Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 4 – Partie 5

***

Acte 4 : Le beuglement en vain

Partie 5

En faisant tourner la sarbacane de fer dans le fourneau, Ingrid grogna furieusement pour elle-même. « Cet idiot ! Je le savais déjà, mais il ne me voit pas du tout comme une femme ! »

Yuuto était assis dans un tabouret sur un établi à une certaine distance. C’est là qu’ils utilisaient des outils en fer à main comme des spatules à gratter et de longues pinces en forme de baguettes pour façonner le verre dans les moindres détails. Cependant, ce n’était pas quelque chose qu’on pouvait confier à un débutant, alors pour l’instant, elle laissait juste Yuuto acquérir de l’expérience avec les outils.

Bien sûr, rien de tout ça n’avait vraiment d’importance pour Ingrid en ce moment.

« On dirait qu’au moins dans sa tête, il comprend que je suis une fille, mais… il insiste sur le “techniquement”. Il ne me voit vraiment pas du tout comme un intérêt romantique potentiel, » murmura Ingrid.

Elle était tellement absorbée par l’acte de faire du verre ensemble qu’elle l’avait oublié, mais maintenant qu’elle y avait réfléchi de nouveau, le but de tout ce qu’elle avait fait pour qu’ils soient seuls tous les deux ensemble était qu’elle puisse l’amener à la voir comme une femme.

« Ce salaud ne changera jamais sa façon de penser si je n’utilise que des demi-mesures. Cela exige des mesures plus drastiques. » Ingrid avait durci sa détermination. Elle aurait juste à supporter l’embarras pendant un moment.

Si elle ne pouvait pas en faire autant, leur relation ne progresserait jamais d’un pas. Elle ne pouvait plus se soucier des détails.

En se retournant, Ingrid appela Yuuto et avait fait un geste du menton vers le poste de travail. « D’accord, Yuuto. Tu vois ce papier noir foncé spécial là-bas ? »

« Oui, il y en a tout un tas qui s’empile, » répondit Yuuto.

« Prends-en un peu et tends-le dans une main, » déclara Ingrid.

Il avait obéi. « Whoa, c’est trempé. »

« Ouais, parce que si ça ne l’était pas, tu te ferais brûler, » répondit Ingrid.

Ingrid abaissa soigneusement l’extrémité de la sarbacane, plaçant le verre chauffé en rouge sur le papier humide épais. Continuant à faire tourner la sarbacane avec sa main droite, elle plaça sa main gauche sous le papier, au-dessus de celle de Yuuto.

Elle serra la main de Yuuto avec la sienne, la guidant pour façonner le verre avec le papier.

Comment est-ce possible !?

« Ohh ! Cool, je crois que des étincelles se sont envolées du verre tout à l’heure ! » déclara Yuuto.

Putain de merde ! Il ne fait pas du tout attention !

Cependant, même ce résultat était conforme aux attentes d’Ingrid. C’était juste un échauffement. Ensuite, il était temps de faire une vraie affaire.

« OK, maintenant je rassemble une autre couche de verre sur la graine, et… très bien, Yuuto, cette fois tu vas tenir la sarbacane et façonner le verre en même temps, » déclara Ingrid.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Crois-tu que je peux faire ça !? Ça a l’air super dur, » demanda Yuuto.

« Il y a des choses qu’il faut apprendre en les faisant. Tu le sais très bien, » déclara Ingrid.

« O-ouais, tu as raison ! » Au début, Yuuto semblait manquer un peu de confiance en lui, mais finalement, il hocha la tête fermement, les coins de sa bouche se soulevant en un sourire.

Il y avait le processus d’affinage du fer, le moulin rotatif, le moulin à eau, et bien sûr le nihontou. Dans chaque cas, au début, les résultats avaient été d’horribles échecs.

Mais Yuuto et Ingrid avaient toujours travaillé ensemble échec après échec, et par tâtonnements, ils avaient toujours trouvé le moyen de réussir le projet.

Rien ne s’était jamais parfaitement passé du premier coup. Mais Yuuto comprit que rien de valable ne pouvait être accompli sans faire ce premier pas, incertain.

« Fais de ton mieux, Yuuto, » dit Ingrid. « Je sais que tu peux le faire. »

« D’accord ! Je vais essayer ! » Avec enthousiasme, Yuuto prit la sarbacane d’Ingrid.

De nos jours, la tendance de Yuuto à être délibéré et clairvoyant était ce qui ressortait aux yeux des gens, mais c’était à cause d’un certain incident traumatique et de son expérience en tant que patriarche après coup. Au fond, Yuuto était en fait un homme passionné et excitable, un homme qui aimait l’acte de faire des choses.

De ce simple coup de pouce, cela avait enflammé cette passion en lui.

Yuuto avait pris une grande respiration…

« Khh, allez ! »

Cela dit, la passion seule ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider dans une tâche comme celle-ci.

Même les apprentis formés dans l’atelier par Ingrid étaient tellement passionnés par le travail qu’ils ignoraient souvent le sommeil et les repas lorsqu’ils étaient absorbés par leurs tâches, et il leur fallait encore plus de six mois avant de pouvoir faire quelque chose d’assez bon pour être vendu.

Pour un débutant comme Yuuto, aussi concentré et prudent qu’il puisse être, le résultat était pratiquement acquis d’avance. La forme du verre dans ses mains commença à se déformer et à se briser sous ses yeux.

« C’est comme ça que tu fais. » Ingrid se pencha et saisit la sarbacane, démontrant comment la retourner. Elle l’avait fait par-dessus son épaule, contre son dos.

La poitrine d’Ingrid n’était pas du tout petite. Certes, ce n’était pas du tout le niveau de celui de Félicia, mais Ingrid était convaincue qu’il était au moins de taille moyenne ou mieux. Elle avait appuyé assez fort sur son dos pour que ses seins changent complètement de forme contre lui.

Les seins étaient la partie du corps qui était le symbole même de la féminité, alors Ingrid était certaine que si elle faisait cela, Yuuto devrait commencer à penser à elle comme une femme. Elle avait regardé le visage de Yuuto, cherchant sa réaction.

« J’aime bien ça !? Uuurgh ! C’est tellement difficile. Ngh ! » Le visage de Yuuto était l’image même d’une concentration sérieuse sur une tâche singulière. Il grogna et murmura à lui-même, complètement absorbé à essayer de façonner correctement le verre.

On aurait dit qu’il n’était même pas conscient de la sensation contre son dos.

S’il était l’apprenti d’Ingrid, elle voudrait le féliciter pour sa magnifique concentration, mais à la place, Ingrid l’avait légèrement frappé sur la tête.

« Oh ! C’était pour quoi faire ? » Revenant à la raison, Yuuto avait commencé à se plaindre.

Ingrid l’avait ignoré.

En ce qui la concerne, il devrait lui être reconnaissant qu’elle n’ait pas utilisé le verre chaud sur lui comme un fer à repasser.

« Tout de suite ! C’est fini entre nous ! » hurla Yuuto, poussant triomphalement les deux bras vers le plafond.

La conception du vase à fleurs de Félicia avait été accentuée par des morceaux de jade fondus dans le verre pour créer une spirale vert pâle et ascendante, entourée de petits éclats de poussière d’or.

Le carillon de Sigrun avait un peu de cobalt fondu dans son verre pour créer un motif bleu profond et fluide sur toute sa surface, entouré de minuscules paillettes de poussière d’argent.

Le minuscule clapet de verre de la cloche avait été fabriqué séparément et était creux en son centre. Pour ce faire, on utilisait une vieille astuce de verrerie, qui consistait à pousser ensemble deux morceaux de verre qui formaient encore un trou entre eux.

L’or et l’argent étaient assez rares et précieux à Yggdrasil, mais Yuuto avait décidé de faire des folies et de les utiliser, car ils semblaient vraiment correspondre à l’image des deux filles. En regardant les produits finis, il était content de l’avoir fait.

« Ils sont tous les deux très bien, hein ? » dit-il.

« J’ai fait la plupart du travail pour les faire, donc ça ne devrait pas être une surprise. » Ingrid s’était détournée et avait lancé cette remarque sur un ton méprisant.

Après ses premiers échecs, elle avait continué d’essayer différentes façons de faire remarquer Yuuto qu’elle était une fille, mais elles avaient toutes fini en vain, de sorte que le fait qu’elle était irritée et boude en ce moment était tout naturel.

« Argh… c’est vrai, » admit Yuuto. « Dans ce cas, je suppose qu’il serait plus juste d’appeler ça ta création que la mienne. »

Les épaules de Yuuto s’étaient affaissées et son visage s’était baissé, à 180 degrés de son excitation de tout à l’heure. Bien sûr, il n’avait toujours pas la moindre idée de la raison de l’attitude actuelle d’Ingrid.

Et aussi irritée qu’Ingrid soit, elle remarquerait quand même quelqu’un qui se sentait vraiment déprimé comme ça. Malgré elle, elle avait bon cœur.

« Espèce d’idiot, » dit-elle. « Je ne faisais que me moquer de toi. C’est toi qui as conçu le design pour les deux, y compris la forme et les motifs de surface. Tu as fait de ton mieux pour les fabriquer, que ce soit en soufflant de l’air dans le verre ou en essayant d’affiner la forme. Tu y as mis tout ton cœur. C’est le plus important, non ? »

« … Oui. Du moins, je l’espère, » Yuuto hocha lentement la tête et jeta un coup d’œil sur le four contenant les deux pièces finies.

Les verreries terminées ne pouvaient pas être exposées à l’air extérieur tout de suite, ou elles pouvaient se fissurer en refroidissant trop rapidement. Au lieu de cela, elles avaient été placées dans un four spécial réglé avec une chaleur plus basse et refroidies lentement et graduellement au fil du temps. La fin du processus prendrait plusieurs jours de plus.

« Ouf… ! Eh bien, alors, bon travail à nous deux, » Ingrid s’étira longuement et saisit l’avant de son haut, le battant pour essayer de laisser passer l’air et se rafraîchir.

Normalement, elle ne ferait pas ce genre de chose, mais l’embarras et la honte de ses tentatives de séduction avaient laissé son corps insupportablement couvert de chaleur. Il y avait aussi le fait qu’elle était devenue beaucoup plus détendue avec Yuuto.

Cependant…

« Ingrid ! Qu’est-ce que tu fous !? » s’exclama Yuuto.

« Hein ? »

Se demandant ce qu’elle avait fait, Ingrid se tourna vers Yuuto et le trouva étrangement agité et se couvrit les yeux avec ses mains.

D’ailleurs, il y avait clairement un espace ouvert entre ses doigts.

Ingrid avait tout de suite compris ce qui se passait. « Qu’est-ce qui ne va pas ? Je croyais que tu t’en fichais, n’est-ce pas ? »

Un sourire malicieux se répandit sur son visage, et elle se dirigea lentement vers Yuuto. Naturellement, elle l’avait fait en se penchant vers l’avant d’une manière qui soulignait son décolleté.

« Oui, c’est que…, mais ça ne veut pas dire… ! » Yuuto, au visage rouge, tenta de se défendre, mais il était trop agité pour trouver les mots.

Yuuto s’était complètement concentré sur la tâche à accomplir pendant qu’il travaillait, mais il semblait que maintenant que le travail était terminé, son attention était à nouveau disponible.

« Hmm-hm-hm-hmm ! ♪ » Fredonnant à elle-même, Ingrid avait saisi le bras de Yuuto, et dans un mouvement doux, enroula ses bras autour de lui et appuya son corps contre le sien.

Naturellement, cela signifiait qu’il pouvait sentir la sensation que sa poitrine pleine et ronde appuyait contre son bras.

Dans des circonstances normales, Ingrid n’aurait jamais fait une chose pareille, son sentiment de honte l’aurait gênée. Mais tout ce qu’elle avait vécu aujourd’hui avait épuisé ses sens, et il ne lui restait plus rien pour la retenir.

« Qu’est-ce que tu es — ? » demanda Yuuto.

« Qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-elle. « Toi et moi sommes partenaires, non ? Donc, ce genre de choses devrait aller. »

Au fur et à mesure que Yuuto devenait de plus en plus paniqué, Ingrid devenait de plus en plus satisfaite et pensait à elle-même : c’est bien fait pour toi.

Après avoir échoué à obtenir une réaction de sa part malgré tout ce qu’elle avait essayé jusqu’à présent, sa confiance dans sa démonstration en tant que femme était sur le point d’être mise en pièces. Au moins, lui faire perdre la tête comme ça lui redonnerait un peu confiance en elle.

Maintenant, que dois-je faire ensuite ?

« Ingrid !! » s’écria Yuuto, l’agrippant par les deux épaules. Son emprise était très forte.

M-Merde ! Craignant qu’elle soit allée trop loin, Ingrid s’était préparée au pire.

Il lui déclara. « Il y a quelque chose que j’ai toujours pensé que je devais te dire, et il faut que je sois clair… »

« Ah… »

Ces mots lui avaient envoyé une douce sensation comme des fourmillements, et elle avait senti la tension s’évacuer de ses muscles.

Au lieu de cela, son cœur avait commencé à battre si vite qu’elle en eut mal.

Ça veut dire qu’il ressent la même chose pour moi ? Après tout, nous avons passé près de six mois en compagnie l’un de l’autre.

Mais ce type n’avait-il pas déjà une fille qu’il aimait dans son pays natal ?

Pour un type aussi génial que lui, je suppose qu’il n’y a pas besoin de le limiter à une seule fille.

Diverses pensées tournaient en rond dans l’esprit d’Ingrid pendant ces quelques secondes. Malgré cela, elle savait déjà quelle réponse elle voulait lui donner.

Elle avait donc décidé de lui demander de lui dire. « Qu’est-ce que c’est ? »

Les lèvres de Yuuto se séparèrent lentement, puis il déclara. « Tu es juste trop négligente envers toi-même. »

« … Hein ? »

« Tout à l’heure, tu n’avais aucun problème à mettre ta bouche sur la même chose que moi, » déclara Yuuto.

« Euh, euh, c’est… »

« Et maintenant que j’y repense, n’as-tu pas aussi fini par appuyer ta poitrine contre moi quand on travaillait ? » demanda Yuuto.

« O-Oui, et c’est parce que… »

« Non, écoute ! Tu dois essayer d’être plus consciente du fait que tu es une fille ! » déclara Yuuto.

Une chaleur furieuse s’échappa d’Ingrid, comme une intense explosion de vapeur.

« Toi, plus que quiconque… ! » s’écria Ingrid.

Le pied gauche d’Ingrid s’était cogné contre le sol en pierre. Cette force se déplaça à travers sa taille en se tordant vers l’avant, jusqu’à arriver dans son poing serrer. Elle libéra cette force en poussant un cri qui venait du fond de son âme.

« Tu n’as pas le droit de me dire çaaaaaa !! » cria Ingrid.

Ker-pow !

Ingrid versa tout dans son poing — toute la tension et le recul de son corps, toute la force de son bras gauche et toute la puissance divine que lui conférait la rune Ívaldi, l’Enfanteuse de Lames — et ce poing frappa Yuuto à la mâchoire.

 

 

Les pieds de Yuuto quittèrent le sol lorsque son uppercut l’envoya à deux mètres et demi dans les airs. C’était un très beau succès, le genre qui serait un succès critique dans un RPG.

« Hmph ! Je vais chercher le prochain homme affecté à la fournaise ! » Ingrid grogna. « En attendant, tu peux rester ici et nettoyer l’endroit ! »

N’épargnant pas un regard vers Yuuto, invalide et affalée sur le sol, Ingrid sortit de l’atelier à grands pas, en colère.

Même les gardes d’élite de Múspell frissonnèrent et s’écartèrent silencieusement de son chemin quand ils la voyaient s’approcher, tant la colère qui se déversait d’elle était intense et visible.

« Gah... ! Si tu agis comme ça, ne t’attends pas à ce que quelqu’un veuille t’épouser ! » De retour dans l’atelier vide, Yuuto avait tenu une main à sa mâchoire endolorie et avait lentement titubé sur ses pieds.

Quand il l’avait fait, quelque chose à proximité avait attiré son attention.

C’était un grand seau rempli d’objets en verre divers et variés. Chacun d’entre eux était fissuré ou cassé d’une manière ou d’une autre. Il s’agissait d’échecs à différentes étapes du processus de production. Le verre lui-même pouvait être décomposé et fondu de nouveau en nouveaux morceaux, de sorte qu’il était stocké comme ceci jusqu’à ce qu’il puisse être recyclé.

Soudain, une pensée traversa l’esprit de Yuuto.

« On dirait que je vais devoir être sérieux et l’aider moi-même, » déclara Yuuto.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire