Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Prologue

***

Prologue

« Néphy, je veux manger ça, » déclara Foll.

« C’est presque l’heure de dîner, alors tu ne peux pas, Foll, » répliqua Néphy.

Dans la ville commerçante de Kianoides. La journée se terminait alors que Néphy se tenait à côté d’une jeune fille et marchait à l’intérieur de la ville dont le ciel s’assombrissait. Après avoir fait des achats et rencontré leurs amies Chastille et Manuela, elles étaient sur le chemin du retour.

En raison de ses longs cheveux blancs qui la couvraient jusqu’à la taille et qui étaient attachés par un ruban cramoisi, de ses oreilles pointues et de ses yeux azur, il était clair qu’elle était une elfe. Aujourd’hui, elle portait sa robe monobloc habituelle, un tablier blanc, des bottes qui avaient été créées pour réduire la fatigue, et un collier rudimentaire qui n’était pas assorti à son corps délicat. C’était un collier d’esclave, mais celui-ci était la preuve de son lien précieux avec son seigneur.

Celle qui tenait la main de Néphy en montrant du doigt les bonbons alignés sur les vitrines de la rue, c’était Foll. D’après son apparence, elle semblait être une jeune fille aux cheveux vert vif, couverte d’un sweat à capuche à oreilles de chat. C’était une robe indigène qui avait le blanc et le cramoisi comme tons de base, mais sous le capuchon, elle avait deux cornes qui dépassaient. Elle avait pris l’apparence d’une humaine, mais c’était un dragon. C’était le cas, mais elle demandait encore des bonbons comme son apparence le suggérait.

Il est vrai que le doux parfum qui s’échappait stimulait aussi l’appétit de Néphy, mais elle tirait sur la main de Foll et lui répondit avec résolution. Si elles avaient des sucreries à ce moment-là, cela leur gâcherait l’appétit pour le dîner. Zagan, le chef de famille, était gentil, mais il avait une haine extrême pour le gaspillage de nourriture.

Néphy tenait un panier assez grand pour convenir à un enfant humain, dont l’intérieur était déjà rempli d’ingrédients. Foll, après avoir essuyé un refus de plaidoirie, avait fait gonfler ses joues et elle fixa Néphy d’un regard rempli d’attentes.

« Qu’est-ce qu’il y a pour le dîner ? » demanda Foll.

« Ce soir, c’est de la soupe de poulet et de maïs cuite au four. Et aussi... voyons voir... Dois-je faire du pudding pour le dessert ? » demanda Néphy.

« Ah, alors pouvons-nous rentrer rapidement ? » demanda Foll.

Et ainsi, en échange de ne pas avoir acheté de bonbons, Néphy avait décidé de faire un dessert. Cela avait fait briller les yeux ambrés de Foll. Après cela, ses tresses vertes s’étaient balancées et elle avait tiré avec joie sur la main de Néphy pour l’inciter à avancer.

« Voyons voir. Je crois que Maître Zagan est maintenant aussi devenu affamé, » déclara Foll.

« Voler ? » demanda Néphy.

Foll était encore jeune pour un dragon, mais dans sa forme originale, elle était encore assez grande pour porter plusieurs personnes à la fois, alors parfois Néphy faisait un tour sur elle. L’expression de Néphy elle-même ne changea pas, mais ses oreilles pointues frémirent, puis elles se déplaçaient d’un mouvement joyeux pendant qu’elle secouait la tête.

« Sire Raphaël est aussi là, donc même si nous ne nous dépêchons pas, tout ira bien, » déclara Néphy.

Tout en disant cela, elle se rappelait le visage ravi que son seigneur montrait au cours d’un repas, et Néphy avait aussi accéléré son rythme en conséquence.

Un mois s’était déjà écoulé depuis l’arrivée de Foll au château de Zagan. La vue de deux filles en ville était déjà devenue familière, et les gens qui passaient à côté d’elles, ainsi que les commis des magasins, dirigèrent tous des regards ravis vers elles.

Et à ce moment précis...

« Néphy, attention ! » Soudain, Foll avait poussé Néphy à terre.

Et lorsque Néphy était tombée par terre, elle avait fini par lâcher son panier. Les ingrédients à l’intérieur avaient été envoyés par terre et éparpillés. Et là où elles étaient, de nombreuses flèches de lumière tombaient sans cesse.

Nous avons été attaquées... par de la sorcellerie ?

Lorsque Néphy avait commencé à se relever, Foll s’était déjà rapidement levée et s’était mise sur la défensive. Il s’était avéré que la jeune fille observait une silhouette sombre dont le corps était enveloppé d’une robe de magicien.

Comme son visage était complètement caché, Néphy ne pouvait pas dire de quelle race il était, mais il était sûrement un enfant, et sinon une femme. Même à travers les robes usées, elle pouvait dire qu’il s’agissait d’une personne de petite taille. Finalement, la figure de l’ombre tendit son bras depuis l’ouverture de leur robe... et pointa vers Néphy.

« Es-tu... Néphélia ? » demanda-t-elle.

Comme elle l’avait pensé, c’était probablement une femme. Après tout, la voix que Néphy avait entendue s’apparentait à un carillon. Cependant, entendre cette voix avait mis Néphy mal à l’aise. Et il semblait que c’était aussi le cas pour Foll. Son expression enfantine montrait une grande agitation.

Néphy n’avait pas pu répondre, et les lèvres que l’on pouvait voir de dessous la robe de la silhouette sombre avaient pris la forme d’un sourire.

« Il n’y a même pas besoin de s’en assurer, hein... ? Meurs, » déclara-t-elle.

Et puis, ces lèvres rouge vif avaient murmuré quelque chose.

« — »

Un froid indescriptible avait parcouru la colonne vertébrale de Néphy en entendant ces mots.

« Je ne te laisserai pas faire, » déclara Foll en s’avançant.

« Non, Foll ! » Serrant Foll dans ses bras, Néphy s’était jetée sur le ventre. Immédiatement après, de nombreuses lances en cristal étaient descendues du ciel. Elles s’adressaient non seulement à Néphy, mais aussi aux commerçants et aux piétons environnants. Des débris et du sang avaient volé dans l’air, et des cris avaient rempli la zone.

« Ah, s’il vous plaît, arrêtez ! » hurla Néphy. Ce n’était pas comme si elle pensait que quelque chose allait changer. C’était juste un cri. Ou du moins, c’était censé être le cas, mais... avec le bruit d’un cliquetis clair, les lances de cristal s’étaient brisées en morceaux.

Cette personne... a blessé les gens de cette ville ! Néphy pouvait dire que l’intérieur de sa tête surchauffait. Dans son esprit, les habitants de cette ville avaient reçu Néphy avec gentillesse tout comme Zagan l’avait fait, il était donc tout aussi impardonnable pour quelqu’un de leur faire du mal qu’à Zagan lui-même. Et, comme s’ils se prosternaient devant cette violente émotion, les fragments de cristal brisés avaient changé de direction.

« Quoi ? » s’écria la personne masquée.

Les fragments de cristal s’envolèrent vers le ciel, pleuvant à plusieurs reprises sur la personne vêtue de sa robe. Et, comme la silhouette gémissait et sautait sur le côté, la pluie de cristal l’avait poursuivie de près.

Juste en souhaitant que cela se produise, des miracles s’étaient produits. Même les elfes, qui possédaient un pouvoir bien au-delà de la compréhension humaine, craignaient ses utilisateurs comme des enfants maudits. C’était le pouvoir de Néphy... le Mysticisme.

Et en ce moment, le contrôle des cristaux était entièrement entre les mains de Néphy, et ils accaparaient celle qui les avait créés.

« Incroyable..., » déclara Foll, d’une voix abasourdie.

La silhouette vêtue d’un vêtement intégral avait tissé un cercle magique dans l’air et avait bloqué plusieurs cristaux avec ça. Condenser le mana pour créer un bouclier était une sorcellerie fondamentale, mais selon la capacité du lanceur, il pouvait devenir incassable.

Si on le comparait au bouclier de Maître Zagan, il s’agirait de quelque chose de fragile comme une simple feuille de papier.

Le bouclier magique avait duré un moment, mais n’avait même pas duré une seconde. Et en même temps qu’une colère glaciale, Néphy pulvérisa le bouclier. Cependant, à ce moment-là, cela ne représentait même pas une seconde, il semblait que la femme avait joué sa prochaine main. Des lances de cristal avaient à nouveau surgi de sous ses pieds, puis étaient entrées en collision avec la pluie de cristaux que Néphy était en train de manipuler. Et cette fois, ces deux types de cristaux avaient été brisés sans même laisser un fragment derrière eux.

« ... Même cette bonne à rien... est toujours un elfe aux cheveux blancs, hein ? » La femme vêtue d’une robe avait gémi en retirant sa capuche.

Néphy avait le souffle coupé lorsque le visage de la femme avait été révélé. À côté d’elle, Foll était aussi en état de choc. C’est parce que... ce qui était apparu sous la capuche était le visage d’une fille. Et comme Néphy, elle avait les oreilles pointues. Une elfe. Son âge se situait probablement aussi autour de celui de Néphy. Ses longs cheveux, qui descendaient jusqu’à la taille, étaient également blancs. Son manque d’expression, le mana que l’on pouvait sentir sur sa peau, et surtout... Cette fille avait exactement le même visage que Néphy.

« Une sombre... Néphy... ? » dit Foll d’une voix tremblante.

C’était une fille que l’on ne pouvait décrire que comme « Sombre Néphy ». La seule différence était la couleur de sa peau et de ses yeux. Contrairement à la peau blanche comme neige et aux yeux azur de Néphy, la fille devant eux avait la peau brun foncé et les yeux dorés.

En y repensant, la raison pour laquelle Néphy avait pu réagir à la première attaque-surprise peut être parce que ce mana était de nature si semblable à la sienne.

 

 

La Sombre Néphy regarda fixement Néphy pendant un moment, puis détourna soudain son regard.

« Le cercle magique de l’Archidémon, hein ? Quelle puissance épouvantable ! » s’exclama l’autre femme.

« Hein... ? Qu’est-ce que vous racontez ? » Néphy avait dégluti d’une manière audible en suivant le regard de cette fille.

Tout à coup, se rendant compte de ce qui se passait, elle regarda autour d’elle. Les bâtiments détruits par les lances de cristal avaient retrouvé leur état d’origine. Même les gens qui avaient été transpercés n’avaient qu’un regard de stupeur quand ils s’asseyaient sur leurs fesses. Et puis, comme pour envelopper la ville, un cercle magique massif avait été tracé sur le sol.

Est-ce que c’est... la sorcellerie de Maître Zagan ? Pendant que Néphy apprenait la sorcellerie, elle avait compris qu’il y avait une sorte d’idiosyncrasie dans la façon dont les circuits d’un cercle magique étaient alignés par les sorciers. Et la marque de ce cercle magique correspondait à celle de Zagan.

La Sombre Néphy avait ensuite remis sa capuche et replacé tranquillement sa robe.

« S’il vous plaît, attendez ! Juste qui sont —, » cria Néphy.

« Je... suis... toi... maudite, Néphélia, » répondit la Sombre Néphy. Et tandis que Néphy était secouée par ces paroles, la silhouette de la Sombre Néphy s’était déformée comme une brume et avait disparu. Le combat était alors terminé, et il semblait que Néphy pouvait enfin être à l’aise. Après avoir vérifié qu’elle et Foll soient en sécurité, Néphy s’était précipitée vers les habitants de la ville.

« Tout va bien, Néphy. »

« Néphy, c’est toi qui as réparé tout ça ? »

Même si un incident s’était produit ici en faisant que la ville avait failli être détruite, il n’y avait aucune voix qui blâmait Néphy ou Foll.

Après ça, Foll s’était mise à courir comme si elle avait trouvé quelque chose.

« Regarde ça, Néphy, » dit Foll en ramassant un unique morceau de papier à lettres.

Le destinataire était Zagan, mais le nom de l’expéditeur avait rendu le corps de Néphy raide de choc.

— À l’Archidémon Zagan, de l’Archidémon Bifrons —

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Une méchante Néphy je l'ai pas vue venir c'est tellement improbable.

  2. Merci pour le chap ^^

  3. Une clone ? Dark Nephy, la dernière des Sith 😈

Laisser un commentaire