Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Acte 1

Partie 6

Pendant quelques instants, Linéa avait baissé les yeux, se mordant la lèvre et gémissant dans la frustration, mais soudain, elle se releva.

« H-Hmm. Je comprends maintenant. Avec quelqu’un du c-calibre de Grand Frère, il est inévitable qu’une foule de femmes affluent vers lui. Très bien. Permettre un peu d’altruisme, c’est aussi le devoir d’une épouse ! »

Linéa avait serré le poing et l’avait annoncé d’une voix forte, comme si elle essayait aussi de se convaincre elle-même.

« Hein ? Hein ? » Yuuto avait commencé à avoir l’impression qu’il avait, d’une manière ou d’une autre, causé plus d’ennuis pour lui-même.

Et c’est là que c’était arrivé.

Sigrun avait été la première à le remarquer. Avec une soudaine agilité animale, elle s’était levée d’un coup et avait regardé avec méfiance vers l’entrée, abaissant son centre de gravité. Elle avait posé une main sur sa poignée d’épée, prête à dégainer à l’improviste.

Son expression était plus sérieuse que ce que Yuuto avait vu jusqu’à aujourd’hui, et une grosse perle de sueur se frayait déjà un chemin le long de sa joue.

« Que se passe-t-il, Run —, » Yuuto n’avait même pas fini sa question avant qu’il ne s’en aperçoive lui aussi.

La grande salle du rituel avait été remplie de bruit et de célébration, mais le son s’était complètement éteint comme si une vague de silence avait déferlé sur la salle en provenance de l’entrée. Tout le monde fixait le même point, avec des expressions rigides et choquées.

Debout à l’entrée, un homme d’âge moyen, bien construit, barbu, et revêtu d’une robe de soie. C’était quelqu’un que Yuuto connaissait : le goði Alexis. Il était un haut fonctionnaire du Saint Empire Ásgarðr, un représentant de l’Empereur Divin, et l’homme qui avait supervisé Yuuto et la Cérémonie du Calice de Linéa. Cependant, la personne que tout le monde regardait n’était pas Alexis, mais l’homme qui se tenait à côté de lui.

Il avait l’air jeune, peut-être une vingtaine d’années, avec des cheveux roux comme une flamme. Il était grand et mince, avec une silhouette tonique qui suggérait à la fois force et agilité.

Ses traits masculins étaient compensés par ses yeux qui débordaient d’une curiosité presque enfantine.

En effet, il n’y avait rien de particulièrement exotique ou d’anormal dans l’apparence du jeune homme. Et pourtant, Yuuto était complètement incapable de le quitter des yeux.

« Qu’est-ce que c’est que ce type !? » Yuuto haleta. Avant qu’il ne s’en rende compte, il s’était déjà levé à moitié, le corps tendu pour se préparer au combat ou à la fuite.

Il ressentait une mystérieuse terreur en lui en réaction à cet homme, comme si un instant de manque de prudence signifiait sa propre mort.

Comme si un tigre sauvage était soudainement apparu devant lui.

« Steinþórr ! Qu’est-ce qu’il fait là ? » s’écria Linéa avec une voix tremblante.

Même Yuuto avait déjà entendu ce nom auparavant.

Dans l’ouest de l’Yggdrasil, depuis la fondation du Saint Empire Ásgarðr, la région au nord de la rivière Körmt s’appelait Álfheimr, et au sud était la région de Vanaheimr.

Le Clan de la Foudre contrôlait un vaste tronçon nord de Vanaheimr tout le long de la rivière Körmt, et Steinþórr était leur patriarche.

Sa façon de se battre, moins courageuse et plus intrépide et sauvage, lui avait valu ce surnom.

« Le Dólgþrasir... C’est donc le “Tigre Affamé de Batailles de Vanaheimr”, n’est-ce pas ? » Yuuto crachait les mots avec un petit frisson, essuyant la sueur de sa joue avec le dos de sa main.

Il avait entendu les rumeurs, mais jusqu’à récemment, c’était un nom qui semblait très lointain, d’un territoire qui n’avait pas encore bordé le sien.

« Oui, » répondit Linéa. « Même le grand héros du Clan du Sabot, Yngvi, craignait son pouvoir. Après l’avoir affronté une fois au combat, Yngvi a offert en mariage la main de sa propre fille et a prêté serment de fraternité égale sur le Calice... tout cela pour éviter de combattre un homme de plus de dix ans plus jeune que lui. »

« Ça ressemble à un adversaire coriace. »

Yuuto avait déjà affronté Yngvi au combat une fois auparavant, et avait été étonné par les capacités de l’homme. Yngvi avait réussi à avoir des réponses à chacune des tactiques de combat futuristes de Yuuto, malgré le fait de les voir pour la première fois. Sa force présente dans son leadership avait ramené ses troupes du bord de la panique chaque fois que Yuuto les avait ébranlés, et son courage au combat avait même réussi à submerger le plus fort du Clan du Loup, le Mánagarmr Sigrun.

En une seule génération, Yngvi avait élevé le Clan du Sabot en une grande nation qui était prête à prendre le contrôle de tout Álfheimr. Ses capacités étaient celles d’un « souverain suprême », celui qui s’empare de la terre par la conquête militaire.

« Il est comme Takeda Shingen, » murmura Yuuto.

« Hein ? » Linéa le regarda d’un air interrogateur.

« Désolé, je me parlais à moi-même », répondit Yuuto avec un sourire ironique.

On disait souvent qu’Oda Nobunaga, le puissant conquérant militaire de l’époque des États belligérants du Japon, avait déjà cherché un traité de paix et une alliance avec Takeda Shingen. Malgré le fait d’avoir plusieurs fois la force militaire des armées de Takeda, Oda avait fait preuve de courtoisie envers lui. Cela montrait à quel point il craignait la puissance de Takeda Shingen.

Cependant, ce n’était pas seulement un problème de l’histoire récente ou ancienne. Lors de leur précédente guerre avec le Clan de la Corne, le Clan du Loup s’était emparé d’un territoire riverain, et maintenant ils partageait une frontière avec le Clan de la Foudre.

Malheureusement, il était apparu que leur nouveau voisin était un vrai problème.

« Seigneur Alexis ! Pourquoi avez-vous amené quelqu’un comme lui ici ? » Rasmus interrogea le goði barbu, n’enlevant jamais son regard de Steinþórr.

C’était le centre de la capitale du Clan de la Corne, et en plus, c’était leur site religieux le plus sacré. Il y avait plusieurs niveaux de sécurité à franchir avant d’entrer, donc ce n’était pas un endroit où un étranger devrait pouvoir se promener.

Il était clair qu’Alexis avait utilisé ses privilèges diplomatiques en tant que représentant de l’empereur pour amener le patriarche du Clan de la Foudre avec lui.

« Franchement, ne t’inquiète pas pour les détails, vieil homme. » Steinþórr était complètement infaillible. « On fait la fête ici, n’est-ce pas ? J’ai pensé venir vous souhaiter félicitations en tant que chef de votre pays voisin. »

« Comment osez-vous dire quelque chose de si honteux, alors que vous avez pris la vie de notre patriarche précédent de vos propres mains !? » cria Rasmus.

« Ahh, ce vieux Hrutin-quelque chose ou autre, n’est-ce pas ? Tout le monde disait qu’il était génial et qu’il ne s’est même pas battu. »

Le prédécesseur du patriarche du clan n’était pas seulement le père de Linéa par le sang ; il aurait été son parent assermenté par le Serment du Calice, en fait le grand-père de tout le clan. De plus, il avait été un grand-père bien-aimé, qui avait béni son clan avec de nombreuses grandes actions et laissé une marque indélébile sur leur histoire.

Steinþórr avait parlé d’un homme aussi indifféremment que comme s’il parlait de la météo d’hier, à peine mémorable. Des cris de ressentiment avaient commencé à se faire entendre dans la salle bondée.

Steinþórr avait répondu en riant et avait salué la foule. « Eh bien, voyons ! Qui de toute façon se soucie d’un vieux mort. »

« Comment osez-vous... comment osez-vous vous moquer de nous ! » Sa rage à son apogée, Rasmus avait dégainé l’épée à sa taille. Même si cela venait du patriarche du Clan de la Foudre, le fait de pardonner publiquement sans tenir compte de la dignité de Rasmus mettrait en danger non seulement la dignité de Rasmus, mais aussi la dignité du Clan de la Corne dans son ensemble. « Ne croyez pas que vous pouvez entrer effrontément seul dans cet endroit, faire des remarques comme ça et rentrer chez vous vivant ! Je prendrai votre tête pour l’offrir sur la tombe du patriarche précédent ! Hé, tout le monde ! »

Au signal de Rasmus, plusieurs hommes de la foule suivirent son exemple, dégainant leurs épées.

Il y avait quelques cris terrifiés de certaines des femmes présentes, et soudain, la salle était dans un tumulte.

Quant au jeune homme aux cheveux roux, il était sûrement conscient de toute la soif de sang qui visait sa voie, mais ne semblait pas s’en soucier. Il s’était gratté la tête avec une expression ennuyée et non impressionnée.

« Rasmus, venez maintenant, » déclara Alexis avec une expression douloureuse, en marchant entre les deux hommes. « Ce jeune homme est mon invité. Veuillez considérer ma position et pardonner son impolitesse comme une faveur. »

Clairement expérimenté comme médiateur dans les conflits, Alexis avait parlé avec confiance dans une atmosphère tendue et violente. Un seul faux mouvement et il pourrait facilement être celui qui se fait abattre, intentionnellement ou accidentellement. Pourtant, son expression calme n’avait pas changé.

Il n’était pas seulement un certain goði, mais clairement un homme d’une audace considérable.

« Khh... ! » Rasmus avait plissé son visage comme s’il écrasait un insecte dégoûtant.

Au moins officiellement, le patriarche d’un clan était un serviteur de l’Empereur Divin. Cette autorité officielle avait été utilisée pour justifier la domination d’un clan sur leur territoire. Un goði était le mandataire de l’Empereur Divin. Ses paroles étaient celles de l’empereur, et son invité était un invité impérial.

Blesser ou tuer Steinþórr ici serait une insulte à l’honneur de l’Empereur Divin. Si cela était fait en dépit de la tentative du goði de l’arrêter, le déshonneur serait impardonnable.

« Si vous le dites, Seigneur Alexis, » dit Rasmus, « Je n’ai pas d’autre choix que de reculer. » Il avait baissé son épée. Sa voix était encore amère et tremblante de colère.

La seule chose qui le retenait, c’était son sens des responsabilités en tant que commandant en second du Clan de la Corne.

Le Saint Empire Ásgarðr avait vraiment régné sur tout le territoire d’Yggdrasil il y a 200 ans. Or, sa sphère d’influence s’était réduite à quelque chose de plus comparable à un clan de taille moyenne comme le Clan de la Corne. Géographiquement et politiquement parlant, c’était loin de cet endroit. Cependant, son autorité persistante commandait toujours le respect. L’empire pourrait accorder aux voisins du Clan de la Corne le droit officiel de les attaquer.

Actuellement, le Clan de la Corne avait vu son territoire à l’est être saisi par le Clan du Loup, tandis que ses villes et villages de l’ouest avaient été dévastés par l’envahisseur du Clan du Sabot avant d’être chassés.

Avec une telle situation interne, Rasmus devait éviter d’accorder à ses clans voisins toute excuse pour attaquer.

« On dirait que tu vas vivre un autre jour, papy. » Steinþórr avait souri.

Rasmus avait recommencé à élever la voix vers lui, mais il ne pouvait pas en dire plus. En un instant, Steinþórr avait complètement réduit la distance entre eux et il arriva à bout portant.

Il était déjà si proche de Rasmus qu’une épée serait inutile, et Rasmus s’était trouvé incapable de bouger ou de réagir. Steinþórr se pencha près du visage de Rasmus, leurs nez se touchant presque, et se moqua de lui.

« Oui, je n’ai jamais été là pour toi, grand-père. À ton âge, tu n’as probablement plus beaucoup de temps, mais prends soin de toi. »

Avec ces mots, Steinþórr s’était soudainement baissé et avait frappé la lame de l’épée de Rasmus avec son doigt.

C’est tout ce qu’il avait fait.

« Vous vous moquez de moi ! » Yuuto s’étouffa devant ce qu’il vit, tandis que le sol en pierre du hall faisait écho au bruit du métal.

Certes, le bronze était plus fragile que le fer. C’était tout simplement un fait. Mais fragile ou non, il ne devrait y avoir aucun moyen pour une personne de briser une lame de bronze d’un simple coup de doigt !

Cette impossibilité venait de se produire dans la réalité, juste devant lui.

« C’est le pouvoir du Briseur, Mjǫlnir, » expliqua Linéa. « C’est une rune unique avec toute son énergie divine, son ásmegin, concentré uniquement sur le pouvoir de destruction... »

Habituellement, la rune d’un Einherjar leur donnait quatre ou cinq capacités différentes. Par exemple, la rune Hati de Sigrun lui avait donné une capacité physique globale plus forte que celle d’un guerrier masculin moyen, mais elle lui avait aussi donné un sens de l’odorat qui pouvait détecter les poisons et les présences ennemies, un sixième sens étrange au combat, et un rugissement sauvage qui pouvait inspirer ses alliés et intimider ses ennemis.

Il y avait aussi des exceptions. La rune Skírnir de Félicia était assez spéciale et lui avait conféré de nombreuses et diverses capacités et pouvoirs. Cependant, ceci avait été compensé par un coût, car aucune des capacités de Félicia n’était exceptionnellement puissante. En tant qu’homme à tout faire, un Einherjar spécialisé dans seulement quelques-unes des capacités qu’elle possédait surpasserait certainement son niveau.

Donc, le contraire devait aussi être vrai. Si toute la puissance d’une rune était comprimée et concentrée, on pourrait peut-être obtenir une force ridicule capable de briser une épée de bronze en deux d’un simple coup de doigt.

Après avoir tiré cette conclusion, Yuuto avait réalisé autre chose.

« Hm ? Mais qu’en est-il de ses mouvements à ce moment-là ? » demanda-t-il à Linéa. « Ils n’étaient pas naturels non plus, n’est-ce pas ? »

Rasmus était le chef de quatre puissants Clan de la Corne Einherjar connu sous le nom de Brísingamen, ou « Quatre Flammes », qui avait causé pas mal de défaites douloureuses pour le Clan du Loup avant l’arrivée de Yuuto. Même après sa jeunesse, Rasmus devrait être assez fort et compétent. Et pourtant, il n’avait pas été en mesure de réagir à la vitesse de l’autre. Même Yuuto, regardant de la ligne de touche, avait à peine pu le suivre. Il était difficile de croire que quelqu’un pouvait se déplacer avec une telle précision et aussi rapide comme l’éclair sans les bénédictions d’une rune.

Il y avait, bien sûr, ces guerriers comme le commandant en second du Clan du Loup, Jörgen, qui, grâce à des années d’entraînement intense, avait obtenu un niveau de compétence qui leur permettrait de combattre sur un pied d’égalité avec un Einherjar.

Ce n’était que l’intuition de Yuuto, mais il avait certainement eu le sentiment qu’un homme comme Steinþórr n’avait pas obtenu une telle compétence par de longues années d’entraînement rigoureux. Il était purement et simplement fort. Une force impeccable et non entraînée, née de l’intérieur, comme celle d’un ours ou d’un tigre, ou d’une autre bête féroce.

« Oui, » poursuit Linéa. « Il a une force phénoménale des bras et des jambes, grâce à sa rune Megingjörð, la ceinture de force. »

Pendant une seconde, Yuuto avait cru qu’il l’avait mal entendue. Si sa mémoire n’était pas erronée, il venait d’entendre parler de la rune de Steinþórr, et elle avait un nom différent. Il n’avait pas la meilleure mémoire, mais il était persuadé qu’il n’était pas le genre de personne qui oublie ce qu’on vient de lui dire, comme un vieil homme sénile.

« Linéa, dis-tu que... est-ce qu’il a deux runes ? »

« Oui, Grand Frère. Il est l’un des rares, peut-être trois au plus, dans tout Yggdrasil qui soit un double Einherjar ».

« ... Quel tricheur de merde, » déclara Yuuto avec un certain dégoût.

Il n’y avait aucune chance de mener une quelconque enquête ou mesure dans ce monde, mais la compréhension de Yuuto était que seulement une personne sur dix mille recevait la bénédiction d’une rune. Il n’avait jamais envisagé la possibilité que quelqu’un puisse s’en voir accorder deux.

« Oookay, alors. Voyons voir ici. » Steinþórr avait jeté un coup d’œil autour. « Ah, le voilà ! » Ses yeux avaient rencontré ceux de Yuuto.

Avant même que Yuuto puisse finir de penser Oh, merde... pour lui-même, le jeune homme aux cheveux roux se dirigeait vers lui avec un sourire ravi.

« Halte. » Sigrun se tenait sur le chemin de Steinþórr, sa position devant lui comme si elle protégeait Yuuto. « Je ne vous laisserai pas vous approcher de Père. »

Elle ponctua son avertissement d’un petit mouvement, sa main détachant légèrement son épée de son fourreau. Yuuto n’avait jamais vu un regard aussi sombre dans ses yeux auparavant, et son visage était couvert de perles de sueur.

Yuuto avait été choqué. Tout ce que j’ai fait aujourd’hui, c’est être témoin de l’impossible, se dit-il. Même dans ses rêves les plus fous, il n’avait jamais imaginé voir le Loup d’Argent le plus fort, le Mánagarmr, terrifié par quelqu’un !

« Hm ? » Steinþórr s’était arrêté, jetant un coup d’œil à Sigrun. Contrairement à son interaction avec Rasmus il y a quelques instants, il y avait une lueur d’intérêt dans ses yeux.

Yuuto pouvait entendre le grincement des dents de Sigrun ; le regard larmoyant de Steinþórr doit être très désagréable pour elle. Malgré cela, la petite femme au tempérament fort était restée silencieuse et avait enduré l’offense. Cela n’avait servi qu’à faire comprendre à Yuuto à quel point la menace Steinþórr était insondable.

« Ces cheveux argentés signifient que tu es le meilleur combattant du Loup, Sig-qqchose — ouu-qq chose comme ça, ouais ? » demanda Steinþórr.

« C’est Sigrun. »

« Peu importe, je m’en fous des détails. Je vois que tu as une forte aura combative. On dirait que tu as tué mon beau-père dans une bagarre en tête-à-tête, et que ce n’était pas un mensonge. Eh, toujours du menu fretin pour moi, » déclara Steinþórr.

Hochant la tête comme s’il était satisfait de sa propre évaluation, Steinþórr avait semblé perdre tout intérêt pour elle et avait tourné son regard vers Yuuto.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire