chose, mais ce jeune homme la balançait aussi librement que s’il s’agissait d’un bâton. Þjálfi le voyait de ses propres yeux, mais il n’arrivait toujours pas à le croire.

C’était suffisant pour que les soldats du Clan du Serpent ne bougent pas non plus.

D’un puissant soulèvement, Steinþórr lança la bûche en avant vers eux. Il avait touché cinq soldats en atterrissant, les écrasant instantanément en dessous.

Et c’était la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase.

Les soldats du Clan du Serpent avaient vu que celui qui était devant eux, aussi humain soit-il, était clairement une sorte de monstre ou de bête d’un autre monde. Dépassés par la peur, certains d’entre eux avaient jeté leurs armes à terre et s’étaient enfuis, tandis que d’autres étaient tombés sans force au sol, incapables de se redresser.

Steinþórr avait parcouru tranquillement le reste du chemin de l’autre côté de la rivière.

« Hmm. C’est toujours un petit morveux insolent, mais je dois avouer qu’il est incroyable, » marmonna Þjálfi, impressionné.

C’était une démonstration splendide, presque enchanteresse de force et de talent. Après s’être battu contre le garçon, Þjálfi avait déjà goûté lui-même à cette force, mais c’était bien au-delà de ce qu’il avait imaginé.

Actuellement, le frère aîné de Steinþórr, VingeÞórr, avait été salué comme le plus fort du Clan de la Foudre. Mais clairement, ce jeune homme anormal était encore plus fort.

Et ce jeune guerrier d’une force sure venait à peine de déclarer en toute confiance qu’il pouvait renverser la forteresse ennemie par lui-même. Il devait sûrement avoir une tactique tout aussi impressionnante pour le faire. Les attentes de Þjálfi s’étaient intensifiées.

Mais…

« Pourquoi attaques-tu la porte principale de front ? » Þjálfi ne pouvait s’empêcher de crier.

Il semblait que ce jeune homme faisait continuellement des choses qui trahissaient ses attentes.

Il n’y avait aucune place pour douter de la force et de la valeur impressionnantes de Steinþórr. Cependant, c’était trop audacieux et stupide de sa part, même pour lui.

Certainement, comparées aux murs de briques épais et imposants d’une grande ville, les défenses de la forteresse du Clan du Serpent étaient plus petites et moins fortifiées.

Pourtant, c’était une forteresse fortifiée accueillant plusieurs centaines de soldats. Naturellement, les archers étaient alignés contre les créneaux au sommet des murs, et ils avaient commencé à faire pleuvoir des flèches sur Steinþórr à partir des espaces dans les parapets.

Même s’il pouvait bouger cette énorme bûche, ce ne serait pas suffisant pour se défendre d’un torrent de flèches aussi énorme en même temps. Enfin, selon Þjálfi, c’était une situation vraiment désespérée, mais…

« Quoi… !? C’est vraiment un animal sauvage ? » cria Þjálfi.

Les jambes de Steinþórr s’avéraient maintenant aussi inhumaines que ses bras. Il sauta agilement à gauche et à droite tandis qu’il avançait à travers la pluie de flèches, les esquivant toutes. Pas une seule flèche ne l’avait effleuré.

Ses mouvements étaient rapides comme l’éclair, à tel point que les archers du Clan du Serpent ne semblaient pas pouvoir le suivre assez bien pour viser correctement. Et il faisait tout ça tout en portant toujours cette énorme bûche.

Alors, à quel point serait-il agile sans elle ? Rien que d’y penser, c’est vaguement effrayant.

Mais nous n’avons pas eu le temps de réfléchir.

WHAM!

Le son d’un impact énorme retentit, fort et profond, et résonna à plusieurs reprises, comme s’il était dans les montagnes.

Steinþórr avait claqué la bûche contre l’entrée principale de la forteresse du Clan du Serpent.

Cette partie avait du sens. C’était logique, mais une fois de plus, Þjálfi doutait de ses yeux.

Il avait toujours eu confiance en sa vision, et il n’avait jamais eu de raison de remettre en question sa vue jusqu’à aujourd’hui.

L’imposante porte de la forteresse, elle-même construite solidement en rondins épais, avait été transformée d’un seul coup en éclats.

Avec cette porte, le bon sens de Þjálfi et des soldats du Clan du Serpent fut également brisé en morceaux.

Il était certainement vrai que les lourdes bûches étaient couramment utilisées comme arme de siège, fracassées contre la porte d’un mur afin d’en percer la porte. Mais en temps normal, il fallait des dizaines de coups pour briser une porte de cette façon. Les attaquants avaient ainsi été forcés de subir des attaques unilatérales de la part de l’ennemi défendant pendant cette période, ce qui signifiait que de graves pertes étaient un fait acquis. Et c’est pourquoi une attaque frontale contre une ville ou une forteresse bien armée était considérée comme une mauvaise stratégie.

« Il… il est absurde ! » C’était la définition de l’époustouflant, et Þjálfi ne trouvait plus de mots.

Ce jeune homme ne faisait rien de moins que de renverser toute la stratégie de guerre de siège sur la tête.

Sept ans plus tard, le patriarche du Clan du Loup Yuuto Suoh utilisera une arme avancée connue sous le nom de trébuchet pour faire à peu près la même chose, mais le jeune garçon roux connu sous le nom de Steinþórr l’accomplissait ici avec juste la force de ses deux bras.

***

Partie 4

« Vite ! Les gars, dépêchez-vous ! On ne peut pas se permettre de le laisser mourir ! » cria Þjálfi pendant qu’il courait à travers le terrain, menant cinq cents hommes derrière lui.

Ils avaient traversé la rivière Gjálp en toute hâte, sans incident, et s’approchaient de la forteresse du clan du Serpent.

La prise de la forteresse et de son territoire de l’autre côté de la rivière était un objectif désespéré du Clan de la Foudre depuis bien longtemps déjà. Ce n’était pas une fausse déclaration que de dire que leur objectif était enfin à portée de main.

Cependant, à ce moment-là, ce qui coulait dans le cœur de Þjálfi n’était pas des vagues d’excitation, mais de regret.

« Qui peut bien charger par la porte !? Sérieusement, c’est juste un animal stupide !? » Þjálfi avait craché ses mots avec mépris pendant qu’il courait.

Le simple fait de détruire la porte avait été un accomplissement plus que suffisant. Tout ce que le jeune homme aurait dû faire à ce moment-là, c’était de se replier et d’attendre l’arrivée des soldats de Þjálfi, mais il semblait que « charger » était le seul mot que le garçon idiot connaissait.

Officiellement, ce jeune rouquin était le précieux « trésor du clan », confié à Þjálfi par son patriarche. S’il mourait ici, il était possible que tout l’honneur et la dignité que Þjálfi avait accumulés au cours de sa vie s’effondrent immédiatement en poussière.

On parlerait sûrement de lui dans les rumeurs comme d’un homme bas et mesquin, si rancunier pour avoir perdu un combat qu’il avait envoyé le garçon seul pour mourir en territoire ennemi. De tels ragots seraient inévitables. Après tout, dans la lutte pour le pouvoir et la position dans le clan, il y avait ceux qui utilisaient impitoyablement de telles choses dans leurs efforts. Quelle que soit la vérité, les gens comme eux ne seraient pas assez stupides pour laisser passer une chance si douce.

Sa sœur cadette de naissance, Röskva, était douée pour manipuler les choses en coulisses, mais même elle ne serait pas capable de couvrir un incident aussi grave que celui-ci.

Cependant, cette préoccupation pour lui-même n’était pas à l’origine des regrets de Þjálfi. Plus encore, ce qui consumait son cœur, c’était le sentiment que la mort de ce jeune homme serait une perte énorme et terrible pour le Clan de la Foudre dans son ensemble.

Le garçon était encore jeune, sauvage et indiscipliné. Mais après avoir acquis plus d’expérience et la capacité de penser avec discrétion, il deviendra sûrement un jour un grand général, fiable et digne de porter sur ses épaules l’avenir du Clan de la Foudre.

« S’il vous plaît, laissez-moi arriver à temps…, » Þjálfi murmura à lui-même.

Dans des circonstances ordinaires, il n’aurait pas eu l’espoir d’arriver à temps. Mais, juste au cas où, il avait pris la précaution de dire à Röskva à l’avance de rassembler ses soldats et de les préparer à lancer un assaut. Grâce à cela, il avait pu rassembler et conduire ses troupes ici en moins de deux heures.

Cela dit, aussi monstrueusement fort qu’il ait été, il était impensable qu’il ait pu survivre pendant deux heures au combat alors qu’il était complètement encerclé par plusieurs centaines de soldats ennemis.

C’était impensable, et pourtant…

Þjálfi s’était retrouvé souriant de satisfaction. « De tous les maudits endroits où tu finirais… »

Il n’y avait aucune trace de surprise sur son visage cette fois.

C’était tout à fait naturel.

Après que ses prédictions et ses suppositions se soient révélées fausses encore et encore, il avait enfin vu exactement ce à quoi il s’attendait.

Au centre de la forteresse, au sommet de la plate-forme la plus haute, un drapeau flottait au vent.

Il y a deux heures, c’était le drapeau du Clan du Serpent, mais maintenant c’était un drapeau avec le symbole du Clan de la Foudre. Elle avait été faite d’un grand tissu blanc, probablement saisi quelque part à l’intérieur de la forteresse, et le symbole runique du Clan de la Foudre y était peint avec du sang humain.

Þjálfi tendit les yeux et scruta l’intérieur de la forteresse par la porte ouverte, et vit d’innombrables corps éparpillés, ainsi que des survivants accroupis sur le sol, affreusement pâles et complètement peu enclins à se battre.

« Hé, là ! Alors, qu’est-ce que t’en dis ? J’ai dit que je le ferais moi-même, non ? » Une voix familière s’était fait entendre à Þjálfi alors que lui et ses hommes atteignaient enfin l’entrée de la forteresse.

Cela ne faisait que quelques heures qu’il ne l’avait pas entendue, mais Þjálfi la trouvait étrangement nostalgique.

Le regard levé, il vit le garçon assis au-dessus de lui avec un sourire arrogant sur son visage. Il n’était pas seulement roux, tout son corps était rouge. Il leur avait souri, se vantant d’une manière qui était en effet assez puérile. Malgré cela, le visage de Steinþórr était couvert de sueur et il respirait lourdement, alors que ses épaules se soulevaient. Comme prévu, même lui était épuisé. Pourtant, il avait l’air en bonne santé.

Apparemment, la plus grande partie de ce sang devait provenir de ses ennemis, et il n’avait pas eu de blessures graves.

« Heh. Putain de monstre. » Þjálfi soupira et répéta les mots qu’il avait déjà prononcés plusieurs fois ce jour-là. Mais cette fois, c’était avec un sourire ironique.

Il en était finalement arrivé au point que quoi que fasse ce jeune homme, cela ne le surprendrait plus.

 

 

… Ou plutôt, il était sûr d’en être arrivé là il y a sept ans, mais le temps allait bien sûr lui prouver qu’il était encore naïf.

Même au lendemain de cet incident à la forteresse, il avait levé les mains en l’air et avait crié. « Au nom de Tyr, donnez-moi une chance ! » quand on avait découvert que Steinþórr n’avait même pas souffert d’une seule égratignure.

Þjálfi se souvenait en effet de tout cela aussi clairement que si c’était arrivé hier, il était donc étonnant de constater que sept années s’étaient déjà écoulées.

Tous les matins, Steinþórr se levait et buvait du lait avant le petit-déjeuner, puis sortait au combat, il complétait son déjeuner avec du lait et sortait au combat, il terminait son dîner avec du lait et sortait ensuite au combat.

En cours de route, ce jeune homme s’était élevé pour devenir le patriarche du Clan de la Foudre, et Þjálfi était devenu l’assistant de son commandant en second, et donc la troisième figure la plus puissante du clan.

En y repensant, les sept dernières années avaient été pleines d’événements fous.

Une fois, à l’époque où le patriarche précédent était encore au pouvoir, au cours d’une bataille acharnée contre le Clan du Serpent, les forces du Clan de la Foudre furent vaincues et presque anéanties. Dans ce moment de désespoir, un idiot suicidaire s’était porté volontaire pour servir avec Þjálfi comme arrière-garde et gagner du temps pour la retraite. Cet imbécile avait ensuite repoussé l’ennemi qui avançait et l’avait même repoussé, rentrant sain et sauf du champ de bataille.

Une autre fois, le Clan du Sabot, au nord, avait lancé une invasion et les bateaux ennemis avaient tenté de traverser la rivière Körmt vers le sud. Pendant ce temps, Þjálfi avait vu quelqu’un monter sur l’un des bateaux et le couler, puis il avait sauté rapidement de là sur un autre bateau et l’avait coulé, et ainsi de suite pour tous les bateaux.

Une autre fois encore, lors de la bataille finale et décisive du Clan de la Foudre avec leur ennemi juré de longue date, le Clan du Serpent, un idiot absurde et imprudent avait crié. « Si un cerf ou une chèvre peut le faire, je devrais aussi le pouvoir ! » et il avait ensuite essayé de sauter le long d’une falaise rocheuse presque verticale.

Bien sûr, tous ces faits étaient de Steinþórr.

« Haaaaaaaahhhhhhh... » Þjálfi s’était retrouvé en train de pousser un très long soupir profondément fatigué.

Il semblerait qu’il était destiné à devoir supporter les bouffonneries téméraires de Steinþórr. Il était probablement né sous ce genre d’étoile malchanceuse.

Et à un moment donné, c’était surtout devenu son rôle d’avoir à nettoyer les dégâts par la suite. À cause de cela, il faisait déjà face à sa part de maux d’estomac et d’ulcères, malgré le fait qu’il n’avait qu’une vingtaine d’années.

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? » Steinþórr fronça les sourcils avec suspicions au long soupir de Þjálfi.

Þjálfi se retourna et fixa du regard le jeune homme qui avait été son frère cadet assermenté à un moment donné, et qui était maintenant son patriarche et son père assermenté. Il avait un sourire malicieux quand il avait répondu. « Ah, eh bien, c’est juste que je me souvenais du passé, et j’ai commencé à penser que j’avais envie de te tuer, mais je ne sais pas comment je vais m’y prendre, c’est tout. »

Il parlait à l’homme qui était entré seul dans la capitale du Clan de la Corne pour se moquer des patriarches de la nation ennemie, qui avait été entouré au combat par une équipe de sept Einherjars, puis qui avait été emporté par une inondation dévastatrice, et qui avait encore trouvé le chemin du retour vivant, disant « Oh mince, c’était un proche ».

Sérieusement, Þjálfi n’imaginait pas de façon réaliste de le tuer.

« Ha ha ha, c’est ma faute, » riait Steinþórr. « Je suppose que je suis toujours en train de te causer des ennuis. »

« Si vous le savez, mon Père, je vous serais reconnaissant d’écouter un peu plus mes avertissements et mes conseils. »

« Hé, je t’écoute parfois, » répondit l’autre.

« Oui, c’est ce que vous faites. Et ce n’est vraiment que de temps en temps, » Þjálfi le déclara catégoriquement.

Il est vrai que ses longues années d’engagement et son rôle de tuteur protecteur avaient porté leurs fruits, ces derniers temps, même ce jeune homme libre d’esprit s’était montré disposé à suivre les conseils de Þjálfi. Mais ce n’était que parfois, et tout au plus, cela n’arrivait qu’une fois de temps en temps.

Même si Þjálfi pouvait faire la leçon et diriger l’homme, Steinþórr choisissait toujours d’aller à l’encontre des instructions et de causer des ennuis d’une manière ou d’une autre, si cela lui semblait être le choix intéressant.

À la fin de la journée, ce jeune homme était un gamin jusqu’au bout. Plus que probablement, il serait comme ça toute sa vie.

« Qui se soucie des détails ? » Steinþórr haussa les épaules.

« Ah, je vois…, » face à l’accroche souvent répétée de l’homme, les épaules de Þjálfi s’affaissèrent.

Il semblerait que ses épreuves quotidiennes se poursuivent pour le moment. D’un autre côté, il ne pouvait pas nier que le fait d’être aux côtés de ce jeune homme avait aussi allumé un feu dans son âme.

Lors de la dernière guerre du Clan de la Foudre, ils avaient été emportés par une eau en furie, une tactique étonnante et ingénieuse, mais qui n’aurait plus jamais fonctionné sur eux. Et, grâce aux dons qu’ils avaient reçus du Clan de la Panthère, les soldats du Clan de la Foudre étaient devenus beaucoup plus puissants.

Pensant à la perspective de la guerre suivante, Þjálfi avait eu un sourire vicieux qui ressemblait beaucoup à celui de son père assermenté. « Hehe. Ô patriarche du Loup, si vous pensez pouvoir vous détourner de ce monstre alors qu’il vous charge une seconde fois, alors vous êtes plus que bienvenu pour essayer. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire