Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 1

***

Chapitre 1 : Il semble que deux personnes amoureuses sortent ensemble, mais que faites-vous d’elles ?

***

Chapitre 1 : Il semble que deux personnes amoureuses sortent ensemble, mais que faites-vous d’elles ?

Partie 1

« … Je vois. C’est un dilemme, n’est-ce pas ? » L’Archidémon Zagan fit entendre une voix amère alors qu’il était assis au sommet de son trône dans son château. Ce jour-là, son visage avait l’air si sombre qu’un enfant qui passait dans la rue éclatait en larmes. Cependant, contrairement à sa voix troublée, ses yeux avaient un sens subtil de douceur en eux. Au premier coup d’œil, il semblait simplement de mauvaise humeur, mais c’était en fait une expression douce qui embrouillait les habitants de son château. Ils avaient tous fait des remarques du genre : « Récemment, l’Archidémon affiche souvent un sourire. » La vue était impensable il y a quelques jours à peine, il n’était donc pas étonnant qu’ils soient tous confus. En plus, ce n’était pas le seul changement. Ses cheveux désordonnés avaient été égalisés et attachés à l’arrière, et il y avait des signes visibles qu’il avait au moins fait l’effort de les peigner. Grâce aux récentes réparations effectuées sur son manteau, il était comme neuf. Pour une raison ou une autre, il avait l’air de faire plus attention à son apparence.

De plus, il n’y avait aucun déchet dans le château, et même les tapis et les rideaux étaient parfaitement redressés. L’endroit était si propre qu’on pouvait le confondre avec le palais d’un roi. Personne ne croira que c’était le château presque inhabité d’il y a quelques mois à peine. Cependant, l’aspect le plus effrayant était que toutes les réparations avaient été faites personnellement par Zagan. Si quelqu’un comme son ami indésirable Barbatos avait appris ce fait, il aurait sûrement supposé que la fin du monde était imminente.

Zagan, qui se comportait si bizarrement ces derniers temps, s’était assis et soupira avec apathie. La cause de tous les changements majeurs et de sa détresse était une seule et même chose.

Que suis-je censé faire de Néphy maintenant que c’est mon amuseuse… ? pensa Zagan. Il avait acheté la fille comme esclave et avait commencé à vivre sous le même toit qu’elle il y a à peine quatre mois. Depuis, il avait gagné une fille adoptive, Foll, et était même allé saluer la mère de Néphy, mais Zagan et Néphy n’avaient pu que récemment confirmer leur amour l’un pour l’autre.

Néphy n’avait pas non plus semblé très calme quant à la situation. Quand leurs yeux se rencontraient de temps en temps, ils finissaient toujours par détourner leur regard. Il avait presque l’impression que le fait d’avouer faisait grandir la distance entre eux.

Je ne peux pas laisser ça continuer ! Zagan savait que c’était mal, c’est pourquoi il pensait qu’il devait faire quelque chose d’intime avec elle. Cependant, il n’avait aucune idée de ce qu’il fallait faire.

« En plus… »

La conscience de Zagan avait été attirée vers sa poche de poitrine alors qu’il prononçait ce mot sans le vouloir. Il avait un pendentif en mithril à l’intérieur. C’était quelque chose qui avait été laissé dans le village elfique caché comme preuve du lien de Néphy avec sa seule parente de sang, et aussi quelque chose qui lui avait été volé des mains quand elle était bébé.

Je veux le donner à Néphy…, Zagan ne se souciait pas vraiment de savoir s’il y avait un sens à avoir des preuves de sa famille maintenant. Il pensait juste que Néphy était la seule qui méritait de le porter parce que celle qui l’avait laissé pour Néphy l’aimait. C’est pourquoi il voulait le rendre à Néphy, mais c’était un objet si important qu’il avait du mal à trouver le bon moment pour le faire. Il croyait qu’il y avait un bon moment et un bon endroit pour le rendre, mais il avait du mal à savoir quand et où c’était. Et après y avoir réfléchi pendant longtemps, la conclusion à laquelle Zagan était parvenu était…

Puisque c’est si important, je devrais le remettre juste après qu’on ait fait quelque chose que seuls les amoureux font ! Si possible, il voulait le remettre avant qu’elle ne rencontre sa mère, l’Archidémon Orias. Zagan croyait qu’Orias en serait probablement heureuse aussi, car cela ferait que Néphy penserait à son parent et préparerait son cœur à leur rencontre. Cependant, Zagan s’était déjà préparé pour le séjour d’Orias dans son château, et il lui avait même conseillé de ne pas le faire attendre. En d’autres termes, il n’avait pas beaucoup de temps à perdre.

Arg, merde. Je n’aurais pas dû dire à Orias de se dépêcher !

Cependant, c’était aussi quelque chose que Zagan avait lui-même décidé, donc il n’avait que lui-même à blâmer. D’ailleurs, le vrai problème était qu’il n’avait aucune idée de la façon dont les couples passaient leur temps ensemble.

Se tenir la main… c’est normal, non ? Zagan se souvenait qu’ils s’unissaient naturellement lorsqu’ils visitaient la ville ensemble. Il y avait des moments où Zagan lui tenait la main, et des moments où Néphy tenait avec amour le petit doigt de Zagan. Cependant, chaque fois qu’elle montrait des signes, Zagan avait l’impression de s’évanouir en raison de l’embarras. Pourtant, puisqu’ils étaient maintenant officiellement dans une relation, n’aurait-il pas été bon d’aller un peu plus loin ?

Par exemple… nous pourrions partager une étreinte proche ou quelque chose comme ça !

Non, c’était vraiment trop audacieux. Il avait déjà enlacé Néphy auparavant, mais cela avait été fait à des moments où il essayait de la distraire de ses angoisses, ou alors quand il sauvait Néphy au moment où elle avait été enlevée. S’il lui disait de l’enlacer quand il ne se passe rien, ne s’éloignerait-elle pas de lui ?

Ce n’est pas bon, je ne comprends pas.

Bien sûr, mis à part le fait qu’il était en bonne santé ou non, Zagan était encore un jeune homme. Il voulait essayer d’embrasser ses douces lèvres. Il voulait essayer de caresser ses seins mous. Il voulait essayer de jouer avec ses oreilles pointues… Bien que, maintenant qu’il y avait pensé, il avait déjà fait ce dernier quelques fois déjà… En tout cas, il avait une montagne de désirs, y compris son désir qu’elle lui parle avec désinvolture pour une fois.

Mais comment puis-je faire en sorte que tout cela se produise ? S’il avait soudainement fait de telles demandes, Zagan serait incapable de réfréner ses sentiments de culpabilité, et il ne connaissait pas d’autre moyen de faire avancer les choses comme il le souhaitait.

Je devrais peut-être demander conseil à quelqu’un…, actuellement, il y avait près de trente personnes vivant dans le château de Zagan, y compris les domestiques. Cependant, la grande majorité d’entre eux étaient des sorciers. Ils étaient tous des individus qui plaçaient la sorcellerie avant tout le reste dans leur vie. Il n’y avait probablement pas de groupe de personnes plus inaptes à qui poser des questions sur l’amour.

Sa fille, Foll, était encore jeune et ne semblait pas avoir d’expérience romantique. Et franchement, ce fait était une bénédiction pour Zagan qui aurait assassiné tout homme qui l’aurait approchée. Il y avait aussi l’ex-archange Raphaël qui était un homme qui était une masse de malentendus et de préjugés. À part eux, il y avait aussi la sirène, Selphy, qui est récemment devenue servante au château, mais elle était beaucoup trop bavarde pour lui confier ses secrets.

Dans ce cas, il pourrait essayer de demander à quelqu’un à l’extérieur du château. Il y avait la jeune fille de l’Épée Sacrée, la seule femme parmi les archanges, Chastille, qui lui donnerait probablement la réponse la plus appropriée.

En fait, ce serait plutôt cruel…, la personne en question semblait essayer de le cacher, mais il semblait qu’elle avait des sentiments pour Zagan. Bien qu’elle ne semblait pas avoir l’intention de lui imposer ses sentiments, il ne pensait pas que c’était vraiment quelque chose dont il fallait s’inquiéter. Cependant, tant qu’il connaissait ses sentiments, il serait bien trop cruel de la consulter sur sa vie amoureuse avec Néphy. Et donc, il n’avait personne d’autre vers qui se tourner. C’est pourquoi Zagan faisait une expression troublée en poussant un soupir. Il se peut qu’il n’ait pas vraiment eu besoin de changer son comportement. C’était juste qu’il voulait remonter le moral de Néphy par tous les moyens possible. Et c’était parce que…

« Euh… Maître Zagan. »

Alors qu’il leva son visage, Zagan aperçut une belle fille vêtue d’une tenue de bonne à l’entrée de la salle du trône. Ses cheveux, qui descendaient jusqu’à sa taille, étaient blancs comme neige, ses oreilles pointues tremblaient d’embarras et ses yeux étaient d’un azur profond comme un lac clair. La jeune fille était une haute elfe, ce qui était une espèce rare chez les elfes. Et comme d’habitude, elle avait un collier à l’air grossier autour du cou.

Il croyait que le regard pratiquement sans expression de son visage semblait terriblement doux, facile à comprendre et encore plus charmant qu’avant. Et, au moment où Zagan avait regardé cette fille dans les yeux, tout son visage était devenu rouge en un instant et elle avait détourné son regard. Zagan faisait probablement exactement la même expression, alors il avait laissé son regard errer dans l’air pendant un moment. Finalement, il s’était mis à bouger comme s’il était incapable de se calmer lorsqu’il l’avait appelée.

« Qu’y a-t-il, Néphy ? S’est-il passé quelque chose ? » demanda Zagan en attendant la réaction de Néphy. Quant à Néphy, elle déplaça ses doigts minces jusqu’aux lèvres comme si elle les mordait avant d’ouvrir timidement la bouche pour parler.

« Non, ce n’est pas comme si quelque chose s’était passé. Il se trouve que j’avais un peu de temps libre, alors j’ai…, » répondit Néphy.

Alors tu voulais juste voir mon visage !? Est-ce que c’est ça !? Zagan avait l’impression d’avoir été frappé par la foudre. D’une manière ou d’une autre, Néphy avait réalisé ses désirs les plus profonds sans même y penser, ce qui enflamma son cœur.

« Euh, aussi…, » Néphy murmura timidement.

« Aussi ? » demanda Zagan.

Avait-elle quelque chose qu’elle voulait ? Ou peut-être voulait-elle discuter ? Ou peut-être souhaitait-elle qu’il parle en réponse à ses paroles ? Le cœur de Zagan palpita en raison de la tension et des attentes de ce qui allait arriver. Au bout d’un moment, Néphy ferma les yeux comme si elle rassemblait son courage pour enfin continuer.

« Je voulais juste… vous appeler par votre nom, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Pourquoi es-tu si mignonne !? Zagan avait envie de tomber quand il avait entendu sa réponse adorable.

En levant les yeux, Zagan s’était rendu compte que Néphy faisait de son mieux pour rassembler son courage malgré son anxiété. Elle s’inquiétait probablement de la réaction de Zagan. Alors, après y avoir réfléchi, Zagan lui fit signe de faire signe à Néphy.

« Écoute-moi, Néphy. Ne reste pas dans un endroit comme ça. Approche-toi de moi, » déclara Zagan.

« Oui, » répondit Néphy, semblant soulagé par ses paroles, et s’approcha de Zagan à un rythme rapide. Il se peut qu’elle attende aussi de voir la réaction de Zagan. Néphy était une fille docile, alors Zagan sentait qu’il devait être celui qui la poussait dans ces situations. Alors que Néphy se précipitait, agitée et incapable de décider où se tenir, Zagan s’éclaircit la gorge et l’appela à nouveau.

« Néphy, » déclara Zagan.

« Oui, » répondit-elle.

« Veux-tu te mettre à genoux ici ? » dit Zagan. Puis, il s’était creusé la cervelle à cause de ses paroles insensées.

À genoux !? Sérieusement !? N’est-ce pas extrêmement indécent ?

Les yeux de Néphy s’élancèrent dans la confusion, mais il ne ressentait pas du tout qu’elle allait le rejeter. Au contraire, elle s’était timidement agenouillée sur place.

« Comme ceci… ? » demanda Néphy.

C’était normal pour Zagan de faire des demandes étranges, mais c’était la première fois que Néphy se sentait bizarre, alors sa voix tremblait quand elle avait répondu. Zagan, pour sa part, était tourmenté par son sentiment de culpabilité, mais quand même, il avait fait un signe de tête pompeux.

« Hmm. Maintenant, tu peux tendre les mains, » déclara Zagan.

« Euh… ? Comme ceci… ? Ah ! » déclara Néphy.

Zagan avait saisi les mains de Néphy alors qu’elle les tenait et la tirait vers lui pour l’enlacer. Néphy avait perdu sa posture et s’était effondrée sur les genoux de Zagan, les deux bras toujours tendus.

« Hein… ? Quoi ? » Néphy avait fini par enlacer les genoux de Zagan, et avait fait sortir quelques mots déconcertés. Ses seins étaient plaqués sur lui, ce qui avait permis à Zagan de sentir directement son cœur battre comme un marteau. En ressentant une telle sensation de réconfort inattendue, Zagan était prêt à s’évanouir. Il aimait la situation, mais ce n’était pas son intention initiale, alors Zagan avait enduré son excitation et avait commencé à caresser la tête de Néphy. Et alors qu’il l’avait fait, Néphy avait progressivement relâché la force dans ses épaules, lui confiant son corps.

Je suppose que ça marche. S’asseoir sur mes genoux ne serait pas différent d’avant, après tout ! Est-ce que cela compterait comme une variante de l’oreiller à genoux ? Le fait d’être enlacé de cette manière avait fait penser à Zagan qu’il la réconfortait peut-être, mais il n’était pas sûr de lui. Comme chaque fois, il pensait qu’il faisait les choses de travers, c’est pourquoi il interrogeait Néphy en silence.

« Alors, qu’est-ce que tu dis de ça ? » demanda Zagan.

 

 

« Euh, c’est vraiment… embarrassant, » déclara Néphy.

Je sais, n’est-ce pas !? Zagan était angoissé par son échec, mais Néphy l’avait regardé de façon inattendue sans montrer aucun signe de dégoût. En fait, son expression semblait carrément heureuse.

« Mais… ça met aussi mon cœur à l’aise, » déclara Néphy.

« C’est… c’est vrai ? » demanda Zagan.

Zagan était prêt à endurer n’importe quelle honte si cela signifiait qu’il pouvait entrevoir le visage heureux de Néphy. Après un moment d’assise comme ça, Néphy s’était mise à rire comme si elle était chatouilleuse.

« J’aimerais que vous essayiez ceci, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Par essayer ça, elle veut dire que je peux enlacer ses genoux !? Zagan n’avait jamais pensé qu’elle lui rendrait la pareille, alors il l’avait regardée sous le choc. C’était des paroles terrifiantes et attrayantes qui donnaient envie d’amorcer l’acte immédiatement, mais il avait enduré cette envie et s’était agrippé à son accoudoir.

« Je vois… C’est une bonne suggestion… mais il n’y a pas besoin de se presser. En ce moment, c’est moi qui te gâte. Tu peux rester comme ça encore un peu, » déclara Zagan.

« … Maître Zagan, vous êtes après tout vraiment un peu méchant…, » les joues de Néphy étaient devenues assez rouges pour qu’on puisse dire qu’un vent chaud soufflerait en disant cela, mais cela n’avait pas empêché les joues de Zagan d’en faire autant. Elle avait l’air un peu malheureuse, par les oreilles tremblant joyeusement d’un frémissement, révélant ses vrais sentiments. Et après cela, Néphy leva les yeux comme si elle vérifiait l’expression de Zagan pour une raison inconnue.

« Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

« Vous avez remarqué… n’est-ce pas ? » demanda Néphy. Sa voix semblait tendue, ne montrant même pas un soupçon du bonheur d’il y a quelques instants.

« Nephteros… a joué avec toi tout un tas de fois, non ? » répondit Zagan en haussant les épaules. C’était la principale raison pour laquelle Zagan essayait de trouver comment remonter le moral de Néphy. Nephteros n’était pas revenue du village des elfes caché avec Zagan et les autres, et on ne savait pas où elle se trouvait actuellement.

Ils n’avaient pas pu la retrouver après que Zagan et Néphy se soient transmis leurs sentiments. Le mysticisme de Néphy et le sens de l’odorat de Kimaris ne pouvaient retracer ses pas, et pensant qu’elle n’était nulle part dans le voisinage immédiat, ils avaient fini par retourner au château. C’était quelqu’un qui s’était d’abord approché d’eux comme une ennemie, mais quand Néphy avait été maudite dans le village elfique caché et s’était transformée en enfant, Nephteros avait passé beaucoup de temps avec elle. Il semblait que ces souvenirs restaient dans Néphy, même s’ils n’étaient pas parfaitement clairs. C’est pourquoi, même si Néphy semblait réagir joyeusement, elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour Nephteros. Et honnêtement, Zagan comprenait ces sentiments.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais elle a besoin de beaucoup d’attention, » déclara Zagan.

Néphy ne lui répondit pas tout de suite, ses lèvres tremblant comme si elle était pleine d’inquiétude.

« Est-ce vraiment bien… pour moi d’être la seule à être aussi heureuse ? » demanda Néphy.

« Pourquoi ça ne le serait pas ? » Zagan inclina avec curiosité la tête sur le côté lorsqu’il répondit, ce qui fit acquiescer Néphy d’un air triste.

« Je me sens comme… Nephteros souffre encore. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que ses sentiments me sont transmis de temps en temps…, » déclara Néphy.

« C’est une haute elfe comme toi. Il se peut qu’il y ait une sorte de lien entre vous deux en raison de ce fait, » répondit Zagan lorsqu’il commença à lui caresser les cheveux plus doucement.

« Hein… ? Maître Zagan ? » dit Néphy en l’interrogeant. C’était une fille intelligente, donc elle n’avait certainement pas manqué le fait que le ton de Zagan laissait entendre qu’il essayait d’esquiver le sujet.

C’est facile de deviner ce que ce foutu Bifrons a fait à Nephteros…, Zagan et l’Archidémon qu’il avait rencontré l’autre jour, Orias, étaient des exceptions chez les Archidémons. Zagan avait prévu de tuer tous les Archidémons dès le début, et Orias était un hérétique qui avait fini par obtenir l’Emblème de l’Archidémon par erreur. Sans eux, tous les Archidémons seraient répugnants, méchants et terrifiants. Ils traitaient les autres comme de simples ressources à utiliser dans leurs expériences.

Bifrons, en particulier, était un lunatique complet, mais il était très probablement proche de la norme chez les Archidémons. Si de telles personnes découvraient des créatures rares comme les hauts elfes, elles dépasseraient facilement les scénarios les plus odieux que Zagan pourrait imaginer. C’est précisément pour cela qu’il pouvait dire ce que Bifrons était le plus susceptible de faire.

« Ce n’est pas comme si je ne comprenais pas. Honnêtement, je ressens aussi le désir de la sauver. Cependant, son bonheur ne me concerne pas, » déclara Zagan comme s’il abandonnait Nephteros, puis tapota Néphy sur la tête.

« C’est pourquoi tu dois aller lui apprendre ce qu’est le vrai bonheur, Néphy. Elle est difficile à satisfaire, mais pas si têtue que ça, hein ? » déclara Zagan.

« Oui. Je ferai de mon mieux, » répondit Néphy, alors son expression s’était enfin éclaircie grâce à la déclaration de Zagan.

« C’est ça le bon esprit à avoir, » répondit Zagan en riant, ce qui fit descendre Néphy de ses genoux.

« Au fait, Maître Zagan. Il est temps de changer, » déclara Néphy.

Zagan voulait rester comme ils étaient juste un peu plus longtemps, mais il avait déjà assez apprécié la situation. De plus, il s’intéressait beaucoup à la sensation d’enlacer les genoux de Néphy. C’est ainsi qu’il lui céda le trône avec une légère réticence, lorsque, dans un virage inhabituel, Néphy lui fit un sourire audacieux.

« Bien sûr, Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Euh…, » gémit Zagan.

Maintenant que c’est mon tour, c’est un peu embarrassant…

Cependant, sentant qu’il serait plus gênant de faire attendre Néphy, Zagan lui confia timidement son corps sur les genoux de Néphy. Un doux parfum l’enveloppa. Elle était douce, chaleureuse, et bien qu’il soit gêné, il y avait un sentiment de tranquillité qui se répandait en lui et auquel il ne pouvait s’opposer. Tandis que Zagan poussait involontairement un soupir, Néphy l’enlaça étroitement. Et comme on pouvait s’y attendre, même Zagan avait été laissé dans le désarroi par la sensation de ses seins soudainement pressés contre sa tête.

« N-Néphy… ? » demanda Zagan.

« S’il vous plaît, restez tranquille, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Néphy avait soudain sorti une petite baguette en bois et lui chuchota cela d’une manière trop sérieuse. Le bout du bâton était courbé comme une cuillère, ce qui donnait l’impression d’être un cure-oreille.

« En échange de ce que vous venez de faire, laissez-moi vous nettoyer les oreilles, » déclara Néphy.

Néphy avait commencé à nettoyer les oreilles de Zagan de tout son cœur. Il ne savait pas si c’était une punition ou une récompense, mais il était tout de même heureux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire