Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Acte 3

Partie 6

« Vous êtes vraiment incroyable..., » Yuuto avait haleté.

« En effet... » murmura Félicia.

Yuuto et Félicia n’avaient pu laisser sortir que ces quelques mots, et des soupirs d’admiration, sur la façon dont les choses s’étaient déroulées.

C’était le troisième jour depuis l’arrivée de Linéa à Gimlé. Cela faisait moins de trois jours, mais elle avait parlé à toutes les personnalités influentes de la ville et obtenu de chacune d’entre elles qu’elles donnent leur accord sur un plan de mise en œuvre du système de Norfolk. Cela aurait été un motif de célébration, mais cela les avait laissés dans un tel état de choc.

Non, ce qui les avait submergés, c’était qu’en si peu de temps, Linéa avait déjà travaillé sur les détails comme sur qui allait planter quelles cultures et où, et même sur la façon de réguler l’équilibre des intérêts économiques qui apparaîtrait parmi les citoyens qui avaient planté différents types de cultures.

« Hé, cela ne serait-il pas intéressant si on faisait ça ? » Tout le monde avait eu le rêve de proposer une idée géniale et de dire cela. Cependant, de telles visions devenaient rarement réalité. Les idées en elles-mêmes n’avaient pas le pouvoir de faire bouger les choses.

Il fallait mettre en place un véritable travail : établir un calendrier concret, se procurer des fournitures, rassembler les individus, répartir les rôles. C’était avec cette capacité à faire avancer les choses qu’une idée commençait à prendre forme dans le monde.

Linéa possédait cette capacité.

Dans le Clan du Loup, des officiers comme Jörgen et Olof excellaient dans ce domaine, c’est pourquoi on leur donnait de précieuses nominations comme commandant en second ou gouverneur de Gimlé. Mais les compétences pratiques de Linéa dépassaient de loin les leurs.

Le talent naturel avait peut-être joué un rôle important à cet égard, mais c’était plus probable parce que Linéa avait, dès son plus jeune âge, été vigoureusement formée par son père aux compétences nécessaires pour remplir son futur rôle.

« Alors, Grand Frère. » Linéa n’avait pas semblé tenir compte de leur réaction. « La plus grande source d’inquiétude pour bon nombre des personnes concernées est ce qui se produirait en cas de mauvaise récolte. Si vous pouvez leur promettre une garantie financière de ces montants dans l’éventualité où cela se produirait, je pense que tout le monde se sentira suffisamment en sécurité pour travailler ensemble sur cette question. Donc, j’aimerais vraiment obtenir votre autorisation pour ceci. »

« O-Oui, euh... » Yuuto avait regardé vers le bas le papier placé sur le bureau devant lui, couvert de lignes de texte serrées, mais il ne pouvait pas le lire. Il jeta un coup d’œil à son adjudante, et avec une expression réservée, elle avait fait un seul signe de tête. Il semblait que ses conditions étaient raisonnables.

« Eh bien, allons de l’avant. Continuez ce bon travail, » déclara-t-il.

« Oui, je le ferai, » déclara Linéa avec joie. « Merci beaucoup ! »

« Non, c’est vous qui méritez des remerciements, » déclara Yuuto.

« Je fais ce que je peux pour tout le monde à Gimlé. » Le visage souriant de Linéa était coloré de fatigue ; elle n’avait probablement pas beaucoup dormi au cours des deux derniers jours. Mais même les signes de lassitude avaient été surpassés par sa joie.

Dans le domaine de l’apparence, Linéa n’était pas une comparaison pour Félicia ou Sigrun. Mais il y avait un charme qu’elle avait qu’elles n’avaient pas, une capacité à émouvoir le cœur des gens.

Je parie que les habitants de Gimlé sont tombés amoureux de votre sourire, pensa Yuuto avec certitude.

La logique ne suffisait pas à pousser les personnes à changer. Ce qui les avait changés, c’était indéniablement la sincérité de Linéa.

Malgré sa noble naissance et son rang, elle s’était toujours placée parmi les gens du peuple, avait écouté leurs voix avec sérieux et avait travaillé plus fort que quiconque. Cette approche résolument sérieuse les avait convaincus qu’elle pensait vraiment à leur bien-être et qu’ils pouvaient lui confier leurs destins.

« Si cet imbécile de Steinþórr est Xiang Yu, alors elle est comme Liu Bang et Xiao qu’il a mis ensemble », murmura Yuuto pour lui-même. « Ce n’est pas étonnant qu’elle ait été choisie pour être patriarche à son âge. »

Liu Bang n’avait pas été connu pour être particulièrement exceptionnel dans l’héroïsme sur le champ de bataille ni dans l’ingéniosité, mais il semblait avoir une qualité mystérieuse qui attirait les gens vers lui, et de nombreuses personnes compétentes et talentueuses s’étaient rassemblées sous sa direction.

Et parmi eux, il y avait un homme nommé Xiao He dont Liu Bang avait fait l’éloge en tant que plus grand serviteur de toute la Chine unifiée.

Xiao n’avait accompli aucun exploit miraculeux ou spectaculaire sur le champ de bataille, mais il avait été un habile administrateur de la forteresse de Liu Bang à Guanzhong. De là, il avait constamment envoyé des soldats et du ravitaillement sur les lignes de front, sans interruption et sans causer de pression indue sur la population.

« Je pense qu’avoir fait d’elle ma petite sœur dès que j’ai pu, c’était une bonne chose, » avait dit Yuuto avec un sourire ironique. Elle était comme les parties les plus fortes de deux grandes figures historiques combinées en une seule, ce qui la rendait si haut placée qu’elle pourrait aussi bien tricher.

Il était vrai que lorsqu’il avait affronté son armée sur le champ de bataille, il ne l’avait franchement pas considérée comme une menace, mais la connaissant maintenant, il était heureux du fond du cœur qu’il ne l’ait plus jamais comme ennemie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire