Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 7

***

Acte 1

Partie 7

Il avait évoqué la mort du père de sa femme comme si ce n’était rien, sans même un soupçon de haine. Il s’agissait d’un mariage politique entre deux clans. Cependant, il n’y avait aucun signe de rancune concernant la question qui pourrait être utilisée pour justifier une guerre de vengeance, alors il n’était peut-être pas surprenant que Yuuto eût poussé un soupir de soulagement. En tant que partisan de la paix, il préférerait ne pas avoir à affronter un tel monstre.

« Vous savez certainement comment bouleverser une fête, Seigneur Steinþórr. » Linéa ne pouvait pas masquer son irritation. « Ou bien est-ce juste dans la nature d’une bête d’ignorer les ennuis qu’elle cause aux autres ? »

Cette cérémonie de la victoire était organisée par le Clan de la Corne. L’intrusion et les bouffonneries de Steinþórr avaient suffisamment gâché les choses pour que Linéa, en tant qu’organisatrice et hôte, ait subi un affront. C’était dans la nature humaine de vouloir répondre par une ou deux remarques sournoises.

« ... Hmm ? » Steinþórr avait jeté un coup d’œil vers elle. « Ohh ! Alors, tu dois être le nouveau patriarche du Clan de la Corne. Ton nom est, euh... attends, c’était quoi déjà ? »

« Quoi — ! » Linéa s’était trouvée sans voix par cette insulte supplémentaire.

Elle avait connu des temps difficiles au cours des derniers mois, mais le Clan de la Corne était toujours une nation importante et une force influente dans cette région. De plus, elle partageait une longue frontière nationale avec le Clan de la Foudre le long de la rivière Körmt. En tant que patriarche, ne pas se souvenir de son nom dans une telle situation n’était rien de moins qu’une humiliation.

« Mon nom est…, » commença Linéa.

« Ahh ! Attends, ne me le dis pas, je l’ai entendu de Röskva. Hmmm... » Steinþórr avait réfléchi à voix haute pendant un moment. Puis il avait déclaré, plein de confiance, « Ouais, c’est ça ! Je me souviens maintenant ! Borghildr ! »

C’était un nom sans aucun rapport, sans une seule syllabe correspondante. On pourrait penser que c’était une provocation évidente. Mais si c’était le cas, il y aurait au moins une certaine mesure de rancune ou de sarcasme dans son ton.

Les remarques du jeune homme étaient libres d’une telle inflexion ; il disait simplement ce qui lui venait à l’esprit. Le savoir rendait sa personnalité d’autant plus exaspérante.

Empli par sa colère, la jeune patriarche du Clan de la Corne avait annoncé son propre nom. « ... C’est Linéa. »

Elle savait ce qu’elle devait faire ici. La situation avait déjà été créée par Alexis, et son pays se trouvait dans une situation politiquement défavorable. Pour une fille fière comme elle, il s’agissait d’une impressionnante démonstration de maîtrise de soi.

« Hein ? Alors c’est donc ça. Qui se soucie des détails ? De toute façon, ce n’est pas comme si j’avais affaire à une petite fille aux oreilles mouillées. Je pourrais peut-être consacrer un peu de temps à la jolie dame là-bas, avec des courbes aux bons endroits. »

« Grr... !! Espèce de salaud ! » Linéa avait finalement perdu son sang-froid, peut-être parce qu’elle avait déjà été comparée à Félicia il y a peu de temps, et la honte était encore à vif. Alors qu’elle rugissait de colère, elle s’était contractée pour se lever de sa chaise, mais un bras autour de ses épaules l’avait retenue.

Ce n’était pas une prise particulièrement forte. Mais c’était aussi une étreinte qui semblait contenir de la détermination, qui ne prendrait pas un « non » pour une réponse. Linéa avait eu un petit frisson et la force avait quitté son corps.

Yuuto avait attendu jusqu’à ce qu’il soit sûr que Linéa s’était installée de nouveau dans son siège, puis il fixa du regard le jeune homme aux cheveux roux. « Arrêtez de les harceler. C’est pour moi que vous êtes là, n’est-ce pas ? »

À cet instant, l’atmosphère avait complètement changé. Tout le monde ressentait la même sensation, comme si la température avait soudainement chuté. Et tout cela grâce à quelques mots d’un jeune garçon qui, jusqu’à ce moment-là, semblait timide et médiocre.

Pour Yuuto, la famille était plus importante que tout le reste. Ce n’était peut-être pas intentionnel, mais cet homme s’était moqué de la fille assermentée de Yuuto, de sa petite sœur assermentée et du défunt père que cette sœur adorait. C’était plus que suffisant pour que Yuuto le déteste.

Il ne criait pas, mais Yuuto avait clairement perdu son sang-froid. Assez pour faire ressortir sa vraie nature, le lion féroce caché en lui.

« ... Oh ? » Pour la première fois, le sourire arrogant avait disparu du visage de Steinþórr’s.

 

 

Le « jeune homme joyeux, ignorant et innocent » semblait lui aussi disparaître, comme si un masque avait été arraché, révélant quelque chose de terrible en dessous. L’homme devant Yuuto avait maintenant l’air d’une bête affamée. Il avait fixé le corps de Yuuto avec une expression intense comme un prédateur qui avait finalement trouvé la proie qu’il cherchait.

Les vraies personnes se retrouvant dans cette situation pitoyable étaient les membres du Clan de la Corne. Ils avaient été emportés dans leur célébration, seulement pour être aveuglés par l’intrusion soudaine du patriarche du Clan de la Foudre et submergés par sa puissance monstrueuse. Si cela n’avait pas été suffisant, le jeune homme qu’ils avaient secrètement regardé avec dédain et qu’ils avaient projeté d’essayer d’en tirer profit avait lui aussi soudainement révélé un côté caché et redoutable de lui-même.

Incapables même de s’enfuir, les membres du Clan de la Corne se tenaient en place comme alourdie par la tension oppressante et étouffante dans l’air, leur visage était pâle et leur corps tremblant.

L’impasse silencieuse s’était poursuivie pendant quelques brefs instants. Finalement, un sourire était apparu sur le visage bestial de Steinþórr.

« C’est quoi ce bordel, mec ! Pour que tu puisses faire cette tête, après tout ! Pendant une minute, j’ai cru que tu étais une déception totale, tu sais ? » déclara Steinþórr.

« Quoi ? » Yuuto avait répondu dans un grognement irrité, incapable de comprendre ce que Steinþórr disait. L’aura de colère qui émanait de son corps gonflait encore plus en intensité.

La tension dans l’air devenait encore plus forte, et on pouvait entendre ici et là, dans la foule, quelques soupirs de peur.

Mais pour le jeune homme roux, la présence intimidante qui le recouvrait n’avait fait qu’augmenter la largeur de son sourire. « Hahaha ! Je n’ai même pas eu des frissons comme ça quand j’ai rencontré mon beau-père, » déclara Steinþórr. « Franchement, je t’aime bien, mec. »

« Ah bon ? Je ne suis pas du tout heureux d’être aimé par quelqu’un comme vous, » répliqua Yuuto.

« Aww, voyons, ne sois pas si froid. » L’attitude de Steinþórr était soudainement amicale et trop familière. « Nous sommes voisins. On devrait se voir plus souvent. On va s’amuser ensemble à partir de maintenant. »

Yuuto avait fait claquer sa langue, ébranlé par le changement d’humeur de Steinþórr. « Pff. Qu’est-ce qui vous arrive dans votre tête ? »

Il détestait toujours le gars ; cela n’avait pas changé. Mais aussi facile qu’il fût de rencontrer l’hostilité avec l’hostilité, il était plus difficile de rester hostile envers quelqu’un qui se comportait amicalement envers lui.

« Hé, patriarche du Clan du Loup. Quel est ton nom ? » demanda Steinþórr.

« C’est Yuuto. Yuuto Suoh, » répondit-il.

« Yuuto-Suoh, hein ? » Steinþórr avait répété pour lui-même. « Vrrrraiment bizarre pour un nom. Mais je l’ai mémorisé maintenant. Je n’oublierai jamais ton nom, Yuuto-Suoh. »

Il l’avait annoncé haut et fort, pour que tout le monde l’entende. Ce même homme ne s’était jamais donné la peine d’essayer de se rappeler du nom du patriarche du Clan de la Corne, Linéa, ou son père, le prédécesseur du Clan de la Corne reconnu comme un grand homme, ou Sigrun, le Mánagarmr du Clan du Loup.

Yuuto n’avait pas compris le sens de cette annonce.

« Mec, tu as vraiment froid, » déclara-t-il en se retournant. « Je suppose que je vais m’arrêter là et rentrer chez moi. Après tout, j’ai bien vu quelque chose d’intéressant. À bientôt, Yuuto-Suoh. »

Il avait fait un signe de la main, le dos tourné, alors qu’il s’éloignait.

La foule se séparait devant lui sans dire un mot, comme si c’était un signal. Cela semblait être comme dans l’histoire de Moïse qui avait séparé la mer Rouge, une légende encore lointaine dans le futur.

Pendant que Steinþórr se déplaçait hors de la salle le long du chemin qui s’était ouvert pour lui, tous les autres ne pouvaient que le regarder partir, stupéfaits.

« S’il vous plaît, attendez-moi, Seigneur Steinþórr ! » Alexis l’avait appelé, comme s’il revenait à la raison, puis s’était retourné et avait salué rapidement la foule. « Maintenant, si vous voulez bien nous excuser. Veuillez prendre votre temps et vous amuser pour le reste de la soirée. Au revoir ! »

Le goði était ensuite parti, en suivant le patriarche du Clan de la Foudre.

Même après leur départ, la salle du rituel n’était revenue qu’au silence, l’air lourd et oppressant persistant pendant un certain temps.

La première chose qui avait brisé le silence avait été un grand souffle.

C’était Sigrun. Elle était à genoux, avec une respiration sifflante. Elle avait dû retenir son souffle.

« Haaaaaaaaaaaah... » Quelques secondes plus tard, Félicia avait brisé elle aussi le silence avec un grand soupir. « Aah, ma bouche est complètement sèche. » Elle avait rapidement saisi une tasse d’eau devant elle et avait commencé à l’avaler sans user de sa grâce ou de ses manières habituelles.

« Penser que ce n’était même pas une bataille et qu’il a quand même réussi à vous épuiser autant », déclara Yuuto avec inquiétude. « C’est un homme étrange, mais aussi une sacrée menace, semble-t-il. »

« Ce ne serait pas si horrible si c’était juste ce type... » avait commencé Sigrun.

« Oui, comme le dit Run, s’il n’y avait eu que lui..., » déclara Félicia.

Sigrun puis Félicia avaient parlé en termes vagues, jetant un regard significatif sur Yuuto. Sigrun, en particulier, avait parlé d’une manière inhabituellement détournée, contrairement à sa franchise habituelle si brutale.

Yuuto inclina sa tête, se demandant ce que cela pouvait signifier. Puis il s’en était rendu compte.

« Oh, c’est vrai. Vous deviez aussi vous inquiéter quant à me protéger. »

Les subordonnés de Yuuto, Félicia et Sigrun, étaient aussi sa garde personnelle. Elles avaient le devoir et la responsabilité de protéger leur patriarche avec leur vie.

Cela avait dû être incroyablement éprouvant mentalement pour rester sur une garde constante contre un homme aussi ridiculement puissant. Yuuto se sentait à la fois reconnaissant et coupable envers elles, pour avoir toujours protégé une personne faible comme lui. Il savait que cela devait être très difficile pour elles.

« Euh, eh bien, ce n’est pas exactement ça... » Sigrun avait cherché les mots justes. « On pourrait dire que c’était comme être jeté sans arme dans une cage où un lion et un tigre se faisaient face... »

« En effet, » Félicia était d’accord avec un signe de tête. « C’était exactement ça. J’avais l’impression que je pouvais tout simplement mourir de peur. »

« Aussi terrifiante que non pas une bête, mais deux..., » le ton de Yuuto était sinistre. « C’est après toute logique, c’est un possesseur de deux runes Einherjar. Pour que Steinþórr soit un monstre à ce point. »

« ... » Félicia et Sigrun ne disaient rien, leurs expressions étaient raides, comme si elles ne savaient pas comment réagir de manière appropriée.

Yuuto pensait qu’il pouvait comprendre leurs réactions. Il avait précédemment eu le même problème avec le Clan du Sabot ; il avait pensé au Clan de la Foudre comme une grande et puissante, mais lointaine nation, séparée de son Clan du Loup par le territoire du Clan de la Corne.

Mais avec sa récente victoire sur le Clan de la Corne, le Clan du Loup avait revendiqué une partie du territoire de la Corne, et il partageait maintenant une frontière avec le Clan de la Foudre. Avec un homme aussi dangereux que son nouveau voisin, franchement, essayer de comprendre comment s’y prendre avec lui faisait déjà mal à la tête de Yuuto.

Il soupira. « Il est connu sous le nom de Tigre Affamé de Vanaheimr Dólgþrasir, alors j’ai d’abord pensé à lui comme quelqu’un comme Takeda Shingen, le “Tigre de Kai”. Mais après tout ça, je dirais qu’il est plus comme Lü Bu ou Xiang Yue. »

« Puis-je présumer que ce sont les noms des héros de ton monde, Grand Frère ? » demanda Félicia.

« Oui, tous les deux avaient un courage et un talent incroyable, » répondit-il.

Lü Bu avait été un commandant militaire légendaire pendant la fin de la dynastie Han de la Chine impériale, célèbre pour sa force inégalée.

Pendant ce temps, Xiang Yue avait été salué comme ayant été le plus grand commandant militaire de l’histoire de la Chine, surpassant même Lü Bu.

« Cela dit, j’étais totalement belliqueux avec lui, n’est-ce pas ? » Yuuto avait commencé à remettre en question son comportement antérieur. Steinþórr avait clairement été celui qui avait commencé les choses en essayant de se battre, mais Yuuto avait décidé de répondre de la même manière.

« Je pense que c’était peut-être le bon choix », l’avait rassuré Félicia. « Répondre timidement à un comportement impoli ne se terminera qu’en nous faisant prendre à la légère. »

« Oui, tu as raison. » Yuuto savait qu’il y avait des conséquences à être méprisé. Cela pourrait signifier devenir une cible d’invasion ou être harcelé par des demandes farfelues.

La façon de penser qui supposait que si l’un d’eux faisait des concessions, l’autre partie ferait aussi des concessions était désespérément naïve. Dans le monde réel, les Japonais étaient les seuls à pouvoir travailler avec cette logique. Si l’un s’éloignait de la crainte de conflit, l’autre saisirait l’occasion et avancerait pour combler l’écart. C’était la réalité de la diplomatie internationale. C’était particulièrement vrai dans un monde comme Yggdrasil où la loi de la jungle prévalait.

Dans cette rencontre la plus récente, être passif ou défensif aurait été la mauvaise réponse.

« Eh bien, il semble que le gars m’aimait bien, alors peut-être qu’après tout, les choses se sont bien passées, » Yuuto avait poussé un long soupir de soulagement.

L’ennemi de longue date de son clan, le Clan de la Corne, avait été amené en tant que clan frère, et la bataille inattendue avec le Clan du Sabot avait également pris fin. Après avoir été occupées par une guerre constante pendant si longtemps, les choses s’étaient finalement calmées, ce qui lui avait donné la chance de vraiment commencer à chercher une méthode de retour chez lui. Se lancer dans une autre guerre avec son nouveau voisin aurait été le comble de la stupidité.

« Euh, eh bien... » Félicia regarda en avant et en arrière, balayant toute la salle du rituel, avec une expression difficile. « Je pense que les choses se sont peut-être bien passées pour le Clan du Loup et le Clan de la Corne, mais tout cela peut devenir un peu un problème pour toi personnellement, Grand Frère. »

Alors que Yuuto suivait son regard et regardait de l’autre côté de la salle, pour une raison quelconque, tous les membres du Clan de la Corne réunis semblaient se rigidifier tous à la fois en réponse.

Yuuto avait froncé les sourcils, perplexe. « Hé, Féli... »

« Ohh, c’est exactement ce que j’attendais de mon oncle du Clan du Loup ! Je savais qu’il y avait quelque chose en vous ! » Rasmus interrompit Yuuto avant qu’il ne puisse terminer sa question. Le commandant en second du Clan de la Corne s’était précipité vers eux, le visage plein d’excitation.

« Grand Frère... Je suis tombée amoureuse de vous encore une fois ! » Linéa avait carillonné à haute voix à côté de Yuuto, son visage rougissant d’un rouge vif et ses yeux scintillants tandis qu’elle le fixait avec amour. « Je ne peux plus penser à passer ma vie mariée à quelqu’un d’autre que vous, Grand Frère ! »

Rasmus continua sans relâche. « J’avais passé tant de temps et d’efforts à essayer de les convaincre avec mes propres mots, mais à penser que vous pourriez mettre leur cœur à bout de nerfs avec ce court échange ! Bonté divine, si ce n’est pas la preuve de votre capacité d’être un souverain suprême, alors le titre lui-même n’a pas de sens. »

Rasmus était pratiquement en train de s’exciter, mais Yuuto avait du mal à suivre exactement ce dont il parlait. Que s’était-il passé pour que ces deux-là aient une telle augmentation soudaine de leur opinion envers lui ? Tout ce qu’il avait fait, c’était de fixer d’un regard empli de fureur un crétin arrogant. Rasmus et Linéa avaient eux-mêmes fait exactement la même chose.

Il avait jeté un coup d’œil à Félicia pour demander de l’aide, mais elle tenait sa tête dans ses mains, couvrant son visage comme dans la tristesse.

« ... Qu’est-ce que j’ai encore fait ? » demanda Yuuto, déconcerté.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Ethan_Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire