Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 5

***

Chapitre 4 : Ils disent qu’aucun enfant ne sait combien ils sont précieux pour leurs parents, mais les parents ne comprennent pas non plus les sentiments de leurs enfants.

Partie 5

« Elle est… Titania ? Attends, n’a-t-elle pas été tuée par Orias ? » demanda Barbatos.

À la fin de la bataille, Barbatos et les autres étaient revenus vers Zagan, et ils ne pouvaient pas croire ce qu’il disait.

« Tu n’as pas été vaincu par Orias. Tu l’as vaincu et tu as pris son Emblème de l’Archidémon, non ? » demanda Zagan.

Bien sûr, les Archidémons qui connaissaient personnellement le vrai Orias l’auraient compris, mais la plupart des sorciers s’intéressaient peu aux affaires des autres. Les autres Archidémons n’avaient sûrement pas fait attention à un Archidémon qui avait été vaincu par un petit sorcier.

« Alors pourquoi n’a-t-elle pas créé un pays pour les elfes ? N’était-ce pas pour ça qu’elle s’est battue avec un Archidémon ? » Barbatos avait exprimé ses doutes.

« Elle a probablement perdu l’occasion de le faire. Non, il est plus juste de dire que le sens lié à sa création a été perdu, non ? » demanda Zagan.

Titania avait peut-être vaincu Orias, mais cela lui avait coûté tout ce qu’elle avait. Ses camarades, sa raison de vivre, et tout le reste. C’est ce que cela signifiait de faire d’un Archidémon un ennemi.

Elle a probablement pris Gremory comme disciple parce qu’elles font toutes les deux partie d’une race mourante…, Les Fomoriens étaient presque aussi rares que les elfes. Si on fouillait tout le continent, ils n’en trouveraient même pas une centaine. Zagan avait supposé qu’une sorte de sympathie s’était manifestée à Orias à cause de sa solitude.

« Tout ce qui vient d’ici n’est que conjecture, mais tu es probablement née dans ce village. Je ne sais pas comment tu as été traitée ici, mais après avoir combattu Orias, tu as décidé que c’était encore mieux ici que dans le monde extérieur. C’est pourquoi tu es venue leur confier Néphy. Ai-je tort ? » demanda Zagan.

« …, » Orias ne répondit pas, mais son silence rendit sa réponse évidente.

« Mais, dans ce cas, pourquoi a-t-elle fait de Néphy une enfant ? Pourquoi nous a-t-elle enfermés ici ? » demanda Chastille en penchant la tête sur le côté.

« Ne comprends-tu pas ? » Zagan avait fait une expression exaspérée quand il avait répondu.

« Oh, vas-y ! Ne sois pas si méchant !? » Chastille se plaignait. Il semblerait que son caractère de pleurnichard soit de retour maintenant que leur conflit avait été résolu.

« Néphy est la fille de cette femme…, » proclama Zagan.

Cette phrase avait poussé Orias à pousser un soupir de résignation.

« Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? C’est la première fois que je sens que bluffer ne sert à rien, » déclara Orias en regardant Néphy. Puis elle avait poursuit. « Petite Dame, est-ce que tu profites de ta vie avec ces gens ici ? »

« Oui. Maître Zagan, Grande Soeur Foll et tous les autres sont très gentils avec moi, » déclara Néphy.

Ce fut certainement une conversation difficile à suivre pour Néphy dans sa forme actuelle, car elle ne pouvait pas connaître sa relation avec la vieille dame avant elle.

En fait, elle prend peut-être la forme d’une vieille femme pour cacher ce fait…, le portrait du pendentif montrait une jeune femme et, en tant qu’enseignante de Gremory, elle avait probablement la capacité de manipuler son âge à volonté.

« D’accord, c’est bien. Tu vois, mamie ici présente pensait que ce serait merveilleux de faire en sorte que ces moments de plaisir durent éternellement, » répondit Orias d’un signe de tête doux.

« Ça… me rend très heureuse, mais ce n’est pas bon. Maître Zagan a beaucoup de travail. Aussi, je veux grandir rapidement et l’aider…, » déclara Néphy avec une expression troublée.

« J’étais sûre que ce serait le cas, mais je voulais te forcer à passer ces moments amusants, quelle que soit ton opinion, » affirma Orias en faisant signe à Néphy, puis en disant : « Viens maintenant par ici. Il est temps de rentrer à la maison, non ? J’enlèverai la malédiction de la princesse. »

Alors qu’Orias touchait son front, Néphy s’effondra doucement sur place. Et puis, Orias avait mis une robe sur ses épaules.

« Elle retrouvera sa forme originale dans une trentaine de minutes, » déclara Orias en regardant Zagan. Puis elle lui avait dit. « C’est comme tu dis. J’ai vaincu Orias, mais j’ai tout perdu. Même si j’ai quitté ce village parce que je voulais créer un paradis pour ceux qui étaient opprimés, tout le monde est mort à cause de moi. »

Personne au monde ne pouvait comprendre le désespoir qu’elle ressentait à l’époque.

« Orias était un nom pratique qui m’a permis de mettre de côté mon lien avec les elfes. Après cela, eh bien, tu peux imaginer ce que tu voudras, » affirma Orias en montrant l’Emblème de l’Archidémon à sa main droite. Alors, avec un soupir fatigué, elle déclara. « Alors, as-tu gardé en vie cette vieille femme décrépie pour parler de telles absurdités ? »

« Pas du tout. Eh bien, entendre tes vieilles histoires n’est pas si mal non plus…, » déclara Zagan.

Oui. Le vrai problème était encore à venir. Zagan se tenait devant Orias. Alors qu’il levait la main droite, assez forte pour massacrer même un démon, Chastille et les autres devinrent pâles.

« Attends, Zagan ! Cette personne n’est-elle pas, euh... La mère de Néphy ? La tuer signifierait…, » Chastille s’était mise à gémir, mais Zagan n’y avait pas prêté attention et il avait baissé le bras.

« Argh…, » le corps d’Orias s’était raffermi, mais l’instant d’après, son visage avait été rempli de confusion. Zagan posa la main sur sa poitrine et s’agenouilla devant Orias.

« Titania. Je suis amoureux de votre fille. S’il vous plaît, donnez-moi la main de votre fille, Néphy, » déclara Zagan.

« Hein, euh, Hmm… ? » Orias — non, la bouche de Titania s’était ouverte avec un pop. Elle avait émis un son déconcerté qui n’était pas digne d’un Archidémon, mais finalement, elle avait murmuré comme si elle n’arrivait pas à le croire. C’était la vraie raison pour laquelle Zagan ne l’avait pas combattue. En fin de compte, la seule chose que Zagan avait attaquée, c’était le démon. Il n’avait pas infligé une seule blessure à Orias elle-même.

La seule personne autorisée à tuer le sang de Néphy est Néphy elle-même…, eh bien, tuer ses propres parents était un problème en soi, mais malheureusement, Zagan ne possédait pas une telle sensibilité correcte.

Le principal problème était de savoir si Zagan possédait assez de pouvoir pour forcer un Archidémon à capituler sans vraiment se battre, mais cela ne s’était pas avéré trop difficile.

« Tu me demandes de te donner la main de ma fille… ? Veux-tu dire que tu veux prendre Néphy pour épouse… ? » répondit Orias d’un ton empli de doute.

« C’est bien ça, » déclara Zagan.

« Est-ce… quelque chose pour lequel tu as besoin de ma permission ? » demanda Titania.

« Tu es vivante, et tu souhaites le bonheur de Néphy. Ai-je besoin d’une autre raison ? » demanda Zagan. Il ne comprenait pas très bien le concept des relations parents-enfants. Cependant, si Foll devait un jour trouver un amoureux, alors Zagan lui-même ne le permettrait jamais à moins qu’il ne les approuve. Et dans ce cas, il pensait qu’il devait rendre hommage au parent de Néphy.

« Cet enfant… t’appartient déjà, n’est-ce pas ? Permets-moi quand même de dire ceci…, » déclara Orias en riant. Et puis, elle avait baissé la tête.

« S’il te plaît, prends soin de ma fille, » déclara Titania.

Et avec cela, le rideau s’était levé sur la visite de Néphy chez elle.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire