Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 4

***

Chapitre 4 : Comme les étoiles semblent sur le point de tomber, j’ai pensé que je pourrais essayer de danser un petit peu

***

Chapitre 4 : Comme les étoiles semblent sur le point de tomber, j’ai pensé que je pourrais essayer de danser un petit peu

Partie 1

Nephteros avait appris l’existence de cette fille il y a quelques mois. Son maître, Bifrons, la lui avait montré à travers une projection dans un cristal. Comme Nephteros servait sous les ordres de Bifrons depuis le moment où elle avait pris conscience, elle ne s’était jamais demandé à quelle race elle appartenait ni d’où elle venait. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle était fière de pouvoir servir un Archidémon, et que le fait d’être nécessaire à cet Archidémon lui apportait de la joie par-dessus tout. En entendant parler d’une fille ayant le même visage et la même race qu’elle, la curiosité de Nephteros fut piquée.

Cependant, cette fille était obligée de porter des vêtements comme des haillons, avait des chaînes autour de ses pieds et était traitée comme une esclave. Regarder une fille avec le même visage qu’elle traverser une telle souffrance lui avait serré le cœur.

Je veux la sauver, c’est pourquoi elle l’a vivement souhaité à elle-même.

Y a-t-il un moyen de... Je peux faire en sorte que cette fille serve aussi le Maître Bifrons ? Si c’était possible, plutôt que de laisser quelqu’un d’autre le faire, elle voulait elle-même aller sauver cette fille. Elle avait un pouvoir qui lui avait été donné par un Archidémon, après tout. Et après ça, en tant qu’aînée, Nephteros lui enseignait toutes sortes de choses. Oui, elle était sûre que ça se passerait comme ça. Cependant...

« Regarde, Nephteros. C’est une elfe parfaite, comme celles que je cherchais. Avec cela, je serai en mesure d’amener mes recherches sur la mystique céleste à un niveau supérieur, » déclara Bifrons.

Nephteros était incapable de comprendre le sens de ces mots. Si cette fille était la haute elfe que son maître désirait... Alors, qu’est-ce que je suis... ?

Une sombre rancune commença à se développer au sein de Nephteros. Toute la sympathie et l’affinité qu’elle ressentait pour cette fille s’étaient transformées en une haine ardente. Et peut-être grâce à la chance, cette fille avait fini par ne pas entrer au service de Bifrons.

Son village avait été attaqué par des humains, et on ne savait plus où elle se trouvait. Il était malheureux que Nephteros n’ait pas pu voir ses derniers instants, mais elle pensait que cela avait bien servi cette fille. Bifrons poursuivait la jeune fille, mais il semblait qu’un autre Archidémon s’en soit mêlé, et Bifrons n’arrivait pas à saisir sa position.

Dans ce cas, il était tout naturel pour Bifrons de chérir davantage Nephteros que la fille qu’on ne pouvait obtenir. Et Nephteros croyait que ses jours paisibles, qui avaient été perturbés, étaient enfin revenus à la normale.

Et pourtant, elle a survécu. Il semblait qu’un autre Archidémon l’avait ramassée et qu’elle était maintenant capable de faire un visage si heureux que sa misérable silhouette antérieure semblait être une fantaisie. En regardant cela, Bifrons avait émis une voix pleine de vexations du fond de son cœur.

« Comme c’est décevant. L’arracher à un collègue Archidémon est beaucoup trop risqué, même si c’est un nouveau venu, » déclara Bifrons.

Normalement, elle était incapable de dire ce que pensait son maître, mais à ce moment-là, Bifrons poussait un profond soupir. Tant que cette fille était en vie, l’envie de son maître ne disparaissait pas. Et Nephteros ne serait jamais la préférée de son maître.

C’était impardonnable.

C’est pourquoi, quand Bifrons lui avait dit qu’il était correct de contacter cette fille, Nephteros avait eu envie de danser avec plaisir. Bifrons ne lui avait jamais dit de ne pas poser la main sur cette fille. Tant qu’elle ne la tuait pas, Bifrons ne se plaindrait sûrement pas.

Si je la frappe à fond, Maître Bifrons va sûrement perdre tout intérêt pour elle. Elle prouverait que celle dont son maître avait le plus besoin n’était pas cette fille. Cependant, Nephteros n’avait pas pu la vaincre. Non, oubliez le fait de la vaincre, Nephteros avait été submergée contre quelqu’un qui se retenait à cause de l’endroit où ils se battaient.

C’est alors qu’elle s’était rendu compte que la jeune fille utilisait le pouvoir que son maître désirait. Et alors qu’elle se sentait devenir folle à cause de l’injustice de tout cela, son maître comptait à nouveau sur elle.

« J’ai imaginé un spectacle amusant. Tu peux afficher ton pouvoir à ta pleine puissance ! » déclara Bifrons.

À ce moment-là, Nephteros décida qu’elle ne perdrait plus jamais.

***

Partie 2

Quelque chose avait commencé à tourbillonner entre Zagan et Bifrons, venant du centre de leurs Emblèmes de l’Archidémon.

C’était un monde de ténèbres sans lumière. C’était un tourbillon de mana qui surpassait de loin la chimère démoniaque que Marchosias avait laissée derrière lui, ou même le démon que Barbatos avait appelé. Cela débordait venant des profondeurs du lac et avait englouti le navire.

« Aahahahaha! C’est incroyable ! Quand il s’agit de la quantité de mana, cela ne dépasse-t-il pas les treize Archidémons ? Ahahahahahaha ! AHAHAHAHAHA ! » s’exclama Bifrons d’un rire fou.

« Bifrons ! Es-tu complètement dingue ? Prévois-tu de ranimer le Seigneur Démon !? » demanda Zagan.

Et en réponse au rugissement furieux de Zagan, Bifrons se mit à rire.

« Ce n’est pas possible ! Tu ne peux pas appeler ça le Seigneur Démon. Tout au plus, ce n’est qu’un fragment, rien de plus que ses pensées résiduelles. Et il s’est simplement réveillé en réagissant aux Emblèmes de l’Archidémon. »

Un simple résidu possède autant de pouvoir ? Es-tu en train de dire qu’un tel monstre a existé ?

C’était vraiment une existence semblable à celle d’un dieu. C’était un pouvoir à un autre niveau. Un homme ne pourrait jamais espérer l’atteindre.

En peu de temps, le vortex du mana avait pris de la masse et s’était matérialisé. En regardant cela se dérouler, Zagan avait involontairement fait entendre une voix dégoûtée.

« Qu’est-ce... c’est... ? » demanda Zagan.

C’était de la « boue ». Sans sa forme claire, qui ressemblait à une effigie, il était impossible de ressentir quoi que ce soit d’humain en elle. C’était comme si la malice elle-même s’était concentrée sous une forme visible, se transformant en un amas répugnant de boue sale.

C’est énorme...

Sa source était un amas massif de mana. Même si la quantité de masses boueuses étaient assez grosses pour recouvrir tout le bateau, elles continuaient à gonfler. Cependant, le fait qu’elle possédait une masse signifiait que la gravité avait aussi un effet sur elle. C’était ainsi que la boue enflée était tombée à la surface du lac, faisant jaillir une colonne d’eau dans l’air.

Pendant que le navire secouait violemment, les interprètes squelettiques de la troupe musicale avaient été jetés hors du pont, mais pas les sorciers qui s’étaient tous mis en sécurité en utilisant la sorcellerie. Quant à Chastille, Raphaël et les autres, ils s’accrochaient sur le pont et avaient échappé à la chute.

Et puis vint le silence. Juste au moment où ils pensaient qu’il était sur le point de lancer une attaque, la boue n’avait fait que flotter.

« ... Hein ? »

Cela semblait également inattendu pour Bifrons, qui avait fait entendre une voix idiote.

Non, le mana lui-même gonfle encore plus. De plus, cette boue n’aurait pas dû être une créature vivante ou quoi que ce soit d’autre. Zagan ne croyait pas qu’il allait arrêter ce qu’il faisait parce qu’il touchait l’eau. Le problème, c’est qu’ils n’avaient aucune idée de ce que faisait la boue. Cela ne s’appliquait pas non plus seulement au groupe de Zagan. En fait, tous les sorciers à bord retenaient leur souffle en observant avec vigilance la surface de l’eau.

Et alors que la trotteuse de l’horloge avait fait un tour complet et que l’aiguille des heures s’était glissée un peu plus loin, rien ne s’était passé. L’un des sorciers s’essuya alors le front, laissant échapper un rire soudain.

« Hah. Il ne se passe rien. »

Et à ce moment précis...

« Gaaah ! »

Ce même sorcier avait poussé un cri étouffé. En le regardant, tout le monde avait vu un unique pieu qui sortait du pont.

Non, ce n’est pas un pieu ! Zagan pouvait sentir la chair de poule sur sa peau.

« Faites attention ! Il a déjà mis la main sur le vaisseau ! » cria Zagan.

Le pieu était en vérité de la boue qui s’était infiltrée dans le bateau. Il se faufilait tranquillement à travers le navire, imitant l’effet de l’absorption d’eau par le coton.

À ce rythme, si quelqu’un se trouve à l’intérieur du vaisseau..., ils seraient impuissants. Il était probable qu’il n’y avait plus aucun survivant à bord du navire, bien qu’il semblait que le sorcier sur le pont qui avait été attaqué était toujours en vie.

« Gah, argh, s-sauvez... moi... »

Le sorcier gargouillait en criant comme s’il se noyait, mais peu de temps après, une boue noire s’écoulait de tous les orifices de son corps, et il s’était effondré. Néphy avait dégluti, et Chastille serra les dents comme si elle ne pouvait pas retenir son envie de vomir.

A-t-il... été mangé ? C’était complètement différent de la façon dont Zagan « mangeait » la sorcellerie. Le corps du sorcier fondait de l’intérieur et avait été avalé en entier. Après avoir vu cette scène atroce se dérouler, la peur commença à se répandre même parmi les sorciers.

« Argh, ô foudre, brûlez-les en cendres ! »

« Venez, ô flammes pourpres. »

Les sorciers avaient lancé des attaques de feu et d’éclairs, mais tout ce que cela avait fait, c’est brûler la surface extérieure de la boue.

Non, est-ce que cela absorbe la sorcellerie ? La boue avait grossi au fur et à mesure qu’elle prenait de plus en plus de coups.

« N’attaquez pas ! Elle absorbe tout, c’est tout ! » cria Zagan, ce qui fit que les sorciers arrêtèrent immédiatement leurs attaques. C’étaient les sorciers qui détenaient assez de pouvoir pour être invités au bal du soir d’un Archidémon. Incapables de trouver un moyen d’attaque, ils s’étaient rapidement éloignés du pont. La sorcellerie qui permettait de voler n’était pas du tout rare, après tout.

Zagan s’échappa également dans le ciel avec Néphy et Chastille dans les bras, tandis que Foll faisait pousser ses ailes de dragon et soutenait Raphaël alors qu’elle s’éloignait du pont.

« A-Attendez, mon Épée Sacrée est toujours rangée sur le bateau, » cria Chastille, pâle au visage.

« Comme si c’était le moment de s’inquiéter pour ça ! » déclara Zagan.

Peu importait l’endroit où elle était rangée, l’intérieur du navire avait déjà été englouti par la boue. Les sorciers qui s’étaient échappés du navire avaient alors commencé à continuer et à fuir, mais...

« Argh, c’est quoi ce bordel ? »

Soudain, comme obstrués par un mur invisible, les sorciers furent repoussés à proximité du navire.

« Ahahahahaa, le spectacle ne fait que commencer, vous savez ? Ne soyez pas timide et ne partez pas sans même regarder l’événement principal. »

C’était Bifrons. Il semblait que l’Archidémon avait érigé une sorte de barrière pour empêcher les autres sorciers de s’échapper.

Si c’est de la sorcellerie, alors ça marchera de toute façon..., Zagan serra le poing et Bifrons leva l’index comme s’il anticipait ses actions.

« Oh non, c’est mieux pour toi de t’arrêter là, Zagan. Penses-tu pouvoir briser ma barrière dans un espace truffé de sorcellerie ? Tout le monde va tomber la tête la première dans l’eau si tu essayes ! » déclara Bifrons.

« Tch... »

La barrière de Bifrons était répulsive et prenait une forme qui enveloppait toute la sorcellerie invoquée en elle. Il aurait peut-être été juste de l’appeler parasitaire. Tant que quelqu’un utilisait la sorcellerie, la barrière ne serait pas défaite. Et si Zagan la détruisait, alors toute la sorcellerie qu’elle aurait capturée serait aussi brisée.

Et puis, la boue sur le lac s’était répandue.

« Ce fou furieux... »

C’est Gremory qui avait parlé avec tant de mépris. Kimaris était aussi juste à côté d’elle. Si c’était eux, ils seraient probablement capables de franchir la barrière de l’Archidémon, mais...

À ce moment-là, un cri aigu avait retenti dans l’air.

« Eeek, quelqu’un... quelqu’un ! »

Pendant que la boue se glissait sur le pont, une personne avait été laissée derrière.

« Cette femme est... » Néphy avait pâli.

Celle qui avait été laissée derrière était la sirène de la troupe musicale. Ce n’était pas une sorcière ou un truc dans le genre. Et il semble aussi que les squelettes qui composaient la troupe musicale étaient déjà mangés ou qu’ils soient tombés dans le lac. Il ne restait plus que des instruments lamentablement éparpillés partout.

Sans aucun mode de flottement dans l’air, le lac s’était déjà transformé en territoire pour la boue. Et, comme si elle jouait avec la fille qui n’avait nulle part où courir, la boue se glissait dans son environnement.

« Néphy, tu sais voler ? » demanda Zagan.

« ... Oui, oui ! » Néphy avait appris les bases de la sorcellerie. Elle ne pouvait pas voler librement dans le ciel, mais elle était au moins capable de flotter sur place. Ainsi, après lui avoir confié Chastille, Zagan descendit sur le pont.

Un cri strident retentit.

« NOOOOOOOOOOOOOOONNN! »

« ... Ferme-la. Si tu es une chanteuse, chante une chanson ou quelque chose du genre..., » Zagan agrippa la nuque de la sirène et lança son poing sur le pont. Il avait empilé son propre mana dans la frappe en plus de celle qu’il avait gagnée en dévorant la sorcellerie de Bifrons plus tôt. Quand il s’agissait de puissance destructrice simple, il était peu probable que même tous les sorciers présents n’aient pas pu le surpasser avec leur puissance combinée. C’était un coup de marteau qui pouvait transformer un petit village en cratère. Oubliez le pont, le navire lui-même avait été brisé en deux, et l’onde de choc avait également soufflé la boue.

Même s’il peut absorber la sorcellerie, il ne peut probablement pas manger une onde de choc physique. Comme prévu, Zagan avait réussi à repousser la boue.

« Tch — » Zagan claqua brusquement sa langue. Un fragment de la boue s’était fixé au poing que Zagan avait enfoncé dans le pont. Même quand il avait essayé de le secouer ou de l’essuyer, elle avait continué à aspirer le mana de Zagan et avait commencé à s’étendre.

A-t-il l’intention d’aller jusqu’au Sceau de l’Archidémon ?

S’il s’agissait d’un vestige du Seigneur Démon, il était naturel qu’il ait été attiré par l’Emblème de l’Archidémon, qui était un vestige encore plus grand. Et il ne s’arrêtait pas seulement à son poing, car la boue commençait même à remonter le long du bras de Zagan.

« Mon seigneur ! » Raphaël s’était jeté derrière lui pendant que Zagan grognait. Puis, il avait mis son bras artificiel dans sa main droite.

« Répondez à mon appel — Épée Sacrée Metatron ! » Raphaël appela son Épée Sacrée en la tirant de son bras artificiel. Le bal du soir d’un Archidémon ne pouvait pas rester paisible, et ils le savaient tous. C’est pourquoi Zagan avait transformé le bras artificiel de Raphaël en un fourreau pouvant contenir son Épée Sacrée. En principe, c’était le même genre de sorcellerie que Barbatos utilisait pour sauter entre les zones.

L’Épée Sacrée était déjà enveloppée dans les flammes de la purification, et les flammes avaient brûlé la boue avec le bras de Zagan.

« Ghhhh... » Zagan avait poussé un gémissement de douleur. Malgré tout, il avait réussi à enlever la boue qui s’enroulait autour de son bras. Malheureusement, il s’était retrouvé avec de graves brûlures à sa place. Et tout en protégeant le dos de Zagan, Raphaël avait aboyé des excuses.

« Pardonne-moi mon insolence ! » déclara Raphaël.

« Non, ce n’est pas grave. Tu m’as sauvé, » déclara Zagan.

Honnêtement, la situation était très dangereuse. Sans ce majordome loyal qui l’avait brûlé, Zagan aurait probablement dû amputer sa main droite ou quelque chose comme ça. C’était une chance que ça se termine avec de simples brûlures.

Cependant, c’était peut-être une erreur de révéler l’Épée Sacrée. Les sorciers qui s’étaient échappés en l’air avaient commencé à élever des voix suspectes.

« Hé, n’est-ce pas une Épée Sacrée ? »

« Pourquoi l’Apparition peut-elle utiliser une Épée Sacrée ? »

« C’est juste un espion de l’Église, ou quoi ? »

Celui qui l’avait suggéré, c’était Archidémon Bifrons. Si un Archidémon était en possession d’une Épée Sacrée, il était normal de soupçonner qu’il était impliqué avec l’Église. Il n’y avait probablement plus aucun sens à garder le déguisement de Valefor, alors Raphaël avait procédé à l’enlèvement de son casque. Et en voyant son visage exposé, les sorciers devinrent tous pâles.

« C’est le chasseur de sorciers, Raphaël ! Putain, il est vivant !? »

Tandis que les sorciers élevaient la voix avec perplexité, Raphaël se retourna vers eux en hurlant.

« J’ai mis de côté ce nom. Maintenant, je ne suis plus que l’épée de l’Archidémon Zagan. »

Jusqu’où la voix de Raphaël est-elle parvenue exactement ? Pour l’instant, il n’y avait pas assez d’hostilité pointée sur lui, donc il était sûr qu’il ne serait pas attaqué par-derrière, mais ils ne lui faisaient probablement pas non plus confiance. Les sorciers reculèrent tous, comme s’ils s’exclamaient qu’ils ne voulaient rien avoir à faire avec lui. Zagan pouvait dire qu’ils ne coopéreraient pas avec lui, quelle que soit la situation.

***

Partie 3

Je suppose que c’est bien qu’ils ne soient pas hostiles.

C’était probablement le résultat de ses efforts pour leur faire craindre un Archidémon. Il était reconnaissant que ses ennemis ne se multiplient pas davantage. Incidemment, la jeune sirène avait perdu conscience par imprudence.

Ce bagage est sur le chemin...

De plus, même s’il l’avait emportée, ce n’était pas comme si la boue avait disparu. Au lieu de cela, il s’infiltrait une fois de plus le long de la coque du navire, se rapprochant de Zagan.

« Raphaël réduit la boue en cendres, » ordonna Zagan.

« Comme tu le souhaites, » déclara Raphaël.

Contester cette boue avec ses poings était un mauvais plan. Même si Zagan l’avait soufflé avec l’onde de choc, le simple fait d’en toucher une goutte pourrait causer d’énormes problèmes. L’Épée Sacrée de Raphaël avait une meilleure correspondance.

Aux ordres de Zagan, Raphaël déclencha les flammes de la purification. Et la boue, qui n’avait même pas été brisée par l’onde de choc du poing de Zagan, avait brûlé dans le néant en un clin d’œil. Cependant, la partie de la boue à côté de ce qui avait été brûlé avait augmenté en masse.

Même s’il peut le retenir, il est impossible de l’exterminer complètement...

Si les douze Épées Sacrées avaient été rassemblées, il aurait été possible de faire quelque chose, mais Raphaël ne pouvait pas tout repousser par ses propres moyens.

Zagan était progressivement acculé au sommet du navire en train de couler. Et après avoir allongé la sirène sur le pont, Zagan avait tissé de la sorcellerie dans son poing.

Le Phosphore du Ciel devrait fonctionner sur cette chose, mais... Le volume des boues avait déjà dépassé celui du navire. De plus, cette sorcellerie était encore incomplète. Alors, quelle quantité d’énergie Zagan pourrait-il utiliser ?

Et juste au moment où il avait l’intention de frapper... une voix claire s’était fait entendre.

« [Tu es celui qui brille comme les étoiles. Celui qui épouse l’équilibre et arbitre le bien et le mal.] »

C’était semblable à la voix de Néphy... Mais ce n’est pas Néphy.

Pris par cela, Zagan leva les yeux vers le ciel et aperçut Nephteros chanter. Sa voix était claire et fluide. C’était comme si elle était quelqu’un de tout à fait différent de la personne qui montrait de l’hostilité envers Néphy tout à l’heure. En fait, sa silhouette semblait même sublime.

Oui, c’était une chanson. Ce n’était pas un rituel pour faire naître la sorcellerie ou quoi que ce soit d’autre de ce genre. Pour une personne ordinaire, c’était comme une sorte de prière, un chant de prière. Il s’agissait de mots dont la structure était évidemment différente de celle des mots utilisés pour la sorcellerie.

Et cette chanson commença à tisser ensemble une grande puissance qui n’était même pas surpassée par le mana de la boue.

À chaque verset qu’elle tissait, des lumières comme des lucioles débordaient et s’enroulaient autour de son corps dans une danse endiablée. Et cette lumière apparut comme de la poussière d’étoiles sur le voile des ténèbres.

« [Quoi qu’il en soit, l’équilibre est rompu. L’ordre est perdu, et la terre est teinte dans le sang. Cela mérite donc d’être puni. La vengeance est apportée par le marteau qui brise tout péché.] »

La lumière semblable à de la poussière d’étoiles avait changé de direction et avait commencé à plonger vers la boue. La boue qui ne se détacherait pas du feu, de la foudre ou même du poing de Zagan disparaissait maintenant comme si elle se dissolvait. Elle ressemblait en quelque sorte à la flamme de purification de Raphaël, mais sa puissance surpassait de loin la sienne.

Mais quel est cet écho qui sonne comme du chagrin... ? Même si une telle quantité terrifiante de pouvoir était tissée ensemble, le simple fait d’écouter la chanson elle-même faisait serrer la poitrine de Zagan, comme s’il avait été vaincu par la triste mélodie. Et puis il avait réalisé la vérité...

Les... émotions de Nephteros sont-elles transmises par la chanson ? Il n’avait rien sur quoi fonder sa théorie. Cependant, pour une raison ou une autre, en écoutant cette voix, il se souvient de l’image du profil de Néphy lorsqu’il lui avait fait du mal.

« Non... Ce n’est pas Néphy, » murmura-t-il.

C’était Néphy à l’époque où elle était encore opprimée, ainsi que la silhouette de la jeune fille qui ressentait une douleur dans sa poitrine en la regardant. Même si elle voulait la sauver, elle avait fini par perdre sa place dans le monde à cause de cette même fille. Les souvenirs de cette fille pitoyable étaient transmis par sa chanson.

Pourquoi ces souvenirs affluent-ils en moi... ? Tandis qu’il regardait autour de lui, Raphaël secoua la tête à côté de lui avec une expression déconcertée sur son visage. Il semblait que les souvenirs ne se déversaient pas seulement dans Zagan, mais dans tous ceux qui écoutaient la chanson. Et peut-être n’ayant pas réalisé cela, Bifrons s’était mis à rire. Et la main de Bifrons s’agrippait à un verre rempli de vin qu’il avait reçu de Dieu sait où.

« Qu’est-ce que tu en dis ? Tu ne trouves pas que c’est beau ? C’est quelque chose dont seuls les hauts elfes sont capables. C’est la lumière du mysticisme céleste, une puissance des dieux qui peut même détruire le Seigneur Démon. »

Enivré par les résultats de ses propres recherches, Bifrons avait porté un toast pour célébrer. Et puis, alors même que cela se passait, la chanson de Nephteros approchait de sa fin.

« [Les lumières des cieux sont toutes des étoiles. Tout cela brille au loin et s’enflamme dans une conflagration. Sans compassion, sans chagrin, il ne fait que juger et semer la destruction.] C’est la prière du châtiment — Asteri Ekrixis ! »

Des particules de lumière débordaient du corps de Nephteros, et comme une pluie de météorites, elles pleuvaient toutes sans cesse sur la boue. C’était une lumière de destruction qui avait percé la boue et l’avait brûlée de l’intérieur.

« C’est... le mysticisme céleste... »

C’est ce que Bifrons avait passé trois cents ans à ressusciter, un pouvoir des dieux qui avait été accordé aux hauts elfes tels que Nephteros. La lumière des étoiles brûlantes convergeait sur la boue et prenait de l’ampleur.

Est-ce qu’elle va exploser ? Si tant de mana avait été converti en une force destructrice, alors même le lac entier aurait pu être emporté par le vent.

« Tch, on recule, Raphaël ! » Zagan avait porté Raphaël et la sirène et s’était échappé vers le ciel, puis s’était mis en garde de manière à protéger Néphy et les autres. Cependant, la destruction que Zagan attendait n’avait pas eu lieu.

« Hein... ? »

Qui avait fait entendre cette voix ? La lumière qui gonflait... avait soudain disparu. Et avec un goutte-à-goutte, des gouttelettes rouges coulaient sur son visage.

« Qu-Quoi... ? »

Les gouttelettes rouges traînaient le long du corps de Nephteros et tombaient d’elle. Sa peau sombre était teinte en cramoisi, et elles coulaient comme des larmes de sa bouche et de ses yeux. La vue était choquante, mais celle qui semblait la plus confuse était Nephteros elle-même.

« Du sang... ? »

Zagan s’était rendu compte qu’il était trop tard, alors que Nephteros s’effondrait avec la lune dans son dos. À ce moment-là, il avait l’impression de voir dans les yeux dorés de la jeune fille à la fois l’étonnement et le désespoir.

« Ah... » Grinça Néphy, les mains tendues, dans une faible tentative de la rattraper. Cependant, ses mains n’arrivaient tout simplement pas à l’atteindre.

La fille s’était écrasée sur le navire en train de couler. Et peu à peu, une tache rouge s’était étalée sur le pont incliné. Comme le rideau était tombé trop soudainement, Bifrons poussa un soupir résigné.

« Dommage, on dirait qu’il y avait trop de mana, et ça ne pouvait pas s’installer dans son corps..., » la voix de Bifrons n’avait aucune sympathie ou pitié pour Nephteros. Malgré cela, Nephteros était toujours en vie. Pendant que ses cheveux d’argent étaient teints en rouge, elle leva sincèrement le visage.

« Mai... tre... Bi… frons…, » Nephteros tendit la main vers son maître, l’implorant de l’aider, mais Bifrons secoua simplement la tête comme si elle n’entrait même pas dans le champ de vision de l’Archidémon.

« Je me suis donné tant de mal pour placer ça en toi... Encore un échec, hein ? » déclara Bifrons.

« Gh ! » Le visage de Nephteros s’était tordu de désespoir en entendant ça. Et puis, la boue qui s’était brisée avait commencé à se tortiller vers elle.

« Hé ! Elle va se faire manger ! »

« Quoi qu’il arrive, ça arrive. Si nous nous en approchons un peu plus, cela pourrait dévorer nos Sceaux de l’Archidémon cette fois-ci, et si cela se produit, même les Archidémons ne seront pas capables de faire face, » déclara Bifrons.

Elle avait été abandonnée. Alors que Bifrons faisait ce choix, Nephteros gémissait.

« Non... moyen... Maître... Bi... frons... Ah... Aaaaaaaah ! » Le corps de Nephteros avait été avalé jusqu’à la taille par la boue. Face à cela, Bifrons poussa un soupir, comme si la vue l’ennuyait.

« Écoute, si elle a été avalée en si grande quantité, alors c’est déjà inutile. Même les flammes de l’Épée Sacrée ne peuvent pas brûler la boue. Eh bien, je suppose que la plus grande moisson aujourd’hui a été de saisir la vraie force de l’Épée Sacrée, hein ? Ahahahah, » déclara Bifrons.

Zagan avait grogné. Il avait finalement compris. Il se demandait quel amusement il pouvait y avoir à organiser quelque chose comme un bal du soir, mais Bifrons l’avait fait avec un but précis en tête. Le choix du lieu, l’invitation de Zagan, l’accompagnement de Néphy et Chastille... Ils étaient tous nécessaires pour tester la puissance de ce Seigneur Démon et le mysticisme céleste. Et, comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre, Bifrons avait souri à Nephteros.

« À plus, Nephteros. Tu n’étais qu’une ratée, mais je ne suis pas déçu, tu sais ? Après tout, la recherche est bâtie sur une montagne d’échecs. La prochaine fois, je le ferai mieux, d’accord ? » déclara Bifrons.

À ce moment-là, Zagan avait vu le genre de visage que l’on faisait quand on était vraiment jeté dans les profondeurs du désespoir. Ceux qui ne connaissaient rien de l’espoir ne pouvaient pas connaître le désespoir. Quand Zagan avait rencontré Néphy pour la première fois, elle n’avait aucun espoir. C’est probablement pour cela que le désespoir ne l’avait jamais accompagnée.

Toute lumière avait disparu des yeux de Nephteros, et puis même ses yeux avaient été engloutis par la boue. Et avec ce mouvement, tout ce qui restait, c’était le bruit de quelque chose qui était écrasé. Après s’en être assuré, Bifrons s’était retourné pour faire face à Zagan.

« Il est temps que je rentre chez moi. Oh oui, cette boue là-bas est quelque chose comme un fantôme qui ne réagit qu’au mana du sceau, donc même si tu n’y prêtes pas attention, elle devrait disparaître d’elle-même d’ici le matin, » déclara Bifrons.

Après l’avoir transmis, la silhouette de Bifrons s’était transformée en poussière et avait commencé à disparaître. Bifrons semblait utiliser la sorcellerie pour se téléporter.

En regardant cela, les autres sorciers avaient également essayé de s’enfuir, mais la barrière de Bifrons n’avait pas encore été levée. Ils avaient donc été une fois de plus repoussés.

« Ne vous foutez pas de nous, Archidémon ! Défaites votre barrière ! Laissez-nous partir ! »

« Aaah, le souvenir d’un échec est-il quelque chose qui disparaît, je me le demande ? Cela me blesserait si on m’appelait l’échec d’Archidémon, et je veux aussi fournir de la compagnie à la pauvre Nephteros. Ahahahahaaaa, » déclara Bifrons.

Bifrons avait dit que la boue disparaîtrait d’ici le matin, mais y avait-il des sorciers qui pourraient même survivre jusque-là ? Tandis qu’il regardait les actions d’un Archidémon aussi répugnant, Zagan avait senti son sang se refroidir. Et puis, il murmura quelque chose.

« ... Je n’aime pas ça. »

« Tu n’aimes pas quoi ? Cela semble peu probable, mais tu n’allais pas dire quelque chose de cliché, comme : tu ne peux pas me pardonner de ne pas avoir sauvé cet échec, n’est-ce pas ? » demanda Bifrons.

Bifrons avait dû le deviner. Cependant, les sorciers étaient des créatures purement diaboliques sans aucun sens de la compassion, de sorte que les sentiments de Zagan étaient bizarres. Mais malgré cela, Zagan avait continué à montrer son mépris.

« Je vais à tous les coups... te frapper ! » proclama Zagan. Bifrons cligna des yeux avant d’éclater de rire.

« Ahahahaaaa, c’est bien ! De toute façon, j’ai hâte que tu viennes me frapper. Eh bien, si tu survis et sors d’ici, » déclara Bifrons.

La silhouette de Bifrons s’était évanouie dans les airs avec ce rire grinçant. Et puis, tout ce qui restait, c’était une situation mortelle sans espoir d’évasion en vue.

***

Partie 4

La boue qui avait englouti Nephteros avait commencé à changer de forme.

Cela prend la forme d’une personne... ? Elle reproduisait la forme d’une femme, qui semble avoir absorbé le désespoir de la jeune fille. Et ses oreilles étaient effilées et en pointe comme celle d’un elfe. Cependant, elle était terriblement grande. Tout ce qui sortait de la surface de l’eau, c’était le haut de son corps, mais sa carrure était si grande que l’épave du navire ressemblait à un jouet par rapport à lui.

« Maître Zagan..., » Néphy serra étroitement l’ourlet de la robe de Zagan pendant qu’elle regardait. Se mordant la lèvre, elle l’interpella d’une voix tremblante : « Je sais bien que c’est déraisonnable, mais il y a quelque chose que je voudrais vous demander. »

« ... Qu’est-ce que c’est ? Je t’en prie, parle, » déclara Zagan.

« Puis-je vous demander... de sauver cette fille... de sauver Nephteros, je me demande ? » répondit Néphy, les larmes aux yeux.

« Néphy, n’as-tu pas vécu quelque chose d’horrible à cause de cette fille ? » interrogea Zagan alors que son front se plissait.

Tout d’abord, on pouvait se demander si elle était encore en vie. Et si, pour le bien de la discussion, son ego était encore intact, il n’était pas sûr de pouvoir la libérer. Mais par-dessus tout, la sorcellerie n’avait pas fonctionné sur cette boue. Même si elle aurait dû comprendre tout cela, Néphy avait continué à parler en se tenant la poitrine.

« La chanson de cette fille... était extrêmement belle. C’était très clair... et fluide... Si elle pouvait chanter d’une telle voix, alors peut-être que cette fille est quelqu’un au cœur pur ? » déclara Néphy.

Tout à l’heure, Zagan croyait que les souvenirs de Nephteros étaient ce qui coulait en eux avec sa chanson. Et Néphy avait sûrement vu la même chose.

« Être transformé en une telle forme après tout cela est... triste. Elle a aussi l’air de pleurer..., » Néphy continua à parler maladroitement, comme si elle cherchait ses mots. « Cette fille... est la même chose que moi. J’ai été sauvée par vous, donc cette fille ne pouvait pas le faire. Celle qu’elle n’a pas pu sauver... c’était moi. C’est pourquoi..., » déclara Néphy.

« C’est assez. J’ai compris ! » déclara Zagan en passant sa main dans les cheveux de Néphy.

Cependant, même ainsi, Zagan ne pouvait que secouer la tête.

« Je comprends tes sentiments, Néphy, mais je ne peux rien y faire tout seul, » déclara Zagan.

Il avait failli être avalé en entier quand il l’avait attaquée avec son poing. Le Phosphore du Ciel pouvait peut-être fonctionner, mais il n’avait aucun moyen de savoir s’il pouvait brûler quelque chose de cette taille en un seul coup. Peut-être que s’il utilisait le Sceau de l’Archidémon, il pourra faire quelque chose, mais il n’avait aucune idée de ce qui arriverait s’il utilisait le sceau devant un reste du Seigneur Démon.

En d’autres termes, rien ne pouvait être fait avec le pouvoir de Zagan.

« Toutes mes... excuses. J’ai demandé quelque chose de déraisonnable, » déclara Néphy alors que ses oreilles tombaient.

« Cependant..., » Zagan continua à parler, empêchant Néphy de dire quoi que ce soit d’autre, et continua. « Raphaël, ton Épée Sacrée devrait fonctionner dans une certaine mesure, non ? »

Tandis qu’il tournait son regard vers lui, Raphaël, qui ne portait plus de casque, hocha la tête avec loyauté.

« Je crois que oui. Si mon seigneur l’ordonne, j’irais faire face à ça, » déclara-t-il.

« Hmm..., » Zagan avait tourné son regard vers Foll après ça.

« Foll, ton souffle peut-il brûler cette boue ? » demanda Zagan.

« ... Je ne peux pas le dire sans essayer, mais probablement. Ce n’est pas de la sorcellerie, après tout, » répondit Foll.

Après ça, Zagan avait regardé vers Chastille.

« Chastille, n’est-ce pas l’occasion rêvée de te mettre les sorciers redevables envers toi ? » demanda Zagan.

« Je-Je n’ais pas besoin d’une raison pour protéger les autres ! Mais mon épée est..., » l’expression de Chastille s’était assombrie en s’accrochant à Néphy. Zagan avait ensuite laissé sortir un grognement avec un « Hmph ».

« Barbatos. Tu l’as suivie, n’est-ce pas ? L’Épée Sacrée a intérêt à être en sécurité, » déclara Zagan.

« Hein... ? » Chastille exprima une voix désorientée alors qu’un visage lugubre avait surgi de l’ombre formée par sa robe.

« Je te l’ai dit, je ne suis pas un homme à tout faire, as-tu compris ? » demanda Barbatos.

« Eeek, tu... D’où croyez-vous que vous sortez !? » s’écria Chastille.

C’était comme s’il était sorti des trous dans sa robe. Et Chastille était devenue rouge vif en serrant sa jupe.

Wôw, il est arrivé comme je le pensais, hein ? L’homme n’était pas un sorcier avec assez de manières pour se taire après avoir été ignoré par un Archidémon. Et heureusement, alors que Barbatos se révéla en entier, il portait en fait une Épée Sacrée.

« Tenez. »

« ... D-Depuis combien de temps rôdez-vous dans ma robe ? » Chastille était sur le point de s’évanouir quand elle avait saisi son Épée Sacrée. Barbatos la regarda alors d’un air soupçonneux avant de répondre.

 

 

« N’est-ce pas évident ? J’étais là dès le début ! Ah, ne t’inquiète pas. Je ne m’intéresse à personne de plus jeune que moi, alors... Oh ! » déclara Barbatos.

Réduite en larmes, Chastille avait giflé Barbatos sur la joue.

« Espèce de salope... » cria Barbatos.

« La ferme, Barbatos. C’était de ta faute, » déclara Zagan.

Ensuite, Zagan s’était finalement tourné vers Néphy.

« Maintenant, Néphy. On dirait qu’ils vont donner un coup de main. Et toi, qu’en penses-tu ? Es-tu vraiment prête à te battre pour le bien de celle qui t’a blessée ? » demanda Zagan.

« Oui ! » dit Néphy, ses yeux azur scintillaient en faisant un signe de tête clair.

Zagan avait remis à Néphy la sirène qu’il portait depuis le début. Il ne serait pas capable de se battre avec de tels bagages.

Après ça, il s’était tourné vers Barbatos.

« Barbatos, je te laisse les prérogatives pour Raphaël et les autres, » déclara Zagan.

« Ne m’ordonne pas de me — attends, quoi ? Tu... Tout à l’heure... qu’est-ce que tu as dit ? » demanda Barbatos.

« Quoi... ? Ai-je dit quelque chose d’étrange ? » demanda Zagan.

« Tu me le laisses... à moi ? » murmura Barbatos, le visage peint d’un air incrédule.

« Qui sait ? As-tu peut-être mal entendu ? » dit Zagan, puis il baissa les yeux vers le « Seigneur Démon des boues » qui rôdait sous lui.

« Alors, on va exterminer un monstre ? » demanda Zagan.

Et pendant qu’il y était, il n’y avait aucun mal à sauver la pitoyable princesse capturée.

Je vois. Le fait de pouvoir « compter » sur les autres n’est peut-être pas si mal.

Chastille avait dit qu’elle voulait qu’il compte sur elle. Et même s’il ne le savait pas, Zagan comptait déjà sur Néphy. Ce n’était sûrement pas une mauvaise chose.

Après tout, Zagan n’aurait jamais pu obtenir un tel pouvoir tout seul.

***

Partie 5

« Fuuuuuuuuu — » Foll avait été la première à agir. Après avoir pris une grande respiration, elle avait déployé plusieurs couches de cercles magiques devant elle. Puis, elle avait libéré le Souffle du Dragon. C’était devenu un flash aveuglant, amplifié par la sorcellerie et cela avait transpercé par le Seigneur Démon de Boue. Et parce qu’un trou massif avait été percé dans son torse, le démon de boue avait perdu sa posture et s’était effondré.

« ... Ouf, ça a marché, » déclara Foll.

« Bien joué. Continue à me soutenir comme ça. » Zagan avait sauté vers le lac après avoir loué les efforts de sa fille. Et à cet instant, un fragment du navire coulé flotta à l’extrémité du nez du Seigneur Démon de Boue. Il semblait que c’était peut-être le bon choix de détruire le bateau avec son poing. Il y avait plusieurs autres gros fragments de bois qui flottaient et qui semblaient utilisables comme prises de pied.

Même si c’est un monstre, je n’aime pas vraiment frapper le visage de Néphy, hein ? C’est pourquoi il avait d’abord fait de son mieux pour ne pas regarder ce visage.

« Qu’est-ce que tu as mangé pour devenir si gros ? » demanda Zagan en laissant échapper un rire provocateur. Il avait déjà tissé un cercle magique dans sa main droite. Le cercle magique, qui était tissé de plusieurs milliers de circuits, avait commencé à aspirer non seulement le mana de Zagan, mais même le mana qui l’entourait et celui du Seigneur Démon de Boue qui devenait de plus en plus lumineux.

« Brûle en cendres — Le phosphore du Ciel ! » Zagan pouvait sentir une sensation fade semblable à celle de plonger sa main dans une tourbière. Et comme pour du goudron, la boue collait à son poing.

« Un sort raté ? » L’un des sorciers qui s’étaient échappés vers le ciel marmonnait en observation.

« Non, ça a marché. »

Et tout de suite après, une flamme noire s’était allumée là. Zagan claqua son poing ignifugé sur le visage du Seigneur Démon de Boue et avait réduit ce fragment en cendres. Le Phosphore du Ciel avait fait en sorte qu’il se désagrégea instantanément, de sorte que la boue ne s’était pas collée à Zagan comme elle l’avait fait auparavant.

Cependant, la destruction ne s’était pas seulement arrêtée à sa tête. La boue s’était désagrégée à mi-hauteur du torse. Barbatos avait alors ouvert la bouche, abasourdi.

« ... Wôw, combien de circuits as-tu mis là-dedans ? » demanda Barbatos.

Quand il l’avait montré à Barbatos, le Phosphore du Ciel contenait environ deux mille circuits. Et tout à l’heure, Zagan avait mis le double de ce nombre.

Cependant, ce n’est pas encore suffisant. Les flammes noires, qui brûlèrent le Seigneur Démon de Boue, perdirent peu à peu leur vigueur et furent repoussées par la boue. Sa vitesse de régénération était plus rapide qu’elle ne l’avait été lorsqu’elle n’était que de la boue.

La boue semblait s’être vu attribuer une certaine puissance en prenant la forme d’une elfe noire. Maintenant qu’elle s’était déplacée avec un but en tête, elle était devenue beaucoup plus efficace que quand il n’y avait que de la boue qui se répandait sans but. Cependant, pendant que tout cela se passait ainsi, Zagan avait remarqué quelque chose.

« Nephteros ! »

Le haut du torse de la pitoyable elfe noir était visible au fond de la poitrine de la boue. Et tandis qu’il criait son nom, les oreilles de la jeune fille se mirent à trembler.

Elle est toujours en vie ?

Cependant, il ne l’avait repérée qu’un instant, car la boue l’avait immédiatement avalée.

« Merde, c’est mauvais, Zagan ! » hurla Barbatos.

Après la récupération, la boue avait poussé en avant pour aussi avaler Zagan.

« Brille — Épée Sacrée Azraël ! » Chastille cria avec son Épée Sacrée encore dans son fourreau, se déplaçant pour protéger Zagan. La lumière de purification avait jailli de l’ouverture de la poignée.

« Hiyah ! »

Il semblait qu’elle avait brandi son épée en une seule frappe à l’horizon. Cependant, ce que Zagan voyait sous ses yeux était un nombre incalculable de coups d’épée, comme une épuisette. On aurait dit qu’elle n’avait fait qu’un seul coup, mais cette fille avait déchaîné des entailles qui se comptaient par dizaines en un clin d’œil. Il semblait qu’elle était tout à fait formidable, même sans son Armure Sacrée.

Alors pourquoi est-elle une pleurnicheuse si inutile d’habitude ? C’était plutôt mystérieux.

La boue qui se rapprochait de Zagan avait été coupée en sections transversales propres et émiettées en morceaux. Cependant, même si la puissance et la vitesse de l’attaque étaient dignes d’éloges, son effet ne s’étendait pas à la même portée que la frappe de Raphaël. La boue avait commencé à se rassembler et à se régénérer tout de suite, mais — .

« Brûle tout — Épée Sacrée Metatron ! » Raphaël avait foncé droit sur la cible alors qu’il avait crié ça. Les morceaux coupés en dés par la lumière de Chastille avaient été brûlés par la flamme de Raphaël. Incapable de rassembler ses morceaux, le Seigneur-Démon de la boue se pencha vers l’arrière et se distança loin de l’épave du navire.

Je vois que rassembler deux des Épées Sacrées est très efficace, l’idée de leur faire face en tant qu’ennemi lui avait fait frissonner la colonne vertébrale, alors il avait eu de la chance qu’ils soient des alliés. Néanmoins, il ne semblait pas que le Seigneur Démon de Boues ait subi de sérieux dommages.

Malgré le fait d’avoir été frappé par un Archidémon, d’avoir pris deux attaques d’Épée Sacrée, et même d’avoir été arrosé d’un souffle de dragon... sa taille n’avait pas du tout changé. De plus, ses pouvoirs régénérateurs n’avaient montré aucun signe de ralentissement. Et c’est exactement pour cette raison que Zagan s’était mis à rire sans peur.

Si je n’ai pas l’air arrogant dans une telle situation, alors comment suis-je exactement un Archidémon ?

« Détruisez la boue ! L’elfe à l’intérieur est toujours vivante ! » Zagan fit entendre sa voix avec force.

Le premier sorcier qu’elle avait attaqué fut immédiatement consumé et avait disparu, mais Nephteros était encore largement intacte. Était-ce à cause de la différence dans la quantité totale de mana qu’elle possédait, ou peut-être que les hauts elfes avaient une certaine résistance ? Zagan n’était pas sûr, mais si elle était encore en vie, il aurait été possible de la sauver.

Si Nephteros est libérée, la boue devrait cesser de se propager. Cependant, après avoir vu la forme de Nephteros, il était naturel que le Seigneur Démon de Boue ne soit pas resté passif. La bouche de la tête régénérée s’était largement ouvert.

« Quelque chose arrive ! » cria Zagan.

Une attaque de souffle ? Ou peut-être qu’il allait cracher des flammes ? Ou peut-être que c’était même le chant d’un sort ? Leur vigilance aurait dû être la défense parfaite, mais l’attaque était bien au-delà de leurs attentes.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH! »

C’était... un cri.

« Gah, argh ? »

Le Seigneur Démon de Boue avait poussé un cri assez fort pour fendre une tête. Des vagues violentes avaient déferlé à la surface de l’eau, l’épave du navire avait éclaté en morceaux et les lanternes laissées sur l’eau avaient été brisées en morceaux et éteintes.

« Chastille ! » cria Zagan.

Le Chevalier Angélique se tenait là, couvrant Zagan. Et elle avait sûrement fait les frais de ce cri, vu son allure déplorable. À mi-chemin, elle avait perdu connaissance et s’était effondrée.

« Tch, quelle douleur ! » Barbatos avait fini par attraper Chastille alors qu’elle s’effondrait. Cependant, il semblerait que Chastille ait immédiatement repris connaissance, et elle secoua la tête.

« Je... Je.. Vais.. Bien, » déclara Chastille.

« Non, tu ne vas pas bien du tout, » déclara Zagan.

En y regardant de plus près, on pouvait facilement voir du sang couler des oreilles de Chastille. Ses tympans avaient peut-être éclaté.

« Barbatos, occupe-toi du traitement de Chastille. Raphaël, tu peux toujours y aller, non ? » demanda Zagan.

« Une question idiote ! » Raphaël avait rugi. Il semblait s’en sortir avec des blessures mineures grâce à son Armure Sacrée. Après avoir fait un signe de tête fiable, il avait tenu son Épée Sacrée à disposition. Puis, Zagan s’était précipité une fois de plus vers le Seigneur Démon de Boue avec Raphaël à ses côtés.

« Je suis... assez mauvais pour guérir avec la sorcellerie, tu sais ? » déclara Barbatos.

Barbatos grogna en s’éloignant de la ligne de front et commença à soigner Chastille.

Le Seigneur Démon de Boues avait ouvert sa bouche. Il avait sûrement l’intention de déclencher à nouveau un « cri ».

« Je ne te laisserai pas faire ! » cria Foll alors que le souffle de dragon traversait son crâne. Cependant, la frappe de Foll ne possédait pas le pouvoir de brûler la boue comme une Épée Sacrée ou le Phosphore du Ciel le pourrait. Ainsi, la boue dispersée dans l’air changea de direction et tomba vers elle.

« Argh ! »

« Foll ! » hurla Zagan quand un vent noir souffla devant le jeune dragon. Et puis...

« UOOOOOOOOOOOOOOOOOOH! »

Comme pour renvoyer le « cri » en nature, le rugissement d’une bête éclata. Le rugissement avait donné naissance à une onde de choc et avait soufflé le brouillard de boue.

« Grrrrrrrr... »

C’était un énorme lion. Ce n’était pas une métaphore, car c’était vraiment une bête majestueuse qui utilisait quatre membres pour frapper le sol. Et il flottait dans les airs, comme pour protéger Foll. Le lion noir regarda alors Foll avec ses yeux dorés.

« Ça va, chère fille de Sire Zagan ? » demanda le lion.

« ... Kimaris ? »

Sa voix était indubitablement celle de la Lame Noire Kimaris. Il semblait que le lion était sa forme originale. Et au sommet du lion se trouvait une femme voluptueuse portant une grande faux. Elle avait des cornes qui ressemblaient à celles d’une chèvre sortant de ses magnifiques cheveux blonds.

 

 

« Keeheeheehee, il semble que la sorcellerie ne fonctionne pas, mais qu’en est-il de mon Œil Maléfique de Balor ? »

Les yeux de la beauté brillaient d’une lueur violette effrayante, et soudain, l’extérieur du Seigneur Démon de la Boue s’était transformé en cendre.

« Un œil maléfique qui change tout en cendre !? » s’exclama Zagan.

Zagan avait déjà vu des documents le décrivant. C’était une capacité que certains fomoriens possédaient et qui était différente de la sorcellerie. C’était semblable au souffle d’un dragon à cet égard.

Foll cligna alors des yeux surpris. « ... Qui ? »

« Oh, mon Dieu, ne s’est-on pas salués tout à l’heure ? Je suis Gremory, » répondit-elle.

Elle avait touché la mâchoire de Foll avec son doigt en formant un sourire ombragé. Gremory avait une silhouette jeune que personne n’aurait jamais imaginée, étant donné son apparence antérieure de vieille femme. Pourtant, il n’y avait aucun doute que cette femme était vraiment l’Enchanteresse Gremory.

« Vous deux..., » Zagan marmonna d’une voix embrouillée, et Gremory se moqua de lui à son tour.

« Il semble... que vous donner un coup de main soit la meilleure chose à faire, Zagan. Donc, nous allons nous joindre à votre petite lutte ici, » déclara Gremory.

Le lion noir acquiesça d’un signe de tête en accord avec Gremory.

« C’est bon si on sort cette fille elfique, non ? Même si nous manquons de capacités, permettez-nous de coopérer avec vous, » avait affirmé Gremory. Puis, avec un « en plus », elle avait brandi sa grande faux en l’air et continua. « La façon de faire de Bifrons m’énerve. J’adorerais ruiner ses plans. »

À ce moment-là, les autres sorciers commencèrent chacun à lancer des attaques contre le Seigneur Démon de Boue. En regardant cette scène, Barbatos en avait fini avec le traitement de Chastille.

« Voilà... Tu devrais entendre des choses à nouveau, non ? » demanda Barbatos.

Chastille leva les yeux vers son visage malsain en état de choc, car contrairement à ses attentes, elle avait été guérie.

« Pour-Pourquoi... Pourquoi... m’avez-vous sauvée... ? » demanda-t-elle.

« N’est-ce pas parce que je n’aurai pas ma récompense si tu casses la pipe ? » demanda Barbatos.

C’étaient probablement là ses véritables sentiments sur la question, mais Chastille déplaça les yeux vers le bas, semblant avoir honte d’elle-même.

« Je vous ai peut-être un peu mal compris. Je pensais... que vous étiez un homme bien plus méprisable, » déclara Chastille.

« Quoi ? Tous les sorciers ne sont pas comme ça ? » déclara Barbatos, faisant une expression perplexe. Cependant, Chastille secoua la tête alors qu’elle se releva.

« J’ai assez récupéré... Aussi, désolée de vous avoir giflé tout à l’heure, » déclara Chastille.

« ... Hein ? »

Laissant derrière elle un Barbatos stupéfait, Chastille se précipita vers le Seigneur Démon de Boue. Presque toutes les personnes présentes se battaient maintenant aux côtés de Zagan et le suivaient.

Cependant, ce n’est pas encore suffisant. Même s’ils étaient capables d’arrêter les mouvements du Seigneur Démon de Boue, ils n’avaient aucun moyen de le détruire. Ils n’avaient même pas été capables d’écraser la partie du corps qui sortait de l’eau. Ils ne savaient toujours pas comment porter le coup fatal dont ils avaient besoin.

***

Partie 6

Néphy portait la sirène alors qu’elle attendait derrière la ligne de front.

Que... puis-je faire... ?

Zagan essayait de réaliser le désir de Néphy de sauver Nephteros. Cependant, il avait aussi dit qu’il ne pouvait pas la sauver tout seul. Et il avait demandé si elle se battrait avec lui. Elle savait qu’elle devait se battre, pour Zagan et pour elle-même... Malheureusement, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire.

Je ne peux pas utiliser la sorcellerie que Maître Zagan m’a apprise..., il était clair pour Néphy que la sorcellerie des autres sorciers était en train d’être avalée par cette boue. Et comme elle était apparemment une haute elfe, sa capacité de mana était grande. Si sa sorcellerie était dévorée, ça ne ferait que causer des problèmes à Zagan et aux autres.

« Alors... qu’est-ce que je devrais faire... ? » Néphy murmura ces mots quand la sirène se mit à remuer dans ses bras. On aurait dit qu’elle s’était réveillée.

« Hein ? Qu’est-ce qui se passe ? » Incapables de saisir la situation, les yeux de la sirène se mirent à tourner en rond.

« Êtes-vous blessée quelque part ? » demanda Néphy, ce qui fit pâlir la jeune fille et la fit trembler violemment.

« Eeek, je suis désolée, pardonnez-moi ! Je ne suis qu’une chanteuse, je ne sais rien ! » déclara la sirène.

Apparemment, Néphy avait l’air en colère. Néphy avait ensuite essayé de toucher sa propre joue.

Je vois... Est-ce que mon expression est trop raide... ? se demanda Néphy. Les gens qu’elle avait eu la chance de rencontrer depuis sa rencontre avec Zagan pouvaient tous sentir ce que Néphy pensait ou voulait dire. C’est pourquoi elle pensait qu’elle pouvait enfin former un sourire, mais il semblait que c’était juste son imagination. Et bien que cela l’ait découragée, Néphy avait quand même essayé de protéger la fille.

« Cachez-vous derrière moi, s’il vous plaît. Ce n’est pas comme si vous étiez encore en sécurité, » déclara Néphy.

« Eh... ? Attendez, on vole ? » demanda la sirène.

Il y avait un cercle magique aux pieds de Néphy. À première vue, cela ressemblait à une simple lumière sans substance, mais cela s’était avéré être un point d’appui utile. Si un tapis volant existait vraiment, alors c’était sûrement ce que cela donnerait. C’était de la sorcellerie grossière qu’on ne pouvait pas utiliser pour se déplacer librement, mais c’était la structure d’appui que Néphy tissait elle-même.

La sirène baissa timidement les pieds... ou plutôt sa nageoire, et se plaça derrière Néphy. Et puis, Néphy s’était concentrée sur le combat qui se déroulait. Comme prévu, la présence la plus puissante était le poing de Zagan. Un seul coup sur l’épaule du Seigneur Démon de Boue, qui s’était immédiatement régénéré, avait été emporté par le vent. Raphaël, Chastille et tous les autres sorciers lançaient des attaques, mais aucun d’eux n’avait jamais porté un coup décisif.

Il était possible que le mana du Seigneur Démon de Boue s’épuise et que sa régénération s’arrête, mais à ce moment-là, Nephteros serait sûrement morte depuis longtemps.

Après avoir regardé le spectacle pendant un moment, la sirène avait dégluti de façon audible.

« Eeek... Ces gens... se battent, non ? Peuvent-ils gagner ? » demanda la sirène.

« ... Ils vont gagner. C’est le Maître Zagan... alors cela arrivera dans tous les cas, » répondit Néphy.

Le problème, cependant, était de savoir s’il y avait quelque chose que Néphy pouvait faire. Et, comme si elle ne pouvait plus rester assise, la sirène éleva la voix.

« Allez-y ! Tenez bon, Monsieur l’Archidémon ! Ah, ce serait mieux de chanter ? Ah, voyons voir... Allez ! Allez ! Archi-dé-mon ! »

« Ferme-la ! » Le rugissement de colère de Zagan s’était retourné contre elle, ce qui avait fait perdre à la sirène son désir d’aider.

« Comme c’est méchant. Même si j’essayais juste de l’encourager..., » déclara la sirène.

« N’était-ce pas parce qu’il trouvait le chant distrayant... ? » demanda Néphy.

« Mais... Je suis chanteuse... Tout ce que je sais faire, c’est chanter, » déclara la sirène.

« Chanter... » Néphy sentit un déclic dans son esprit en répétant ce mot.

La chanson de cette fille... possédait du pouvoir. Le Mysticisme céleste... C’était un pouvoir ancien que l’Archidémon Bifrons avait ressuscité. Si cet Archidémon disait la vérité, alors Néphy aurait pu aussi l’utiliser.

Mais... comment ? Si c’était aussi simple que d’imiter la chanson, alors Nephteros ne se serait pas effondrée. Il n’aurait pas non plus été nécessaire que Bifrons passe plusieurs centaines d’années à faire des recherches à ce sujet.

La sirène leva timidement les yeux vers Néphy, préoccupée par son silence.

« Ai-je dit quelque chose de mal à l’instant ? » demanda la sirène.

« Non... Hum, comment... chante-t-on une chanson ? C’est ce que je me demandais, » demanda Néphy.

Il n’y avait aucun moyen que cette fille puisse lui dire comment utiliser le mysticisme céleste. Cependant, en entendant le murmure de Néphy, la sirène avait fait un rire éclatant.

« C’est tout ? C’est très simple, » répondit la sirène.

« Hein... ? »

« Indépendamment de l’aspect technique, ce qui importe en fin de compte, ce sont vos sentiments. Que ce soit vos désirs, vos aspirations, ou quoi que ce soit d’autre. Dans tous les cas, vous avez besoin de verser vos sentiments dans votre chanson pour atteindre le cœur des autres... En gros, ce que je veux dire, c’est que peu importe à quel point vous avez l’air bien, vous serez toujours de seconde zone si vous ne pouvez pas y mettre tout votre cœur, » déclara la sirène, puis elle prit la main de Néphy et continua. « Il s’est fâché contre moi tout à l’heure, mais chantons ensemble et encourageons-le ! Voilà, c’est parti ! Allez ! Allez ! Archi-dé-mon ! »

Il était clair que la jeune fille parlait sans trop y réfléchir. Cependant, Néphy avait trouvé sa réponse dans ces paroles.

Je dois y mettre tout mon... cœur..., alors qu’elle réfléchissait à ces mots, l’image de Nephteros épuisant toute sa puissance et tombant du ciel lui vint à l’esprit.

Elle avait l’air triste. Elle avait l’air contrariée. Et par-dessus tout, il semblait qu’elle espérait que quelqu’un la sauverait.

Elle ressemblait à... Maître Zagan quand je l’ai rencontré pour la première fois... Ou peut-être était-ce plus approprié de dire qu’elle ressemblait à Néphy elle-même. C’est pourquoi Néphy ne pouvait pas l’abandonner. Peu importe le prix, elle voulait l’aider. Elle voulait la sauver. Et alors qu’elle priait pour ce résultat, les paroles commencèrent à couler naturellement de sa bouche.

« [Tu es celui qui brille comme les étoiles. Celui qui épouse l’équilibre et arbitre le bien et le mal]. » Le corps de Néphy était enveloppé dans la lumière de la poussière d’étoiles alors qu’elle flottait dans les airs avec la lune dans son dos.

***

Partie 7

« Tch, on ne peut pas percer ! » Raphaël avait abattu son Épée Sacrée alors qu’il lâchait ce rugissement. Ce n’était pas comme s’il pouvait allumer la flamme de la purification indéfiniment. La force de la flamme s’affaiblissant progressivement, il commençait à être repoussé par la boue.

Cependant, Chastille, qui n’était pas une sorcière et n’utilisait rien d’autre que sa chair et son sang pour se battre, semblait de loin la plus épuisée.

« Chastille, recule maintenant ! » déclara Raphaël.

« Si je me replie, alors qui protégera ton dos... ? Argh ! »

La prise des pieds de Chastille s’effondra sous elle alors qu’elle annonçait cette noble déclaration. Ils se battaient sur l’épave du navire, mais avant qu’ils ne s’en rendent compte, la boue avait empiété sur cette zone.

« Tête de cheval ! » cria Foll en descendant Chastille en l’air, mais la boue s’étira comme un tentacule et les attaqua.

« Foll ! »

Et à ce moment précis...

« [Tu es celui qui brille comme les étoiles. Celui qui épouse l’équilibre et arbitre le bien et le mal]. »

La poussière d’étoiles était tombée du ciel et avait percé le tentacule de boue.

Mysticisme céleste ?

C’était le mysticisme que Nephteros avait utilisé. Cependant, elle avait été avalée par la boue. Dans ce cas, celle qui chantait devait être...

« Néphy. »

Cette fille pure chantait, illuminée par la lune qui brillait derrière elle. Sa voix était claire, et en l’entendant, Zagan avait l’impression qu’il était finalement convaincu de son lien avec Nephteros.

Je vois... Néphy et Nephteros peuvent en fait se ressembler. Il ne parlait pas de leur apparence physique. Sa voix résonnait avec ferveur dans son cœur, portant la même mélodie que son homologue sombre. De plus, la lumière stellaire créée par Néphy pourrait même déchirer le Seigneur Démon de Boue.

Toutes les pièces... sont en place. Il était convaincu qu’ils pouvaient gagner maintenant.

« Chastille, Raphaël, ouvrez un chemin ! » Zagan cria et sauta vers leur ennemi. En réponse, le Seigneur Démon de Boue étendit ses deux bras pour tenter de l’écraser.

« Brille — Épée Sacrée Azrael ! »

« Réponds à mon appel — Épée Sacrée Metatron ! »

Les deux Archanges avaient flanqué les deux côtés de Zagan pendant qu’il chargeait et pulvérisait les bras du Seigneur Démon de Boue. Malgré cela, il avait ouvert la bouche pour tenter de déclencher un nouveau cri.

« Ça ne sert à rien. »

« Keeheeheehee, tombe en ruine... œil maléfique de Balor ! »

Foll avait fait sortir son souffle de dragon, et Gremory avait envoyé son œil maléfique en même temps qu’elle. Le crâne du Seigneur Démon de Boue s’effondra en morceaux et la jeune elfe noire capturée au plus profond d’elle fut soudain révélée. Cependant, la régénération des boues était encore beaucoup trop rapide.

En faisant des poussées dans les airs en utilisant des cercles magiques, Zagan avait fait des bons dans les airs, mais lorsque son poing était arrivé à portée de frappe, la créature s’était complètement régénérée.

« Montez, s’il vous plaît ! »

Zagan avait été emporté alors qu’il atterrissait sur un lit de fourrure douce.

« Kimaris ? »

« On est en train de faire une percée ! »

Je vois... C’est certainement la Lame Noire.

Le lion noir transperça l’air comme une rafale. Il piétinait tout devant lui, volant droit vers l’ennemi comme une flèche. Personne ne pouvait arrêter cette silhouette, et il prit une apparence semblable à celle d’une lame.

« [Quoi qu’il en soit, l’équilibre est rompu. L’ordre est perdu, et la terre est teinte dans le sang. En deuil, tu te jetteras dans les cieux.] »

 

 

Et à ce moment-là, la poussière d’étoiles de Néphy tombait à flots. Quand cela s’était produit, des parties du Seigneur Démon de Boue s’étaient effondrées, et la partie qui recouvrait le corps de Nephteros avait été arrachée.

Comme seul le bas du corps était collé en place, il semblait que le corps de la jeune fille était suffisamment exposé pour qu’on puisse le dégager avec juste un peu plus d’effort. En d’autres termes, le chemin était complètement ouvert. Et ainsi, Zagan avait serré le poing droit.

« Brûle en cendres — Phosphore du Ciel ! » cria Zagan.

Une flamme noire avait jailli de sa main alors qu’il posait son poing sur le Seigneur Démon de Boue. Nephteros avait été placée en plein centre de la masse, de sorte que la boue s’était ouverte comme si elle était fendue en deux alors que la flamme noire avait habilement évité le corps de l’elfe.

« Ah... ? » Les oreilles de Nephteros frémirent, et ses yeux dorés s’ouvrirent.

« Viens ! » déclara Zagan en tendant la main, mais...

« Sire Zagan, pas encore ! » proclama Kimaris en mordant le col de la robe de Zagan et en le tirant vers l’arrière. Immédiatement après, de la boue avait jailli du corps de Nephteros.

Tu me dis que son corps est devenu un récipient pour la boue !? Il aurait dû se rendre compte du simple fait que la boue avait pris l’apparence de Nephteros, mais cela n’avait pas l’air logique. Heureusement, grâce à Kimaris, Zagan avait quand même réussi à échapper à l’assaut de la boue, mais le corps de la jeune fille était à nouveau enterré dans la boue.

Des larmes noires commencèrent à tomber des yeux de Nephteros, et la boue avait même empiété sur ces gouttelettes.

« Hein... Ah... Sauuuveeezzz... moiii... Sauuu... vezzzz..., » Nephteros avait fait entendre une voix triste. Même dans une telle situation, il semblait que son ego était encore intact.

Kimaris murmura alors d’une voix grave. « Sire Zagan, bien que je sois désolé pour elle, cette fille est déjà... »

Cela aurait été possible si elle avait été submergée de l’extérieur, mais il ne savait pas comment tout expulser hors d’elle.

Mais si c’était Néphy, pourrais-je l’abandonner ?

La réponse était évidemment non. Il utiliserait sûrement tout ce qui était nécessaire de son corps, de son âme, de sa sagesse et de ses pouvoirs magiques pour la sauver. Cette fille n’était pas Néphy. Elle n’était pas Néphy, mais elle lui ressemblait, et c’était une fille qui voulait de tout cœur sauver Néphy. Et c’est pourquoi il ne pouvait pas simplement l’abandonner.

« Kimaris. Tu en as fait assez. N’hésite pas à t’enfuir maintenant, » déclara Zagan.

« Eh... ? »

« Un homme qui ne peut même pas répondre au souhait de son épouse... n’est pas digne de s’appeler un Archidémon ! » Zagan annonça ça en plongeant vers le Seigneur Démon de Boue et en serrant le poing. Il s’était précipité vers le Seigneur Démon de Boue.

« Une fois de plus — Phosphore du Ciel ! » cria Zagan.

Une flamme noire s’était éteinte et avait déchiré la boue qui entourait le corps de la jeune fille. Il était dans la même situation, incapable d’empêcher la boue de s’écouler hors du corps de Nephteros, et il était vraiment dans la même situation.

« Ce n’est pas bon. C’est la même chose que..., » Kimaris marmonnait en étant chagriné. Mais Zagan n’avait fait que serrer le poing gauche en réponse.

« Percez à travers tout — Phosphore du Ciel ! » Le plan de Zagan impliquait une double attaque avec le Phosphore du Ciel. Son poing gauche frappa sa cible, perçant impitoyablement la poitrine de Nephteros.

Quelqu’un avait dégluti et laissa échapper un « eek » face à cette scène.

« Hak... » Les yeux dorés de Nephteros s’ouvrirent et elle cracha de sa bouche ce qui ressemblait à du sang noir. La main de Zagan était tendue dans son dos, saisissant ce qui semblait être un morceau de viande noire. La masse palpitait comme si elle était vivante, et ressemblait même à un cœur.

Alors c’est... ça, c’est son vrai corps ? Les masses s’étiraient comme des veines à partir de la masse de viande et commencèrent à grimper le long du bras de Zagan.

« Comme c’est têtu..., » Zagan l’avait maudit quand le morceau de viande noire s’était transformé en cendre et s’était effondré. Et puis, comme si elle était une marionnette qui se faisait couper les cordes, Nephteros avait perdu toute la force dans son corps. Malgré cela, la boue sous lui n’avait pas disparu.

Ayant perdu Nephteros, il n’était plus capable de maintenir la forme d’une personne et se répandait dans le lac comme de la simple boue. S’il était laissé tel quel, à l’aube, il avalerait sûrement le port voisin. Cependant, Zagan n’y prêtait plus attention.

« [Les lumières des cieux sont toutes des étoiles. Tout cela brille au loin et s’enflamme dans une conflagration. Sans compassion, sans chagrin, il ne fait que juger et semer la destruction.] C’est la prière du châtiment — Asteri Ekrixis ! »

La lumière du mysticisme céleste que Néphy tissait frappait la boue répugnante. Il n’y a pas eu d’explosions violentes ou quoi que ce soit du genre. Au lieu de cela, une colonne de lumière s’éleva vers le ciel alors qu’elle brûlait la masse putride.

Une fois la lumière éteinte, il ne restait plus que le lac calme en dessous d’eux. Et avec cela, les restes du Seigneur Démon que l’Archidémon Bifrons avait fait réveiller avaient disparu pour de bon.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire