Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 6

« D’accord, d’accord. Qu’est-ce que tu veux me dire ? » demanda Yuuto.

« Sache que je vis depuis plus de 60 ans. J’ai traversé des situations houleuses les unes après les autres. Il y a eu l’éruption du volcan Surtsey et la grande inondation de la rivière Körmt. Il y a eu une grande famine provoquée par la sécheresse continuelle, et une fois, quand j’étais enfant, j’ai même vu le soleil se faire avaler par l’obscurité. J’ai fait face à la perspective de la mort sur les champs de bataille plus de fois que je ne peux compter sur les deux mains. Même maintenant, mon clan est au bord de la destruction totale. »

« Tu as eu une vie pleine de drames, c’est vrai, » avait convenu Yuuto. « En fait, c’est incroyable que tu sois encore en vie. »

« C’est vrai, et tu as tout à fait raison. Je suis toujours en vie ! » Fárbauti avait utilisé ses lèvres pour faire basculer vers le haut le morceau d’herbe de bambou qu’il tenait dans sa bouche, et avait frappé un poing sur sa poitrine avec un puissant bruit sourd.

Même si lui et son clan étaient coincés contre un mur, son visage et sa voix étaient ceux d’un homme indomptable qui allait se battre jusqu’au bout.

« Pourquoi penses-tu que c’est ainsi ? » demanda Fárbauti, regardant Yuuto dans les yeux comme s’il le testait pour sa réponse.

Devant ces yeux perçants qui semblaient voir à travers n’importe quoi, Yuuto ne pensait pas qu’il pouvait s’en tirer avec une réplique bon marché. Il secoua la tête, incapable de deviner la réponse.

Le vieil homme aux cheveux blancs avait souri. Puis il déclara en toute confiance. « C’est parce que je n’ai jamais abandonné. »

« ... Hein ? » s’exclama Yuuto.

« Pardon ? » s’exclama Félicia.

Yuuto et Félicia avaient exprimé leur confusion à l’unisson.

Leur regard visible dans les deux yeux disait tout : Ce n’est pas tout ce que vous avez à dire après avoir fait un tel spectacle et l’avoir développé comme ça.

Le vieux patriarche, incapable de garder un visage impassible, gloussa devant leurs expressions avec leurs yeux grands ouverts. « Keh-heh-heh-heh ! Souviens-toi de ça, mon garçon. Ce qui sépare le succès de l’échec, ce qui détermine la vie et la mort n’est pas l’intelligence ou la force brute, ou l’autorité ou la richesse. En fin de compte, tout cela est secondaire. Ce qui l’emporte en fin de compte, c’est..., » Fárbauti s’arrêta, et ponctua ses paroles en tapant du pouce sur son cœur. « ... La détermination, la volonté ferme à aller au bout des choses, quoi qu’il arrive. »

« Euh... d’accord, » déclara Yuuto.

Devant l’intense discours du patriarche, Yuuto s’était retrouvé à répondre par l’affirmative, mais cela ne signifiait rien pour lui.

Franchement, ça ressemblait à un tas de platitudes. Le monde n’était pas le genre d’endroit où l’on pouvait faire fonctionner les choses simplement en faisant preuve d’un peu de volonté.

Et plutôt que de penser à ce genre de philosophie vague et abstraite, Yuuto ne pouvait s’empêcher de voir de meilleurs exemples de puissance utile et bénéfique dans les compétences de combat de Sigrun, la magie des galldrs de Félicia, ou le charisme et le leadership de Loptr.

« À en juger par ce regard, tu n’es pas convaincu, n’est-ce pas ? » demanda Fárbauti. « Je pense que ce n’est pas surprenant en voyant à quel point tu es jeune. Mais tu ne devrais pas te moquer de son importance. Le pouvoir d’une volonté forte attire la bonne fortune à soi. Et un cœur qui a abandonné fait fuir la chance. »

« Génial, ça commence à ressembler à quelque chose d’occulte, » murmura Yuuto.

Ce discours était une façon pour Fárbauti d’essayer de transmettre un peu de sagesse à une génération plus jeune, et Yuuto ne voulait rien dire de grossier en pleine face de l’homme, alors il ne l’avait pas dit plus fort que ça.

« Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Fárbauti.

« Hein ? Que vais-je... ? Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Yuuto.

« Vas-tu continuer à chercher un moyen de revenir chez toi ? Ou bien vas-tu abandonner l’idée de revoir ta patrie et vivre ici ? » demanda-t-il.

« Il n’y a aucune chance que j’abandonne, » cria Yuuto après avoir réfléchi.

Mystérieusement, pendant qu’il prononçait ces mots, c’était comme si un nuage qui était au-dessus de son cœur s’était dissipé. Même si c’était un soulagement, c’était un peu ennuyeux, car il était encore sceptique à l’égard de la philosophie du vieux patriarche.

Il était certain qu’il détestait la vie à Yggdrasil. Il en avait assez des maux d’estomac et de la dérision. Mais ce n’était pas le sentiment le plus fort qu’il avait en lui.

Ce qui lui était venu à l’esprit du fond du cœur, c’était l’image de son amie d’enfance bien-aimée.

« Je... Je vais tout faire pour rentrer à la maison pour retrouver Mitsuki !! » déclara Yuuto.

Beep! Beep! Beep deedeleeeee... ♪

Comme en réponse directe à son cri d’âme, une mélodie nostalgique s’était mise à résonner dans toute la pièce.

Au début, Yuuto pensait qu’il pouvait être tellement désespéré qu’il entendait des choses, mais il avait vraiment ressenti la vibration du smartphone serré dans sa main, indiquant qu’un appel était reçu.

« Attends... te moques-tu de moi... ? » murmura-t-il.

Son esprit revint instantanément à ce journal des appels manqués, qui ne pouvait se produire qu’après son arrivée dans ce monde.

« Non... pas possible..., » déclara-t-il.

La voix était vraiment rauque, et il retourna la main et fixa l’écran pour ainsi voir le nom Mitsuki Shimoya affiché à l’écran.

S’il perdait ne serait-ce qu’une seconde à hésiter, ce miracle pourrait lui glisser entre les doigts. Paniquant, tout en luttant pour être aussi prudent que possible, Yuuto avait appuyé sur le bouton Répondre avant de placer le téléphone à son oreille.

« H-hello ! Mitsuki !? » déclara-t-il

« Y-Yuu-kun !? C’est ta voix, hein, Yuu-kun !? Enfin ! Enfin ! Tu as enfin décroché ! Si tu étais en vie, tu aurais dû m’appeler et me le dire, idiot ! Waaaaaaaaaaaaauuughhhh !! »

Un flot incessant de cris larmoyants jaillirent après ça du haut-parleur. Cela lui avait fait résonner les oreilles, mais il n’avait même pas pensé à enlever le téléphone de son oreille.

« T-Tais-toi là ! Il m’est arrivé beaucoup de choses, d’accord ? » Alors qu’il lui répondait en criant, sa propre voix était étouffée par les larmes.

Il savait qu’un homme n’était pas censé pleurer devant les autres. C’était doublement vrai si c’était devant une fille qu’il aimait, et que cela soit fait au téléphone ou non. Et pourtant, il ne pouvait rien faire pour arrêter ses sanglots.

« D-Dans tous les cas, où es-tu en ce moment !? » s’exclama Mitsuki.

« Ça va te sembler insensé, mais je suis dans un autre monde appelé Yggdrasil. C’est vrai, d’accord ? Crois-moi, je t’en supplie ! » Lui demanda-t-il.

Même quand il l’avait dit, ça ressemblait tellement à une farce qu’il avait paniqué et s’était mis à essayer de se défendre.

Si Yuuto était dans sa situation, si c’était l’explication qu’il obtenait après n’avoir pas eu de nouvelles de quelqu’un depuis plus d’un mois et avoir finalement repris contact avec lui, il crierait, « Arrête de déconner ! » Et il serait furieux contre lui. Il n’en doutait pas. Mais cette explication absurde était totalement vraie.

L’esprit de Yuuto s’était mis à divaguer, se demandant comment il allait faire pour que Mitsuki le croie.

« ... D’accord, je te crois, » déclara Mitsuki.

« C-C’est plutôt rapide de ta part, » déclara-t-il, stupéfait. « Même moi, j’ai l’impression de dire n’importe quoi. » Ça se passait si bien que c’était étrangement décevant.

« Je t’ai vu disparaître dans les airs de mes propres yeux, Yuu-kun. Ton corps est devenu transparent, puis tu as disparu, » déclara Mitsuki.

« Oh, alors c’est à ça que je ressemblais. » Yuuto se souvint de sa vision de Félicia à ce moment-là. Au début, elle était floue et brumeuse, mais peu à peu, elle était devenue de plus en plus solide et réelle. Un phénomène similaire avait dû se produire au niveau de son corps.

« J’... J’étais si inquiète pour toi, tu sais, » déclara Mitsuki. « J’... J’ai pensé que je ne te reverrais plus jamais, que je n’entendrais plus jamais ta voix. Ce mois-ci, j’ai eu si peur et j’ai été si triste et uuughhhh... »

Son ami d’enfance était retombé en larmes.

« ... Je suis désolée. » Yuuto avait fait la seule chose qu’il pouvait et s’était excusé.

Les larmes d’une femme étaient injustes, comme le disait le proverbe, et Yuuto le comprenait maintenant très bien. Il y avait un tas de choses dont il avait voulu se plaindre auprès de Mitsuki, mais maintenant qu’elle s’était mise à pleurer, son esprit était devenu vide, envoyant ces pensées dans un endroit connu seulement de Dieu.

« E-Et puis, je me suis souvenue de la légende du sanctuaire de Tsukimiya, et de la pleine lune ce soir, et que c’était vraiment effrayant de le faire seul, mais je suis arrivée au sanctuaire, pensant que si je regardais dans un miroir opposé comme toi, je pourrais peut-être aller où tu es..., » déclara-t-elle.

« E-Espèce d’idiote ! Ne fais pas ça ! » déclara Yuuto.

« Tu arrives trop tard. J’ai déjà essayé, » répondit-elle.

« Quoi !? Je suis sérieux, c’était complètement irréfléchi de ta part ! » déclara Yuuto.

« Je ne veux pas entendre ça de toi, Yuu-kun, » avait-elle riposté. « J’y ai longuement réfléchi avant de décider de le faire. »

« Argh... ! » Devant une réfutation aussi claire et directe, Yuuto n’avait pas pu dire un mot en réponse.

Mitsuki était le genre de fille indécise qui, qu’il s’agisse de la collation à acheter ou des vêtements à acheter, faisait toujours attendre Yuuto sans fin jusqu’à ce qu’elle se décide. Et pourtant, de temps en temps, elle passait à l’action en fonction de ses émotions et faisait quelque chose de complètement fou ou d’imprudent.

Il connaissait cette partie de sa personnalité, mais cette fois c’était particulièrement mauvais. Il était stupéfait qu’elle ait vu une personne disparaître sous ses yeux et qu’elle ait été prête elle-même à tenter de faire la même chose.

« Mais quand j’ai essayé, rien ne s’est passé... mais je ne pouvais pas abandonner, et quand j’ai essayé d’appeler, ça a marché, » déclara-t-elle.

« Ça marche — Oh !! » Yuuto augmenta soudainement le volume de sa voix et il cria, surprenant Mitsuki.

« Qu’est-ce qu’il y a !? » demanda-t-elle.

« Mitsuki, tu es au sanctuaire de Tsukinomiya en ce moment, non ? Devant le miroir ? » lui demanda-t-elle.

« Euh-huh. Oh ! » À l’autre bout de la ligne, Mitsuki semblait avoir réalisé la même chose qu’il pensait.

Dans la petite ville où ils vivaient tous les deux, il y avait des endroits ici et là où les téléphones portables ne recevaient pas de signal. Apparemment, c’était parce que les téléphones cellulaires ne fonctionnaient que dans la zone de couverture par des choses appelées « stations de base ». Cela signifiait que sa ville était si éloignée de la campagne que toute la région n’était pas couverte par les stations de base voisines.

Même au Japon, il y avait des situations de ce genre. Et malgré cela, il recevait le signal dans un monde complètement différent. Ça aurait dû être impossible. Mais il n’y avait aucune raison de nier la réalité de ce qui lui arrivait en ce moment.

Et, pour chaque effet, il y avait une cause correspondante.

« M-Mais, qu’est-ce que c’est que ça ? Que se passe-t-il, Yuu-kun ? » demanda-t-il.

« Qui sait, » répondit-il. « Eh bien, je peux te dire une chose. Là où je suis en ce moment, il y a un miroir devant moi qui est identique à celui du sanctuaire de Tsukimiya, et il émet une lumière bizarre. »

« Quoiiii ? C-Celui qui est là fait ça aussi ! » s’écria Mitsuki.

« Je m’en doutais. Je suis prêt à parier que cette chose est certainement l’un des facteurs qui m’ont attiré dans ce monde alternatif, » déclara Yuuto.

« Mais quand j’ai essayé de faire le truc avec le miroir opposé, je n’ai pas pu aller là-bas ! » annonça Mitsuki.

« Oui, j’ai eu le même problème. Le fait de regarder dans les miroirs opposés sous la lumière de la pleine lune en fait partie, mais ce n’est probablement pas suffisant pour que cela fonctionne, » lui expliqua-t-il.

Yuuto s’était souvenu d’avoir appris une fois, dans une école primaire, la différence entre les conditions nécessaires et les conditions suffisantes. La pleine lune et le fait de regarder dans le miroir divin en utilisant un miroir opposé étaient certainement des conditions nécessaires pour traverser les mondes. Mais ces conditions n’étaient pas suffisantes.

Il y avait une autre condition qui devait être remplie.

Yuuto avait pu l’accepter calmement maintenant. Il n’avait pas prévu de le dire à haute voix parce que cela l’irritait, mais le fait qu’il était calme était dû au vieil homme bruyant à côté de lui avec un brin d’herbe de bambou dans sa bouche.

« Comment ça, “ce n’est pas suffisant” ? » avait crié Mitsuki. « Qu’est-ce qui manque ? »

« C’est ce que j’aimerais savoir. Mais si je ne découvre pas ce que c’est, je ne pourrai pas rentrer chez moi, » répondit Yuuto.

« ... Tu plaisantes, n’est-ce pas ? Tu peux revenir tout de suite, non ? Tu mens pour me faire peur, Yuu-kun. Tu ne vas pas me berner si facilement, » déclara Mitsuki.

« J’aimerais pouvoir te dire que c’est un mensonge. Mais ça veut simplement dire qu’on rate quelque chose, c’est tout. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas revenir du tout —, » déclara Yuuto.

Beeep-beep! Beeep-beep!

Une tonalité électronique inadaptée à Yggdrasil avait coupé les mots de Yuuto. C’était la tonalité d’avertissement que la batterie était presque à plat. Si cela devait se produire si c’était, c’est qu’il aurait dû faire plus attention à la façon dont il utilisait la batterie, mais Yuuto avait reporté ses regrets à plus tard.

« Bon sang, le temps est déjà écoulé, hein ? Je te donnerai plus de détails la prochaine fois qu’on parlera. Alors s’il te plaît, attends-moi ! » déclara Yuuto.

« Très bien ! Promets-le-moi ! Tu pourras me rappeler, hein !? Ce n’est pas la dernière fois que j’ai de tes nouvelles, hein !? » lui demanda-t-elle.

« C’est vrai. Je suis vraiment désolé de t’avoir fait t’inquiéter. De toute façon, je suis en un seul morceau et je suis en bonne santé. Alors, ne t’inquiète pas pour moi. Et je trouverai un moyen de rentrer ! » déclara Yuuto.

« D’accord... C’est vrai ! C’est une promesse. Tu ferais mieux de revenir ici ! » déclara Mitsuki.

« Ouais, je te le promets ! Je vais à tous les coups rentrer, » déclara-t-il.

« Je te crois. Je crois en toi, Yuu-kun, tu as toujours tenu tes promesses avec moi. Donc je sais que tu vas respecter celle-là aussi —, » la voix de Mitsuki avait été soudainement coupée.

Yuuto fixa l’écran noir. Le fait d’appuyer sur le bouton d’alimentation n’avait plus rien fait. Pourtant, le smartphone lui avait déjà servi pour atteindre un but incroyable.

Il en avait assez de ce monde et ne voulait plus rester ici, ce sentiment n’avait pas changé. S’il le pouvait, il voulait rentrer chez lui tout de suite. Il ressentait déjà une douleur aiguë dans ses tripes en pensant à la façon dont ces jours de maux d’estomac et de moqueries allaient recommencer.

Mais le trou béant de solitude dans son cœur avait été comblé, sinon complètement, mais au moins partiellement. Il avait été écrasé par sa propre solitude et sa propre faiblesse et avait perdu confiance en lui, mais le fait d’avoir rejoint son amie d’enfance, même si c’était juste au téléphone, lui avait redonné un peu d’éclat de vie.

C’était un enfant optimiste et chanceux de la campagne qui avait tendance à s’emporter, mais c’était aussi un gars à l’ancienne.

« Keh-heh-heh-heh, on dirait que la chance a commencé à venir dans ta direction, n’est-ce pas ? » Fárbauti ricana. « Et voilà, c’est parfait ! Tu ne peux pas te moquer de ce que j’ai dit maintenant, hein ? »

Le vieux patriarche croisa les bras en riant avec assurance.

« ... Hé, grand-père. Tu as dit que ne pas abandonner, c’est le truc de la vie, non ? » demanda-t-il.

« Oui, c’est exactement ça, » répondit-il.

« Je vois..., » murmura Yuuto.

Pour l’instant, j’ai confiance en ces mots, décida Yuuto.

Le son de la voix larmoyante de Mitsuki résonnait dans son esprit, et ne voulait pas s’en aller. Il ne pouvait pas laisser la fille qu’il aimait se sentir triste. Ce sentiment unique et fort lui avait donné une nouvelle détermination.

Si ça m’aide à revoir Mitsuki, je ferai tout ce qu’il faut. Je survivrai à toutes les souffrances et les épreuves. Je survivrai, même si je dois manger des pierres pour le faire. Et puis...

« Je vais trouver un moyen de rentrer chez moi !! » déclara Yuuto.

Saisissant sa nouvelle détermination, la main de Yuuto s’était serrée avec plus de force autour de son smartphone.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire