Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 2 – Extra

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Histoires courtes en prime

Tentation sucrée

« Je me demande bien…, qu’est-ce que c’est ? » Néphy pencha la tête sur le côté en ramassant la bouteille que le seigneur du château lui avait rapportée. Il était encore à moitié plein de liquide, et il montrait des signes d’avoir déjà été débouché une fois auparavant. En retirant le bouchon, Néphy avait essayé de renifler légèrement son contenu et avait remarqué une odeur quelque peu inhabituelle dans la bouteille. Une sensation stimulante coulait de son nez jusqu’à sa gorge, bien qu’elle lui semblait aussi quelque peu douce.

« Est-ce… de l’alcool ? » C’était une denrée précieuse dans le village elfique, c’était donc la première fois que Néphy avait l’occasion d’en voir de près.

« Je dois trouver le repas parfait pour l’accompagner…, » Néphy avait décidé de demander à son amie Manuela quel genre de nourriture allait bien avec l’alcool quand elle en avait l’occasion. Pour l’instant, elle savait qu’il y avait toutes sortes de liqueurs. Et pour qu’elle puisse penser à des plats qui iraient bien avec, Néphy avait versé un peu de liquide de la bouteille sur son doigt afin d’en vérifier le goût.

« … Erk, ack… Argh…, » une sensation de brûlure dans sa gorge l’avait agressée avant qu’elle ne ressente le moindre goût. Il semble que cette liqueur ait un taux d’alcool particulièrement élevé. Même si elle avait à peine une goutte, elle subissait des vertiges.

Pour l’instant, je dois boucher la bouteille…, elle ne pouvait pas gâcher l’alcool que Zagan s’était donné du mal de rapporter en le renversant. Alors, alors qu’elle refermait la bouteille, Néphy avait réalisé quelque chose. Il ne restait que la moitié du contenu de la bouteille. En d’autres termes, Zagan en avait déjà eu une partie.

« La boisson inachevée de Maître Zagan… ? » murmura Néphy.

Alors, comment l’a-t-il bu ? Quand Zagan était revenu, il ne portait aucun objet tel un verre, alors il avait peut-être mis ses lèvres directement sur cette bouteille ? Le cœur de Néphy palpitait, sa tête était étourdie et son corps était chaud. Puis, spontanément, elle avait touché ses propres lèvres.

« … Ah ! Je me demande… à quoi je pense…, » secouant la tête, elle repoussa la bouteille. Mais si c’était juste un tout petit peu, cela ne serait-il pas bien si elle l’essuyait aussi après lui ?

Néphy peignit ses cheveux blancs comme neige, puis elle rapprocha le bout du flacon de son visage alors même que son corps tremblait de pensées immorales.

« Hein, Néphy ? Tu es toujours debout ? »

Néphy avait surgi en entendant la voix de Zagan venir de derrière elle. Et tandis qu’elle refermait en toute hâte la bouteille, il lui jeta un coup d’œil au visage.

« Hein… ? Est-ce que ça va ? Ton visage est vraiment rouge, tu sais ? » déclara Zagan.

« Awawa, ce n’est rien ! » s’exclama Néphy.

Elle était brûlante, et même si elle avait déjà dessoûlé, pendant un court moment, Néphy ne pouvait pas regarder directement le visage de Zagan.

Juste une gorgée

« Qu’est-ce que c’est… ça ? »

À l’aube. Foll pencha la tête sur le côté en regardant une bouteille laissée dans la cuisine. Néphy l’avait probablement mise là. Foll aidait Néphy dans la cuisine tous les jours, mais elle ne l’avait jamais remarqué jusqu’à maintenant. Et en l’ouvrant pour y jeter un coup d’œil, un parfum sucré, mais vif s’éleva jusqu’à son nez.

« … Ça sent bon. Un verre ? » murmura Foll.

La jeune Foll ne le savait pas, mais c’était un alcool fort qui pouvait rendre une personne ordinaire inconsciente avec un seul verre.

« Une gorgée devrait suffire…, » Foll tourna la tête et regarda autour d’elle, et après avoir confirmé qu’il n’y avait personne, elle essaya d’en verser dans un verre. Le liquide doré ressemblait à du miel, le rendant même doux à l’œil.

« Qu’est-ce que c’est… ? C’est incroyable… » Foll avait sorti la langue et prit une partie du liquide, trouvant que c’était une boisson inattendue et stimulante. La zone allant de sa gorge à sa poitrine devint chaude, et il semblait que tout son corps était stimulé. Et ainsi, le verre avait fini vide.

« Wôw…, » Foll avait involontairement émis un glapissement d’étonnement. Sa vision tremblait et tourbillonnait. Cependant, ce n’était étrangement pas une sensation désagréable. Au contraire, c’était si agréable qu’elle sentait qu’elle allait éclater de rire à tout moment.

« On dirait que c’est quelque chose… que Père aimerait bien, » Foll était soudain devenue triste quand elle avait prononcé ces mots sans le vouloir. Son père n’était plus là. Elle était devenue sorcière pour le venger, mais même cela ne suffisait pas à faire disparaître la tristesse qu’elle ressentait. Tandis qu’elle avait de telles pensées, Foll laissa le verre derrière elle et tituba hors de la cuisine. Et l’endroit vers lequel elle se dirigeait naturellement… était la salle du trône où le seigneur du château, Zagan, passait la plupart de son temps.

« … Hm ? De quoi as-tu besoin à cette heure-ci, Foll ? » demanda Zagan.

« Je ne peux pas dormir, » déclara Foll.

Elle n’avait pas pu dire qu’elle s’était sentie triste et qu’elle était venue le voir. Zagan avait laissé échapper un petit grognement en entendant sa réponse, mais ne l’avait pas repoussée. Et alors que Foll s’écrasait devant le trône, elle s’était appuyée sur les genoux de Zagan.

« Hé, cette odeur… Ce n’est pas possible… As-tu bu de l’alcool ? » demanda Zagan.

« De l’alcool ? Je viens de prendre du jus de fruits dans la cuisine, » déclara Foll.

« Du jus, tu dis… ? Haaah… C’était de la bonne liqueur, tu sais ? » Zagan caressa doucement la tête de Foll en disant cela, malgré son ton plutôt mélancolique. Et trouvant sa main agréable, les yeux de Foll se fermèrent naturellement.

« … Élever une fille, c’est beaucoup de travail, n’est-ce pas ? » Foll avait l’impression de l’entendre dire une telle chose, mais elle s’était déjà embarquée dans le pays des rêves.

La troisième victime

« Néphy… n’est pas là, hein ? » Chastille avait jeté un coup d’œil dans la cuisine pour demander où jeter les ordures, mais il n’y avait personne. Actuellement, en raison de certaines circonstances, elle vivait dans le château de Zagan.

« Elle est sortie ? Que faire… ? » déclara Chastille.

Le château était assez énorme. De plus, si Chastille se promenait, il y avait une forte probabilité qu’elle déclenche une sorte de piège, il lui était donc difficile de fouiller l’endroit.

« Alors, je n’ai pas d’autre choix. Je suppose que je vais attendre ici, » déclara Chastille.

Il était presque midi, alors il était sûr que Néphy reviendrait bientôt. Chastille remarqua alors un arôme dans l’air. En y regardant de plus près, elle avait vu une bouteille et un verre laissés sur la table. Il y avait aussi un peu de liquide à l’intérieur du verre, et sa couleur ressemblait à celle du miel.

« Liqueur… ? Je ne crois pas que Néphy boit, alors est-ce celui de Zagan ? » demanda Chastille.

Sans intention particulière, Chastille avait ramassé le verre. Ces derniers jours, elle n’avait vécu que des expériences horribles. Zagan était… Néphy la traitait toujours avec gentillesse, mais les cicatrices émotionnelles n’étaient pas faciles à cicatriser. C’est pourquoi Chastille s’était penchée en arrière et avait avalé le liquide qui restait dans le verre, ce qui ne pouvait pas être plus que suffisant pour remplir une cuillère.

« … Mmm, c’est vraiment génial ! » Ce n’était pas la première fois qu’elle avait quelque chose d’alcoolisé, mais elle n’avait jamais eu quelque chose d’aussi délicieux auparavant.

« Juste un peu plus, c’est bien, non ? » demanda Chastille.

La bouteille était encore pleine au tiers. Faisant un tour d’horizon de ce qui l’entourait, Chastille n’avait senti personne d’autre autour d’elle. Il n’y avait pas non plus de signes indiquant que quelqu’un lui faisait une farce.

« Peu importe, je vais en boire une autre gorgée ! » déclara Chastille.

Après avoir rempli le verre à moitié, elle l’avait bu. Après cela, une sensation de brûlure s’était propagée de sa gorge jusqu’à sa poitrine, et son corps s’était réchauffé.

« Hnnngh, ce satané Zagan, qui garde une boisson si savoureuse pour lui tout seul… Euh, hein, hein ? » La vision de Chastille commença à tourner en rond. Il semblait que c’était de l’alcool assez fort pour assommer une personne ordinaire avec un seul verre.

« Haaah... »

Le sol… est froid… Mon corps… ne bouge pas… Suis-je… en train de mourir ?

Alors que Chastille s’effondrait en larmes, elle entendit la voix paniquée de Zagan.

« Hey, merde, tu vas bien… ? Haaah, même toi, tu as fini par en boire ? » déclara Zagan.

Le corps de Chastille s’était raidi, pensant qu’il se fâcherait contre elle, mais son corps flotta doucement dans les airs. Zagan la portait dans ses bras. Elle avait fini par lui montrer une fois de plus son côté pathétique, mais Chastille était tout de même un peu heureuse de la tournure que les choses avaient prise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire