Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 6

***

Acte 5

Partie 6

Steinþórr frappait avec son marteau de guerre. « Raaaaaaaaaaaaaaah ! »

Le sang avait taché son corps de rouge, ce qui avait donné naissance à une soif de sang encore plus grande. Peu importe qui l’affrontait, peu importe le nombre d’ennemis, il ne pouvait pas être submergé. Il piétinait tout sur son passage avec sa force inégalée.

« Il n’y a vraiment pas de fin pour eux », murmura-t-il.

Un groupe de soldats s’était précipité vers l’avant, comblant le vide qu’il avait réussi à créer dans leur formation. Leur coordination était impressionnante.

Une fois en place, ils avaient fait pleuvoir un déluge de lances sur lui.

Même Steinþórr ne pouvait pas esquiver une attaque aussi parfaitement coordonnée. Il avait été forcé de s’arrêter sur son avancée et de se concentrer sur la neutralisation des armes qui s’approchaient de lui.

Bien que les lignes ennemies étaient écrasées chaque fois qu’il chargeait vers l’avant, ses attaques imprudentes signifiaient que ses alliés ne pouvaient pas non plus avancer. Le Clan de la Foudre, qui attendait en réserve, ne pouvait pas non plus utiliser toute sa puissance.

« Hmph, pas la peine de s’inquiéter des détails. C’est maintenant juste un test d’endurance ! » déclara Steinþórr.

Pour chaque ennemi qu’il avait frappé, un autre était venu prendre leur place. Pourtant, leur nombre ne pouvait pas être infini.

L’endurance de Steinþórr’s n’était pas non plus infinie. Il ne pouvait pas continuer à se battre éternellement. S’il battait en retraite, ou s’il était vaincu, le Clan du Loup écraserait le Clan de la Foudre en un rien de temps.

L’issue de cette bataille dépendait de lui. Le fait de savoir cela était suffisant pour lui.

« Hehe hehe ! Ça commence enfin à devenir amusant ! » Steinþórr avait essuyé le sang de son front et avait souri d’une manière sauvage. La tension qui accompagnait le fait de savoir que la victoire ou la défaite dépendait de ses actions avait été très vivifiante.

Steinþórr était vraiment à la hauteur de son titre de Tigre Affamé de Batailles. Il semblait être l’incarnation même de la guerre. Au cours de ses trois années de patriarche, il avait passé trois mois dans sa capitale, Bilskirnir. Le reste du temps avait été passé sur le champ de bataille. Mais il n’avait jamais été satisfait.

Il avait soif d’un vrai défi, quelque chose que ses ennemis n’avaient jamais été capables de lui donner. La seule fois où il avait ressenti un peu d’excitation, c’était lorsqu’il avait affronté Yngvi du Clan du Sabot.

Par égard pour cela, et pour le fait qu’on lui avait présenté une fille qui lui plaisait, il avait prêté le Serment du Calice avec eux. Mais en y repensant maintenant, c’était une erreur. Parce qu’à l’époque Steinþórr n’avait eu personne de digne de se battre contre lui.

Alors qu’il envisageait de rompre le serment, il avait entendu dire que Yngvi avait péri au combat. Il aurait péri aux mains de l’un des clans les plus faibles, le Clan du Loup. Il avait été contrecarré par leur patriarche, un jeune garçon adolescent. Le Clan du Loup était si faible que Steinþórr avait oublié qu’ils existaient.

Comment leur patriarche avait-il réussi à vaincre Yngvi, surtout avec une si petite armée ? Naturellement, cela avait piqué l’intérêt de Steinþórr. Heureusement pour lui, le goði lui avait secrètement demandé de détruire le Clan du Loup, car il soupçonnait le clan d’amener le Ragnarök dans Yggdrasil.

Cela devait être le destin. Steinþórr ne doutait pas que ce jeune homme lui avait été envoyé par les dieux comme un obstacle sur la route de ses conquêtes.

Voyant l’occasion, il avait forcé le goði — dont il avait déjà oublié le nom — à le laisser rencontrer l’homme qu’il voulait voir mort.

Il n’attendait pas grand-chose, c’est pourquoi il avait été surpris. Il avait eu la chair de poule pour la première fois de sa vie en rencontrant ce patriarche. Il était certain qu’il aimerait se battre contre lui.

Et maintenant, toutes ses attentes avaient été comblées.

Jamais de sa vie il n’avait connu un bain de sang aussi palpitant.

Mais toutes les bonnes choses devaient avoir une fin. Plus quelque chose était agréable, plus vite elle passait.

« Retraite ! Retraite ! » Une voix forte avait traversé le champ de bataille, et une série de gongs sonores a retenti en provenance du camp du Clan du Loup.

Steinþórr avait cessé de se battre pour reprendre son souffle, et avait regardé le Clan du Loup battre en retraite. « Hmph, on dirait que c’est ma victoire. Mais tu es un gamin impudent. »

C’était une retraite bien structurée et ordonnée.

Steinþórr pouvait dire que les troupes étaient bien entraînées. En fait, il y avait une ou deux choses que ses troupes pouvaient apprendre de cela. Il s’était rendu compte maintenant que c’était l’impressionnante coordination du Clan du Loup qui lui avait causé tant d’ennuis.

Steinþórr avait repéré le général ennemi qui criait des ordres à cheval, près de l’avant de ses forces. « Ne paniquez pas ! Maintenez la formation et battez en retraite aussi vite que possible ! »

Le général ennemi était un homme au visage pâle et mince qui avait déstabilisé Steinþórr. Il semblait être celui qui dirigeait cette splendide retraite. Malgré le danger de sa mission, il était resté calme.

Steinþórr n’avait pas pu s’empêcher d’être impressionné par le calme de son ennemi.

« Mais ça veut dire que si je le tue, leur formation s’effondrera. » Les lèvres de Steinþórr’s s’étaient recroquevillées en un sourire méchant.

C’était logique d’affaiblir sa proie avant d’aller la tuer. Et la difficulté de la chasse avait permis d’obtenir un assaisonnement parfait. Il n’y avait pas de plaisir dans une victoire facile. La victoire n’était gratifiante que si elle était le fruit d’une bataille âprement disputée. Ce n’était qu’à ce moment-là qu’elle serait aussi sucrée qu’elle devrait l’être.

Steinþórr savait que cette victoire serait plus douce que n’importe quel vin. C’est pourquoi il avait refusé de laisser sa proie s’échapper. Quiconque se mettait en travers de son chemin serait éliminé.

« Haaaaaaaaaaaaaaaah ! » Avec un énorme bruit de soufflet, Steinþórr avait sauté vers l’avant.

Il avait appris de l’incident avec le Loup d’Argent. Il savait qu’un soldat à pied était désavantagé par rapport à un ennemi à cheval. Mais quelque chose d’aussi insignifiant qu’un « désavantage » ne signifiait rien pour lui.

Il avait saisi son marteau de guerre à deux mains et l’avait balancé de toutes ses forces. Il s’attendait à ce que quelqu’un d’aussi faible que cet homme soit vaincu d’un seul coup. Cependant — .

« Quoi !? »

Jusqu’à ce moment, il avait toujours manié son marteau avec autant de talents que ses deux bras et ses jambes le lui permettaient. Mais une force étrange l’avait soudainement tirée vers l’avant, traînant Steinþórr avec elle.

« Hmph ! »

« Wôw !? »

L’adversaire de Steinþórr avait profité de sa surprise, et avait frappé vers le cou de Steinþórr avec sa lance. Steinþórr avait à peine réussi à esquiver.

Trois autres frappes avaient suivi juste après ça.

Incapable de résister à cet assaut, Steinþórr avait sauté en arrière.

« Tu es plutôt bon. Quel est ton nom ? » Steinþórr avait léché ses lèvres par anticipation. C’était la première fois que l’une de ses attaques était déviée. Non pas esquivé ou bloqué, mais dévié. Sa passion de la bataille s’était enflammée en lui. Qui que soit cet homme maigre, il était résistant.

« On m’appelle Skáviðr. Je suis honoré par vos louanges, mais je n’ai pas l’intention de vous combattre ici. »

« Quel homme froid ! Allons, amusons-nous bien. »

Bien que le tigre soit avide de sang, Skáviðr s’était simplement moqué de lui et avait fait retourner son cheval.

« Hé, attends ! »

« Ooh, regardez ça ! Du fer, du fer, à perte de vue ! Si vous en emportez chez vous, vous serez riche au-delà de vos rêves les plus fous !... Hehe, adieu, » Skáviðr avait fixé du regard vers Steinþórr avec un sourire triomphant et il avait galopé au loin.

« Graaah ! » Bien qu’ils l’aient appelé le Dólgþrasir, il n’y avait aucune chance que Steinþórr puisse réellement courir aussi vite que le tigre. Ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas courir après Skáviðr. Il avait serré ses dents dans la frustration d’avoir laissé son ennemi s’échapper.

Ce qui avait rendu Steinþórr encore plus furieux, c’était que son adversaire s’était moqué de lui. Il avait osé regarder de haut le Tigre Affamé de Batailles. Il n’y avait rien de plus humiliant que d’être regardé de haut à cheval.

« Maudit sois-tu ! Ne crois pas que je te laisserai t’échapper de... » Steinþórr cria au loin pendant qu’il se retournait et voyait ce qui se passait.

Les soldats du Clan de la Foudre ignoraient complètement le Clan du Loup, qui avait terminé sa retraite. Ils se concentraient entièrement sur le butin devant eux. C’était une règle universelle que les vainqueurs d’une bataille pilleraient les objets de valeur de leurs ennemis vaincus. En fait, la plupart des soldats n’avaient participé à la guerre que pour pouvoir partager le butin.

Il existait d’innombrables traces de batailles qui avaient été perdues parce que les soldats avaient cessé de se battre et avaient commencé à piller. La plus célèbre d’entre elles était peut-être la bataille de Gaugamela qui avait été livrée entre Alexandre le Grand et Darius III de Perse.

Au début, l’armée persane semblait avoir l’avantage. Mais après avoir percé les lignes macédoniennes, les soldats avaient bien plus eu envie de piller le quartier général ennemi qu’à couper la retraite d’Alexandre. En conséquence, ils avaient laissé passer la victoire entre leurs doigts et avaient subi par la suite l’une des plus grandes défaites de l’histoire.

Même Jules César, d’où venait le terme « kaiser », avait subi de nombreuses défaites humiliantes parce que ses soldats avaient désobéi aux ordres et avaient été pillés à profusion.

Tout cela avait prouvé qu’il était presque impossible d’empêcher les soldats de laisser la cupidité prendre le dessus.

Skáviðr avait fait cette annonce à la demande de Yuuto précisément parce que Yuuto savait qu’il arrêterait l’ennemi.

En ce moment, le champ de bataille était jonché de flèches que le Clan du Loup avait tirées, et brisé ainsi que les lances et les boucliers que Steinþórr avait détruits. Tous ces objets étaient faits de fer, un métal vénéré à Yggdrasil comme un cadeau du ciel, beaucoup plus précieux que l’or ou l’argent. Yuuto n’avait clairement vu aucune raison de ne pas les utiliser pour gagner du temps pour sa retraite.

« Grrr, poursuivez-les, bande de bâtards ! Allez-y ! » L’ordre de Steinþórr s’était répandu sur le champ de bataille, mais en vain.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

Laisser un commentaire