Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Acte 2

Partie 3

Alors qu’il était conduit par Jörgen, Yuuto avait couru vers la porte du château.

Alors qu’il s’approchait de là, il pouvait entendre une sorte de bruit rauque venant de l’extérieur de la porte. Il commençait déjà à faire nuit, mais il semblait y avoir beaucoup de monde rassemblé là.

Il y avait une excitation fervente dans l’air qui rappelait en quelque sorte à Yuuto le champ de bataille. C’était étrangement menaçant.

Alors qu’il était complètement essoufflé, il passa par la porte, et comme il le fit, ses yeux rencontrèrent ceux d’un homme de l’autre côté.

L’homme était peut-être âgé d’environ trente ans, et la lueur dans ses yeux était perçante et froide, comme celle d’un loup assoiffé de sang.

Il était habillé tout en noir, avec des cheveux bruns foncés qui descendaient en cascade jusqu’aux épaules. Il était grand et élancé, mais à y regarder de plus près, il était maigre et très pâle, presque maladif. Quelque chose chez lui semblait étrange.

À ses pieds, un homme plus jeune ligoté avec une corde et bâillonné avec un tissu se trouvait là. L’homme en noir tenait une épée pressée à l’arrière du cou du jeune homme ligoté, tout en restant silencieux. C’était comme s’il était la Faucheuse venue prendre l’âme de l’homme.

« Skáviðr, attends ! J’ai amené Père jusqu’ici ! » Jörgen l’avait appelé, interrompant la scène.

En entendant cela, l’homme appelé Skáviðr regarda son frère aîné assermenté avec un air d’ennui total. « C’est mon travail. Je vous serais reconnaissant si vous n’interveniez pas. Et je ne peux pas croire que vous soyez allé jusqu’à faire en sorte que notre seigneur se donne la peine de venir jusqu’ici en personne. »

« Vous aviez cru que je laisserais faire ça ! » ? Jörgen avait crié, brûlant de rage. « Quel parent resterait là pendant que son enfant est tué sans essayer de le protéger !? » Il se tenait debout devant l’adolescent ligoté.

De toute évidence, ce garçon avait prêté le Serment du Calice pour devenir l’enfant juré de Jörgen. En d’autres termes, il était un jeune membre de la propre faction ou « famille » de Jörgen au sein du grand Clan du Loup.

« Hé, assistant du second, » déclara Yuuto, s’adressant à Skáviðr. « Pour l’instant, expliquez-moi ce qui se passe. Cet individu a-t-il fait quelque chose ? »

Yuuto avait déjà une idée de ce que pourrait être la situation, et il avait un fort sentiment que ce ne serait pas agréable, mais il avait quand même demandé.

« ... Alors, vous l’avez amené ici sans même lui fournir une explication ? » Skáviðr demanda à Jörgen avec dédain.

« Et comment aurais-je pu avoir le temps pour ça ? » Jörgen avait répondu à son tour par un regard de haine pure et simple.

Yuuto avait poussé un soupir exaspéré. Regardant de son côté, il avait vu que Félicia affichait aussi une expression troublée.

Félicia se disputait souvent avec Sigrun, mais on pourrait dire que c’était le combat qui se déroulait entre deux personnes proches. Au fond d’elles-mêmes, elles se reconnaissent et s’acceptaient l’une et l’autre. Les deux hommes qui se regardaient l’un et l’autre devant Yuuto ne donnaient pas cette impression. L’air entre eux était épais et d’une intensité meurtrière.

Le titre officiel de Skáviðr était « l’assistant du commandant en second » et, par conséquent, son rôle était d’assister et de soutenir le commandant en second du clan dans l’exercice de ses fonctions. Et pourtant, sa façon de penser était complètement opposée à celle de Jörgen, de sorte que les deux étaient enclins à finir en désaccord l’un avec l’autre.

Comme les officiers des positions numéro deux et numéro trois du clan avaient de lourdes responsabilités, leur relation n’avait fait que tourner de plus en plus vers l’hostilité au fil du temps.

« J’ai dit, expliquez-vous. » Yuuto avait haussé la voix et avait reformulé sa demande en tant que commandement.

Skáviðr n’avait pas prêté l’oreille aux supplications de son frère assermenté et de son supérieur, mais il ne pouvait ignorer un ordre de son Patriarche. « On a découvert qu’au cours de son retour de la bataille, cet homme est entré dans un village de notre allié, le Clan de la Corne, où il a commis divers actes de violence. »

« Tch... ! » Yuuto avait fait claquer sa langue et son visage s’était déformé de dégoût.

Les actes de pillage et de violence perpétrés par une armée contre les habitants locaux faisaient partie intégrante de la guerre dans cette région.

Évidemment, la mort était définitive et absolue. Ceux qui étaient constamment exposés à la menace de mort avaient dû faire face à une quantité incroyable de stress. Sans un moyen de se défouler, ce stress s’accumulerait jusqu’à un point de rupture, et les troupes mécontentes seraient incapables de fonctionner efficacement.

C’est pourquoi, depuis l’Antiquité jusqu’à l’histoire récente, les actes de pillage et de viols avaient servi en quelque sorte de récompense pour les troupes qui avaient risqué leur vie au combat. En d’autres termes, les soldats de ce monde antique ne considéraient pas de tels actes comme moralement répréhensibles.

Une fois la victoire remportée, les soldats pouvaient entrer dans les villes et les villages capturés, voler et tuer les gens qui s’y trouvaient, se frayer un chemin dans n’importe quelle femme et satisfaire leurs désirs tant qu’ils le voulaient. C’était considéré comme leur droit du vainqueur en tant que soldats, et tout le monde considérait ça comme allant de soi.

Bien sûr, Yuuto ne pourrait pas accepter de telles valeurs. Cependant, essayer de les réfuter avec le bon sens du XXIe siècle n’avait pas de sens. La réalité de la vie ici était cruelle et sans cœur. Des arguments idéalistes et de jolis mots ne fonctionneraient pas du tout.

« Par conséquent, conformément aux lois du Clan du Loup, j’étais sur le point de procéder à son exécution, » avait dit Skáviðr, ses mots faisant allusion au changement de loi que Yuuto avait fait.

Le changement était le suivant : une loi absolue et sans compromis.

Plutôt que d’argumenter sur la base de ses propres sentiments naïfs, Yuuto avait utilisé sa position de patriarche pour surmonter la dure réalité ici.

Pendant la période des États belligérants de la Chine, l’une des écoles de pensée classique qui avait émergé était la philosophie qui, plus tard, avait été connue sous le nom de Fa-Jia, ou Légalisme.

Contrairement à un système où un administrateur ou un fonctionnaire attribuaient arbitrairement des récompenses et des punitions fondées sur la morale personnelle, le légalisme préconisait un ensemble de lois impersonnelles, strictes et rigides qui formaient la base d’une société gouvernante ; en d’autres termes, un gouvernement constitutionnel.

Après que Shang Yang, qui était pratiquement l’incarnation des idéaux du légalisme, soit devenu Premier ministre de l’État de Qin, ce qui avait été autrefois un pays faible et non civilisé, avait renaît en tant qu’un État puissant et prospère avec un système centralisé de droit et de gouvernement. Il avait été dit que ce système de droit était le fondement sur lequel le premier empereur de Qin avait plus tard unifié toute la Chine et avait commencé la dynastie Qin.

Au cours de cette même période, il y avait beaucoup d’autres exemples de Premiers ministres légalistes dont le leadership et les réformes avaient amené leurs états à leur apogée : par exemple, Zichan de l’état de Zheng, Guan Zhong de Qi, Shen Buhai de Han, et Wu Qi de Chu. Mais après leur mort, lorsque les lois qu’ils avaient promulguées avaient commencé à perdre leur autorité ou leur respect, leur pays était finalement retombé dans le déclin.

Dans le monde du XXIe siècle d’où venait Yuuto, les nations les plus développées suivaient aussi certains principes de constitutionnalisme et de primauté du droit. Les pays qui ignoraient leurs propres lois et étaient gouvernés par une junte autoritaire étaient devenus des cibles de ridicule et de mépris.

Le fait que la primauté du droit soit supérieure à la primauté de l’homme avait depuis longtemps été clairement confirmé par l’histoire. Pour qu’une nation plus petite et plus faible comme le Clan du Loup survive dans un monde de chaos et de guerre, afin de rendre leur nation prospère et forte, Yuuto avait conclu qu’un gouvernement fondé sur la primauté du droit était indispensable.

« Grand Frère, vous êtes le commandant en second du Clan du Loup, » déclara Skáviðr, se tournant vers Jörgen, « un homme assez admirable pour qu’on lui fasse confiance pour agir à la place du Patriarche. J’espère que vous ne me dites pas que vous ne connaissez pas nos lois ? »

« Ngh... ! » Jörgen avait fait un grognement bas et il s’était éloigné légèrement du regard aiguisé de Skáviðr. Il semblait que cette remarque avait coupé profondément en lui. « D’accord ! Je vais lui faire porter une épée en bois sur le dos, et m’assurer qu’il ne fera plus jamais quelque chose comme ça, alors s’il vous plaît, laissez-le partir avec ça ! »

Faire porter une épée de bois sur le dos de quelqu’un était une expression propre à Yggdrasil, faisant référence à une punition par laquelle on frappait le dos du criminel avec une épée de bois encore et encore. C’était l’une des punitions les plus sévères qu’un supérieur pouvait infliger à son subordonné.

« Hmph, comme c’est doux ! » Skáviðr avait rejeté l’idée avec un petit rire méprisant. « La loi du Clan du Loup exige la peine capitale pour ceux qui violent des femmes ou des enfants. Et ce serait une chose en territoire ennemi, mais c’était dans notre pays-frère. Il n’y a pas de circonstances atténuantes à considérer ici. »

Yuuto n’était pas un expert dans le domaine du droit. Il n’aurait pas été capable de créer un ensemble de lois détaillées, pas plus, qu’un ensemble complexe et nuancé de lois n’aurait pu pénétrer une population qui n’avait pas l’habitude de penser que la primauté du droit était absolue.

Yuuto s’était inspiré de choses comme le Code d’Ur-Nammu et le Code d’Hammurabi, ce qui serait plus approprié pour cette époque. Les lois et les punitions qu’il avait établies portaient principalement sur des choses comme le meurtre, le vol, les voies de fait, les crimes sexuels, la destruction des terres agricoles et le respect des ordres militaires. En particulier, les crimes de meurtre, de vol qualifié, de viol et de violation des ordres militaires étaient passibles de la peine capitale.

« À l’origine, cela aurait dû être votre devoir, Grand Frère, » déclara Skáviðr avec sang-froid. « Mais en tant que parent, vous auriez bien sûr des sentiments pour votre enfant. C’est pourquoi, en tant que responsable des exécutions, je propose de le faire pour vous. Maintenant, si vous comprenez, je voudrais que vous vous mettiez de côté. »

Skáviðr avait posé une main sur l’épaule de Jörgen et l’avait poussé avec force d’un côté.

Jörgen s’était précipitamment retourné et avait saisi l’épaule de Skáviðr, s’accrochant à lui dans une tentative de le retenir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Ethan_Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire