Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Prologue

***

Prologue

« Grand Frère, en tant que jeune sœur, je vous félicite du fond du cœur d’avoir accueilli deux nouvelles enfants subordonnées. » Soulevant doucement l’ourlet de sa jupe et pliant son genou, Linéa avait fait à Yuuto une gracieuse révérence. « Et je vous remercie sincèrement de m’avoir invitée à cette occasion heureuse. »

Elle était une fille charmante et plutôt mignonne ayant l’âge de quinze ou seize ans, mais malgré les apparences, elle était le « patriarche » à part entière, ou souveraine, du Clan de la Corne, et possédait des compétences administratives considérables. Comme on pouvait s’y attendre, ses manières à la cour étaient excellentes. Fille de l’ancien patriarche du Clan de la Corne, elle avait reçu une formation et une éducation spéciales.

Elle faisait référence au serment de la Cérémonie du Calice qui devait commencer à midi. Les jumelles Kristina et Albertina, en reconnaissance de leurs réalisations pendant la récente guerre avec le Clan de la Foudre, échangeraient les vœux de « parent et enfant » avec Yuuto pour devenir ses subordonnés de clan.

Après avoir quitté le palais et commencé à participer aux préparatifs à la tour sacrée du clan, la Hliðskjálf, Yuuto avait rencontré par hasard Linéa.

« Merci d’avoir fait le long trajet, Linéa, » déclara-t-il.

« Hehe ! Si ça veut dire que je peux vous voir, la distance n’est pas un problème, » avait-elle répondu.

« D-D’accord. » La réponse de Yuuto avait été maladroite.

Après une série d’événements qui avaient abouti à la proposition de mariage de Linéa, il avait finalement réussi à rejeter la demande. Cependant, cela ne l’avait pas fait renoncer à ses sentiments envers lui, et maintenant il se trouvait souvent dans l’incertitude quant à la façon d’interagir avec elle quand elle le traitait avec adoration.

Ce patriarche qui avait écrasé les armées de quatre clans rivaux, qui était de plus en plus connu dans l’Yggdrasil comme un souverain sage et grand bien qu’il soit une personne si jeune, était encore peu qualifié dans les affaires impliquant des femmes.

« Grand Frère, la restitution des anciennes terres de mon clan est une gentillesse de votre part pour laquelle je pourrais passer toute ma vie à vous remercier et que je ne pourrais toujours pas vous rembourser entièrement, » avait dit Linéa. « Peu importe le nombre de paroles de gratitude que je pourrais vous faire, elles ne pourraient jamais exprimer pleinement la reconnaissance présente dans mon cœur. »

« Comme je vous l’ai dit, vous n’avez pas besoin d’être si reconnaissante », avait-il dit, exaspéré. « C’était une compensation parfaitement appropriée pour ce que vous avez fait. »

Après s’être emparé des citadelles de trois villes fortifiées du Clan de la Foudre pendant la dernière guerre, Yuuto avait donné une ville et ses terres au Clan de la Corne.

L’une de ces forteresses avait été le chef-lieu d’un territoire près de la rivière Körmt, qui avait autrefois appartenu au Clan de la Corne. Cette zone leur avait été prise par le Clan de la Foudre lors d’une invasion sous le règne du père de Linéa, Hrungnir.

Donner cette terre au Clan de la Corne ne lui avait pas semblé être une gentillesse excessive. Le Clan de la Foudre avait été un adversaire de taille, et sans les efforts de Linéa, la victoire aurait été difficile. Le Clan de la Corne avait également subi sa part de pertes. Récompenser correctement les autres pour leurs réalisations était la chose naturelle et juste à faire en tant que dirigeant.

Yuuto n’aimait pas la manière dont on le mettait sur un piédestal, alors il avait changé de sujet avec une question. « Alors, comment va Rasmus ? »

Le commandant en second du Clan de la Corne, Rasmus, était encore en convalescence après que les os de son épaule droite aient été écrasés par le patriarche du Clan de la Foudre Steinþórr. C’était son bras dominant, et il y avait des doutes qu’il ne serait plus jamais capable de manier une lance au combat. Et il n’était pas le seul Einherjar que le Clan de la Corne avait perdu.

Si l’on ne regarde que les résultats globaux, on pouvait dire que la bataille avait abouti à une grande victoire pour le Clan du Loup, mais pas une victoire facile ou sans coûts. L’Einherjar possédant deux runes, Steinþórr, avait été un ennemi redoutable digne de sa réputation de Tigre Affamé de Batailles, Dólgþrasir. Les cicatrices laissées étaient tout sauf superficielles.

« Merci de vous inquiéter », avait répondu Linéa. « Il s’en sort plutôt bien. Sa fièvre est retombée et son appétit est solide. »

« Je vois. C’est bon à entendre. »

Rasmus était l’enfant subordonné de Linéa selon les liens forgés par le Calice, mais après la mort de son père Hrungnir, Rasmus avait servi de tuteur de fait pour elle. Il avait déjà plus de cinquante ans et la norme de traitement médical à Yggdrasil était extrêmement primitive par rapport au monde du 21e siècle de Yuuto. Il était possible qu’il ait pu perdre la vie à cause des complications de ses blessures. Linéa était sûrement la plus soulagée de tous qu’il soit sur le chemin du rétablissement.

« En parlant de ça, avez-vous entendu ? » Linéa avait soudain baissé la voix en un chuchotement.

Ce comportement était suffisant pour que Yuuto en déduise de quoi elle pourrait parler. « Voulez-vous parler des rumeurs qui disent que cet idiot a survécu ? » (« Cet idiot » faisait référence à Steinþórr.)

« Oui, bien que l’idée soit difficile à croire. Mais…, » répondit Linéa.

« Je pense que c’est sans fondement, mais oui. » L’expression sévère de Yuuto avait cédé la place à un petit soupir.

La mort du héros et patriarche du Clan du Sabot, Yngvi, avait été un catalyseur. Après leur défaite trois mois plus tôt, les clans environnants que Yngvi avait subjugués ou annexés s’étaient à nouveau séparés. La puissance et l’influence du Clan du Sabot avaient considérablement diminué.

La mort d’un dirigeant fort impliquait l’affaiblissement de cette nation, donnant à d’autres nations une chance de profiter de cette faiblesse. En remontant les fils de l’histoire, il n’était pas si rare qu’un État tente d’éviter ce résultat en dissimulant la mort de leur dirigeant et en agissant comme s’il était encore en vie.

Pour un cas de l’histoire japonaise, le seigneur féodal de l’ère Sengoku, connu comme le « Tigre de Kai », Takeda Shingen, aurait donné des instructions à ses généraux pour cacher sa mort pendant trois ans.

En y réfléchissant avec le bon sens, les rumeurs étaient plus susceptibles d’être ce genre de dissimulation d’informations erronées. Cependant, les rapports qu’il avait reçus de ceux qui avaient combattu Steinþórr en personne, comme Sigrun et Skáviðr, le décrivaient comme un monstre qui défiait tout bon sens. Et si, par hasard... ?

Il ne pouvait pas totalement écarter cette possibilité. Et si c’était vraiment vrai, c’était quelque chose qu’il ne pouvait pas se permettre d’ignorer.

« Une fois cette cérémonie terminée, je suppose que je vais demander à Kris d’aller y jeter un coup d’œil, » avait dit Yuuto.

Kristina était une Einherjar en possession de la rune Veðrfölnir, le Silencieux des Vents, et elle avait un talent et une capacité extraordinaires lorsqu’il s’agissait de recueillir des informations. Elle serait certainement en mesure de rassembler des informations précises sur la situation.

« Hé, que se passe-t-il avec ma fille ? » Une voix artificiellement amicale et heureuse avait coupé dans la conversation de Yuuto et Linéa. C’était une voix familière, étrangement gênante comme une limace visqueuse.

Yuuto avait placé son propre sourire artificiel de joie avant de se retourner pour répondre. « Hé, Botvid. Je n’avais pas réalisé que vous étiez déjà là. »

« Hahaha, Hohoho, n’est-ce pas normal ? Après tout, mes filles bien-aimées sont acceptées comme les enfants assermentés de mon cher Grand Frère. C’est le grand jour où mes enfants quittent le nid et commencent une nouvelle vie. C’est une occasion si joyeuse pour moi en tant que parent que je ne pouvais m’empêcher de me sentir impatient, alors j’ai tout mis de côté et j’ai couru ici aussi vite que j’ai pu, » répondit Botvid.

Botvid avait fait un rire chaleureux et sympathique.

Son apparence était celle d’un homme terne d’âge moyen, corpulent et aux cheveux clairsemés, mais cet homme était le patriarche du Clan de la Griffe, le voisin de l’Est du Clan du Loup. Il était bien connu dans la région comme un filou rusé avec qui il était dangereux d’être négligent. La terrible crise à laquelle le Clan du Loup avait déjà été confronté en raison de ses actions n’était encore qu’un autre souvenir douloureux.

Ce même Botvid se frottait maintenant les mains l’une contre l’autre et s’en prenait à Yuuto. « Mais quand même, penser que mon Grand Frère Yuuto gagnerait si facilement, même contre le Dólgþrasir... Je commence à penser qu’il n’y a personne dans tout Yggdrasil qui pourrait vous vaincre. »

Yuuto jeta un coup d’œil à Linéa, debout à ses côtés. Elle le regardait avec des yeux étincelants d’admiration et de respect.

Les deux personnes qui avaient été les plus grandes menaces pour l’existence du Clan du Loup étaient maintenant au service du Clan du Loup. Cela l’avait impressionné de voir comment les choses pouvaient changer au fil du temps.

« J’ai juste été béni avec plus d’avantages que d’autres personnes, » répondit Yuuto. « Ça ne fait pas de moi une personne géniale et étonnante. Comme on dit : la course ne va pas toujours aux plus rapides, ni la bataille aux plus forts. Je ne peux pas compter sur ces choses pour aller encore plus loin parce que j’ai quelques avantages ; le monde n’est pas un endroit si indulgent ».

Yuuto avait donné une réponse délibérément froide à l’éloge de Botvid. C’était ce qu’il ressentait vraiment. Yuuto n’avait pas en lui la moindre idée de lui-même en tant que grand héros aux capacités exceptionnelles.

Il devait tout au fait que, pour une raison inconnue, son smartphone pouvait recevoir un signal dans ce monde, ce qui lui permettait d’accéder aux connaissances modernes du 21e siècle, des milliers d’années avant ceux de Yggdrasil. C’était une tricherie que personne d’autre ne pouvait utiliser, mais il considérait que le savoir emprunté comme quelque chose de distinct de lui-même.

En fin de compte, c’est pourquoi, peu importe les résultats qu’il avait été en mesure de produire, il n’avait jamais été satisfait de lui-même. C’est pourquoi il avait pu se consacrer avec tant d’ardeur à accroître ses propres connaissances, à obtenir sa propre « force », afin de pouvoir protéger tout le monde.

Cette aspiration infatigable à s’améliorer était le vrai talent de Yuuto, et c’était en fait un trait assez rare, mais lui-même n’en était pas conscient.

Yuuto remarqua que Botvid regardait son visage, comme s’il l’inspectait de près. « Hm ? Quelque chose ne va pas ? »

Botvid arborait encore son expression souriante, mais quelque chose dans ses yeux rappelait à Yuuto l’œil d’un reptile en train de regarder sa proie. Ce n’était pas la sensation la plus confortable.

« Oh ! Non, non, je me disais à moi-même à quel point vous êtes une personne absolument extraordinaire, Grand Frère. Accomplir tant de choses sans devenir arrogant et fier... vous me surprenez continuellement, » déclara Botvid.

Botvid murmura alors discrètement : « ... Il y aurait une ouverture à exploiter si vous vous permettiez de devenir arrogant, mais pas comme ça. »

Yuuto n’aurait pas pu entendre la remarque silencieuse, mais ironiquement, il haussa les épaules et répondit en utilisant les mêmes mots. « C’est parce que quand je me permets d’être arrogant, je paie toujours pour ça. »

Il savait que son comportement arrogant, sa tentative de satisfaire sa vanité et d’impressionner Mitsuki et ses camarades de classe, avait été la raison pour laquelle il s’était retrouvé dans cet autre monde étrange dans une époque et un lieu inconnus.

Et quand il s’était à nouveau laissé emporter, confondant la connaissance empruntée avec ses propres talents, laissant cette connaissance contrôler ses actions au lieu de les guider, il avait perdu quelqu’un d’important pour lui.

En effet, deux ans plus tôt, il avait été un enfant stupide et sans espoir...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Ah ? Intéressant... ^^

  2. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire