Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : La phase de rébellion d’une fille est assez angoissante pour même terrifier un Archidémon

Partie 3

« Alors, tu as fini par fuir Maître Zagan ? »

Après s’être disputé avec son père, il y avait un nombre limité d’endroits où un enfant pouvait s’enfuir. Comme on pouvait s’y attendre, Foll avait donc fini par aller jusqu’à Néphy. Elles se trouvaient actuellement dans la cave derrière la cuisine. Comme Selphy était venue faire son travail, elles avaient fini par avoir assez de mains pour s’occuper de la cuisine, et la préparation du dîner était déjà terminée. Même si elles restaient un certain temps dans la cave pour parler, il ne semblait pas que quelqu’un viendrait les interrompre.

« Tu n’as pas besoin de faire ce genre de tête. Ce n’est pas comme si Maître Zagan te rabaissait ou t’intimidait, Foll, » Néphy, qui s’accroupissait devant Foll pour s’aligner, lui caressait doucement la tête en disant cela.

Est-ce si évident que ça ? pensa Foll en touchant son propre visage. Au moment où Foll était arrivée en courant dans la cuisine, Néphy s’était tout de suite précipitée vers elle. Elle avait l’intention de rester plutôt résolue, mais il semblait que cela n’avait pas fonctionné. Après avoir longuement réfléchi à la question, elle avait immédiatement trouvé sa réponse.

J’ai dit que je te laisserais faire ce que tu veux, non ? Ne t’inquiète pas de tout de ce qui ne sert à rien… C’était ce que Zagan avait dit quand il avait fait de Foll sa fille. Lui et Néphy chérissaient Foll à tel point qu’ils pouvaient savoir ce qu’elle pensait rien qu’en regardant son visage. Elle l’avait bien compris.

« Mais Zagan t’a appris ainsi qu’à Gremory et à Kimry… C’est injuste que je sois la seule qu’il ne veut pas enseigner, » déclara Foll en serrant contre elle les bords de sa jupe. Elle savait qu’elle n’était en aucun cas inférieure aux autres, donc la situation était particulièrement étrange.

« Tes cheveux ont un peu poussé, n’est-ce pas ? » demanda Néphy en défaisant les tresses de Foll.

« Vraiment ? » répondit Foll. En y repensant, Foll résidait dans le château depuis trois mois déjà. Ses cheveux avaient dû s’allonger, mais elle ne l’avait jamais remarqué… Lorsque Néphy dessina un cercle magique dans l’air avec son doigt, un peigne se manifesta dans sa main. C’était rudimentaire d’invoquer ça avec de la sorcellerie.

« La raison pour laquelle Maître Zagan m’enseigne la sorcellerie est que s’il ne le fait pas, je ne serai même pas capable de faire des choses simples comme ça. Puisqu’il t’a dit de le voler, ça ne veut-il pas dire qu’il reconnaît déjà tes capacités ? » demanda Néphy.

« C’est peut-être le cas, mais…, » Foll commença à répondre aux paroles de Néphy, mais finit par s’éloigner.

« Ce n’est pas grave. De la même façon que tes cheveux sont devenus plus longs, tu deviendras aussi plus forte, Foll. Un jour, tu deviendras sûrement beaucoup plus fort que moi, ou Mlle Gremory, ou Sire Kimaris… et peut-être même que Maître Zagan…, » déclara Néphy en se déplaçant derrière Foll et en lui peignant les cheveux. Les cheveux détachés de Foll avaient dépassé sa taille et descendu jusqu’aux cuisses. La façon dont ses cheveux dansaient sur ses fesses la chatouillait. Quand elle était arrivée dans ce château, ses cheveux n’étaient descendus que jusqu’à la moitié de son dos.

« Maître Zagan dit que les bonnes choses arrivent à ceux qui attendent. Ce n’est pas nécessaire d’être impatient. Nous t’aimons tous tellement, Foll, alors tu peux compter sur nous à chaque instant, » déclara Néphy en cessant de peigner les cheveux de Foll et en l’enlaçant par-derrière. Enveloppée par sa douce chaleur, Foll ressentit un soulagement qui lui enleva la force de ses genoux.

C’est comme ça… une maman ? Le père de Foll était le grand Sage Dragon Orobas. Cependant, elle ne savait absolument rien de sa mère. Vu qu’elle n’était pas là quand Foll s’était rendu compte pour la première fois de ce qui l’entourait, il était possible qu’elle soit décédée depuis longtemps.

Néphy avait une aura qui faisait instinctivement ressentir à Foll comme si elle était une mère. Zagan avait une façon différente de traiter avec elle qu’Orobas, mais elle savait au moins qu’il l’aimait… Elle le savait bien… mais Foll se mit à trembler dans les bras de Néphy.

« J’aime aussi… Néphy et Zagan. Je vous aime vraiment autant que j’aimais mon père, » déclara Foll.

« Oui. Je le sais, » répondit Néphy. Cependant, Foll avait l’impression qu’elle ne comprenait pas vraiment.

Parce que je les aime tellement… Je veux les protéger… Elle n’aimait pas n’être que là pour le spectacle. Foll voulait qu’ils dépendent d’elle. Elle voulait leur être utile, et qu’ils lui disent. « Tu as bien fait. » Ces sentiments avaient toujours été à l’intérieur de Foll, mais elle comprenait ce que Zagan et Néphy disaient. C’est pourquoi elle avait essayé de rester patiente. Cependant, elle n’avait plus été en mesure de le supporter à cause de l’incident d’il y a quelques jours. Le château de Zagan avait été attaqué par une chimère envoyée par Bifrons. Elle contenait les fragments du Seigneur-Démon et était une ennemie répugnante et redoutable. Foll n’avait aucune chance, mais Kimaris avait réussi à l’abattre. Non seulement ça, mais il n’y avait pas eu le moindre dommage à son environnement, et il l’avait fait tout seul. Même si Foll ne pouvait que trembler sur place, il pouvait vaincre cette monstruosité avec facilité. Elle avait supposé qu’ils étaient égaux, donc sa soudaine croissance était troublante. Cependant, ce n’était pas le problème principal.

Quand Zagan était revenu, avec son virage inhabituel, il avait été très blessé. Cependant, plutôt que de s’inquiéter pour son propre corps, il avait fait l’éloge de Kimaris en lui tapant sur la poitrine et en lui disant. « Tu t’en es bien sorti » avec le sourire. Foll était jalouse, et elle avait aussi réalisé à quel point elle était vraiment impuissante. Il en avait été de même lorsque l’Archidémon Orias avait attaqué. Elle était complètement inutile. Tous leurs ennemis avaient été vaincus par le poing puissant de Zagan.

Je veux être utile à Zagan. Et puis… Je veux qu’il me loue… Et pourtant, elle était bien trop petite en ce moment. Elle voulait lui rendre toutes ses faveurs en le protégeant, alors pourquoi était-elle si faible ?

En plus, j’ai même fini par troubler Zagan encore une fois… Elle n’était même pas égoïste, alors pourquoi ça n’a-t-il pas marché ? Si le seul vrai problème était son âge…

« … Je veux me dépêcher et grandir, » murmura Foll pour mettre de l’ordre dans ses sentiments, pas parce qu’elle cherchait de l’aide. Cependant…

« Keeheeheehee, j’ai tout entendu ! »

Aussi bien une enfant à problèmes qu’une grand-mère, l’Enchanteresse Gremory, avait ouvert la porte et avait foncé avec vigueur dans la cave. Elle avait des cornes de chèvre tordues qui sortaient de sa tête et se présentait sous la forme d’une vieille femme, portant sa robe noire comme d’habitude. Bien que, dans un visage inhabituel, du sang coulait de son nez.

« Gremory… ce saignement de nez…, » déclara Néphy.

« Aggh... Trop de pouvoir d’amour s’est accumulé, hein ? Permettez-moi de dire ceci. Lady Néphy… c’est le beau pouvoir d’amour ! » Gremory cria ces mots et se frotta le visage avec sa manche en leur montrant une expression pleinement satisfaite. Puis, elle baissa les yeux vers Foll et elle déclara. « Lady Foll. J’ai un moyen d’exaucer ce vœu. »

Foll pouvait en quelque sorte imaginer qu’il s’agissait d’un murmure maléfique qui entraînerait une situation terrible, mais elle n’était pas dans le bon état d’esprit pour discuter. Alors, à sa place, Néphy avait affronté Gremory avec un sourire froid.

« Mademoiselle Gremory, vous ne feriez rien qui puisse causer des ennuis à Maître Zagan, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

Bien que son visage soit devenu relativement plus expressif ces derniers temps, cette fille n’avait pas encore beaucoup d’émotion. Alors, quand elle avait dit quelque chose avec un sourire comme ça, elle avait un air intimidant qui surpassait même celui de Zagan.

« Eeek ? Je vous promets que je ne le ferai pas, d’accord ? J’ai été très sage ces derniers temps ! Je ne peux pas faire quoi que ce soit qui puisse troubler mon seigneur ! » répliqua Gremory.

En voyant Gremory se rétracter, au bord des larmes, Foll avait découvert la vérité.

Zagan est le plus fort, mais Néphy est la plus effrayante…, à ce moment-là, elle décida de ne jamais rien faire qui puisse mettre Néphy en colère. Cependant, son esprit se concentrait aussi sur autre chose.

Je peux… vraiment grandir ?

Le murmure diabolique de Gremory avait un certain charme qui avait fait que la pensée était restée au premier plan de l’esprit de Foll.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire