Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Acte 2

Partie 1

« Oooooooooh !! » Couché sur un lit trop dur, Yuuto ne pouvait rien faire d’autre que gémir bruyamment.

Son abdomen lui faisait très mal. Sa poitrine et son estomac étaient remplis d’une nausée écœurante. Il avait perdu la trace du nombre de fois où il avait dû courir jusqu’aux toilettes à cause des vomissements et de la diarrhée.

Son visage, reflété à la surface de l’eau dans son bocal d’eau, était de couleur vert clair et très pâle. Il s’agissait des symptômes d’une grave intoxication alimentaire.

Le Japon d’aujourd’hui était l’un des pays les plus performants au monde en matière d’assainissement. Il n’y avait pas beaucoup de pays où l’on pouvait, par exemple, simplement boire l’eau du robinet sortant directement de là. En d’autres termes, Yuuto avait grandi dans un environnement pratiquement exempt de germes, ce qui signifiait qu’il avait une très faible résistance aux bactéries et autres germes.

Au cours des derniers jours, Yuuto avait développé une aversion vis-à-vis du simple fait de mettre de la nourriture ou un liquide dans sa bouche. Et pourtant, comme tout humain, il ne pouvait pas vivre sans manger ni boire. Chaque fois que son estomac vide devenait trop difficile à supporter, il le remplissait, et ensuite il était à nouveau alité en raison de la maladie et des douleurs infernales.

Au cours du dernier mois, il avait vécu à plusieurs reprises ce cycle infernal.

Il empruntait une chambre dans la maison de Félicia et vivait donc techniquement avec elle sous le même toit, mais il n’avait pas l’énergie à revendre pour avoir des pensées, romantiques ou non, sur cette situation.

Une voix familière, plate et sans émotion venait de la direction de l’entrée principale de la maison. « Félicia, tu es là ? »

C’était Sigrun. Il semblait qu’elle était amie avec Félicia, et qu’elle venait de temps en temps pour sortir quand elle était libre.

Il n’avait pas le galldr de Connexions pour l’aider en ce moment, mais il pouvait comprendre toutes ses paroles jusqu’ici. Après avoir entendu les mêmes mots et les mêmes phrases suffisamment de fois, vous commenciez à vous en souvenir... que cela vous plaise ou non.

« Hé, c’est Félicia —, » alors que Sigrun mettait sa tête dans la pièce où se trouvait Yuuto, elle le remarqua et poussa un long soupir. « Encore une fois ? Quelle mauviette ! ᚨᛜ ᛒᚨᛉᛜᛖᚦ. »

C’étaient aussi des paroles qu’il avait entendues d’innombrables fois, à part cette dernière partie. Quant à la dernière partie, il ne l’avait peut-être pas encore apprise, mais il pouvait supposer que ce n’était rien de beau.

« Bon, où est Félicia ? » demanda Sigrun.

Luttant contre sa douleur, Yuuto avait réussi à lui fournir une réponse rauque. « Argh... h-hausu koll. »

Le galldr de Connexions avait mis Félicia à rude épreuve, alors Yuuto avait fait un effort pour apprendre aux moins certains des mots les plus fréquemment utilisés dans les conversations quotidiennes. Mais la prononciation de la langue faite par Yuuto était encore un peu étrange aux oreilles d’un locuteur natif.

Sigrun s’arrêta et réfléchit un moment avant de hocher la tête. « Hm ? Oh, dans une visite à domicile. »

En tant que prêtresse et magicienne de la magie des chants du galldr, Félicia était souvent envoyée en visite à domicile pour soigner les malades et leur apporter la guérison.

Ayant obtenu sa réponse, Sigrun avait immédiatement perdu tout intérêt pour Yuuto. « ᛃᚨᚷ ᚹᚨᛜᚦᚨᛉ ᛁ ᚲᛟᚲᛖᚦ. »

Elle était vite partie, ne laissant derrière elle que quelques mots que Yuuto ne comprenait pas.

Il ressentait un intense sentiment de solitude dans sa poitrine. En étant recroquevillé dans son lit en raison d’une maladie comme celle-ci, il voulait que quelqu’un soit là avec lui.

Il ne parlait pas la même langue que la servante Angela, et plus que cela, Angela elle-même semblait vouloir éviter d’avoir quelque chose à voir avec lui. Quand elle avait eu des contacts avec lui, ce n’était qu’en sa qualité de servante, et elle avait gardé ses distances.

Chaque fois que Félicia avait du temps libre, elle le passait à s’occuper de lui avec dévouement, mais elle était incroyablement occupée, de sorte qu’elle ne pouvait jamais rester avec lui très longtemps.

« Mitsuki..., » murmura-t-il. Il avait allumé son smartphone et avait affiché à l’écran la photo de son amie d’enfance.

Il avait déjà adressé d’innombrables prières de remerciement à sa défunte mère pour lui avoir fait porter une petite batterie solaire en cas de catastrophe naturelle ou d’autre urgence. Ce n’était qu’une batterie solaire, donc elle n’avait pas duré très longtemps sur une charge, mais même le simple fait de pouvoir voir une photo de Mitsuki comme celle-ci avait suffi à atténuer un peu sa solitude.

« J’en ai assez de cet enfer, » murmura-t-il. « Je veux rentrer au Japon. C’est dans deux jours. Oui, dans deux jours, je pourrai enfin rentrer chez moi. »

Un mois. C’était beaucoup trop court pour apprendre la langue, mais c’était plus que suffisant pour apprendre la dure réalité de la vie ici.

Tous les espoirs ou attentes que Yuuto avait placés dans le monde mystérieux d’Yggdrasil étaient maintenant réduits à néant et, dans l’attente du moment où il pouvait retourner à sa vie rurale et « ennuyeuse » au Japon, chaque jour ici semblait être une éternité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. La Tourista... C'est vraiment mauvais pour les chanceux habitants du monde industrialisé confrontés à la réalité de la nature...

Laisser un commentaire