Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Acte 2

Partie 1

« OK, j’ai juste besoin de me calmer. Calme-toi, » Yuuto avait posé sa main sur sa propre poitrine et s’était concentré sur sa respiration. Comme un bon reflet de son état d’esprit actuel, le cœur de Yuuto battait comme la cloche d’un réveil à l’ancienne.

Sa main tremblait en raison de peur.

Sa bouche était complètement asséchée par l’anxiété.

La peur nerveuse qu’il ressentait maintenant rendait ce qu’il avait ressenti lorsqu’il avait vu Steinþórr pour la première fois comme si c’était trivial en comparaison.

Dans l’obscurité, la lumière de la lune affluant de la fenêtre dansait d’une manière envoûtante sur la surface d’un miroir rond familier.

D’une manière ou d’une autre, peut-être en raison de sa fabrication avec le matériau connu sous le nom de « cuivre elfique » ou Álfkipfer, Yuuto pouvait entrer en contact avec son monde d’origine alors qu’il se trouvait à proximité de ce miroir. La seule raison pour laquelle il avait pu survivre ces deux années dans une terre de guerre et de conflit était les diverses sortes d’informations et de connaissances modernes auxquelles il avait eu accès, grâce à ce lien. Cependant, tout cela était dû à l’aide d’une personne très importante.

« Aghhhhhhhhhhhhhh, Mitsuki doit vraiment être en colère contre moi…, » en pleurnichant pathétiquement, Yuuto s’était accroupi, avec son smartphone à la main.

De retour à Iárnviðr, la capitale du Clan du Loup, il s’était précipité vers la Hliðskjálf sans un instant de retard et avait grimpé les escaliers, pour se retrouver en train de lutter pour que son doigt appuie sur le bouton appeler sur le contact de son amie.

« Je ne suis pas sûr. Nous venons de finir une bataille. Ce n’est probablement rien de dangereux. Repose-toi bien. Bonne nuit. »

C’était la dernière fois qu’il lui avait parlé, il y a plus de trois semaines. Mitsuki était bien consciente qu’Yggdrasil était un monde dangereux et mortel. Ce n’était pas difficile d’imaginer à quel point elle devait s’inquiéter pour lui.

C’était exactement pour cela qu’il devrait se dépêcher de l’appeler, pour la rassurer. Mais les circonstances derrière la fin de leur dernière conversation ayant été ce qu’ils étaient, il s’était trouvé incapable de penser à la bonne chose qu’il devrait lui dire en premier quand elle aura répondu.

Elle allait dans tous les cas se mettre à pleurer. Yuuto avait eu beaucoup de mal à s’occuper d’une fille en pleurs, et en particulier, il n’avait jamais voulu entendre Mitsuki pleurer. Coincé dans un monde séparé comme il l’était, il ne serait même pas capable de lui caresser la tête. Il ne savait pas quoi faire.

« Je suppose que le fait de s’inquiéter indéfiniment n’aidera en rien », se déclara-t-il pour lui-même. Il avait ensuite pris de profondes bouffés d’air. « C’est vrai. Je dois juste me psychoanalyser et le faire. Pour commencer, appuyons d’abord sur le bouton, puis inquiétons-nous pour le reste plus tard. »

Il avait assemblé tous les morceaux du courage qu’il avait, puis il avait appuyé sur l’icône pour effectuer un appel.

La tonalité mécanique avait fait écho, le signal qu’il n’y avait pas de retour en arrière. Yuuto engloutit anxieusement.

« Yuu-kun ! Yuu-kun, c’est toi !? Est-ce que ça va ? » Comme toujours, Mitsuki avait décroché après une seule sonnerie, avant même d’avoir eu l’occasion de se préparer mentalement.

C’était plus qu’une preuve suffisante pour Yuuto que Mitsuki avait passé plus de trois semaines à regarder son téléphone presque constamment, et avant qu’il ne s’en rende compte, il était incapable de faire des mots.

« Ah... Mi-Mitsu... ki... I... I..., » seul un bégaiement hésitant avait réussi à échapper aux lèvres de Yuuto.

Cependant, pour une amie d’enfance qu’il connaissait depuis 14 ans, c’était plus que suffisant.

« Y-Yuu-kun, c’est vraiment toi ! Je suis si contente... Tu es en vie. Tu es vraiment en vie... Waaaaaaaaaaaughhhhhh ! »

« Qu-Quoi, n-non ! Ne pleure pas, Mitsuki ! Je t’en supplie, je t’en supplie, d’accord ? » demanda Yuuto.

Comme Yuuto l’avait prédit, Mitsuki avait laissé sortir des gémissements et avait commencé à pleurer à chaudes larmes, et tout ce qu’il pouvait faire, c’était de la supplier.

Pendant ce temps, Yuuto avait également senti une chaleur qui s’agitait à l’intérieur de son cœur.

C’était le sentiment de soulagement d’avoir survécu pour entendre à nouveau la voix de son amie d’enfance bien-aimée. Plus que cela, c’était le bonheur de savoir que quelqu’un se souciait suffisamment de lui pour qu’elle pleure de joie en apprenant qu’il était vivant, même si c’était un plaisir coupable.

« Mitsuki, » dit-il d’un ton apaisant, « Je suis toujours là. Je suis toujours en vie. Je suis vraiment désolé de ne pas avoir pu te contacter jusqu’à maintenant. Je n’aurais pas dû t’inquiéter comme ça. »

C’était comme si tout ce qu’il s’inquiétait il y a une minute et tout ce qu’il avait à dire n’était qu’une mascarade, et que des excuses ouvertes et franches lui venaient tout naturellement.

Même s’il n’y avait personne pour le voir, il avait baissé la tête avec une telle force qu’il s’était cogné le tête contre son propre genou.

Après qui sait combien de temps, le son à l’autre bout de la ligne était passé des pleurs bruyants à de doux reniflements.

« C’est vraiment... C’est vraiment toi. Tu n’es blessé nulle part, n’est-ce pas, Yuu-kun ? » demanda Mitsuki.

« D’accord, je vais bien. En fait, je suis en parfaite santé, » répondit Yuuto.

« Tu ne m’as pas appelé pendant plus de trois semaines, alors que faisais-tu ? » demanda Mitsuki.

« Euh... hmm…, » Yuuto avait hésité un moment sur la façon de répondre, mais avait ensuite décidé d’avouer franchement la vérité. « J’étais... J’étais parti dans une guerre. »

Il s’était demandé s’il devait dire un mensonge blanc pour l’empêcher de s’inquiéter, mais il ne voulait pas mentir à Mitsuki.

« Je vois…, » répondit Mitsuki.

« ... ! » Avec seulement ces deux mots de Mitsuki, Yuuto s’était mis sur ses gardes, incapable de bouger. Sa voix avait été aussi froide qu’un vent soufflant en provenance d’un enfer glacé.

« Yuu-kun, » déclara-t-elle d’un ton glacial.

« O-Oui ! » répondit Yuuto.

« Assieds-toi, » ordonna Mitsuki.

« Eh ? » s’exclama Yuuto.

« Ne m’as-tu pas entendu ? Assieds-toi là où tu es. Tout de suite ! » déclara Mitsuki.

« O-Oui, madame ! » Yuuto se hâta de s’asseoir sur ses genoux dans la position formelle du seiza, comme on lui avait dit de faire. Tout comme lorsqu’il s’était excusé plus tôt, il n’y avait personne pour le voir, de sorte qu’il n’aurait tout simplement pas pu le faire et dire qu’il l’avait fait, mais l’idée de ce qui pourrait se produire par hasard s’il avait découvert était plus que suffisante pour l’effrayer et l’éloigner de cette idée. Un homme sage se tient à l’écart du danger, comme le dit le proverbe.

« Yuu-kun, je comprends que tu as des responsabilités en tant que patriarche, d’accord ? » déclara Mitsuki.

« T-Tout à fait, » répondit-il.

« Je suis presque sûre de te l’avoir déjà dit, mais je suis absolument contre. Je préférerais que tu restes en sécurité, loin de tout ça, » déclara Mitsuki.

« ... Je suis désolé. Mais il s’est passé beaucoup de choses, » déclara Yuuto.

Jusqu’à très récemment, le Clan du Loup avait été faible et il avait été constamment menacé par ses voisins. Son existence même était aussi fragile qu’une bougie dans le vent. Il n’existait pas d’endroit sûr. La seule façon de survivre était qu’il se bat pour l’obtenir.

« Oui, et je sais que je ne peux pas dire : je comprends ce qui s’est passé, mais je comprends au moins que tu as traversé beaucoup de choses et que tu as tes propres raisons, » continua Mitsuki.

« Merci. »

« Yuu-kun, je sais qu’il y a des fardeaux que tu dois porter que je suis sûre que je ne pourrais jamais imaginer, en vivant dans un Japon si paisible. Mais même ainsi…, » déclara Mitsuki.

« O-oui ? » demanda Yuuto.

« À quel point crois-tu que j’étais inquiète pour toi ! » ? Mitsuki avait crié d’une voix à percer les tympans, ce qui était suffisant pour que Yuuto s’éloigne du téléphone.

« J-Je suis vraiment désolé, » déclara Yuuto.

« Yuu-kun, tu as fait du bon travail en gouvernant ton clan en tant que chef, alors tu devrais tout savoir à ce sujet, n’est-ce pas ? C’est ce qu’on appelle “l’âme d’une organisation”. Ho-Ren-So, » déclara Mitsuki.

« Uhh, euh, c’est l’argot des affaires japonaises qui veut dire r-rapporter, contacter, c-consulter, n’est-ce pas ? » Alors même qu’il prononçait les mots, Yuuto avait senti le sang s’écouler de son visage.

Dans l’exercice de ses fonctions de patriarche, il prenait amèrement conscience de l’importance de ces trois choses. Et ces aspects vitaux de la communication étaient exactement ce qu’il avait négligé à l’égard de sa seule et unique amie d’enfance.

« Je n’ai absolument rien obtenu de toi, tu sais ? », gronda-t-elle. « Tu aurais au moins pu m’envoyer un texto, non ? »

« ... Oui. » Yuuto acquiesça, sa tête tombant plus bas à chaque phrase.

Il pourrait peut-être penser à quelques excuses. Par exemple, il avait été submergé par les préparatifs pour la bataille et il n’y avait pas de temps à perdre ; ou il avait été trop préoccupé à essayer de penser à la façon de gagner et de survivre. Mais, face à la jeune fille qui avait passé plus de trois semaines à l’attendre pendant qu’il n’arrivait pas à la contacter, le cœur douloureux, Yuuto avait l’impression que lui dire de telles excuses ne serait pas très viril.

« Yuu-kun, je déteste vraiment l’idée que tu partes au combat, je déteste vraiment, vraiment, vraiment, mais... c’est quelque chose que tu ne peux pas éviter, n’est-ce pas ? » Mitsuki avait dit. « Alors, au moins, parle-moi de ça. Si tu coupes le contact sans aucun avertissement... mon cœur ne pourra pas le prendre. Je m’inquiéterai pour toi si tu me le dis, bien sûr, mais si tu ne le fais pas, je m’inquiéterai encore plus. »

« ... Désolé, » déclara Yuuto doucement.

« D’accord. Alors j’arrêterai de te faire la morale. » Le ton de Mitsuki avait changé, et elle était retournée à sa personnalité brillante et joyeuse. « Peux-tu me parler de ce qui s’est passé ces trois dernières semaines ? »

« Oui, je peux, mais... puisque la conférence est terminée, est-ce que ça veut dire que je peux me lever à nouveau ? » demanda Yuuto.

Mitsuki avait éclaté en rires. « Hahahaha ! Quoi, tu as vraiment pris cette partie assise au sérieux ? Tu ne te serais pas fait prendre même si tu ne l’avais pas fait. Tu es si fidèle, Yuu-kun ! »

Cela vient de la personne qui a parlé comme si j'allais passer un sale quart d’heure si je ne le faisais pas, soupira Yuuto. Il avait eu la sagesse de ne pas prononcer ces mots à voix haute.

Cela dit, si je reviens au monde moderne, je pourrais bien finir par pouvoir enrouler mon doigt autour du doigt de Mitsuki. Yuuto avait souri avec un sourire ironique. L’image de cet avenir paisible lui paraissait si belle... et si lointaine.

Dans un cas comme dans l’autre, Yuuto avait surmonté ce qui était actuellement son plus grand obstacle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Au prochain chapitre, la réaction hystérique lorsqu'elle apprendra qu'il s'est plus ou moins retrouvé fiancé 🙂

Laisser un commentaire