Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

***

Chapitre 3 : Acte 3

Partie 1

La jeune fille appelée Hildegard déglutit une fois, puis se laissa tomber dans une position basse, accroupie, et tendit une main vers le haut. Elle se mit à parler d’une voix forte.

« Je viens faire appel à votre honorable maison, et bien que cela puisse vous paraître présomptueux, je vous demande de me permettre de me présenter. »

C’était une jeune fille aux cheveux attachés en deux tresses courtes, et bien que ses yeux volontaires et déterminés aient fait une forte impression, son apparence générale était encore plutôt mignonne.

Elle était également assez bien habillée, ce qui laisse penser qu’elle venait d’un milieu aisé.

« Tout d’abord, je vous remercie pour le temps que vous m’accordez et pour avoir accepté de m’écouter », poursuit Hildegard. Elle récita le reste de la salutation cérémoniale qu’elle avait mémorisée, s’assurant d’énoncer chaque mot clairement. « Comme je suis maladroite et grossière, je vous demande humblement de me pardonner si je manque à la courtoisie qui vous est due. Je comprends que c’est la première fois que j’ai l’honneur de vous rencontrer, mon bon monsieur. »

La première impression avait toujours été essentielle.

Si elle pouvait montrer sa capacité à effectuer cette salutation formelle sans erreur, cela devrait rapidement améliorer son image d’exemplarité auprès des supérieurs de cette organisation.

Elle ne pouvait pas se permettre de faire des erreurs.

« Je viens du territoire du Clan de la Griffe, du village de Zaltz, au pied des montagnes Himinbjörg », dit-elle. « Je m’appelle Hildegard et j’ai quatorze ans. L’année dernière, lorsque je suis allée visiter la tour sacrée de Hliðskjálf, j’ai reçu la bénédiction de la déesse Angrboða, et son cadeau, la rune Úlfhéðinn, la peau de loup. Comprenant que c’était mon destin, j’ai rejoint la campagne pour subjuguer le Clan de la Panthère. Cependant, je n’ai pas encore échangé le Serment du Calice avec qui que ce soit. Je suis un guerrier novice, un enfant sans parent assermenté. »

L’homme qui se tenait en face d’Hildegard écarquilla les yeux à cette dernière phrase.

Bien sûr que oui, pensa-t-elle en ricanant au fond de son cœur.

Parce que les Einherjars avaient été bénis par les dieux avec le pouvoir et la protection des runes, ils possédaient des capacités de combat qui les distinguaient largement des gens ordinaires qui n’en ont pas.

En cette ère de guerre constante, n’importe quel clan serait sûrement prêt à tout pour mettre la main sur un guerrier aussi puissant, tout comme n’importe quelle famille de faction au sein d’un clan.

En fait, Hildegard avait déjà reçu des propositions de deux autres factions, lui demandant de devenir un enfant subordonné auprès d’elles.

Mais le Serment du Calice était un engagement ferme et sacré, et une fois qu’il était échangé, on ne pouvait pas facilement s’en défaire. Cela étant dit, si Hildegard devait prêter le Serment du Calice à quelqu’un, elle se disait qu’il valait mieux choisir quelqu’un issu d’une famille qui montait en puissance, ce qui lui ouvrirait de meilleures perspectives pour sa propre carrière.

Et c’est pourquoi elle avait choisi de venir ici.

« J’ai eu la chance de rester quelque temps en tant qu’invitée de Lord David, adjoint au commandant en second de la Famille Jörgen », dit-elle. « Cependant, si je ne devais prêter mon serment du Calice qu’à un seul parent dans cette vie, je souhaiterais plus que tout prêter serment auprès de la Mánagarmr, Dame Sigrún, la guerrière dont le nom résonne dans tout le pays. Et donc je suis venue, même si je sais que la demande est effrontée. J’espère que vous aurez une bonne opinion de moi. »

Intérieurement, Hildegard poussa un soupir de soulagement. Elle avait réussi à finir de réciter l’ensemble du texte sans se tromper une seule fois.

Comme elle avait grandi à la campagne, ce genre de salutations formelles était vraiment difficile pour elle. Mais au moins, le premier obstacle avait maintenant été franchi.

« J’apprécie votre accueil aimable et courtois », répondit l’autre homme. « S’il vous plaît, pardonnez mon retard à me présenter. Je suis Bömburr, commandant en second de la famille Sigrún. »

« … ! » Hildegard se retint de haleter sous le choc, mais ses yeux s’écarquillèrent.

C’était tout naturel, car elle savait exactement qui était cet homme. Elle avait fait quelques recherches sommaires sur cette faction, puisqu’elle prévoyait de prêter son serment du Calice avec eux.

En plus d’être le commandant en second de la famille Sigrún, Bömburr était également le vice-capitaine de la force de soldats d’élite connue sous le nom d’unité des forces spéciales de Múspell.

C’était tout à fait inattendu, elle n’avait jamais pensé qu’elle finirait par se retrouver face à face avec un personnage aussi important de la famille.

Mais, ça pourrait être un coup de chance, pensa Hildegard. Son esprit s’emballa.

Redressant sa posture, elle inclina une nouvelle fois la tête en signe de respect. « Je suis très honorée de faire la connaissance d’une personne aussi renommée. J’ai beaucoup entendu parler de vos glorieux accomplissements. »

Bien sûr, elle ne faisait que suivre le mouvement.

Honnêtement, elle n’avait jamais entendu le nom de Bömburr avant de faire ses recherches sur la famille Sigrún. Et même quand elle avait appris son existence, il n’avait pas du tout de gloire à son nom. Ses accomplissements étaient tous ennuyeux et ordinaires.

Et en le voyant maintenant, il était petit et un peu corpulent — il semblait un peu léthargique pour un guerrier. Il n’avait pas une présence intimidante. Il avait juste l’air d’un vieil homme ennuyeux d’âge moyen.

Hildegard ne pouvait que supposer qu’il était arrivé à sa position actuelle dans la faction de Sigrún en lui faisant de la lèche.

Néanmoins, il s’agissait du chef des enfants subordonnés de la famille dans laquelle Hildegard essayait d’entrer. Compte tenu de sa future carrière, il n’y avait aucun mal à s’assurer qu’il ait une bonne opinion d’elle.

« Ha ha ha ! » Bömburr gloussa. « Je sais que ce n’est que de la flatterie vide, mais ça fait quand même du bien de recevoir des éloges comme ça d’une jeune femme comme vous. »

« Oh, non, je vous promets que ce n’est pas du tout de la flatterie vide… » protesta Hildegard.

Même si c’est exactement ce que c’est, ajouta-t-elle dans son cœur avec un ricanement.

Bien sûr, Bömburr n’avait aucun moyen d’entendre la voix intérieure de la jeune fille, et il ne répondait donc qu’à ses paroles.

« Oh, s’il vous plaît », avait-il dit en gloussant. « Ce n’est vraiment pas nécessaire. De toute façon, vous vouliez entrer dans notre famille, non ? »

« O-oui, monsieur ! » Hildegard était reconnaissante à l’homme d’avoir fait avancer la conversation, elle avait craint de ne pas pouvoir rester polie.

« Je suis sûr que vous le savez déjà, mais nous sommes l’une des factions les plus militaristes du clan », dit Bömburr. « Notre régime d’entraînement quotidien est très strict, et le risque de mourir au combat est également beaucoup plus élevé. Voulez-vous toujours en faire partie, malgré ça ? »

« Cela signifie seulement que nous avons plus de possibilités de nous faire un nom dans le domaine, n’est-ce pas ? » demanda Hildegard, le coin de sa bouche se retroussant vers le haut.

Elle avait étudié les règles de base de l’étiquette et des manières dont elle aurait besoin pour s’entendre avec les plus hauts responsables de la famille, mais elle n’avait pas non plus l’intention de se comporter comme une fille bien élevée.

C’était un monde où la force signifiait tout. Si elle se montrait simplement polie et obéissante, elle finirait par être utilisée et maltraitée. Elle devait montrer qu’elle avait aussi des crocs.

« Heh. Ok, alors, » dit Bömburr. « Il semblerait que vous soyez exactement le genre de personne pour laquelle notre famille est connue. Et j’aimerais certainement avoir un Einherjar fort dans nos rangs. Laissez-moi vous accueillir à bras ouverts, Hildegard. » Bömburr tendit la main.

Hildegard la saisit, et les deux se serrèrent la main.

C’est ainsi qu’avait commencé pour Hildegard un aller simple vers le succès et le statut.

☆☆☆

… Du moins, c’est ce qu’imaginait Hildegard, mais la réalité s’était avérée beaucoup moins rose.

« Pourquoi dois-je faire ce genre de travail !? » Elle frappa rageusement sa houe contre le sol.

En tant que guerrière Einherjar, elle devrait manier une épée, une lance ou un arc.

Et pourtant, on l’avait forcée à se lever avant même que le soleil ne soit levé et on l’avait envoyée dans ces écuries puantes, où elle était censée faire un travail sale comprenant le fait de nettoyer le fumier des chevaux.

Ça n’avait pas du tout de sens.

C’était un travail destiné aux gens médiocres, pas à un héros choisi par les dieux comme elle.

« Comment ça, “pourquoi” ?! » Un homme barbu d’une vingtaine d’années lui répondit par un cri. « C’est parce que tu es une stagiaire qui vient d’arriver l’autre jour. Ne va pas pleurnicher et te plaindre pour ton premier jour de corvée. Ferme-la et mets-toi au travail ! »

« Rrgh. » Hildegard se sentit immédiatement furieusement irritée par cet homme.

Elle avait reçu une offre pour prêter le serment du Calice directement avec le second adjoint de Jörgen, l’un des officiers de haut rang du Clan du Loup.

Pourquoi cet homme lui parlait-il comme s’il était au-dessus d’elle ? Après tout, il était toujours un membre de bas rang de la famille malgré ses vingt ans.

C’était si offensant que cela l’avait rendue malade.

« Tu devrais peut-être faire attention à la façon dont tu me parles, si tu sais ce qui est bon pour toi. » Hildegard croisa les bras et leva le menton avec défi, lançant à l’homme un regard menaçant tandis qu’elle lui crachait ces mots. « Je suis une Einherjar de la rune Úlfhéðinn, la peau de loup. Je vais grimper dans les rangs supérieurs en un rien de temps. »

Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un simple novice, ses paroles l’avaient apparemment un peu effrayé. Elle avait été capable de sentir sa peur grâce à son odorat incroyablement perspicace.

Ses lèvres se recourbèrent en un sourire malicieux et elle lui lança la houe à ses pieds.

« Qu’est-ce que tu fais ? », avait-il crié.

« J’ai décidé que tu pouvais faire ce travail stupide », déclara Hildegard. « Qui sait ? Si tu te montres utile, peut-être qu’à l’avenir, j’envisagerai de te jeter un os ou deux. »

« Ngh… ! » L’homme barbu ne pouvait même pas former de mots en réponse.

C’était, peut-être, tout à fait naturel. Il serait beaucoup plus étrange pour lui de ne pas être furieux après avoir été si profondément insulté par une nouvelle recrue, quelqu’un de moins gradé que lui.

« Toi… ! Comment oses-tu ! » L’homme serra les poings, puis se jeta sur elle.

Il semblait être prompt à la colère et à donner des coups de poing, ce qui convenait à la famille dont il faisait partie. Hildegard avait également l’impression qu’il avait une certaine expérience du combat.

Cependant, de son point de vue, il était si lent que c’en était presque ennuyeux.

Elle attrapa facilement son poing dans la paume de sa propre main, puis le serra, assez fort pour que ses os fassent du bruit.

« Gaagh ! St-stop ça ! Arrête ça ! Laisse moi partir ! Aaauughh ! » L’homme se mit à crier et à hurler de douleur. C’était pathétique, elle n’avait même pas encore utilisé la moitié de sa force.

Hildegard regarda droit dans les yeux du gémissant, et parla d’un ton glacial. « “Arrête ça” ? “Laisse-moi partir” ? Peut-être ne comprends-tu pas la position dans laquelle tu te trouves en ce moment ? »

« Argh… S’il vous plaît laissez-moi partir. S’il vous plaît, je vous en supplie. »

« Hee hee, oui, c’est ça. » Hildegard sourit, un sourire qui montrait exactement tout le mépris qu’elle avait pour lui. « Tu dois réaliser exactement où tu en es. »

***

Partie 2

En cet instant, l’homme s’était redressé, le visage rouge vif, et il leva son autre bras pour la frapper… mais il laissa ensuite échapper un souffle, et le redescendit.

« Je vois au moins que tu n’es pas stupide », dit Hildegard avec un ricanement.

« Ngh… ! » L’homme serra les dents, et ne répondit pas.

Il était sûrement en colère et frustré, mais après cette seule attaque, il avait accepté le fait qu’il n’avait aucune chance de gagner contre elle dans un combat.

« Gah ! »

L’homme barbu poussa un nouveau cri de douleur lorsque, soudainement et sans remords, Hildegard enfonça son autre main dans sa cage thoracique, creusant avec ses ongles. Il s’agrippa à son estomac et s’effondra à genoux.

Hildegard baissa les yeux sur lui. « Et qu’est-ce que tu attends ? » demanda-t-elle d’un ton tranchant et menaçant ? « Arrête de traîner et commence à nettoyer. »

Elle lui tourna ensuite le dos, comme si elle avait complètement perdu tout intérêt.

Même s’il décidait d’essayer de l’attaquer par-derrière, elle pouvait gérer quelqu’un de son niveau. C’était ce qu’elle voulait faire comprendre : la différence flagrante entre leurs forces.

Finalement, elle entendit le bruit de l’homme qui ramassait la houe. Puis le son lorsqu’elle fut enfoncée dans le foin.

Il semblerait que l’homme ait décidé qu’il valait mieux se soumettre à Hildegard que d’essayer de s’opposer à elle.

Hildegard sourit. Enfin, elle était libérée de ce travail fastidieux.

« Hé maintenant, qu’est-ce que c’est que tout ça ? » cria une voix familière. « S’occuper des écuries était le travail d’Hildegard, n’est-ce pas ? Tu dois t’assurer qu’elle le fasse. »

Surprise, Hildegard se retourna. C’était le commandant en second, Bömburr. Comme toujours, il avait l’air trop détendu pour quelqu’un dans sa position, un sourire idiot sur le visage.

Lorsqu’elle l’avait vu pour la première fois, il lui avait semblé terne et ennuyeux, mais maintenant, il était un peu déstabilisant.

« Ah, euh, mais… » L’autre soldat débutant regarda timidement d’avant en arrière entre Hildegard et Bömburr.

Hildegard laissa échapper un soupir. Elle n’allait pas pouvoir s’en sortir par la parole.

« Ce genre de travail ne convient pas à quelqu’un comme moi, monsieur. Alors je l’ai donné à quelqu’un de plus approprié. » Elle parlait sans une once de honte, comme si elle n’avait rien fait de mal.

Bömburr poussa un long soupir de lassitude et se gratta l’arrière de la tête.

« Il ne s’agit cependant pas vraiment de savoir qui est le plus “apte” à le faire. Les nouveaux membres commencent par faire les corvées difficiles. C’est comme ça qu’on fait les choses dans cette famille. »

« Pour la famille connue comme la faction la plus puissante et la plus militariste du clan de l’acier, tout le monde semble assez accroché aux manières et aux formalités, » ricana Hildegard. « Lord David était prêt à faire de moi sa petite sœur jurée, et m’a dit qu’il me ferait éventuellement prêter le serment du Calice directement avec Lord Jörgen. Considérant que j’ai abandonné tout cela pour venir rejoindre cette famille, ce genre de traitement est tout simplement terrible. »

En effet, Hildegard ne pouvait pas accepter tout cela. Elle était une Einherjar choisie par les dieux, elle les gratifiait de sa présence, et pourtant ils avaient osé lui faire faire des corvées comme n’importe quel autre petit nouveau.

Elle ne pouvait pas les prendre au sérieux.

« Oh, non, non, tu dois me faire confiance quand je dis que je te considère en fait comme très précieuse, d’accord ? Et d’ailleurs, si nous parlons de la Famille Sigrún, alors nous parlons des Forces Spéciales de Múspell, n’est-ce pas ? Ne penses-tu pas qu’avoir la chance de travailler beaucoup avec les chevaux sera utile pour ta carrière future ? »

« Ha ! Dans ce cas, commencez à m’apprendre les techniques d’équitation. Je suis venue dans cette famille parce que je veux aller sur le champ de bataille et gagner un peu de gloire, et gravir les échelons le plus rapidement possible. Je ne suis pas venue ici pour faire des corvées. »

Hildegard parlait sans détour, mettant tout à plat. À ce stade, elle ne se souciait pas vraiment qu’ils la mettent dehors.

Heureusement, elle n’avait encore échangé le Serment du Calice avec personne. Elle pouvait encore rejoindre une autre faction.

Pour une Einherjar comme elle, il y avait sûrement beaucoup de gens désireux de l’avoir comme enfant juré. Elle n’avait aucun sentiment d’attachement à cette famille, étant donné la façon dont ils l’avaient traitée.

Elle s’attendait honnêtement à ce que Bömburr lui dise de partir sur-le-champ. Au lieu de cela, il avait ri.

« Heh heh ! Heh heh heh ! » Il riait comme s’il s’amusait, sans la moindre trace de colère. C’était tout le contraire de ce à quoi Hildegard s’attendait.

« Qu’est-ce qui est si drôle ? » demanda-t-elle.

« Ah, désolé. Je ne voulais pas être impoli. Nous sommes une famille de guerriers au caractère bien trempé, après tout. Nous avons donc beaucoup d’enfants comme toi qui franchissent nos portes. Bien sûr, peu d’entre eux sont si mauvais qu’ils commencent à agir dès leur premier jour. »

« Khh… ! » Hildegard sentait ses dents se serrer sous l’effet de la colère.

Bömburr venait d’insinuer qu’elle n’était pas différente de tous les péons médiocres du rang. C’était une insulte humiliante.

Comme s’il voulait prendre à la légère sa colère, Bömburr continua à parler, le sourire toujours présent sur son visage.

« Alors, pourquoi ne pas régler la question de ton traitement dans cette famille avec une coutume d’Yggdrasil, un duel en tête-à-tête ? La force est tout, et le fort doit dominer le faible. C’est ainsi que ce monde fonctionne. Et ça correspond aussi à ton propre style, n’est-ce pas ? »

« Parfait, » dit Hildegard. « Je n’aurais pas pu demander mieux. »

Elle se lécha les lèvres, et son esprit de combat se répandit dans son corps et dans l’air autour d’elle.

Quelle que soit son apparence, l’homme en face d’elle était le commandant en second des forces spéciales de Múspell.

Même elle pouvait dire qu’il devait cacher une force qui ne se voyait pas au premier coup d’œil. Cependant, même en prenant cela en considération, elle était toujours absolument certaine qu’elle était beaucoup plus forte que lui.

« D’accord, alors quand voulez-vous le faire ? », a-t-elle demandé. « Je suis prête à commencer tout de suite, si vous l’êtes. »

« Nous ne pouvons pas le faire tout de suite », répondit Bömburr. « Ton adversaire n’est même pas là. »

« Quoi ? Vous voulez dire que ce n’est pas vous qui allez me combattre ? » demanda Hildegard, un peu déçue.

Le ton de sa voix indiquait clairement qu’elle disait aussi : « Alors, tu as peur de te battre contre ta propre nouvelle recrue ? ».

Cependant, sa tentative d’insulte n’avait pas réussi à fissurer l’attitude insouciante du vice-capitaine de Múspell.

« Eh bien, tu as un problème avec la façon dont notre famille fait les choses. Alors, il est normal que tu règles ça en combattant le représentant de cette famille, tu ne crois pas ? »

« Ah… ! Alors, mon adversaire sera… »

« C’est exact. La mère de notre famille, la capitaine de l’unité Múspell, et la plus forte guerrière du Clan de l’Acier : Lady Sigrún. » Les lèvres de Bömburr s’étaient retroussées en un sourire.

Hildegard devina qu’il s’était probablement attendu à ce qu’elle frissonne de peur en entendant le nom de Sigrún.

Certes, cela avait du sens vu la renommée de Sigrún quant à sa force et son habileté.

Elle était une guerrière féroce et expérimentée, responsable de la mort de nombreux ennemis puissants, dont Yngvi du clan du Sabot.

En y pensant normalement, elle n’était pas quelqu’un qu’un novice de quatorze ans pouvait espérer vaincre, même avec les pouvoirs d’un Einherjar.

Mais… pour la jeune Hildegard, le titre de Mánagarmr, « le plus fort des loups d’argent », était aussi un de ses objectifs.

Compte tenu de son faible rang, elle s’était dit qu’il faudrait probablement un certain temps avant qu’elle ait l’occasion de défier Sigrún dans un combat. Elle n’avait jamais imaginé que cela lui tomberait dessus aussi facilement.

« Comme je l’ai déjà dit, je n’aurais pas pu demander mieux », déclara Hildegard.

Le sourire qui se répandait sur son visage était celui d’une bête sauvage.

☆☆☆

Trois jours plus tard, Hildegard se retrouva dans la cour intérieure de la citadelle de Gimlé, face à face avec une légende vivante.

« Alors, tu es Hildegard ? » demanda la femme aux cheveux argentés.

« Oui. Merci beaucoup d’avoir accepté de me combattre aujourd’hui. »

À première vue, Sigrún ressemblait à une jeune femme à la carrure fine, voire délicate, aux cheveux argentés brillants attachés grossièrement en une seule et longue tresse. Elle avait une beauté dure et glacée, qui rappelait les jolies œuvres d’art en verre si populaires actuellement.

Cependant, contrairement à cette jolie apparence physique, les sens d’Hildegard, semblables à ceux des animaux, lui disaient qu’il s’agissait de la créature la plus dangereuse qu’elle ait jamais affrontée.

Même en se tenant comme ça en face d’elle, elle pouvait sentir un pouvoir terrifiant.

Et même si Sigrún se tenait immobile, sans avoir l’air de monter la garde ou d’être prête au combat, elle n’avait pas la moindre ouverture.

Elle dégageait une aura de force profonde, fruit d’un temps infini passé à affiner et à cultiver ses compétences. Le poids de cette force pesait sur Hildegard, menaçant de l’écraser sous son poids.

C’est donc le Mánagarmr, Sigrún ! Elle devait s’avouer qu’elle avait largement sous-estimé cette personne.

Mais même ainsi, elle ne pouvait pas se laisser abattre avant même que le combat n’ait commencé. Si elle le faisait, elle perdrait toutes ses chances de victoire.

Hildegard se crispa, concentrant son énergie dans son estomac, et lança un regard furieux à la femme.

Les yeux de Sigrún s’étaient un peu élargis. Elle semblait légèrement plus intéressée maintenant. « Eh bien, maintenant. Tu as vraiment l’air prête à te battre. »

« Hmph ! Vous êtes peut-être calme en ce moment, madame, mais je vais m’assurer que vous ne le restez pas longtemps », répondit Hildegard.

Sigrún hocha la tête. « J’attends cela avec impatience. Bömburr, donne-nous le signal du départ. » Elle jeta un rapide regard à son vice-capitaine, et fit un geste de la mâchoire.

Comme s’il était prêt et attendait cet ordre, Bömburr leva sa main droite en l’air, puis il la baissa en criant : « Commencez ! ».

 

 

Dès que sa voix retentit, Hildegard utilisa toute sa force pour décoller du sol et bondir directement sur sa gauche.

La rune Úlfhéðinn, la peau de loup, comme son nom l’indique, conférait à Hildegard des capacités physiques accrues, comparables à celles d’un loup féroce.

Son premier mouvement avait été fait avec toute la vitesse dont elle disposait, et pour une personne normale, il aurait semblé qu’elle avait littéralement disparu.

Ses pieds frappèrent le sol une fois de plus, et elle changea de direction, bondissant en avant pour attaquer Sigrún par le côté.

« Haah !! » Elle frappa, abattant son épée de toutes ses forces.

Le coup était si puissant qu’il aurait tué instantanément un sanglier adulte, mais Sigrún l’intercepta facilement avec sa propre épée en bois.

« Tu es rapide. Tu te déplaces aussi bien qu’Albertina. Bien sûr, ce qui est vraiment effrayant chez cette fille, c’est qu’elle ne projette aucune intention meurtrière. »

« Grrh. Seyah ! » Avec un grognement et un cri fougueux, Hildegard se lança dans sa prochaine attaque.

Elle savait depuis le début qu’elle n’allait pas gagner contre Sigrún après un seul coup.

Elle refusa de reculer, et se lâcha dans un barrage incessant de coups d’épée.

De plus, il s’agissait d’attaques à pleine puissance sans aucune retenue ni considération pour son adversaire. Elle se battait pour de vrai.

Son adversaire, cependant…

« Hmm. Tu ne te déplaces pas non plus à l’aveuglette. On dirait que tu connais tes fondamentaux. Tu dois avoir été bénie par un bon instructeur. »

***

Partie 3

Sigrún fit une analyse réfléchie et sèche de la puissance et de l’habileté d’Hildegard, même si elle continuait à détourner adroitement tous ses coups d’épée.

Elle était délibérément restée sur la défensive, ne faisant aucune attaque de son côté.

Si Sigrún l’avait voulu, elle aurait pu depuis longtemps déjà mettre fin à ce match avec facilité. Hildegard, qui la combattait de front, le comprenait mieux que quiconque.

Ne me sous-estime pas !

Hildegard déchaîna tout ce qu’elle avait. Elle utilisa la force de ses jambes pour bondir dans tous les sens, changeant rapidement de position, mélangeant faux départs et feintes pour tenter de détourner son adversaire.

« Gah… ! » cria-t-elle avec exaspération, car elle n’arrivait même pas à porter un seul coup.

Non, c’était pire : elle n’arrivait même pas à faire vaciller l’expression glaciale du visage de Sigrún, ne serait-ce qu’un peu.

« Très bien, je vais aussi attaquer », dit froidement Sigrún.

« Ah… ! »

Dans un souffle, l’épée en bois de Sigrún fendit l’air, parfaitement synchronisée avec les attaques d’Hildegard.

Hildegard réussit de justesse à bloquer le coup, mais si elle n’avait pas été prévenue de l’attaque, elle n’aurait pas pu réagir à temps.

Ce fait ne faisait que blesser encore plus la fierté d’Hildegard.

« Que penses-tu de ça ? » demanda Sigrún.

« Khh ! Grrh… ! »

Maintenant que Sigrún attaquait, l’équilibre avait complètement changé.

En un rien de temps, Hildegard avait été complètement sur la défensive, faisant tout ce qu’elle pouvait pour repousser les attaques de Sigrún.

Et ce qui était le plus frustrant, c’est que son adversaire ne se battait toujours pas sérieusement. Elle pouvait le sentir à l’impact des épées qui s’entrechoquaient : Sigrún se retenait, afin de pouvoir arrêter son épée juste avant un coup net à tout moment.

« Comparée à tes attaques, ta défense a encore besoin d’être travaillée. » Sigrún continuait sur sa lancée, évaluant sèchement Hildegard tout en maintenant l’offensive.

Elle n’essayait pas de gagner, juste de faire une estimation de la force de Hildegard.

C’était comme si elle était complètement manipulée.

« Hmm, donc c’est tout ce que tu peux faire », ajouta Sigrún. « Très bien, j’ai une bonne compréhension de tes compétences. Il est temps d’en finir. »

En entendant ces mots, Hildegard eut l’impression d’entendre un son venant de l’intérieur d’elle-même, comme si quelque chose en elle se brisait et cédait. « Rgh… ! »

En tant que fille du chef du village, elle avait vécu sa vie avec d’autres personnes à son service.

Même lorsqu’elle était l’invitée de la famille David, personne d’autre n’était capable de lui tenir tête dans un combat. Elle avait toujours été au sommet, regardant les autres de haut. Elle ne pouvait pas supporter que quelqu’un la prenne à la légère, la regarde de haut comme ça. C’était impardonnable.

« “C’est tout ce que tu as” ? » Hildegard avait rugi. « Très bien, alors. Je vais vous montrer ce que je peux vraiment faire ! »

« Vraiment ? Si tu as plus à montrer, dépêche-toi de le faire. Tu n’as pas besoin de te retenir. »

« Ne m’en voulez pas si vous le regrettez après ça, d’accord ? » En disant cela, Hildegard laissa tomber son esprit rationnel et s’abandonna à la créature du fond de son cœur, la Bête.

Depuis le moment où elle s’était éveillée à sa rune, Hildegard avait ressenti la présence de la Bête qui avait également commencé à habiter son corps.

Laisse-moi me battre. Laisse-moi me nourrir. Laisse-moi tuer. La Bête grondait ces demandes au fond d’elle, mais jusqu’à présent, elle avait réussi à la faire taire avec son esprit rationnel.

Mais maintenant, pour la première fois, elle laissa la Bête agir librement.

☆☆☆

« Qu… ! » Soudain, Sigrún fit un bond en arrière, ayant ressenti une puissante aura de la part d’Hildegard. Elle semblait jaillir d’elle, comme une onde de choc.

Un sixième sens du danger était l’une des capacités qui lui avaient été accordées par sa rune Hati, la Dévoreuse de la Lune. Et en ce moment, ce sixième sens lui criait dessus.

Lorsque ses yeux rencontrèrent ceux d’Hildegard, Sigrún sentit un frisson froid parcourir son dos.

Selon son évaluation, Hildegard avait une force physique et une dextérité surpassant celles d’une personne de son âge, mais mentalement, elle était encore faible et trop imbue d’elle-même. Encore une novice en tant que guerrière. C’est ce que leur combat de tout à l’heure avait révélé.

Cependant, la personne en face d’elle en ce moment semblait être quelqu’un de complètement différent.

Ou plutôt, c’était comme si elle était quelque chose, une créature ayant l’apparence d’Hildegard.

« GRAAH ! » Hildegard cria, et elle bondit en avant pour attaquer.

Contrairement à tout à l’heure, ses attaques étaient maintenant de grands coups imprécis et lourds, comme ceux d’un amateur. Cependant, elles arrivaient à une vitesse ridicule, bien plus rapide qu’avant.

« Khh ! » Sigrún bloqua rapidement, mais sentit la douleur de l’impact traverser sa main. Il n’y avait pas que la vitesse, chaque attaque était aussi beaucoup plus puissante.

« GRRR… GRAAAAAH ! » Hildegard grogna et mugit en déclenchant une attaque après l’autre.

Il y avait maintenant des coups de poing et des coups de pied sauvages mélangés aux coups d’épée.

Il n’y avait aucune forme ni aucun schéma. Les attaques étaient incohérentes et irrégulières.

Elles semblaient n’être rien de plus que des frappes irréfléchies et aléatoires qui ne reposaient sur rien de plus que la force physique pure.

« Hrgh ! » Sigrún serra les dents. Aussi jeune qu’elle soit, elle était aussi une combattante expérimentée qui avait affiné ses compétences dans le creuset d’innombrables batailles, contre un grand nombre d’ennemis puissants.

La vitesse et la puissance accrues l’avaient un peu déstabilisée au début, mais elle reprit son calme et utilisa la Technique du Saule contre l’un des coups sauvages d’Hildegard.

Le poids d’Hildegard avait été déplacé, son corps avait été déséquilibré.

« Sei ! » Avec un cri fougueux, Sigrún décocha une puissante frappe directement dans le dos exposé de son adversaire.

Hildegard fut envoyée dans les airs et faillit toucher le sol la tête la première. Mais à la dernière seconde, elle posa ses mains sur le sol et se retourna aussi adroitement qu’un chat, et atterrit sans encombre.

« En ce qui concerne le match, cela aurait été ma victoire, mais… » Sigrún s’interrompit. En effet, il s’agissait d’un coup net contre le dos de son adversaire.

Si ça avait été un vrai combat, ça aurait été fatal, et c’était donc suffisant pour arrêter le match. Cependant…

« URRUUGHH ! »

Les yeux qui fixaient Sigrún de l’autre côté de la cour étaient encore plus brûlants de rage.

Clairement, ce n’était pas fini, loin de là.

En fait, Sigrún n’était même pas sûre qu’Hildegard puisse l’entendre ou la comprendre en ce moment.

« Úlfhéðinn, la peau de loup », commenta-t-elle. « Elle fait honneur à son nom. »

« GRRHHH ! » Grommelant, Hildegard s’élança à nouveau vers l’avant, ne se rappelant même pas qu’elle devait ramasser l’épée en bois qu’elle avait laissé tomber et attaquant à mains nues.

Elle n’était vraiment rien de plus qu’une bête sauvage en ce moment.

Il serait assez facile pour Sigrún de la repousser avec sa propre épée en bois, mais il ne semblait pas qu’elle serait capable d’arrêter la fille tout en se retenant d’utiliser sa pleine force.

Et si Sigrún utilisait toute sa force, elle pourrait finir par blesser gravement un nouveau membre prometteur de sa faction, ce qu’elle voulait éviter.

« Bon sang… » Sigrún jeta enfin de côté sa propre épée en bois. Alors qu’un coup de poing volait vers elle, elle attrapa le poignet droit d’Hildegard.

Elle tira son adversaire vers elle par le bras, puis effectua un coup de pied balayé pour lui faire perdre l’équilibre.

Alors que son adversaire tombait face contre terre, Sigrún avait rapidement fait le tour par-derrière et elle tira le bras vers le haut tout en s’agenouillant sur le dos.

« GRAAAAH ! AAAAAH ! » Bien sûr, Hildegard hurlait et se débattait, mais Sigrún maintenait le bras droit de la fille dans une position verrouillée, et le tirait davantage vers le haut.

Il y avait eu le bruit sourd des articulations d’Hildegard qui étaient tendues…

« GWAAGH ! » Hildegard cria à cause de la douleur intense.

Sigrún avait décidé de la maintenir dans cette position pendant un moment et de voir si elle se calmait. Cependant…

« GRUHH… URAAAAH ! » Soudainement, Hildegard utilisa sa force brute pour pousser Sigrún loin d’elle.

« Quoi !? »

Sigrún avait une carrure mince, mais elle était physiquement très forte, au moins dans la catégorie supérieure en termes de puissance pure parmi les Einherjars connus.

Hildegard avait été enfermée dans une position désavantageuse qui ne lui permettait pas d’utiliser sa propre force contre Sigrún.

Pourtant, malgré ces deux facteurs, Hildegard avait pris le dessus sur elle. Sigrún écarquilla les yeux face à cette révélation.

« GRRAH ! »

« Merde ! »

Alors que Sigrún se remettait de sa surprise, Hildegard se redressa et abattit sauvagement un poing sur Sigrún.

Sigrún inclina son cou et l’esquiva au dernier moment, mais un coup de pied avait rapidement suivi.

Elle le bloqua avec ses deux bras, mais c’était assez puissant pour l’envoyer voler.

Elle toucha le sol en roulant, et utilisa l’élan pour reprendre pied et se relever.

Hildegard se tenait debout et l’observait, haletant fortement et reniflant.

Elle semblait toujours désireuse de continuer à se battre.

Sigrún ne se sentait pas en danger de perdre si cela continuait, mais elle n’avait plus l’impression de pouvoir arrêter le déchaînement de cette fille sans la blesser.

« Bon sang… Tu es une sacrée combattante. Tu ne t’arrêteras pas tant que je n’aurai pas brisé un ou deux de tes os, au moins. » Sigrún laissa échapper un petit soupir, puis elle changea de perception.

Ce n’était pas un match. C’était une bataille.

« … ! » Cette fois, ce fut Hildegard qui fit un bond en arrière, mettant de la distance entre elles.

Ses sens aiguisés et primitifs avaient dû détecter l’énergie agressive émanant de Sigrún.

Pour chaque pas en avant que Sigrún faisait, Hildegard faisait un pas en arrière.

C’est à ce moment-là que, de façon inattendue, Sigrún avait entendu une voix très familière.

« Hé, Rún ! » Yuuto l’avait appelé.

À cet instant, le corps d’Hildegard s’était mis en mouvement.

Cela semblait être une action purement faite par réflexe, sans aucune réflexion.

Son instinct sauvage lui avait dit qu’elle ne pouvait pas gagner contre Sigrún, et elle profitait donc de ce bref moment où l’attention de Sigrún était détournée pour essayer de s’échapper de la zone aussi vite que possible.

Cependant, elle avait essayé de s’échapper dans la pire direction possible.

« Un ennemi qui attasshhhh !? » Félicia s’était instinctivement placée devant Yuuto et avait commencé à dégainer son épée, mais elle n’était pas assez rapide, et elle cria en recevant un coup de pied sur le côté.
« Père ! » Le maître de Sigrún, le jeune homme qui était son objet d’amour et de loyauté, était en danger. Elle avait couru vers lui aussi vite qu’elle le pouvait.
Elle n’avait plus aucune option.

***

Partie 4

Elle plaça une main sur la poignée de la véritable épée à sa hanche. Mais ce qui s’était passé ensuite l’avait surprise.

« … ! » Relâchant un souffle, Hildegard fit un bond en arrière pour s’éloigner de Yuuto.

Le visage d’Hildegard était couvert d’une sueur froide, et tout son corps tremblait.

Sigrún avait senti l’air autour d’eux changer, et son expression s’était tendue.

« Un assassin ? Qui t’a envoyée ? » Yuuto s’était adressé à la fille bestiale d’un ton froid et mortel. Son corps frissonnait violemment.

La colère était visible dans les yeux de Yuuto. C’était peut-être normal, car il venait de voir sa précieuse adjuvante se faire attaquer sous ses yeux.

Hildegard s’était mise à faire des bruits pitoyables et à gémir comme un chien, comme si elle ne pouvait pas résister au regard acéré de Yuuto. Elle s’était retournée sur le dos, les bras et les jambes repliés, exposant son ventre.

En effet, elle adoptait la même position que celle d’un chien qui se suppliait devant son maître.

☆☆☆

« Hein !? » Lorsque l’esprit d’Hildegarde revint, elle était allongée sur le sol, regardant le ciel.

Elle n’avait pas de souvenirs précis de ce qui s’était passé après avoir libéré la Bête en elle.

La seule exception était un souvenir flou d’avoir ressenti une puissante terreur, plus puissante que toute peur qu’elle avait ressentie auparavant dans sa vie. Tous ses muscles et ses articulations lui faisaient terriblement mal.

« Aïe, aïe… Grand Frère ! Grand Frère, es-tu sain et sauf ? », cria une femme.

« Je vais bien », dit une voix d’homme. « Et toi, Félicia ? Vas-tu bien ? »

Hildegard tourna son regard dans la direction des voix, et vit l’homme et la femme inconnus en question. Ils semblaient parler entre eux.

La femme avait des cheveux dorés, et était incroyablement belle.

L’homme était jeune et avait des cheveux noirs foncés.

Attends, des cheveux noirs ? ! L’esprit d’Hildegard vacilla.

Elle se leva d’un bond, se repositionna à genoux et, la tête basse, cria : « S’il vous plaît, pardonnez mon insolence ! »

Elle ne connaissait qu’un seul homme dans le Clan de l’Acier qui avait des cheveux noirs foncés : Suoh-Yuuto, le réginarque lui-même.

« N’essaie pas de t’en sortir par la comédie », déclara froidement Yuuto. « C’est trop tard. Je vais te le demander une fois de plus : qui t’a envoyée ? »

La voix du réginarque était calme, mais elle portait le message sans équivoque qu’elle lui répondrait.

Il la fixait droit dans les yeux, son regard glacé la transperçant, et elle ne pouvait plus bouger son corps.

Sa fierté, ses normes de ne pas laisser les autres la regarder de haut… rien de tout cela n’avait plus d’importance pour elle.

Tout ce qu’elle pouvait penser ou ressentir était la peur qu’elle avait envers le jeune homme en face d’elle en ce moment.

Lorsqu’elle avait affronté Sigrún pour leur duel, elle avait ressenti une énorme pression de la part de la guerrière aux cheveux argentés, mais pour dire les choses franchement, là, c’était d’un tout autre niveau.

Elle pouvait entendre ses propres dents claquer.

« Réponds à la question. »

« Ah… awawah… » Hildegard pouvait à peine respirer. Elle n’avait pas la force de former le moindre mot.

De plus, elle ne savait pas quel genre de réponse elle était censée lui donner.

Qu’a fait la Bête pendant qu’elle était libre ?

Tout ce qu’elle voulait faire, c’était fuir loin, très loin.

Mais l’air qui l’entourait était aussi lourd que de la pierre et pesait sur elle, et ses jambes étaient comme enracinées dans le sol.

La peur était si forte qu’elle avait cru qu’elle allait perdre la tête.

« Wôw !? » Soudain, le jeune homme aux cheveux noirs laissa échapper un cri, comme si quelque chose l’avait surpris.

Pendant ce bref instant, elle avait eu l’impression que les liens de son corps et de son esprit s’étaient un peu relâchés.

Elle ouvrit précipitamment la bouche, désireuse de dire quelque chose, n’importe quoi, avant que le regard du jeune homme ne se pose à nouveau sur elle et ne la rende incapable de parler.

« Je… je suis… Hildegard, mon seigneur, une n-nouvelle… une nouvelle recrue de la famille Sigrún. Je regrette profondément toute impolitesse que j’ai pu montrer plus tôt. S’il vous plaît, je demande votre pardon. » Le front collé au sol, elle ne put que balbutier quelques mots à la fois.

Elle ne comprenait pas tout à fait la situation, mais le plus important pour l’instant était de garder la tête contre terre, de présenter ses excuses et d’obtenir le pardon pour ce qui avait pu se passer.

C’est tout ce à quoi elle pouvait penser à ce moment-là.

« Hildegard ? » déclara le réginarque. « Ah, c’est vrai, tu es l’Einherjar dont j’ai entendu dire qu’elle avait rejoint la famille David. Donc tu es passée à la famille de Rún, non ? »

« Oui, Père, » répondit la voix de Sigrún. « Il y a environ quatre jours. »

Il semblait que Sigrún se tenait tout près, elle aussi. Hildegard n’avait pas levé la tête pour regarder.

« Père, t’attaquer est une offense inexcusable, » déclara Sigrún. « Je m’excuse profondément pour ce que ma nouvelle recrue a fait. »

« Ngh !? » Hildegard pouvait sentir tout le sang commencer à s’écouler loin de son visage.

Elle a attaqué le réginarque ? C’était un crime punissable de mort à la première infraction !

C’est fini. Ma vie est finie… pensa-t-elle. Elle était envahie par un désespoir abject.

Sigrún poursuit. « Bien que je comprenne que d’ordinaire, c’est un crime qui pourrait exiger la peine de mort, la vérité est que la faute me revient en tant que son supérieur, pour avoir été incapable de la superviser et de la contrôler correctement. Si quelqu’un doit être puni, c’est moi. »

Choquée, Hildegard leva la tête pour regarder Sigrún.

Même Hildegard admettait qu’elle avait agi de façon terrible envers la famille qu’elle venait de rejoindre, et malgré tout, le chef de cette famille essayait maintenant de la sauver.

Hildegarde resta à terre, touchée par cet acte de compassion. Yuuto, lui aussi, semblait impressionné. Il poussa un petit soupir.

« Tu sais que je ne peux pas te punir pour ça. Écoute, je ne comprends pas vraiment ce qui s’est passé, mais le fait est que cette fille n’est pas une ennemie, non ? »

« Oui, Père. Tu peux en être certain. »

« D’accord. Dans ce cas, je te laisse t’occuper d’elle. »

« Je te suis reconnaissante pour ta décision bienveillante, Père. »

« Mais alors, pourquoi est-elle en premier lieu allée m’attaquer ? »

« Afin de tester ses capacités, je l’avais un peu bousculée dans un duel fictif. Mais apparemment, quand elle essaie d’utiliser la puissance maximale de sa rune, elle s’oublie. »

« Sérieusement ? C’est une rune vraiment pénible si tu veux mon avis. »

« En effet », acquiesça Sigrún. « Cependant, son incroyable force physique et sa vitesse sont très impressionnantes. Si elle pouvait apprendre à mieux se contrôler, elle pourrait devenir aussi forte que moi, ou peut-être même beaucoup plus. »

« Hein, vraiment ? Eh bien, Rún, si tu la complimentes à ce point, elle doit vraiment être quelque chose. » Yuuto jeta un coup d’œil à Hildegard, son regard étant maintenant rempli d’intérêt.

Il n’y avait plus la pression écrasante ou la sensation perçante qu’elle avait ressentie auparavant.

Cependant, il y avait toujours une présence indéniable en lui, un charisme puissant convenant au héros qui était passé de la direction d’un seul clan faible et minuscule à la direction d’une superpuissance qui tenait de multiples clans sous son emprise.

« Hé, ne t’inquiète plus de ce qui s’est passé, » déclara Yuuto en s’adressant à Hildegard. « Tout le monde fait des erreurs. J’ai déjà oublié tout ça. »

Il posa une main sur la tête d’Hildegard et ébouriffa un peu ses cheveux.

Si quelqu’un d’autre lui avait fait quelque chose comme ça, elle aurait été absolument furieuse contre lui, mais pour une raison étrange, elle n’avait pas ressenti la moindre gêne quand il l’avait fait.

En fait, elle pouvait sentir une chaleur se répandre dans son cœur, comme un sentiment de sécurité.

« Fais de ton mieux, d’accord ? » Yuuto ajouta. « J’attends de grandes choses de toi. »

« O-O-Oui, monseigneur ! » Hildegard cria sa réponse d’une voix bégayante et stridente.

Le réginarque eut l’air un peu surpris, mais il lui fit un petit sourire, et à ce moment-là, elle sentit son cœur battre à tout rompre comme un marteau.

Un sentiment qu’elle ne comprenait pas bien avait commencé à monter en elle, et elle avait levé les yeux vers Yuuto avec une expression de pure félicité.

« Hum… Tu es libre de partir maintenant, d’accord ? » Le réginarque avait l’air un peu troublé, et détournait un peu son regard.

« Hein !? Oh ! D-Désolée, mon seigneur, d’avoir pris de votre temps précieux ! »

« Euh, non, ce n’est pas ce que je veux dire. Um, tu sais. Tu veux probablement aller te changer, non ? »

« Hein… ? » À ce moment-là, Hildegard baissa enfin les yeux et remarqua la tache humide à l’entrejambe de son pantalon.

Elle remarqua alors qu’il y avait une petite flaque d’eau autour de ses pieds.

Cela ne pouvait signifier qu’une chose…

En y repensant, lorsque Yuuto l’avait interrogée, et qu’elle s’était sentie submergée par la pression, il y avait eu ce moment où il avait été surpris. C’était quand… ?

Hildegard se tourna pour regarder à sa droite.

Elle vit alors les visages des soldats de Múspell qui s’étaient tous rassemblés.

Elle regarda à gauche.

Encore une fois, il y avait des soldats de Múspell alignés et qui regardaient.

Le sang qui s’était écoulé de son visage dans son moment de désespoir remontait maintenant d’un seul coup.

« S’il vous plaît, excusez-moi ! » Incapable de rester immobile plus longtemps, Hildegard s’élança aussi vite que ses jambes pouvaient la porter, quittant la cour à toute vitesse comme un lapin en fuite.

☆☆☆

Hildegard se tenait au sommet de la tour sacrée Hliðskjálf de Gimlé, contemplant le paysage urbain crépusculaire.

Le seul son était le croassement des corbeaux. Ils semblaient étrangement désespérés à ses oreilles.

Elle s’était changée pour mettre des vêtements propres, mais elle ne supportait pas de rester assise seule dans sa minuscule chambre avec ses seules pensées. Après avoir erré sans but pendant un moment, elle s’était finalement retrouvée ici.

« Je pourrais simplement sauter », avait-elle murmuré. « Peut-être que cela mettrait au moins fin à mes souffrances… »

Elle avait réfléchi pendant un moment.

« Mais non, si je faisais ça, je serais juste connue comme une femme qui s’est mouillée en public et qui s’est suicidée parce qu’elle ne pouvait pas supporter la honte. Je serais ça et rien de plus. »

La scène surgit à nouveau dans son esprit : la flaque d’eau sur le sol entre ses jambes. C’était trop dur à supporter, et elle s’était mise à taper sauvagement des pieds et à s’arracher les cheveux.

« Devant le seigneur réginarque, comment ai-je pu faire quelque chose de si… si… ! Aaaahhh ! Aaaahhh ! Aaaahhh ! » Incapable de continuer, elle hurla simplement sans mot dire dans le vide. Elle ne pouvait pas s’en empêcher.

Chaque fois que le souvenir et l’image revenaient, elle hurlait et se débattait. Elle répétait ce cycle depuis son arrivée à la tour.

« Je sais ! Je vais faire un voyage. Je vais aller dans un pays où personne ne sait qui je suis, et essayer de tout recommencer. Oui, c’est la meilleure chose à faire. »

« Non, non, ça ne l’est pas », interjeta une voix de derrière elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire