Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 1

La jeune fille appelée Hildegard déglutit une fois, puis se laissa tomber dans une position basse, accroupie, et tendit une main vers le haut. Elle se mit à parler d’une voix forte.

« Je viens faire appel à votre honorable maison, et bien que cela puisse vous paraître présomptueux, je vous demande de me permettre de me présenter. »

C’était une jeune fille aux cheveux attachés en deux tresses courtes, et bien que ses yeux volontaires et déterminés aient fait une forte impression, son apparence générale était encore plutôt mignonne.

Elle était également assez bien habillée, ce qui laisse penser qu’elle venait d’un milieu aisé.

« Tout d’abord, je vous remercie pour le temps que vous m’accordez et pour avoir accepté de m’écouter », poursuit Hildegard. Elle récita le reste de la salutation cérémoniale qu’elle avait mémorisée, s’assurant d’énoncer chaque mot clairement. « Comme je suis maladroite et grossière, je vous demande humblement de me pardonner si je manque à la courtoisie qui vous est due. Je comprends que c’est la première fois que j’ai l’honneur de vous rencontrer, mon bon monsieur. »

La première impression avait toujours été essentielle.

Si elle pouvait montrer sa capacité à effectuer cette salutation formelle sans erreur, cela devrait rapidement améliorer son image d’exemplarité auprès des supérieurs de cette organisation.

Elle ne pouvait pas se permettre de faire des erreurs.

« Je viens du territoire du Clan de la Griffe, du village de Zaltz, au pied des montagnes Himinbjörg », dit-elle. « Je m’appelle Hildegard et j’ai quatorze ans. L’année dernière, lorsque je suis allée visiter la tour sacrée de Hliðskjálf, j’ai reçu la bénédiction de la déesse Angrboða, et son cadeau, la rune Úlfhéðinn, la peau de loup. Comprenant que c’était mon destin, j’ai rejoint la campagne pour subjuguer le Clan de la Panthère. Cependant, je n’ai pas encore échangé le Serment du Calice avec qui que ce soit. Je suis un guerrier novice, un enfant sans parent assermenté. »

L’homme qui se tenait en face d’Hildegard écarquilla les yeux à cette dernière phrase.

Bien sûr que oui, pensa-t-elle en ricanant au fond de son cœur.

Parce que les Einherjars avaient été bénis par les dieux avec le pouvoir et la protection des runes, ils possédaient des capacités de combat qui les distinguaient largement des gens ordinaires qui n’en ont pas.

En cette ère de guerre constante, n’importe quel clan serait sûrement prêt à tout pour mettre la main sur un guerrier aussi puissant, tout comme n’importe quelle famille de faction au sein d’un clan.

En fait, Hildegard avait déjà reçu des propositions de deux autres factions, lui demandant de devenir un enfant subordonné auprès d’elles.

Mais le Serment du Calice était un engagement ferme et sacré, et une fois qu’il était échangé, on ne pouvait pas facilement s’en défaire. Cela étant dit, si Hildegard devait prêter le Serment du Calice à quelqu’un, elle se disait qu’il valait mieux choisir quelqu’un issu d’une famille qui montait en puissance, ce qui lui ouvrirait de meilleures perspectives pour sa propre carrière.

Et c’est pourquoi elle avait choisi de venir ici.

« J’ai eu la chance de rester quelque temps en tant qu’invitée de Lord David, adjoint au commandant en second de la Famille Jörgen », dit-elle. « Cependant, si je ne devais prêter mon serment du Calice qu’à un seul parent dans cette vie, je souhaiterais plus que tout prêter serment auprès de la Mánagarmr, Dame Sigrún, la guerrière dont le nom résonne dans tout le pays. Et donc je suis venue, même si je sais que la demande est effrontée. J’espère que vous aurez une bonne opinion de moi. »

Intérieurement, Hildegard poussa un soupir de soulagement. Elle avait réussi à finir de réciter l’ensemble du texte sans se tromper une seule fois.

Comme elle avait grandi à la campagne, ce genre de salutations formelles était vraiment difficile pour elle. Mais au moins, le premier obstacle avait maintenant été franchi.

« J’apprécie votre accueil aimable et courtois », répondit l’autre homme. « S’il vous plaît, pardonnez mon retard à me présenter. Je suis Bömburr, commandant en second de la famille Sigrún. »

« … ! » Hildegard se retint de haleter sous le choc, mais ses yeux s’écarquillèrent.

C’était tout naturel, car elle savait exactement qui était cet homme. Elle avait fait quelques recherches sommaires sur cette faction, puisqu’elle prévoyait de prêter son serment du Calice avec eux.

En plus d’être le commandant en second de la famille Sigrún, Bömburr était également le vice-capitaine de la force de soldats d’élite connue sous le nom d’unité des forces spéciales de Múspell.

C’était tout à fait inattendu, elle n’avait jamais pensé qu’elle finirait par se retrouver face à face avec un personnage aussi important de la famille.

Mais, ça pourrait être un coup de chance, pensa Hildegard. Son esprit s’emballa.

Redressant sa posture, elle inclina une nouvelle fois la tête en signe de respect. « Je suis très honorée de faire la connaissance d’une personne aussi renommée. J’ai beaucoup entendu parler de vos glorieux accomplissements. »

Bien sûr, elle ne faisait que suivre le mouvement.

Honnêtement, elle n’avait jamais entendu le nom de Bömburr avant de faire ses recherches sur la famille Sigrún. Et même quand elle avait appris son existence, il n’avait pas du tout de gloire à son nom. Ses accomplissements étaient tous ennuyeux et ordinaires.

Et en le voyant maintenant, il était petit et un peu corpulent — il semblait un peu léthargique pour un guerrier. Il n’avait pas une présence intimidante. Il avait juste l’air d’un vieil homme ennuyeux d’âge moyen.

Hildegard ne pouvait que supposer qu’il était arrivé à sa position actuelle dans la faction de Sigrún en lui faisant de la lèche.

Néanmoins, il s’agissait du chef des enfants subordonnés de la famille dans laquelle Hildegard essayait d’entrer. Compte tenu de sa future carrière, il n’y avait aucun mal à s’assurer qu’il ait une bonne opinion d’elle.

« Ha ha ha ! » Bömburr gloussa. « Je sais que ce n’est que de la flatterie vide, mais ça fait quand même du bien de recevoir des éloges comme ça d’une jeune femme comme vous. »

« Oh, non, je vous promets que ce n’est pas du tout de la flatterie vide… » protesta Hildegard.

Même si c’est exactement ce que c’est, ajouta-t-elle dans son cœur avec un ricanement.

Bien sûr, Bömburr n’avait aucun moyen d’entendre la voix intérieure de la jeune fille, et il ne répondait donc qu’à ses paroles.

« Oh, s’il vous plaît », avait-il dit en gloussant. « Ce n’est vraiment pas nécessaire. De toute façon, vous vouliez entrer dans notre famille, non ? »

« O-oui, monsieur ! » Hildegard était reconnaissante à l’homme d’avoir fait avancer la conversation, elle avait craint de ne pas pouvoir rester polie.

« Je suis sûr que vous le savez déjà, mais nous sommes l’une des factions les plus militaristes du clan », dit Bömburr. « Notre régime d’entraînement quotidien est très strict, et le risque de mourir au combat est également beaucoup plus élevé. Voulez-vous toujours en faire partie, malgré ça ? »

« Cela signifie seulement que nous avons plus de possibilités de nous faire un nom dans le domaine, n’est-ce pas ? » demanda Hildegard, le coin de sa bouche se retroussant vers le haut.

Elle avait étudié les règles de base de l’étiquette et des manières dont elle aurait besoin pour s’entendre avec les plus hauts responsables de la famille, mais elle n’avait pas non plus l’intention de se comporter comme une fille bien élevée.

C’était un monde où la force signifiait tout. Si elle se montrait simplement polie et obéissante, elle finirait par être utilisée et maltraitée. Elle devait montrer qu’elle avait aussi des crocs.

« Heh. Ok, alors, » dit Bömburr. « Il semblerait que vous soyez exactement le genre de personne pour laquelle notre famille est connue. Et j’aimerais certainement avoir un Einherjar fort dans nos rangs. Laissez-moi vous accueillir à bras ouverts, Hildegard. » Bömburr tendit la main.

Hildegard la saisit, et les deux se serrèrent la main.

C’est ainsi qu’avait commencé pour Hildegard un aller simple vers le succès et le statut.

☆☆☆

… Du moins, c’est ce qu’imaginait Hildegard, mais la réalité s’était avérée beaucoup moins rose.

« Pourquoi dois-je faire ce genre de travail !? » Elle frappa rageusement sa houe contre le sol.

En tant que guerrière Einherjar, elle devrait manier une épée, une lance ou un arc.

Et pourtant, on l’avait forcée à se lever avant même que le soleil ne soit levé et on l’avait envoyée dans ces écuries puantes, où elle était censée faire un travail sale comprenant le fait de nettoyer le fumier des chevaux.

Ça n’avait pas du tout de sens.

C’était un travail destiné aux gens médiocres, pas à un héros choisi par les dieux comme elle.

« Comment ça, “pourquoi” ?! » Un homme barbu d’une vingtaine d’années lui répondit par un cri. « C’est parce que tu es une stagiaire qui vient d’arriver l’autre jour. Ne va pas pleurnicher et te plaindre pour ton premier jour de corvée. Ferme-la et mets-toi au travail ! »

« Rrgh. » Hildegard se sentit immédiatement furieusement irritée par cet homme.

Elle avait reçu une offre pour prêter le serment du Calice directement avec le second adjoint de Jörgen, l’un des officiers de haut rang du Clan du Loup.

Pourquoi cet homme lui parlait-il comme s’il était au-dessus d’elle ? Après tout, il était toujours un membre de bas rang de la famille malgré ses vingt ans.

C’était si offensant que cela l’avait rendue malade.

« Tu devrais peut-être faire attention à la façon dont tu me parles, si tu sais ce qui est bon pour toi. » Hildegard croisa les bras et leva le menton avec défi, lançant à l’homme un regard menaçant tandis qu’elle lui crachait ces mots. « Je suis une Einherjar de la rune Úlfhéðinn, la peau de loup. Je vais grimper dans les rangs supérieurs en un rien de temps. »

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un simple novice, ses paroles l’avaient apparemment un peu effrayé. Elle avait été capable de sentir sa peur grâce à son odorat incroyablement perspicace.

Ses lèvres se recourbèrent en un sourire malicieux et elle lui lança la houe à ses pieds.

« Qu’est-ce que tu fais ? », avait-il crié.

« J’ai décidé que tu pouvais faire ce travail stupide », déclara Hildegard. « Qui sait ? Si tu te montres utile, peut-être qu’à l’avenir, j’envisagerai de te jeter un os ou deux. »

« Ngh… ! » L’homme barbu ne pouvait même pas former de mots en réponse.

C’était, peut-être, tout à fait naturel. Il serait beaucoup plus étrange pour lui de ne pas être furieux après avoir été si profondément insulté par une nouvelle recrue, quelqu’un de moins gradé que lui.

« Toi… ! Comment oses-tu ! » L’homme serra les poings, puis se jeta sur elle.

Il semblait être prompt à la colère et à donner des coups de poing, ce qui convenait à la famille dont il faisait partie. Hildegard avait également l’impression qu’il avait une certaine expérience du combat.

Cependant, de son point de vue, il était si lent que c’en était presque ennuyeux.

Elle attrapa facilement son poing dans la paume de sa propre main, puis le serra, assez fort pour que ses os fassent du bruit.

« Gaagh ! St-stop ça ! Arrête ça ! Laisse moi partir ! Aaauughh ! » L’homme se mit à crier et à hurler de douleur. C’était pathétique, elle n’avait même pas encore utilisé la moitié de sa force.

Hildegard regarda droit dans les yeux du gémissant, et parla d’un ton glacial. « “Arrête ça” ? “Laisse-moi partir” ? Peut-être ne comprends-tu pas la position dans laquelle tu te trouves en ce moment ? »

« Argh… S’il vous plaît laissez-moi partir. S’il vous plaît, je vous en supplie. »

« Hee hee, oui, c’est ça. » Hildegard sourit, un sourire qui montrait exactement tout le mépris qu’elle avait pour lui. « Tu dois réaliser exactement où tu en es. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire