Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Acte 3

Partie 3

Cette nuit-là, seul dans ses quartiers, Yuuto glissa son doigt sur l’écran de son smartphone, faisant défiler les messages en toute hâte.

Yuuto était le patriarche, un souverain. Tous sentiments ou blocages mis à part, il avait le devoir juré de protéger la sécurité et la prospérité des gens sur le territoire de son clan. Tenir une branche d’olivier dans la main droite et une épée dans la main gauche était le principe le plus fondamental de la diplomatie internationale.

Il serait beaucoup trop dangereux d’être sans défense face à la menace venant de son nouveau voisin. Il devait trouver des contre-mesures appropriées.

Traiter des négociations diplomatiques entre deux nations ressemblait à une rencontre avec un yakuza.

Si un yakuza commençait par marcher et brandir un couteau ou un pistolet, toute personne normale céderait à cette menace et serait forcée d’accepter des conditions et des exigences déraisonnables. De la même manière, pour parvenir à des négociations pacifiques avec une nation militairement puissante, il fallait avoir un contrepoids équivalent à sa force militaire.

Par nécessité, Yuuto s’était familiarisé avec les stratégies de contre-infanterie et de contre-chariot, mais il avait supposé qu’il n’aurait jamais eu à affronter la cavalerie armée, et il était donc encore complètement ignorant quand il s’agissait de cela. Il utilisait donc frénétiquement Internet pour faire des recherches sur les stratégies anti-cavalerie. Cependant...

« Bon sang, c’est super de les utiliser, mais c’est l’enfer pour l’ennemi, » déclara Yuuto.

Plus il faisait de recherches, plus il constatait à quel point la cavalerie était puissante. Et puis il avait réalisé autre chose...

« Oh, merde. Pas plus que ça, et je ne pourrai pas parler... Hé, Mitsuki, es-tu là ? » Yuuto réfréna son envie de continuer à chercher, et composa le numéro de son amie d’enfance.

« Salut, Yuu-kun. Bonsoir. » Le simple fait d’entendre sa voix douce et familière effaçait la fatigue de la journée et soulageait son cœur.

Il aurait pu lui envoyer un texto disant qu’il ne pouvait pas l’appeler ce soir, et penser rationnellement à la situation. C’était ce qu’il aurait dû faire, mais quand même, il l’avait quand même appelée. Il voulait ce sentiment de réconfort.

Pour Yuuto, ses discussions informelles avec Mitsuki étaient la seule fois où il pouvait oublier son rôle de patriarche.

Pendant les périodes où il avait dû partir en voyage dans d’autres villes ou en campagne militaire, il avait pu sentir son cœur devenir de plus en plus bouleversé. Quelle que soit la situation politique, tant qu’il était encore à Iárnviðr, il ne pouvait supporter d’abandonner le temps qu’il passait avec elle.

« Hé, bonsoir à toi aussi, » déclara-t-il. « Qu’as-tu fait aujourd’hui ? »

« Rien de spécial. C’était juste une journée ennuyeuse et normale. Alors Yuu-kun, que t’est-il arrivé ? » demanda-t-elle.

« Hein ? » demanda Yuuto.

« Je vois que tu fais tout ce que tu peux pour avoir l’air heureux, tu sais ? » déclara Mitsuki.

« ... Bon sang, tu m’as percé à jour, » déclara Yuuto.

« On est ensemble depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne, » déclara Mitsuki.

« Je suppose que je ne peux rien te cacher, » déclara Yuuto.

« Non, tu ne peux pas. Par exemple, quand tu es revenu des sources chaudes, tu avais l’air suspect, mais je t’ai fait une faveur et j’ai fait semblant de ne pas le remarquer, » déclara Mitsuki.

« Uh... ah... uh... uh. » Un frisson avait couru le long de la colonne vertébrale de Yuuto. L’intuition de son amie d’enfance était tout à fait étrange.

Et, bien qu’elle parlait toujours sur le même ton, d’une certaine façon, il pouvait sentir un peu de colère dans sa voix.

Je vois. Je ne peux vraiment pas sous-estimer le fait qu’on est ensemble depuis toujours.

« Eh bien, disons que je t’en demanderais plus à ce sujet si mon “compteur de colère” était au maximum un jour, » avait-elle ajouté.

« Euh... ha ha ha ha ha..., » Yuuto s’était étouffé d’un rire sec, et s’était juré intérieurement qu’il ferait de son mieux pour ne pas remplir cette jauge.

« Alors, je vais demander au patriarche Yuu-kun : Pops, quel genre de problème as-tu ? Je ne pourrai peut-être pas le résoudre pour toi, mais je vais au moins t’écouter, d’accord ? » déclara Mitsuki.

« Merci..., » murmura-t-il.

Yuuto avait été salué comme une race rare de héros qui avait fait du Clan du Loup l’une des nations les plus fortes de la région. Mais avant tout cela, il n’était qu’un étudiant qui avait grandi dans un Japon pacifique.

Il y avait des moments où il avait besoin de pleurnicher et de se plaindre un peu à quelqu’un. Mais en tant que patriarche, il ne pouvait pas demander à ses subordonnés de jouer ce rôle.

Pour Yuuto, l’existence de son amie d’enfance était une source de salut pour lui dans ce monde.

« OK, donc le truc c’est que..., » commença Yuuto.

Yuuto avait tout raconté à Mitsuki sur la situation actuelle du Clan du Loup.

Il lui avait raconté comment le Clan de la Panthère était apparu et avait pris le contrôle du Clan du Sabot.

Il lui avait raconté que l’armée du Clan de la Panthère était une force composée de cavalerie.

Et il lui raconta comment le patriarche du Clan de la Panthère était Loptr, l’homme qui s’était occupé de lui comme son frère aîné assermenté.

Une fois qu’elle avait tout entendu, Mitsuki lui avait parlé avec inquiétude dans sa voix. « Yuu-kun... Est-ce que ça va ? »

En entendant cela, Yuuto commença à regretter de tout lui avoir dit. Même s’il avait essayé de le lui cacher, si la guerre devait éclater, elle l’aurait quand même découvert.

En fait, même si les choses n’allaient pas aussi loin que la guerre, la tension incertaine avec le Clan de la Panthère affecterait Yuuto à l’avenir, et son amie d’enfance serait certainement capable de reprendre le dessus.

Elle lui avait déjà dit qu’elle voulait qu’il lui fasse toujours part de ce genre de choses. Parce que s’il disparaissait sans prévenir, son cœur ne pourrait pas le supporter.

Il causait toujours des ennuis à Mitsuki, et il voulait honorer ses souhaits à cet égard.

« Eh bien, je trouverai une sorte de contre-stratégie, » déclara Yuuto. « Mais je n’ai pas beaucoup de temps, donc à partir de demain, je pense que je ne pourrai plus te parler autant. Je suis désolé. »

« Non, eh bien, j’étais inquiète pour ça aussi. Mais ce n’est pas ça. Yuu-kun, ça va aller avec... Loptr ? » demanda Mitsuki.

« ..., » Yuuto n’avait pas trouvé de mots pour répondre.

Il était tellement préoccupé par la façon de contrer la cavalerie qu’il n’avait pas vraiment pensé à cet aspect de la situation. Non... peut-être inconsciemment, il avait évité d’y penser.

Sa bouche s’assécha soudain, Yuuto avala et leva les yeux vers le plafond, puis il parla, plus à lui-même qu’à Mitsuki.

« Je suis le patriarche du Clan du Loup. Si le moment est venu, peu importe que je le veuille ou non. Je vais devoir me battre, » déclara Yuuto.

 

***

« Je te respecte beaucoup, Grand Frère, mais quand même, je ne peux pas accepter ça ! » La langue de Linéa était respectueuse, mais son indignation avait mis un ton sauvage dans chaque mot.

Le lendemain du rapport de Kristina sur la chute de Nóatún, Linéa s’apprêtait à retourner dans son clan en réponse à l’évolution de la situation politique lorsque Yuuto l’avait approchée pour lui donner des instructions sur leurs stratégies pour l’avenir.

Et c’était sa réponse.

« “Cache-toi derrière les murs de la ville, et quoi qu’il arrive, ne lance pas d’attaques”, dis-tu ? Comment vais-je pouvoir protéger mon peuple ? L’ennemi a donc les coudées franches pour tout détruire comme il l’entend à l’extérieur des murs ! » s’écria Linéa.

« Calme-toi une minute, Linéa, » déclara Yuuto.

« Comment puis-je être calme ? Je n’arrive pas à croire que tu rabaisses autant mes soldats ! » C’était probablement la première fois que Linéa était aussi ouvertement en colère contre Yuuto depuis qu’elle avait échangé le serment de son Calice frère et cessé d’être ses ennemis mutuels.

Linéa tenait certainement en haute estime les conseils de son frère aîné assermenté bien-aimé, mais vu l’importance qu’elle accordait aux habitants de son pays natal, elle ne pouvait pas accepter facilement ce qu’il lui disait de faire.

Cependant, Yuuto ne pouvait pas non plus reculer dans cette situation.

« Je ne méprise ni ton clan ni tes combattants. Je donnerais les mêmes ordres à mes hommes. Ce n’est pas un adversaire que tu peux battre dans un combat direct ! » Yuuto avait saisi les bras de Linéa, élevant désespérément la voix pour dire les choses en des termes très clairs.

En lisant son ton frénétique et son langage corporel, Linéa avait finalement semblé comprendre à quel point une cavalerie armée menaçante était terrifiante. « ... Grand Frère, sont-ils vraiment si forts que ça ? »

Du point de vue de Linéa, Yuuto était un grand général dont la stratégie avait complètement vaincu le grand héros du Clan du Sabot, Yngvi, ainsi que le Tigre Affamé du Clan de la Foudre, Steinþórr. Il était comme un dieu de la guerre.

Et quelqu’un comme lui disait de ne pas se battre, que la défense était leur seule option...

Avant de s’en rendre compte, Linéa avait dégluti nerveusement avec un son bien audible.

« Oui, ils sont aussi forts que ça, » déclara Yuuto. « Une bande massive de cavaliers est le pire ennemi auquel on puisse faire face. »

Yuuto avait pris une longue respiration, puis soupira profondément, son expression tendue et sévère.

Retraçant les fils de l’histoire du monde oriental, la confédération des tribus nomades à cheval connues sous le nom de Xiongnu avait été assez puissante comme nation pour vaincre la dynastie agricole Han de Chine sous le règne de l’empereur Gaozu (Liu Bang) en 200 avant Jésus Christ. Pendant des décennies après, avant le règne de l’empereur Wu, les Xiongnu avaient reçu des tribus des Han chinois et traité la région comme un État vassal.

Si l’on regarde l’Occident, au IVe siècle apr. J.-C., c’est encore une fois la menace d’invasion par une nation nomade équestre, les Huns, qui avait contribué au grand bouleversement des peuples germaniques en Europe, connu sous le nom de période de migration.

Et puis il y avait l’Empire mongol, qui avait conquis le plus grand nombre de territoires de tous les empires de l’histoire.

Et encore une fois en Chine, pendant la dynastie des Song du Nord, il y avait eu un incident au cours duquel seulement 17 cavaliers armés de la nation Jurchen avaient mis en déroute 2 000 fantassins Song, des chiffres qui, à première vue, semblaient une sorte de blague.

« C’est pour ça que c’est si important, d’accord ? » Yuuto avait saisi les épaules de Linéa et, se penchant vers elle, répéta son avertissement pour faire bonne mesure. Son visage était plus sérieux que jamais. « Si le Clan de la Panthère t’attaque, concentre-toi sur la défense ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire