Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 3

***

Acte 3

***

Acte 3

Partie 1

« Luu la laa laa ! ♪ » de derrière Yuuto venait une voix qui chantait faux, accompagnée d’un vent rugissant.

La voix appartenait à Albertina, alors qu’elle s’amusait joyeusement pendant qu’elle chevauchait son cheval.

Quant à la sœur de la jeune fille, Kristina, elle chevauchait aux côtés du char de Yuuto, jetant parfois des regards chaleureux dans la direction de sa sœur et laissant échapper un rire ou deux.

« Wôw, c’est pratique, » s’exclama Yuuto, impressionné par la vitesse beaucoup plus élevée que la normale de son char.

C’était une technique qui combinait les pouvoirs des deux jumelles. Kristina chevauchait le long du char et elle utilisait la puissance du Silencieux des Vents, Veðrfölnir, pour faire disparaître tout vent venant de face, tandis qu’Albertina chevauchait derrière eux et elle avait utilisé la puissance du Provocateur des Vents, Hræsvelgr, pour créer un vent fort venant de l’arrière.

Grâce à cela, ils étaient sur la bonne voie pour arriver tôt à destination.

« Je suis heureuse de voir que c’est à votre goût, » répondit Kristina. « En échange de votre Serment du Calice, je pourrais vous promettre d’agréables voyages à partir de maintenant. »

Yuuto secoua la tête. « L’offre est assez attrayante, mais pas assez. Je ne vous le donne pas encore. »

« C’est décevant, » avait-elle fait remarquer ça, bien qu’elle ne semblait pas vraiment déçue.

Les deux filles étaient actuellement traitées comme les invitées de Yuuto.

La fête annuelle de la moisson s’étant terminée avec succès et sans incident, Yuuto s’était préparé à inspecter le nouveau territoire qu’il avait gagné lors de la bataille avec le Clan de la Corne lorsqu’elles lui avaient demandé de l’accompagner.

« Si vous pouviez utiliser ce pouvoir pour affecter également le champ de bataille, ce serait vraiment pratique, » avait ajouté Yuuto.

« Nous aimerions pouvoir le faire, » répondit Kristina. « Cependant, nous ne pouvons contrôler les vents que dans notre environnement immédiat. »

« C’est décevant. » Yuuto soupira et haussa les épaules.

Pouvoir contrôler les vents du champ de bataille au niveau tactique aurait un avantage incommensurable. On pourrait utiliser les vents contraires pour réduire la portée des flèches ennemies et augmenter la portée de ses propres flèches avec des vents arrière. Avec un vent arrière constant, on pourrait aussi facilement installer des pièges et des stratégies pour tuer l’ennemi par le feu.

Mais le fait d’avoir quelques pouvoirs surnaturels n’avait pas changé le fait qu’un Einherjar était encore humain. Il était injuste d’attendre d’elles des capacités aussi inhumaines et puissantes.

« Décevant... Merde, je m’habitue trop à Yggdrasil. » Yuuto frissonnait en réalisant que ses pensées s’étaient immédiatement tournées vers la violence.

Dans les deux années qui suivirent son arrivée, le Clan du Loup avait été en état de guerre presque tout le temps, donc c’était inévitable, mais Yuuto s’inquiétait un peu de la façon dont les choses se dérouleraient une fois rentré chez lui.

« Nous ne devrions plus avoir à aller à la guerre... n’est-ce pas ? » murmura Yuuto.

Il avait reçu de multiples sources d’informations selon lesquelles plusieurs clans subordonnés au Clan du Sabot s’étaient séparés et avaient déclaré leur indépendance à la mort d’Yngvi.

On pourrait supposer que ces nouveaux clans fragiles n’envahiraient pas le Clan de la Corne pour l’instant.

« Oui, c’est grâce à toi, Grand Frère, » déclara Félicia. « Je n’aurais jamais imaginé que le jour viendrait où nous pourrions faire un voyage de loisir ensemble comme celui-ci. Bien que la présence d’une troisième roue, ou plutôt deux fait de toutes ces choses quelque chose d’un peu boueux, » avait-elle ajouté dans un murmure.

« C’est une inspection, pas des vacances, » lui répondit Yuuto avec un sourire ironique.

Malgré cela, il était vrai que Yuuto lui-même se sentait beaucoup plus insouciant et détendu par rapport aux nombreuses fois où il était parti au combat.

« Pourtant, cet idiot de Steinþórr m’inquiète toujours. Je ne sais pas trop comment le dire, mais j’ai un mauvais pressentiment vis-à-vis de lui, » Yuuto soupira lourdement après avoir dit ça.

Après la rencontre fatidique avec son nouveau voisin, Yuuto était retourné à Iárnviðr et s’était immédiatement mis à recueillir des informations sur Steinþórr et son Clan de la Foudre. Ce qu’il avait compris au sujet de l’homme connu sous le nom de Dólgþrasir, le Tigre Affamé de Batailles, c’était à quel point sa force était absurde.

Steinþórr avait assumé le rôle de patriarche du Clan de la Foudre il y a trois ans, à l’âge de seize ans seulement. Le héros du Clan du Sabot, Yngvi, avait mené une invasion, mais Steinþórr l’avait magistralement chassé de là.

Après la bataille, il avait prêté le Serment du Calice pour devenir frères avec Yngvi, et avec la menace de leur nord neutralisé, le Clan de la Foudre avait commencé leur expansion vers l’est. Les petits clans environnants avaient été écrasés l’un après l’autre, et en seulement trois ans, la force militaire du Clan de la Foudre avait plus que doublé. Pendant tout ce temps, ce jeune homme roux s’était constamment battu sur les lignes de front, mais on disait qu’il n’avait subi aucune blessure, pas même une égratignure.

Yuuto voulait croire que c’était juste une hyperbole volontairement propagée à d’autres nations comme une vantardise de force, mais dans tous les cas, Steinþórr n’avait pas de cicatrices visibles sur son corps.

Malgré le fait que les différents adversaires qu’il avait attaqués comprenaient sans doute aussi des guerriers Einherjars, ses victoires ne laissaient rien d’autre à dire, si ce n’est que ce jeune homme était un monstre.

« Je suis sûre que tout ira bien, Grand Frère. Après tout, il semble qu’il a vraiment pris goût à toi, » se moquait Félicia en riant malicieusement.

Il n’était pas nécessaire d’être aussi observatrice qu’elle pour remarquer que Yuuto avait des sentiments bien moins agréables envers Steinþórr ; quiconque avait été présent dans cette salle du rituel en aurait été bien conscient.

« Franchement, arrête avec ça, » Yuuto avait froncé les sourcils, vraiment bouleversés.

Dès leur première rencontre, il y avait quelque chose chez ce jeune homme intrépide que Yuuto ne supportait pas. Rien que d’y repenser avait provoqué une douleur nauséabonde dans sa poitrine.

Ce n’était pas vraiment parce que Steinþórr était grossier et arrogant. Si cela avait été la raison, Yuuto aurait été plus ennuyé par la façon dont Kristina et Albertina s’étaient d’abord comportées. Yuuto avait pensé que c’était peut-être à cause de la façon dont sa jeune sœur Linéa avait été ridiculisée, mais même cela n’était pas suffisant pour expliquer la haine viscérale qu’il ressentait à l’égard de l’homme.

Se trouvant incapable de comprendre la raison de son irritation, cela dérangeait encore plus Yuuto, ce qui augmentait la haine qu’il ressentait à l’égard de Steinþórr. C’était un cercle vicieux classique.

« Mais si tu effectuais le Serment du Calice avec lui, la paix du Clan du Loup serait assurée, n’est-ce pas ? » Félicia avait dit.

« Arg. » Yuuto gémit, grimaçant comme s’il venait d’avaler quelque chose de dégoûtant.

Il préférerait franchement mourir plutôt que de devenir frère avec cet homme, mais en tant que patriarche, Yuuto ne pouvait pas se laisser à prendre des décisions basées uniquement sur des sentiments personnels. S’il pensait à la prospérité future de son pays, c’était naturellement une option qui devait être sur la table et cela même si le simple fait d’imaginer ça était suffisant pour donner la chair de poule à Yuuto en raison de sa répugnance.

***

Partie 2

La ville de Gimlé avait été construite près de l’intersection de deux rivières : la rivière Körmt, la grande rivière centrale dont les eaux nourrissaient la grande région d’Álfheimr, et la rivière Élivágar, un affluent plus petit descendant des montagnes abruptes de Þrúðvangr qui formaient un coin du « Toit d’Yggdrasil ».

Une partie du mur entourant la ville s’était effondrée, et les ouvriers avec leur torse nu et brûlé par le soleil posaient de nouvelles briques. En regardant dans la ville proprement dite, on pouvait voir que dans plusieurs endroits le long de la rue principale, les charpentiers étaient occupés à réparer des maisons. Tous les membres de la population qui marchaient le long de la rue principale, des femmes et des enfants aux personnes âgées, travaillaient ensemble pour transporter plus de briques d’un bout à l’autre de la ville.

« C’est une réalité de la vie à la guerre. Ne t’inquiète pas à tort à ce sujet. » Les paroles de Félicia étaient prévenantes, mais un nuage restait au-dessus du cœur de Yuuto.

« Oui... Je le sais, » déclara Yuuto avec un peu d’autodérision. Il regardait la ville, gravant la scène dans ses yeux. Rien qu’à la regarder, sa poitrine se serrait en raison de la culpabilité, mais c’était une raison de plus pour qu’il s’en souvienne.

Il devait se souvenir de l’image des gens qui avaient souffert à cause de ce qu’il avait fait.

La citadelle forteresse au centre de la ville était encore endommagée ou détruite dans certaines zones, et avait été laissée exposée aux éléments d’une manière qui continuait à mettre en évidence les ravages de la guerre. C’était parce qu’on avait donné la priorité à la reconstruction de la ville proprement dite et qu’il n’y avait pas assez de main d’œuvres pour tout faire en même temps.

Cette forteresse était celle que Yuuto avait attaquée et capturée pendant la guerre avec le Clan de la Corne. Comme la forteresse elle-même était la cible, il s’était efforcé d’éviter des dommages excessifs à la ville, mais il avait été difficile de l’éviter complètement.

« C’est une grande ville, n’est-ce pas ? » murmura Yuuto, se retournant vers Félicia.

« Oui, j’ai entendu dire que sa population dépasse celle d’Iárnviðr, » répondit Félicia.

« Elle semble assez riche en ressources, » déclara Yuuto.

« En effet. À l’époque, c’était tellement incroyable que cela m’a laissé sans voix. » Félicia avait poussé un petit soupir d’admiration.

Il n’y avait plus aucune trace après la récolte d’automne, mais à l’époque où il avait pris la forteresse, tout le paysage à l’extérieur de la ville avait été couvert de blé doré, s’étendant à perte de vue. Les gens du pays avaient apparemment appelé cette vue Iðavöllr, « les Champs Lumineux ». Du point de vue d’un membre du Clan du Loup, dont le territoire se trouvait surtout dans les contreforts des montagnes avec un sol rocheux impropre à l’agriculture, la vue devait être plus captivante que n’importe quels lingots d’or ou bijoux.

« Pour ma part, je pousse un soupir de soulagement à l’idée que notre propre situation alimentaire est sur le point de s’améliorer de façon spectaculaire, » déclara Yuuto.

Actuellement, le Clan du Loup compensait ses pénuries alimentaires par le commerce. Ils avaient été incapables d’éviter d’acheter à un taux relativement élevé, et étaient parfois dans le rouge financièrement afin d’approvisionner leurs citoyens. Et au départ, les pays avec lesquels ils commerçaient n’avaient pas vraiment d’excédent de production alimentaire. Une mauvaise saison de récolte ferait monter en flèche la valeur marchande, et il y avait une chance qu’il n’y en ait pas assez pour le commerce. Yuuto voulait permettre au Clan du Loup de se pourvoir de sa propre production alimentaire.

« Hey hey hey, Seigneur Yuuto... » Albertina tirait sur son manteau, et Yuuto se retourna pour la trouver avec un regard absolument pitoyable.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » avait-il commencé à dire. Cependant, l’estomac d’Albertina avait poussé un grognement vif et tonitruant, et il se doutait du reste de sa demande.

Tenant une main sur son estomac, Albertina avait souri, embarrassée.

Le ciel commençait déjà à briller avec le soleil couchant. Cela devait faire un certain temps qu’ils avaient mangé le déjeuner, sans parler du fait qu’elle avait utilisé la puissance de sa rune pour créer des vents arrière pour pousser le char de Yuuto pendant tout ce temps. Alors cela n’était pas surprenant qu’elle ait eu de l’appétit.

« Oh, tu es tellement désespérante, Al, » déclara Kristina. « Je suppose qu’il n’y a rien pour faire face à ça. Alors, j’ai encore du pain que j’ai gardé du déjeuner, donc... »

« Vas-tu me le donner !? » demanda Albertina.

« Je vais bien sûr moi-même le manger, » Kristina avait fourré les restes de pain dans sa bouche en une seule fois et avait commencé à mâcher furieusement. C’était un gros morceau de pain, donc ses deux joues étaient gonflées comme celles d’un écureuil.

« Ah... ahhh... ahhhhhhhh... » Albertina était tombée dramatiquement à genoux, tendant un bras à sa sœur en vain, les larmes coulant le long de son visage. Elle pleurait comme si c’était la fin du monde.

En regardant cette réaction, Kristina avait l’air absolument extatique, comme si elle se mettait à flotter dans les airs. Comme toujours, elle était entièrement dévouée à s’en prendre à sa sœur.

« On va vous trouver de la nourriture très bientôt, alors ne pleurez plus. » Yuuto, se sentant un peu désolé pour Albertina, lui avait caressé le sommet de sa tête, touchant un peu ses cheveux. Ils étaient arrivés à Gimlé plus tôt que prévu grâce à elle, et il voulait absolument lui offrir un bon repas.

« Wahhhh ! Merci infiniment…, » Albertina lui avait pris la main et l’avait abondamment remercié.

Pendant ce temps, sa sœur avait répondu par une objection froide. « Oh, mon Dieu. Seigneur Yuuto, pourrais-je vous déranger en vous demandant de ne pas la nourrir sans ma permission ? »

La bouche de Kristina souriait, mais pas ses yeux. On dirait que ce n’était pas si facile à résoudre.

Yuuto n’avait pas pu s’empêcher de faire un sourire ironique.

Quoi qu’elle puisse dire face à ça, Kristina avait attendu pour faire une scène en mangeant devant sa sœur jusqu’à ce que la ville soit juste en face d’eux, quand ils seraient en mesure d’obtenir quelque chose à manger sans trop attendre. Yuuto avait le sentiment que s’il n’avait vraiment plus de nourriture sans pouvoir en obtenir plus, elle aurait donné la dernière bouchée de sa propre nourriture à Albertina.

« Franchement, vous êtes une fille tordue, » déclara Yuuto.

***

Partie 3

« Alors, on dirait que vous avez vraiment des problèmes avec ça, » avait déclaré Yuuto.

« Oui, Sire. » L’homme d’âge moyen assis en face du bureau de Yuuto avait incliné sa tête à plusieurs reprises, essuyant la sueur de son front avec un petit chiffon. « C’est juste qu’il y a quelques différences par rapport à ce à quoi nous sommes habitués, et, euh... »

Il était censé être dans la trentaine, mais il avait dû voir sa part de problèmes, car il avait l’air beaucoup plus âgé. Ses cheveux bruns avaient déjà des zones de blanc, et il y avait des lignes de rides épaisses gravées sur son visage.

L’homme s’appelait Olof. Il était le quatrième officier du Clan du Loup et le nouveau gouverneur chargé de la gestion de la ville de Gimlé.

Il n’avait pas de réalisations particulièrement remarquables associées à son nom, mais il avait obtenu son grade actuel en accomplissant toutes les missions ou les requêtes qui lui avaient été confiées sans fanfare ou plainte, et avec le temps, son dévouement long et inébranlable avait fait de lui un général apprécié et expérimenté.

On s’attendait à ce qu’une décision sur un territoire nouvellement annexé apporte sa part de problèmes, et Yuuto avait déterminé qu’un homme connu pour ses résultats simples, mais solides serait le mieux adapté à la tâche. Mais même pour Olof, cela semblait avoir été difficile à naviguer dans ses eaux troubles.

« Mais même ainsi, nous devons faire en sorte que ce système Norfolk soit mis en œuvre d’une manière ou d’une autre, » déclara Yuuto.

« J’ai tout donné pour y arriver, Sire, mais je crains de ne pas avoir été à la hauteur. » Olaf inclina de nouveau la tête. « Je suis vraiment désolé. »

« Non, c’est bon, je comprends que c’est difficile. » Yuuto agita les mains, essayant de rassurer Olof qui était en train de s’excuser. « Je sais que ça va être dur, mais continuez d’essayer. »

Le système de Norfolk était un système agricole à quatre rangs dans lequel quatre cultures différentes (orge, trèfle, blé et navets) étaient plantées dans quatre champs, puis leurs positions étaient alternées avec la nouvelle plantation chaque année.

Au XVIIIe siècle, l’augmentation extrêmement rapide de la productivité agricole, en grande partie grâce à l’utilisation généralisée de cette technique de rotation des cultures, était devenue la deuxième révolution agricole.

Jusqu’à l’avènement de ce système, il était difficile de préparer une quantité suffisante de fourrage pour tout le bétail domestique et, à l’approche de l’hiver, il était courant d’abattre la plupart d’entre eux, ce qui empêchait de conserver un grand nombre de bêtes.

Pour Yuuto, cela signifiait qu’en préparation de l’hiver prochain, il voulait au moins élaborer un plan de plantation de navets et de trèfle. Les navets serviraient de fourrage pour le bétail pendant l’hiver, tandis que le trèfle nourrirait le bétail et aiderait à renouveler le sol.

« Le plus grand problème pour nous, » expliqua Olof, « C’est que cette ville a été sous le contrôle du Clan de la Corne pendant de nombreuses années, et que les habitants d’ici en sont venus à les aimer et à les apprécier. Donc, ils ne regardent pas trop favorablement notre règne. »

« Je vois, » déclara Yuuto en hochant la tête. « C’est normal. Après tout, le Clan de la Corne a beaucoup amélioré leur vie ici. »

Le père de Linéa était connu familièrement sous le nom de Gullveig, « le Héros d’Or », et il semblait que ce nom n’était pas exagéré. Linéa elle-même était si dévouée au bien-être de son peuple qu’elle était prête à s’offrir en sacrifice pour eux. Il était probable qu’elle avait appris ce sens de la dévotion par les enseignements de son père et en observant son exemple.

« Oui, Sire, » avait déclaré Olof. « Et quand des étrangers comme nous arrivent à ce moment-là, exigeant qu’ils changent les pratiques transmises de génération en génération, il est très difficile d’obtenir qu’un seul d’entre eux nous prête l’oreille... »

« Oui, ce sera le cas lorsque vos coutumes agricoles auront été transmises depuis des centaines d’années... » Yuuto n’avait pas pu s’empêcher d’être d’accord avec le point de vue d’Olof, soupirant amèrement et croisant les bras.

Dans la « société de l’information » du XXIe siècle d’où venait Yuuto, les progrès technologiques étaient pratiquement mensuels, voire quotidiens. Mais dans les temps anciens, il y avait souvent eu des périodes de plusieurs centaines, voire des milliers d’années sans changement significatif ou révolutionnaire, où les gens continuaient simplement à utiliser la technologie et les pratiques qui leur avaient été transmises.

Par exemple, même si le concept de combat à cheval avait déjà vu le jour vers 1 000 ans avant Jésus-Christ, il avait fallu 700 ans avant que l’embout buccal soit inventé, et 1 400 ans avant l’avènement de l’étrier moderne.

« Il n’y a rien de plus difficile à prendre en main, de plus périlleuse à conduire, ou de plus incertain dans son succès, que de prendre l’initiative avec l’introduction d’un nouvel ordre des choses... C’est ainsi. » Avec un peu d’ironie, Yuuto avait cité de mémoire Le Prince de Machiavelli.

Dans ce livre, Machiavelli avait poursuivi en disant : « Parce que l’innovateur a pour ennemis tous ceux qui sont bien dans les anciennes conditions, et des défenseurs tièdes chez ceux qui pousse ces nouvelles conditions. »

Et c’était l’agriculture, le cœur et le fondement des moyens de subsistance des individus. Un échec signifierait qu’ils n’auront peut-être rien à manger l’année suivante. Yuuto pouvait comprendre pourquoi les habitants de Gimlé réfléchiraient à deux fois avant de faire confiance à quelque chose de nouveau.

Au moment où il avait essayé de mettre le système en pratique avec le Clan du Loup à Iárnviðr, Yuuto s’était déjà construit une réputation avec plusieurs réalisations pour le clan, et il avait gagné la confiance des autorités de haut rang dans le clan comme Félicia et Jörgen. Et ces autorités du Clan du Loup avaient déjà toute la confiance des citoyens. C’était la seule raison pour laquelle il avait été capable d’implémenter même une version partielle du système aussi facilement qu’il l’avait fait.

Gimlé était, à cet égard, un territoire ennemi, et de l’autre côté de la frontière de la rivière Élivágar se trouvait le territoire du Clan de la Foudre. S’il n’était pas prudent dans la gestion des émotions de la population locale, au pire, cela pourrait conduire à une révolte, créant une ouverture fatale dans les défenses du Clan du Loup et invitant à l’invasion.

« Il n’y a rien de plus difficile à gérer que les émotions humaines », grogna Yuuto, puis il soupira.

« Vous avez raison, Sire, » Olof avait laissé sortir un accord sévère et solennel.

Puis ils avaient échangé des regards et tous les deux avaient fait un rire ironique.

Quelle que soit la logique, quel que soit le résultat attendu ou l’amélioration, sans la capacité d’influencer le cœur humain, toute nouvelle idée n’était rien d’autre qu’une tarte dans le ciel.

Les connaissances du XXIe siècle n’étaient, à la fin de la journée, rien de plus que cela. Combien de temps lui avait-il fallu pour apprendre ce simple fait ?

« Bon sang. Alors, qu’est-ce qu’on peut faire ? » en pleine perte, Yuuto avait fixé le plafond.

Il ne savait pas qu’une solution à ce problème qu’il pensait extrêmement difficile à résoudre était déjà en train de se précipiter vers lui depuis une direction inattendue.

La question de savoir si cette solution serait souhaitable ou non pour lui était tout à fait différente.

***

Partie 4

« Grand Frère ! C’est bon de vous revoir après tant de temps ! » Linéa avait parlé d’une voix forte.

« Euh, ouais, c’est bon aussi de vous revoir, Linéa. » Pris au dépourvu par l’arrivée soudaine de sa petite sœur assermentée dans la citadelle, Yuuto lutta maladroitement pour lui retourner son salut.

Cela faisait environ cinq jours que Yuuto était arrivé à Gimlé. Il avait visité divers endroits de la ville, posant des questions indirectes aux résidents, et venait tout juste de commencer à se rendre compte de la difficulté des problèmes auxquels il était confronté.

« Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Yuuto avec son visage tendu.

Ce n’est pas qu’il ne l’aimait pas ; en fait, il aimait bien Linéa. Mais pour l’instant, elle était la personne qu’il voulait le moins voir.

Grâce à l’expertise de Félicia, Yuuto avait réussi à gagner du temps pour réfléchir, mais même avec tout ce temps, il n’avait pas réussi à trouver un moyen diplomatique et sans conséquence pour refuser son offre de mariage. Il s’agissait de quelque chose pour laquelle il se creusait toujours la cervelle.

« À l’origine, cette ville était sous la domination du Clan de la Corne, » expliqua Linéa. « Bien sûr, j’ai une foi absolue que vous pouvez apporter la paix et la prospérité au peuple d’ici, Grand Frère ! C’est juste que c’est quelque chose à laquelle j’ai beaucoup pensé, et... Quand j’ai appris que vous viendriez ici, j’ai pensé que c’était une grande opportunité. Euh, et... Grand Frère, je voulais aussi vous voir..., vous aussi. »

Quand elle avait dit la dernière partie de sa phrase, la voix de Linéa avait semblé hachée et cela s’était estompé jusqu’à un murmure. Son visage était devenu rouge vif, et elle avait regardé vers le bas, embarrassée.

Yuuto était presque incapable de distinguer les mots... presque. Il pensait à quel point il se sentirait mieux s’il ne les avait pas entendus et il avait maudit son ouïe.

Il n’avait absolument aucune idée de la façon de faire face à cette situation.

Au cours des deux dernières années, il s’était plongé avec fébrilité dans l’étude du gouvernement, de l’économie et de la science militaire, mais il n’avait pas eu le temps d’apprendre à connaître ce qu’il fallait faire dans les relations avec les femmes. Et ce n’était pas comme s’il avait une expérience de vie sur laquelle s’appuyer. Il n’était qu’un novice, comme beaucoup de jeunes hommes de son âge.

« Si c’est possible, j’aimerais bientôt entendre votre réponse…, » avec ses deux index pressés l’un contre l’autre, Linéa lui demanda ça d’une petite voix. Mais ses manières vraiment douces, même adorables, ne faisaient que pousser l’épée qui était la conscience de Yuuto d’autant plus profondément dans son propre cœur.

« Ahhhh ! Donc en ce qui concerne ce, euh…, » le visage de Yuuto était tellement dans un état de sueur froide qu’on pourrait le confondre avec un crapaud tout frais sorti de l’eau.

Je dois trouver une excuse... ! L’esprit de Yuuto s’était affolé, mais il n’y avait aucune chance qu’il trouve quelque chose d’utile alors qu’il n’avait pas été capable de le faire après tout ce temps.

« Grand Frère ? » demanda Linéa.

« Euh... Hmm Hmm Hmm... »

« Je suis terriblement désolée, Grande Sœur Linéa, » déclara Félicia en inclinant la tête. « En vérité, une autre proposition de mariage nous est venue du Clan de la Griffe, et comme il s’agit d’une question politique délicate, nous espérons que vous nous accorderez un peu plus de temps. »

Finalement, c’était encore une fois de plus la talentueuse adjudante de Yuuto qui était venu à son secours dans un moment de désespoir.

« Qu’avez-vous dit au Clan de la Griffe ? » Secoué, le visage de Linéa passa de celui d’une jeune fille amoureuse à celui d’un patriarche calme. Elle avait posé son regard sur Félicia, la pressant pour les détails, quand...

« Juste ici, c’est moiiiii ! » Albertina avait levé la main et avait crié énergiquement.

« C’est du moins ce qu’elle dit, mais elle n’est rien de plus qu’une concubine, et je suis la candidate au mariage, » avait ajouté Kristina.

« Ehh !? Mais techniquement, je suis la sœur aînée, Kris ! » cria Albertina.

« La capacité et le mérite font tout dans ce monde, Al. Hehe hehe hehe…, » Kristina s’était mise à ricaner comme une dirigeante maléfique dans une fiction.

Pour quelqu’un qui avait déclaré carrément qu’elle ne s’intéressait pas au mariage, il semblait qu’elle était prête à tout pour taquiner sa sœur.

« Grr, de penser que Grand Frère vous a laissé l’accompagner dans sa tournée d’inspection... Si vous avez déjà gagné sa faveur de cette façon, je ne peux pas vous prendre à la légère, » avec une expression effrayante, Linéa avait fait un pas instable en arrière.

Il semblerait qu’elle supposait que Yuuto avait amené les jumeaux comme ses « maîtresses préférées » ou quelque chose du genre. En réalité, elles s’étaient obstinément décidées à venir de leur propre gré.

« G-Grand Frère ! » Linéa avait crié. « Avec tout le respect que je vous dois, le Clan de la Corne est plus grand que le Clan de la Griffe en termes de force nationale. Je pense qu’il est évident que l’un d’entre nous mènerait à une meilleure prospérité pour le Clan du Loup. »

« Oh, mon Dieu ! Essayez-vous de piéger un homme avec des richesses matérielles ? » Kristina ricanait. « Vous ne devez vraiment pas avoir confiance en vous en tant que femme. Heehee. »

Kristina avait placé une main sur sa bouche et avait gloussé hautainement, dans le style de votre personnage de femme maléfique typique.

Elle s’amusait bien. Alors que sa cible principale était bien sûr sa sœur, il semblerait qu’elle aimait aussi interagir de manière sadique avec les personnes en général.

C’était vraiment une fille ayant un mauvais caractère.

« Rrrrgh ! » regardant Kristina, Linéa avait grogné, probablement incapable de trouver une réponse à ses railleries.

« Heehee. » Kristina avait encore gloussé. Elle semblait heureuse de voir à quel point Linéa avait été frustrée, mais aux yeux de Linéa, il fallait que Kristina ait l’air de jubiler sur ses perspectives de mariage.

« Grr... ! » Le visage de Linéa s’était tordu de déplaisir. Cette réaction de sa part était encore plus un régal pour Kristina, mais elle ne s’en rendait pas compte.

« Plus important, Linéa, vous vous inquiétiez de l’état de la ville, n’est-ce pas ? » Yuuto avait essayé en toute hâte de changer de sujet.

En partie, c’était parce qu’il se sentait désolé pour Linéa, mais surtout parce qu’il avait déterminé que ce sujet était trop dangereux. Ce serait un vrai problème pour lui s’il était révélé qu’il avait essayé de renvoyer les jumelles chez elles. Il voulait que Linéa continue de penser qu’il luttait pour décider entre les offres de mariage des deux clans.

Pour Yuuto, c’était comme s’il jouait le rôle d’un homme qui s’enchaînerait à plusieurs femmes et ne s’engagerait jamais.

De retour à la maison au 21e siècle, je pensais que les imbéciles dégoûtants comme ça étaient les pires, alors comment ai-je fini en tant que tel ? se lamentait-il à lui-même.

« Oh, euh, oui, » déclara Linéa, semblant revenir à la raison devant les mots de Yuuto. Elle avait cessé de menacer Kristina et sa sœur. Revenant à ses premières manières courtoises, elle se tourna vers Yuuto. « En venant ici, j’ai pris la liberté de voir l’état de la ville, et j’ai été soulagée de voir que la reconstruction semble bien se dérouler. »

« C’est honteux à admettre, mais la vérité, c’est que ça ne se passe pas si bien que ça, » avait admis Yuuto.

« Vraiment !? » s’écria Linéa.

« Oui, » dit Yuuto. « Il semble que les dirigeants précédents étaient assez étonnants dans leur travail. »

« Ah... ! ! C’est, euh, qu’est-ce que je peux dire…, » Linéa avait failli faire surgir un large sourire, puis s’était arrêtée, l’air désolé. Même ainsi, sa modestie ne pouvait pas cacher complètement le bonheur présent dans ses joues, créant ainsi une expression assez mélangée.

Yuuto avait trouvé la vue réconfortante alors qu’il continuait à lui expliquer la situation. « Donc, à cause de cela, il y a quelque chose que j’ai voulu mettre en pratique ici, mais nous n’arrivons pas à obtenir l’accord de quiconque, et nous sommes dans une impasse. Je suppose qu’il n’y a pas d’autre solution que de commencer par gagner leur confiance lentement et régulièrement, n’est-ce pas ? » Yuuto avait levé les deux mains dans un large haussement d’épaules.

La hâte produit du gaspillage, comme le disait la célèbre expression. Ce n’était pas parce qu’il avait des connaissances du 21e siècle que les choses iraient toujours comme il l’entendait. Même si cela ressemblait à une longue route frustrante, il allait devoir marcher à chaque pas.

« Au fait, c’est quoi comme plan ? » s’était enquise Linéa. « Si cela va, seriez-vous prêt à me le dire ? »

« Hmm, que dois-je faire... » Yuuto n’avait hésité qu’un instant. « Ahh, bien sûr, pourquoi pas ? Donc, le truc c’est que... »

Yuuto avait donné à Linéa une explication approximative du système de rotation des cultures de Norfolk.

À une époque où il n’était pas exagéré de dire que la force nationale d’un pays était équivalente à sa productivité agricole, la mise en pratique de ce système apporterait des avantages incommensurables.

Il avait hésité un peu sur la question de savoir s’il était juste de donner des connaissances aussi précieuses à quelqu’un d’un autre clan, mais il avait décidé de lui dire. Ce n’était pas parce qu’il en était venu à aimer Linéa ou qu’il voulait apporter le bonheur aux citoyens du Clan de la Corne, bien qu’il ne pouvait nier qu’il avait aussi ce genre de sentiments naïfs. Non, en tant que patriarche, il avait une raison plus pratique pour sa décision.

Le Clan de la Corne avait récemment subi un sérieux déclin de la force nationale. Dans leur défaite face au Clan du Loup, ils avaient perdu un grand nombre de soldats et une bonne partie des terres fertiles, dont Gimlé. Et lors de leur dernière guerre avec le Clan du Sabot, leurs terres occidentales avaient subi beaucoup de dégâts. D’un point de vue géopolitique, le Clan de la Corne était ce qu’on pourrait appeler un état tampon, protégeant le côté ouest du Clan du Loup des nombreux autres clans qu’il borde. C’était comme si Tokugawa Ieyasu avait été pour Oda Nobunaga.

Maintenant qu’ils avaient formé une alliance, il ne serait pas très bon pour la sécurité nationale du Clan du Loup de laisser le Clan de la Corne s’affaiblir trop.

« Oh... Ohhhh... » Linéa hocha la tête et laissa échapper des soupirs d’émerveillement les uns après les autres lorsque Yuuto expliquait le système de rotation des cultures. Au moment où il avait terminé, elle était si profondément émue qu’elle avait tremblé d’excitation et avait commencé à le louer sans relâche. « Woooooooooooooooon ! Incroyable ! Incroyable !! C’est trop incroyable ! Non seulement vous pouvez gagner au combat, mais vous pensez même à des idées splendides comme celle-ci ! Je vous admire du fond du cœur ! Grand Frère, je pense que votre sagesse surpasse celle des dieux dans les cieux ! »

« Non, je n’y ai pas vraiment pensé, » avait dit Yuuto, en reculant face aux féroces louanges de Linéa.

À l’intérieur, il avait aussi été gêné pour une autre raison. Yuuto n’avait jamais vu une personne émotionnellement émue à un niveau aussi profond par une simple explication scientifique. Les humains ne pouvaient pas comprendre quelque chose qui était trop éloigné des limites de leur propre bon sens. Dans Yggdrasil, planter les champs tous les deux ans était encore une pratique courante. Bien que le système Norfolk ait déjà produit des résultats définitifs dans le monde de Yuuto, il n’y avait toujours pas de précédent ici.

Avec une proposition qui semblait beaucoup trop belle pour être vraie, il était normal que les gens se méfient de la fraude, et il y en avait beaucoup qui pouvaient réagir avec colère, prétendant que les dieux ne permettraient pas un tel blasphème.

« Je comprends !! » Linéa s’était soudain levée, et avec un visage plein de détermination, elle s’était donné un coup de poing dans la poitrine. « Pour mon Grand Frère, et plus que tout, pour les habitants de Gimlé ! Même si je suis indigne, moi, Linéa, je ferai tout mon possible pour vous aider ! »

***

Partie 5

« Ohh, c’est Lady Linéa ! Lady Linéa est là ! » s’écria un homme.

« Merci beaucoup d’être venue ici pour nous voir, » avait ajouté une femme. « C’est merveilleux d’avoir la chance de revoir votre visage. »

« Voici quelques pommes que nous avons récoltées. S’il vous plaît, assurez-vous d’en profiter au maximum. »

Les habitants de Gimlé adoraient Linéa d’une manière que l’on pourrait appeler religieuse. C’était presque comme s’ils la voyaient comme une sorte de dieu vivant. Il y en avait même qui s’étaient exclamés « Louons notre Déesse » et s’étaient prosternés dès qu’ils l’avaient vue.

« Vous êtes vraiment incroyable... » déclara Yuuto, déconcerté.

« Non, c’est l’influence de mon père. Je n’ai rien à voir avec ça... » En secouant la tête, Linéa avait fait un refus désespéré de ce que disait Yuuto. Elle semblait avoir perdu confiance en elle-même avec tout ce qui s’était passé au cours des derniers mois, mais Yuuto ne pouvait pas du tout être d’accord avec elle.

Yuuto était vénéré à Iárnviðr, mais pas dans cette mesure. Et plus précisément, il s’agissait d’un autre type de révérence. Les émotions que Yuuto ressentait de la part de ses clans étaient celles de gratitude, de louange et de respect envers un dirigeant qui les avait gouvernés et qui leur avait donné le cadeau de son Serment du Calice. Il y avait un certain sens de la distance.

Pendant ce temps, le culte que les habitants de Gimlé avaient montré à Linéa contenait une chaleur affectueuse, comme si elle était leur propre famille de chair et de sang.

Le fait que Linéa était la fille du patriarche précédent était un secret, donc cela ne pouvait pas être la raison. En outre, aussi talentueux et vertueux que son père ait pu être, si elle n’avait pas eu son propre charisme et son propre attrait, elle n’aurait pas obtenu ce niveau d’affection profonde de la part de son peuple.

« Ils vous aiment vraiment, hein ? » murmura Yuuto. Il venait de la voir sous un tout nouveau jour.

Cependant, il se rendrait bientôt compte que même sa nouvelle évaluation d’elle avait été beaucoup, beaucoup trop basse.

***

Partie 6

« Vous êtes vraiment incroyable..., » Yuuto avait haleté.

« En effet... » murmura Félicia.

Yuuto et Félicia n’avaient pu laisser sortir que ces quelques mots, et des soupirs d’admiration, sur la façon dont les choses s’étaient déroulées.

C’était le troisième jour depuis l’arrivée de Linéa à Gimlé. Cela faisait moins de trois jours, mais elle avait parlé à toutes les personnalités influentes de la ville et obtenu de chacune d’entre elles qu’elles donnent leur accord sur un plan de mise en œuvre du système de Norfolk. Cela aurait été un motif de célébration, mais cela les avait laissés dans un tel état de choc.

Non, ce qui les avait submergés, c’était qu’en si peu de temps, Linéa avait déjà travaillé sur les détails comme sur qui allait planter quelles cultures et où, et même sur la façon de réguler l’équilibre des intérêts économiques qui apparaîtrait parmi les citoyens qui avaient planté différents types de cultures.

« Hé, cela ne serait-il pas intéressant si on faisait ça ? » Tout le monde avait eu le rêve de proposer une idée géniale et de dire cela. Cependant, de telles visions devenaient rarement réalité. Les idées en elles-mêmes n’avaient pas le pouvoir de faire bouger les choses.

Il fallait mettre en place un véritable travail : établir un calendrier concret, se procurer des fournitures, rassembler les individus, répartir les rôles. C’était avec cette capacité à faire avancer les choses qu’une idée commençait à prendre forme dans le monde.

Linéa possédait cette capacité.

Dans le Clan du Loup, des officiers comme Jörgen et Olof excellaient dans ce domaine, c’est pourquoi on leur donnait de précieuses nominations comme commandant en second ou gouverneur de Gimlé. Mais les compétences pratiques de Linéa dépassaient de loin les leurs.

Le talent naturel avait peut-être joué un rôle important à cet égard, mais c’était plus probable parce que Linéa avait, dès son plus jeune âge, été vigoureusement formée par son père aux compétences nécessaires pour remplir son futur rôle.

« Alors, Grand Frère. » Linéa n’avait pas semblé tenir compte de leur réaction. « La plus grande source d’inquiétude pour bon nombre des personnes concernées est ce qui se produirait en cas de mauvaise récolte. Si vous pouvez leur promettre une garantie financière de ces montants dans l’éventualité où cela se produirait, je pense que tout le monde se sentira suffisamment en sécurité pour travailler ensemble sur cette question. Donc, j’aimerais vraiment obtenir votre autorisation pour ceci. »

« O-Oui, euh... » Yuuto avait regardé vers le bas le papier placé sur le bureau devant lui, couvert de lignes de texte serrées, mais il ne pouvait pas le lire. Il jeta un coup d’œil à son adjudante, et avec une expression réservée, elle avait fait un seul signe de tête. Il semblait que ses conditions étaient raisonnables.

« Eh bien, allons de l’avant. Continuez ce bon travail, » déclara-t-il.

« Oui, je le ferai, » déclara Linéa avec joie. « Merci beaucoup ! »

« Non, c’est vous qui méritez des remerciements, » déclara Yuuto.

« Je fais ce que je peux pour tout le monde à Gimlé. » Le visage souriant de Linéa était coloré de fatigue ; elle n’avait probablement pas beaucoup dormi au cours des deux derniers jours. Mais même les signes de lassitude avaient été surpassés par sa joie.

Dans le domaine de l’apparence, Linéa n’était pas une comparaison pour Félicia ou Sigrun. Mais il y avait un charme qu’elle avait qu’elles n’avaient pas, une capacité à émouvoir le cœur des gens.

Je parie que les habitants de Gimlé sont tombés amoureux de votre sourire, pensa Yuuto avec certitude.

La logique ne suffisait pas à pousser les personnes à changer. Ce qui les avait changés, c’était indéniablement la sincérité de Linéa.

Malgré sa noble naissance et son rang, elle s’était toujours placée parmi les gens du peuple, avait écouté leurs voix avec sérieux et avait travaillé plus fort que quiconque. Cette approche résolument sérieuse les avait convaincus qu’elle pensait vraiment à leur bien-être et qu’ils pouvaient lui confier leurs destins.

« Si cet imbécile de Steinþórr est Xiang Yu, alors elle est comme Liu Bang et Xiao qu’il a mis ensemble », murmura Yuuto pour lui-même. « Ce n’est pas étonnant qu’elle ait été choisie pour être patriarche à son âge. »

Liu Bang n’avait pas été connu pour être particulièrement exceptionnel dans l’héroïsme sur le champ de bataille ni dans l’ingéniosité, mais il semblait avoir une qualité mystérieuse qui attirait les gens vers lui, et de nombreuses personnes compétentes et talentueuses s’étaient rassemblées sous sa direction.

Et parmi eux, il y avait un homme nommé Xiao He dont Liu Bang avait fait l’éloge en tant que plus grand serviteur de toute la Chine unifiée.

Xiao n’avait accompli aucun exploit miraculeux ou spectaculaire sur le champ de bataille, mais il avait été un habile administrateur de la forteresse de Liu Bang à Guanzhong. De là, il avait constamment envoyé des soldats et du ravitaillement sur les lignes de front, sans interruption et sans causer de pression indue sur la population.

« Je pense qu’avoir fait d’elle ma petite sœur dès que j’ai pu, c’était une bonne chose, » avait dit Yuuto avec un sourire ironique. Elle était comme les parties les plus fortes de deux grandes figures historiques combinées en une seule, ce qui la rendait si haut placée qu’elle pourrait aussi bien tricher.

Il était vrai que lorsqu’il avait affronté son armée sur le champ de bataille, il ne l’avait franchement pas considérée comme une menace, mais la connaissant maintenant, il était heureux du fond du cœur qu’il ne l’ait plus jamais comme ennemie.

***

Partie 7

Les environs de Yuuto étaient baignés dans l’obscurité. La seule lumière dans la pièce provenait de la flamme vacillante et faible d’une lampe voisine.

Normalement, Yuuto utilisait son temps libre avant de se coucher le soir pour lire des livres électroniques et étudier, mais ce soir, il avait sauté sa routine habituelle.

Demain matin, il quitterait Gimlé et, empruntant les pouvoirs des jumelles, il devrait revenir à Iárnviðr vers le soir, deux jours plus tard. Cela faisait déjà douze jours qu’il n’entendait pas la voix de Mitsuki, et elle commençait vraiment à lui manquer. Il voulait économiser autant de sa batterie que possible pour le jour de son retour.

« Avec tout ce qui s’est passé, ce voyage en valait la peine, hein ? » murmura-t-il.

Yuuto aurait aimé s’endormir tout de suite, mais à cause de sa routine, il était habituellement debout à cette heure, et il n’était pas le genre de personne qui pouvait facilement s’endormir quand cela lui convenait. Alors, pendant qu’il attendait que ses paupières deviennent lourdes, il ruminait sur les jours qu’il avait passés à Gimlé.

« Il semble que gouverner cet endroit va se dérouler plus en douceur que je ne le pensais au départ, ce qui est génial. »

C’était grâce à Linéa. Bien que l’antipathie de la population envers le Clan du Loup n’ait pas complètement disparu, Yuuto avait reçu des rapports d’Olof selon lesquels cela s’était beaucoup calmé.

Linéa s’était personnellement déplacée et avait posé les bases sociales nécessaires pour eux, en s’assurant que les gens obéiraient à Yuuto, et au Clan du Loup par extension.

Olof était aussi un homme honnête, diligent et fiable. Avec tout ce qu’il avait mis en place pour lui, il n’avait pas peur de laisser tomber cette chance et de la ruiner.

« Grand Frère, êtes-vous réveillé ? » demanda une voix.

« Hein ? Oh, c’est vous, Linéa. » Yuuto s’était assis. Il était un peu surpris d’entendre sa voix de l’extérieur de sa porte juste après avoir pensé à elle. « C’est le milieu de la nuit. Qu’est-ce qui se passe ? »

« Est-ce que je peux entrer ? » demanda Linéa.

« Bien sûr, c’est d’accord, mais de quoi aviez-vous besoin de me parler ? Est-ce à propos de Gimlé ? » demanda Yuuto.

« Non, il ne s’agit pas de ça…, » la porte s’ouvrit, et ses charnières produisaient un grincement légèrement désagréable.

Linéa semblait quelque peu nerveuse lorsqu’elle entrait dans la pièce, et Yuuto avait remarqué qu’elle ne portait pas sa tenue de soirée normale, mais une ample chemise de nuit.

Serrant un poing devant sa poitrine comme si elle rassemblait sa détermination, elle se tenait devant Yuuto. Alors qu’il plissait ses yeux dans l’obscurité, il pouvait voir que ses cheveux étaient mouillés. Était-ce une sorte d’huile parfumée ? Il y avait une sorte de douce odeur qui flottait vers lui.

« Grand Frère Yuuto... » Elle avait appelé son nom d’une voix délicate, et ses vêtements avaient glissé d’elle et étaient tombés par terre. Même dans l’obscurité, son corps nu se détachait nettement de son entourage.

« Attendez, L-Linéa !? » s’écria Yuuto.

Merde ! Trop tard, Yuuto avait maudit sa naïveté. Ces derniers jours, Linéa avait été tellement débordée par son travail que la seule fois qu’ils s’étaient parlé avait été de Gimlé et donc, il avait complètement baissé sa garde.

Alors qu’il était encore pris dans sa confusion, elle l’enlaça soudain, avec un regard amoureux dans les yeux. Une petite, mais indubitable sensation de douceur s’était appuyée contre la poitrine de Yuuto.

« S’il vous plaît, faites-le avec moi, » lui chuchota-t-elle à l’oreille, avec sa voix rougissant de passion.

 

 

« Gah... ! » Yuuto avait senti des frissons et des aiguilles qui remontaient le long de sa colonne vertébrale. Toutes ses pensées avaient été balayées, et son esprit était devenu blanc comme une feuille vierge. Comme guidés par une force invisible, les bras de Yuuto se soulevèrent lentement et commencèrent à s’enrouler autour du dos de Linéa.

Yuu-kun...

— mais avant qu’ils ne puissent le faire, l’image du visage de son amie d’enfance avait brièvement et intensément défilé dans son esprit, et il avait réussi à se retenir d’une manière ou d’une autre.

Il s’en était fallu de peu ; il s’était presque complètement laissé aller.

Yuuto avait fermé les deux yeux et avait pris une longue et profonde respiration, puis il avait saisi les épaules de Linéa et avait retiré son corps du sien.

« Pourquoi... ? Suis-je après tout vraiment moche ? » demanda Linéa.

« Non. Ce n’est pas ça, » répondit Yuuto.

« ... S’il vous plaît, ne vous inquiétez pas de mes sentiments, » déclara-t-elle. « La vérité, c’est que je l’avais déjà compris. Quand je parlais de mariage, vous aviez l’air si affligé, Grand Frère. »

« Ah... ! » Elle avait mis le doigt dans le mile, et il ne pouvait rien dire en retour.

Aussi jeune qu’elle fût, Linéa était encore une femme. Par rapport aux hommes, on disait que les femmes étaient nettement supérieures dans leur capacité à percevoir les mensonges ou les émotions cachées d’une personne à partir du ton de sa voix, des expressions faciales ou d’un langage corporel apparemment insignifiant. Selon une théorie, cet avantage naturel dans la perception et la perspicacité venaient du fait d’avoir à prendre soin des nourrissons, qui ne puisses parler aucune langue.

Yuuto avait été forcé de se rendre compte encore une fois qu’il ne devrait jamais sous-estimer l’intuition d’une femme.

« Cependant, je comprends, » déclara-t-elle avec tristesse. « Il y a Lady Félicia et Lady Sigrun, et ces jumelles du Clan de la Griffe. Toutes ces femmes autour de toi sont si jolies, si mignonnes, il n’y a aucune chance que vous vouliez coucher avec quelqu’un comme moi. »

« Non, vous êtes très séduisante, » tâtonna Yuuto. « C’est juste que je suis le patriarche du Clan du Loup. Je ne peux pas me permettre de me marier sans réfléchir et sans d’abord... Non, non, ce n’est pas vrai. »

Yuuto s’était pris au milieu de son mensonge et avait mordu sa lèvre en secouant la tête d’un côté à l’autre.

Il ne pouvait pas continuer à faire cette scène superficielle. Il essayait toujours de trouver des excuses, en essayant de dire ce qu’il fallait pour éviter de blesser ses sentiments. Comment avait-il pu continuer à être aussi malhonnête envers Linéa, qui avait toujours agi envers lui avec sincérité et humilité en faisant tout son possible ? Comment pourrait-il faire la même chose ici et maintenant ?

Il ne pouvait pas supporter de voir à quel point il se sentait pathétique.

« Hngh !! » Yuuto avait pris une grande respiration... puis avait grogné et s’était cogné le front contre le mur avec un boom!

Boom-boom-boom ! Insatisfait, il s’était cogné la tête plusieurs fois de plus.

« G-Grand Frère !!? Qu’est-ce que vous faites  !? Du sang ! Vous saignez  ! » cria Linéa.

« Je vais bien, » il leva une main pour arrêter Linéa, et pressa l’autre sur son front. Il y avait en effet quelque chose de chaud et d’humide.

De toute façon, cela faisait mal. C’était une quantité ridicule de douleur. Mais d’une certaine manière, cela avait fait sortir toutes les pensées ennuyeuses et prétentieuses, et sa tête était étrangement claire.

Il savait exactement ce qu’il devait maintenant faire.

« Linéa, je suis désolé ! Je ne peux pas vous épouser, » déclara-t-il en inclinant profondément la tête devant elle.

Yuuto n’était pas assez enfantin pour s’accrocher à l’idée que s’il expliquait honnêtement sa situation, tout le monde comprendrait. Il ne pouvait pas se permettre d’être un enfant.

En tant que patriarche, la stratégie était absolument nécessaire en toutes choses. Si la situation l’exigeait, il tromperait même quelqu’un sans hésitation.

Cependant, avec quelqu’un qui était complètement ouvert et honnête avec lui, il avait senti qu’il devait répondre avec honnêteté et intégrité en nature, non pas en tant que patriarche d’un clan, mais en tant qu’être humain civilisé.

« Je... vois », murmura Linéa, en maîtrisant ses émotions. « Pourrais-je au moins... vous demander pourquoi ? »

Yuuto leva la tête et regarda Linéa dans les yeux.

Honnêtement, il l’avait trouvée mignonne. C’était une fille gentille, attentionnée envers les autres et qui l’idolâtrait comme un chiot. Il ne pouvait pas nier que quelque part au fond de lui, il était devenu amoureux d’elle.

C’était exactement pour ça qu’il avait besoin de lui dire.

« Il y a une fille... J’en suis amoureux. Je ne veux pas la trahir. » Il lui avait fallu un peu de volonté pour faire sortir les mots de sa gorge.

Linéa le fixait, perplexe. Il fallait s’y attendre. Dans ce monde, il était courant pour les hommes en position de pouvoir d’avoir plusieurs maîtresses ou concubines. Et un mariage avec Linéa impliquait la politique de leurs deux nations.

Qu’est-ce que cette personne essaie-t-elle vraiment de dire ? Ce ne serait pas une réponse inhabituelle. Ce qu’il avait dit était si anormalement sentimental que cela pourrait lui sembler incompréhensible.

« Je vais vous raconter toute l’histoire », avait-il dit. « Sans rien vous cacher. Vous ne me croirez peut-être pas quand je vous dirai ça, mais je ne viens pas de ce monde. »

« Qu’est-ce que vous êtes... ? » demanda Linéa.

***

Partie 8

« Je suis venu de loin, de très loin, dans le futur — plusieurs milliers d’années. C’est pourquoi j’ai toutes ces connaissances que vous n’avez pas, » répondit Yuuto.

« ... C’est une histoire difficile à croire tout de suite. Mais... il y a aussi beaucoup de choses qui se mettent en place », marmonna Linéa avec une expression sérieuse.

Bien sûr, elle ne serait pas du genre à croire une histoire comme la sienne sans poser de questions. Mais elle avait aussi vu Yuuto apporter des idées et des inventions dans ce monde qui n’avait jamais existé auparavant, et cela encore et encore. D’une certaine façon, son explication était difficile à ne pas croire.

« Tout est vrai, » avait-il dit. « Et finalement, je souhaite retourner dans mon propre monde. Je ne sais pas comment revenir, mais je veux faire tout ce qu’il faut pour le faire. »

« ... Est-ce parce que la fille que vous aimez est là-bas ? » demanda Linéa.

« Ouais. C’est pourquoi... Je ne peux pas m’engager à épouser qui que ce soit dans ce monde. » Il avait réussi à le déclarer de façon claire et concise.

S’il ne l’avait pas déclaré avec certitude, c’était comme si son cœur pouvait vaciller. S’il n’avait pas eu Mitsuki, il aurait sûrement accepté les avances de Linéa. Non, il n’y avait pas qu’elle. Il aurait probablement déjà eu des relations sexuelles avec Félicia, ou Sigrun.

Après tout, elles n’auraient jamais refusé de le faire avec lui surtout en tenant compte qu’un tel comportement égoïste serait toléré de la part d’une personne dans la position du patriarche.

« C’est donc quelqu’un que vous aimez tant que ça, Grand Frère... Je suis jalouse. Elle doit être une personne vraiment merveilleuse. » Linéa avait lâché un petit sourire.

Même si l’histoire de Yuuto était à la hauteur d’un rêve ou d’un conte de fées, elle avait dû décider de par son ton à croire qu’il ne mentait pas.

« Je n’en sais rien, » avait admis Yuuto. « Elle est compliquée à propos de certaines choses, et c’est une pleurnicheuse, et dernièrement j’ai appris qu’elle devient vraiment effrayante quand elle est en colère. Elle est totalement désespérante sur bien des choses, vous comprenez  ? »

Exactement ça. Elle était sans espoir. C’est pourquoi il devait rentrer chez lui, quoi qu’il arrive.

L’enfant encore au fond de son cœur avait juré, je suis celui qui la protégera.

Il n’allait pas abandonner ce rôle à qui que ce soit d’autre.

« Je ne sais pas encore quand cela va se produire, mais ça me rendrait heureux si vous et votre clan vous entendiez toujours bien avec le Clan du Loup, même après mon retour dans mon monde, » avait dit Yuuto. « J’ai l’intention de prendre des dispositions avec mon Calice pour éviter les luttes intestines. »

« Ce ne sera pas un problème pour moi, » avait répondu Linéa. « Cependant, il y a toujours un problème. Si vous retournez dans votre propre monde, Grand Frère, je ne suis pas sûre de ce que je devrais faire. »

Linéa avait soupiré. Elle n’était encore qu’à l’adolescence, mais à ce moment-là, c’était comme si elle était une vieille dame fatiguée de la vie.

« Avec moi comme patriarche, le Clan de la Corne ne fera que continuer son déclin. Rasmus est déjà un peu trop vieux pour le poste, et Haugspori est un général compétent, mais a peu d’intérêt pour gouverner. C’est un vrai problème. Vers qui dois-je me tourner ? » demanda Linéa.

« Euh, ça ira si vous restez patriarche, Linéa, » déclara Yuuto. « Franchement, les compétences que vous avez démontrées ici à Gimlé m’ont vraiment époustouflé. »

« Il n’y a pas besoin de flatterie, Grand Frère. On m’a fait prendre conscience de mes propres limites, » répondit Linéa.

« Attendez, ce n’est pas de la flatterie…, » déclara Yuuto.

« Je ne suis pas assez bien pour ça. J’avais pensé que je pourrais protéger le Clan de la Corne que mon père aimait tant. Que je pouvais faire grandir le clan pour qu’il soit encore plus grand que lui. Vraiment, je... J’étais si vaniteuse. Tout ce que j’ai accompli, je ne l’ai fait qu’en empruntant le pouvoir et l’héritage de mon père ; tout cela n’était qu’une imposture. Mais je suis quelqu’un qui ne pouvait même pas s’en rendre compte. Je suis une lâche qui était face à face avec l’assassin de mon père et qui ne pouvait rien faire d’autre que lui crier dessus... Je ne peux pas protéger le Clan de la Corne ! » déclara Linéa.

« H-hey, Linéa, » Yuuto avait tenté de lui coupé la parole, incapable de regarder Linéa se dénigrer comme ça, mais il ne pouvait pas penser à autre chose à dire.

« Être utilisée par quelqu’un avec une vraie force est plus approprié pour quelqu’un comme moi, » se confessa Linéa. « Si je n’ai pas quelqu’un pour prendre l’initiative, alors l’anxiété sera si grande que je ne sais plus quoi faire... »

Dépassée dans son désespoir, Linéa avait regardé Yuuto. Ses yeux étaient sans vie et désespérés, comme s’ils criaient au secours, d’une manière servile qui semblait si différente de la Linéa qu’il connaissait.

Yuuto avait fini par comprendre douloureusement la signification derrière le fait que Linéa avait proposé de lui remettre le Clan de la Corne. Son esprit avait été complètement brisé.

Dès qu’elle était devenue patriarche, un incident après l’autre avait affaibli le Clan de la Corne, et elle avait perdu toute confiance en elle-même.

Et celui qui l’avait conduite dans cet état, qui avait déclenché les événements qui avaient détruit tout ce qu’elle avait construit, c’était Yuuto lui-même.

Dans des circonstances normales, le Clan de la Corne aurait dû jouir d’une victoire éclatante dans leur guerre contre le Clan du Loup, car le Clan de la Corne n’avait pas de faiblesses. Et avec leur ennemi de longue date finalement détruit, le nom de Linéa aurait fait écho dans toute la région en tant que patriarche qui avait amené son clan à une puissance encore plus grande par la bataille.

Elle avait certainement eu la force d’accomplir cela. Elle possédait une compétence en stratégie à grande échelle qui allait au-delà de la simple tactique de combat. Mais la réalité lui avait réservé le résultat inverse.

Elle avait fait de Yuuto son ennemi, un étranger dont les connaissances dépassaient le domaine du bon sens, et c’était ce qui avait jeté les engrenages de son destin dans le désarroi.

Yuuto ne regrettait pas d’avoir fait ce qu’il avait dû faire pour protéger le Clan du Loup, mais il sentait encore la pression dans sa conscience. Il ne supportait plus de voir Linéa comme ça.

Avec un très long soupir, Yuuto leva les yeux vers le plafond et commença à marmonner doucement. « Pourquoi ne vous raconterais-je pas une vieille histoire ? C’est à propos d’un gamin sans valeur. »

« Hein ? » s’exclama Linéa.

« Alors ce gamin, il avait accès à toutes sortes de connaissances que personne d’autre dans ce monde n’avait, et tout le monde a commencé à le louer de haut en bas. Tous ceux qui l’avaient regardé de haut, l’appelant comme étant quelque chose de complètement inutile, étaient devenu à l’opposé de la manière dont ils agissaient avant, faisant la queue pour lui faire des révérences en tout temps et essayer d’obtenir ses faveurs. Et c’était si bien que cela lui était complètement monté à la tête. Eh bien, tout cela était simplement arrivé parce qu’il avait emprunté des connaissances, des idées qu’il n’aurait jamais pu trouver lui-même, et il n’y avait absolument rien d’étonnant chez le gamin lui-même. »

« Alors... cette personne est…, » comme prévu, Linéa avait deviné de qui il s’agissait.

En réponse à son regard interrogateur, Yuuto avait souri et avait un court rire, un rire autodérisoire, puis il continua.

« Alors il a continué à se remplir de suffisance au point où il croyait sans aucun doute que lui, le gars avec toutes ces connaissances, avait toujours raison, alors quand quelqu’un a essayé de l’avertir du danger, il a ri comme si l’autre ressentait de la jalousie... Tout le monde sait ce qui arrive aux idiots comme ça. Il pensait. “J’ai fait les choses exactement comme l’avait dit les connaissances que j’ai, de sorte que tout ira bien”, et cette insouciance lui a coûté cher. »

Alors qu’il le disait, Yuuto était stupéfait de voir à quel point il avait été stupide. Et alors même que cette impertinence avait été la raison même pour laquelle il était devenu coincé dans ce monde et incapable de rentrer chez lui, il n’avait même pas appris de ses erreurs.

Il était passé à la partie suivante de l’histoire qui avait été difficile pour lui sur le plan émotionnel.

« Normalement, celui qui paie le prix à la fin devrait être l’idiot lui-même. Mais ce n’est pas comme ça que ça s’est terminé. Au lieu de cela, celui qui est mort était quelqu’un qui l’avait aidé en s’occupant de lui depuis l’époque où il était encore ignorant et inutile, quelqu’un qui avait toujours essayé de le garder sur la bonne voie. Tout simplement sympa comme récompense. Et cette personne est morte en protégeant cet idiot de gamin. »

Yuuto avait eu des images de cette scène et il avait serré les dents de derrière, endurant la douleur qui accompagnait le souvenir. La douleur dans sa poitrine était plus forte que la douleur qu’il avait ressentie en se cognant la tête contre le mur il y a un instant.

Il attendit que cette douleur se calme, et laissa sortir la tension de ses épaules avant de parler.

« J’étais comme vous maintenant. J’ai appris trop clairement à quel point je manquais dans beaucoup de domaines. Je me suis blâmé et je me blâme encore maintenant. Mais ce qui est vraiment important, c’est ce qu’on fait après ça. »

En se souvenant de ce qui lui avait été confié, les mains de Yuuto se transformèrent en poings serrés.

À l’époque, les choses étaient si désespérées qu’il n’avait pas eu le temps de s’asseoir, découragé. Rétrospectivement, cela s’était avéré être une bonne chose pour lui.

Avec la douloureuse leçon qu’il avait apprise de cette expérience perçant le cœur, il avait été capable d’aller de l’avant, sans relâche.

« Hyaku-ren-sei-kou », a-t-il poursuivi. « C’est un dicton dans la langue de mon pays, et cela se traduit grossièrement : “L’acier est trempé cent fois.” Cela signifie que ce n’est qu’en passant par de nombreuses expériences qui mettent au défi et tempèrent le corps et l’âme que quelqu’un devient finalement une personne forte et exemplaire. »

C’était maintenant la devise personnelle de Yuuto.

Il savait qu’il était encore un enfant. Il manquait cruellement d’expérience de vie. Cependant, en tant que patriarche avec la vie de tant de personnes reposant sur ses épaules, il n’avait pas le luxe d’excuses enfantines.

Il devait donc continuer à se tempérer, sans devenir orgueilleux ou complaisant, en apprenant et en accumulant les expériences. Alors il devait les transformer en sa propre force.

Il se rappelait constamment que le savoir du XXIe siècle n’était rien de plus qu’un tricheur qu’il empruntait, de sorte qu’il ne s’emportait plus jamais en pensant qu’il était supérieur et ne répétait jamais le même genre d’erreur.

« Même dans l’histoire que je connais, parmi toutes les grandes figures qui ont marqué le monde, il n’y en a pas une seule qui n’a jamais eu d’échec ou de revers. En particulier, il y avait cet incroyable Liu Bang qui dirigeait la nation de Han. Il a perdu 72 fois contre le même adversaire, mais n’a jamais abandonné, et à la fin, il a uni la terre sous sa domination. »

Personne n’avait jamais voulu connaître l’échec. Pour une personne aussi aimable que Linéa, le fait que ses échecs entraîneraient la mort devait être d’autant plus insupportable pour elle. Même ainsi, Yuuto avait endurci son cœur face à ce fait et avait continué son discours d’encouragement.

« Hé, Linéa. C’est un moment crucial pour vous. Allez-vous vraiment abandonner ici, après un échec ? Vous n’avez même pas fini d’être tempéré une seule fois. À partir de maintenant, c’est maintenant que vous aurez la chance de devenir vraiment plus forte ! » déclara Yuuto.

« C’est... mais... » Les yeux de Linéa vacillaient, toujours dubitatifs.

Elle devait vouloir être celle qui protégeait son clan plus que tout. Si cela n’avait pas été le cas, elle ne se serait pas poussée si longtemps, depuis un si jeune âge, pour acquérir les capacités qu’elle possédait.

Mais sa confiance et son esprit, une fois brisé, n’allaient pas être restaurés si facilement. « Puis-je vraiment devenir plus forte ? Puis-je vraiment gagner la force de protéger le Clan de la Corne ? »

Linéa était déjà devenue incapable de juger ses propres capacités sous un jour optimiste. Cependant, c’était exactement la raison pour laquelle elle pouvait devenir plus forte.

« Je suis sûr que vous pouvez le faire. » Avec une confiance absolue en elle, Yuuto acquiesça de la tête. « Vous avez plus de talent pour ce genre de choses que moi. »

Le philosophe grec ancien Socrate avait déjà dit : « La seule vraie sagesse est de ne rien savoir, » et « Le vrai sage est celui qui est conscient de sa propre ignorance », ainsi que d’autres citations qui soulignaient l’importance d’être conscient de sa propre folie et de son ignorance.

Même l’entraîneur de basket-ball d’un manga sportif que Yuuto avait lu il y a longtemps avait dit : « Le premier pas pour qu’un mauvais joueur devienne un grand joueur est de réaliser à quel point vous êtes mauvais. »

Il y avait une montagne de citations comme celle-ci si on les cherchait.

Dans le passé, il ne l’avait pas vraiment compris. Il avait toujours pensé que c’était juste une question de talent brut. Après avoir surmonté ses échecs, Yuuto comprenait maintenant.

Ignorer la réalité au profit d’illusions naïves avait affaibli et miné le cœur. Et ce n’était pas facile de reconnaître sa propre immaturité et sa propre faiblesse. Cependant, la vraie force et l’esprit d’ambition étaient venus à ceux qui avaient accepté et fait face à la réalité, aussi difficile et douloureuse qu’elle soit.

Ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait lui dire directement, mais la seule cause de l’échec de Linéa avait été d’avoir Yuuto comme adversaire. Même en regardant la ville de Gimlé, on pouvait voir qu’elle avait des capacités considérables en tant que patriarche. Si elle surmontait son état actuel, il n’y avait aucun doute qu’elle gagnerait encore plus d’expérience et de capacité, devenant un bon patriarche que quiconque jugerait digne de son titre.

Yuuto posa une main sur la tête de Linéa et lui fit un petit sourire. « Hé, ne vous inquiétez pas. Tant que je serai dans ce monde, je vous aiderai de toutes les façons possibles. Vous êtes ma mignonne petite sœur et tout, vous savez ? Allez-y doucement, pas à pas, et vous deviendrez plus forte. »

« ... C’est vrai ! » Les larmes coulant toujours des deux yeux, Linéa hocha la tête fermement.

Yuuto savait que cela ne signifiait pas qu’elle s’était complètement rétablie. En fin de compte, la seule qui pourrait sauver le cœur de quelqu’un était son propre moi. Tout ce que Yuuto pouvait faire, c’était de donner à Linéa l’occasion de le faire. Qu’elle ait effectivement utilisé cette chance ou qu’elle l’ait gaspillée, c’était à elle de décider. Mais il avait l’impression qu’elle avait surmonté le pire.

Soudain, elle le regardait avec un regard sérieux dans les yeux. « Grand Frère, c’est mal d’abandonner trop facilement, n’est-ce pas ? »

Yuuto avait déjà décidé qu’il n’allait pas lui mentir. Alors il avait répondu honnêtement.

« Oui, c’est vrai. Il y a des moments où il est important de savoir qu’il faut abandonner, mais je pense que c’est mal d’abandonner tout de suite, » répondit Yuuto.

« C’est vrai, n’est-ce pas !? Alors je ne vais pas vous laisser tomber, Grand Frère ! » déclara Linéa.

« Qu’est-ce qui se passe ? » s’exclama Yuuto.

Yuuto avait exprimé malgré lui sa réaction de surprise sur un ton presque sauvage. C’était une réponse naturelle, étant donné qu’il avait expliqué de façon si complète et si claire pourquoi il ne pouvait pas l’épouser, et c’était seulement pour qu’elle ramène le sujet maintenant.

« Attendez, attendez ! Comme je viens de le dire, je dois rentrer chez moi ! Je ne peux pas être le patriarche du Clan de la Corne…, » déclara Yuuto.

« Oui. Je comprends ça. Je n’ai plus l’intention de vous demander de reprendre le Clan de la Corne, Grand Frère. Je le protégerai moi-même. Mais ça et mes sentiments d’admiration pour vous sont des choses séparées. En fait, après avoir parlé avec vous ce soir, mes sentiments pour vous n’ont fait que s’approfondir encore plus ! Je vous aime encore plus ! »

« Mais non, je vous ai dit que j’ai déjà quelqu’un que j’aime, d’accord ? » avait-il protesté.

« Oui, je suis au courant. C’est pourquoi j’ai déclaré que je n’abandonnerai pas. Même si je perds 72 fois, c’est correct si je gagne à la fin, non !? Je ne peux pas nier que je suis encore loin d’être une candidate adéquate, mais je vais m’améliorer en tant que femme. Je vais capturer votre cœur et vous voler à cette autre femme ! » annonça Linéa.

« Euh. Hmm... » Yuuto n’arrivait même pas à enchaîner deux mots dans son esprit, et tout ce qu’il avait réussi à faire, c’était un gémissement en réponse.

Comment les choses en étaient-elles arrivées là ? Où avait-il commis l’erreur qui l’avait mené là ?

« Excusez-moi d’avoir perturbé votre agréable conversation, » déclara une troisième voix en douceur.

« Gah ! »

« Aah ! »

Face à la voix soudaine d’un tiers, Yuuto et Linéa avaient crié de surprise.

Le fait qu’aucun d’entre eux ne s’attendait à entendre une autre voix ici, si tard dans la nuit, en faisait partie, mais le ton enjoué de l’orateur était aussi en cause.

« K-Kristina, qu’est-ce que c’est ? » Yuuto avait reconnu la voix et avait parlé à travers la porte.

En y repensant, lorsque le Clan du Sabot avait commencé son invasion, une situation étrangement similaire s’était produite, avec un appel soudain dans la nuit.

Il n’avait pas un bon pressentiment à ce sujet.

« Il y a quelque chose d’urgent que je dois signaler, » déclara Kristina.

« Très bien, entrez », lui avait alors dit Yuuto.

Linéa éleva la voix en panique. « H-huh, a-attendez, Grand Frère !? »

C’est là que Yuuto avait réalisé un fait : Linéa était encore toute nue ! Avec la façon dont il avait été absorbé dans leur discussion sérieuse, et vu à quel point la pièce était sombre, il l’avait complètement oublié.

Avec un autre grincement, la porte s’était ouverte et Kristina avait gloussé.

« Oh, mon Dieu », dit-elle en souriant. « Étiez-vous au milieu de quelque chose d’amusant ? »

« Nous ne l’étions pas. Alors, quel est le rapport ? » demanda Yuuto.

Yuuto n’avait rien donné à Kristina de plus qu’une réponse sèche et fatiguée. Elle savait exactement ce qui se passait (ou ne se passait pas), mais elle avait quand même demandé.

Le sourire de Kristina avait disparu, et quand elle avait parlé, c’était avec le plus grand sérieux, sans une once de son ton ludique habituel. « Le Clan de la Foudre a commencé les préparatifs de guerre. »

Juste au moment où Yuuto pensait avoir résolu un problème majeur, il était jeté dans un nouveau problème et un qui était encore plus important.

C’était une journée malchanceuse pour lui.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire