Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Acte 2

Partie 3

Le mont Surtsey était un volcan en activité, situé au sud-est d’Iárnviðr. Le groupe de Yuuto avait réussi à arriver à la villa du patriarche au pied de la montagne avant le coucher du soleil.

Bien qu’on l’appelait une villa, elle était bien loin de l’ampleur du palais d’Iárnviðr — rien de plus qu’une simple, quoique légèrement grande, cabane ronde en bois, entre deux petits bâtiments de même fabrication.

À l’intérieur, il n’y avait que quelques lits, un bureau et des peaux de loup gris sur le sol à la place de la moquette.

Selon Jörgen, il avait été construit par le troisième patriarche du Clan du Loup comme lieu de cure thermale, à l’époque où le Clan du Loup contrôlait la majeure partie du territoire du bassin de Bifröst.

Le prédécesseur de Yuuto, Fárbauti, s’était également rendu là-bas à plusieurs reprises.

Il y avait un petit village de chasseurs à proximité qui vivaient de la vente de la viande et des peaux de cerfs et de sangliers qu’ils chassaient. Ils avaient été informés de la venue de Yuuto, et les femmes du village étaient donc venues et elles avaient nettoyé l’endroit de fond en comble.

Pour Yuuto, c’était un endroit parfaitement confortable pour passer les deux prochains jours.

Dès que Yuuto était entré dans le bâtiment, il s’était dirigé droit vers le lit et s’était précipité, avant de s’écraser face contre le lit. « Ouf ! Je suis si fatigué... »

Monter à cheval et se faire tirer par l’un d’eux en étant dans une calèche étaient des expériences complètement différentes, bien qu’ils puissent avoir le cheval en commun. L’équitation était un sport officiel en soi, après tout. Dans le Japon actuel, il y avait des machines d’exercice électroniques qui simulaient l’équitation vendue dans le cadre de la perte de poids, en raison du fait qu’elles faisaient beaucoup travailler les muscles du corps pour maintenir son équilibre tout en faisant de l’équitation.

La raison pour laquelle Yuuto était allongé, face contre le lit, c’était que ses fesses lui faisaient mal après avoir fait un si long voyage à cheval.

Pourtant, il avait pris de fréquentes pauses et s’était assuré d’appliquer au préalable une pommade à base d’huile de cheval sur ses cuisses, ce qui lui avait heureusement épargné la douleur des cuisses irritées. Il s’agissait là d’une réalisation importante en soi.

Il venait ici pour un bain curatif dans les sources chaudes, donc ça n’aurait pas été drôle s’il était arrivé avec des cuisses irritées, incapable d’aller dans l’eau chaude.

Félicia avait rapidement ouvert leurs bagages et s’était approchée de lui avec une grande serviette en tissu. « Grand Frère, que dirais-tu d’entrer tout de suite dans les sources chaudes, pour guérir une partie de la fatigue de ton voyage ? »

Yuuto avait envie de dormir comme un rocher là où il était, mais il se sentait aussi mal à l’aise d’être trempé de sueur jusqu’à ses sous-vêtements.

« Oui, je pense que je vais le faire, » Yuuto avait forcé son corps fatigué à se relever.

Comme les filles étaient plus nombreuses que lui, il se sentait un peu mal d’utiliser les bains avant elles. Mais, se mettant à leur place, elles ne se sentaient pas vraiment à l’aise en tant que subordonnées avec l’idée d’aller avant leur patriarche, et même si elles le faisaient, elles ne pourraient sûrement pas prendre leur temps et s’amuser.

En tant que supérieur, la chose à faire dans cette situation serait de se dépêcher en allant se baigner rapidement, pour que les autres puissent utiliser les bains sans se soucier de rien.

« Alors, d’accord, » déclara-t-il. « J’espère que ça ne te dérange pas, mais je vais commencer. Vas-y, dis-le aux autres de ma part. »

Il voulait éviter à tout prix toute situation où lui et les filles se croiseraient dans les bains.

En tant qu’homme, ce n’était pas comme s’il n’avait jamais fantasmé sur ce genre de situation, mais le simple fait que Mitsuki le découvre ne lui avait pas seulement donné froid dans le dos, mais cela lui avait aussi donné des maux de ventre.

Certes, il y a environ deux mois, dans le palais du Clan de la Corne, il avait fini par devoir entrer dans le bain avec Félicia et Sigrun pour des raisons de sécurité alors qu’il se trouvait dans une nation étrangère. Mais il était sur le territoire du Clan du Loup en ce moment.

Yuuto avait pris la serviette de Félicia et l’avait déroulée rapidement avec un clin d’œil satisfaisant, avant de la mettre sur son épaule. Il s’était ensuite dirigé vers l’extérieur, vers les sources chaudes situées à l’arrière du bâtiment.

« Ahhh, voilà comment on apprécie la nature, » murmura-t-il en appréciant le paysage.

Il y avait un ruisseau de montagne clair et profond qui coulait avec une profondeur qui allait jusqu’aux genoux, et derrière lui s’étendait une étendue luxuriante d’arbres, avec certains d’entre eux qui présentaient des feuilles tachées d’un beau rouge.

Il y avait des rochers éparpillés le long de la rive de la rivière et, dans un secteur, il y avait une falaise, en dessous de laquelle Yuuto pouvait voir la vapeur blanche monter. Ce n’était pas si différent d’un bassin d’eau normal, mais ça devait être les sources chaudes. D’un côté, il y avait une petite structure en forme de pavillon, qui servait probablement à la fois d’abri contre les éléments et de vestiaire.

« Joli ! » Yuuto avait immédiatement pris goût à cet endroit, et malgré la fatigue qu’il ressentait, il avait trouvé que ses pas s’allégeaient en entrant dans le pavillon.

Avec excitation, il s’était rapidement déshabillé et avait mis sa main dans l’eau pour le tester. C’était peut-être un peu trop chaud à son goût, mais pas au point qu’il ne pouvait pas le supporter.

Dans le Japon moderne de Yuuto, les stations thermales et les hôtels affichaient la température de l’eau sur un écran. D’après son expérience de ces endroits, cette eau était probablement à environ 42 degrés Celsius. S’il entrait et qu’il laissait son corps s’y habituer, la température allait être excellente pour un bain d’eau chaude.

« Whoa, c’est chaud ! » Yuuto avait utilisé un seau qu’il avait trouvé dans le pavillon pour se laver la sueur avec de l’eau chaude, puis il avait marché lentement dans la piscine et s’était abaissé.

« Whewee, c’est le paradis..., » s’exclama Yuuto.

Il y avait un rocher de forme très pratique à proximité, alors Yuuto s’était appuyé contre lui et avait pris une grande respiration.

C’était comme si toute sa fatigue se dissipait dans l’eau chaude de la source.

Et contempler la majesté de la nature lui donnait un sentiment de paix. Il sentait son cœur s’alléger, libéré des pressions constantes de son devoir de patriarche.

Je suis vraiment content d’être venu ici, se dit Yuuto.

Et alors qu’il l’avait fait...

« Wooow, des sources chaudes, des sourccccess chaudeeees ! » s’exclama Albertina.

« Al, s’il te plaît, ne court pas comme une petite enfant, » déclara Kristina.

« N-Ne dis pas ça, Kris, je ne suis pas une enfant ! » s’exclama Albertina.

« Eh bien, voyons voir, la dernière fois que tu as fait pipi au lit, c’était..., » déclara Kristina.

« Awawawa, qu’est-ce que tu dis tout d’un coup ? Qu’est-ce que tu dis !? » s’écria Albertina.

« Et au fait, ce bruit de ruissellement que j’ai entendu tout à l’heure..., » déclara Kristina.

« C-Ce n’était pas moi, d’accord ? Je ne l’ai pas fait ! » s’écria Albertina.

« Oh, je parlais seulement du son du ruisseau. Mais tu as l’air un peu sur la défensive, là. Quelque chose t’est-il venu à l’esprit ? » demanda Kristina.

« N-non non non non non, rien ! Je ne me suis pas pissée dessus depuis une éternité ! » déclara Albertina.

« Je suppose que c’est vrai, même pour quelqu’un comme toi, Al. Tu n’es pas si bébé que ça, » déclara Kristina.

« Uh huh, c’est vrai, » déclara Albertina.

« Tu étais juste un peu nerveuse la première fois que tu as rencontré Père, non ? » demanda Kristina.

« Ne parle pas de ça quand il est juste devant nous ! » déclara Albertina.

Deux voix familières avaient sorti Yuuto de son état d’esprit rêveur et l’avaient ramené à la réalité.

Tandis qu’il se tournait frénétiquement vers les voix, il voyait les jeunes jumelles, badinant comme toujours l’une avec l’autre.

« Pourquoi êtes-vous venues ici toutes les deux ? » Yuuto éleva la voix pour les interroger, mais Kristina le regarda d’un air vide.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? On était juste à côté de toi tout ce temps, » déclara Kristina.

« Quoi, vraiment !? » Yuuto n’avait rien remarqué du tout.

Bien sûr, c’était parfaitement compréhensible. Toutes les deux étaient inégalées au sein du Clan du Loup pour leur art de dissimuler leur présence. Yuuto n’était pas meilleur qu’un amateur en ce qui concerne les arts martiaux, donc il n’avait aucun moyen de les percevoir.

« Oui, et nous avons eu un regard ample, approfondi et complet sur toi, » avait souri Kristina.

« Ouais, j’étais tellement surprise que le sien soit bien plus grand que celui de notre père ! » déclara Albertina.

« En effet, et considérant que celui de notre père est beaucoup plus grand que celui de l’homme moyen... Comme on s’y attendait du célèbre et infâme Loup, Hróðvitnir ! Tu dois me faire gémir de plaisir tous les soirs, » déclara Kristina.

« Ne pars pas comme ça en crachant des rumeurs nuisibles comme ça ! » Yuuto cria, et bien qu’il savait qu’il était déjà trop tard, il se couvrit instinctivement l’entrejambe de ses mains.

Son visage était insupportablement chaud. Même s’ils n’étaient que des enfants, être vus nus par quelqu’un du sexe opposé comme ça était embarrassant. Il s’était mis en colère dirigeant une seule main vers les deux jumelles.

« S-Sortez d’ici pour l’instant. Ce voyage est censé être pour que je puisse me détendre, alors laissez-moi au moins me baigner en paix pendant un moment. Tant que vous êtes là, je ne pourrais pas me détendre même si je le voulais, » déclara Yuuto.

« Ça ne suffit pas, » insista Kristina. « Après tout, nous sommes censées vous protéger. »

« Je n’en ai pas besoin. Il n’y a pas de bandits par ici, » Yuuto cracha les mots, devenant de plus en plus irrité.

Les sources chaudes étaient entourées dans trois de ses quatre directions par les bâtiments de la villa, et bloquées par un mur de roche sur la quatrième. Les bâtiments avaient été construits dans le but de défendre facilement le bain curatif personnel du patriarche. Et les guerrières vétéranes Einherjar de Yuuto étaient actuellement dans ces bâtiments. Ce n’était vraiment pas un endroit où les criminels pouvaient se faufiler.

C’était exactement ainsi que Jörgen lui avait recommandé l’endroit en disant : « Vous n’aurez pas peur d’être accosté par des bandits dans cet endroit. Vous pourrez profiter pleinement des sources chaudes sans aucun souci. »

« Il est vrai que je doute que des bandits nous attaquent ici, mais il y a des cerfs sauvages et des singes dans les bois qui viennent parfois ici, alors le commandant en second nous a dit de veiller à te protéger avec vigilance, Père, » déclara Kristina.

« Qu’est-ce que... !? » Les yeux de Yuuto s’étaient écarquillés. C’était la première fois qu’il en entendait parler. « Mais ce n’est pas comme si vous pouviez faire quoi que ce soit contre les animaux sauvages. » Yuuto avait saisi ce qui semblait être une opportunité. « Allez appeler Run ou quelqu’un d’autre à la place. »

Kristina n’était pas douée au combat, et bien qu’Albertina soit une maîtresse des techniques d’assassinat qui pouvait aller encore plus vite que Sigrun, elle n’avait pas la force pure nécessaire pour combattre les bêtes sauvages.

Utilisant cela comme excuse, il les envoyait chercher quelqu’un d’autre, puis il en profitait pour se dépêcher et remettre ses vêtements.

En réagissant à une situation aussi imprévue avec une telle rapidité d’esprit, il aurait aimé pouvoir dire qu’il avait été à la hauteur de sa réputation de stratège invaincu, mais il avait dû admettre que Kristina était un niveau au-dessus de lui, considérant que la petite diablesse avait soigneusement réussi à le mettre dans un tel piège dès le départ.

Pourtant, tout irait bien maintenant.

« Tu as raison. Et c’est pourquoi tout le monde devrait arriver d’un moment à l’autre, » déclara Kristina.

« Hein... ? » Yuuto était abasourdi. « Tout le... monde ? »

« C’est vrai. Regarde. » Avec un sourire diabolique, Kristina se retourna et montra du doigt.

« Quoi... quoi... » Le regard de Yuuto avait suivi le doigt, et il avait été stupéfait.

Il était tellement absorbé par sa dispute avec Kristina qu’il n’avait pas remarquée, mais toutes les autres filles s’approchaient maintenant, les serviettes à la main !

« Tu m’as piégé, n’est-ce pas, Kris !? » cria-t-il.

« Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Kristina.

« Argh, petite renarde intrigante ! » Yuuto avait crié d’exaspération après sa fille assermentée, qui n’avait fait que sourire calmement en guise de réponse.

On disait que le grand général carthaginois Hannibal avait utilisé des tactiques astucieuses pour encercler et anéantir une force ennemie beaucoup plus importante lors de la bataille de Cannae, envoyant une énorme onde de choc dans la République romaine de l’époque.

 

 

Et pendant la période Sengoku au Japon, pendant la bataille d’Okitanawate, le clan Shimazu avait utilisé une tactique militaire désormais célèbre appelée « le pêcheur et le bandit » pour simuler et encercler une force plusieurs fois plus grande que la leur, avant de les battre.

Sur le champ de bataille, l’encerclement de ses ennemis leur conférait une incroyable supériorité tactique. C’était assez pour apporter la victoire à une force numériquement beaucoup plus faible.

En revanche, en ce moment, Yuuto était un homme seul entouré de sept femmes.

La situation sur son champ de bataille était, de l’avis général, tout à fait désespéré.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le travail. Un lapsus signalé :

    Monter à cheval et se faire '' trier '' par l’un d’eux en étant dans une calèche

Laisser un commentaire