Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 5

***

Acte 5

***

Acte 5

Partie 1

« Maître, qu’attendez-vous de moi si tard dans la nuit ? » Skáviðr avait demandé ça en entrant dans la salle.

« Hmm, eh bien, asseyez-vous, » dit Yuuto, en faisant un geste pour qu’il s’asseye.

« Sire ! » répondit-il avec une expression non sociable et inflexible qui correspondait à ses mots. Skáviðr avait posé un genou à terre puis il s’était placé en attente de la suite.

Yuuto avait essayé d’insinuer qu’il était acceptable de se détendre, mais... C’est comme ça que cet homme est toujours, pensa Yuuto avec un petit rire ironique.

Ils se trouvaient dans un petit village sur les rives de la rivière Élivágar, non loin de Gimlé. Les troupes du Clan du Loup dirigées par Yuuto avaient fait de cette colonie le centre de leur camp de base ce soir, et se remettaient de la fatigue de la marche de la journée.

Une maison au centre de la colonie, légèrement plus grande que les autres, était devenue pour l’instant le logement de Yuuto.

Elle aurait pu être plus grande que les autres, mais la maison était faite de briques séchées au soleil qui semblaient en mauvais état, et l’intérieur était aussi assez vieux. Du point de vue de quelqu’un de l’ère moderne, il aurait aussi bien pu s’agir d’un bâtiment abandonné ou d’une ruine.

C’était quand même beaucoup mieux que ce que les soldats moyens devaient supporter en campant à l’extérieur. Ce serait un mauvais karma pour lui de trop se plaindre.

« Au moins, il ne semble pas qu’il y aura du travail pour moi ici, » avait dit Skáviðr en se moquant de lui-même, comme s’il faisait une conversation anodine.

« Elle est après tout abandonnée, » dit Yuuto. « Linéa a bien tenu son rôle. »

« Hm, le patriarche du Clan de la Corne l’a fait ? »

« Oui, on est juste à côté de la frontière. Bien sûr, je n’ai aucune intention de laisser le Clan de la Foudre s’introduire sur notre territoire. Mais au cas où le pire arriverait, j’ai pensé que je devrais faire évacuer tout le monde. »

Lors de l’invasion d’un pays ennemi, le pillage des villes locales était la coutume établie de longue date à Yggdrasil. Yuuto avait donc le devoir de protéger le peuple de son territoire clanique en tant que patriarche.

Cela dit, cette région était à l’origine le territoire du Clan de la Corne, et les habitants n’avaient guère l’habitude d’être gouvernés par le Clan du Loup. Ses forces ne pouvaient pas se contenter de dire : « Nous allons avoir une guerre maintenant, alors dépêchez-vous d’évacuer vos maisons et de partir ailleurs. » On peut se demander si les gens obéiraient en premier lieu, et cela pourrait aussi susciter une réaction hostile.

Linéa, d’autre part, était très aimée et respectée par les gens d’ici, et elle connaissait bien tous les petits villages et les colonies de la région. Plus que tout, elle était incroyablement habile à mettre en place des plans organisés et à les exécuter.

Il pensait qu’elle serait certainement en mesure de trouver une destination pour les gens à évacuer et de prendre des mesures pour s’assurer qu’ils obtiennent la nourriture et l’eau dont ils ont besoin. C’était l’exemple parfait pour trouver la bonne personne pour le bon poste.

« Très bien, pour commencer, voilà. » Yuuto s’était assis avec les jambes croisées devant Skáviðr et lui tendit une coupe d’argent. Puis il l’avait remplie avec le vin qu’il avait demandé à Félicia de lui procurer.

L’homme sinistre et lugubre devant lui avait éclaté dans un sourire agréable. « Eh bien. Penser que j’ai le plaisir de voir mon maître lui-même me servir un verre. »

« Je vous suis vraiment reconnaissant, » avait dit Yuuto. « C’est le moins que vous puissiez me laisser faire. »

« Je n’ai rien fait de digne de votre gratitude, mais j’accepte... Hmm, c’est bon. » Skáviðr avait bu toute la tasse de vin d’une seule gorgée, puis avait tremblé légèrement lorsque la saveur l’avait saisi. Il semblait vraiment l’avoir apprécié.

Yuuto savait que cet homme était un grand amateur d’alcool, et de ce type de vin en particulier.

Yuuto s’était préparé, et avait abordé le sujet qu’il avait besoin de demander. « Alors, combien en avez-vous tué en venant ici ? »

« Trois. Avec toutes ces personnes réunies, quelques imbéciles vont se montrer, » répondit-il.

Les forces actuelles du Clan du Loup, y compris les renforts du Clan de la Griffe et du Clan de la Corne, étaient au nombre de 5 000 au total.

En plus de toutes les récentes avancées militaires du Clan du Loup, leur récente victoire contre le Clan du Sabot avait dû être une sorte de tournant, car il y avait eu un flot de combattants qualifiés qui étaient entrés sur le territoire du Clan du Loup au cours du mois dernier, avec l’espoir de devenir officiers commissionnés.

Il y avait plus d’un petit nombre d’entre eux qui ne pouvaient être décrits que comme des canailles. Et avec tous ceux qui se préparaient à partir au combat, il y avait ceux dont l’esprit combatif augmentait aussi leur agressivité. Il était inévitable qu’il y ait des incidents dans les villages où il y avait des escales.

« Je suis désolé de vous avoir fait être celui qui devez tuer ses camarades, » avait soupiré Yuuto.

C’était un problème inévitable. Il n’avait pas pu être entièrement éliminé. Mais il avait réussi à le réduire. C’était pour cette raison qu’il avait besoin de faire prendre conscience à tout le monde que le crime de désobéissance aux ordres de l’armée était passible d’une punition sévère.

Il y avait un vieux proverbe japonais : « Punissez-en un, et cela avertira cent. » Cela signifie que punir une personne pour son crime ou son erreur pouvait servir d’exemple aux autres, les dissuadant de commettre le même crime ou la même erreur.

Personne ne voudrait tuer quelqu’un qui avait été leur camarade jusqu’à hier. Cependant, il fallait bien que ce soit quelqu’un qui le fasse.

C’était d’autant plus vrai à ce moment si particulier, quand ils marchaient pour combattre le Clan de la Foudre. S’il n’était pas très clair qu’il ne fallait pas désobéir aux ordres de leurs supérieurs, alors même une bataille gagnable pourrait être perdue. Il n’y avait pas de place pour parler naïvement d’idéaux ou de principes.

Celui qui exécutait ces punitions était méprisé, fui et craint. Et celui qui avait assumé ce rôle sur lui-même était Skáviðr.

« Il n’y a pas une seule chose sur quoi vous devriez vous excuser, maître, » dit Skáviðr. « Je ne ressens pas la moindre douleur à l’idée d’abattre des imbéciles qui feraient du mal aux femmes et aux enfants. C’est ma façon de faire amende honorable envers ma femme et mon enfant. »

Il avait déjà plus de trente ans. Dans Yggdrasil, où le mariage pendant l’adolescence était tout à fait normal, il serait étrange qu’il n’ait pas de famille à lui. Mais Skáviðr était seul. Il avait perdu sa femme et son fils de huit ans lorsque des bandits étaient entrés par effraction dans sa maison.

« Ça devrait vraiment être mon travail de le faire, cependant…, » déclara Yuuto.

« Maître, pour notre peuple, vous êtes une lumière d’espoir. Un paria comme moi est un choix plus approprié pour un travail aussi sale, » répondit Skáviðr.

« Mais, quand même... »

Yuuto avait compris. Logiquement, il savait que Skáviðr avait raison. C’est pourquoi, lorsque l’enfant subordonné de Jörgen avait été exécuté, il s’était empêché de dire quoi que ce soit.

Quand les citoyens faisaient pleuvoir des railleries sur Skáviðr, Yuuto aurait voulu venir à sa défense, pour crier à haute voix que leur patriarche était vraiment celui vers qui ils devaient diriger leur colère. Il s’était senti malade parce qu’il avait reçu les éloges de tout le monde et il avait voulu remettre les pendules à l’heure.

Mais cela n’aurait servi que sa propre satisfaction. Skáviðr avait pris ce rôle détestable sur lui-même pour le bien de la nation, et Yuuto ne pouvait pas se permettre de souiller cette noble détermination pour ses propres raisons mesquines.

Même en sachant tout cela, il avait encore du mal à l’accepter émotionnellement. Il était insupportable pour lui de voir quelqu’un d’autre assumer les rôles sales et désagréables résultant de ses décisions, alors qu’il restait abstinent et irréprochable.

Le patriarche d’un clan devait rechercher le bonheur du plus grand nombre. C’était le résultat de cela, et un autre exemple de mettre la bonne personne au bon poste, mais Yuuto ne pouvait toujours pas se le pardonner.

« Hehe, ne vous sentez pas comme si vous avez besoin de prendre tout sur vous à un si jeune âge, » déclara Skáviðr avec gentillesse, avec un regard quelque peu nostalgique dans ses yeux. « C’est bien de laisser ce genre de choses aux adultes. »

Si son fils était encore en vie, il aurait l’âge de Yuuto. Peut-être qu’il avait vu un peu de son fils en Yuuto. Mais il aurait été grossier de la part de Yuuto de poser des questions à ce sujet.

« Maître, il y a des choses que vous seul pouvez faire. Seul le lion peut chasser le tigre. S’il vous plaît, protégez les sourires des membres du Clan du Loup. Rien ne rendrait mon vin plus sucré que ça, » déclara Skáviðr.

« Le Clan de la Foudre a 8000 hommes, » déclara Yuuto. « Il n’y a pas autant d’écart entre nous qu’avec le Clan du Sabot, mais ils ont encore beaucoup d’avance sur nous. »

Il avait obtenu l’information de Kristina, et les chiffres étaient probablement assez précis. Une fois de plus, la bataille qui l’attendait allait être rude.

***

Partie 2

Le lendemain, Yuuto avait déplacé ses troupes de l’autre côté de la rivière Élivágar dans le territoire du Clan de la Foudre. Il avait réussi à éviter de laisser son ennemi faire le premier pas et il avait ainsi empêché l’invasion de son propre territoire.

Au moins pour l’instant, cela signifiait qu’il avait gagné la bataille sur le front de l’information.

Il avait mis en place sa formation de troupes avec les collines à leur dos, et les avait fait se reposer pour retrouver leur force pendant qu’il attendait l’armée du Clan de la Foudre.

Cette armée s’était montrée deux jours plus tard. C’était ici que la première étincelle des flammes de la guerre avait été allumée entre deux clans, le Clan du Loup et le Clan de la Foudre.

 

☆☆☆

 

Une bataille sur terrain plat commençait généralement par des échanges de flèches.

La stratégie commune était d’utiliser le tir à l’arc comme couverture mobile, tout en utilisant des chars pour réduire la distance de face ou attaquer le flanc, jusqu’à ce que les deux camps soient finalement arrivés en combat au corps à corps.

« Pourquoi leurs flèches nous atteignent-elles de si loin ? » Steinþórr se tenait au sommet des fortifications en terre qu’il avait fait construire pour son quartier général sur le champ de bataille, inclinant son cou de manière bizarre alors qu’il regardait vers les lignes de front.

Le vent soufflait de son côté, donc il aurait dû être un vent de face pour l’ennemi. Et pourtant, comme si, malgré cela, les flèches du Clan du Loup atteignaient ses hommes depuis l’extérieur de la portée de ses propres archers. C’était véritablement mystérieux et bouleversant.

« J’ai entendu dire que le patriarche du Clan du Loup dispose d’un certain nombre d’outils étranges, » répond humblement un homme bien bâti du côté de Steinþórr. « C’est peut-être l’effet de l’un d’eux. »

Son visage sévère présentait l’air d’un vétéran militaire, tandis que le regard posé dans ses yeux indiquait une intelligence calme.

Il s’appelait Þjálfi. C’était un Einherjar portant la rune de Tanngrísnir, « le Grincheux », et il était le confident et conseiller militaire de Steinþórr.

« Ah, qui se soucie des détails, » murmura Steinþórr. Il éleva la voix et cria un ordre, poussant son bras vers lui dans un geste de commandement, la paume tournée vers l’avant. « Protégez-vous avec vos boucliers et avancez ! »

Une situation où seul l’ennemi pouvait attaquer signifiait que seules ses propres pertes augmenteraient. S’il devait gagner cette phase, il devrait d’abord atteindre une distance où ses propres attaques pourraient frapper.

Les archers avaient peut-être un peu de portée, mais alors quoi ? Ce n’étaient que des flèches. L’échange de tirs de flèches n’était rien de plus qu’un prélude, une escarmouche qui durait que jusqu’à ce que les chars et l’infanterie se rapprochent et que le combat en mêlée commence.

Tout ce que cela signifiait, c’était que cette fois-ci, la pluie de flèches frappant à mesure qu’ils avançaient durerait un peu plus longtemps, et si les soldats se protégeaient soigneusement avec leurs boucliers, il ne devrait pas y avoir beaucoup de victimes. En effet, il avait supposé que le danger serait insignifiant.

« Graah ! »

« Aaagh ! »

Des cris de douleur s’étaient levés les uns après les autres des lignes de front.

« Que s’est-il passé ? » Steinþórr avait crié.

« Les flèches de l’ennemi percent nos boucliers, Sire ! », avait signalé un guetteur.

« Quoi !? » Steinþórr cria en grimaçant en réponse à ce rapport.

Alors que de nombreux clans d’Yggdrasil s’appuyaient sur des boucliers en bois, le Clan de la Foudre avait été béni avec des réserves abondantes de cuivre et avait ainsi équipé ses soldats de boucliers en bronze. S’il s’agissait d’une attaque effectuée par une arme lourde comme une hache ou un marteau de guerre, il serait compréhensible qu’un bouclier de bronze se brise, mais comment cela pourrait-il être vrai face à de simples flèches ? Steinþórr n’avait aucune idée de ce qui se passait dans le monde.

« ... C’est du fer. » Þjálfi avait craché les mots d’un ton presque haineux, grimaçant. « Lord Alexis avait dit que pendant la guerre avec le Clan du Sabot, le Clan du Loup avait équipé ses soldats de lances de fer. Je n’aurais jamais imaginé qu’ils l’utiliseraient aussi dans les flèches... »

« Attends, du fer ! Franchement ? Tu dis qu’ils en ont assez pour nous tirer dessus !? » Steinþórr n’avait pas pu s’empêcher d’être choqué par cette idée.

D’une certaine façon, c’était une réaction naturelle et justifiée. Dans Yggdrasil, le fer était quelque chose de rare et de seulement obtenu à partir de météorites, considéré comme un cadeau du ciel. Les flèches ne devaient être rien de plus que des munitions jetables. Prendre quelque chose dont la valeur dépassait de loin celle de l’or ou de l’argent, et le jeter comme si ce n’était rien semblait sortir du domaine du bon sens.

« Peut-être que de leur point de vue, ce n’est plus une marchandise particulièrement rare ou précieuse, » murmura Þjálfi.

Ses paroles avaient atteint la cible avec précision. Le Clan du Loup avait accès sur son propre territoire à tout le sable de fer qu’il pouvait désirer. En raison de sa densité relative, le sable de fer s’était accumulé dans les sédiments des berges de la rivière dans ce qu’on appelait un gisement minéral dérivant du littoral.

Ces gisements n’avaient pas encore été touchés par les mains de l’homme, et les terres montagneuses du Clan du Loup regorgeaient également du bois nécessaire à la production de fer.

Si c’était pour quelque chose comme forger un nihontou convenable, du sable de fer de qualité supérieure provenant des montagnes serait mieux, mais le sable de fer de rivière était plus qu’assez bon pour fabriquer de l’équipement de fer pour leurs soldats communs.

Avec les guerres continues avec Clan de la Griffe et le Clan de la Corne qui avait mené à la bataille précipitée avec le Clan du Sabot, le Clan du Loup n’avait jamais eu l’occasion d’en préparer suffisamment, mais cette fois-ci, ils étaient venus complètement préparés.

« Bordel ! Tu crois que je vais arrêter maintenant !? Ils utilisent un petit truc ou quelque chose pour faire voler leurs flèches plus loin et plus vite, mais il semble que cela allonge aussi l’écart entre une volée et la suivante. Ne bronchez pas ! C’est le moment d’aller de l’avant ! Plus vite ! Allez plus vite ! » cria Steinþórr.

La nature humaine était telle que, face à quelque chose de complètement imprévu, une personne se figeait souvent momentanément, ou son esprit se vidait. Un commandant moyen aurait certainement été ébranlé par l’efficacité écrasante des attaques de l’ennemi et serait tombé dans la panique.

Cependant, Steinþórr s’était rapidement rendu compte de leur faiblesse, du fait qu’ils ne pouvaient pas tirer en succession rapide, et avait pris la décision rapide de charger implacablement en avant sans la moindre hésitation.

C’était en effet l’homme qui, malgré sa jeunesse, avait gagné bataille après bataille en tant que commandant et qui, en l’espace de trois ans à peine, avait régné sur tout le nord de Vanaheimr.

Cependant, même quelqu’un d’aussi grand que lui ne pouvait pas imaginer que les volées des flèches de fer étaient, pour le Clan du Loup, vraiment et exactement comme il l’avait dit : une petite astuce. Les soldats du Clan de la Foudre étaient sur le point de vivre la véritable terreur qu’était l’armée du Clan du Loup commandée par Yuuto.

***

Partie 3

« Les forces ennemies ne s’arrêtent pas ! Ils chargent par ici ! » avait rapporté le guetteur.

« Comme prévu du Clan de la Foudre, » Yuuto hocha la tête avec le menton tenu par une main. « Ils sont après tout connus pour leur courage infatigable au combat. Même les arbalètes n’ont pas pu les arrêter, hein ? »

L’arbalète était un type d’arc qui avait été largement utilisé en Chine dès le 5e siècle avant notre ère. Elle avait été conçue pour être tenue horizontalement au lieu d’être tenue verticalement. La flèche était placée sur une base en bois appelée crosse, et pouvait être tirée en pressant sur une gâchette.

Il fallait plus de temps et d’efforts pour ramener la corde de l’archet que pour un arc normal, de sorte qu’il n’avait pas la capacité d’enchaîner rapidement les tirs. Alors qu’un archer expert pouvait être capable de tirer dix flèches ou plus en une minute, un arbalétrier pouvait en tirer que deux.

En échange, elle s’enorgueillit d’un rayon d’action et d’une puissance de pénétration que les arcs de cette époque ne pouvaient espérer atteindre. Et les pointes de flèches étaient en fer, pas en bronze. Cette dureté qui complétait la vitesse de vol des carreaux en avait fait une arme puissante.

De plus, dans Yggdrasil, la grande majorité des soldats étaient des paysans. Apprendre à utiliser efficacement un arc demandait beaucoup de temps et d’entraînement, mais une arbalète n’en demandait qu’une fraction pour obtenir un niveau de précision de base, et elle fournissait la même force de puissance de tir, peu importe l’utilisateur. C’était l’arme idéale pour les paysans-soldats, fournie des siècles en avance sur son temps.

« Très bien, il devrait maintenant être temps, » déclara Yuuto. « Que les arbalétriers se replient. »

Yuuto pouvait voir que les soldats du Clan de la Foudre se frayaient un chemin à travers la pluie de flèches de fer, se rapprochant de la distance, et seraient bientôt à porter pour attaquer l’armée du Clan du Loup.

Après avoir désespérément résisté à l’agression et s’être rendu jusque-là, il s’était senti un peu mal pour eux, mais c’était une bataille de vie et de mort pour tout le monde. En tant que responsable de la vie de ses propres soldats, il n’avait pas les moyens de faire preuve de pitié.

Il avait profondément inhalé, puis avait placé son bras vers l’avant et avait crié d’une voix tonitruante.

« Lancier Phalange, chargez !! »

En réponse aux ordres de Yuuto, ses gardes personnelles avaient fait sonner les gongs de signal et avaient agité les bannières de son quartier général de haut en bas. Cela garantissait que les ordres atteindraient instantanément les alliés qui se battent à une certaine distance de lui.

Les signaux visuels et audio avaient été utilisés simultanément, de sorte que même si un soldat n’avait pas capté l’un des signaux, il y avait de bonnes chances qu’il puisse capter l’autre. Et, parce que le Clan du Loup était si cohérent dans l’application de leurs lois, leurs soldats avaient une culture de la discipline beaucoup plus approfondie que tout autre clan de ce monde. La réaction rapide de son armée aux ordres et aux mouvements bien contrôlés n’était pas quelque chose de spectaculaire, mais dans ce type d’époque, c’était un signe d’excellence.

« Ouaiiiiiiiisssssssssss !! » Avec un cri de guerre rugissant, les troupes de phalanges commencèrent à avancer, et quelques instants plus tard, elles rencontrèrent de front l’infanterie du Clan de la Foudre.

Les lances qu’ils portaient étaient deux fois plus longues que celles du Clan de la Foudre, et elles aussi étaient faites de fer. En poussant ces armes d’un seul coup, l’ennemi ne pouvait ni les éviter ni les bloquer, et de leur côté, les attaques de l’ennemi ne pouvaient pas atteindre la phalange. C’était un combat à sens unique.

Ce fut la force motrice derrière les victoires du Clan du Loup contre Clan de la Griffe, Clan de la Corne et le Clan du Sabot, leur tactique constamment imbattable. Et même maintenant, contre le Clan de la Foudre, elle donnait encore une fois des résultats. Même avec leur nombre supérieur, les guerriers du Clan de la Foudre n’étaient pas à la hauteur. Ils étaient tombés morts, l’un après l’autre, face à l’assaut du Clan du Loup.

« Ils opposent moins de résistance que je ne le pensais. » Yuuto avait plissé son front, suspicieux.

Il avait été assez certain que l’ennemi se battrait contre lui, mais tout s’était si bien passé qu’il était presque décevant. C’étaient les soldats du Clan de la Foudre, réputé pour leur audace et leur détermination, mais il était sûr que le Clan du Sabot avait été plus tenace.

« Serait-ce que nous, du Clan du Loup, sommes devenus encore plus forts ? » demanda Félicia.

« Non, je ne pense pas que ce soit ça. » Yuuto secoua lentement la tête face à sa suggestion.

Il y avait moins de différence en nombre que lorsqu’ils avaient combattu le Clan du Sabot. Et contrairement à la guerre précédente, les soldats du Clan du Loup n’avaient pas eu à faire une marche forcée soudaine, ils avaient reçu l’entraînement nécessaire, et ils avaient reçu beaucoup de nourriture et de repos avant la bataille. Ils avaient aussi été capables de tirer beaucoup plus de flèches cette fois-ci.

Avec les préparatifs complets qu’ils avaient été capables de faire avant de s’engager dans la bataille, on pouvait dire que ce résultat était assez naturel, mais pour Yuuto, il semblait toujours qu’il y avait trop peu de résistance de la part de l’ennemi.

Les troupes du Clan du Sabot répondaient aux ordres de leur maître rapidement et avec un niveau de cohésion qui ne s’effondrait pas même lorsqu’elles étaient acculées par les tactiques de Yuuto. En regardant les soldats du Clan de la Foudre en comparaison, ils étaient certainement assez audacieux et courageux pour avancer à travers le barrage de tir d’arbalète et dans le mur de longues lances, mais ils semblaient d’une manière ou d’une autre manquer de coordination.

Il s’agissait d’une bataille à grande échelle, de milliers contre des milliers, et il était évident de voir quel type de force serait le plus menaçant.

« Eh bien, peut-être que je devrais donner plus de crédit à Yngvi, » déclara Yuuto.

Yngvi était un chef que son armée avait vaincu, le regretté patriarche du Clan du Sabot qui avait fait de sa nation une grande puissance en l’espace d’une génération. En fin de compte, Yngvi n’était pas à la hauteur des connaissances et des tactiques de l’époque moderne de Yuuto, mais il était encore une race rare de guerriers et de généraux, et un héros pour son peuple.

Leurs forces individuelles en tant que combattants mis à part, en tant que généraux, le jeune Steinþórr n’était tout simplement pas aussi habile que le Yngvi beaucoup plus mature l’avait été.

C’est tout ce qu’il y avait à faire.

« … Non, il n’y a aucune chance que ce soit ça. » Yuuto n’arrivait pas à se débarrasser de son mauvais pressentiment.

Tout allait dans son sens. Yuuto avait déjà appris que les choses ne s’arrangeaient pas si facilement dans la vie. C’était dans des moments comme celui-ci que l’on pouvait tomber inopinément dans un piège.

Il y a trois ans, ce même Yngvi avait été repoussé par Steinþórr. Et c’était à une époque où le Clan de la Foudre était beaucoup plus petit en taille et en force qu’il ne l’était aujourd’hui. Yuuto ne pouvait pas oublier l’aura écrasante qu’il avait vue lors de la cérémonie de victoire du Clan de la Corne.

Il y avait quelque chose de plus à l’homme, c’était sûr. Yuuto avait l’impression que Steinþórr, fidèle à son pseudonyme, le regardait comme un tigre accroupi alors même qu’il résistait aux attaques du Clan du Loup, attendant l’occasion de frapper.

S’il ne faisait que trop réfléchir, c’était très bien. Yuuto avait fait un effort pour supprimer ses émotions excitées, et avait renouvelé son attention sur le champ de bataille.

« Un maniaque de la bataille comme lui ferait d’abord ressortir les principales forces de ses adversaires avant de les réduire en pièces, mais ce n’est pas un jeu pour moi. Je ne vais pas lui donner la chance de contre-attaquer, » déclara Yuuto.

***

Partie 4

« Ah ! Très bien, messieurs, c’est le signal du Père, » dit Sigrun. « Tout le monde, montrez-moi votre esprit combatif ! »

Alors qu’elle avait vu l’apparition de bannières utilisées comme signal depuis sa position sur le flanc gauche, où elle attendait avec impatience sa chance de charger, Sigrun avait attiré l’attention de ses subordonnés.

Cette fois, ils n’allaient pas utiliser le type d’attaque-surprise suivi par une fuite qu’ils avaient utilisé contre le Clan du Sabot. À l’époque, ils se battaient sur le territoire de leur nation alliée, le Clan de la Corne, et donc ils avaient acquis une grande quantité d’informations sur la géographie, ainsi que des fournitures et de l’aide des citoyens. Cette fois, ils se trouvaient en territoire ennemi et devaient éviter toute manœuvre à haut risque.

Mais grâce au repos qu’ils avaient eux, les combattants et les chevaux avaient de l’énergie à revendre, et ils étaient prêts et attendaient le signal pour se lancer dans le combat.

« Unité Múspell, en avant ! » Sigrun avait dégainé son nihontou pendant qu’elle criait l’ordre.

Sa voix claire et belle débordait d’esprit combatif et alimentait les flammes de l’excitation de ses hommes.

Sa silhouette élégante et magnifique ressemblait à la façon dont on pourrait imaginer l’une de ces jeunes filles guerrières mythologiques qui guidaient les âmes dans l’au-delà. C’était loin de l’image que l’on pourrait imaginer de son titre de guerrière.

Sous sa direction, il avait été dit que ses hommes ne craignaient même pas la mort, et l’unité de Múspell avait foncé avec férocité sur leurs ennemis.

« Ennemis lointains, écoutez ma voix ! Ceux qui sont à proximité, venez me voir ! Je suis le Mánagarmr, Sigrun du Clan du Loup ! Si vous n’avez plus besoin de votre vie, alors venez auprès de moi ! »

Alors qu’elle annonçait son nom, Sigrun s’était frayé un chemin à l’arrière de la formation de la troupe du Clan de la Foudre. Elle avait balancé sa lance, coupant rapidement la tête d’un combattant monté sur char et elle l’avait envoyé voler.

C’était la tactique du « Marteau et l’Enclume ». En utilisant des troupes à faible mobilité, mais à haute défense et endurance pour arrêter l’avancée de l’ennemi et les maintenir en place, on pouvait envoyer un groupe plus mobile à l’arrière ou sur les côtés de l’ennemi, et les écraser lors d’une attaque en tenaille.

Le célèbre Alexandre le Grand avait aimé utiliser cette tactique, et il avait été dit dans l’histoire qu’il avait vaincu l’armée persane beaucoup plus nombreuse à plusieurs reprises avec elle. C’était la carte maîtresse du Clan du Loup, et elle leur avait apporté la victoire dans la bataille contre le Clan de la Corne et le Clan du Sabot.

Fondamentalement, les formations de troupes étaient positionnées en supposant qu’elles combattaient une force ennemie devant elles, et étaient donc particulièrement vulnérables aux attaques de côtés et de l’arrière.

Et l’unité de Múspell était une unité de cavalerie, sans précédent dans le monde d’Yggdrasil, avec les capacités de charge les plus rapides et les plus puissantes jusque là connues.

Frappés par l’attaque furieuse des deux côtés, les soldats du Clan de la Foudre étaient soudainement tombés dans un état de panique. Ils avaient complètement perdu le contrôle, et au milieu du pandémonium qui avait suivi, ils avaient été dispersés sans aucune résistance.

« Haha ! » Tandis que Sigrun continuait à frapper ses ennemis de gauche à droite et de droite à gauche, ses oreilles avaient capté le grincement d’un cheval excité, accompagné par le bruit des roues qui faisait fortement gronder le sol.

Ce qui lui était apparu devant elle, repoussant les fantassins voisins, était ce qui était considéré comme l’arme militaire la plus puissante connue d’Yggdrasil, dont le nombre au combat était dit équivalent à la puissance de l’armée : un char !

« Hmph, alors vous vous êtes montré. » Sigrun avait ressaisi sa prise sur sa lance.

Yngvi du Clan du Sabot avait favorisé une construction logique et ordonnée à ses formations militaires, et avait créé une grande escouade de chars pour mettre l’accent sur leur puissance et leur mobilité. Le Clan de la Foudre était plus traditionnel, ayant construit des escadrons mixtes avec de l’infanterie et des chars.

Ceux d’un statut élevé montaient un char et se battaient d’en haut, commandant une unité qui les suivait composée de l’infanterie. Il était plus difficile d’être frappé par des attaques ennemies au sommet d’un char, et le fait d’être surélevé permettait de mieux observer le champ de bataille et de donner des ordres à ses subalternes. Et plus que tout, cela permettait aux officiers supérieurs de caresser leur ego. C’était la façon la plus standard d’utiliser les chars, non seulement dans Yggdrasil, mais tout au long de leur utilisation dans l’histoire de la Terre.

Ça correspond aussi aux informations qu’ils avaient reçues de Kristina.

« Je vais mettre un terme à vos bouffonneries, ici et maintenant, fille louve ! » Le grand homme au sommet de la plate-forme du char avait crié, et avait préparé sa lance et son bouclier.

Il avait l’air d’avoir une vingtaine d’années, et loin d’être secoué par l’attaque par-derrière, la soif de combat était écrite sur son visage.

C’était une belle expression. Sigrun avait senti à nouveau la flamme du guerrier surgir dans ses yeux. Le fait de combattre tant de faibles n’avait pas pu lui donner un défi et cela avait commencé à l’ennuyer.

« Ha ! Alors, arrêtez-moi si vous pensez pouvoir le faire  ! » Sigrun avait répondu à ses paroles audacieuses avec les siennes, et elle avait poussé son cheval vers lui, avançant sa lance vers lui dès qu’il avait été à sa portée.

Clang !

« Arg ! »

L’arme de l’homme avait facilement stoppé le coup fatal de Sigrun, et la tension de l’impact s’était répercutée sur son visage pendant un moment.

Son arme avait la forme d’une lance combinée à une lame de faucille. La partie en forme de L et le fer de lance de Sigrun étaient verrouillés ensemble, et ils luttaient pour la domination.

Il s’agissait d’une arme en forme de hallebarde, connue sous le nom de hache-poignard. C’était une arme à deux mains qui pouvait être lancée à l’ennemi pour le poignarder, tandis que la partie en forme de faucille pouvait être utilisée pour attraper et trancher le cou d’un ennemi ou d’autres zones vitales.

Il y avait beaucoup de personnes dans Yggdrasil qui favorisait cette arme parce qu’il était plus facile de se battre sur un char qu’avec une lance normale.

« Un char et une arme en fer », cria Sigrun. « Vous devez être un homme digne de mention. Donnez-moi votre nom ! »

Sigrun avait remarqué que la lame de l’arme de l’homme brillait avec le même éclat sombre que sa propre lance de fer. Ce n’était plus une rareté pour le Clan du Loup, mais pour d’autres clans, une arme de fer ne pouvait être créée sans l’utilisation de fer météorique, et donc un objet aussi rare et précieux valait cinq fois son poids en or. Le fait que cet homme avait été autorisé à porter une arme aussi puissante et précieuse signifiait qu’il devait être un héros digne de mention au sein de son clan.

« Je suis Þjálfi, assistant du commandant en second du Clan de la Foudre. »

« Arg ! Vous êtes donc la main droite de fer, dont on parle dans les rumeurs comme le “Gantelet de Fer” Járnglófi ! Vous êtes un adversaire digne ! »

Avec un autre clang, Sigrun avait repoussé la hache-poignard de Þjálfi et avait déclenché une attaque horizontale.

C’était ainsi qu’une bataille féroce s’était déroulée entre eux.

Bien qu’ils aient échangé plus de dix attaques en un clin d’œil, il n’y avait pas eu de coup décisif.

« Bon sang, ça ne va nulle part, » grogna Sigrun.

Fidèle au fer dans son alias, la défense de Þjálfi était aussi solide qu’un mur. Peu importe le nombre d’attaques que Sigrun lui lança, elle ne sentait aucune indication qu’elle pouvait trouver un moyen de s’en sortir.

C’était peut-être ce à quoi on pouvait s’attendre d’un Einherjar exalté pour sa bravoure, même au sein de la nation qui régnait sur tout le nord de Vanaheimr. Il était naturel que même le Loup d’Argent le plus Fort ne soit pas capable de le vaincre facilement.

L’objectif principal de Sigrun était de prendre la tête de Steinþórr. En vérité, elle savait qu’elle ne pouvait pas se permettre de continuer à se battre ici trop longtemps.

« Dans ce cas —, » Sigrun avait libéré sa main droite du manche de la lance.

Bien qu’il s’agisse d’un fait si évident qu’il n’était peut-être pas nécessaire de le mentionner, le fait de tenir une arme dans les deux mains donnait à ses attaques beaucoup plus de force qu’en la tenant d’une seule main. Le fait que Sigrun ait délibérément choisit de tenir son arme d’une seule main, et sa main non dominante, avait créé un vide dans sa défense qu’on pourrait appeler comme étant quelque chose de fatal.

Þjálfi avait soupçonné un instant qu’il s’agissait d’un piège, mais les pulsions guerrières étaient plus fortes. Avant qu’il n’ait eu l’occasion de réfléchir, il avait poussé sa hache-poignard de façon réfléchie.

« Haaaah ! » Sigrun avait poussé un cri féroce, et il y avait eu un éclair de lumière argentée près de sa taille.

« Quoi !? »

La tête de l’arme que Þjálfi avait utilisée pour submerger et dominer ses adversaires avait été tranchée proprement. Le visage du vétéran Einherjar s’était tordu dû au choc et à la surprise, et pendant un moment, il n’avait pas pu bouger.

Tout comme lorsque l’arme de Yngvi avait été coupée en deux, c’était dû à une seule frappe du nihontou.

Normalement, le fer pouvait être rendu plus dur par un processus de chauffage et de refroidissement connu sous le nom de « trempe ». Cependant, le fer météorique avait des propriétés matérielles complètement différentes du fer naturel que l’on trouvait dans les minerais souterrains ou du fer artificiel créé par le processus de thermite. Il ne pouvait pas être rendu plus solide par la trempe.

Ainsi, une arme faite de fer météorique n’était pas adaptée à une lame qui serait pliée, trempée et durcie un nombre incalculable de fois. C’était ainsi que s’arrêtait la comparaison.

« Préparez-vous ! »

Sigrun avait rapidement placé la poignée de l’épée dans sa bouche et l’avait tenue dans ses dents pour libérer sa main, avait préparé sa lance de nouveau dans ses deux mains, et en levant les bras, elle l’avait déplacé vers le bas.

— et elle avait vu le fer de sa lance se briser.

« Hé, ce type est mon bras droit », Steinþórr avait dit. « Je ne peux pas laisser quelqu’un le tuer aussi facilement. »

« Kh ! »

Le jeune homme aux cheveux roux avait fait tournoyer son énorme marteau avant de le poser sur son épaule, riant avec audace, et Sigrun avait senti un frisson parcourir à travers tout son corps.

Est-ce par joie quand au fait que sa cible, le patriarche du Clan de la Foudre, s’était montrée devant elle ? Était-ce à cause de la colère que sa lance préférée avait été détruite ? Était-ce l’excitation d’un guerrier à la perspective d’affronter un ennemi aussi fort ?

Non, ce n’était rien de la sorte. Le frisson était dû à la pure terreur.

L’énergie qui semblait rayonner de lui ici, sur le champ de bataille avec son arme à la main, était totalement différente de celle qu’elle lui avait rencontrée dans le hörgr sacré du Clan de la Corne. Il était comme une personne complètement différente. La puissance semblait sortir de lui, comme si elle ne pouvait pas être contenue dans son corps physique, et juste devant lui, Sigrun était soumise à une pression écrasante qu’elle devait lutter pour endurer.

 

 

« Alors on se retrouve, jeune fille. Tu es plutôt bonne, poussez Þjálfi jusqu’à ce qu’il soit dos au mur comme ça. Je suppose que le fait de tuer le vieux n’était pas qu’un coup de chance. Alors, voyons ce que tu as dans le ventre ! » déclara Steinþórr.

« Kh ! »

Le marteau avait créé son propre vent avec la force de sa frappe vers Sigrun, et elle avait jeté la lance maintenant inutile et avait intercepté l’attaque avec le nihontou.

« Oh ? » Steinþórr avait dit.

« Rrrgh ! »

D’un côté se trouvait un marteau qui avait brisé d’innombrables autres armes en morceaux, maintenant rempli de l’énergie divine connue sous le nom d’« ásmegin » canalisée par son manieur.

D’autre part, il y avait une lame trempée à tel point qu’elle pouvait même couper le fer.

Le résultat de la collision entre ces deux armes, qui avaient été considérées comme invincibles jusqu’à présent — .

« Wôw, ce truc a résisté à mon attaque ? C’est une belle arme que tu as là, » déclara Steinþórr.

« Alors... je ne peux pas le couper, donc... ! » déclara Run.

C’était comme s’ils étaient parfaitement assortis.

Cependant, si les armes étaient d’une force égale, tout se résumait à la différence dans leur portée.

« Voyons, voyons ! Ha ! »

« Guh !... Hrgh ! » Sigrun haletait.

C’était un combattant à cheval contre un autre sur un char. L’épée, destinée au combat rapproché, n’avait pas pu atteindre sa cible.

Steinþórr lui avait lancé des attaques incessantes et unilatérales, et Sigrun s’était retrouvée dans une bataille purement défensive. Pour empirer les choses, Steinþórr avait pu frapper librement avec son marteau de fer sans aucune difficulté, malgré son poids et sa taille.

« Grrr... ! » Alors qu’elle avait surmonté la grêle des coups, Sigrun avait réussi à profiter d’un petit écart dans les attaques de Steinþórr pour mettre une certaine distance entre eux, et avait immédiatement tiré sur les rênes et avait fait tourner son cheval.

La force reconnaît la force. Pour deux combattants experts, quelques instants de combat mutuel leur avaient permis d’évaluer la force relative de l’autre dans une certaine mesure.

Sigrun avait compris que si elle continuait à se battre dans cette situation, tout ce qui l’attendait était une mort absolument certaine.

« Nous battons en retraite ! » Sigrun avait crié l’ordre en donnant un coup de pied à son cheval.

Ses mains n’arrêtaient pas de trembler, mais cette fois ce n’était pas par peur. Les attaques féroces de Steinþórr’s lui avaient laissé les mains engourdies, c’était tout ce qu’elle pouvait faire pour ne pas lâcher son épée.

« C’est donc ce que tu entendais par “ne casse pas et ne plie pas”, hein ? » murmura Sigrun. « On dirait que tu m’as encore sauvé, Père. Si je n’avais pas eu ça, je serais maintenant un tas de viande... »

Sigrun avait fait grincer les dents, alors que son cœur était alourdi par le sentiment de défaite. Depuis qu’elle avait reçu le titre de Mánagarmr, c’était la première fois qu’elle avait été aussi complètement battu.

Elle s’était retournée pour regarder derrière elle son unité.

L’unité de Múspell la suivait correctement, incitant leurs chevaux à suivre. Ils ne semblaient pas avoir subi beaucoup de pertes. L’avantage qu’ils avaient obtenu en attaquant l’arrière de l’ennemi avait porté ses fruits.

Pour elle, c’était sa plus grande consolation.

***

Partie 5

« L’unité Múspell a commencé à se retirer ! » avait déclaré le guetteur du Clan du Loup.

« Run, va-t-elle bien !? » cria Yuuto.

« Sire ! Elle est vivante et en bonne santé ! »

« Vraiment !? » s’exclama Yuuto.

« Même à cette distance, il n’y a pas d’erreur possible quant aux cheveux argentés de Lady Sigrun, Sire, » déclara le guetteur.

« Je vois. » Yuuto avait poussé un soupir de soulagement en entendant le rapport de son guetteur.

Il s’était lui-même dit qu’en tant que patriarche, il ne devrait pas faire preuve d’un tel favoritisme. Mais contrôler ses émotions pour se conformer à cette logique n’était pas si facile à faire.

Quoi qu’il en soit, il avait réussi à être sûr qu’elle était en vie, et c’était tout ce qui comptait. Son cœur avait retrouvé un sentiment de calme, mais maintenant un autre problème avait alourdi ses pensées.

« Alors, il a neutralisé le marteau et l’enclume ainsi que Run, n’est-ce pas ? » avec la main sur la bouche, Yuuto avait murmuré ça pour lui-même, s’interrogeant sur ce qu’il fallait faire.

Jusque-là, ces tactiques n’avaient jamais échoué à transformer la bataille en sa faveur. Le simple fait que sa formule gagnante s’était effondrée suffisait à lui donner l’impression que les choses allaient dans une direction désagréable.

« Les doubles runes d’Einherjar... » murmura-t-il. « J’ai dit à Sigrun de fuir si elle jugeait qu’elle ne pouvait pas gagner contre lui. On dirait qu’elle a bien écouté mes ordres. »

On disait que le pouvoir divin d’une rune faisait grâce à moins d’une personne sur dix mille, et le corps de Steinþórr détenait ce pouvoir en deux exemplaires. Steinþórr avait submergé Sigrun de sa présence même lors de leur brève rencontre dans la capitale du Clan de la Corne.

Sigrun était encore jeune, et elle était quelqu’un d’important pour l’avenir du Clan du Loup. Prenant cela en considération, Yuuto avait compris que cela pourrait nuire à son image, mais il ne pouvait pas lui permettre de faire quoi que ce soit de trop imprudent. Plus que tout, il ne voulait absolument pas la perdre, même s’il savait à quel point cette façon de penser était naïve pour un patriarche.

« Hmm, donc même pour le Mánagarmr, il semblerait que faire face à un tigre était un fardeau trop lourd pour les épaules d’un loup solitaire. » Skáviðr avait parlé sans passion alors qu’il examinait le champ de bataille depuis le sommet d’un cheval à proximité.

Son visage pâle et presque flétri avait rendu le personnage encore plus troublant que d’habitude sur le champ de bataille, mais pour Yuuto, son calme presque irritant était quelque chose de rassurant.

« Quand je lui ai donné ces instructions, elle avait l’air d’avoir été un peu blessée dans son orgueil, » avait admis Yuuto. « Je me sentais mal pour elle. »

« C’était la bonne décision. Si vous n’aviez pas fait cela, je pense que, selon toute probabilité, elle aurait d’abord mis sa fierté de guerrière, qu’elle aurait continué à se battre, et qu’il y aurait déjà un autre corps de plus sur le terrain. Après tout, ce chien sauvage n’écoute que vos ordres, Maître. Je peux imaginer à quel point elle doit être frustrée en ce moment, kehe hehe hehe... Ah, excusez-moi. » Skáviðr avait placé une main sur sa bouche, mais n’avait pas complètement caché son sourire.

Des paroles dures, comme toujours. Skáviðr avait toujours joué le rôle du paria, mais il avait une personnalité un peu sardonique au départ.

Yuuto lui avait jeté un regard de côté, avait secoué la tête et avait remis ses pensées sur la bonne voie. « C’est une bataille de masse. Peu importe la force de ce type, il faut simplement le battre avec le nombre. »

Il regardait les mouvements sur le champ de bataille. L’embuscade de Sigrun avait peut-être échoué, mais la situation sur le terrain était encore massivement en faveur du Clan du Loup.

Si ses forces maintenaient la poussée, les soldats ennemis devraient commencer à fuir dès qu’ils se rendraient compte de leur lourd désavantage, et la formation ennemie devrait s’effondrer. S’il frappait à ce moment vulnérable, aucune valeur ne pourrait y résister.

« Raaaaaaaaaaaaaahhh !! »

Soudain, un grand cri de guerre plus fort que tout ce qui s’était levé à l’unisson depuis les guerriers du Clan de la Foudre. Cela suffisait à secouer l’air, et Yuuto pouvait sentir les vibrations contre sa peau.

Yuuto n’avait pas besoin de se demander ce qui se passait. Il le savait. Son visage était devenu tendu et il avait grincé des dents.

« Le voilà ! » Les yeux de Yuuto avaient vu les cheveux roux, visibles même de loin.

Le jeune homme conduisait un char ornemental clairement différent des autres, et d’une main, il se balançait autour de lui un long marteau de guerre assez grand pour qu’un adulte puisse avoir du mal à le soulever. Il avait dépassé sa propre avant-garde et avait chargé dans les forces du Clan du Loup.

« C’est exactement ce qu’on appelle le courage du pauvre homme. » Le coin de la bouche de Yuuto s’était plissé dans un sourire ironique.

Face à des ennemis aussi forts qu’ils soient, ignorer la situation aussi mauvaise qu’elle soit, Steinþórr s’était simplement battu de front sans avoir recours à des tactiques ou à des tours de passe-passe. En fait, c’était vraiment cool. Tellement cool que c’était dégoûtant. Si l’ennemi devait s’en prendre à lui avec le courage brutal d’un idiot, c’était un motif de célébration. Mais au fond, Yuuto l’avait aussi trouvé désespérément irritant.

« “Le courage du pauvre homme : le courage d’un homme qui s’empresse d’agir sans réfléchir quand le sang lui monte à la tête”. » Félicia, debout à côté de lui, avait répondu en récitant simplement l’explication de mémoire. « “Un courage mesquin sans discrétion ni jugement, ne tournant qu’autour de la force physique”. »

Yuuto la dévisageait, les yeux écarquillés et étonnés. Une fois, au cours d’une discussion sur Steinþórr, il avait évoqué ce vieil idiome et lui en avait parlé.

« Je suis surpris que tu t’en souviennes », déclara Yuuto.

« C’est parce que j’ai toujours pris l’habitude de mémoriser tes paroles de sagesse, Grand Frère. » La réponse de Félicia avait été rapide et réaliste, et en regardant son visage souriant, Yuuto avait fait son propre sourire ironique. Il ne pouvait qu’admirer son impressionnante mémoire.

« Ça ne peut pas faire de mal de se souvenir de mots qui ont traversé des milliers d’années d’histoire, » déclara Yuuto.

« Tee hee. C’est certainement vrai, » avait convenu Félicia. Puis, plus doucement, elle avait ajouté : « Si tu rentres chez toi, je veux au moins pouvoir me souvenir de tes paroles ». Elle avait fermé les yeux en disant cela, serrant une main fermée devant sa poitrine.

Quelque chose à ce sujet semblait un peu étrange pour Yuuto, mais penser à la bataille était plus important en ce moment. Il retourna son regard sur le champ de bataille.

« C’est exactement comme tu l’as dit, Félicia. Si la force physique était tout ce qu’il fallait pour gagner une bataille, les tactiques militaires n’auraient jamais été inventées. » Il avait haussé la voix et avait crié : « Soldats Phalange, la victoire est en vue ! Faites de ce roux une brochette avec vos lances ! »

L’homme venait de charger la tête la première dans un char, alors que c’était exactement ce que Yuuto voulait.

La raison même pour laquelle Yuuto avait fait des unités à longues lances la force centrale de son armée était qu’à Yggdrasil, les chariots étaient les principaux acteurs sur les champs de bataille.

Tout comme la cavalerie, l’utilisation de l’infanterie lourdement blindée avec de longues lances était venue en réponse aux chars. Une lance ou une épée normale ne pourrait pas atteindre un adversaire sur un char. Ce qui était apparu comme une contre-mesure était la tactique consistant à utiliser de nombreuses longues lances, avec leur faible manœuvrabilité, mais leur longue portée, pour créer une poussée mortelle qui ne laissait aucune lacune.

L’inconvénient était la vulnérabilité aux attaques latérales, mais avec un ennemi à l’avant ; c’était aussi unilatéral qu’une victoire dans le jeu de la pierre-feuille-ciseau.

Comme Yuuto l’avait prédit, le cheval tirant le char de Steinþórr’s avait été abattu impitoyablement par le mur de lances, et le char s’était arrêté net.

L’instant d’après, ce jeune homme roux allait connaître le même sort que son cheval, ou c’était ainsi que cela aurait dû être.

Alors que les innombrables lances se précipitaient vers lui, Steinþórr avait balancé son grand marteau, et avec cette seule frappe, toute la ligne de lances avait été écrasée. Il avait fait suivre ça avec une autre frappe lorsqu’il avait sauté du char, et plusieurs soldats avaient été envoyés en vol plané. Il s’était encore une fois mis à frapper.

Les soldats du Clan du Loup avaient essayé de se mettre en défense avec leurs boucliers de fer levé, mais même ceux-là avaient été réduits en miettes et soufflés comme s’ils n’étaient rien.

Il était impossible d’estimer la force qui avait été présente dans chacun de ces coups. Ce n’était pas humain. On aurait pu penser que c’était l’œuvre d’un éléphant ou d’un gros ours.

La « ceinture de la force », Megingjörð, et l’« Écraseur », Mjǫlnir. Ces deux capacités avaient fait naître toute la fureur d’une tempête emplie d’éclairs.

Et dans le grand fossé qui avait été créé, les soldats du Clan de la Foudre derrière Steinþórr s’étaient précipités en avant, et la formation défensive durcie du Clan du Loup avait été ouverte par la force.

« Qu’est-ce... qu’est-ce que c’est... » Regardant la scène qui se déroulait devant ses yeux, Yuuto avait haleté.

Il avait contrôlé la guerre de l’information, avait agi rapidement pour prendre le meilleur terrain avec des collines protégeant ses arrières et avait mis en place des formations avantageuses.

La puissance et la portée des arbalètes avaient ralenti l’élan de son ennemi et cela lui avait permis de prendre l’initiative.

Avec l’aide de Skáviðr, il avait établi une discipline et un respect de la loi au sein de ses troupes, ce qui leur avait permis de réagir rapidement aux ordres de leur patriarche et d’agir de manière cohérente en tant que groupe. Elle aurait dû être l’une des armées les plus importantes d’Yggdrasil à cet égard.

Et pour ce qui était de les équiper de fer forgé, on pouvait être assuré en disant que Yuuto était en avance sur tout le monde d’Yggdrasil en matière d’armement.

Contre les chars et l’infanterie ennemis, il les avait affrontés avec des soldats ayant une supériorité écrasante dans des formations serrées, et après avoir arrêté leur mouvement, il avait placé son unité de cavalerie contre eux par-derrière, les attaquants avec le « Marteau et l’Enclume ».

Yuuto avait peut-être moins d’hommes au total, mais en matière de stratégie et de tactique, le Clan du Loup aurait dû dépasser de loin le Clan de la Foudre en puissance militaire. Il n’y avait aucune cause de défaite nulle part dans tout ça.

Et malgré tout cela, comme si tous leurs avantages jusqu’à présent n’avaient été qu’un mensonge, le Clan du Loup avait commencé à être lentement, graduellement, mais indubitablement repoussé.

« Franchement, peu importe comment tu vois les choses, c’est juste de la triche, » murmura Yuuto.

Les batailles n’avaient pas été remportées par des individus. Tout bien considéré, au combat, le nombre avait fait la différence. En commençant par les paroles de Sun Tzu, de nombreuses œuvres sur l’art de la guerre avaient commencé avec cela comme l’un de leurs principes fondateurs. Et pourtant, ce principe sous-jacent avait été renversé par la main d’un homme téméraire et sa force brute.

Les pouvoirs d’un Einherjar étaient étonnants, mais ils étaient encore humains. À cause de cela, Yuuto avait compris qu’il n’y avait pas d’Einherjar avec un niveau de pouvoir aussi monstrueux, mais il semblerait que le détenteur de doubles runes était l’exception.

Le génie de la guerre Napoléon Bonaparte, qui, à un moment donné, tenait la moitié de l’Europe continentale sous son contrôle, avait dit un jour : « Une armée de cent moutons conduite par un loup vaut mieux qu’une armée de cent loups conduite par un mouton. »

La chose la plus importante sur le champ de bataille était le moral. Si le commandant suprême se tenait à la tête de sa propre armée et les inspirait, il va de soi que l’armée aurait un regain de moral. Le moral des troupes du Clan de la Foudre s’était élevé d’un seul coup jusqu’à une fièvre fanatique.

Sur cette vague, ils avaient repoussé les forces supposées supérieures du Clan du Loup, et commençaient même maintenant à les dominer.

« “Ma force peut déplacer des montagnes, mon esprit peut couvrir la terre”, c’est ce que c’est ? » Yuuto avait craché. « Franchement, ce type n’est pas une incarnation antérieure de Xiang Yu, n’est-ce pas ? »

Il avait dépassé l’étonnement et était maintenant tout simplement consterné par ce qu’il voyait.

La citation était une partie d’un poème que Xiang Yu avait composé et lui-même récité. Xiang Yu avait remporté une grande victoire contre une armée de 500 000 hommes avec seulement 30 000 hommes. Il s’était dressé contre une autre armée de milliers de cavaliers avec seulement 28 cavaliers et avait pris la tête du général ennemi, frappant des centaines de cavaliers par ses propres moyens. Il semblerait que la force de Steinþórr était au même niveau d’absurdité.

« Maître. »

« Skáviðr, qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Yuuto.

« Comme nos stratégies n’ont pas été efficaces jusqu’à présent, nous devrions peut-être battre en retraite avant qu’il ne soit trop tard, » déclara Skáviðr.

« Nngh. » Yuuto avait fixé ça et il avait grincé des dents.

Le flux de la bataille s’était déjà déplacé en faveur du Clan de la Foudre.

Yuuto avait conclu que s’ils continuaient à se battre comme ils étaient, il y avait de fortes chances que le général aux cheveux roux les vainc avec son élan actuel.

Le Yuuto actuel n’était pas si obstiné qu’il s’accrocherait obstinément à la théorie. Aussi illogique que cela ait été, la réalité qui se jouait devant ses yeux était tout ce qui comptait, et il avait la force dans son cœur pour le reconnaître.

« Tch. J’avais voulu décider des choses ici, mais... savoir quand battre en retraite est aussi une partie cruciale de la guerre, hein ? » déclara Yuuto.

Se battre en retraite entraînerait un nombre considérable de pertes, mais une erreur de jugement sur le moment du retrait entraînerait beaucoup plus de pertes. Il devait prendre une décision rapide.

Quand le temps était venu, il se devait de sacrifier le petit nombre pour le bien du plus grand nombre. La capacité de prendre ces décisions sans cœur était également nécessaire pour quelqu’un qui se tenait au sommet.

« Je crois que c’est une sage décision, Maître, » déclara Skáviðr. « S’il vous plaît, laissez-moi protéger l’arrière-garde. »

« Vous faites toujours les pires boulots », avait soupiré Yuuto. « Ne mourrez pas en faisant ça. »

« Heh. Je ne mourrai pas. Ne me l’avez-vous pas déjà dit une fois, Maître ? “Les mauvaises herbes poussent vite.” Ceux qui ne sont pas aimables sont ceux qui ont le plus de chances de réussir. » La bouche de Skáviðr s’était transformée en ricanement.

Attendant à l’arrière des forces qui battaient en retraite pour tenir l’ennemi à distance, l’arrière-garde avait la mission la plus dangereuse et la plus grande chance de mourir. Même en sachant cela, cet homme n’avait pas montré le moindre changement dans ses émotions à cette perspective, et avait même lâché une blague. Il avait beaucoup de cran.

Avec une expression serrée et sévère, Yuuto avait donné son ordre. « Nous battons en retraite. Nous nous retirerons méthodiquement, prudemment et rapidement ! »

***

Partie 6

Steinþórr frappait avec son marteau de guerre. « Raaaaaaaaaaaaaaah ! »

Le sang avait taché son corps de rouge, ce qui avait donné naissance à une soif de sang encore plus grande. Peu importe qui l’affrontait, peu importe le nombre d’ennemis, il ne pouvait pas être submergé. Il piétinait tout sur son passage avec sa force inégalée.

« Il n’y a vraiment pas de fin pour eux », murmura-t-il.

Un groupe de soldats s’était précipité vers l’avant, comblant le vide qu’il avait réussi à créer dans leur formation. Leur coordination était impressionnante.

Une fois en place, ils avaient fait pleuvoir un déluge de lances sur lui.

Même Steinþórr ne pouvait pas esquiver une attaque aussi parfaitement coordonnée. Il avait été forcé de s’arrêter sur son avancée et de se concentrer sur la neutralisation des armes qui s’approchaient de lui.

Bien que les lignes ennemies étaient écrasées chaque fois qu’il chargeait vers l’avant, ses attaques imprudentes signifiaient que ses alliés ne pouvaient pas non plus avancer. Le Clan de la Foudre, qui attendait en réserve, ne pouvait pas non plus utiliser toute sa puissance.

« Hmph, pas la peine de s’inquiéter des détails. C’est maintenant juste un test d’endurance ! » déclara Steinþórr.

Pour chaque ennemi qu’il avait frappé, un autre était venu prendre leur place. Pourtant, leur nombre ne pouvait pas être infini.

L’endurance de Steinþórr’s n’était pas non plus infinie. Il ne pouvait pas continuer à se battre éternellement. S’il battait en retraite, ou s’il était vaincu, le Clan du Loup écraserait le Clan de la Foudre en un rien de temps.

L’issue de cette bataille dépendait de lui. Le fait de savoir cela était suffisant pour lui.

« Hehe hehe ! Ça commence enfin à devenir amusant ! » Steinþórr avait essuyé le sang de son front et avait souri d’une manière sauvage. La tension qui accompagnait le fait de savoir que la victoire ou la défaite dépendait de ses actions avait été très vivifiante.

Steinþórr était vraiment à la hauteur de son titre de Tigre Affamé de Batailles. Il semblait être l’incarnation même de la guerre. Au cours de ses trois années de patriarche, il avait passé trois mois dans sa capitale, Bilskirnir. Le reste du temps avait été passé sur le champ de bataille. Mais il n’avait jamais été satisfait.

Il avait soif d’un vrai défi, quelque chose que ses ennemis n’avaient jamais été capables de lui donner. La seule fois où il avait ressenti un peu d’excitation, c’était lorsqu’il avait affronté Yngvi du Clan du Sabot.

Par égard pour cela, et pour le fait qu’on lui avait présenté une fille qui lui plaisait, il avait prêté le Serment du Calice avec eux. Mais en y repensant maintenant, c’était une erreur. Parce qu’à l’époque Steinþórr n’avait eu personne de digne de se battre contre lui.

Alors qu’il envisageait de rompre le serment, il avait entendu dire que Yngvi avait péri au combat. Il aurait péri aux mains de l’un des clans les plus faibles, le Clan du Loup. Il avait été contrecarré par leur patriarche, un jeune garçon adolescent. Le Clan du Loup était si faible que Steinþórr avait oublié qu’ils existaient.

Comment leur patriarche avait-il réussi à vaincre Yngvi, surtout avec une si petite armée ? Naturellement, cela avait piqué l’intérêt de Steinþórr. Heureusement pour lui, le goði lui avait secrètement demandé de détruire le Clan du Loup, car il soupçonnait le clan d’amener le Ragnarök dans Yggdrasil.

Cela devait être le destin. Steinþórr ne doutait pas que ce jeune homme lui avait été envoyé par les dieux comme un obstacle sur la route de ses conquêtes.

Voyant l’occasion, il avait forcé le goði — dont il avait déjà oublié le nom — à le laisser rencontrer l’homme qu’il voulait voir mort.

Il n’attendait pas grand-chose, c’est pourquoi il avait été surpris. Il avait eu la chair de poule pour la première fois de sa vie en rencontrant ce patriarche. Il était certain qu’il aimerait se battre contre lui.

Et maintenant, toutes ses attentes avaient été comblées.

Jamais de sa vie il n’avait connu un bain de sang aussi palpitant.

Mais toutes les bonnes choses devaient avoir une fin. Plus quelque chose était agréable, plus vite elle passait.

« Retraite ! Retraite ! » Une voix forte avait traversé le champ de bataille, et une série de gongs sonores a retenti en provenance du camp du Clan du Loup.

Steinþórr avait cessé de se battre pour reprendre son souffle, et avait regardé le Clan du Loup battre en retraite. « Hmph, on dirait que c’est ma victoire. Mais tu es un gamin impudent. »

C’était une retraite bien structurée et ordonnée.

Steinþórr pouvait dire que les troupes étaient bien entraînées. En fait, il y avait une ou deux choses que ses troupes pouvaient apprendre de cela. Il s’était rendu compte maintenant que c’était l’impressionnante coordination du Clan du Loup qui lui avait causé tant d’ennuis.

Steinþórr avait repéré le général ennemi qui criait des ordres à cheval, près de l’avant de ses forces. « Ne paniquez pas ! Maintenez la formation et battez en retraite aussi vite que possible ! »

Le général ennemi était un homme au visage pâle et mince qui avait déstabilisé Steinþórr. Il semblait être celui qui dirigeait cette splendide retraite. Malgré le danger de sa mission, il était resté calme.

Steinþórr n’avait pas pu s’empêcher d’être impressionné par le calme de son ennemi.

« Mais ça veut dire que si je le tue, leur formation s’effondrera. » Les lèvres de Steinþórr’s s’étaient recroquevillées en un sourire méchant.

C’était logique d’affaiblir sa proie avant d’aller la tuer. Et la difficulté de la chasse avait permis d’obtenir un assaisonnement parfait. Il n’y avait pas de plaisir dans une victoire facile. La victoire n’était gratifiante que si elle était le fruit d’une bataille âprement disputée. Ce n’était qu’à ce moment-là qu’elle serait aussi sucrée qu’elle devrait l’être.

Steinþórr savait que cette victoire serait plus douce que n’importe quel vin. C’est pourquoi il avait refusé de laisser sa proie s’échapper. Quiconque se mettait en travers de son chemin serait éliminé.

« Haaaaaaaaaaaaaaaah ! » Avec un énorme bruit de soufflet, Steinþórr avait sauté vers l’avant.

Il avait appris de l’incident avec le Loup d’Argent. Il savait qu’un soldat à pied était désavantagé par rapport à un ennemi à cheval. Mais quelque chose d’aussi insignifiant qu’un « désavantage » ne signifiait rien pour lui.

Il avait saisi son marteau de guerre à deux mains et l’avait balancé de toutes ses forces. Il s’attendait à ce que quelqu’un d’aussi faible que cet homme soit vaincu d’un seul coup. Cependant — .

« Quoi !? »

Jusqu’à ce moment, il avait toujours manié son marteau avec autant de talents que ses deux bras et ses jambes le lui permettaient. Mais une force étrange l’avait soudainement tirée vers l’avant, traînant Steinþórr avec elle.

« Hmph ! »

« Wôw !? »

L’adversaire de Steinþórr avait profité de sa surprise, et avait frappé vers le cou de Steinþórr avec sa lance. Steinþórr avait à peine réussi à esquiver.

Trois autres frappes avaient suivi juste après ça.

Incapable de résister à cet assaut, Steinþórr avait sauté en arrière.

« Tu es plutôt bon. Quel est ton nom ? » Steinþórr avait léché ses lèvres par anticipation. C’était la première fois que l’une de ses attaques était déviée. Non pas esquivé ou bloqué, mais dévié. Sa passion de la bataille s’était enflammée en lui. Qui que soit cet homme maigre, il était résistant.

« On m’appelle Skáviðr. Je suis honoré par vos louanges, mais je n’ai pas l’intention de vous combattre ici. »

« Quel homme froid ! Allons, amusons-nous bien. »

Bien que le tigre soit avide de sang, Skáviðr s’était simplement moqué de lui et avait fait retourner son cheval.

« Hé, attends ! »

« Ooh, regardez ça ! Du fer, du fer, à perte de vue ! Si vous en emportez chez vous, vous serez riche au-delà de vos rêves les plus fous !... Hehe, adieu, » Skáviðr avait fixé du regard vers Steinþórr avec un sourire triomphant et il avait galopé au loin.

« Graaah ! » Bien qu’ils l’aient appelé le Dólgþrasir, il n’y avait aucune chance que Steinþórr puisse réellement courir aussi vite que le tigre. Ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas courir après Skáviðr. Il avait serré ses dents dans la frustration d’avoir laissé son ennemi s’échapper.

Ce qui avait rendu Steinþórr encore plus furieux, c’était que son adversaire s’était moqué de lui. Il avait osé regarder de haut le Tigre Affamé de Batailles. Il n’y avait rien de plus humiliant que d’être regardé de haut à cheval.

« Maudit sois-tu ! Ne crois pas que je te laisserai t’échapper de... » Steinþórr cria au loin pendant qu’il se retournait et voyait ce qui se passait.

Les soldats du Clan de la Foudre ignoraient complètement le Clan du Loup, qui avait terminé sa retraite. Ils se concentraient entièrement sur le butin devant eux. C’était une règle universelle que les vainqueurs d’une bataille pilleraient les objets de valeur de leurs ennemis vaincus. En fait, la plupart des soldats n’avaient participé à la guerre que pour pouvoir partager le butin.

Il existait d’innombrables traces de batailles qui avaient été perdues parce que les soldats avaient cessé de se battre et avaient commencé à piller. La plus célèbre d’entre elles était peut-être la bataille de Gaugamela qui avait été livrée entre Alexandre le Grand et Darius III de Perse.

Au début, l’armée persane semblait avoir l’avantage. Mais après avoir percé les lignes macédoniennes, les soldats avaient bien plus eu envie de piller le quartier général ennemi qu’à couper la retraite d’Alexandre. En conséquence, ils avaient laissé passer la victoire entre leurs doigts et avaient subi par la suite l’une des plus grandes défaites de l’histoire.

Même Jules César, d’où venait le terme « kaiser », avait subi de nombreuses défaites humiliantes parce que ses soldats avaient désobéi aux ordres et avaient été pillés à profusion.

Tout cela avait prouvé qu’il était presque impossible d’empêcher les soldats de laisser la cupidité prendre le dessus.

Skáviðr avait fait cette annonce à la demande de Yuuto précisément parce que Yuuto savait qu’il arrêterait l’ennemi.

En ce moment, le champ de bataille était jonché de flèches que le Clan du Loup avait tirées, et brisé ainsi que les lances et les boucliers que Steinþórr avait détruits. Tous ces objets étaient faits de fer, un métal vénéré à Yggdrasil comme un cadeau du ciel, beaucoup plus précieux que l’or ou l’argent. Yuuto n’avait clairement vu aucune raison de ne pas les utiliser pour gagner du temps pour sa retraite.

« Grrr, poursuivez-les, bande de bâtards ! Allez-y ! » L’ordre de Steinþórr s’était répandu sur le champ de bataille, mais en vain.

***

Partie 7

« Putain de merde ! Je ne suis pas encore satisfait ! » Steinþórr se plaignait à lui-même, ouvrant et fermant son poing à plusieurs reprises.

Il n’avait jamais affronté un adversaire aussi coriace. Pourtant, à la fin, il avait laissé sa proie glisser entre ses doigts.

La rage couvait en lui.

« Je pense que tu es la seule personne qui voudrait encore se battre après ça, Père. On les a peut-être chassés, mais c’est nous qui avons perdu plus d’hommes. » Þjálfi, le bras droit de Steinþórr, secoua la tête, alors que son expression était sinistre.

Steinþórr pourrait être celui qui avait mené son clan à la victoire, et celui qui avait décidé contre qui ils se battraient. Mais c’est Þjálfi qui avait formé les troupes, s’était assuré qu’elles étaient ravitaillées et avait maintenu l’ordre dans les rangs. Il était de facto le quartier-maître de l’armée. Ses paroles ne devaient pas être prises à la légère.

« Oh, c’est vrai ? Eh bien, je suppose que c’est vrai que nous sommes tombés dans son piège. »

« En effet. Même si j’ai horreur de l’admettre, ses troupes sont beaucoup mieux entraînées. Tu nous as sauvés d’une sacrée défaite, Père. » Þjálfi avait souri amèrement.

La différence dans les forces de leurs armées avait été mise en évidence dans cette bataille, et le Clan du Loup avait l’avantage. Même pour un commandant de génie, il aurait été impossible de surmonter cet avantage. Le Clan du Loup avait même réussi à vaincre Yngvi, l’un des commandants les plus habiles et les plus intelligents que Þjálfi connaissait, avec une armée ayant la moitié de la taille du Clan du Sabot. Et pourtant, le Clan de la Foudre avait surmonté la distance écrasante en force entre eux et le Clan du Loup, tout cela grâce à un seul guerrier.

« Mais il semble que même le Patriarche du Clan du Loup ait découvert qu’il ne peut pas nous prendre de front », avait dit Þjálfi.

Bien qu’il semblait calme, l’esprit de Þjálfi était un tourbillon d’émotions.

Qui d’autre au monde que Steinþórr aurait pu réaliser un tel exploit ? Cet homme avait été envoyé du ciel pour apaiser les conflits d’Yggdrasil, et il devait être le prochain dirigeant du monde. De cela Þjálfi était certain. Il était également certain qu’il était né pour l’aider dans cette quête.

« Hmph, mais cela ne veut pas dire qu’on peut les laisser s’enfuir comme ça, » Steinþórr avait grogné.

« En effet. Notre armée a un équipement beaucoup plus léger que le leur. Si nous les poursuivons maintenant, nous devrions pouvoir les rattraper facilement. Si nous les laissons s’échapper ici, ils reviendront avec un autre tour de passe-passe. Les écraser maintenant serait mieux, » déclara Þjálfi.

« Ça a l’air amusant à sa façon. » Steinþórr avait fait craquer ses articulations.

Alors qu’il aurait préféré les combattre à nouveau après qu’ils aient repris des forces, l’idée de les affronter de front à l’heure actuelle avait plus qu’assez d’attrait.

D’autant plus que son équipe avait été la perdante en termes de nombre de pertes subies, frapper maintenant serait l’occasion parfaite de se venger et de combler la différence.

Steinþórr avait mis sur son épaule son marteau de guerre puis il avait déclaré ça à ses hommes. « Très bien, allons à la poursuite ! Tout le monde, suivez... »

« Attends, s’il te plaît », déclara une voix prudente. « Tu peux envoyer tes hommes à la poursuite, mais tu devrais rester ici et te reposer. »

Le propriétaire de cette voix était, bien sûr, Þjálfi.

« Oh, ne soyez pas ridicule », Steinþórr avait répondu ça. « Je ne me suis pas encore assez amusé. »

« Je sais mieux que quiconque à quel point ton endurance est sans fond, mais... la guerre est gagnée en gardant les soldats reposés et nourris. Tu n’as rien mangé depuis que tu t’es battu, n’est-ce pas ? »

« Mrrghhh... »

Grooooooooooooowl ! Aux mots de Þjálfi, l’estomac de Steinþórr avait émis un grand rugissement.

Bien que Steinþórr possédait une force monstrueuse, il était toujours humain. Après avoir combattu si longtemps, il était naturel qu’il ait faim.

« Je vais te faire préparer un char neuf et des vêtements de rechange, » déclara Þjálfi. « Je doute que leur patriarche se soit retiré à pied, donc de toute façon, tu en auras besoin. »

Steinþórr n’avait pas pu réfuter cette logique, alors il avait froncé les sourcils en silence.

Son vieux char était trop endommagé pour rouler maintenant. Il aurait pu en prendre un à l’un de ses officiers, mais cela aurait été mal perçu en tant que patriarche.

Ses vêtements étaient si tachés de sang qu’ils étaient aussi roux que ses cheveux. Pire encore, le sang avait commencé à sécher et à raidir ses vêtements. Il ne l’avait même pas remarqué jusqu’à ce que Þjálfi l’ait signalé, mais maintenant cela le rendait mal à l’aise de les porter.

La plus grande arme du Clan de la Foudre était le moral de ses troupes. Et Steinþórr avait instinctivement compris que c’était lui qui les avait inspirés. Il savait que s’il avait l’air pitoyable, cela découragerait ses hommes.

« Tch, je suppose que tu as raison. »

« Je suis content que tu comprennes. N’aie crainte. Cette fois-ci, notre ennemi est très solide. Les combats ne font que commencer. Nous aurons besoin de ta force à nouveau bien assez tôt, » déclara Þjálfi.

Steinþórr était assis au sol avec ses jambes croisées. « Hmph, si tu le dis. Je vais laisser Ving s’occuper de la poursuite. Maintenant, donne-moi à manger ! »

« Oui Sire, je vais t’apporter quelque chose tout de suite. » Þjálfi s’était incliné avec une révérence et s’était dépêché pour trouver de la nourriture.

***

Partie 8

Avant l’arrivée de Yuuto, le Clan du Loup avait perdu la plupart de ses batailles et avait été contraint de battre en retraite un nombre incalculable de fois. Chaque fois, il s’agissait de Skáviðr qui avait agi comme arrière-garde. La façon dont il s’était moqué de ses ennemis tout en tuant dans les rangs de soldats ennemis lui avait valu le titre de Níðhǫggr, le Boucher Ricanant.

C’était au cours de leur retraite, avec le Clan de la Foudre à leurs trousses, que ce faucheur de morts avait montré sa vraie force.

« Continuez à vous battre ! Personne n’est autorisé à battre en retraite jusqu’à ce que j’ordonne le contraire ! Si vous ne voulez pas mourir, alors battez-vous pour votre vie ! » Skáviðr avait continué à donner des ordres pendant qu’il embrochait des rangées de soldats avec sa lance. Bien que sa voix soit douce, elle provoquait une peur dans le cœur de ses hommes.

Pour une armée, le meilleur soldat était celui qui suivait les ordres. Une force qui se déplaçait comme une masse coordonnée avait de meilleures chances de victoire et un taux de pertes plus faible. Par conséquent, la discipline était roi.

Et Skáviðr était un homme qui avait publiquement exécuté des douzaines de personnes pour avoir désobéi aux ordres.

S’il donnait un ordre, il allait être suivi à la lettre. Tout le monde dans le Clan du Loup connaissait les conséquences de la désobéissance.

« N’oubliez pas que le Clan du Loup récompense la bravoure, » avait-il crié. « Tout soldat qui tombe aux champs d’honneur verra sa famille soutenue par le clan pour le reste de sa vie ! Vous savez tous que notre maître n’est pas du genre à rompre ses promesses ! »

Les membres du Clan du Loup le savaient très bien.

Yuuto avait appris de l’histoire de Wei Yang, et s’était assuré que les gens aient confiance en la loi. La façon dont il l’avait fait était d’avoir placé un tronc d’arbre à la porte du sud. Puis, il avait promis assez d’argent pour durer toute une vie si quelqu’un portait le tronc jusqu’à la porte du nord.

Naturellement, la plupart des citoyens ne l’avaient pas cru. Cela semblait trop beau pour être vrai, et ils n’avaient même pas pris la peine d’essayer de déplacer le tronc. Mais un homme curieux l’avait essayé sur un coup de tête. Comme promis dans son édit, Yuuto lui avait accordé une pile d’argent.

Il avait répété des actions similaires jusqu’à ce que le peuple du Clan du Loup ait implicitement confiance que toute promesse qu’il ferait serait tenue.

Si l’on menaçait de punir ceux qui désobéissaient, les individus deviendraient rapidement insatisfaits. Un leader avait besoin à la fois de la carotte et du bâton s’il voulait inspirer la loyauté de ses citoyens.

« Ne pensez qu’à l’ennemi devant vous. Combattez pour vos compatriotes, pour votre pays, et surtout, pour votre famille ! »

« Uwoooooooooooh ! » Les hommes de l’arrière-garde libérèrent un cri de guerre désespéré.

Ils savaient que s’ils essayaient de fuir, Níðhǫggr mettrait fin à leur vie. Il avait réussi à tenir tête à Mánagarmr, le Loup d’Argent le plus Fort, de sorte que les soldats moyens savaient qu’ils n’avaient aucune chance. Ils mourraient d’une mort honteuse en tant que déserteurs. Pire encore, on ne s’occuperait même pas de leur famille.

Au moins, s’ils mouraient au combat, leurs familles n’auraient pas faim, et ils seraient honorés par leurs camarades. Si l’enfer les attendait quand même, ils pourraient aussi bien choisir celui qui avait de meilleurs avantages.

Ils se battaient donc le dos au mur. Le désespoir leur donnait des forces. Ils s’étaient battus avec une telle férocité que les soldats du Clan de la Foudre, connus pour être les troupes les plus courageuses au service d’un patriarche qui ne craignait rien, avaient même faibli.

Le moral était essentiel pour gagner n’importe quel combat.

Normalement, lorsqu’une armée poursuivait un ennemi en fuite, c’étaient eux qui auraient l’avantage et qui tueraient facilement les traînards. Le droit de voler les armes et l’équipement de l’ennemi vaincu était la récompense que les soldats recevaient pour avoir risqué leur vie.

Mais personne ne voulait continuer à risquer sa vie après avoir déjà gagné. Ils voulaient juste prendre ce qu’ils avaient pillé et rentrer chez eux. Il allait de soi que leur moral commencerait à fléchir lorsqu’ils se demandaient pourquoi ils se battaient.

Juste au moment où ils étaient sur le point de se briser, un homme avec un marteau de guerre avait plongé dans la mêlée avec un cri fougueux. « Hors de mon cheminnnnnnn ! »

Il avait écarté les lances qu’on lui avait placées devant et il s’avança sur son char. Contrairement aux autres soldats du Clan de la Foudre, il n’avait pas peur de la détermination du Clan du Loup à se battre jusqu’à la mort.

« Est-ce que Steinþórr est revenu ? Non, ce n’est pas lui, » murmura Skáviðr.

Ce nouveau venu avait les mêmes cheveux roux flamboyant que le patriarche du Clan de la Foudre. Même son visage et son physique étaient semblables. Mais leurs âges étaient complètement différents. Alors que Steinþórr semblait avoir dix-neuf ans, cet ennemi était dans la fin de la vingtaine. De plus, cet homme n’était pas aussi intimidant que Steinþórr.

« Mais il est quand même fort, » déclara Skáviðr dans l’irritation.

Les soldats d’élite du Clan du Loup s’étaient jetés sur ce nouveau combattant, mais ils n’avaient même pas été capables de l’égratigner.

Il y avait des chances qu’il soit un Einherjar. Les soldats normaux n’auraient aucune chance.

« Éloignez-vous de cet homme ! Je m’occupe de lui ! » Skáviðr avait appelé ses hommes. Il avait finalement réussi à les réveiller suffisamment pour qu’ils se battent jusqu’à la mort ; il ne voulait pas que le moral sur lequel il avait tant travaillé soit ruiné par un seul homme.

Il avait enfoncé ses éperons dans son cheval et avait poussé sa lance sur le nouveau venu.

L’homme aux cheveux roux avait dévié la lance de Skáviðr et avait crié : « Ngh ! Alors tu es le général de l’arrière-garde ! Tu es très doué. En effet, tu fais un ennemi digne de ce nom ! Je suis VingeÞórr, l’homme qui t’enverra au Valhalla. Sculpte mon nom dans ton âme ! »

« Ah, donc vous êtes le frère stupide. Ça doit être dur, d’être commandé par votre jeune frère, » déclara Skáviðr en ricanant.

VingeÞórr s’était mis en colère. « Espèce de salaud ! »

Il semblerait que Skáviðr ait touché un point sensible. On pouvait voir comment il avait mérité son titre.

« Uwooooooooooooooooooooooh ! »

« Hmph ! »

VingeÞórr avait fait pleuvoir une tempête de coups sur Skáviðr. Bien qu’il se soit toujours tenu dans l’ombre de son frère cadet, VingeÞórr était quand même un grand héros connu même par le Clan du Loup. Il était l’Einherjar de Grídarvöl, la Massue Géante. Et comme son nom l’indiquait, ses coups avaient été les plus puissants que Skáviðr ait jamais ressentis.

« Quand il s’agit de force pure, vous avez même battu notre Loup d’Argent, » déclara Skáviðr froidement.

« Loup d’Argent ? Tu veux dire Mánagarmr. C’est la plus forte parmi une bande de faibles. Si mon frère n’était pas là, je serais l’homme le plus fort... Quoi !? Arg ! » Une douleur brûlante avait brûlé la poitrine de VingeÞórr.

La lance de Skáviðr lui avait transpercé le cœur.

VingeÞórr n’avait même pas vu le coup venir.

« Vous n’êtes même pas digne d’être mon ennemi. »

Le corps de VingeÞórr avait glissé hors du char lorsque Skáviðr avait retiré sa lance. Il n’avait même pas souri en enlevant le sang de son arme.

Les troupes du Clan de la Foudre regardaient le cadavre de leur chef. L’un de leurs plus grands héros venait d’être tué, et par un homme qui ressemblait à la Grande Faucheuse elle-même.

Tandis que les soldats du Clan de la Foudre hésitaient, l’armée du Clan du Loup avançait.

« U-Uwaaaaaaaaaaaaaah ! » L’un des soldats du Clan de la Foudre avait lâché son arme et s’était enfui.

Sur ce, le barrage avait cédé. L’un après l’autre, les soldats avaient commencé à fuir et à déserter.

« On dirait qu’on les a repoussés », avait dit Skáviðr. « Dans ce cas, il n’y a aucune raison de rester. Retraite, messieurs ! »

« Uwooooooooooooooooooooooooh ! Níðhǫggr ! Níðhǫggr ! Níðhǫggr ! » Les soldats du Clan du Loup avaient levé les armes et avaient acclamé leur chef, heureux d’avoir survécu.

Skáviðr avait servi d’arrière-garde dans d’innombrables batailles dans lesquelles ils s’étaient retirés. Il n’était même plus capable d’en tenir le compte. Malgré cela, il avait toujours survécu.

Cet homme sombre, à l’air sinistre, semblait avoir été évité par la mort elle-même. Mais c’était précisément pour cela que ses soldats l’avaient trouvé si fiable.

Parce qu’ils savaient qu’il les sortirait de n’importe quel piège mortel imaginable.

***

Partie 9

« Ving est mort !? » Steinþórr ne pouvait pas croire ce qu’il entendait.

Son frère avait huit ans de plus que lui, mais il l’avait bien servi, et ensemble, ils avaient fait du Clan de la Foudre ce qu’il était aujourd’hui. Et même dans Yggdrasil, où les liens des vœux étaient plus importants que les liens du sang, perdre quelqu’un qu’il connaissait depuis qu’il était enfant était encore un coup terrible.

« Aaaaahh ! Waaaaaaaaah ! » Steinþórr n’avait jamais été un homme qui pouvait cacher ses émotions, et malgré le fait qu’il y avait des personnes autour de lui, il s’était mis à sangloter bruyamment.

Il avait commencé à utiliser son marteau de fer pour écraser les roches et les arbres autour de lui. Il était exactement comme un enfant qui faisait une crise de colère, et personne ne pouvait rien faire pour l’arrêter.

« Þjálfi ! C’est ta faute ! C’est toi qui lui as dit de le faire ! »

« Je n’ai jamais pensé un seul instant que mon plan coûterait la vie à VingeÞórr... Les mots ne peuvent pas exprimer mon chagrin. »

« C’est vrai ! C’était ta faute ! C’est ta faute ! »

« Je suis désolé. »

« Tes excuses ne le ramèneront pas ! » Steinþórr avait enfoncé son pied dans l’estomac de Þjálfi.

Þjálfi s’était écrasé sur le sol et avait rebondi plusieurs fois avant de s’arrêter. Mais même après qu’il se soit arrêté de bouger, il était resté écrasé sur le sol, crachant du sang. Cela avait dû endommager ses organes internes.

« Je suis désolé ! Est-ce que ça va ? » Steinþórr avait crié. La vue de cet homme subissant tant de douleur semblait avoir ramené Steinþórr à la raison. Il s’était précipité sur Þjálfi et l’avait aidé à se relever.

« Non, comparé à la douleur de perdre ton frère, Père, ce n’est pas... gwah ! » Þjálfi avait essayé de cacher sa douleur, mais son corps ne l’avait pas laissé faire. Il s’était effondré à genoux, incapable de se tenir debout.

Þjálfi était renommé pour son corps solide, mais même lui pouvait à peine bouger. Steinþórr avait utilisé un coup de pied, pas son marteau, mais ses frappes étaient encore incroyablement puissantes.

« Je suis vraiment désolé », Steinþórr avait gémi. « C’est moi qui ai accepté ton plan, et c’est moi qui ai envoyé Ving là-bas... »

« Hahh... Hahh... Ne t’inquiète pas pour moi. Concentre-toi plutôt... sur la bataille devant nous. La mort de mon oncle a fait naître la peur dans le cœur des soldats. Cette fois, tu devras toi-même y aller ! »

« Bien sûr... bien sûr ! Tu as raison ! » La confusion enfantine s’était estompée du visage de Steinþórr’s, et une nouvelle fois, la convoitise de la bataille avait brûlé dans ses yeux.

Il devrait venger son frère. Il s’était juré de se venger, mais il devait d’abord s’inquiéter de ses hommes qui vivaient encore.

« Mais Þjálfi, tu dois te reposer, » avait-il ajouté.

« Quoi !? Je serai toujours à tes côtés... arghhh ! »

« Regarde-toi, toi-même. Je ne peux pas t’emmener au front comme ça, » déclara Steinþórr.

« M-Mais... ! »

« Si tu meurs, que dirai-je à Röskva à Bilskirnir ? Les liens du clan sont importants, mais aussi les liens du sang, » déclara Steinþórr.

Quand il avait dit à Sigrun qu’il ne pouvait pas se permettre de perdre cette personne si facilement, Steinþórr le pensait vraiment. Röskva, la sœur de Þjálfi, était un maître en politique qui avait fait un excellent travail pour régner sur le capital clanique. Ce n’était que grâce à eux deux que Steinþórr avait pu vivre la vie qu’il avait choisie et qu’il avait pu se concentrer sur le combat.

Il était encore jeune, et il voulait continuer à se battre pendant longtemps. Il ne pouvait pas se permettre de perdre l’un ou l’autre.

Après que son seigneur venait de perdre son propre frère, Þjálfi n’avait pas d’autre choix que d’obéir à ses paroles. Et il n’était pas assez stupide pour penser qu’il pouvait se battre alors qu’il était si gravement blessé. « ... Bien sûr, Sire. Au revoir, et bonne chance ! »

« La chance ? Je n’ai pas besoin de chance. Le seul chemin vers la victoire passe par la puissance ! » rugit Steinþórr.

« Hehe... alors je me reposerai, et j’attendrai des nouvelles de ta victoire. »

« Laisse-moi m’en charger », Steinþórr avait dit cela en toute confiance. « Je suis Dólgþrasir, le Tigre Affamé des Batailles, et je dévorerai tout ennemi qui se dressera sur mon chemin ! »

Steinþórr avait fait avancer son armée.

Le simple fait de se tenir à l’avant-garde avait eu un effet énorme sur le moral de ses soldats.

Aucun d’entre eux ne pouvait l’imaginer perdre. Il y avait une aura de puissance autour de lui, une aura qui disait aux soldats que s’ils le suivaient, leur victoire était assurée.

Yngvi du Clan du Sabot avait utilisé la peur pour garder ses soldats en ligne, mais Steinþórr avait inspiré une loyauté frénétique en faisant penser à ses hommes uniquement à la victoire.

L’armée poursuivait sa proie comme un tigre, jusqu’à ce qu’ils aient enfin réussi à apercevoir la queue du Clan du Loup.

Les forces du Clan du Loup étaient au milieu de la traversée de la rivière Élivágar.

Sur les rives de la rivière, Steinþórr avait vu un jeune homme aux cheveux noirs, ce qui était extrêmement rare à Yggdrasil.

« C’est lui ! » cria-t-il.

Tout comme les peuples indigènes d’Afrique, grandir dans un endroit avec peu de bâtiments pour obstruer leur vue donnait au peuple d’Yggdrasil une vision qui dépassait de loin celle des Japonais modernes. Même de loin, il pouvait lire l’expression du garçon.

Dans une bataille, traverser à gué une rivière était l’une des choses les plus dangereuses que l’on pouvait faire. Cela vous aurait ralenti et aurait fait de vous une cible facile pour l’ennemi.

Le garçon avait lâché un grand soupir avant de bâiller. Il était peut-être soulagé d’avoir traversé la dangereuse rivière avec succès. Si c’était le cas, il aurait baissé sa garde bien trop tôt.

« Hehe ! Je ne te laisserai pas t’échapper ! » Steinþórr avait fouetté ses chevaux et avait poussé son char à aller plus vite.

Beaucoup de soldats n’avaient pas encore traversé la rivière. Ils seraient les premiers à devenir sa proie. Il ne pouvait pas attendre de voir si le garçon serait encore en train de bâiller après ça.

« Alors vous êtes venu, Dólgþrasir. » Alors qu’il s’approchait du bord de la rivière, l’homme lugubre et sombre avait de nouveau bloqué son chemin. L’homme défendait leur arrière-garde, il était donc inévitable qu’ils se retrouvent ici.

La rage avait commencé à bouillir de l’intérieur de Steinþórr. « Skáviðr ! Je suis ici pour venger mon frère ! »

Il avait pointé son marteau droit devant et avait fait avancer son char droit vers l’homme.

Toutes les traces du patriarche facile à vivre du Clan de la Foudre avaient disparu. Il avait maintenant le visage d’un démon en colère, et l’aura de puissance qui l’entourait était plus intense qu’elle ne l’avait jamais été auparavant.

Mais son frère avait été célèbre pour son courage, et cet ennemi l’avait tué. Ce n’était donc pas un adversaire ordinaire. L’homme avait fait face aux flammes de la rage de Steinþórr avec un sourire froid.

Les troupes en furie du Clan de la Foudre et les troupes désespérées du Clan du Loup entrèrent en collision.

« Haaaaaaah ! » Avec un cri, Steinþórr avait fait tomber son marteau de fer sur son ennemi devant lui. Ce coup était beaucoup plus puissant que ceux qu’il avait utilisés lors de la dernière bataille.

Mais cette force étrange était réapparue, et son marteau avait dévié de sa cible.

« Haha ! »

« Woah ! »

Steinþórr avait bloqué la contre-attaque de Skáviðr avec la tête de son marteau. Il avait déjà combattu cet ennemi une fois. Sa technique était facile à bloquer, une fois qu’on savait qu’elle arrivait.

« Très bien ! Alors, qu’en dis-tu de ça... !? » Avec un cri de « Orah-orah-orah-orah !! » Steinþórr était passé à l’utilisation d’attaques rapides au lieu de coups puissants.

Le sens inné de la bataille avec laquelle il était né lui disait que cet adversaire était plus faible s’il était combattu avec beaucoup d’attaques rapides, au lieu d’une seule attaque forte. Il n’avait même pas besoin d’utiliser sa pleine force pour réussir. Son ásmegin contenait le pouvoir divin du Mjǫlnir, et il pouvait écraser n’importe quoi en une seule frappe, même réduite en puissance.

Ou du moins, c’est ce qui aurait dû être. Mais le membre du Clan du Loup se tenait toujours sur son chemin, et la lance dans sa main était toujours intacte.

« Il est rapide ! » Steinþórr marmonnait.

Et ce qui était pire, la lance de son ennemi visait les petites failles de ses attaques. C’était difficile à voir et plus difficile à bloquer. La bataille durait depuis un certain temps, mais son marteau n’avait presque jamais trouvé sa cible. C’était presque assez pour lui faire croire qu’il combattait un fantôme.

Mais il avait compris le truc.

« J’ai compris. Ton talent est de faire glisser mon arme. »

« Tout à fait. Je supposais bien que vous comprendrez, » soupira Skáviðr en frappant le marteau de Steinþórr depuis en bas au plein milieu de son attaque, l’envoyant vers le haut en produisant des étincelles.

Avant, il aurait profité de cette ouverture pour frapper, mais Skáviðr avait à la place donné un coup de pied dans le côté de son cheval et l’avait éloigné de Steinþórr.

Skáviðr avait haleté pendant ce temps. « Hahh... Hahh... Hahh... »

Steinþórr pouvait voir que l’homme était épuisé. Le visage de l’homme avait d’abord semblé sardonique et facile à vivre, mais maintenant il dégoulinait de sueur et d’épuisement.

Il pouvait comprendre pourquoi.

Les attaques de Steinþórr n’étaient pas censées être bloquées. Si vous le faisiez, vous détruiriez simplement votre arme. Ainsi, au lieu d’essayer de bloquer les attaques de front, son adversaire les déviait dans une autre direction, en protégeant son arme.

Ce n’était pas aussi facile que ça en avait l’air. La déviation d’une attaque de cette manière était beaucoup plus difficile que de simplement la bloquer, en particulier contre un ennemi d’une force inégalée comme Steinþórr. Le simple fait d’y penser suffisait à lui donner le vertige.

« Attends, je pensais que la louve aux cheveux argentés était censée être la plus forte », Steinþórr commenta. « Tu es bien plus fort qu’elle. »

« Je ne suis pas du genre à aimer être sur le devant de la scène. Et son style est bien plus beau que le mien, n’est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas, dans deux ans environ, elle sera vraiment plus forte que moi, » avait déclaré Skáviðr.

Il n’y avait pas de fausse gloire ou de vantardise dans ses paroles. Il semblait simplement dire la vérité. Si Sigrun était là, elle aurait pu faire une crise de colère.

« Wôw... Je suppose qu’il est temps. » Skáviðr avait tiré les rênes de son cheval et l’avait fait se tourner dans la direction de la rivière, puis l’avait fait s’avancer rapidement.

Les autres hommes de l’arrière-garde se servaient de leurs longues lances pour tenir à distance l’armée du Clan de la Foudre alors qu’ils commençaient à traverser eux-mêmes la rivière.

« Tu t’enfuis encore !? » Steinþórr avait crié.

« Notre armée a presque fini de traverser la rivière. Il n’y a aucune raison que je reste ici. »

« Je ne te laisserai pas me causer encore des ennuis... Quoi !? » Soudain, il avait vu une flèche dans le coin de son œil. Instantanément, il avait incliné la tête pour l’éviter.

« Haugspori est l’un des meilleurs archers du Clan de la Corne. Et il est très bon dans ça, » Skáviðr avait souri tout en conduisant son cheval dans l’eau.

Steinþórr s’était précipité pour le suivre, mais il avait vu un homme de l’autre côté de la rivière avec trois flèches placé sur son arc.

« Tch ! » Steinþórr avait utilisé son marteau pour les démolir.

Comme Skáviðr l’avait dit, seul un archer habile pouvait jouer un tour de ce genre et être précis sur une longue distance comme celle-ci.

Dans ce court laps de temps, Skáviðr avait déjà obtenu une bonne avance sur Steinþórr. Il allait très vite pour quelqu’un qui franchissait une rivière.

L’eau n’était peut-être pas aussi profonde qu’il l’imaginait. Il avait entendu dire que le patriarche du Clan du Loup avait consacré beaucoup d’efforts à l’irrigation pour étendre ses terres cultivées. Et en plus, il n’y avait pas eu beaucoup de pluie dernièrement.

« Suivez-moi, tout le monde ! » avait crié Steinþórr en tenant son marteau haut. « Ces lâches se croient en sécurité de l’autre côté de la rivière ! Montrez-leur la vraie terreur du Clan de la Foudre ! »

Traverser une rivière au combat était un acte dangereux, qui entraînerait de nombreuses pertes. Mais le Clan du Loup s’enfuyait et n’avait aucun moyen de les arrêter. S’ils se déplaçaient maintenant, le passage du guet serait facilement franchi. Il ne pouvait pas laisser passer cette opportunité.

***

Partie 10

« Ouf. On dirait qu’ils ont mordu à l’hameçon. » Alors qu’il regardait le jeune homme aux cheveux roux sauter dans la rivière, Yuuto avait poussé un soupir de soulagement.

Il avait entendu l’histoire de Tokugawa Ieyasu se salissant lui-même après que Takeda Shingen l’ait poursuivi dans la bataille de Mikatagahara, alors il pensait qu’il avait été préparé à ça. Mais il n’avait jamais imaginé qu’une retraite de combat était si angoissante. C’était bien pire que ce qu’il pensait.

« Beau travail, Yuuto ! » Albertina l’avait appelé en lui offrant une tasse d’eau obtenue à partir de l’estomac séché d’un mouton. Félicia étant partie, elle avait proposé d’être son garde du corps à sa place.

Yuuto avait pris la tasse et avait englouti avidement son contenu, puis s’était effondré dans un char.

« Je ne veux plus jamais aller à la pêche, » soupira-t-il en étirant ses membres.

Ils avaient utilisé « l’ermite pêcheur » — une stratégie où les forces d’une armée étaient divisées en trois parties. L’une d’elles devait battre en retrait devant les forces ennemies en servant comme appât, puis les attirait à l’endroit où les deux autres les attendaient. Puis le reste de l’armée les encerclera et les exterminera.

Cette stratégie aurait été inventée et mise en pratique par Shimazu Yoshihisa pendant la période des États belligérants du Japon.

Il y avait d’autres stratégies similaires dans le monde entier. Les Mongols auraient été maîtres dans l’utilisation de fausses retraites pour encercler et détruire l’ennemi.

La stratégie qu’il avait choisie pour cette bataille était une adaptation de cela.

De la façon dont Yuuto le voyait, la clé de la stratégie de l’ermite pêcheur se trouvait dans l’appât. S’ils couraient trop tôt, l’ennemi sentirait un piège. Ce n’était qu’après une vraie bataille que vous pouviez faire sentir à l’ennemi qu’il vous avait vraiment battu. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’ils n’auraient aucune idée qu’ils tombaient dans un piège soigneusement tendu.

À ce moment-là, toute incongruité ressemblerait à une coïncidence, quelque chose que l’on pourrait facilement ignorer quand on appuya sur la touche pour « tuer ».

Cela semblait facile, mais une retraite d’un combat pour attirer l’ennemi était extrêmement difficile. Toute retraite pourrait facilement se transformer en déroute totale.

Ce n’était que parce qu’ils étaient dirigés par Skáviðr, un homme qui avait vécu beaucoup de retraites de ce genre dans sa vie, et parce que l’accent mis sur les lois donnait au Clan du Loup un degré de cohésion qui était impossible à cette époque, qu’ils pouvaient même espérer y arriver.

« “Ne montrez jamais votre carte d’atout d’abord. Et si c’est le cas, assurez-vous d’avoir quelque chose d’autre dans votre manche,” » Yuuto s’était mis à cité pour lui-même. « C’est un bon conseil. »

C’était une réplique d’un manga populaire d’avant la naissance de Yuuto. C’était encore quelque chose que vous pouviez beaucoup trouver sur internet, et Yuuto l’avait vu plusieurs fois.

Il était vrai que la tactique « le Marteau et l’Enclume » était bien au-delà de toute autre tactique utilisée à l’heure actuelle. C’était Yuuto qui était en vérité l’atout du Clan du Loup.

Mais il n’y avait pas de garanties absolues dans ce monde. Vous ne pouviez jamais savoir comment une bataille allait se dérouler. S’il utilisait la même tactique encore et encore, l’ennemi finirait par trouver un moyen de s’y opposer.

Donc, au cas où, il avait pensé à une autre carte pour la mettre dans sa manche.

Une autre raison pour laquelle le plan avait été couronné de succès était la confiance absolue de ses soldats en lui, mais Yuuto ne s’en était pas encore rendu compte à cette époque.

« Très bien, je suppose qu’il est temps de mettre fin à tout ça », avait-il dit. « Tout le monde est-il prêt ? »

L’armée du Clan de la Foudre était aux trois quarts de l’autre côté de la rivière, et ils semblaient avoir presque atteint l’autre côté.

Cependant, le sourire sur le visage de Steinþórr avait soudain été remplacé par un regard empli de tension.

L’ennemi devait avoir creusé des tranchées, parce que l’infanterie légère était apparue de nulle part de l’autre côté, tenant d’étranges arcs dans leurs mains. Puis ils avaient commencé à faire pleuvoir des flèches sur les forces du Clan de la Foudre alors qu’ils traversaient la rivière.

« Tch ! » Steinþórr avait grogné alors qu’il fait tourner son marteau en cercle, empêchant la pluie de flèches de le frapper.

Mais les chevaux devant lui n’avaient pas eu autant de chance. On leur avait donné une armure pour cheval pour bloquer les flèches, mais celles-ci ne pouvaient pas arrêter les flèches en fer.

Avec un cri de mourant, ils étaient tombés dans la rivière sans jamais se relever.

« Gyah ! »

« Gfwah ! »

Les soldats du Clan de la Foudre derrière lui avaient crié en raison de l’agonie présente partout.

Steinþórr avait saisi fermement son marteau et il avait fait inconsciemment grincer ses dents.

« Il a tendu une embuscade pendant qu’on les poursuivait... C’était une erreur d’avoir baissé ma garde devant ce spectacle. Mais tes vieilles tactiques ne peuvent pas m’arrêter maintenant ! » Steinþórr avait crié en sautant en avant de son char, atterrissant sur le dos de l’un de ses chevaux tombés au sol et sautant de nouveau vers l’avant.

Il avait parcouru une distance aussi importante que la hauteur de trois ou quatre hommes en un seul bond, atterrissant fermement de l’autre côté.

« Maintenant, il est temps pour vous de payer pour avoir massacré mes hommes à distance comme des lâches ! Et vous allez payer de vos vies ! » cria le roux.

Les archers du Clan du Loup se figèrent de peur devant le hurlement du tigre, et ils ne firent pas le prochain tir. Ils étaient complètement dépassés par l’intensité de son aura.

« Hmph. Vous ne respectez pas exactement les règles, n’est-ce pas, Dólgþrasir ? » demanda l’homme aux cheveux longs, qui réapparaît devant lui.

« Hmm ? Tu ne vas plus t’enfuir, n’est-ce pas ? » Les lèvres de Steinþórr étaient devenues un sourire.

« Correct. Mon maître m’a donné l’ordre de vous arrêter ici. » Skáviðr avait baissé sa lance et avait chargé sur son cheval en plein sur Steinþórr.

Alors qu’il chargeait, son cheval commençait à se déplacer de plus en plus vite. C’était exactement ce que Steinþórr voulait.

« Penses-tu que tu peux faire ça ? » Le sourire de Steinþórr était celui d’une bête carnivore. Cet ennemi le fascinait, mais l’homme s’était déjà échappé deux fois, et il commençait à se sentir frustré. Il était très heureux de voir son ennemi venir à lui.

« Haha ! »

La lance était arrivée à la vitesse de l’éclair, mais Steinþórr avait attendu jusqu’au dernier moment pour esquiver, puis l’avait saisi par la poignée et avait fait tomber son marteau.

La lance de Skáviðr, qui avait survécu à tant d’attaques de Steinþórr, s’était facilement brisée.

Steinþórr avait jeté les restes de la lance qu’il tenait par-dessus son épaule et avait ri. « J’ai appris à contrer tes techniques. Il en faudra plus comme toi pour m’arrêter. »

« Ouais, je n’ai jamais pensé que je pourrais combattre un monstre comme vous seul, » répondit Skáviðr.

« Euh !? »

Alors que Skáviðr souriait, Steinþórr avait vu une femme qu’il reconnaissait derrière lui. Une valkyrie d’argent, tenant une épée bien au-dessus de sa tête. Elle le chargeait sur un cheval noir comme le charbon.

« Steinþórr ! Je suis venue vous faire rembourser pour la façon dont vous vous êtes moqué de moi ! » cria Sigrun.

« Haha ! Trop facile ! » Steinþórr avait facilement esquivé son attaque, mais quand il avait voulu la frapper après qu’elle soit passée derrière lui, ce qui ressemblait à un serpent noir l’avait fouetté et s’était enroulé autour de son marteau.

« Est-ce que ça irait si je participais aussi au jeu ? » Une fille avec de longs cheveux dorés et des vêtements amples qui semblaient n’avoir rien à faire sur un champ de bataille montait un cheval et tenait un fouet dans une main.

Il l’avait reconnue. C’était la fille qui se tenait à côté du patriarche du Clan du Loup. La force qui tirait sur son marteau était beaucoup plus grande que les bras minces d’une fille ne pouvaient produire. C’était clairement une Einherjar.

« Gaah ! Lâchez-moi ! » cria-t-il.

« Oh, mon Dieu, comme c’est dangereux, » déclara la nouvelle arrivante.

Pendant qu’il tirait fort sur le marteau, la fille avait laissé le fouet se détendre et se relâcher. Peut-être qu’elle savait qu’elle ne pouvait pas le battre dans une épreuve de force pure.

Mais Skáviðr avait profité de l’ouverture ainsi créée pour tirer et frapper avec la lame se trouvant avant ça à côté de lui. Et de l’autre côté, Sigrun avait frappé avec sa propre épée.

« Gwaaaah ! » Steinþórr avait gémi de douleur, car il avait été attaqué à la fois par le nouveau et l’ancien Mánagarmrs. Même lui avait été forcé de se placer sur la défensive contre ces attaques féroces.

Mais alors l’indomptable tigre qu’était le patriarche du Clan de la Foudre s’était mis à rire. « Ha ! Vous êtes trois, et c’est le mieux que vous pouvez faire !? »

« Qui a dit qu’on n’était que trois ? »

« Gwah !? » Steinþórr avait entendu le son de quelque chose sifflant dans l’air, et il avait rapidement fait bouger son corps. Il avait senti que quelque chose avait caressé ses joues.

« Ne nous oublie pas non plus, » le jeune homme à l’arc avait déclaré ça. « Nous avons une très vieille dette à vous faire rembourser. »

C’était le jeune homme qui lui avait déjà tiré des flèches de l’autre côté de la rivière. Haugspori, et il lui parlait.

Trois chariots étaient passés devant l’archer.

Ils avaient des lances attachées à leurs roues et ils avaient découpé tous les soldats du Clan de la Foudre qui avaient traversé la rivière.

Il avait reconnu la fille aux cheveux roses dans le char du milieu. Il s’agissait de la jeune patriarche du Clan de la Corne. Les deux hommes à ses côtés étaient musclés et très solides. Tous deux avaient des runes brillantes sur leur épaule gauche. Les quatre Einherjars du Clan de la Corne, les Brísingamen, étaient tous là.

« Vous êtes contre sept Einherjar », ricana Skáviðr. « Avez-vous toujours envie de rire ? »

Même s’il gloussait, Skáviðr n’arrêtait pas d’attaquer.

« Ngaaaaaaaah ! »

« Laissez-moi vous dire quelle est votre plus grande faiblesse. Vous voyez, vous êtes trop fort. Vos alliés derrière vous ne peuvent pas suivre, n’est-ce pas ? » Skáviðr avait raison.

L’eau n’était pas si profonde, mais elle montait jusqu’à la taille d’un homme. Et ils avaient également été exposés à une grêle de carreaux d’arbalète. La plupart des membres de l’armée du Clan de la Foudre avaient de la peine à avancer. Et tous ceux qui traversaient la rivière seraient confrontés aux chars des Einherjars.

Steinþórr avait été complètement coupé du reste de ses forces.

Avec un hurlement, l’homme mince du Clan du Loup avait lancé une attaque latérale.

Il était sur le point de le bloquer avec son marteau lorsqu’un frisson s’était abattu sur sa colonne vertébrale. C’était son instinct qui parlait. Steinþórr l’avait écouté en pliant son corps sur le côté, et la lame de la guerrière d’argent du Clan du Loup s’était élancée à travers l’espace qu’il avait fait.

Il avait bloqué la lame passant à côté de lui avec son bras et avait essayé de la faire tomber de cheval en faisant un virage serré, mais une flèche venant de son côté l’avait forcé à lâcher prise et cela l’avait repoussé.

***

Partie 11

Une fraction de seconde plus tard, Skáviðr l’avait attaqué avec une frappe vers le bas. Ils ne lui avaient même pas permis de se reposer un instant.

« Hyeah ! »

Le plus grand avantage d’un fantassin sur un cavalier était sa maniabilité, c’était pourquoi Steinþórr l’avait utilisé pour s’enfuir et échapper à leur portée d’attaques. Mais alors qu’il le faisait, le chef des forces du Clan de la Corne l’avait chargé du haut d’un char et l’avait attaqué avec une lance.

Les cheveux d’or se balançaient au bord de sa vision, et soudain, une chanson d’une beauté indigne d’un champ de bataille avait résonné tout autour d’elle.

La forme du chef des forces du Clan de la Corne avait été doublée.

« Tch ! Un galldr ! » Steinþórr avait fait claquer sa langue.

Des chansons enchantées comme celle-ci pouvaient donner divers effets magiques à leurs auditeurs. Bien qu’ils n’étaient pas significatifs, au combat, la légère différence qu’ils fournissaient pouvait signifier la vie ou la mort.

« Insolent ! » Se protégeant contre l’attaque de la silhouette émanant une grande intention meurtrière, Steinþórr avait rugi vigoureusement et avait neutralisé le sort.

Skáviðr s’était enfui. Steinþórr voulait s’en prendre à lui, mais l’homme savait qu’il n’aurait aucune chance en combat singulier, et augmentait déjà la distance entre eux. Si le galldr n’avait pas mis un délai sur son temps de réaction, Steinþórr aurait pu en venir à bout de ce combattant.

Alors qu’il serrait ses dents dans la frustration, un autre char portant le drapeau du Clan de la Corne le chargea de front.

« Hgaahh... Nh !? » Il avait levé son marteau en préparation, mais avait été gelé sous le choc lorsque le conducteur et l’Einherjar en étaient sortis.

Le chariot était maintenant vide, mais la perte de poids augmentait la vitesse de sa charge vers Steinþórr. Bien sûr, le cheval ne voulait pas s’écraser et être blessé, alors il avait vite fait demi-tour, sans se soucier de ce qu’était devenu le véhicule.

Avec des réflexes extraordinaires, il avait sauté puis il avait placé une jambe sur le bord du char et il avait bondi vers l’avant, annulant ainsi l’impact.

Après qu’il eut atterri sur le sol, mais avant qu’il puisse remettre sa posture en position, la louve argentée l’avait chargé avec un. « Steinþórr ! C’est votre fin ! »

La position diagonale du nihontou indiquait clairement qu’elle avait l’intention de le tuer par une frappe latérale. L’homme mince l’avait suivi, l’air assoiffé de sang.

Le Dólgþrasir avait été complètement acculé. Même les soldats du Clan de la Foudre, qui le connaissaient bien, en étaient pleinement conscients.

Cependant...

« Des personnes comme vous... » L’esprit combatif qui émanait du dos de Steinþórr avait grandi pour devenir encore plus fort et cela avait commencé à déformer l’air ambiant comme une brume de chaleur.

Le bras tenant le marteau avait commencé à gonfler.

« ... NE POURREZ JAMAIS ME FRAPPER ! »

Il avait fait tournoyer son corps, accumulant la puissance due à sa rotation, rassemblant toutes ses forces et canalisant les pouvoirs divins de Mjǫlnir. Puis il avait lancé cette puissante frappe sur le nihontou de Sigrun.

C’était peut-être l’attaque la plus puissante qu’il ait jamais déclenchée. Bien que la lame puisse le supporter d’une manière ou d’une autre, on ne pouvait pas en dire autant de la main de Sigrun. Elle avait été forcée de lâcher son nihontou, le laissant voler dans les airs.

Steinþórr avait ensuite frappé avec son marteau latéralement, cassant les deux pattes avant du cheval de Skáviðr. Un fouet s’était enroulé autour de sa main droite, mais il n’en avait pas tenu compte. Le commandant en second du Clan de la Corne s’était approché. Steinþórr avait à nouveau frappé avec son arme et avait pulvérisé l’épaule droite de l’homme.

Ne perdant pas un instant, il avait alors pris une pierre voisine dans la main et l’avait lancée vers un homme se préparant à lancer une flèche, brisant le dos de sa main.

Il avait terminé cela en sautant au sommet d’un chariot s’avançant et avait frappé le crâne du membre du Clan de la Corne Einherjar inconnu qui le chevauchait.

L’Einherjar, choqué et blessé, avait regardé le Tigre Affamé sauter, se tenait maintenant debout sur le sol alors qu’il s’était mis à rugir vers le ciel. « Je suis tombé dans le panneau, vous dites ? Ha ! Ne me faites pas rire ! Je suis le Dólgþrasir ! Tous les pièges s’effondrent devant ma puissance ! Kyah ha ha ha ha ! Ha ha ha ha ha ! HAAAAAAA HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA ! »

Couvert du sang frais de ses ennemis, Steinþórr avait exprimé un rire retentissant. Ni l’« homme » ni la « bête » ne semblaient lui convenir. Il était plus comme un monstre, déchaîné sur le monde par un dieu capricieux.

« Ça ne peut pas être..., » la voix de Félicia était rauque, alors qu’elle était épaissie par la surprise.

Ils étaient l’élite combinée du Clan du Loup et du Clan de la Corne. Étant ceux choisis par les dieux, ils avaient des pouvoirs qui les faisaient s’élever au-dessus des autres. Et pourtant, ils n’avaient pas encore réussi un seul coup sur cet homme. Ils ne pouvaient même pas l’égratigner. Non seulement cela, mais leurs efforts les avaient épuisés, les privant de leur potentiel pour d’autres batailles.

« Même nous sept n’avons pas pu le battre..., » l’expression de Sigrun était une expression de désespoir pur.

Elle avait consacré sa vie aux arts de la guerre aussi longtemps qu’elle pouvait se souvenir, et bien qu’elle ne se considérait pas comme la meilleure à Yggdrasil, elle avait pensé qu’elle se classerait au moins parmi les cinq premières.

Malgré cela, l’homme qui riait devant elle était tellement au-dessus de son niveau qu’elle ne pouvait même pas espérer l’atteindre.

 

 

« Tch. Il est certainement difficile à affronter, » crachait Skáviðr alors qu’il brossait les cheveux en sueur qui recouvraient son visage. Le sang coulait de son front, grâce à la blessure qu’il avait subie en tombant de son cheval. La longue bataille faisait aussi des ravages. Son visage était si empli d’épuisement qu’il ressemblait à un cadavre ambulant.

« Quoi ? Vous abandonnez comme les faibles que vous êtes ? » Steinþórr avait formé un sourire indomptable en frappant légèrement son épaule avec la poignée de son marteau. Sa respiration régulière montrait clairement que la férocité de la bataille jusqu’à présent ne le dérangeait pas du tout. L’homme n’était pas seulement à un niveau différent — il était dans un tout autre domaine.

Skáviðr soupira et secoua la tête. « Il semble vraiment qu’aucun effort n’a pu nous aider à sortir victorieux. Vous êtes un homme de valeur, digne d’être appelé le seigneur du champ de bataille. »

« Kyah ha ha ha ha ! Vous êtes tous capables, vous aussi. C’est la première fois que je suis confronté à une telle adversité. Soyez fiers de vous. »

« Fffffffffffff ! Ha ha ha ha ha ha ha ha ! » Skáviðr avait couvert son visage de sa main et avait hurlé de rire tout en faisant face au ciel.

« Pourquoi ce rire ? La peur t’a fait perdre la tête ? » Steinþórr avait soulevé un sourcil dans la confusion.

« Comment ne pas rire de vous ? » Skáviðr avait rétorqué. « N’avez-vous pas trouvé étrange que vous ne combattiez que nous et les archers, idiot ? N’avez-vous pas trouvé étrange que nous n’ayons pas notre infanterie ici ? »

« Quoi... !? »

« Ne vous ai-je pas dit que mon Maître nous a ordonné de vous bloquer ici ? En effet, nous ne sommes là que pour vous retenir. Sept Einherjars se sont rassemblés pour vous tenir à distance. Soyez fier de vous, » déclara Skáviðr.

Comme Skáviðr avait formé un sourire indomptable semblable à celui qu’il avait, Steinþórr avait réalisé que Sigrun et les autres Einherjars se retiraient systématiquement de la bataille.

Skáviðr, ayant perdu son cheval bien-aimé, avait sauté sur un chariot du Clan de la Corne et avait haussé la voix.

« Quelle que soit votre force, ce n’est rien d’autre que la rusticité d’une brute. Vous êtes insignifiant comparé à la grandeur de notre Seigneur, le chef des trois royaumes et maître du ciel et de la terre ! Tendez les oreilles, barbare ! Vous étiez trop pris dans la bataille pour ne pas remarquer l’écoulement du Jörmungandr ! »

Le grondement sourd avait tout à coup été entendu par Steinþórr, il était clair que l’homme ne faisait pas que bluffer. Le son devint peu à peu plus fort et plus sinistre, et assez tôt, un énorme mur d’eau entra dans son champ de vision.

« Quoi !? Une VAGUE !? »

« Permettez-moi de terminer en posant la question à nouveau. Votre esprit bestial a-t-il finalement compris que vous êtes tombé dans un piège, Dólgþrasir ? » Avec ces mots comme dernières paroles, Skáviðr s’était éloigné rapidement de la zone.

Alors que le mur gigantesque d’eau emplie de violence s’approchait rapidement de lui, Steinþórr ne pouvait même pas pourchasser ses ennemis qui fuyaient. Bien que la force de ses jambes était bien supérieure à celle d’un humain moyen, elle n’était pas à la hauteur de celle d’un cheval, et il était impossible d’échapper aux mâchoires du grand serpent d’eau qui allait s’écraser sur lui. Son marteau pouvait briser n’importe quoi, mais c’était exactement pour cela qu’il ne signifiait pas grand-chose contre l’eau.

La vue était écrasante, et même Steinþórr n’avait pas pu s’empêcher de rester bouche bée. C’était quelque chose contre quoi seul un dieu pouvait avoir une chance.

La nature n’était pas quelque chose que de simples humains pouvaient apprivoiser. Ils ne pouvaient que présenter des offrandes et des prières à leurs dieux, en espérant qu’ils les écouteraient. Steinþórr avait été choqué, incapable de comprendre comment son ennemi avait pu provoquer une telle chose.

Il y avait des cris semblant provenir des enfers se faisant entendre depuis derrière lui. Il se retourna pour voir les soldats de son clan désespérés face à la mort inéluctable.

Et un moment plus tard, avec un impact sans précédent, sa conscience avait été écrasée.

***

Partie 12

« Hé ! Beau travail. » Yuuto avait sauté du cheval d’Albertina et avait parlé à Linéa, qui regardait la rivière, en étant complètement abasourdie.

Le terrain en amont était trop accidenté pour les chars, alors il avait dû arriver ici avec l’aide de l’aînée des jumelles.

« Je n’ai jamais entendu parler d’une telle stratégie ! » s’exclama Linéa.

« C’est juste une stratégie de sac de sable. Je suis content que ça ait bien marché, » répondit Yuuto.

En voyant Steinþórr pour la première fois, Yuuto avait eu en tête Xiang Yu et Lu Bu, et cette impression n’était devenue plus forte qu’au fur et à mesure qu’il recueillait plus d’informations.

Xiang Yu, probablement le général le plus fort de l’histoire de la Chine, avait été d’une vaillance étonnante, sans pareil. À une époque où la force des choses était au rendez-vous, il avait été inégalé dans tous ses efforts militaires, remportant une victoire pour chaque bataille à laquelle il avait pris part. Le seul grand échec lui avait été occasionné par le brillant Han Xin, l’un des Trois Héros de Han. Et la stratégie du sac de sable était parmi les plus célèbres des stratagèmes intelligents qu’il avait utilisés.

C’était un plan splendide qui consistait à endiguer l’amont d’une rivière avec un barrage simpliste, à attendre que la force opposée traverse l’eau, puis à briser la construction, créant une crue éclaire puis à utiliser efficacement l’eau comme une arme.

« Vous pourriez être l’incarnation d’un dieu de la guerre, » avait dit Linéa avec admiration. « Vous aider dans ce domaine a été le plus grand honneur de ma vie. »

« N’êtes-vous pas un peu trop jeune pour dire ce genre de choses ? » demanda Yuuto en haussant les épaules.

Bien qu’il ait été celui qui avait présenté cette idée et pris la décision finale de l’exécuter, Linéa était celle qui l’avait polie et qui avait commandé le peuple. Elle les avait fait évacuer des dangers de la bataille, leur avait fait construire une clôture en bois pour traverser la rivière et leur avait fait jeter des sacs de blé remplis de terre dans l’eau, créant ainsi le barrage simple dont ils avaient besoin.

Bien sûr, ils n’avaient pas négligé de considérer qu’un manque d’écoulement notable pouvait rendre les ennemis suspects, alors ils s’étaient assurés d’optimiser la quantité d’eau qu’ils laissaient passer.

Linéa était aimée des habitants, excellait à les commander et avait une connaissance de l’irrigation et du génie civil en général. Sans elle, ce projet ne se serait pas déroulé aussi bien.

« Tout ça mis à part, était-ce vraiment bien ? » demanda Yuuto.

Après un moment de stupeur, sa sœur avait donné une réponse à laquelle il ne s’attendait pas. « Eh ? Oh, on a fait en sorte que la déconstruction soit sûre, donc nous n’avons pas eu de blessés. »

« ... Je vois. » Plutôt que de souligner l’évidence, Yuuto avait fermé les yeux et avait hoché la tête.

Ce plan avait probablement mis fin à plusieurs milliers de vies. Bien qu’il n’avait personne d’autre sur qui il pouvait compter pour cela, le fait qu’il l’avait impliquée dans quelque chose d’aussi sale avait créé une ombre dans son cœur.

Au cas où cela l’aurait inquiétée, il avait l’intention d’indiquer clairement que c’était sa propre responsabilité, mais elle n’avait pas du tout l’air de s’en soucier. Il ne pouvait pas dire si elle l’avait oublié à cause de l’exaltation de la victoire, ou si elle ne pouvait tout simplement pas se sentir comme une tueuse à moins qu’elle n’ait porté directement le coup mortel.

« Oh, j’aimerais vous remercier sincèrement de m’avoir donné une chance de venger mon père ! » Linéa avait ajouté ça avec enthousiasme. « Cela m’a aussi rendue plus confiante en moi-même. »

« Je suppose que c’est ce qui est normal dans ce monde, » murmura Yuuto.

« Hein ? » demanda Linéa.

« Ce n’est rien. Je suis heureux pour vous, » déclara Yuuto.

Pour se protéger et protéger son cher peuple, et pour venger le père bien-aimé qu’elle avait perdu, Linéa n’avait pas hésité à se battre et à prendre la vie de ses ennemis. Il ne s’agissait pas de ce qui était bien ou mal.

Même Linéa — ou peut-être parce qu’elle était comme ça — s’était battue pour ce qu’elle trouvait si naturellement qu’elle n’avait même pas pris le temps d’y penser. Et pour Yuuto, c’était digne d’éloges.

En fait, c’est lui qui s’était vautré dans le doute et la culpabilité.

« Je dois dire... Je ne m’attendais pas à voir quelque chose contre lequel le Dólgþrasir serait si impuissant. » Le ton de Linéa était alourdi et stupéfait lorsqu’elle regardait les restes du barrage.

« Je sais ce que vous voulez dire..., » Yuuto se souvenait parfaitement du grand tremblement de terre et du tsunami qui s’était produit au Japon il y a plusieurs années. Il avait regardé les nouvelles à ce sujet, et les scènes épouvantables qu’il avait vues à la télévision avaient été brûlées dans ses paupières.

Les individus étaient totalement impuissants face à la menace de la nature. Même s’il le savait — ou peut-être parce qu’il le savait — il l’avait utilisé pour une action si emplie de péchés que cela lui faisait grincer des dents.

L’enfer avait probablement une place pour lui, mais il avait décidé de continuer à avancer de toute façon. Pour le bien de ceux qu’il voulait protéger, et pour rentrer chez lui vivant.

« Talent naturel, pouvoirs empruntés aux dieux ou à Álfkipfer..., » murmura-t-il. « Eh bien, ça n’a pas vraiment d’importance. »

Dès le moment où il avait posé les yeux sur Steinþórr, Yuuto ne l’aimait pas du tout. L’homme l’avait agacé à tel point qu’il avait du mal à s’exprimer, mais il n’avait même pas su pourquoi jusqu’à ce qu’il ait parlé avec Linéa à Gimlé.

Cet homme lui avait rappelé à quel point il était lui-même un imbécile. C’était pourquoi il s’était assuré de l’humilier et s’était assuré qu’il était prêt pour cela.

Yuuto avait même des plans supplémentaires au cas où les ennemis auraient compris le plan du barrage.

Il avait placé sa main sur la lame à côté de lui et avait formé un sourire d’autodérision. « Je ne vais pas perdre face à des idiots qui s’énervent juste parce qu’ils ont accès à une ou deux tricheries. »

 

☆☆☆

 

« Oh mec, j’ai totalement perdu ! Ce type est fou ! » Le jeune homme aux cheveux roux était étalé sur la rive de la rivière, regardant le ciel sans nuages.

Il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait — il s’était simplement réveillé.

Il avait essayé de se lever, mais la douleur qui brûlait tout son corps l’avait fait se coucher à nouveau. Il avait probablement subi de nombreuses blessures importantes pendant qu’il était sous l’eau, et il était clair qu’un certain nombre de ses os étaient brisés.

Bien qu’il ait survécu à de nombreuses batailles sans avoir la moindre égratignure, il était maintenant complètement battu et couvert de plaies. Cela prendrait certainement un certain temps avant qu’il soit capable de bouger librement son corps à nouveau.

Il avait quand même eu de la chance de finir comme il était actuellement. C’était vraiment une situation de vie et de mort, et même lui était surpris de pouvoir encore respirer.

Ce n’était peut-être rien d’autre que le caprice d’un dieu, mais maintenant qu’il avait survécu, il devait faire payer à ses ennemis pour l’humiliation qu’il venait de subir.

« À part ça, comment est-ce que je reviens... ? Oh, peu importe. Que des détails... »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire