Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Acte 3

Partie 1

« Luu la laa laa ! ♪ » de derrière Yuuto venait une voix qui chantait faux, accompagnée d’un vent rugissant.

La voix appartenait à Albertina, alors qu’elle s’amusait joyeusement pendant qu’elle chevauchait son cheval.

Quant à la sœur de la jeune fille, Kristina, elle chevauchait aux côtés du char de Yuuto, jetant parfois des regards chaleureux dans la direction de sa sœur et laissant échapper un rire ou deux.

« Wôw, c’est pratique, » s’exclama Yuuto, impressionné par la vitesse beaucoup plus élevée que la normale de son char.

C’était une technique qui combinait les pouvoirs des deux jumelles. Kristina chevauchait le long du char et elle utilisait la puissance du Silencieux des Vents, Veðrfölnir, pour faire disparaître tout vent venant de face, tandis qu’Albertina chevauchait derrière eux et elle avait utilisé la puissance du Provocateur des Vents, Hræsvelgr, pour créer un vent fort venant de l’arrière.

Grâce à cela, ils étaient sur la bonne voie pour arriver tôt à destination.

« Je suis heureuse de voir que c’est à votre goût, » répondit Kristina. « En échange de votre Serment du Calice, je pourrais vous promettre d’agréables voyages à partir de maintenant. »

Yuuto secoua la tête. « L’offre est assez attrayante, mais pas assez. Je ne vous le donne pas encore. »

« C’est décevant, » avait-elle fait remarquer ça, bien qu’elle ne semblait pas vraiment déçue.

Les deux filles étaient actuellement traitées comme les invitées de Yuuto.

La fête annuelle de la moisson s’étant terminée avec succès et sans incident, Yuuto s’était préparé à inspecter le nouveau territoire qu’il avait gagné lors de la bataille avec le Clan de la Corne lorsqu’elles lui avaient demandé de l’accompagner.

« Si vous pouviez utiliser ce pouvoir pour affecter également le champ de bataille, ce serait vraiment pratique, » avait ajouté Yuuto.

« Nous aimerions pouvoir le faire, » répondit Kristina. « Cependant, nous ne pouvons contrôler les vents que dans notre environnement immédiat. »

« C’est décevant. » Yuuto soupira et haussa les épaules.

Pouvoir contrôler les vents du champ de bataille au niveau tactique aurait un avantage incommensurable. On pourrait utiliser les vents contraires pour réduire la portée des flèches ennemies et augmenter la portée de ses propres flèches avec des vents arrière. Avec un vent arrière constant, on pourrait aussi facilement installer des pièges et des stratégies pour tuer l’ennemi par le feu.

Mais le fait d’avoir quelques pouvoirs surnaturels n’avait pas changé le fait qu’un Einherjar était encore humain. Il était injuste d’attendre d’elles des capacités aussi inhumaines et puissantes.

« Décevant... Merde, je m’habitue trop à Yggdrasil. » Yuuto frissonnait en réalisant que ses pensées s’étaient immédiatement tournées vers la violence.

Dans les deux années qui suivirent son arrivée, le Clan du Loup avait été en état de guerre presque tout le temps, donc c’était inévitable, mais Yuuto s’inquiétait un peu de la façon dont les choses se dérouleraient une fois rentré chez lui.

« Nous ne devrions plus avoir à aller à la guerre... n’est-ce pas ? » murmura Yuuto.

Il avait reçu de multiples sources d’informations selon lesquelles plusieurs clans subordonnés au Clan du Sabot s’étaient séparés et avaient déclaré leur indépendance à la mort d’Yngvi.

On pourrait supposer que ces nouveaux clans fragiles n’envahiraient pas le Clan de la Corne pour l’instant.

« Oui, c’est grâce à toi, Grand Frère, » déclara Félicia. « Je n’aurais jamais imaginé que le jour viendrait où nous pourrions faire un voyage de loisir ensemble comme celui-ci. Bien que la présence d’une troisième roue, ou plutôt deux fait de toutes ces choses quelque chose d’un peu boueux, » avait-elle ajouté dans un murmure.

« C’est une inspection, pas des vacances, » lui répondit Yuuto avec un sourire ironique.

Malgré cela, il était vrai que Yuuto lui-même se sentait beaucoup plus insouciant et détendu par rapport aux nombreuses fois où il était parti au combat.

« Pourtant, cet idiot de Steinþórr m’inquiète toujours. Je ne sais pas trop comment le dire, mais j’ai un mauvais pressentiment vis-à-vis de lui, » Yuuto soupira lourdement après avoir dit ça.

Après la rencontre fatidique avec son nouveau voisin, Yuuto était retourné à Iárnviðr et s’était immédiatement mis à recueillir des informations sur Steinþórr et son Clan de la Foudre. Ce qu’il avait compris au sujet de l’homme connu sous le nom de Dólgþrasir, le Tigre Affamé de Batailles, c’était à quel point sa force était absurde.

Steinþórr avait assumé le rôle de patriarche du Clan de la Foudre il y a trois ans, à l’âge de seize ans seulement. Le héros du Clan du Sabot, Yngvi, avait mené une invasion, mais Steinþórr l’avait magistralement chassé de là.

Après la bataille, il avait prêté le Serment du Calice pour devenir frères avec Yngvi, et avec la menace de leur nord neutralisé, le Clan de la Foudre avait commencé leur expansion vers l’est. Les petits clans environnants avaient été écrasés l’un après l’autre, et en seulement trois ans, la force militaire du Clan de la Foudre avait plus que doublé. Pendant tout ce temps, ce jeune homme roux s’était constamment battu sur les lignes de front, mais on disait qu’il n’avait subi aucune blessure, pas même une égratignure.

Yuuto voulait croire que c’était juste une hyperbole volontairement propagée à d’autres nations comme une vantardise de force, mais dans tous les cas, Steinþórr n’avait pas de cicatrices visibles sur son corps.

Malgré le fait que les différents adversaires qu’il avait attaqués comprenaient sans doute aussi des guerriers Einherjars, ses victoires ne laissaient rien d’autre à dire, si ce n’est que ce jeune homme était un monstre.

« Je suis sûre que tout ira bien, Grand Frère. Après tout, il semble qu’il a vraiment pris goût à toi, » se moquait Félicia en riant malicieusement.

Il n’était pas nécessaire d’être aussi observatrice qu’elle pour remarquer que Yuuto avait des sentiments bien moins agréables envers Steinþórr ; quiconque avait été présent dans cette salle du rituel en aurait été bien conscient.

« Franchement, arrête avec ça, » Yuuto avait froncé les sourcils, vraiment bouleversés.

Dès leur première rencontre, il y avait quelque chose chez ce jeune homme intrépide que Yuuto ne supportait pas. Rien que d’y repenser avait provoqué une douleur nauséabonde dans sa poitrine.

Ce n’était pas vraiment parce que Steinþórr était grossier et arrogant. Si cela avait été la raison, Yuuto aurait été plus ennuyé par la façon dont Kristina et Albertina s’étaient d’abord comportées. Yuuto avait pensé que c’était peut-être à cause de la façon dont sa jeune sœur Linéa avait été ridiculisée, mais même cela n’était pas suffisant pour expliquer la haine viscérale qu’il ressentait à l’égard de l’homme.

Se trouvant incapable de comprendre la raison de son irritation, cela dérangeait encore plus Yuuto, ce qui augmentait la haine qu’il ressentait à l’égard de Steinþórr. C’était un cercle vicieux classique.

« Mais si tu effectuais le Serment du Calice avec lui, la paix du Clan du Loup serait assurée, n’est-ce pas ? » Félicia avait dit.

« Arg. » Yuuto gémit, grimaçant comme s’il venait d’avaler quelque chose de dégoûtant.

Il préférerait franchement mourir plutôt que de devenir frère avec cet homme, mais en tant que patriarche, Yuuto ne pouvait pas se laisser à prendre des décisions basées uniquement sur des sentiments personnels. S’il pensait à la prospérité future de son pays, c’était naturellement une option qui devait être sur la table et cela même si le simple fait d’imaginer ça était suffisant pour donner la chair de poule à Yuuto en raison de sa répugnance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire