Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Acte 1

Partie 1

« Aïe ! » La douleur aiguë qui avait traversé le cou de Yuuto l’avait ramené à la raison.

Pendant un instant, il s’était retrouvé envoûté par le charme presque divin de l’adolescente devant lui, rappelant les belles valkyries des mythes. Mais ce n’était pas le moment ou l’endroit pour de telles pensées.

« ᚻᛟᛉᛞᛖ ᛞᚢᛁᛜᚦᛖ? ᚹᛖᛞ ᚨᛉ ᛞᚢ !? » La jeune fille guerrière s’adressa à lui d’un ton froid et tranchant, ses longs cheveux argentés se balançant derrière elle à chacun de ses mouvements.

Yuuto avait réussi à comprendre qu’il était interrogé par la femme, mais il n’avait aucune idée de ce qu’elle disait. Il comprenait encore moins bien pourquoi il s’était retrouvé dans cette situation.

Yuuto était un étudiant tout à fait normal, une deuxième année du Lycée public de la Ville de Hachio. Après avoir été invité par son amie d’enfance Mitsuki Shimoya pour un test de courage nocturne, il avait utilisé la caméra de son téléphone intelligent au sanctuaire de Tsukimiya pour essayer de prendre un selfie avec le miroir sacré qui y était enchâssé. Soudain, il avait entendu une voix étrange, et avant de s’en rendre compte, il s’était retrouvé ici.

C’était quelque part à l’intérieur, mais même s’il était sorti du bâtiment, la fille devant lui et le groupe d’hommes rassemblés derrière lui n’étaient manifestement pas japonais, ce qui était illogique en soi.

« ᛇᚹᚨᛉ! » La voix de la jeune fille guerrière aux cheveux argentés augmenta en intensité avec irritation, et la partie plate de la pointe de son épée poussa la mâchoire de Yuuto vers le haut.

La sensation de froid du métal contre sa peau avait fait frissonner sa colonne vertébrale. L’épée dorée pointée sur sa gorge n’était certainement pas un accessoire ou un jouet. Il avait rapidement compris qu’il s’agissait d’une situation grave, de vie ou de mort.

« A-ai amu Japaniizu. » Il s’était identifié du mieux qu’il pouvait dans un anglais maladroit, tout en levant les mains en l’air pour indiquer qu’il n’était pas hostile. « M-mai nehmu izu Yuuto Suoh. »

Il allait sans dire que l’anglais était une langue internationale commune dans le monde entier, et il n’utilisait que les mots anglais les plus élémentaires que même un élève d’une école enfantine connaîtrait de nos jours. Il avait misé sur l’espoir que cela fonctionnerait au moins, mais...

« ... ? ᚹᚨᛞ ᛇᚨᚷᛖᛉ ᛞᚢ ? » La fille aux cheveux argentés ne faisait que froncer les sourcils de façon suspicieuse face à ses paroles. Elle n’avait pas l’air de le comprendre.

 

 

« Argh, bon sang, qu’est-ce que je suis censé faire !? » Yuuto n’avait pas pu s’empêcher de crier d’une voix misérable.

En vérité, il suppliait intérieurement qu’il puisse s’agir d’un rêve dont il pourrait se réveiller sous peu. Cependant, un peu de sa peau avait déjà été coupé, et la douleur aiguë dans son cou était indubitablement réelle.

Alors qu’il était complètement incapable de communiquer dans cette situation désespérée, Yuuto était rapidement devenu à bout de nerfs.

À ce moment-là, la voix d’une autre fille l’avait interrompu. « ᚹᚨᛜᚦᚨ ’ᚱᚢᛜᛖ. »

Contrairement à la voix digne et imposante de la jeune fille aux cheveux argentés, cette nouvelle voix était comme une clochette, claire et douce.

Quand Yuuto avait jeté un coup d’œil dans sa direction, il avait vu une fille aux cheveux d’un blond doré, et elle était tout aussi incroyablement belle que la fille aux cheveux argentés, qui marchait lentement vers lui.

Les minces vêtements blancs et flottants qu’elle portait rappelaient le costume d’un ange, et comparé aux vêtements de la jeune fille guerrière aux cheveux argentés, ils permettaient de voir beaucoup plus de sa peau. Même s’il savait que ce n’était ni l’heure ni le lieu, Yuuto avait du mal à détourner les yeux.

« ♪~~~ ! » Tandis qu’elle se tenait devant lui, la fille aux cheveux dorés ouvrit lentement la bouche et commença à chanter une belle mélodie.

Pourquoi chantez-vous tout d’un coup !? pensa Yuuto pour lui-même, sa confusion ne faisant qu’empirer. Cependant, en même temps, il était devenu admiratif face à la voix étonnante qu’elle avait. Il n’était nullement un expert quand il s’agissait de musique, mais même lui pouvait dire qu’elle était bien meilleure que beaucoup des idoles maladroites qu’il avait vues à la télévision.

Finalement, la jeune fille aux cheveux dorés s’arrêta et elle prit une profonde respiration, s’accroupissant de sorte que ses yeux étaient au même niveau que ceux de Yuuto. Puis elle avait doucement souri. « Pouvez-vous comprendre mes mots ? Oh, Enfant de la Victoire, Gleipsieg. Je m’appelle Félicia. »

« Connaissez-vous le japonais !? » Les yeux de Yuuto s’ouvrirent largement et, inconsciemment, il se rapprocha de la fille qui s’appelait Félicia.

Cela devait être la même chose que de rencontrer le Bouddha en enfer, de trouver une oasis dans le désert. Il y avait quelqu’un avec qui il pouvait parler, une personne avec qui il pouvait communiquer. Il n’aurait jamais pensé qu’une chose aussi simple apporterait un tel soulagement à son cœur !

« Non, je ne connais pas la langue de ceux qui habitent dans les cieux, » déclara Félicia.

« Hein ? Mais regardez, vous êtes en ce moment même en train de me parler, » déclara Yuuto.

« C’est un effet de mon galldr, ma chanson magique. Celui que j’ai utilisé s’appelle “Connexions”. Les mots que nous prononçons sont porteurs de nos pensées et de nos intentions. En d’autres termes, l’esprit du langage réside en eux. Pour ceux qui entendent cette chanson, la capacité d’envoyer et de recevoir cet esprit du langage est acquise pendant un certain temps, » expliqua-t-elle.

« Galldr ? Esprit du langage ? » Yuuto répéta ces mots.

Ces deux termes avaient une résonance assez occulte en eux. Il avait été élevé à l’ère scientifique du XXIe siècle, de sorte qu’il était assez sceptique à l’égard de ce genre de choses. Mais il ne pouvait pas non plus nier son explication.

Il avait sauté sur la conclusion qu’elle parlait japonais parce qu’il la comprenait. Mais au fur et à mesure qu’il se calmait et commençait à écouter, il s’était rendu compte que les mots prononcés par Félicia ressemblaient à ceux de la fille aux cheveux argentés de tout à l’heure, et qu’ils n’étaient pas du tout japonais.

Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, il pouvait comprendre leur signification. C’était absolument en dehors du domaine du bon sens de Yuuto.

En parlant de choses étranges, il y avait le fait d’avoir été transporté ici soudainement. Après avoir été à l’extérieur dans les montagnes, il s’était soudain retrouvé dans une sorte de temple. C’était un véritable mystère surnaturel.

Mais même si cela allait à l’encontre du bon sens, cela ne servait à rien de nier que ces choses se produisaient réellement, que c’était bel et bien la réalité. Il était difficile de se débarrasser complètement de la pensée que tout cela pourrait encore être un rêve, mais bien sûr, c’était une expérience beaucoup trop réaliste pour n’être qu’un rêve.

« Où... où est-ce que je suis ? » Yuuto bégaya ça. « Est-ce que c’est ailleurs que sur Terre ? »

« La Terre... Une étoile bleue flottant au milieu d’un vide sombre et chaotique ? Je vois. C’est donc dans ce monde que résidait l’Enfant de la Victoire, » Félicia acquiesça d’un signe de tête, comme si elle digérait bien les nouvelles informations.

À en juger par les mots qu’elle venait de prononcer, le concept du monde en tant que corps céleste flottant dans l’espace lui était étranger. Et pourtant, un seul mot — Terre — lui avait transmis ce concept.

C’est donc l’esprit du langage, hein ? Sans un mot d’explication verbale supplémentaire, l’image subconsciente et la description associée que Yuuto entendant lorsqu’il pensait au mot « Terre » pouvaient être clairement transmises. C’était un pouvoir tellement pratique !

Yuuto tremblait devant les implications. S’il avait ce pouvoir, il était certain qu’il pourrait éviter la douleur et les peines d’étudier et qu’il pourrait devenir un expert du jour au lendemain en anglais.

« Ça sonne si différent de notre monde. Ohh ! Vous êtes vraiment l’Enfant de la Victoire, Gleipsieg, qui nous a été envoyé du ciel par notre divin protecteur, Angrboða ! » Alors qu’elle était dépassée par l’émotion, les yeux de Félicia se mirent à laisser sortir des pleurs. Elle était tombée à genoux sur place et avait serré ses mains l’une contre l’autre devant son ample poitrine.

« Euhh..., » Yuuto s’était gratté la tête, perplexe et ne sachant rien sur la façon de réagir face à ça.

Il ne se souvenait pas d’avoir déjà entendu le nom Angrboða. Il ne savait pas comment répondre à l’appel d’un dieu dont il n’avait jamais entendu parler, mais en toute honnêteté, c’était un peu troublant.

En même temps, il y avait une chose qui avait agi en lui comme une sonnette. Comme tout lycéen normal, Yuuto aimait les œuvres de fiction comme les mangas, les anime et les jeux.

« Vous dites qu’il y a des méchants, ou une chose comme ça, dans ce monde, et que vous voulez que je les batte ? », avait-il demandé.

Ce qui lui était venu à l’esprit, c’était la situation typique d’un JDR fantastique, alors il était allé de l’avant et l’avait demandé à haute voix. Il y avait probablement des gens en crise, menacés par un Seigneur-Démon maléfique ou un méchant puissant de ce type, et donc ils avaient convoqué un héros venant d’un autre monde, et le suppliaient maintenant de les sauver. L’histoire de l’« isekai » était si courante aujourd’hui qu’elle avait dépassé le cliché et était devenue en quelque sorte un genre respecté.

« Oui, nous, du Clan du Loup, sommes actuellement assaillis à l’est par le Clan de la Griffe, et à l’ouest par le Clan de la Corne, et nous avons été poussés au bord de la ruine », avait répondu Félicia. « Même en ce moment même, le Clan de la Griffe nous envahit, et nous offrions nos prières de supplication pour la victoire lors de nos prochains combats. C’est à ce moment-là que vous êtes apparu soudainement devant nous, venant de nulle part. S’il vous plaît, prêtez votre puissance au Clan du Loup, et sauvez-nous. »

« Ohhhhhh ! C’est ça ! C’est donc ça la véritable raison ! » En réponse à l’appel à l’aide presque douloureux de Félicia, Yuuto avait haussé la voix et il avait poussé un cri d’excitation. C’était une attitude tellement légère et désinvolte que l’on peut se demander s’il comprenait vraiment la situation.

Grâce au galldr de Connexions, les deux individus pouvaient communiquer leurs pensées l’un à l’autre sans problèmes, et pourtant il y avait un fossé fatal dans la compréhension entre eux.

« Oh, bon sang, maintenant je suis tout excité ! » s’était-il exclamé.

Un monde d’épées et de sorcellerie ! Y avait-il d’autres mots pour faire vibrer le cœur d’un garçon ? Non, il n’y en avait pas !

De tels fantasmes abondaient dans le monde de l’imagination, mais la chance d’en faire l’expérience dans la vie réelle était tout à fait différente.

Peut-être en raison du fait que Yuuto avait une personnalité optimiste au départ, ses sentiments de curiosité et d’anticipation avaient maintenant enterré l’inquiétude et le malaise qu’il éprouvait à l’égard de sa situation.

« Ohh ! Alors, êtes-vous prêt à nous prêter votre aide, ô, Gleipsieg ? » demanda Félicia.

« Oh, arrêtez avec cette histoire de Gleipsieg. Je m’appelle Yuuto. Yuuto Suoh, » répondit-il.

« Je vois. Alors vous êtes le Seigneur Yuuto-Suoh, » déclara Félicia.

« Juste Yuuto est très bien. Je n’ai de toute façon jamais vraiment aimé le nom de famille Suoh, » déclara-t-il.

« Bien, alors je m’adresserai à vous en tant que Seigneur Yuuto, » déclara Félicia.

« Euh, non, vous n’avez pas besoin du titre. “Seigneur” et autres ne me conviennent pas, » déclara Yuuot.

Yuuto était un garçon normal qui avait grandi dans le Japon rural, dans une famille descendant de nombreuses générations de roturiers. Le fait qu’on lui ait attribué des titres aussi honorifiques l’avait rendu nerveux.

« Non, je ne peux pas m’adresser à l’Enfant de la Victoire par son nom sans titre honorifique. Ce serait..., » déclara Félicia.

Une voix froide l’avait interrompu. « Attends, Félicia ! Je ne pense pas que ce type soit le Gleipsieg. »

Cela provenait de la fille aux cheveux argentés qui pointait une épée sur la gorge de Yuuto il y a une minute. Son arme était maintenant de retour dans son fourreau, et elle regardait Yuuto d’un air suspicieux, les bras croisés.

Avec l’effet du galldr Connexions, Yuuto pouvait cette fois comprendre ce qu’elle disait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

Laisser un commentaire