Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 1

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : Il semble que deux personnes amoureuses sortent ensemble, mais que faites-vous d’elles ?

***

Chapitre 1 : Il semble que deux personnes amoureuses sortent ensemble, mais que faites-vous d’elles ?

Partie 1

« … Je vois. C’est un dilemme, n’est-ce pas ? » L’Archidémon Zagan fit entendre une voix amère alors qu’il était assis au sommet de son trône dans son château. Ce jour-là, son visage avait l’air si sombre qu’un enfant qui passait dans la rue éclatait en larmes. Cependant, contrairement à sa voix troublée, ses yeux avaient un sens subtil de douceur en eux. Au premier coup d’œil, il semblait simplement de mauvaise humeur, mais c’était en fait une expression douce qui embrouillait les habitants de son château. Ils avaient tous fait des remarques du genre : « Récemment, l’Archidémon affiche souvent un sourire. » La vue était impensable il y a quelques jours à peine, il n’était donc pas étonnant qu’ils soient tous confus. En plus, ce n’était pas le seul changement. Ses cheveux désordonnés avaient été égalisés et attachés à l’arrière, et il y avait des signes visibles qu’il avait au moins fait l’effort de les peigner. Grâce aux récentes réparations effectuées sur son manteau, il était comme neuf. Pour une raison ou une autre, il avait l’air de faire plus attention à son apparence.

De plus, il n’y avait aucun déchet dans le château, et même les tapis et les rideaux étaient parfaitement redressés. L’endroit était si propre qu’on pouvait le confondre avec le palais d’un roi. Personne ne croira que c’était le château presque inhabité d’il y a quelques mois à peine. Cependant, l’aspect le plus effrayant était que toutes les réparations avaient été faites personnellement par Zagan. Si quelqu’un comme son ami indésirable Barbatos avait appris ce fait, il aurait sûrement supposé que la fin du monde était imminente.

Zagan, qui se comportait si bizarrement ces derniers temps, s’était assis et soupira avec apathie. La cause de tous les changements majeurs et de sa détresse était une seule et même chose.

Que suis-je censé faire de Néphy maintenant que c’est mon amoureuse… ? pensa Zagan. Il avait acheté la fille comme esclave et avait commencé à vivre sous le même toit qu’elle il y a à peine quatre mois. Depuis, il avait gagné une fille adoptive, Foll, et était même allé saluer la mère de Néphy, mais Zagan et Néphy n’avaient pu que récemment confirmer leur amour l’un pour l’autre.

Néphy n’avait pas non plus semblé très calme quant à la situation. Quand leurs yeux se rencontraient de temps en temps, ils finissaient toujours par détourner leur regard. Il avait presque l’impression que le fait d’avouer faisait grandir la distance entre eux.

Je ne peux pas laisser ça continuer ! Zagan savait que c’était mal, c’est pourquoi il pensait qu’il devait faire quelque chose d’intime avec elle. Cependant, il n’avait aucune idée de ce qu’il fallait faire.

« En plus… »

La conscience de Zagan avait été attirée vers sa poche de poitrine alors qu’il prononçait ce mot sans le vouloir. Il avait un pendentif en mithril à l’intérieur. C’était quelque chose qui avait été laissé dans le village elfique caché comme preuve du lien de Néphy avec sa seule parente de sang, et aussi quelque chose qui lui avait été volé des mains quand elle était bébé.

Je veux le donner à Néphy…, Zagan ne se souciait pas vraiment de savoir s’il y avait un sens à avoir des preuves de sa famille maintenant. Il pensait juste que Néphy était la seule qui méritait de le porter parce que celle qui l’avait laissé pour Néphy l’aimait. C’est pourquoi il voulait le rendre à Néphy, mais c’était un objet si important qu’il avait du mal à trouver le bon moment pour le faire. Il croyait qu’il y avait un bon moment et un bon endroit pour le rendre, mais il avait du mal à savoir quand et où c’était. Et après y avoir réfléchi pendant longtemps, la conclusion à laquelle Zagan était parvenu était…

Puisque c’est si important, je devrais le remettre juste après qu’on ait fait quelque chose que seuls les amoureux font ! Si possible, il voulait le remettre avant qu’elle ne rencontre sa mère, l’Archidémon Orias. Zagan croyait qu’Orias en serait probablement heureuse aussi, car cela ferait que Néphy penserait à son parent et préparerait son cœur à leur rencontre. Cependant, Zagan s’était déjà préparé pour le séjour d’Orias dans son château, et il lui avait même conseillé de ne pas le faire attendre. En d’autres termes, il n’avait pas beaucoup de temps à perdre.

Arg, merde. Je n’aurais pas dû dire à Orias de se dépêcher !

Cependant, c’était aussi quelque chose que Zagan avait lui-même décidé, donc il n’avait que lui-même à blâmer. D’ailleurs, le vrai problème était qu’il n’avait aucune idée de la façon dont les couples passaient leur temps ensemble.

Se tenir la main… c’est normal, non ? Zagan se souvenait qu’ils s’unissaient naturellement lorsqu’ils visitaient la ville ensemble. Il y avait des moments où Zagan lui tenait la main, et des moments où Néphy tenait avec amour le petit doigt de Zagan. Cependant, chaque fois qu’elle montrait des signes, Zagan avait l’impression de s’évanouir en raison de l’embarras. Pourtant, puisqu’ils étaient maintenant officiellement dans une relation, n’aurait-il pas été bon d’aller un peu plus loin ?

Par exemple… nous pourrions partager une étreinte proche ou quelque chose comme ça !

Non, c’était vraiment trop audacieux. Il avait déjà enlacé Néphy auparavant, mais cela avait été fait à des moments où il essayait de la distraire de ses angoisses, ou alors quand il sauvait Néphy au moment où elle avait été enlevée. S’il lui disait de l’enlacer quand il ne se passe rien, ne s’éloignerait-elle pas de lui ?

Ce n’est pas bon, je ne comprends pas.

Bien sûr, mis à part le fait qu’il était en bonne santé ou non, Zagan était encore un jeune homme. Il voulait essayer d’embrasser ses douces lèvres. Il voulait essayer de caresser ses seins mous. Il voulait essayer de jouer avec ses oreilles pointues… Bien que, maintenant qu’il y avait pensé, il avait déjà fait ce dernier quelques fois déjà… En tout cas, il avait une montagne de désirs, y compris son désir qu’elle lui parle avec désinvolture pour une fois.

Mais comment puis-je faire en sorte que tout cela se produise ? S’il avait soudainement fait de telles demandes, Zagan serait incapable de réfréner ses sentiments de culpabilité, et il ne connaissait pas d’autre moyen de faire avancer les choses comme il le souhaitait.

Je devrais peut-être demander conseil à quelqu’un…, actuellement, il y avait près de trente personnes vivant dans le château de Zagan, y compris les domestiques. Cependant, la grande majorité d’entre eux étaient des sorciers. Ils étaient tous des individus qui plaçaient la sorcellerie avant tout le reste dans leur vie. Il n’y avait probablement pas de groupe de personnes plus inaptes à qui poser des questions sur l’amour.

Sa fille, Foll, était encore jeune et ne semblait pas avoir d’expérience romantique. Et franchement, ce fait était une bénédiction pour Zagan qui aurait assassiné tout homme qui l’aurait approchée. Il y avait aussi l’ex-archange Raphaël qui était un homme qui était une masse de malentendus et de préjugés. À part eux, il y avait aussi la sirène, Selphy, qui est récemment devenue servante au château, mais elle était beaucoup trop bavarde pour lui confier ses secrets.

Dans ce cas, il pourrait essayer de demander à quelqu’un à l’extérieur du château. Il y avait la jeune fille de l’Épée Sacrée, la seule femme parmi les archanges, Chastille, qui lui donnerait probablement la réponse la plus appropriée.

En fait, ce serait plutôt cruel…, la personne en question semblait essayer de le cacher, mais il semblait qu’elle avait des sentiments pour Zagan. Bien qu’elle ne semblait pas avoir l’intention de lui imposer ses sentiments, il ne pensait pas que c’était vraiment quelque chose dont il fallait s’inquiéter. Cependant, tant qu’il connaissait ses sentiments, il serait bien trop cruel de la consulter sur sa vie amoureuse avec Néphy. Et donc, il n’avait personne d’autre vers qui se tourner. C’est pourquoi Zagan faisait une expression troublée en poussant un soupir. Il se peut qu’il n’ait pas vraiment eu besoin de changer son comportement. C’était juste qu’il voulait remonter le moral de Néphy par tous les moyens possible. Et c’était parce que…

« Euh… Maître Zagan. »

Alors qu’il leva son visage, Zagan aperçut une belle fille vêtue d’une tenue de bonne à l’entrée de la salle du trône. Ses cheveux, qui descendaient jusqu’à sa taille, étaient blancs comme neige, ses oreilles pointues tremblaient d’embarras et ses yeux étaient d’un azur profond comme un lac clair. La jeune fille était une haute elfe, ce qui était une espèce rare chez les elfes. Et comme d’habitude, elle avait un collier à l’air grossier autour du cou.

Il croyait que le regard pratiquement sans expression de son visage semblait terriblement doux, facile à comprendre et encore plus charmant qu’avant. Et, au moment où Zagan avait regardé cette fille dans les yeux, tout son visage était devenu rouge en un instant et elle avait détourné son regard. Zagan faisait probablement exactement la même expression, alors il avait laissé son regard errer dans l’air pendant un moment. Finalement, il s’était mis à bouger comme s’il était incapable de se calmer lorsqu’il l’avait appelée.

« Qu’y a-t-il, Néphy ? S’est-il passé quelque chose ? » demanda Zagan en attendant la réaction de Néphy. Quant à Néphy, elle déplaça ses doigts minces jusqu’aux lèvres comme si elle les mordait avant d’ouvrir timidement la bouche pour parler.

« Non, ce n’est pas comme si quelque chose s’était passé. Il se trouve que j’avais un peu de temps libre, alors j’ai…, » répondit Néphy.

Alors tu voulais juste voir mon visage !? Est-ce que c’est ça !? Zagan avait l’impression d’avoir été frappé par la foudre. D’une manière ou d’une autre, Néphy avait réalisé ses désirs les plus profonds sans même y penser, ce qui enflamma son cœur.

« Euh, aussi…, » Néphy murmura timidement.

« Aussi ? » demanda Zagan.

Avait-elle quelque chose qu’elle voulait ? Ou peut-être voulait-elle discuter ? Ou peut-être souhaitait-elle qu’il parle en réponse à ses paroles ? Le cœur de Zagan palpita en raison de la tension et des attentes de ce qui allait arriver. Au bout d’un moment, Néphy ferma les yeux comme si elle rassemblait son courage pour enfin continuer.

« Je voulais juste… vous appeler par votre nom, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Pourquoi es-tu si mignonne !? Zagan avait envie de tomber quand il avait entendu sa réponse adorable.

En levant les yeux, Zagan s’était rendu compte que Néphy faisait de son mieux pour rassembler son courage malgré son anxiété. Elle s’inquiétait probablement de la réaction de Zagan. Alors, après y avoir réfléchi, Zagan lui fit comprendre de faire signe à Néphy.

« Écoute-moi, Néphy. Ne reste pas dans un endroit comme ça. Approche-toi de moi, » déclara Zagan.

« Oui, » répondit Néphy, semblant soulagé par ses paroles, et s’approcha de Zagan à un rythme rapide. Il se peut qu’elle attende aussi de voir la réaction de Zagan. Néphy était une fille docile, alors Zagan sentait qu’il devait être celui qui la poussait dans ces situations. Alors que Néphy se précipitait, agitée et incapable de décider où se tenir, Zagan s’éclaircit la gorge et l’appela à nouveau.

« Néphy, » déclara Zagan.

« Oui, » répondit-elle.

« Veux-tu te mettre à genoux ici ? » dit Zagan. Puis, il s’était creusé la cervelle à cause de ses paroles insensées.

À genoux !? Sérieusement !? N’est-ce pas extrêmement indécent ?

Les yeux de Néphy s’élancèrent dans la confusion, mais il ne ressentait pas du tout qu’elle allait le rejeter. Au contraire, elle s’était timidement agenouillée sur place.

« Comme ceci… ? » demanda Néphy.

C’était normal pour Zagan de faire des demandes étranges, mais c’était la première fois que Néphy se sentait bizarre, alors sa voix tremblait quand elle avait répondu. Zagan, pour sa part, était tourmenté par son sentiment de culpabilité, mais quand même, il avait fait un signe de tête pompeux.

« Hmm. Maintenant, tu peux tendre les mains, » déclara Zagan.

« Euh… ? Comme ceci… ? Ah ! » déclara Néphy.

Zagan avait saisi les mains de Néphy alors qu’elle les tenait et la tirait vers lui pour l’enlacer. Néphy avait perdu sa posture et s’était effondrée sur les genoux de Zagan, les deux bras toujours tendus.

« Hein… ? Quoi ? » Néphy avait fini par enlacer les genoux de Zagan, et avait fait sortir quelques mots déconcertés. Ses seins étaient plaqués sur lui, ce qui avait permis à Zagan de sentir directement son cœur battre comme un marteau. En ressentant une telle sensation de réconfort inattendue, Zagan était prêt à s’évanouir. Il aimait la situation, mais ce n’était pas son intention initiale, alors Zagan avait enduré son excitation et avait commencé à caresser la tête de Néphy. Et alors qu’il l’avait fait, Néphy avait progressivement relâché la force dans ses épaules, lui confiant son corps.

Je suppose que ça marche. S’asseoir sur mes genoux ne serait pas différent d’avant, après tout ! Est-ce que cela compterait comme une variante de l’oreiller à genoux ? Le fait d’être enlacé de cette manière avait fait penser à Zagan qu’il la réconfortait peut-être, mais il n’était pas sûr de lui. Comme chaque fois, il pensait qu’il faisait les choses de travers, c’est pourquoi il interrogeait Néphy en silence.

« Alors, qu’est-ce que tu dis de ça ? » demanda Zagan.

 

 

« Euh, c’est vraiment… embarrassant, » déclara Néphy.

Je sais, n’est-ce pas !? Zagan était angoissé par son échec, mais Néphy l’avait regardé de façon inattendue sans montrer aucun signe de dégoût. En fait, son expression semblait carrément heureuse.

« Mais… ça met aussi mon cœur à l’aise, » déclara Néphy.

« C’est… c’est vrai ? » demanda Zagan.

Zagan était prêt à endurer n’importe quelle honte si cela signifiait qu’il pouvait entrevoir le visage heureux de Néphy. Après un moment d’assise comme ça, Néphy s’était mise à rire comme si elle était chatouilleuse.

« J’aimerais que vous essayiez ceci, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Par essayer ça, elle veut dire que je peux enlacer ses genoux !? Zagan n’avait jamais pensé qu’elle lui rendrait la pareille, alors il l’avait regardée sous le choc. C’était des paroles terrifiantes et attrayantes qui donnaient envie d’amorcer l’acte immédiatement, mais il avait enduré cette envie et s’était agrippé à son accoudoir.

« Je vois… C’est une bonne suggestion… mais il n’y a pas besoin de se presser. En ce moment, c’est moi qui te gâte. Tu peux rester comme ça encore un peu, » déclara Zagan.

« … Maître Zagan, vous êtes après tout vraiment un peu méchant…, » les joues de Néphy étaient devenues assez rouges pour qu’on puisse dire qu’un vent chaud soufflerait en disant cela, mais cela n’avait pas empêché les joues de Zagan d’en faire autant. Elle avait l’air un peu malheureuse, par les oreilles tremblant joyeusement d’un frémissement, révélant ses vrais sentiments. Et après cela, Néphy leva les yeux comme si elle vérifiait l’expression de Zagan pour une raison inconnue.

« Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

« Vous avez remarqué… n’est-ce pas ? » demanda Néphy. Sa voix semblait tendue, ne montrant même pas un soupçon du bonheur d’il y a quelques instants.

« Nephteros… a joué avec toi tout un tas de fois, non ? » répondit Zagan en haussant les épaules. C’était la principale raison pour laquelle Zagan essayait de trouver comment remonter le moral de Néphy. Nephteros n’était pas revenue du village des elfes caché avec Zagan et les autres, et on ne savait pas où elle se trouvait actuellement.

Ils n’avaient pas pu la retrouver après que Zagan et Néphy se soient transmis leurs sentiments. Le mysticisme de Néphy et le sens de l’odorat de Kimaris ne pouvaient retracer ses pas, et pensant qu’elle n’était nulle part dans le voisinage immédiat, ils avaient fini par retourner au château. C’était quelqu’un qui s’était d’abord approché d’eux comme une ennemie, mais quand Néphy avait été maudite dans le village elfique caché et s’était transformée en enfant, Nephteros avait passé beaucoup de temps avec elle. Il semblait que ces souvenirs restaient dans Néphy, même s’ils n’étaient pas parfaitement clairs. C’est pourquoi, même si Néphy semblait réagir joyeusement, elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour Nephteros. Et honnêtement, Zagan comprenait ces sentiments.

« Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais elle a besoin de beaucoup d’attention, » déclara Zagan.

Néphy ne lui répondit pas tout de suite, ses lèvres tremblant comme si elle était pleine d’inquiétude.

« Est-ce vraiment bien… pour moi d’être la seule à être aussi heureuse ? » demanda Néphy.

« Pourquoi ça ne le serait pas ? » Zagan inclina avec curiosité la tête sur le côté lorsqu’il répondit, ce qui fit acquiescer Néphy d’un air triste.

« Je me sens comme… Nephteros souffre encore. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que ses sentiments me sont transmis de temps en temps…, » déclara Néphy.

« C’est une haute elfe comme toi. Il se peut qu’il y ait une sorte de lien entre vous deux en raison de ce fait, » répondit Zagan lorsqu’il commença à lui caresser les cheveux plus doucement.

« Hein… ? Maître Zagan ? » dit Néphy en l’interrogeant. C’était une fille intelligente, donc elle n’avait certainement pas manqué le fait que le ton de Zagan laissait entendre qu’il essayait d’esquiver le sujet.

C’est facile de deviner ce que ce foutu Bifrons a fait à Nephteros…, Zagan et l’Archidémon qu’il avait rencontré l’autre jour, Orias, étaient des exceptions chez les Archidémons. Zagan avait prévu de tuer tous les Archidémons dès le début, et Orias était un hérétique qui avait fini par obtenir l’Emblème de l’Archidémon par erreur. Sans eux, tous les Archidémons seraient répugnants, méchants et terrifiants. Ils traitaient les autres comme de simples ressources à utiliser dans leurs expériences.

Bifrons, en particulier, était un lunatique complet, mais il était très probablement proche de la norme chez les Archidémons. Si de telles personnes découvraient des créatures rares comme les hauts elfes, elles dépasseraient facilement les scénarios les plus odieux que Zagan pourrait imaginer. C’est précisément pour cela qu’il pouvait dire ce que Bifrons était le plus susceptible de faire.

« Ce n’est pas comme si je ne comprenais pas. Honnêtement, je ressens aussi le désir de la sauver. Cependant, son bonheur ne me concerne pas, » déclara Zagan comme s’il abandonnait Nephteros, puis tapota Néphy sur la tête.

« C’est pourquoi tu dois aller lui apprendre ce qu’est le vrai bonheur, Néphy. Elle est difficile à satisfaire, mais pas si têtue que ça, hein ? » déclara Zagan.

« Oui. Je ferai de mon mieux, » répondit Néphy, alors son expression s’était enfin éclaircie grâce à la déclaration de Zagan.

« C’est ça le bon esprit à avoir, » répondit Zagan en riant, ce qui fit descendre Néphy de ses genoux.

« Au fait, Maître Zagan. Il est temps de changer, » déclara Néphy.

Zagan voulait rester comme ils étaient juste un peu plus longtemps, mais il avait déjà assez apprécié la situation. De plus, il s’intéressait beaucoup à la sensation d’enlacer les genoux de Néphy. C’est ainsi qu’il lui céda le trône avec une légère réticence, lorsque, dans un virage inhabituel, Néphy lui fit un sourire audacieux.

« Bien sûr, Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Euh…, » gémit Zagan.

Maintenant que c’est mon tour, c’est un peu embarrassant…

Cependant, sentant qu’il serait plus gênant de faire attendre Néphy, Zagan lui confia timidement son corps sur les genoux de Néphy. Un doux parfum l’enveloppa. Elle était douce, chaleureuse, et bien qu’il soit gêné, il y avait un sentiment de tranquillité qui se répandait en lui et auquel il ne pouvait s’opposer. Tandis que Zagan poussait involontairement un soupir, Néphy l’enlaça étroitement. Et comme on pouvait s’y attendre, même Zagan avait été laissé dans le désarroi par la sensation de ses seins soudainement pressés contre sa tête.

« N-Néphy… ? » demanda Zagan.

« S’il vous plaît, restez tranquille, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Néphy avait soudain sorti une petite baguette en bois et lui chuchota cela d’une manière trop sérieuse. Le bout du bâton était courbé comme une cuillère, ce qui donnait l’impression d’être un cure-oreille.

« En échange de ce que vous venez de faire, laissez-moi vous nettoyer les oreilles, » déclara Néphy.

Néphy avait commencé à nettoyer les oreilles de Zagan de tout son cœur. Il ne savait pas si c’était une punition ou une récompense, mais il était tout de même heureux.

***

Partie 2

« Lady Chastille, et si on faisait une petite pause ? »

Les trois chevaliers qui lui servaient de subordonnés posèrent une tasse de thé sur le bureau de Chastille en lui suggérant cela, face à quoi elle répondit avec un sourire fatigué. Ses cheveux roux étaient attachés sur le côté comme toujours, mais des ombres claires s’étalaient autour de ses yeux écarlates. Puisqu’elle remplissait ses fonctions au bureau, elle ne portait pas d’Armure Sacrée, mais plutôt des vêtements d’un bleu indigo. Son sourire éclatant lui avait donné un air digne, et avait même semblé semblable à un lis fleurissant seul dans une terre désolée.

C’était vraiment vaillant, et elle portait en elle un air de noblesse. Mais c’était tout à fait naturel, car elle était la fille d’une famille noble déchue. De plus, en tant que l’un des Archanges, elle détenait également le titre de prélat. En vérité, elle était la fille talentueuse d’une famille respectable, mais quand il s’agissait de sa vie privée, c’était une pleurnicheuse qui ne connaissait aucune retenue.

« Je vous remercie. J’aurai bientôt fini, donc ne vous inquiétez pas. D’ailleurs, partir en permission de mon plein gré était la cause première de tout cela, » répondit Chastille. Les Chevaliers Angéliques étaient des soldats chargés de combattre les sorciers et de protéger la population. De ce fait, c’était une coutume pour Archange d’assumer également les fonctions de prélat. Un cardinal avait été à la tête de cette ville pendant de nombreuses années, mais il y a deux mois à peine, il était décédé. Par conséquent, bien qu’il s’agisse d’une exception, Chastille était dans une position où elle avait servi comme chef de l’église dans cette région. Et il y a quelques jours à peine, elle avait été prise dans un incident et avait laissé son siège vacant pendant trois jours sans préavis. C’est pourquoi elle était maintenant submergée par le travail qui s’était accumulé pendant son absence.

Les trois chevaliers grimacèrent comme s’ils trouvaient cette scène déchirante.

« Si seulement nous pouvions vous aider, Lady Chastille. »

« Vous trois, vous en avez fait plus qu’assez. N’avez-vous pas déjà fait en sorte que je n’ai plus qu’à signer ces documents ? » demanda Chastille.

Cela dit, même le simple fait de parcourir le contenu et de le signer prendrait plus de deux jours, puisqu’il y en avait plusieurs centaines. Et réalisant cela, Chastille prit la tasse de thé remplie d’une tisane à la main et commença sa pause.

Ils s’occupent vraiment de mes besoins. Ça fait deux… non, trois mois maintenant, non ?

Il y avait eu une tentative contre la vie de Chastille après que des rumeurs selon lesquelles elle travaillait avec l’Archidémon Zagan se soient répandues. À cette époque, une tasse de thé, comme celle qu’elle tenait, l’avait conduite au bord de la mort. Les trois chevaliers le savaient aussi, et c’était probablement la raison pour laquelle ils lui avaient servi une tasse de tisane qu’elle ne buvait plus normalement. Et après qu’elle eut porté sans bruit la coupe sur ses lèvres, Chastille poussa un soupir de soulagement.

« Délicieux. Je sens ma fatigue se dissiper, » déclara Chastille.

« Il n’y a pas de plus grand éloge que celui-là. »

Les hommes étouffants souriaient comme s’ils regardaient leur fille bien-aimée. Chastille regarda alors l’horloge accrochée au mur, remarquant qu’il était déjà midi.

« Il est déjà si tard… ? Hm ? Maintenant que j’y pense, un nouveau prêtre n’était-il pas censé arriver aujourd’hui ? » demanda Chastille.

C’était une situation grave pour un Archange de porter le fardeau de toutes les affaires de l’Église, mais malheureusement, les leaders au-dessus du niveau des archevêques n’étaient pas quelque chose qui pouvait être transféré si facilement. C’est pourquoi un prêtre devait être envoyé comme assistant pour le moment, mais il ne s’était pas encore présenté. Les trois chevaliers avaient poussé un gémissement aggravé en s’en rendant compte.

« Pour qu’ils soient si en retard le jour même de sa nomination… N’ont-ils pas l’intention d’envoyer du personnel compétent ? »

« Allons, ne soyez pas si en colère. Il s’est peut-être perdu. C’est sa première visite dans cette ville, après tout, » déclara Chastille.

Se perdre était quelque chose qui arrivait souvent à Chastille dans sa vie privée, alors elle ne pouvait pas vraiment s’énerver à ce sujet, c’est pourquoi elle avait essayé de dévier et de changer de sujet.

« Plus important encore, je ne sais rien sur le prêtre qui se joindra à nous. Vous savez qui c’est ? » demanda Chastille.

Ces derniers jours, elle s’était débattue avec une montagne de paperasse et elle n’avait donc pas eu le loisir de vérifier. Cependant, le fait de ne même pas regarder le profil de son nouveau subordonné n’était-il pas encore un échec de sa part.

Les trois chevaliers avaient fait une expression compliquée en entendant sa question. Tandis qu’elle inclinait la tête sur le côté, l’un d’eux avait sorti un document.

« C’est un thérianthrope de Liucaon, » déclara l’homme.

« Par Liucaon… vous voulez dire le pays insulaire de l’autre côté de la mer orientale, exact ? Je croyais qu’ils avaient une religion différente dans cette région…, » Chastille plissa ses sourcils face à la réponse inattendue.

De nos jours, tout le continent était imprégné de la religion de l’Église, mais il y avait autrefois d’innombrables religions, et on disait que les luttes entre les religions devinrent vraiment si importantes qu’elles se transformèrent en véritables guerres. Au fil du temps, ils avaient tous fusionné pour vaincre leur ennemi commun, les sorciers.

Liucaon était une nation insulaire de l’autre côté de la mer, de sorte que les autres religions y demeuraient nettement plus prononcées. De plus, les peuples du continent étaient pleinement conscients qu’ils n’acceptaient pas vraiment les autres religions.

Il y avait un nombre incalculable de pays sur le continent, mais comme les frontières étaient terrestres, la véritable frontière entre les pays était quelque peu vague. C’était l’une des raisons pour lesquelles l’Église détenait plus de pouvoir que les rois. Cependant, Liucaon étant un pays isolé par la mer, ses frontières étaient clairement définies. En outre, c’était une politique nationale pour eux de fermer leurs frontières, de sorte que leur interaction avec le continent était faible.

De plus, ce pays n’est pas vraiment notre ennemi ou allié…, une mystérieuse nation insulaire dont la culture diffère de celle du continent… Oui, c’était bien Liucaon. Et le fait que son nouveau subordonné était de là inquiétait Chastille. Pourtant, pour une raison inconnue, les trois chevaliers lui avaient renvoyé un rire tendre.

« Vous êtes bien informée, comme on s’y attendait, Lady Chastille. Cependant, la religion au Liucaon est polythéiste, et il semble que leur façon d’y penser est que le dieu de notre Église est l’un des leurs, » déclara l’un d’eux.

« C’est donc une idéologie assez souple. Ça m’intéresse beaucoup maintenant…, » déclara Chastille.

Le dieu unique vénéré par l’Église était la seule existence absolue dans le monde pour eux. Après tout, il était beaucoup plus commode pour un dieu unique de déclarer que tous les sorciers étaient « mauvais ». Cependant, malgré sa position d’archange, Chastille ne considérait pas les enseignements de l’Église comme absolus. Si on l’accusait de ne pas être assez pieuse, elle ne pouvait pas se défendre, mais malheureusement les enseignements de l’Église avaient fait en sorte que les croyants avaient abandonné beaucoup de monde. Chastille estimait qu’il était de son devoir, en tant qu’élue par une Épée Sacrée, de faire tout ce qui était en son pouvoir pour sauver une personne de plus. C’est précisément pour cela qu’elle était devenue à la tête de la Faction d’unification au sein de l’Église.

Réfléchissant à ces pensées, Chastille regarda les trois chevaliers, qui avaient des expressions amères. Confuse, elle les regarda fixement jusqu’à ce qu’ils commencent finalement à parler comme s’ils se résignaient à leur sort.

« Il semble que ce prêtre soit un Quatre Oreilles, » déclara l’un d’eux.

« Quatre Oreilles… ? » demanda Chastille.

Même s’ils étaient tous étiquetés thérianthropes, il y avait beaucoup d’espèces qui divisaient leur race. Les plus communs d’entre eux étaient le canus en forme de chien ou le lycan en forme de loup. L’amie de Chastille, Manuela, était une avienne. Et le Kimaris subordonné de Zagan était un léonin, qui faisait partie des espèces les plus rares en voie d’extinction. Cependant, même s’ils possédaient des visages fantastiques, il était normal pour eux de ne posséder que deux oreilles. Mais de temps en temps, il y avait ceux qui étaient nés avec les oreilles d’un humain et d’une bête. Même maintenant, il était profondément enraciné dans le peuple que de tels êtres étaient maudits.

Je vois… C’est pourquoi leur attitude envers le prêtre nouvellement nommé a été si médiocre… 

Il y avait des gens qui faisaient de la discrimination contre des races autres que les humains. Naturellement, il y avait des croyants des autres races, donc ils n’étaient pas injustement persécutés, mais quand il s’agissait de la nomination des postes au sein de l’Église, on donnait aux humains la responsabilité d’être prêtres, évêques, et ainsi de suite. Chastille elle-même n’avait jamais entendu parler de non-humains détenant un titre au-delà du prêtre.

« Arrêtez de parler comme ça. Pensez-y de cette façon, le fait qu’il ai grimpé jusqu’à la position de prêtre en dépit de cela montre à quel point il a fait des efforts, n’est-ce pas ? » dit Chastille en regardant les trois chevaliers.

« Pardonnez notre manque de courtoisie ! »

Les trois chevaliers s’étaient redressés d’un coup sec et s’étaient inclinés. Ils étaient tous plutôt obstinés et têtus, mais ils n’étaient certainement pas le genre de personnes qui ne pouvaient accepter le changement. Leurs visages regardaient pour dire que leurs yeux avaient été ouverts, laissant Chastille avec l’impression que même si le prêtre venait, ils ne seraient pas accueillis avec dégoût.

Pourtant, même ces trois chevaliers réagissent comme ça, hein ? J’ai le sentiment que ça va devenir gênant… Chastille ne pouvait pas dire grand-chose, n’ayant pas rencontré la personne en question, mais il n’est pas difficile d’imaginer les autres Chevaliers Angéliques et prêtres ayant la même réaction.

Et bien, ce serait au moins bien de ne pas avoir tous ces boulots qui s’entassent.

Malheureusement, comme pour lui refuser ce souhait, le prêtre nouvellement nommé ne s’était jamais présenté.

***

Partie 3

Cette nuit-là, après s’être séparé de sa bien-aimée, Zagan se rendit aux archives du château pour feuilleter quelques vieux livres. C’était des documents qu’il avait ramenés de la ville natale de Néphy, le village des elfes cachés, des documents qui semblent s’être étendus sur plus de mille ans. Les livres dans les archives déjà exiguës s’empilaient maintenant comme des montagnes.

Ce que Zagan voulait faire le plus, c’était d’essayer quelque chose qu’un couple normal ferait avec Néphy, mais son but initial était de détruire tous ses ennemis. Il devait le faire pour garantir à Néphy et Foll une vie paisible et insouciante. Et il y avait actuellement de multiples ennemis qui s’opposaient à cet objectif. D’abord les douze autres Archidémons… bien que la mère de Néphy, Orias, ne figure plus sur sa liste. Viennent ensuite les « démons » transmis dans les légendes. On disait qu’ils avaient déjà quitté ce monde, mais Zagan les avait déjà affrontés à plusieurs reprises. Il semblait aussi que l’Emblème de l’Archidémon avait un lien avec le Seigneur Démon qui les avait autrefois menés. Tant que Zagan était un Archidémon, il était sûrement voué à s’opposer à eux, et c’est pourquoi il avait besoin d’un moyen de s’opposer à eux. Le troisième ennemi était l’Église… mais pour l’instant, ils n’étaient pas vraiment une menace. Il avait aussi gagné une alliée en eux avec Chastille, ils n’étaient donc pas un adversaire qu’il fallait éliminer tout de suite. Mais il ne pouvait pas non plus les prendre à la légère.

Et ainsi, il lui fallait encore plus de pouvoir. Et alors que Zagan continuait à feuilleter les livres, sa main s’arrêta sur place. Les notes avaient été écrites avec des lettres elfiques, et parmi elles, il y avait des lettres encore plus particulières… À savoir, des portions écrites en Célestian. Zagan n’était toujours pas capable de tout lire, mais il y avait quelques mots reconnaissables parmi eux.

« Métatron... Azraël… Est-ce une liste d’Épées Sacrées ? » demanda Zagan.

Il y avait une très forte probabilité que de hauts elfes aient créé les Épées Sacrées. Il s’attendait à trouver de l’information à leur sujet dans ces documents, mais il ne s’attendait jamais à ce qu’elles soient rendues publiques. Il ne pouvait pas lire les noms des autres Épées Sacrées, mais il pouvait comprendre tout le reste qui était écrit. Les textes décrivaient ensuite comment les Épées Sacrées avaient été créées par de hauts elfes dans les temps anciens, puis transmises à l’homme. Il semblait qu’un jour, ceux qui portaient les Épées Sacrées visitaient le village et on disait aux villageois de coopérer autant qu’ils le pouvaient. Il était également écrit que les elfes ne pouvaient pas utiliser les Épées Sacrées, mais qu’ils pouvaient en quelque sorte amplifier leur pouvoir.

En d’autres termes, le fait d’avoir des elfes aux côtés des Épées Sacrées les a aidés à abattre le Seigneur Démon dans le passé…, c’était un peu tôt pour tirer des conclusions hâtives, mais cela valait la peine de proposer cette théorie. Zagan avait été absorbé par le livre, mais à mi-chemin, il se sentait mal à l’aise.

« Hein ? C’est… un nom d’Épée Sacrée ? » dit Zagan en regardant un mot écrit en Célestian. Il connaissait deux autres noms, donc c’était probablement le cas, mais peu importe comment il les voyait, il ne pouvait pas le dire. Après y avoir réfléchi un peu, Zagan avait mis le livre de côté et avait frappé dans ses mains.

« Raphael. Es-tu là ? » demanda Zagan. Et après quelques secondes d’attente, on avait frappé à la porte des archives.

« C’est Raphaël. Tu as appelé, mon seigneur ? » demanda Raphaël.

« Ouais. Entre, » répondit Zagan. Et avec ça, le grand vieil homme était passé par la porte. Il avait une cicatrice terrifiante gravée sur son visage, du front à la joue, et portait une armure grossière autour de son bras gauche. L’armure était un membre artificiel qu’il pouvait déplacer grâce à la sorcellerie. Une grande épée pendait à sa taille, et même s’il avait une lueur diabolique dans les yeux qui feraient s’évanouir un esprit faible, il portait un manteau de queue parfaitement aplani. C’était l’ex-archange Raphaël, qui servait actuellement de majordome à l’Archidémon Zagan. Et il semblait qu’il préparait le dîner, car il tenait une louche à la main lorsqu’il était entré dans les archives.

« Il y a quelque chose que j’aimerais te demander. Il n’y a que douze Épées Sacrées, non ? » demanda Zagan.

« En effet. Autant que je sache, c’est vrai, » répondit Raphaël.

Zagan croisa les bras et hocha la tête en entendant Raphaël. En le voyant faire une expression d’une douceur inhabituelle, son fidèle majordome inclina la tête sur le côté dans la confusion.

« Quelque chose ne va pas, mon seigneur ? » demanda Raphaël.

« Je pense que c’est le nom d’une Épée Sacrée, mais te souviens-tu l’avoir déjà vue ? » Zagan ouvrit le livre devant Raphaël et le lui montra en disant cela. Bien sûr, Raphaël ne savait pas lire le Célestian, mais le nom était gravé sur la lame comme une inscription. Un Archange tel que Raphaël aurait sûrement vu chacun d’entre eux au moins une fois.

« Voyons voir. Celle-ci est l’inscription gravée sur mon Metatron. Si nous considérons ces noms comme des noms, alors celui-ci est l’Azraël de Chastille. Celui-ci est le Raziel du chef archange Ginias. Celui-ci est le Zachariel de Michael. Celui-ci —, » Raphaël regarda fixement le livre, puis fit un signe de tête, énumérant chacun des noms jusqu’à ce qu’il s’arrête brusquement et que ses sourcils se lèvent.

« Il y en a douze. Cependant…, » déclara Raphaël.

« Oui, il y a un treizième nom écrit ici, » déclara Zagan.

Le fait que Raphaël puisse les lire à haute voix prouve qu’il s’agit bien des noms d’Épées Sacrées. Mais si c’était vrai, il y en avait un treizième qui n’aurait pas dû exister.

« … Hmm. Alors, qu’en penses-tu ? » s’enquit Zagan.

« Tu veux dire si oui ou non ce treizième nom est une Épée Sacrée, n’est-ce pas ? C’est la première fois que j’en entends parler aussi, mais si ce qui est écrit ici est de l’information sur les Épées Sacrées, ne serait-ce pas une preuve suffisante qu’il existe une treizième épée cachée ? » demanda Raphaël.

« Mais pourquoi y a-t-il une Épée Sacrée dont tu ne sais rien ? » demanda Zagan.

Raphaël n’avait pas pu répondre immédiatement. Et après avoir placé sa main contre ses tempes et ruminé sur la question pendant un court instant, il avait ouvert la bouche pour parler.

« Voyons voir. L’Église possède une salle de trésor pour stocker les Épées Sacrées qui n’ont pas de manieurs. Et dans ce trésor, il y a des piédestaux pour chacune des Épées Sacrées. Cependant, il n’y a que douze piédestaux. En tenant compte de cela, il peut y avoir une Épée Sacrée en dehors de la juridiction de l’Église, » déclara Raphaël.

« En d’autres termes, l’Église ne connaît-elle pas non plus son existence ? » demanda Zagan.

« Du moins, en surface, » répondit Raphaël.

Zagan plissa ses sourcils quand il entendit la réponse vague de Raphaël.

« C’est-à-dire qu’il y a peut-être des secrets que même toi, tu ne connais pas ? » demanda Zagan.

Même alors, Raphaël ne pouvait que gémir sans trouver une vraie réponse.

« Mon seigneur. Comme tu le sais, l’Église n’est pas une organisation monolithique. Bien qu’ils soient unis dans leur croyance contre les sorciers, si une faction d’unification comme celle dont Chastille et moi-même faisons partie existe, alors une faction anti-unification existe aussi. Et parmi eux, j’ai entendu dire qu’il existe une faction qui ne devrait pas exister, » répondit Raphaël.

« Une faction qui ne devrait pas être… ? » demanda Zagan.

Raphaël s’arrêta un moment, mais Zagan pouvait deviner ce que le vieil homme allait dire.

« C’est-à-dire — un côté obscur. Bien que cela me fasse honte de le dire, il est vrai qu’il y a eu des morts étranges dans l’Église. De plus, j’ai entendu des rumeurs de “quelque chose” désigné comme le Treizième, » déclara Raphaël.

Zagan n’avait aucune conviction qu’il se référait à une Épée Sacrée, mais avec le nom « Treizième » cela ne semblait pas non plus sans rapport. Et après avoir hoché la tête en soupirant, Raphaël regarda la forêt qui s’étendait au-delà de la fenêtre, non, il regardait la ville de Kianoides plus loin.

« Pour dire la vérité, je suis venu dans cette ville pour inviter Chastille à ma faction, mais mon autre but était d’enquêter là-dessus. Plusieurs archanges affectés à cette ville étaient après tout morts mystérieusement. J’espérais aussi avoir une piste avec l’affaire Chastille, » déclara Raphaël.

Mais celui qui avait essayé de tuer Chastille était son supérieur direct, le cardinal Clavwell de Kianoides. Raphaël avait exécuté Clavwell pour protéger Chastille, et avait simulé sa propre mort. C’était aussi l’une des raisons pour lesquelles il servait maintenant Zagan.

Je vois, et depuis qu’il est officiellement mort, il a perdu sa chance de poursuivre une piste.

Maintenant que Raphaël ne faisait plus partie de l’Église, il lui était difficile d’obtenir des informations sur leur fonctionnement intérieur.

Dans ce cas, dois-je demander à Chastille de creuser autour de ça ?

Strictement parlant, Chastille n’était pas la subordonnée de Zagan, mais elle était quand même l’une de ses collaboratrices. Dans une certaine mesure, il aurait dû être possible pour elle de bien fouiller dans les affaires internes de l’Église. L’existence du « Treizième » n’était pas quelque chose que l’Église pouvait après tout ignorer.

Bien sûr, même s’il s’agissait de la même organisation, il y avait un certain danger à creuser dans le côté obscur de l’Église, de sorte qu’il demandait à Barbatos de l’accompagner. La personnalité de cet homme ne pouvait plus être sauvée, mais sa capacité de sorcier avait été quelque chose que même Zagan n’avait pas réussi à imiter. Au cas où quelque chose se produirait, il avait au moins le pouvoir de s’échapper avec elle en vive et fuir jusqu’à Zagan.

« Compris. Essayons de nous appuyer sur Chastille en ce qui concerne le “Treizième”. Elle est un peu maladroite, mais quand il s’agit de ses fonctions professionnelles, elle a beaucoup de talent, » déclara Zagan.

« En effet. Je suis du même avis. Quand elle se tient prête en tant qu’Archange, elle est vraiment une chevalière respectable, » déclara Raphaël.

Zagan fut quelque peu étonné de constater que c’était le point sur lequel ils s’entendaient à son sujet et il hocha la tête avec un sourire amer.

« Cependant, j’aimerais au moins savoir comment lire ceci avant d’en arriver là. Néphy le saurait probablement, alors je suppose que je lui demanderai plus tard…, » déclara Zagan.

Et c’est alors que Zagan s’était rendu compte qu’une petite fille le regardait de l’entrée des archives.

« Foll ? Qu’est-ce que tu fais là-bas ? » demanda Zagan.

C’était Foll. Comme toujours, elle avait les cheveux verts noués en tresses le long de son dos, et des cornes de dragon dépassaient derrière ses oreilles. La robe indigène qu’elle portait en utilisant le blanc et le cramoisi comme tons de base lui allait vraiment bien. Ses yeux d’ambre erraient, et elle avait l’air un peu agitée.

« Puis-je entrer ? » demanda Foll.

Elle semblait comprendre qu’ils avaient une conversation sérieuse et se demandait si elle la dérangeait.

« Ouais. De toute façon, on a presque fini notre discussion ici. Tu peux entrer, » déclara Zagan.

Foll avait couru, puis avait levé les yeux vers Zagan.

« Nephteros… n’est pas venue aujourd’hui ? » demanda Foll.

Nephteros avait également joué avec Foll aux côtés de Néphy au village caché des elfes. Comme les souvenirs de Néphy de l’époque étaient flous, il était possible que ce soit Foll qui avait eu ses émotions qui s’étaient le plus fait sentir. Ainsi, Zagan caressa doucement la tête de sa fille.

« Ce n’est pas grave. Elle possède assez de pouvoir pour n’être que la seconde après moi. Je ne sais pas ce qu’elle fait, mais elle finira par revenir, » déclara Zagan.

Tandis qu’il l’en informait, Foll le regarda avec surprise.

« Nephteros est si forte que ça ? » demanda Foll.

« Ouais. Raphaël, quand cette fille est venue au château, tu as dit qu’elle venait du ciel, non ? » demanda Zagan.

« En effet. Il semble qu’elle soit venue te rendre ton manteau, mon seigneur, mais comme tu étais absent, je l’ai simplement divertie avec du thé et des sucreries, » déclara Raphaël.

« Hmm. C’est ce qui est incroyable chez Nephteros, » déclara Zagan en riant. « Il y a ceux qui ont déjà fait tomber ma barrière. C’est parce qu’elle peut être brisée par la force pure avec la puissance des dragons ou des Épées Sacrées ou similaire. Cependant, il n’y a pas eu de sorciers qui ont pu s’en sortir sans le briser ou le réécrire. »

« Passer à travers… ? » demanda Foll.

Foll pencha la tête sur le côté, et Zagan l’interrogea en retour.

« C’est vrai. Réponds-moi Foll, serais-tu capable d’aller jusqu’à ma salle du trône sans briser une seule barrière autour du château et sans que personne le sente ? » demanda Zagan.

« Ce n’est pas possible, » la jeune ancienne candidate Archidémon répondit immédiatement.

« En effet. Mais c’est exactement ce qu’a fait Nephteros. Je ne connais pas d’autres sorciers qui pourraient faire une telle chose. Je me suis moi-même demandé s’il était possible, quel que soit la quantité de talent ou ce que l’on possédait, ou, quelle que soit l’efficacité avec laquelle on y mettait beaucoup d’efforts pour le faire. Mais elle a certainement utilisé son talent digne d’admiration pour faire de tels efforts jusqu’à ce que son sang coule à flots pour le faire, » répondit Zagan.

« … Zagan, tu as l’air heureux, » déclara Foll.

Pour une raison quelconque, Foll se gonflait les joues. Il semblait qu’elle voulait qu’il la loue aussi.

« Ne te fâche pas comme ça. En tant que dragon, tu deviendras sûrement beaucoup plus forte que moi ou Nephteros, » déclara Zagan.

« … Je ferai de mon mieux, » répliqua Foll.

Tandis que Zagan caressa une fois de plus la tête de sa fille, Raphaël, à un tour de rôle habituel, avait laissé échapper un rire agréable.

« Tu as l’air de bonne humeur, Raphaël, » déclara Zagan.

« Hm ? Excuse-moi mon manque de courtoisie. Je pensais que si j’avais des enfants, je pourrais voir une telle scène beaucoup plus tôt, » déclara Raphaël.

C’était une réponse vraiment inattendue de sa part.

***

Partie 4

« Ce n’est pas vraiment une raison pour s’excuser, mais n’as-tu pas de famille ? » demanda Zagan.

« Je suis assez vieux après tout. D’ailleurs, même si c’est malheureux, je n’ai pas eu la chance de rencontrer quelqu’un d’assez capricieux pour m’épouser, » répondit Raphaël.

« Je vois. Le monde est plein de gens qui manquent de discernement, » répliqua Zagan.

Raphaël regarda Zagan avec émerveillement en l’entendant dire cela. Et puis, il s’était mis à rire bruyamment.

« Fuhahahahaa, comme prévu, tu dis des choses d’un calibre différent, mon seigneur. J’en suis aussi venu, de façon inattendue, à profiter de mon gagne-pain ici. Il est temps que je reprenne mes fonctions pour que tu ne me fasses pas partir, » déclara Raphaël.

Peut-être en tant qu’un acte de timidité, Raphaël lui tourna le dos en toute hâte. Et au moment où il était sur le point de sortir des archives, il s’était arrêté.

« … En fait, j’avais une personne que je pouvais considérer comme de la famille, » déclara Raphaël.

« Oh ? Comme c’est intéressant. Je t’en prie, parles, » déclara Zagan.

Tandis que Zagan le harcelait, Raphaël parlait sur un ton quelque peu mal à l’aise.

« Ce n’est pas comme si nous étions liés par le sang ou quoi que ce soit d’autre. Il y avait une jeune fille que j’ai ramassée en passant et dont je me suis occupée pendant un moment. En y repensant maintenant, je crois que c’est peut-être une femme que je pourrais appeler ma famille, » déclara Raphaël.

La voix de Raphaël était emplie de nostalgie. Et Zagan détourna le regard vers la fenêtre en murmurant.

« Je suis pleinement satisfait de ton travail. De plus, il est tout à fait naturel qu’un emploi permette un congé autorisé. Ce ne serait pas impensable de prendre un peu de temps libre, tu sais ? » déclara Zagan.

Officiellement, Raphaël avait été déclaré mort. Zagan pensait qu’il valait mieux au moins prévenir ses proches de sa sécurité. Mais Raphaël secoua la tête à cette suggestion.

« Je suis un traître qui a tué un cardinal. Si l’on sait que je suis en vie, elle sera aussi soupçonnée inutilement. Tout va bien comme ça, » déclara Raphaël.

« … Je vois, » répondit Zagan.

Raphaël regarda alors par-dessus son épaule.

« Cependant, je te suis reconnaissant pour ta considération, mon seigneur, » déclara Raphaël.

Raphaël s’inclina tranquillement et quitta les archives.

Je suppose que ce n’était pas mes affaires de penser que je voulais qu’ils se rencontrent.

Zagan avait établi une relation amicale avec Kianoides dans une certaine mesure, mais les sorciers et l’Église étaient toujours des ennemis mutuels. Si quelque chose comme une faction anti-unification découvrait Raphaël, il ne serait pas étrange que sa parente soit mêlée à tout ça. Cependant, même ainsi…

Je pense probablement… que ce type est aussi de la famille.

Zagan ne connaissait même pas le concept de « famille » avant de rencontrer Néphy, mais aujourd’hui il avait au moins compris que les sentiments qu’il avait envers ses compagnons s’appelaient justement une telle chose.

On dirait qu’il me reste encore une chose à accomplir.

Mais de façon inattendue, Zagan n’était pas mal à l’aise.

Après le retour de Raphaël au travail, Foll s’était écrasée sur les genoux de Zagan. C’était étrange pour Foll d’agir ainsi, mais elle voulait peut-être être gâtée. Zagan n’avait pas vraiment envie de s’énerver, et il caressait simplement la tête de la petite fille pendant qu’il continuait à ruminer dans ses pensées. Et alors qu’il l’avait fait, Foll avait fini par lever les yeux timidement sur le visage de Zagan.

« Zagan. Euh, tu sais quoi… ? » demanda Foll.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

Elle avait utilisé un ton prudent comme si elle avait une sorte de demande. Mais elle avait sombré dans le silence et n’avait pas pu continuer.

On dirait que c’est quelque chose d’important, hein ?

Zagan ne l’avait pas poussée à parler et avait attendu que sa fille parle. Les épaules de Foll s’étaient affaissées comme si elle n’arrivait pas à rassembler sa détermination, mais elle avait fini par regarder à l’arrière comme si elle pensait à quelque chose.

« Oh ouais. Zagan, lis ça, » déclara Foll.

Foll lui avait tendu un beau livre d’images. Zagan avait pris le livre et y avait jeté un coup d’œil, et à l’intérieur il y avait beaucoup de grandes photos, donc il n’y avait pas beaucoup d’écriture dedans.

Maintenant que j’y pense, les gosses dans mon entourage lisaient aussi beaucoup ce genre de livre d’images.

Zagan était analphabète à l’époque, alors les enfants plus âgés les lisent à haute voix. S’il s’en souvenait bien, le titre était « Blanche-Neige et les sept nains ».

« Hmm. On dirait un vieux livre d’images, » déclara Zagan.

Le papier donnait l’impression qu’il se déchirerait s’il y mettait un peu de force. Le fait qu’il était encore dans un état où il pouvait être lu signifiait sûrement qu’il avait été traité avec soin par son propriétaire. La lire sans l’endommager pouvait exiger de la ténacité. Et tout en étant prudent, Zagan interrogea sa fille.

« Foll. D’où tiens-tu ça ? » demanda Zagan.

« Gremory me l’a prêté. Elle m’a dit de te le faire lire pour moi, » répondit Foll.

C’était extrêmement inattendu pour cette grand-mère de porter une telle chose, mais cela montrait vraiment comment elle la traitait précieusement pour qu’elle soit dans un tel état à son âge. Elle possédait l’étrange… non, l’inclination tordue parmi les résidents du château, mais Gremory était un sorcier qui avait même son nom inclus dans la liste des candidats Archidémon. C’était sûrement simple pour elle de garder un livre comme celui-ci dans un état neuf avec son pouvoir, mais il n’y avait aucune trace qu’une quelconque sorcellerie ait été utilisée. En d’autres termes, cette grand-mère l’avait traité comme quelque chose de spécial. Et avant qu’il ne s’en rende compte, la sueur se formait sur le front de Zagan.

 

 

Gaaah ! Qu’est-ce qui rend un Archidémon nerveux pour un simple livre d’images !?

Zagan avait ouvert la première page du livre avec Foll toujours sur ses genoux.

« Laisse-moi te dire ceci, mais je n’ai jamais lu un livre d’images pour personne avant. Ne t’attends pas à ce que je sois bon à ça, d’accord ? » déclara Zagan.

« Hmm. C’est très bien tant que tu me le lis, » déclara Foll.

« Hmph. Tu es vraiment capable de parler maintenant, hein ? »

Le parent et l’enfant avaient ri comme s’ils défiaient un puissant ennemi juré, et Zagan avait alors commencé à lire la première page.

« Hmm, voyons voir ici… “Il était une fois une fille qui vivait avec sa grand-mère dans un certain endroit. La grand-mère a dit à la fille d’aller cueillir des baies dans la forêt toute seule…” Oh, cette sorcière est-elle saine d’esprit ? C’est suicidaire pour une gosse de s’aventurer dans une forêt toute seule, » s’écria Zagan.

Même Zagan aurait peur d’envoyer Foll dans la forêt toute seule. Peu importait qu’elle soit une dragonne, ou une ancienne candidate d’Archidémon, et peu importait la quantité de pouvoir qu’elle possédait. Il était conscient qu’en tant que sorciers, ils étaient les antipodes de l’humanité ou de la justice, mais même en tant que sorcier, Zagan pensait que c’était mal pour cette vieille femme d’ordonner calmement à une petite fille, sa propre petite-fille en plus, de faire une telle chose. N’avait-elle pas de cœur ?

« Zagan, c’est sûrement parce qu’il n’y a pas de monstres ou de bandits dans cette forêt, » déclara Foll.

« Même s’il n’y a pas d’ennemis, ne pourrait-elle pas se perdre ou se blesser ? » demanda Zagan.

« … Zagan, tu es trop protecteur, » déclara Foll.

Les paroles de sa fille lui avaient piqué la poitrine, mais Zagan avait concentré son esprit et avait continué à lire.

« “En cherchant des baies dans la forêt, soudain, un loup l’appela. Hé petite fille, il y a quelque chose de bien plus savoureux que ces baies”…, Attends. Le fait que ce type parle un langage humain signifie qu’il est un monstre de rang, n’est-ce pas ? Cette fille est déjà morte, » déclara Zagan.

« Zagan, l’histoire…, » déclara Foll.

Foll soupira en voyant Zagan couvrir son visage comme s’il regardait ce qui se passait. Par la suite, comme Zagan ajoutait ses propres plaintes et commentaires à mesure qu’il continuait à lire, l’histoire s’était poursuivie à un rythme lent, et ils n’avaient même pas terminé après quelques heures. Néanmoins, au moment où l’histoire arrivait enfin à son terme, la jeune protagoniste avait transmis ses sentiments au chevalier qui l’avait accompagnée dans son aventure.

C’est comme si c’était un dessin sur moi, alors c’est un peu gênant ici…

Zagan commença instinctivement à rougir lorsqu’il avait fini de lire ses aveux et s’approcha de la scène où la fille et le chevalier furent bénis par de nombreuses personnes à leur retour dans sa ville natale.

« “Au milieu de leur voyage, ils ont été bénis par tout ce qu’ils avaient rencontré jusqu’alors, et ont eu droit à d’innombrables vêtements, bijoux et fêtes qu’ils n’avaient jamais vus auparavant. Et à chaque fois, ils versaient des larmes de joie. ... ?” Je ne comprends pas. C’est bon pour la nourriture d’être savoureuse, mais en quoi cela apporte-t-il de la joie ? »

« Zagan, tu ne comprends pas non plus ? » demanda Foll.

« Hmm. Je n’en ai jamais fait l’expérience. Je ne peux même pas imaginer ce genre d’état d’esprit, » déclara Zagan.

Lorsque Zagan avait eu pour la première fois la cuisine maison de Néphy, il était enveloppé dans une euphorie difficile à décrire. Le fait d’avoir reçu des biens d’une valeur monétaire était aussi une chose dont il fallait normalement être reconnaissant. Et le fait d’avoir de beaux vêtements lui avait donné moins de soucis. Cependant, le port de bijoux et de vêtements coûteux pourrait-il vraiment faire pleurer quelqu’un ? Zagan était un cas un peu particulier, mais Foll était aussi une jeune dragonne qui vivait dans un endroit isolé. La façon dont les gens normaux se comportaient était quelque chose qui leur était étranger.

Ensuite, Foll avait eu l’air décontenancée. « Zagan, est-ce un rendez-vous ? »

Zagan avait plissé ses yeux en entendant ce verbiage inconnu.

« Un… rendez-vous… ? Qu’est-ce que c’est ? Une sorte de bonbon ? » demanda Zagan.

Il n’avait jamais entendu ce mot auparavant, mais il avait une sonorité semblable à celle d’un dessert que Néphy avait préparé. Tandis qu’il inclinait la tête sur le côté, Foll se montra docile tout en secouant la tête.

« Je ne crois pas, non. Quand un homme et une femme qui deviennent un couple sortent ensemble, ils deviennent heureux. C’est ce que Gremory a dit, » déclara Foll.

« … F-Foll, est-ce vrai ? » demanda Zagan.

« Hm…, » répondit Foll.

Zagan avait gémi. Il voulait qu’elle arrête d’enseigner des choses bizarres à sa fille, mais si c’était Gremory qui le disait, c’était sûrement vrai. Cette grand-mère était après tout étrangement passionnée par tout ce qui touche à l’amour.

Zagan avait jeté un autre coup d’œil au livre d’images. Le couple dessiné sur les photos avait l’air d’être heureux.

« Mais, quelle partie de tout cela les rend heureux ? » demanda Zagan.

« Je ne sais pas… mais j’étais aussi heureuse quand tu m’as achetée des vêtements, Zagan, » déclara Foll.

« Est-ce comme ça que ça marche ? » demanda Zagan.

« Hmm, » murmura Foll.

Il n’était pas Gremory, mais voir quelqu’un qu’il aimait devenir encore plus mignon et plus beau était quelque chose de merveilleux. La même logique pouvait s’appliquer à celui qui porte les vêtements. En d’autres termes, Zagan pensait que c’était ce qui les propulserait au niveau supérieur, l’identité de la pièce qui leur manquait.

« Je vois. Cela vaut la peine d’enquêter, » déclara Zagan.

En fin de compte, la recherche en sorcellerie n’était qu’une répétition d’essais et d’erreurs. Si cela pouvait apporter à Néphy le bonheur, alors il serait bon pour lui de faire des recherches sur ce « rendez-vous » ou quoi que ce soit d’autre. La voir heureuse avait après tout rempli Zagan d’euphorie. En arrivant à une telle conclusion, il remarqua que Foll le regardait fixement.

« Oups, désolé pour ça. Je n’ai toujours pas fini de lire, » déclara Zagan.

« C’est très bien. C’est amusant, » répliqua Foll.

En fin de compte, Zagan avait fini par couper de temps en temps, et ils avaient réussi, d’une manière ou d’une autre, à faire le tour de tout le livre d’images avant le coucher du soleil.

« “Et ainsi, ils vécurent heureux tous les deux pour toujours”. Hmm. Il y a beaucoup de choses avec lesquelles je ne suis pas vraiment d’accord, mais il semble que tous leurs ennemis soient partis, » déclara Zagan.

« Hmm. C’était intéressant ! » déclara Foll.

Foll frappa des mains sans trop changer son expression, et Zagan laissa son regard vagabonder maladroitement pendant qu’il parlait.

« Néphy n’aurait-il pas mieux fait de lire ça pour toi plutôt que pour moi ? » demanda Zagan.

Foll au moins semblait s’amuser, mais Zagan ne croyait pas qu’il était bien adapté pour raconter des histoires comme celle-ci. Ce fut le cas, mais Foll secoua la tête énergiquement.

« Zagan, c’est mieux avec toi, » déclara Foll.

« Vraiment… !? » demanda Zagan.

« Tu es probablement le seul à pouvoir mettre autant de sentiments dans un livre d’images, » déclara Foll.

« … Est-ce… un compliment ? » demanda Zagan.

Il avait des sentiments quelque peu compliqués à ce sujet, mais sa fille bien-aimée hocha la tête avec un regard satisfait. Ensuite, Zagan l’avait interrogée sur quelque chose qu’il avait en tête.

« Alors, lire ce livre d’images, c’est tout ce que tu voulais ? » demanda Zagan.

Il avait l’impression qu’elle voulait dire quelque chose d’autre au début… Les épaules de Foll tremblèrent au début, mais elle hocha la tête sans rien dire. Elle avait ensuite pris le livre d'images et était descendue des genoux de Zagan.

« J’ai besoin de rendre… le livre d’images de Gremory. Il est temps de le lui rendre, » déclara Foll.

« Hmm… Pour l’instant, dis-lui que je la remercie, » déclara Zagan.

« Compris, » déclara Foll.

Foll avait commencé à sortir en bavardant, mais elle s’était soudainement arrêtée.

« Zagan, » déclara Foll.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

« Veux-tu… lire encore une fois pour moi ? » demanda Foll.

Il était inhabituel pour Foll de le convaincre de faire quelque chose comme ça, et Zagan hocha la tête avec un sourire amer.

« Je ne pense pas qu’il en sortira quelque chose de bon, mais ça ne me dérange pas si tu es d’accord avec ça, » déclara Zagan.

Dans une tournure encore plus inhabituelle des événements, Foll lui avait donné un large sourire.

« Merci. Papa, » déclara Foll.

Les yeux de Zagan s’ouvrirent en grand, et peut-être parce qu’elle était gênée de le dire, Foll avait rougi jusqu’aux oreilles alors qu’elle était sortie des archives.

Je prendrai au moins un livre d’images au hasard la prochaine fois que je serai en ville.

Et Zagan s’était juré qu’il s’entraînerait un peu à lire pour la prochaine fois.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire