Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 4 – Partie 6

***

Acte 4 : Le beuglement en vain

Partie 6

Le lendemain matin, Yuuto avait rattrapé Ingrid en descendant le passage menant à l’atelier, et l’avait saluée avec un large sourire.

« Bonjour, Ingrid. Il fait vraiment beau ce matin ! » déclara Yuuto.

Ingrid, cependant, ne répondit qu’avec un grognement intense, comme si elle était dégoûtée. De toute évidence, elle était encore de très mauvaise humeur et ne s’était pas remise de ce qui s’était passé la veille.

Elle secoua la tête sur le côté et refusa de répondre à ses salutations, et essaya de passer à côté de lui.

« Hé, hé, attends. » Yuuto essaya précipitamment de l’arrêter en posant une main sur son épaule.

« … Hmph ! » Ingrid avait repoussé son bras et avait continué à avancer.

On aurait dit que son attitude était vraiment désastreuse.

Yuuto avait vu que les choses allaient dans une mauvaise direction, à la fois de sa position d’ami et de sa position de patriarche du clan.

Ingrid était une personne indispensable au développement du Clan du Loup. Si elle en avait assez de son patriarche au point de partir, la perte pour le clan serait incalculable.

Alors Yuuto n’avait pas abandonné et avait couru devant Ingrid. « Attends une seconde ! Regarde ! »

Il écarta les bras et les jambes dans le couloir étroit, dans le but de l’empêcher d’aller plus loin.

La lueur d’Ingrid s’était aggravée, mais elle avait enfin poussé un long soupir. « Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce que tu me veux ? »

« On dirait que je t’ai mise en colère hier. Alors je voulais m’excuser pour ça, et —, » déclara Yuuto.

« J’ai déjà accepté ça hier. » Ingrid fit un signe de la main dédaigneux à Yuuto, et tout indiquait qu’ils avaient fini de parler ici.

En effet, hier, Yuuto était allé s’excuser personnellement auprès d’elle avant la fin de la journée. Cependant, Yuuto pouvait dire par son attitude actuelle qu’elle ne lui avait clairement pas encore pardonné.

« Non, je me suis dit qu’une excuse avec des mots seuls serait insuffisante, tu sais…, » déclara Yuuto.

« Hmph, donc tu vas essayer d’acheter mes sentiments, hein ? » Elle s’était fâchée. « Ohh, ça devrait être bon. Bien sûr, tu as quelque chose d’assez bien pour impressionner la mondialement célèbre Ingrid, j’en suis sûre ? Comme un chef-d’œuvre du grand Völundr de Glaðsheimr, ou des frères de génie Brokkkr et Eitri de Miðgarðr. »

« Tu penses qu’il y a un moyen pour que j’obtienne quelque chose comme ça en une journée ? » Yuuto soupira et secoua la tête, ses épaules tombant.

C’était tous des noms de maîtres forgerons et d’artisans considérés comme les plus grands de tout Yggdrasil. Cela dit, Yuuto ne doutait pas que la fille qui se tenait devant lui était probablement un ou deux niveaux de talent au-dessus de chacun d’entre eux.

Et c’est exactement la raison pour laquelle le simple fait de lui donner quelque chose qu’ils lui avaient fait n’était pas une garantie qu’elle changerait son humeur en mieux. En fait, ça ne ferait que l’énerver à nouveau.

« La chose la plus importante, c’est le cœur qu’on y met… n’est-ce pas ? » Yuuto tendit sa main fermée à Ingrid, et l’ouvrit devant ses yeux.

Il avait dans la paume de sa main un objet de verre rond, comme une perle.

Cependant, plutôt qu’une forme sphérique normale, elle était légèrement plus plate sur les côtés et avait une sorte de « queue » incurvée qui rappelait un peu la forme d’une luciole.

Il était transparent en couleur, mais peut-être parce que Yuuto avait mélangé différentes impuretés dans le verre, car quand cela avait capté la lumière, il avait brillé de nombreuses couleurs différentes, l’une après l’autre.

« Ça s’appelle un magatama là d’où je viens, et… Je l’ai fait moi-même, » déclara Yuuto.

Il y avait une ancienne méthode de travail du verre qui était encore en usage au 21e siècle, connue sous le nom de travail à la lampe. Le concept de la fabrication du verre remontait à environ 4000 ans avant Jésus-Christ et au début de son histoire, la méthode de fabrication à la lampe était utilisée pour fabriquer des perles et d’autres petits ornements simples.

Yuuto avait utilisé un mince bâtonnet de verre provenant de la pile de produits défectueux, assez mince pour qu’il puisse le faire fondre sur le même type de brasero en fer que celui utilisé pour chauffer l’air du kotatsu. Au fur et à mesure que le verre fondait, il l’avait versé dans un moule creux en argile, puis l’avait lentement refroidi pendant la nuit.

Parce que c’était une méthode si primitive, même un amateur comme Yuuto pouvait en faire quelque chose d’assez décent.

« J’y ai aussi mis un cordon pour que tu puisses le porter autour du cou. » Yuuto désigna fièrement la plus grande partie du magatama, où il y avait un petit trou tout le long. Il avait utilisé une très fine baguette de fer enveloppée d’une couche faite d’herbe, enfoncée dans la vitre alors qu’elle était encore très chaude, afin d’ouvrir un trou dans le centre. « Je sais que je ne devrais pas dire ça après t’avoir mis en colère hier. Mais, tu dois juste penser un peu plus à ton apparence. Après tout, euh, tu es. Pour commencer, tu es belle. »

Yuuto tourna la tête pour détourner le regard pendant qu’il parlait. Il était trop timide pour la regarder en face en disant quelque chose comme ça.

« Bien sûr, je ne peux garantir aucun résultat si tu portes des bijoux bon marché que j’ai faits, mais tu sais ! » avait-il ajouté.

Il n’avait pas pu s’empêcher d’ajouter une blague d’autodérision. S’il ne le faisait pas, il était sûr que son visage prendrait feu à cause de la chaleur qu’il ressentait.

« … Hmph ! » Ingrid avait reniflé et s’était empressée d’agir afin d’arracher l’objet de la main de Yuuto. Mais quand sa main avait atteint la sienne, elle s’était arrêtée. Elle prit lentement et soigneusement le magatama dans ses mains, le serrant avec précaution. Et, nouant le cordon derrière son cou, elle se présenta à lui avec un regard rougissant et timide. « De quoi ai-je l’air ? »

« B-Bien. Ça te va bien, sur toi. Maintenant, tu es sûre d’être plus populaire ! » Yuuto était encore frappé d’un étrange sentiment d’embarras, et il avait maladroitement fait un signe du pouce à Ingrid.

Pour une raison quelconque, quelque chose semblait bizarre et différent entre eux. C’était comme si la fille timide devant lui était une personne différente de celle qu’il croyait connaître, et cela le déstabilisait.

« Tu sais, ce n’est pas comme si ça m’intéressait vraiment de devenir populaire, » déclara Ingrid.

Et pourtant, les mots qui sortent de sa bouche ne sont toujours pas romantiques.

Cette attitude était un tel gâchis. En tant que parent assermenté, Yuuto pensait qu’il devait la pousser un peu plus.

« Oh, allez, ne dis pas ça. Tu as déjà cet âge. Tu ne peux pas te permettre de continuer à vivre ta vie en te concentrant sur la fabrication des choses, tu…, » commença Yuuto.

« C’est très bien. C’est le genre de fille que je suis. Je suis dévouée à ce que j’aime, » déclara Ingrid.

Tenant le magatama dans sa main, Ingrid sourit. C’était un sourire vif et mignon qui montrait les petites canines saillantes qui était l’un de ses points de charme.

 

 

« D’accord, il est temps pour moi de reprendre le travail de la journée ! » déclara Yuuto.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire