Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 2

***

Acte 2

***

Acte 2

Partie 1

« OK, j’ai juste besoin de me calmer. Calme-toi, » Yuuto avait posé sa main sur sa propre poitrine et s’était concentré sur sa respiration. Comme un bon reflet de son état d’esprit actuel, le cœur de Yuuto battait comme la cloche d’un réveil à l’ancienne.

Sa main tremblait en raison de peur.

Sa bouche était complètement asséchée par l’anxiété.

La peur nerveuse qu’il ressentait maintenant rendait ce qu’il avait ressenti lorsqu’il avait vu Steinþórr pour la première fois comme si c’était trivial en comparaison.

Dans l’obscurité, la lumière de la lune affluant de la fenêtre dansait d’une manière envoûtante sur la surface d’un miroir rond familier.

D’une manière ou d’une autre, peut-être en raison de sa fabrication avec le matériau connu sous le nom de « cuivre elfique » ou Álfkipfer, Yuuto pouvait entrer en contact avec son monde d’origine alors qu’il se trouvait à proximité de ce miroir. La seule raison pour laquelle il avait pu survivre ces deux années dans une terre de guerre et de conflit était les diverses sortes d’informations et de connaissances modernes auxquelles il avait eu accès, grâce à ce lien. Cependant, tout cela était dû à l’aide d’une personne très importante.

« Aghhhhhhhhhhhhhh, Mitsuki doit vraiment être en colère contre moi…, » en pleurnichant pathétiquement, Yuuto s’était accroupi, avec son smartphone à la main.

De retour à Iárnviðr, la capitale du Clan du Loup, il s’était précipité vers la Hliðskjálf sans un instant de retard et avait grimpé les escaliers, pour se retrouver en train de lutter pour que son doigt appuie sur le bouton appeler sur le contact de son amie.

« Je ne suis pas sûr. Nous venons de finir une bataille. Ce n’est probablement rien de dangereux. Repose-toi bien. Bonne nuit. »

C’était la dernière fois qu’il lui avait parlé, il y a plus de trois semaines. Mitsuki était bien consciente qu’Yggdrasil était un monde dangereux et mortel. Ce n’était pas difficile d’imaginer à quel point elle devait s’inquiéter pour lui.

C’était exactement pour cela qu’il devrait se dépêcher de l’appeler, pour la rassurer. Mais les circonstances derrière la fin de leur dernière conversation ayant été ce qu’ils étaient, il s’était trouvé incapable de penser à la bonne chose qu’il devrait lui dire en premier quand elle aura répondu.

Elle allait dans tous les cas se mettre à pleurer. Yuuto avait eu beaucoup de mal à s’occuper d’une fille en pleurs, et en particulier, il n’avait jamais voulu entendre Mitsuki pleurer. Coincé dans un monde séparé comme il l’était, il ne serait même pas capable de lui caresser la tête. Il ne savait pas quoi faire.

« Je suppose que le fait de s’inquiéter indéfiniment n’aidera en rien », se déclara-t-il pour lui-même. Il avait ensuite pris de profondes bouffés d’air. « C’est vrai. Je dois juste me psychoanalyser et le faire. Pour commencer, appuyons d’abord sur le bouton, puis inquiétons-nous pour le reste plus tard. »

Il avait assemblé tous les morceaux du courage qu’il avait, puis il avait appuyé sur l’icône pour effectuer un appel.

La tonalité mécanique avait fait écho, le signal qu’il n’y avait pas de retour en arrière. Yuuto engloutit anxieusement.

« Yuu-kun ! Yuu-kun, c’est toi !? Est-ce que ça va ? » Comme toujours, Mitsuki avait décroché après une seule sonnerie, avant même d’avoir eu l’occasion de se préparer mentalement.

C’était plus qu’une preuve suffisante pour Yuuto que Mitsuki avait passé plus de trois semaines à regarder son téléphone presque constamment, et avant qu’il ne s’en rende compte, il était incapable de faire des mots.

« Ah... Mi-Mitsu... ki... I... I..., » seul un bégaiement hésitant avait réussi à échapper aux lèvres de Yuuto.

Cependant, pour une amie d’enfance qu’il connaissait depuis 14 ans, c’était plus que suffisant.

« Y-Yuu-kun, c’est vraiment toi ! Je suis si contente... Tu es en vie. Tu es vraiment en vie... Waaaaaaaaaaaughhhhhh ! »

« Qu-Quoi, n-non ! Ne pleure pas, Mitsuki ! Je t’en supplie, je t’en supplie, d’accord ? » demanda Yuuto.

Comme Yuuto l’avait prédit, Mitsuki avait laissé sortir des gémissements et avait commencé à pleurer à chaudes larmes, et tout ce qu’il pouvait faire, c’était de la supplier.

Pendant ce temps, Yuuto avait également senti une chaleur qui s’agitait à l’intérieur de son cœur.

C’était le sentiment de soulagement d’avoir survécu pour entendre à nouveau la voix de son amie d’enfance bien-aimée. Plus que cela, c’était le bonheur de savoir que quelqu’un se souciait suffisamment de lui pour qu’elle pleure de joie en apprenant qu’il était vivant, même si c’était un plaisir coupable.

« Mitsuki, » dit-il d’un ton apaisant, « Je suis toujours là. Je suis toujours en vie. Je suis vraiment désolé de ne pas avoir pu te contacter jusqu’à maintenant. Je n’aurais pas dû t’inquiéter comme ça. »

C’était comme si tout ce qu’il s’inquiétait il y a une minute et tout ce qu’il avait à dire n’était qu’une mascarade, et que des excuses ouvertes et franches lui venaient tout naturellement.

Même s’il n’y avait personne pour le voir, il avait baissé la tête avec une telle force qu’il s’était cogné le tête contre son propre genou.

Après qui sait combien de temps, le son à l’autre bout de la ligne était passé des pleurs bruyants à de doux reniflements.

« C’est vraiment... C’est vraiment toi. Tu n’es blessé nulle part, n’est-ce pas, Yuu-kun ? » demanda Mitsuki.

« D’accord, je vais bien. En fait, je suis en parfaite santé, » répondit Yuuto.

« Tu ne m’as pas appelé pendant plus de trois semaines, alors que faisais-tu ? » demanda Mitsuki.

« Euh... hmm…, » Yuuto avait hésité un moment sur la façon de répondre, mais avait ensuite décidé d’avouer franchement la vérité. « J’étais... J’étais parti dans une guerre. »

Il s’était demandé s’il devait dire un mensonge blanc pour l’empêcher de s’inquiéter, mais il ne voulait pas mentir à Mitsuki.

« Je vois…, » répondit Mitsuki.

« ... ! » Avec seulement ces deux mots de Mitsuki, Yuuto s’était mis sur ses gardes, incapable de bouger. Sa voix avait été aussi froide qu’un vent soufflant en provenance d’un enfer glacé.

« Yuu-kun, » déclara-t-elle d’un ton glacial.

« O-Oui ! » répondit Yuuto.

« Assieds-toi, » ordonna Mitsuki.

« Eh ? » s’exclama Yuuto.

« Ne m’as-tu pas entendu ? Assieds-toi là où tu es. Tout de suite ! » déclara Mitsuki.

« O-Oui, madame ! » Yuuto se hâta de s’asseoir sur ses genoux dans la position formelle du seiza, comme on lui avait dit de faire. Tout comme lorsqu’il s’était excusé plus tôt, il n’y avait personne pour le voir, de sorte qu’il n’aurait tout simplement pas pu le faire et dire qu’il l’avait fait, mais l’idée de ce qui pourrait se produire par hasard s’il avait découvert était plus que suffisante pour l’effrayer et l’éloigner de cette idée. Un homme sage se tient à l’écart du danger, comme le dit le proverbe.

« Yuu-kun, je comprends que tu as des responsabilités en tant que patriarche, d’accord ? » déclara Mitsuki.

« T-Tout à fait, » répondit-il.

« Je suis presque sûre de te l’avoir déjà dit, mais je suis absolument contre. Je préférerais que tu restes en sécurité, loin de tout ça, » déclara Mitsuki.

« ... Je suis désolé. Mais il s’est passé beaucoup de choses, » déclara Yuuto.

Jusqu’à très récemment, le Clan du Loup avait été faible et il avait été constamment menacé par ses voisins. Son existence même était aussi fragile qu’une bougie dans le vent. Il n’existait pas d’endroit sûr. La seule façon de survivre était qu’il se bat pour l’obtenir.

« Oui, et je sais que je ne peux pas dire : je comprends ce qui s’est passé, mais je comprends au moins que tu as traversé beaucoup de choses et que tu as tes propres raisons, » continua Mitsuki.

« Merci. »

« Yuu-kun, je sais qu’il y a des fardeaux que tu dois porter que je suis sûre que je ne pourrais jamais imaginer, en vivant dans un Japon si paisible. Mais même ainsi…, » déclara Mitsuki.

« O-oui ? » demanda Yuuto.

« À quel point crois-tu que j’étais inquiète pour toi ! » ? Mitsuki avait crié d’une voix à percer les tympans, ce qui était suffisant pour que Yuuto s’éloigne du téléphone.

« J-Je suis vraiment désolé, » déclara Yuuto.

« Yuu-kun, tu as fait du bon travail en gouvernant ton clan en tant que chef, alors tu devrais tout savoir à ce sujet, n’est-ce pas ? C’est ce qu’on appelle “l’âme d’une organisation”. Ho-Ren-So, » déclara Mitsuki.

« Uhh, euh, c’est l’argot des affaires japonaises qui veut dire r-rapporter, contacter, c-consulter, n’est-ce pas ? » Alors même qu’il prononçait les mots, Yuuto avait senti le sang s’écouler de son visage.

Dans l’exercice de ses fonctions de patriarche, il prenait amèrement conscience de l’importance de ces trois choses. Et ces aspects vitaux de la communication étaient exactement ce qu’il avait négligé à l’égard de sa seule et unique amie d’enfance.

« Je n’ai absolument rien obtenu de toi, tu sais ? », gronda-t-elle. « Tu aurais au moins pu m’envoyer un texto, non ? »

« ... Oui. » Yuuto acquiesça, sa tête tombant plus bas à chaque phrase.

Il pourrait peut-être penser à quelques excuses. Par exemple, il avait été submergé par les préparatifs pour la bataille et il n’y avait pas de temps à perdre ; ou il avait été trop préoccupé à essayer de penser à la façon de gagner et de survivre. Mais, face à la jeune fille qui avait passé plus de trois semaines à l’attendre pendant qu’il n’arrivait pas à la contacter, le cœur douloureux, Yuuto avait l’impression que lui dire de telles excuses ne serait pas très viril.

« Yuu-kun, je déteste vraiment l’idée que tu partes au combat, je déteste vraiment, vraiment, vraiment, mais... c’est quelque chose que tu ne peux pas éviter, n’est-ce pas ? » Mitsuki avait dit. « Alors, au moins, parle-moi de ça. Si tu coupes le contact sans aucun avertissement... mon cœur ne pourra pas le prendre. Je m’inquiéterai pour toi si tu me le dis, bien sûr, mais si tu ne le fais pas, je m’inquiéterai encore plus. »

« ... Désolé, » déclara Yuuto doucement.

« D’accord. Alors j’arrêterai de te faire la morale. » Le ton de Mitsuki avait changé, et elle était retournée à sa personnalité brillante et joyeuse. « Peux-tu me parler de ce qui s’est passé ces trois dernières semaines ? »

« Oui, je peux, mais... puisque la conférence est terminée, est-ce que ça veut dire que je peux me lever à nouveau ? » demanda Yuuto.

Mitsuki avait éclaté en rires. « Hahahaha ! Quoi, tu as vraiment pris cette partie assise au sérieux ? Tu ne te serais pas fait prendre même si tu ne l’avais pas fait. Tu es si fidèle, Yuu-kun ! »

Cela vient de la personne qui a parlé comme si j'allais passer un sale quart d’heure si je ne le faisais pas, soupira Yuuto. Il avait eu la sagesse de ne pas prononcer ces mots à voix haute.

Cela dit, si je reviens au monde moderne, je pourrais bien finir par pouvoir enrouler mon doigt autour du doigt de Mitsuki. Yuuto avait souri avec un sourire ironique. L’image de cet avenir paisible lui paraissait si belle... et si lointaine.

Dans un cas comme dans l’autre, Yuuto avait surmonté ce qui était actuellement son plus grand obstacle.

***

Partie 2

L’été, plein de conflits et de bouleversements avaient pris fin, et un automne généreux approchait.

« Aaaugh ! Laissez-moi un peu de temps ! C’est beaucoup trop tout ça, » Yuuto s’était effondré face contre le bureau, qui était couvert par une montagne de documents.

Quand tout avait été dit et fait, Yuuto avait un fort sens des responsabilités, alors il était assez rare qu’il se plaigne à haute voix. Cependant, dans cette situation il n’y avait rien d’autre à faire.

Avant qu’il n’ait eu la chance de faire face aux conséquences de la bataille avec le Clan de la Corne, il avait été précipité dans une campagne contre le Clan du Sabot envahissant. Il y avait donc maintenant une montagne d’affaires en suspens qui nécessitaient son jugement en tant que patriarche et qui devaient être résolues.

De plus, il était à peu près l’heure de la fête annuelle de la moisson de son clan. Cette année, c’était aussi une célébration de leur victoire contre le Clan du Sabot, alors ils planifiaient quelque chose de particulièrement somptueux.

Avec toutes les préparations supplémentaires, la quantité de travail était suffisante pour lui faire tourner la tête.

« Je suis désolée de te demander cela alors que tu es déjà si fatigué, » lui déclara Félicia avec une expression douloureuse, « Mais dans tous les cas, tu dois finir de mémoriser cette prière rituelle... » Elle lui avait tendu une note de service en papier.

« Arrrrrghhhhhhhh…, » Yuuto avait répondu par un gémissement pathétique.

Au cours des deux dernières années, il avait appris à parler le plus gros de la langue d’Yggdrasil, mais ces prières rituelles qu’il devait apprendre étaient pleines de mots qui n’étaient pas utilisés dans un discours normal, et il avait du mal avec eux.

Ils ne seraient pas si difficiles à apprendre s’ils étaient des mots dont il connaissait la signification, mais pour lui, ils ressemblaient à une chaîne de sons inintelligibles, et ne restaient pas dans sa tête.

« Désolé de t’avoir fait faire ça autant de fois, Félicia », gémit-il. « Tu dois aussi être fatiguée. »

« Oh ! Non, tout va bien. Cela signifie après tout que j’ai plus de temps pour avoir mon Grand Frère pour moi toute seule. En fait, ça me conviendrait si tu continuais à faire beaucoup d’erreurs. » Elle l’avait dit tout en lui jetant un regard suggestif depuis le côté.

Depuis leur retour de Fólkvangr, Félicia avait agi un peu différemment. Elle s’était encore plus impliquée dans les besoins de Yuuto qu’elle ne l’avait été auparavant, tout en souriant et en semblant vraiment en profiter.

Quand Yuuto lui avait dit qu’elle était sa confidente de confiance, cela avait dû vraiment la rendre heureuse. Le fait de constater cela avait fait que Yuuto se sentait un peu mal à l’aise de l’avoir fait.

« Non merci, » déclara-t-il. « Si on échoue à ce point, ce ne sera pas cool. »

Il fronça les sourcils et commença à réciter la prière une fois de plus, puis se rendit compte que son humeur était devenue un peu plus détendue et que sa tête était un peu plus claire.

Parce qu’il s’était senti mal à l’aise de demander à Félicia de l’aider pour apprendre, il avait essayé trop fort d’apprendre les lignes rapidement et s’était précipité de lui-même. Avec un tel travail, s’impatienter n’avait fait qu’entrer dans un cercle vicieux.

Les paroles de Félicia avaient probablement été prononcées par égard pour lui. Comme toujours, Yuuto avait trouvé son incroyable dévouement à cet égard, mieux que ce qu’il méritait venant d’un adjudant.

« Eh bien, tu as raison, Félicia, » déclara-t-il. « Quelques lignes floutées ne tueront personne. »

Les jugements qu’un patriarche devait rendre avaient toujours des conséquences graves, de vie ou de mort pour quelqu’un, que ce soit directement ou indirectement. Cependant, le fait de gâcher quelques lignes d’un récital de prière n’allait en aucun cas causer une grosse affaire. En y pensant de cette façon, on pourrait dire qu’un travail ennuyeux comme celui-ci était le prix de la paix, et il l’accepterait avec reconnaissance.

Juste au moment où Yuuto s’approchait de ces pensées — .

« Père ! Je te demande pardon, mais je dois te voir ! » Une voix rauque l’appela et la porte du bureau du patriarche s’était ouvert avec une grande force.

« Mm ? C’est toi, Second ? » Yuuto leva les yeux pour voir le commandant en second du Clan du Loup, Jörgen, entrer dans la pièce, en soufflant violemment alors que sa respiration était désordonnée.

Venant du Japon, Yuuto avait eu beaucoup de mal à s’adresser à quelqu’un de plus âgé que lui par son nom, sans aucune forme d’honneur. Pendant un certain temps, il avait essayé d’ajouter « monsieur », mais cela ne s’était pas bien passé, alors récemment, il avait commencé à utiliser une abréviation du titre du poste de Jörgen à la place.

Jörgen était un homme d’apparence féroce au début de la quarantaine, mais malgré son apparence, il était bon pour s’occuper des autres et ses subordonnés étaient très attachés à lui. Lorsque Yuuto avait voyagé à l’étranger, Jörgen avait servi en tant que patriarche intérimaire et avait gouverné Iárnviðr à sa place. C’était un homme digne de confiance et honnête.

« Qu’est-ce que c’est ? Que s’est-il passé ? » demanda Yuuto, ressentant déjà un pressentiment.

Dans des circonstances normales, Jörgen l’aurait appelé de l’extérieur de la pièce et aurait attendu sa permission avant d’entrer. Il n’aurait pas violé le décorum en faisant irruption comme ça. Cela signifiait que tout ce qui se passait devait être quelque chose de terriblement important.

Jörgen n’avait pas fait de pause. L’élan qu’il avait produit par l’ouverture de force de la porte l’avait porté directement aux côtés de Yuuto.

« Père ! Aide-moi, s’il te plaît, » plaida-t-il d’une voix désespérée. « Mon enfant ! Mon enfant va être tué ! »

***

Partie 3

Alors qu’il était conduit par Jörgen, Yuuto avait couru vers la porte du château.

Alors qu’il s’approchait de là, il pouvait entendre une sorte de bruit rauque venant de l’extérieur de la porte. Il commençait déjà à faire nuit, mais il semblait y avoir beaucoup de monde rassemblé là.

Il y avait une excitation fervente dans l’air qui rappelait en quelque sorte à Yuuto le champ de bataille. C’était étrangement menaçant.

Alors qu’il était complètement essoufflé, il passa par la porte, et comme il le fit, ses yeux rencontrèrent ceux d’un homme de l’autre côté.

L’homme était peut-être âgé d’environ trente ans, et la lueur dans ses yeux était perçante et froide, comme celle d’un loup assoiffé de sang.

Il était habillé tout en noir, avec des cheveux bruns foncés qui descendaient en cascade jusqu’aux épaules. Il était grand et élancé, mais à y regarder de plus près, il était maigre et très pâle, presque maladif. Quelque chose chez lui semblait étrange.

À ses pieds, un homme plus jeune ligoté avec une corde et bâillonné avec un tissu se trouvait là. L’homme en noir tenait une épée pressée à l’arrière du cou du jeune homme ligoté, tout en restant silencieux. C’était comme s’il était la Faucheuse venue prendre l’âme de l’homme.

« Skáviðr, attends ! J’ai amené Père jusqu’ici ! » Jörgen l’avait appelé, interrompant la scène.

En entendant cela, l’homme appelé Skáviðr regarda son frère aîné assermenté avec un air d’ennui total. « C’est mon travail. Je vous serais reconnaissant si vous n’interveniez pas. Et je ne peux pas croire que vous soyez allé jusqu’à faire en sorte que notre seigneur se donne la peine de venir jusqu’ici en personne. »

« Vous aviez cru que je laisserais faire ça ! » ? Jörgen avait crié, brûlant de rage. « Quel parent resterait là pendant que son enfant est tué sans essayer de le protéger !? » Il se tenait debout devant l’adolescent ligoté.

De toute évidence, ce garçon avait prêté le Serment du Calice pour devenir l’enfant juré de Jörgen. En d’autres termes, il était un jeune membre de la propre faction ou « famille » de Jörgen au sein du grand Clan du Loup.

« Hé, assistant du second, » déclara Yuuto, s’adressant à Skáviðr. « Pour l’instant, expliquez-moi ce qui se passe. Cet individu a-t-il fait quelque chose ? »

Yuuto avait déjà une idée de ce que pourrait être la situation, et il avait un fort sentiment que ce ne serait pas agréable, mais il avait quand même demandé.

« ... Alors, vous l’avez amené ici sans même lui fournir une explication ? » Skáviðr demanda à Jörgen avec dédain.

« Et comment aurais-je pu avoir le temps pour ça ? » Jörgen avait répondu à son tour par un regard de haine pure et simple.

Yuuto avait poussé un soupir exaspéré. Regardant de son côté, il avait vu que Félicia affichait aussi une expression troublée.

Félicia se disputait souvent avec Sigrun, mais on pourrait dire que c’était le combat qui se déroulait entre deux personnes proches. Au fond d’elles-mêmes, elles se reconnaissent et s’acceptaient l’une et l’autre. Les deux hommes qui se regardaient l’un et l’autre devant Yuuto ne donnaient pas cette impression. L’air entre eux était épais et d’une intensité meurtrière.

Le titre officiel de Skáviðr était « l’assistant du commandant en second » et, par conséquent, son rôle était d’assister et de soutenir le commandant en second du clan dans l’exercice de ses fonctions. Et pourtant, sa façon de penser était complètement opposée à celle de Jörgen, de sorte que les deux étaient enclins à finir en désaccord l’un avec l’autre.

Comme les officiers des positions numéro deux et numéro trois du clan avaient de lourdes responsabilités, leur relation n’avait fait que tourner de plus en plus vers l’hostilité au fil du temps.

« J’ai dit, expliquez-vous. » Yuuto avait haussé la voix et avait reformulé sa demande en tant que commandement.

Skáviðr n’avait pas prêté l’oreille aux supplications de son frère assermenté et de son supérieur, mais il ne pouvait ignorer un ordre de son Patriarche. « On a découvert qu’au cours de son retour de la bataille, cet homme est entré dans un village de notre allié, le Clan de la Corne, où il a commis divers actes de violence. »

« Tch... ! » Yuuto avait fait claquer sa langue et son visage s’était déformé de dégoût.

Les actes de pillage et de violence perpétrés par une armée contre les habitants locaux faisaient partie intégrante de la guerre dans cette région.

Évidemment, la mort était définitive et absolue. Ceux qui étaient constamment exposés à la menace de mort avaient dû faire face à une quantité incroyable de stress. Sans un moyen de se défouler, ce stress s’accumulerait jusqu’à un point de rupture, et les troupes mécontentes seraient incapables de fonctionner efficacement.

C’est pourquoi, depuis l’Antiquité jusqu’à l’histoire récente, les actes de pillage et de viols avaient servi en quelque sorte de récompense pour les troupes qui avaient risqué leur vie au combat. En d’autres termes, les soldats de ce monde antique ne considéraient pas de tels actes comme moralement répréhensibles.

Une fois la victoire remportée, les soldats pouvaient entrer dans les villes et les villages capturés, voler et tuer les gens qui s’y trouvaient, se frayer un chemin dans n’importe quelle femme et satisfaire leurs désirs tant qu’ils le voulaient. C’était considéré comme leur droit du vainqueur en tant que soldats, et tout le monde considérait ça comme allant de soi.

Bien sûr, Yuuto ne pourrait pas accepter de telles valeurs. Cependant, essayer de les réfuter avec le bon sens du XXIe siècle n’avait pas de sens. La réalité de la vie ici était cruelle et sans cœur. Des arguments idéalistes et de jolis mots ne fonctionneraient pas du tout.

« Par conséquent, conformément aux lois du Clan du Loup, j’étais sur le point de procéder à son exécution, » avait dit Skáviðr, ses mots faisant allusion au changement de loi que Yuuto avait fait.

Le changement était le suivant : une loi absolue et sans compromis.

Plutôt que d’argumenter sur la base de ses propres sentiments naïfs, Yuuto avait utilisé sa position de patriarche pour surmonter la dure réalité ici.

Pendant la période des États belligérants de la Chine, l’une des écoles de pensée classique qui avait émergé était la philosophie qui, plus tard, avait été connue sous le nom de Fa-Jia, ou Légalisme.

Contrairement à un système où un administrateur ou un fonctionnaire attribuaient arbitrairement des récompenses et des punitions fondées sur la morale personnelle, le légalisme préconisait un ensemble de lois impersonnelles, strictes et rigides qui formaient la base d’une société gouvernante ; en d’autres termes, un gouvernement constitutionnel.

Après que Shang Yang, qui était pratiquement l’incarnation des idéaux du légalisme, soit devenu Premier ministre de l’État de Qin, ce qui avait été autrefois un pays faible et non civilisé, avait renaît en tant qu’un État puissant et prospère avec un système centralisé de droit et de gouvernement. Il avait été dit que ce système de droit était le fondement sur lequel le premier empereur de Qin avait plus tard unifié toute la Chine et avait commencé la dynastie Qin.

Au cours de cette même période, il y avait beaucoup d’autres exemples de Premiers ministres légalistes dont le leadership et les réformes avaient amené leurs états à leur apogée : par exemple, Zichan de l’état de Zheng, Guan Zhong de Qi, Shen Buhai de Han, et Wu Qi de Chu. Mais après leur mort, lorsque les lois qu’ils avaient promulguées avaient commencé à perdre leur autorité ou leur respect, leur pays était finalement retombé dans le déclin.

Dans le monde du XXIe siècle d’où venait Yuuto, les nations les plus développées suivaient aussi certains principes de constitutionnalisme et de primauté du droit. Les pays qui ignoraient leurs propres lois et étaient gouvernés par une junte autoritaire étaient devenus des cibles de ridicule et de mépris.

Le fait que la primauté du droit soit supérieure à la primauté de l’homme avait depuis longtemps été clairement confirmé par l’histoire. Pour qu’une nation plus petite et plus faible comme le Clan du Loup survive dans un monde de chaos et de guerre, afin de rendre leur nation prospère et forte, Yuuto avait conclu qu’un gouvernement fondé sur la primauté du droit était indispensable.

« Grand Frère, vous êtes le commandant en second du Clan du Loup, » déclara Skáviðr, se tournant vers Jörgen, « un homme assez admirable pour qu’on lui fasse confiance pour agir à la place du Patriarche. J’espère que vous ne me dites pas que vous ne connaissez pas nos lois ? »

« Ngh... ! » Jörgen avait fait un grognement bas et il s’était éloigné légèrement du regard aiguisé de Skáviðr. Il semblait que cette remarque avait coupé profondément en lui. « D’accord ! Je vais lui faire porter une épée en bois sur le dos, et m’assurer qu’il ne fera plus jamais quelque chose comme ça, alors s’il vous plaît, laissez-le partir avec ça ! »

Faire porter une épée de bois sur le dos de quelqu’un était une expression propre à Yggdrasil, faisant référence à une punition par laquelle on frappait le dos du criminel avec une épée de bois encore et encore. C’était l’une des punitions les plus sévères qu’un supérieur pouvait infliger à son subordonné.

« Hmph, comme c’est doux ! » Skáviðr avait rejeté l’idée avec un petit rire méprisant. « La loi du Clan du Loup exige la peine capitale pour ceux qui violent des femmes ou des enfants. Et ce serait une chose en territoire ennemi, mais c’était dans notre pays-frère. Il n’y a pas de circonstances atténuantes à considérer ici. »

Yuuto n’était pas un expert dans le domaine du droit. Il n’aurait pas été capable de créer un ensemble de lois détaillées, pas plus, qu’un ensemble complexe et nuancé de lois n’aurait pu pénétrer une population qui n’avait pas l’habitude de penser que la primauté du droit était absolue.

Yuuto s’était inspiré de choses comme le Code d’Ur-Nammu et le Code d’Hammurabi, ce qui serait plus approprié pour cette époque. Les lois et les punitions qu’il avait établies portaient principalement sur des choses comme le meurtre, le vol, les voies de fait, les crimes sexuels, la destruction des terres agricoles et le respect des ordres militaires. En particulier, les crimes de meurtre, de vol qualifié, de viol et de violation des ordres militaires étaient passibles de la peine capitale.

« À l’origine, cela aurait dû être votre devoir, Grand Frère, » déclara Skáviðr avec sang-froid. « Mais en tant que parent, vous auriez bien sûr des sentiments pour votre enfant. C’est pourquoi, en tant que responsable des exécutions, je propose de le faire pour vous. Maintenant, si vous comprenez, je voudrais que vous vous mettiez de côté. »

Skáviðr avait posé une main sur l’épaule de Jörgen et l’avait poussé avec force d’un côté.

Jörgen s’était précipitamment retourné et avait saisi l’épaule de Skáviðr, s’accrochant à lui dans une tentative de le retenir.

***

Partie 4

« Attendez ! » Jörgen avait crié. « Ce jeune homme, c’est l’un des meilleurs guerriers vétérans de la famille Jörgen, et j’ai jugé qu’à l’avenir, il pourrait être digne d’échanger directement le Serment du Calice avec notre Père. S’il mourait maintenant, nous perdrions quelqu’un de précieux pour l’avenir du Clan du Loup. »

« Il est vrai qu’il a obtenu beaucoup de réalisations militaires, » s’interrogea Skáviðr en regardant froidement le jeune homme à ses pieds.

Contrairement aux louanges des deux hommes, l’homme ligoté et bâillonné avait l’air impuissant et pathétique. Cela dit, Yuuto savait que c’était seulement parce que son adversaire avait été trop fort.

Contrairement à son apparence maladive, Skáviðr était un Einherjar avec une rune appelée Dáinsleif, « la Lame Ensanglantée », et il était aussi l’ancien Mánagarmr. L’année dernière, il avait perdu le titre de plus fort dans le Clan du Loup au profit de Sigrun, mais il était encore indubitablement un adversaire pour elle sur le champ de bataille. Même avec une certaine capacité, le jeune soldat n’aurait eu aucune chance contre Skáviðr. Il n’y avait pas d’autre issue possible pour lui que la capture rapide et sans effort par son adversaire.

« C’est vrai que cette fois son comportement a peut-être un peu dérapé, mais cela arrive souvent chez les plus talentueux, car leur vigueur les fait agir avec trop de hâte », avait plaidé Jörgen. « On pourrait dire que ce sont les deux faces d’une même pièce. Il s’agit de la preuve qu’il a un avenir prometteur devant lui. Et rien que dans le dernier combat, il nous a apporté des gains significatifs sur le champ de bataille. Avec cela à l’esprit, ne pourriez-vous pas alléger sa peine ? »

« Hm... récompenser suffisamment ceux qui apportent le succès est aussi la loi du Clan du Loup. » Skáviðr semblait se relâcher un peu.

Personne ne servirait longtemps sous la direction d’un chef qui n’avait fait que le « bâton » représentant les punitions sévères. Si c’était tout ce que le leader faisait, les sentiments de frustration et de mécontentement s’accumuleraient, et cela mènerait éventuellement à l’animosité envers le dirigeant. Ainsi, le Clan du Loup offrait des récompenses pour remplacer l’acte de pillages et de viols. Tous ceux qui avaient participé à une bataille avaient reçu de l’argent ou d’autres biens matériels ou fournitures. C’était une « carotte » rendue possible par le pouvoir économique qu’ils avaient acquis grâce au commerce de marchandises telles que la farine moulue et le papier.

Si le jeune guerrier avait eu autant de succès que les deux hommes plus âgés l’avaient reconnu, son salaire devrait être assez élevé. En effet, à Yggdrasil, où l’esclavage était une pratique courante, cela suffirait littéralement d’acheter plusieurs fois la vie d’une personne.

« Oui, c’est vrai, n’est-ce pas ? » Jörgen, en constatant Skáviðr était d’être d’accord avec lui, avait commencé à avoir de l’espoir. « Alors, vous allez... Qu’est-ce que... ? »

Frappe !

L’épée de Skáviðr frappé impitoyablement au niveau du cou du jeune homme, d’où avait jailli du sang frais.

« Mon Seigneur, » déclara-t-il en se tournant vers Yuuto, « Je demanderais que la famille restante de cet homme reçoive une récompense généreuse et appropriée. »

Skáviðr avait parlé sans passion, après avoir tué un homme et avoir été aspergé de son sang sans le moindre changement dans son expression faciale. Il avait retiré le sang de son épée d’un coup rapide et l’avait remis dans son fourreau — .

Jörgen, son visage teint en rouge d’indignation, avait dégainé son épée et pointait le bout droit sur Skáviðr.

« Qu’est-ce que vous croyiez faire ? » Skáviðr demanda froidement, ne trahissant aucune émotion.

« Je devrais vous demander la même chose ! On n’avait même pas fini de parler ! Pourquoi l’avez-vous tué ? » demanda Jörgen.

« Les récompenses et les punitions sont des affaires distinctes, et je ne suis que le fonctionnaire chargé des exécutions, » avait froidement déclaré Skáviðr. « J’ai simplement accompli l’étendue de mes fonctions officielles. Il y a un problème avec ça ? »

« Espèce de salaud ! » Jörgen avait jeté tous les derniers restes de sang-froid et s’était perdu dans la rage.

Aucun parent ne regarderait son enfant se faire tuer et ne serait pas en colère. Il avait même été dit que les enfants les plus stupides étaient les plus aimés. Et selon les coutumes d’Yggdrasil, le lien du Calice était plus fort que celui du sang.

Jörgen avait élevé ses subordonnés au sein du clan de la même façon que s’ils étaient ses propres enfants de chair et de sang, et ils avaient sans doute aussi franchi la ligne de démarcation entre la vie et la mort sur le champ de bataille, devenant souvent des camarades aussi bien que de la famille. La profondeur et la force de ce lien étaient quelque chose qu’un étranger ne pourrait jamais espérer savoir.

« H-Hey, tous les deux ! Attendez ! » Yuuto, face à une situation qui menaçait soudainement de déborder, avait paniqué et avait tenté d’interrompre les deux, mais — .

« Oui, c’est vrai, vous n’aviez pas besoin de le tuer ! » avait crié quelqu’un dans la foule.

« C’était un héros ! Il a montré la force du Clan du Loup à nos ennemis ! »

« Mais ne vouliez-vous pas juste faire du mal à notre commandant en second !? »

« Ahh, ça doit être ça. Vous ne pouvez pas attaquer directement le commandant en second, alors vous utilisez des excuses pour trouver des fautes avec son subordonné. Il n’y a rien de plus laid qu’un homme jaloux, vous savez ! »

« Seigneur Jörgen, donnez une leçon à ce bâtard, coupez-le en deux ! »

Les cris de raillerie des masses rassemblées autour d’eux avaient noyé la voix de Yuuto.

Chacun d’entre eux avait exprimé sa sympathie pour le jeune homme tué, et avait jeté des insultes sur Skáviðr qui avait procédé à son exécution. Pour les gens d’ici, il y avait probablement encore beaucoup de haine et de peur envers leur ancien ennemi de longue date, le Clan de la Corne.

 

 

« Hmph. Eh bien, mon travail ici est terminé. Je suppose que je devrais partir, puisqu’on ne veut pas de moi. » Avec un haussement d’épaules, Skáviðr s’était brusquement retourné sur son talon pour partir. Il avait délibérément laissé son dos exposé à Jörgen, qui avait encore une lame pointée sur lui.

Le commandant en second était le chef des subordonnés directs du patriarche, et aussi un candidat pour être le prochain patriarche. Si Jörgen l’attaquait dans un tel état, ce serait un acte de disgrâce ultime.

Skáviðr l’avait peut-être fait parce qu’il le savait, mais il était également vrai que s’il devait être attaqué maintenant par-derrière, il serait abattu avec facilité. Pour qu’il tourne de toute façon le dos à Jörgen dans cette situation, sans le moindre changement d’expression, il lui fallait certainement un certain niveau de cran.

« Oh, c’est vrai. » Juste au moment où il passait la porte, Skáviðr s’était arrêté et avait regardé par-dessus son épaule pendant un moment. « Je ferais mieux de le dire maintenant pour le bien de vous tous, imbéciles. Si l’un d’entre vous fait quelque chose pour attirer mon attention, ne pensez pas un seul instant que vous en sortirez vivant. Si vous ne voulez pas que votre sang devienne une tache sur ma lame, vous feriez mieux de suivre la loi. Faites ça, et vous n’aurez pas à vous occuper de moi. Hehe hehe hehe... »

Pendant qu’il parlait, son visage était incrusté d’un sourire cruel et impitoyable. Après un moment, Skáviðr passa calmement par la porte vers le parc du palais.

Une vague de peur avait réduit au silence le tumulte de la foule, et tout à coup, le calme était tel que l’on pouvait entendre une mouche volée. Une fois Skáviðr complètement disparu de la vue, leurs plaintes éclatèrent à nouveau.

« Vous avez vu ça ? Il a aussi ri comme ça lors d’une précédente exécution ! »

« Eh bien oui, c’est après tout le “Boucher Ricanant” Níðhǫggr. Ce salaud adore tuer les gens. »

« Non seulement ça — . D’après ce que je sais, il se promène en ville tous les jours à la recherche de quelqu’un qu’il peut tuer. Gaaah, ça me donne la chair de poule ! »

Des mots de ressentiment et de dépit étaient sortis des lèvres de tout le monde.

Pendant que Yuuto écoutait, il fit disparaître les mots qu’il sentait lui-même sur le point de dire en réponse. Il devait se souvenir de son premier devoir. Se laisser submerger par ses émotions ici serait un gaspillage insensé du sacrifice qui venait d’être fait. Il y avait autre chose qu’il devait faire maintenant.

« Je suis désolé, » Yuuto s’agenouilla à côté du jeune mort, plaçant une main sur la poitrine, avant d’offrir une prière silencieuse.

D’ordinaire, selon les valeurs de ce monde, ce qu’il avait fait était parfaitement normal et banal. Bien sûr, il y avait beaucoup de gens qui avaient exprimé leur désapprobation face à de tels actes, mais même ces individus auraient fini par le rationaliser comme étant quelque chose qu’ils ne pouvaient rien faire pour faire changer.

En tant que personne qui avait apporté des valeurs étrangères d’une autre époque et les avait imposées aux personnes d’ici, Yuuto sentait qu’il avait l’obligation d’offrir au moins ses condoléances à une victime de ce changement.

De plus, c’était l’enfant juré de Jörgen, comme Jörgen l’était pour Yuuto. Ils n’avaient peut-être pas échangé directement le Serment du Calice, mais il avait toujours été quelque chose comme le petit-fils de Yuuto.

« Protégez votre famille. » C’était censé être la croyance personnelle de Yuuto, mais loin de protéger le garçon, c’était la loi que Yuuto avait établie qui l’avait tué.

Mais tant que Yuuto était patriarche, il devait s’efforcer d’atteindre le bonheur du plus grand nombre. Il ne pouvait pas se permettre de donner la priorité à son désir de protéger sa famille si cela signifiait que des citoyens innocents seraient lésés dans le processus. Car les citoyens aussi étaient la famille de Yuuto.

Ce qui aide l’un pouvait nuire à l’autre, comme le disait le vieil adage. Lorsque deux devoirs égaux étaient en conflit, on n’avait pas d’autre choix que de choisir son camp. Il n’y avait rien d’autre qu’il aurait pu faire. Mais même s’il n’y avait rien d’autre qu’il n’aurait pas pu faire...

Les émotions de Yuuto l’individu et la raison d’être de Yuuto le patriarche s’affrontaient, laissant un sentiment de contradiction sans espoir. Qu’est-ce que je fais ? Le vide et le dégoût de soi avaient traversé son cœur.

Son angoisse visible donnait une impression très différente aux individus rassemblés devant la porte du château.

« Quelle gentillesse ! Regarde comme il pleure la mort d’un seul membre de son clan. »

« En effet, c’est exactement pour cela que les braves combattants du Clan du Loup l’admirent comme Père malgré sa jeunesse. Franchement, c’est un homme d’une dimension si différente de celui de Níðhǫggr ! »

« Nous devrions aussi offrir nos prières à ce jeune homme malchanceux. »

« Ohh, tu as raison ! »

En s’inspirant de Yuuto, les autres avaient posé une main sur leur propre poitrine et avaient commencé à prier en silence. Quelques-uns avaient été émus jusqu’aux larmes.

Je ne suis pas un grand homme de caractère comme vous le pensez ! Yuuto voulait le crier à haute voix. Mais même s’il le faisait, il n’aurait aucune possibilité de s’expliquer.

Yuuto avait serré durement les dents, incapable de résoudre ses sentiments désespérés.

***

Partie 5

« Eh bien, cet homme est plus terrifiant que jamais, » murmura Félicia une fois qu’elle et Yuuto étaient de retour dans le bureau du patriarche. Elle avait alors poussé un long soupir de soulagement.

Normalement, Félicia saluait n’importe quel officier du Clan du Loup et échangeait au moins quelques mots avec eux. Au lieu de cela, elle s’était contentée d’un simple signe de respect de sorte que cela indiquait qu’elle avait vraiment du mal à traiter avec Skáviðr.

« Excusez-moi, Père, j’arrive. » Dès que la voix froide et digne de Sigrun avait annoncé sa présence de l’extérieur, la porte du bureau s’était ouverte avec un ka-chack, et elle était entrée dans la pièce.

Sigrun portait presque toujours une expression sévère, avec une aura froide et tranchante comme une lame autour d’elle, mais ce n’était rien à voir avec l’aura sinistre de Skáviðr. C’était plutôt une sorte de beauté froide qui inspirait à la fois la peur et le respect.

« Père, les envoyés sont arrivés du Clan de la Griffe, et ils souhaitent une audience avec vous », avait-elle annoncé.

« Ils ont été envoyés par Botvid ? » Yuuto avait dit avec une grimace.

Botvid était le patriarche de leur nation voisine, le Clan de la Griffe. Yuuto avait réussi à forcer son allégeance, le prenant pour un jeune frère assermenté, mais derrière son sourire amical, on ne pouvait jamais dire ce que l’homme complotait vraiment. C’était un homme face à qui Yuuto ne pouvait pas se permettre de baisser la garde.

« C’est peut-être un bon changement de rythme, » déclara Yuuto, les bras derrière la tête et le dos tendu. Après l’épreuve de tout à l’heure, il se sentait encore un peu déprimé. « Sont-ils dans la salle d’audience ? »

« Oui, je vais chercher un chambellan et... ah ! » Alors que Sigrun se retournait vers l’entrée du bureau, elle avait sursauté en raison de la surprise.

Deux filles regardaient dans la pièce depuis le pas de la porte. Une fois que leurs yeux avaient rencontré ceux de Yuuto, elles s’étaient redressées puis elles étaient entrées dans le bureau sans hésiter. Elles semblaient être des enfants d’environ 12 à 13 ans, et elle avait une apparence tout à fait adorable. Yuuto avait remarqué qu’elles avaient des traits faciaux identiques.

« Des jumelles, hein ? » déclara-t-il. « Hé ! Vous deux, cette zone est interdite aux enfants ! »

Le palais central était la résidence du souverain du Clan du Loup. Naturellement, s’il ou elle avait des conjoints ou des enfants, ils vivraient aussi tous ici.

Cette zone était censée être hors limites pour que personne sans permission expresse ne puisse y entrer, alors Yuuto s’était dit qu’elles s’étaient perdues et qu’elles avaient erré accidentellement ici. Cependant...

« Lady Albertina ! Lady Kristina ! Je croyais vous avoir dit d’attendre dans la salle d’audience ! » Sigrun avait réprimandé poliment les filles, et Yuuto avait effectué un second regard vers elles.

En y regardant de plus près, leur tenue vestimentaire était quelque peu différente du style des vêtements portés par les membres du Clan du Loup. De plus, le tissu suspendu lâchement à leurs épaules semblait être fait de soie, ce qui indiquait qu’elles étaient les filles d’une personne de haut statut.

« Hehe hehe hehe, » l’une des filles avait gloussé. « Je voulais tout de suite voir le visage de mon mari. »

La fille qui avait dit cela avait ses cheveux avec une courte queue latérale à droite. Elle s’était ensuite frotté l’arrière de la tête et avait gloussé d’une innocence mignonne et authentique.

« Je suis désolée. J’ai essayé d’arrêter Al, mais elle a insisté. » L’autre fille avait délicatement levé une main sur sa joue pendant qu’elle parlait. Elle avait sa courte queue latérale sur le côté gauche, et avait aussi une expression plus maussade, contrairement à celle de sa sœur.

 

 

Choquée, Albertina se tourna vers sa sœur. « Quoi !? Mais Kris, c’est toi qui as dit qu’on devrait la suivre en secret ! »

« De quoi parles-tu ? Al, n’essaie pas de m’accuser de tes actes. » Kristina feignait l’ignorance, inclinant légèrement la tête comme si elle était perplexe. « N’étais-tu pas celle qui disait : “Je veux le voir, je veux le voir, je veux le voir, je veux voir houinnnnn”, et qui pleurniche comme une enfant gâtée ? »

« Ce n’est pas vrai !! D’accord, non, j’ai dit quelque chose comme ça, mais Kris, c’est toi qui l’as suggéré en première ! » répondit Albertina.

« Alors la vérité sort, » déclara Kris triomphalement. « En d’autres termes, tu l’as dit, n’est-ce pas ? »

« Eh bien, oui, je l’ai fait, mais, mais, mais…, » répliqua Albertina.

« Franchement, Al, tu dois t’excuser. Tu as offensé le patriarche du Clan du Loup. Regarde le chaos que tu as produit. Allez, vite, vite ! Excuse-toi. Ou bien est-ce que tu t’en fiches de ce qui arrivera aux membres du Clan de la Griffe  !? » déclara Kristina.

« E-eehhhhhhhhhh !? Je suis vraiment désolée ! » Confuse, Albertina s’était excusée à profusion.

« Vraiment, je dois aussi m’excuser humblement pour la bavure négligente de ma bonne à rien de sœur, » avait poursuivi Kristina sans attendre qu’une seconde se soit écoulée.

« Hein ? Hein ? Attends ! Pourquoi tout est de ma faute maintenant ? » demanda Albertina.

« Al, tu es vraiment sans espoir, n’est-ce pas ? » Kristina ricana.

Albertina tourna la tête dans ce sens, complètement perdue quant à ce qui venait de se passer, tandis que Kristina semblait regarder sa sœur avec un sourire presque ravi.

C’est quoi, ces deux-là ? Yuuto se demandait, abasourdi. Félicia et Sigrun semblaient penser la même chose ; tous les deux s’étonnaient aussi dans le silence, leur bouche grande ouverte, ce qui était inhabituel pour eux deux.

À ce moment-là, la jeune fille nommée Kristina souleva doucement l’ourlet de ses vêtements, les laissant flotter autour d’elle alors qu’elle s’agenouillait gracieusement à genoux et avait incliné respectueusement la tête.

« Si je peux recommencer officiellement, je m’excuse de ne pas m’être présentée plus tôt. Je suis Kristina, fille de Botvid, patriarche du Clan de la Griffe. Voici ma sœur jumelle aînée, Albertina. Par ordre de Botvid, patriarche du Clan de la Griffe, nous sommes venues ici pour avoir l’honneur d’être vos épouses. J’espère que nous nous entendrons bien dans les nombreuses années à venir, » annonça Kristina.

« ... Quoi !? » Yuuto venait d’entendre quelque chose qu’il ne pouvait ignorer.

« Maudit soit ce vieux renard, » déclara Yuuto avec mépris. « C’est le genre de conneries qu’il préparait. »

Yuuto s’était penché sur le bureau, le menton dans ses mains. La première chose qui me vint à l’esprit fut sa conversation avec le patriarche du Clan de la Griffe après la Cérémonie du Calice de Yuuto et de Linéa. Botvid lui avait posé des questions sur ses perspectives de mariage, puis il a fait un suivi avec un « Eh bien, et ma fille ? » Il avait même dit : « Dites oui maintenant et je pourrais ajouter une seconde pour adoucir l’affaire. »

Bien sûr, Yuuto avait rejeté l’offre, ce qui aurait dû mettre fin au sujet. À l’époque, il soupçonnait le patriarche du Clan de la Griffe de préparer quelque chose pour avoir si facilement reculé, mais il ne s’attendait pas à une tactique agressive comme celle-ci... C’était comme un éclair bleu.

« Je ne suis pas sûr de ce qu’il attend de moi avec vous deux, étant donné que je n’ai jamais rien accepté vous concernant, » avait déclaré Yuuto. « Je vais devoir vous demander de rentrer chez vous. »

« Attendez ! Après avoir pris la peine de venir jusqu’ici, ce n’est pas équittttableeee ! » Albertina soufflait de l’air et faisait la moue.

Ce n’était pas le genre d’attitude qu’elle devrait adopter avec le patriarche d’un autre pays, et encore moins le frère aîné assermenté de son propre patriarche. Mais, son innocence débridée avait fait qu’il était facile de penser qu’après tout, elle est juste une enfant, alors que pouvons-nous y faire ? Et de l’ignorer.

Quant à l’autre, la sœur au visage calme, elle affichait une impression très différente.

« C’est vrai, » avait dit Kristina. « Pendant tout le voyage, Al a dit des choses comme : “Apparemment, c’est une personne incroyable. Mais j’ai aussi entendu dire qu’il est assez effrayant” et “Ohhh, j’espère vraiment qu’il est beau” et même “Albertina, je t’aime. Maintenant, deviens ma fiancée !” “Ohh, Seigneur Yuuto !” À la fin, elle affichait un spectacle pathétique d’une femme toute seule que c’était vraiment douloureux à regarder. J’aimerais vraiment que vous preniez ses sentiments en considération. »

« K-Kris, j’aimerais que tu réfléchisses à ce que je ressens à propos de ce que tu lui dis ! » cria Albertina.

« ... Snrk. Hehe hehe hehe, » ricana Kristina.

« Et j’aimerais que tu ne ricanes pas comme si tu te moquais de moi ! » cria Albertina.

« ... »

« Ne me regarde pas avec pitié dans les yeux sans rien dire ! » cria Albertina.

« Al, tu es ennuyeuse, et dégoûtante, » cria Kristina.

« Quand tu dis ça de vive voix, c’est aussi très blessant ! » cria Albertina.

Pour une raison inconnue, Kristina poussait émotionnellement sa sœur au pied du mur.

Alors qu’Albertina s’affaissait, pleurait à moitié et traçait un cercle sur le sol avec son index, Kristina la regardait avec un regard empli d’extase. Ses joues étaient rouges et elle tenait son propre corps tremblant avec les deux bras, comme si elle essayait de supprimer les frissons de plaisir.

« Oh Al ! Tu es vraiment sans espoir. Mais ne t’inquiète pas, je n’abandonnerais jamais ma douce et désespérée sœur. Je serai toujours là pour t’aider quand tu auras besoin de moi, maintenant et pour toujours. » Kristina commença à tapoter Albertina sur la tête, la consolant.

Yuuto se frotta les yeux ; pendant une seconde, il était sûr d’avoir vu une paire d’ailes en forme de chauve-souris sur son dos et une queue pointue sortir de sa jupe. En tant que témoin direct de leur échange, il ne pouvait que penser, vous avez beaucoup de culot de dire cela quand vous êtes celle qui l’avait tourmentée. Cependant...

« Kriiis — ! Merci, merci ! Désolée d’être une si mauvaise sœur. S’il te plaît, j’espère que tu continueras à t’occuper de moi ! » déclara Albertina.

Albertina avait alors enlacé sa sœur, étouffant des sanglots et pleurant des larmes de gratitude. Elle semblait complètement inconsciente du fait que sa sœur l’avait complètement piégée. Cette fille était si pure et douce qu’elle n’avait pas la capacité de douter des autres. Ou, pour dire les choses moins gentiment, elle était un peu simplette.

« Hee hee hee hee hee. Al, tu es si adorable, » déclara Kristina tout en retournant l’étreinte. Elle tapota tendrement le dos d’Albertina, tout en affichant un sourire impeccablement doux qui convenait bien à un petit diable.

Au début, son comportement avait fait que Yuuto se demandait si elle détestait sa jumelle, mais il semblerait que ce n’était pas le cas. Il semblait que Kristina avait une véritable affection pour Albertina ou peut-être même un peu trop d’affection. C’était juste un amour incroyablement tordu et étrange.

 

 

« On dirait que nous avons des personnes bizarres de première classe sous les mains, » déclara Yuuto avec un soupir fatigué, en gardant sa voix basse pour que les jumelles n’entendent pas.

Félicia avait fait un sourire ironique et s’était penchée pour lui chuchoter à l’oreille. « Il serait tentant de soupçonner qu’il a offert ses filles comme épouses pour qu’il puisse se débarrasser de leur nuisance. »

« Je suis d’accord », répondit Yuuto en hochant légèrement la tête.

« Nous traiter de nuisibles est une remarque que nous ne pouvons ignorer ! » s’exclama Kristina.

« Ouais, on ne peut pas l’ignorer ! » Albertina avait ajouté.

Kristina et Albertina avaient soudainement haussé la voix de façon synchronisée et avaient poussé leurs paumes droite et gauche, respectivement, vers Yuuto. Avec leurs mains opposées respectives au niveau des hanches, elles avaient pris une pose symétrique.

Dans une volte-face de son tempérament calme et recueilli, Kristina lui avait soudain crié dessus avec une colère débordante, « Ne me mettez pas dans la même catégorie que quelqu’un comme Al ! »

« C’est pour ça que tu es en colère !? » s’écria Albertina.

« Je n’ai jamais été aussi insultée de toute ma vie, » déclara Kristina.

« Est-ce si mauvais pour toi !? » Albertina avait pleurniché en demandant ça.

« Parce qu’Al est, elle est... oh…, » déclara Kristina.

« Pourquoi me dénigres-tu ainsi !? Maintenant, j’ai vraiment besoin de savoir ! » demanda Albertina.

« ... Je suis désolée. Je ne pouvais pas le dire parce que ce serait trop triste pour que tu l’entendes, » répondit Kristina.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Albertina.

Alors que les larmes commençaient à monter aux yeux d’Albertina, Kristina se détourna d’elle avec un regard douloureux. Naturellement, une fois son visage avait été détourné de la vue de sa sœur, Yuuto pouvait voir un sourire maléfique se répandre sur elle.

« Okaaay... » Yuuto avait regardé avec une expression raide pendant que la conversation s’éloignait de nouveau de lui.

Parler avec ces deux filles semblait vraiment le déconcerter. Franchement, il commençait à avoir l’impression de les laisser faire, mais il n’était pas en mesure de le faire maintenant.

« Avez-vous entendu tout ce que nous nous disions l’un à l’autre ? » demanda-t-il. Ils étaient, après tout, des envoyés du Clan de la Griffe, donc Yuuto avait pris soin de parler doucement avec Félicia pour qu’elles n’entendent pas. Le mot « nuisance » que les jumelles avaient cité avait été discrètement murmuré directement à son oreille. C’était un peu difficile à croire que leur ouïe était assez bonne pour entendre ça.

« Hehe hehe hehe hehe, il se trouve que nous sommes toutes les deux Einherjar ! » Albertina avait déclaré ceci avec un regard de triomphe, gonflant sa poitrine plate avec fierté.

La phrase qui vint immédiatement à l’esprit de Yuuto était « donner de la confiture aux cochons », mais comme il venait de l’entendre, il avait fait preuve de retenue et l’avait gardé pour lui seul.

« Je porte la rune Veðrfölnir, le Silencieux des Vents, et ma sœur Al porte Hræsvelgr, le Provocateur des Vents. Seigneur Yuuto, s’il vous plaît, utilisez mon pouvoir sur votre chemin de conquêtes. »

« Bien, s’il vous plaît, utilisez-la..., attends, Kris, pourquoi on lui dit d’utiliser que le tien !? » s’exclama Albertina.

Quant à Kristina, les mots « une folle avec un couteau » semblait les plus appropriés selon Yuuto, mais bien sûr, il était assez sage de garder sa bouche bien fermée. Il préférait éviter de faire quoi que ce soit qui créerait même une mince chance d’être la cible de ses agressions verbales.

Yuuto avait pris une longue et profonde respiration et il rassembla ses pensées.

Les écouter faire leurs échanges verbaux était comme l’équivalent conversationnel d’un champ douillet de fleurs sauvages et d’un paysage d’enfer sinistre mélangés ensemble, et se laisser entraîner dans ce monde suffisait à lui faire tourner la tête.

Il s’était souvenu de ce qu’il avait le plus besoin de dire, et c’était à partir de là qu’il avait commencé. « Je l’ai dit au début, mais je n’ai jamais accepté de vous prendre pour épouse. »

« Hmm, est-ce parce que vous avez décidé d’aller de l’avant avec l’offre de fiançailles du Clan de la Corne ? Je suppose qu’avec le règne sur l’ensemble de leur clan sur la table comme prix, même nous deux ne sommes pas à la hauteur. »

Yuuto fronça les sourcils. « On dirait que votre ouïe est très bonne. »

Dans le monde non civilisé d’Yggdrasil, il n’y avait pas de téléphone, d’Internet ou d’autres outils pratiques pour transmettre l’information. La méthode actuellement la plus rapide et la plus répandue était une tablette d’argile portée par un messager à cheval, ce qui signifiait qu’il fallait un certain nombre de jours pour recueillir des renseignements d’un autre pays.

Moins de dix jours s’étaient écoulés depuis que Linéa demandé Yuuto en mariage.

Compte tenu de la distance géographique entre le Clan de la Griffe et le Clan de la Corne, et du fait que les deux filles étaient en route depuis un certain temps vers la capitale du Clan du Loup, il s’agissait d’informations qu’elles n’auraient normalement pas pu obtenir physiquement.

Au début, il pensait qu’il s’agissait peut-être d’une question tendancieuse, mais l’expression « règne sur l’ensemble de leur clan » était trop spécifique pour cela.

« Je suis après tout la fille de Botvid. Je ne suis rien si ce n’est qu’une ouïe. » Kristina gloussa tranquillement et fit un sourire significatif à Yuuto.

Pendant ce temps, il y avait une autre fille de Botvid présente, qui avait laissé échapper une surprise, « Ehh !? Mais je ne le savais pas ! et j’étais aussi choqué que Yuuto l’a été. »

Mais mis à part cela...

***

Partie 6

« Quoi qu’il en soit, c’est une question à part entière, » avait déclaré Yuuto. « Ce qui est important, c’est que pour ce genre de choses, il y a certaines étapes à suivre et des arrangements à prendre, sinon cela nous causera des problèmes. Je vais rédiger une lettre d’objection à l’engagement, donc pour l’instant, je vais vous faire partir et attendre... »

« Attendez un instant, Grand Frère ! » Félicia avait soudainement haussé la voix afin de l’interrompre. « Ces deux-là sont les filles de naissance de Grand Frère Botvid, ce qui fait d’elles des enfants de haut rang, comme des princesses. Les renvoyer directement chez elles alors qu’elles sont arrivées aujourd’hui, euh... Ce serait, euh... »

Félicia avait affiché une expression d’inquiétude, jetant un coup d’œil sur les jumelles. Elle se méfiait clairement du fait que son précédent murmure à l’oreille de Yuuto avait été entendu.

« Hehe hehe, ça ne me dérange pas si vous le dites à haute voix, » déclara Kristina avec un autre rire. « Oui, nous deux sommes aussi des otages, offerts au Clan du Loup comme preuve physique de la loyauté de notre clan envers le vôtre. »

« Tch. Qu’est-ce qu’il croit que sont ses filles !? » Yuuto crachait les mots, son visage tordu dans une grimace de ressentiment flagrant.

Il était vrai que dans la société clanique d’Yggdrasil, les liens formés par le Calice avaient plus de poids que ceux de la chair et du sang. Mais ce n’était qu’un aspect de la société ici, et les sentiments d’une personne n’étaient pas si faciles à répartir selon les règles ou les coutumes.

Yuuto et Botvid avaient échangé le serment du frère Calice et étaient devenus frères de sang, mais compte tenu de leur histoire présente entre eux jusque-là, il serait impossible d’appeler leur relation basée sur une vraie confiance.

Botvid avait sûrement aussi ressenti cela. Ainsi, voyant que le Clan du Loup continuait à se renforcer jour après jour, il avait décidé d’offrir ses propres filles en signe de loyauté.

Yuuto avait compris la logique derrière tout cela. C’était quelque chose qui avait été pratiqué dans le monde entier, et cela tout au long de l’histoire. Mais même ainsi, il était presque vaincu par la haine qui bouillonnait dans son cœur.

« Hehe hehe, comme c’est effrayant. Il s’agit donc du “Lion en Colère” dont j’ai entendu tant de rumeurs ? » Les mots de Kristina eux-mêmes invoquaient un air de confiance, mais pour la première fois, son sourire devenait tendu.

Albertina avait les larmes aux yeux et tremblait comme un chiot effrayé.

« C’est vrai, désolé », s’excusa Yuuto sèchement. « Je ne suis pas en colère contre vous deux, d’accord ? Je suis juste un peu énervé contre mon frère qui a décidé d’utiliser deux jeunes filles comme vous, ses propres filles, comme otages. »

L’image de l’homme que Yuuto détestait le plus, l’homme qui avait abandonné sa femme au nom de ses propres désirs égoïstes, était apparue dans son esprit pendant une seconde. Il savait que ça lui donnait des envies de meurtres.

« Ce sont des mots surprenants venant du Loup Infâme Hróðvitnir, l’homme qui a amené le Vánagandr, » déclara Kristina. « Oh, ça me rappelle que votre production de papier est très rentable, n’est-ce pas ? »

« ... Vous avez vraiment le don de rassembler des informations, n’est-ce pas ? » Yuuto avait parlé d’un ton bas et calme, en rétrécissant les yeux.

À l’intérieur, il était complètement étonné.

Cette fille Kristina avait utilisé ses bouffonneries comme masque pour dissimuler son vrai caractère, une fille intelligente et trop dangereuse pour qu’il baisse la garde face à elle. Yuuto avait dû admettre qu’il était tombé dans le piège des conversations ridicules de tout à l’heure, ce qui avait obscurci son jugement et l’avait poussé à la sous-estimer.

À l’époque où il négociait pour que Botvid effectue le Serment du Calice afin qu’il devienne son jeune frère assermenté, Yuuto avait diffusé certaines informations à utiliser comme levier : il avait ordonné qu’une ville du Clan de la Griffe appelé Van soit brûlé jusqu’au sol et rayé de la carte, et tous les résidents massacrés.

Bien sûr, en réalité, Yuuto n’aurait jamais pu se résoudre à recourir à de telles mesures extrêmes, et avait plutôt fait ramener les villageois à Iárnviðr, où ils étaient employés dans des emplois tels que la fabrication de papier. Cependant, la connaissance de ces faits avait été traitée comme une question du secret national le plus absolu, qui ne devait jamais être révélé.

Cela avait été conçu comme un moyen de dissuasion envers d’autres pays, une menace que quiconque attaquerait le Clan du Loup en souffrirait. Si l’on découvrait que Yuuto n’avait en vérité pas la volonté de passer à l’acte, ce serait plutôt considéré comme un signe de faiblesse et une source de manque de respect.

Et cette fille savait.

Pour protéger son clan, il ne pouvait pas se permettre de laisser tomber l’affaire. Cela dit, il ne voulait pas non plus être trop brutal envers un enfant.

Alors qu’il se demandait quoi faire exactement, Kristina haussa les épaules d’un soupir et prit la parole. « La vérité, c’est que je ne l’ai appris qu’il y a quelques instants. Je manie le Silencieux des Vents, Veðrfölnir. Ma spécialité est d’effacer ma présence et d’infiltrer des endroits, ou de me faufiler. Alors s’il vous plaît, soyez assuré que mon père Botvid ne sait encore rien. »

« Je ne peux pas maintenant vous renvoyer chez vous, » Yuuto haussa les épaules et effectua un rire amer.

Franchement, il était un peu moins inquiet. Si elle avait vraiment eu l’intention de répandre le secret ailleurs, elle n’aurait pas volontiers montré son jeu ici. En y repensant maintenant, dès le départ, il aurait dû trouver étrange par le fait qu’un artiste martial chevronné comme Sigrun avait été si facilement suivi jusqu’à son bureau.

« Bon sang, vous m’avez vraiment bien eu, » avait déclaré Yuuto. « Alors, c’est donc ça votre véritable personnalité, non ? Est-ce que tout ce que vous avez fait avant n’était qu’un jeu d’acteur ? »

« Oui, je trouve que jouer l’imbécile encourage les gens à baisser leur garde, et ils laissent échapper toutes sortes de choses. Je ne nierai pas que le fait de taquiner ma chère Al est mon hobby personnel. »

« Hehe, je vois, » Yuuto hocha la tête, impressionné.

Il se souvient d’une anecdote sur un seigneur de guerre de la période Sengoku, Takeda Shingen. Il y avait des comptes rendus variés sur la question, mais il avait été dit qu’il avait agi délibérément comme un imbécile en public, afin de tromper les États voisins pour qu’ils baissent leur garde.

Malgré son apparence enfantine, cette fille ne devait pas être prise à la légère.

« Pourtant, ne pensiez-vous pas qu’il était possible que tout cela me mette assez en colère pour faire quelque chose contre vous, ou contre le Clan de la Griffe, en guise de représailles ? » demanda Yuuto.

« En rassemblant toutes les informations que j’ai recueillies jusqu’à présent, j’ai conclu que les chances étaient extrêmement faibles, » répondit Kristina.

« Oh, vous êtes bien quelques choses, vous, d’accord ! » Yuuto avait giflé son genou et avait ri en trouvant tout cela amusant.

Yuuto avait complètement pris goût à Kristina. Bien sûr, même cela pourrait être quelque chose qu’elle avait calculé après avoir enquêté sur sa personnalité, mais même cette pensée était agréable.

« Pour être franc, j’aimerais vraiment vous avoir comme enfant subordonné. Je vais quand même devoir renoncer à vous prendre pour épouse ou concubine. »

« Hehe hehe hehe. Seigneur Yuuto, votre capacité à dire de telles choses est peut-être un autre exemple de votre grand talent en tant que dirigeant, » ricana Kristina.

« Hm ? » Yuuto jeta un coup d’œil à gauche et à droite sur Félicia et Sigrun, et remarqua que les deux affichaient des expressions qui indiquaient des sentiments mitigés.

Apparemment, elles ne comprenaient pas pourquoi Yuuto avait fait l’éloge de Kristina. De leur point de vue, c’était simplement une petite fille impudente avec une personnalité problématique et une personne troublante connaissant des affaires secrètes du Clan du Loup. En particulier, la première moitié de cette période de temps leur avait laissé une mauvaise impression.

Cependant, Yuuto avait acquis sa manière d’agir à travers la lecture d’une série de livres sur la stratégie et les tactiques militaires, et il n’y avait aucune chance qu’il puisse ignorer sa terriblement grande valeur en tant qu’atout.

Même son auteur bien-aimé Sun Tzu avait écrit : « Connais ton ennemi et connais-toi toi-même, et tu peux mener une centaine de batailles sans désastre ». Et dans le monde du 21e siècle d’où venait Yuuto, il y avait la maxime « Celui qui contrôle l’information contrôle le monde ».

Dans le monde sous-développé d’Yggdrasil, le talent exemplaire de Kristina pour la collecte de renseignements était quelque chose que Yuuto voulait désespérément. Plus important encore, il pourrait l’utiliser pour l’aider à trouver un moyen de rentrer chez lui.

« Pourtant, c’est une heureuse coïncidence, » avait ajouté Kristina. « En vérité, je n’avais aucun intérêt à devenir votre femme ou votre concubine. Et... Je n’avais pas du tout l’intention de vous laisser poser la main sur l’une de nous. »

Jetant un coup d’œil à sa sœur, Kristina avait doucement souri. Elle était sans aucun doute extraordinairement douée, mais il n’y avait pas de malentendu qu’elle était tout aussi extraordinairement tordue.

Albertina frissonna, comme si elle avait senti un froid momentané, ou une mauvaise prémonition.

« Dans ce cas, pourquoi êtes-vous venues ici ? » Yuuto était allé de l’avant et lui avait demandé d’emblée la suite, bien qu’il avait commencé à former une supposition basée sur les divers indices dispersés tout au long de leur discussion.

« Bien que je sache que c’est un acte d’insolence, je suis venue ici pour jauger et tester votre calibre en tant que leader, Seigneur Yuuto, » répondit Kristina.

« Enfant arrogant ! Je m’étais retenue à cause de votre statut élevé, mais parler de tester Père va au-delà des limites de l’insolence ! » Avec une voix vive et froide comme la glace, Sigrun avait commencé à se placer devant Kristina.

Sigrun était au fond une personne extrêmement sérieuse et sincère, qui dans le jargon du 21e siècle du Japon pourrait être appelée un « membre d’un club sportif ». C’était un stéréotype caractérisé par l’adhésion à des manières strictes et le respect des règles et de la hiérarchie dans les clubs sportifs typiquement japonais. Elle ne pouvait probablement pas simplement ignorer le mépris flagrant pour le décorum et d’être ballottée par les paroles et les actions de Kristina. Le jeu d’acteur ridicule des jumelles était aussi indubitablement tombé sur ses nerfs.

Surtout, sa loyauté envers Yuuto se situait au niveau de la foi aveugle. Entendre que tout cela avait été un test pour que son Père bien-aimé prouve qu’il était apte, avait été pour elle la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase.

« Hé, attends, Run, » déclara Yuuto. « Le fait qu’elle l’admette maintenant signifie qu’elle m’a reconnu comme étant digne, n’est-ce pas ? »

Faisant un geste doux d’une main pour retenir Sigrun, Yuuto avait jeté un coup d’œil à Kristina pendant qu’il parlait.

Yuuto était le genre de personne qui détestait quand les autres se dénigraient ou se rabaissaient par rapport à lui. Apprendre qu’il était « testé » ne lui faisait pas vraiment du bien, mais il aurait trouvé beaucoup plus déraisonnable pour quelqu’un de faire confiance à un gamin étrange comme lui sans condition. Après tout, il avait été dit que votre corps et votre âme dépendaient tous les deux de la personne à qui vous les avez confiés.

« Seigneur Yuuto, patriarche du Clan du Loup. »

Sans aucune trace de ses expressions fantaisistes antérieures, Kristina s’adressa à Yuuto avec le plus grand sérieux, tombant doucement à un genou. Tandis qu’elle regardait Albertina, sa sœur avait adopté à la hâte la même posture formelle.

« Nous, les sœurs, nous n’avons pas encore de parents par le Serment du Calice. Bien que je reconnaisse mon père Botvid comme un patriarche aux capacités considérables quant au règne de son clan, je préférerais promettre cette seule et unique vie qui est la mienne sous le serment envers le plus grand Calice de tout Yggdrasil ! »

« J’apprécie votre haute opinion de moi, mais c’est beaucoup trop d’éloges, » déclara Yuuto. « Nous n’avons plus besoin de flatterie, vous savez ? »

« Non, ce sont mes véritables sentiments, » répondit Kristina. « Je reconnais votre capacité à voir à travers des premières impressions trompeuses, à établir la vérité et à réagir avec un jugement flexible. J’ai également vu votre aura brièvement présente, mais inoubliable, l’aura rare d’un vrai conquérant. Et puis il y a toutes vos nombreuses réalisations que vous avez faites jusqu’à présent. Sous votre commandement, je suis convaincue que nous, les sœurs, nous pourrions utiliser nos capacités dans toute la mesure de leurs efficacités. S’il vous plaît, laissez nos noms s’ajouter à votre famille ! S’il vous plaît, laissez-nous nous asseoir au pied de votre table ! »

« S’il vous plaît ! » Albertina avait resonné, et avec leur chœur de supplications, les jumelles avaient baissé la tête à l’unisson.

Maintenant, que dois-je faire ici ? se demanda Yuuto.

D’après ce qu’il avait entendu jusqu’à présent, il n’avait pas l’impression qu’il s’agissait d’un mensonge, mais ce n’était rien de plus qu’un sentiment. En tant que patriarche, il ne pouvait pas prendre sa décision sur cette seule base. Il était également préoccupé par les véritables intentions de Botvid. Yuuto était sûr qu’il n’y avait aucune chance que le vieux renard ignorait la vraie nature de sa fille. Et toutes les deux étaient des Einherjars d’une valeur inestimable. Il y avait probablement une sorte de plan ou d’arrière-pensée derrière tout ça.

« Eh bien, comme on dit, quand le vin est tiré, il faut le boire, » déclara-t-il. « D’accord. Mais actuellement, je ne peux pas vous offrir le Serment du Calice aux enfants d’un autre clan ; les hommes de mon clan ne l’accepteraient jamais. Alors, vous deux, vous allez m’apporter un hommage de votre part. Une réalisation digne de votre haute opinion envers moi. Faites ça, et je vous laisserai jurer sur mon Calice. »

« Hommage, dites-vous ? » demanda Kristina, en levant la tête.

« Ouais. » Yuuto lui avait répondu en souriant.

Botvid était dans tous les cas le frère de calice de Yuuto. Même s’il complotait quelque chose, ce n’était probablement rien de trop nocif pour le Clan du Loup.

Et Kristina avait dit « nos capacités ». Sa sœur pouvait sembler être une tête de l’air, mais elle était aussi une Einherjar. Elles avaient vraiment quelque chose de bien à apporter.

Si elles se permettaient de le tester, il n’était que tout à fait normal pour lui de les tester de son côté.

« Faites de votre mieux et travaillez dur, d’accord  ? » déclara-t-il. « Le Calice du Patriarche du Clan du Loup n’est pas si bon marché que ça. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire