Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Acte 4

Partie 2

Le lendemain matin, Yuuto s’était dépêché de préparer son départ de Gimlé.

Il devait retourner à Iárnviðr aussi vite que possible, mais avant cela, il y avait encore beaucoup à faire.

Il avait déjà demandé à Félicia de rédiger les documents nécessaires et de les envoyer dès le matin, par pigeon voyageur, à Jörgen à Iárnviðr.

Étonnamment, l’histoire des pigeons voyageurs remonte à très loin. Il y avait des descriptions sur des tablettes d’argile sumérienne datant d’environ 5000 ans avant notre ère, qui décrivaient leur utilisation. Et, jusqu’à ce que les premiers télécopieurs soient inventés au milieu du XIXe siècle, ils demeuraient la méthode la plus rapide de correspondance écrite ou dessinée.

Quant à leur utilisation actuelle dans Yggdrasil, cela n’allait pas au-delà de l’attachement de la vigne ou de la tige de certains types de plantes à la patte du pigeon, qui servait de code et ne pouvait transmettre que des informations très simples et limitées. Ce n’était après tout pas comme si on pouvait demander à un pigeon de porter une tablette d’argile avec un vrai message.

Ainsi, le message par pigeon n’était pas un moyen de communication très apprécié, et la plupart des pigeons domestiqués étaient élevés comme source de nourriture.

Mais avec l’avènement du papier, l’envoi de textes plus détaillés était devenu possible. La vitesse de croisière d’un pigeon voyageur était d’environ 50 à 70 kilomètres à l’heure. Il arriverait probablement dans la journée, beaucoup plus vite qu’un messager à cheval.

Pour l’instant, seul le Clan du Loup possédait ce moyen de communication rapide. Les jumelles, qui étaient parties pour le territoire du Clan de la Foudre, avaient aussi reçu plusieurs pigeons.

Le taux de retour d’un pigeon voyageur était d’environ 60 %. Donc s’ils avaient besoin d’envoyer un message et voulaient être absolument sûrs de son arrivée, ils auraient besoin d’utiliser tous leurs pigeons, et ne pourraient communiquer qu’une seule fois. Mais Yuuto avait confiance que la jeune jumelle, Kristina, serait capable de faire le bon jugement dans cette situation.

Linéa s’approcha de Yuuto et parla juste au moment où il avait fini de donner à Olof des instructions détaillées sur ce qu’il devait faire après son départ. « Grand Frère, je pense aussi retourner à Fólkvangr pour commencer à préparer mon armée. »

Il y avait de la bravoure dans sa voix, et une lumière était revenue dans ses yeux qui montraient qu’elle avait retrouvé un peu de maîtrise d’elle-même. Elle avait dû pouvoir mettre beaucoup de choses derrière elle après une nuit de repos.

« Ce n’est peut-être qu’un peu, mais je veux que vous me permettiez de vous remercier pour la bataille contre le Clan du Sabot ! » déclara Linéa.

Il semblait qu’elle s’était réveillée dans l’action, incapable de se permettre de rester faible pendant que son frère faisait face à une crise, et Yuuto lui en était reconnaissant.

« D’accord, je suis — . » Yuuto avait commencé à hocher la tête, puis s’était arrêté. Il avait mis la main à la bouche alors qu’il plongeait dans ses pensées.

Au bout d’un certain temps, Yuuto semblait ne parler à personne en particulier. « Alors la récolte du blé est déjà terminée, et si le terrain ici est comme ça, alors... oui, je devrais en être doublement sûr, juste pour être à cent pour cent sûr. »

« Grand Frère ? » demanda Linéa.

Yuuto se tenait complètement immobile, fixant un seul point dans l’air. Alors que Linéa l’appelait, il s’était soudain tourné vers elle.

« Linéa, partez rassembler les troupes avec Rasmus. J’ai une autre faveur à vous demander. Normalement, ce n’est pas quelque chose que je devrais demander au patriarche d’un clan différent... mais c’est quelque chose que vous seule pouvez faire, » déclara Yuuto.

« Seulement moi ? » demanda Linéa.

« Exact, » Yuuto avait attrapé Linéa par les deux épaules.

Son visage était devenu rouge vif et elle avait détourné son regard de celui de Yuuto, mais il était trop excité pour le remarquer.

Il avait rapproché son visage encore plus près du sien, et avec des yeux sérieux, il lui avait parlé avec un enthousiasme fébrile. « Vous êtes la seule sur qui je peux compter pour ça, personne d’autre que vous ne peut le faire ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre!

Laisser un commentaire