Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Acte 3

Partie 6

De l’autre côté de la chaîne de montagnes septentrionale du bassin de Bifröst se trouvait la région de Miðgarðr, une région aride où la pluie tombait rarement. La majeure partie des terres de Miðgarðr était couverte soit par le désert, soit par les steppes, vastes plaines d’herbes courtes et presque sans arbres.

Il n’y avait pas beaucoup de lacs ou de rivières, et avec si peu de sources d’eau, la terre n’était pas adaptée à l’agriculture.

À cause de cela, les gens qui vivaient dans cette région vivaient principalement de l’élevage du bétail. Afin de s’assurer que leurs animaux ne mangent pas trop et n’épuisent pas les prairies, ils n’étaient jamais restés au même endroit, voyageant plutôt d’un bout à l’autre du pays selon un cycle régulier.

Dans les civilisations de Miðgarðr, on enseignait que les gens vivaient de deux types d’aliments : la « nourriture rouge » et la « nourriture blanche ». La nourriture rouge était de la viande, et les aliments blancs étaient faits de lait.

« Hehe... il semble que les saveurs plus familières conviennent le mieux à mes goûts, » Hveðrungr avait pris une bouchée de son pain et une gorgée de son vin, puis il acquiesça de la tête.

Ces deux articles étaient difficiles à trouver à Miðgarðr. Et dans le passé, c’était deux choses auxquelles il avait facilement accès tous les jours. Alors qu’il commençait à sourire un peu à la nostalgie de tout ça...

Une douleur sourde s’était fait sentir sur son front, et Hveðrungr grimaçait en serrant les dents. « Nkh... ! »

C’était la blessure que lui avait faite le guerrier du Clan de la Griffe Mundilfäri, à l’époque où il se faisait encore appeler Loptr.

Chaque fois que cette vieille blessure commençait à lui faire mal, ses souvenirs les plus détestés remontaient à la surface des profondeurs de son esprit. Cela s’était produit au cours de cette même bataille, celle au cours de laquelle il avait reçu ladite blessure. C’est à ce moment-là que ce maudit petit avait pris sa place.

« “Informez Hveðrungr, patriarche du Clan de la Panthère”. » Hveðrungr cracha ses mots avec dégoût en se rappelant le message qui lui avait été livré. « “Je suis Yuuto, patriarche du Clan du Loup”. Alors, c’est comme ça. Tu as beaucoup de culot de t’asseoir là et de te dire patriarche après m’avoir trompé, moi, ton frère aîné, et après avoir tué Père en te servant de lui comme bouclier. Tu n’as pas le droit de t’appeler comme ça, enfoiré ! »

Même aujourd’hui, il pouvait encore sentir la sensation persistante dans ses mains, de trancher la chair et l’os de son père assermenté, ainsi que de lui ôter la vie.

Pendant l’année écoulée, chaque fois qu’il dormait, il voyait ce moment se répéter dans ses rêves, et cela lui avait rongé le cœur.

Les humains étaient des créatures énigmatiques qui, pour préserver leur propre esprit, étaient parfois même capables d’altérer leur propre mémoire et de l’interpréter de la manière qui convient le mieux à leurs propres sentiments.

« Je suis tombé dans le piège du plan diabolique que cet enfant pourri avait mis en place, et je me suis retrouvé piégé à tuer mon propre père bien-aimé. »

À un moment donné, cette interprétation des choses était devenue la seule et unique vérité de Hveðrungr.

« Mais quand je pense qu’il s’abaisserait même à faire quelque chose d’aussi sournois que de faire faire un tel message à ma petite sœur bien-aimée Félicia. Attends-moi, Félicia ! Je viendrai te sauver bientôt ! »

Alors que Hveðrungr avait dit ça, il avait froissé dans son poing le deuxième message qu’il avait reçu du Clan du Loup, une lettre en papier.

Il était écrit que le seul frère aîné que Félicia suivait était Yuuto, et personne d’autre.

La petite sœur de Hveðrungr était une bonne fille qui s’occupait de son frère aîné. Elle était sa seule famille de chair et de sang au monde. Il n’y avait aucune chance, aucune possibilité qu’elle le rejette comme ça. Par conséquent, Hveðrungr n’avait pu que conclure que cette lettre était complètement fausse. Et si la lettre était fausse, sa petite sœur devait déjà être prisonnière de cet usurpateur trompeur.

Sa vieille blessure avait palpité, et une autre poussée de douleur sourde avait traversé son front.

Cette blessure avait été gravée dans sa chair par le manieur de la rune Alsviðr, le Cheval qui Répond à son Cavalier. C’était peut-être pour cela que chaque fois qu’il avait mal, il entendait une voix qui lui murmurait : « Satisfais tes désirs », de quelque part au fond de son cœur.

Des pulsions noires et compulsives se répandaient en lui, et il ne pouvait plus maîtriser ses émotions. Mais il sentait aussi une incroyable puissance se répandre dans tout son corps.

Hveðrungr abandonna son chœur à cette voix intérieure, et un sourire affamé se répandit sur son visage alors qu’il léchait ses lèvres d’une manière semblable à une bête carnivore.

« Je te ferai tout me donner, Yuuto. Tout ce que tu m’as pris. Tout, » cria-t-il.

 

***

Myrkviðr était une ville fortifiée située à l’extrémité ouest du territoire du Clan de la Corne. Il était situé assez près de la chaîne de montagnes de Himinbjörg, et avait une longue histoire de prospérité en tant que centre du commerce du bois.

La ville proprement dite avait été construite sur une île entre les bras de la rivière Örmt, limitant les points d’approche et fournissant une défense naturelle contre l’invasion par des clans étrangers.

Lorsque l’ancien chef du Clan du Sabot, Yngvi, avait lancé son invasion du Clan de la Corne, il avait aussi apparemment trouvé trop difficile de conquérir cette ville, choisissant plutôt de faire le tour de Fólkvangr et d’avancer vers le sud par des terres plus dégagées.

L’homme chargé de gouverner Myrkviðr s’appelait Gunnar. Il était connu comme un commandant talentueux au sein du Clan de la Corne, avec une série de réalisations militaires remontant à l’époque du précédent patriarche du Clan de la Corne, Hrungnir.

Et en ce moment, son plus gros problème était la tribu d’envahisseurs qui avait commencé à attaquer par l’ouest il y a dix jours.

« Détestables barbares, » Gunnar grogna avec un air renfrogné.

Selon les rapports, ils étaient tous arrivés à cheval, vêtus de l’habit caractéristique des nomades de la région de Miðgarðr. Ils avaient immédiatement commencé à attaquer les villages et les villes entourant Myrkviðr, tuant les hommes et enlevant les femmes, volant la nourriture, et mettant le feu à tout ce qui restait dans une manifestation de violence scandaleuse et gratuite.

Les bruits forts et aigus commencèrent à se faire entendre.

« Alors, ils sont revenus. Qu’ils aillent au diable..., » déclara-t-il.

Les envahisseurs se montraient enfin près des murs de Myrkviðr. Peut-être qu’ils avaient complètement pillé toute la terre environnante.

Le patriarche Linéa lui avait donné des ordres stricts de maintenir la défense à l’intérieur des murs de Myrkviðr, et de s’abstenir de lancer une attaque, mais il était à la limite absolue de sa patience.

Gunnar était le gouverneur de la ville de Myrkviðr et des environs. S’il n’avait pas pu protéger la vie et les biens des citoyens sous sa surveillance, alors pourquoi était-il ici ?

Dans quel but les gens de ce pays avaient-ils présenté des taxes et des tributs ?

Qui promettrait leur fidélité aux dirigeants qui ne lèveraient pas le petit doigt pour les défendre ?

La colère dans le cœur de Gunnar avait finalement débordé. « Je n’en peux plus ! Je vais mettre ces foutus bandits en déroute et les disperser aux quatre vents ! »

Il rassembla ses troupes et les conduisit hors de la ville.

Selon les rapports de ses guetteurs, l’ennemi en comptait moins de cinq cents. Myrkviðr, en revanche, s’enorgueillit de posséder 1 500 soldats, ce qui lui donne un avantage de 3 pour 1.

Et ce n’était pas tout. Leur patriarche Linéa n’avait que des compétences légèrement supérieures à la moyenne en tant que commandant de campagne, mais elle était incroyablement accomplie en tant que dirigeante de leur nation, à la fois talentueuse et flexible.

Elle avait importé beaucoup d’objets et d’idées de ce patriarche du Clan du Loup, Yuuto, qui était si compétent en stratégie militaire que les gens l’appelaient le dieu de la guerre réincarné.

L’un de ces exemples était une arme, une lance de fer trois fois plus longue que la taille d’une personne. Elle avait fourni ces longues lances aux soldats qui protégeaient ses frontières à Myrkviðr. Et ces deux derniers mois, elle leur avait fait suivre une formation sur la façon de combattre en utilisant la formation phalangienne très serrée.

Avec cette combinaison ultime d’armes et de tactiques à leur disposition, il n’y avait aucune chance que des bandits indisciplinés ne puissent jamais les égaler.

« Attaquez ! » ordonna Gunnar. « Attaquez ! »

À son commandement, les forces de Myrkviðr chargèrent.

Mais dès qu’ils étaient entrés en contact avec l’ennemi, les cavaliers s’étaient séparés proprement en trois groupes.

Le groupe qui se trouvait juste en face d’eux avait habilement changé de cap et avait commencé à tirer des flèches en se retirant.

La phalange se vantait d’une puissance incomparable dans un assaut frontal, mais elle ne pouvait égaler la vitesse des chevaux.

Leurs longues lances leur donnaient une portée écrasante en mêlée, mais cela ne pouvait être comparé à la portée d’un arc.

En conséquence, les soldats de Myrkviðr ne pouvaient pas effectuer un seul coup, et avaient été forcés de recevoir des attaques continues et unilatérales de l’ennemi.

Au moment où Gunnar réalisa à quel point c’était dangereux, il était déjà trop tard.

Les deux autres groupes ennemis avaient profité de la mobilité supérieure de leurs chevaux pour contourner et avancer sur les flancs des troupes de Myrkviðr en venant des deux côtés, et avaient commencé à lancer leurs propres flèches.

En un rien de temps, Gunnar et la garnison de Myrkviðr s’étaient retrouvés complètement entourés d’une force d’à peine un tiers de leur taille.

Les archers de la formation Myrkviðr avaient fait de leur mieux pour riposter, mais ils étaient à pied et leurs adversaires se déplaçaient rapidement à cheval. Les flèches de Myrkviðr trouvaient rarement leur cible, tandis que les flèches de l’ennemi frappaient juste, volant une vie après l’autre en une succession rapide.

Face à cette situation terriblement unilatérale, les soldats Myrkviðr avaient perdu leur sang-froid, et certains avaient été assez paniqués pour tenter de fuir. Leur formation s’était effondrée.

Bien sûr, les cavaliers ennemis avaient saisi cette occasion.

Les cavaliers sur les deux flancs avaient lâché leurs arcs et s’étaient mis à la lance, embrochant les soldats Myrkviðr paniqués des deux côtés dans une attaque en tenaille.

Au départ, la phalange était une formation axée sur l’attaque à l’avant et terriblement vulnérable aux attaques latérales ou arrière. Cette situation avait été exacerbée d’autant plus par la panique des soldats.

En moins d’une heure, les forces de garnison de Myrkviðr avaient été anéanties. Sur 1 500 soldats, moins de 500 avaient survécu.

Le Clan de la Panthère, d’autre part, avait subi des pertes inférieures à dix hommes. C’était pratiquement une victoire sans faille.

Ainsi, faute de troupes suffisantes pour protéger les portes, la ville fortifiée de Myrkviðr tomba facilement entre les mains du Clan de la Panthère.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le travail, encore un qui remodelé ''sa'' réalité...

Laisser un commentaire