Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 8

***

Acte 1

Partie 8

« C’est certainement une ville vivante, n’est-ce pas ? » Alexis avait commenté.

Après avoir quitté le palais, Alexis avait jeté un coup d’œil à gauche et à droite de son entourage alors qu’il marchait dans les rues bondées de Fólkvangr. Les petits enfants couraient dans tous les sens le long de son chemin, riant, comme guidés par la musique des flûtes et les chants qui traînaient dans les airs. La ville était inondée par l’atmosphère de fête et il y avait des sourires sur les visages de tout le monde.

Alors qu’il passait devant une échoppe de rue qui servait apparemment de bar de fortune, il avait vu des gens s’enivrer en plein jour. Chacun d’entre eux s’amusait, se réjouissant des moments de paix dont ils avaient été bénis.

« Alors, comment était-ce ? » Alexis continua, parlant au jeune roux qui marchait juste devant lui. « J’ai pris un sacré risque en venant ici avec vous pour le rencontrer. Vous avez au moins sûrement une opinion ? »

Alors que le fait de venir un goði comme lui avait assuré leur entrée dans la salle de cérémonie, il n’y avait rien de sûr quant au fait de faire irruption dans la forteresse du Clan de la Corne sans hommes ni serviteurs, sans parler du fait que Steinþórr était le tueur de leur précédent patriarche. Quand le garçon l’avait suggéré, Alexis avait de sérieux doutes sur sa personnalité. Ce n’était pas l’acte d’un patriarche responsable de la vie d’un clan entier.

De plus, Steinþórr avait interrompu une célébration sacrée avec un comportement audacieux, provoquant tout le monde autour de lui. Pendant un moment, Alexis avait commencé à douter de la santé mentale du garçon. Alexis avait beaucoup d’expérience dans sa position de goði face à des situations chaotiques et souvent violentes, et pourtant il avait encore des frissons en repensant à ce qui venait de se passer.

Bien sûr, la logique du jeune homme était sans doute très simple. S’il en arrivait là, ce jeune homme avait la certitude absolue qu’il pouvait se battre seul en étant en plein dans un territoire ennemi et rentrer chez lui vivant et en bonne santé.

Cette confiance n’était pas non plus un simple orgueil. Ce monstre avait la force ridicule nécessaire pour faire d’une telle chose une réalité. Cependant, si par hasard une telle situation s’était produite, Alexis n’aurait eu aucun espoir de survie. Goði ou pas, il n’aurait pas été étrange qu’il soit exécuté comme punition pour avoir amené Steinþórr avec lui dans le pire des cas.

Une fois de plus, il avait ressenti un profond soulagement d’avoir réussi à s’en sortir en un seul morceau.

Steinþórr s’était retourné pour répondre à Alexis avec son expression insouciante et innocente. « Ouais, merci encore de m’avoir amené ici. Je voulais le voir au moins une fois, cette soi-disant “Noirceur.” »

« N’utilisez pas ce nom avec insouciance. Cela nous causera des problèmes. » Alexis avait plissé ses sourcils et avait réprimandé Steinþórr d’une voix basse. Ce nom était le tabou le plus élevé de l’Empire d’Ásgarðr. Ce n’était absolument pas correct de parler de ça au milieu de la ville.

« Eh ! Qui se soucie des détails comme ça. » Sans même un soupçon de préoccupation pour l’avertissement, le patriarche du Clan de la Foudre avait arraché une bonne bouchée de la viande qu’il portait.

Maudit barbare. Alexis n’avait pas pu s’empêcher de maudire ce garçon dans son cœur.

Officiellement, le patriarche d’un clan était un vassal local au service de l’Empereur Eivin. Comme un haut fonctionnaire du gouvernement central avait reçu l’honneur de représenter l’Empereur Divin, un goði était beaucoup plus haut en termes de rang. Mais ce n’était, bien sûr, rien de plus que son statut officiel, et Alexis n’avait pratiquement aucun pouvoir politique réel.

Malgré cela, les seigneurs de clan locaux s’étaient appuyés sur l’autorité de l’Empereur Divin pour soutenir leur droit de gouverner leurs régions. Dans tous les cas, ils étaient tenus de faire preuve de respect verbal envers l’empereur et ceux qui se trouvaient au-dessus d’eux-mêmes en poste. Malgré cela, un goði représentant l’Empereur Divin avait dû faire face à un garçon insolent qui lui parlait comme tout le monde. C’était vraiment vexant.

« L’homme qui détruira le monde, hein ? » Steinþórr marmonnait à haute voix. « Je n’y croyais qu’à moitié, mais il a fini par être plus que ce à quoi je m’attendais. »

« Hmm. Alors, accepterez-vous notre demande ? » Alexis avait demandé.

« Oui, je le ferai. Contre lui, je pense que je pourrais vraiment devenir enragé. »

L’homme connu sous le nom de Dólgþrasir avait dénudé ses dents avec un sourire sauvage.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour la traduction. Un lapsus signalé :

    ce jeune homme avait la certitude absolue qu’il pouvait se battre seul ''hors'' du territoire ennemi

Laisser un commentaire