Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Épilogue

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Épilogue

***

Épilogue

Partie 1

Une demi-heure plus tard, le luxueux bateau à passagers de Bifrons flottait à nouveau sur le lac. Comme ils avaient besoin de soigner les blessés, les sorciers l’avaient restaurée pour créer une zone sûre où poser leurs pieds.

« Comme c’est regrettable... »

Raphaël poussa un gémissement quand Zagan coucha Nephteros sur le pont. Après avoir été avalée par la boue, brûlée par le Phosphore du Ciel de Zagan, et laissée sans un seul morceau de vêtement, elle était maintenant enveloppée dans la robe de Zagan. Raphaël la regardait, plissant les yeux dans la tristesse et le chagrin visible dans ses yeux semblant maléfiques.

« Mon épée ne peut même pas sauver une seule fille ? » demanda Raphaël.

Zagan pencha la tête sur le côté. Raphaël semblait mal comprendre les choses. Et juste à ce moment-là, Kimaris, qui était revenu à la forme humaine, avait penché la tête en signe de déception.

« Dans cette situation, il n’y avait rien à faire. Si Sire Zagan n’avait pas fait ce qu’il a fait, nous aurions fini par épuiser toutes nos forces, » déclara Kimaris.

Tandis que Kimaris se plissait les coins des yeux, Gremory lui frappa l’épaule d’un bruit sourd.

« Supporte-le, Kimaris. L’homme pour qui cela devrait être le plus douloureux le fait déjà..., » déclara Gremory en pointant un regard plein de compassion vers Zagan.

Cette femme... Elle est capable de faire ce genre de visage aussi, hein ? C’était inattendu, mais Zagan avait l’impression que la conversation prenait progressivement une direction étrange.

« Écoutez, les gars..., » Zagan avait ouvert la bouche pour clarifier la situation, mais la ferma rapidement alors que Néphy s’approchait tranquillement de lui.

« Maître Zagan, merci beaucoup, » déclara Néphy en s’agenouillant à côté de Nephteros. Et puis, elle avait utilisé un mouchoir mouillé pour essuyer le visage, qui avait été sali et couvert de cendres.

« Peu importe le résultat, je crois que cette fille a été sauvée à la fin. Après tout, elle a été capable de rencontrer correctement sa fin en tant que personne plutôt qu’en tant que monstre, » déclara Néphy.

Chastille s’était mise à sangloter, comme si elle ne pouvait plus supporter ces paroles.

« C’est... beaucoup trop cruel. Est-ce que Bifrons... n’a pas de cœur ? Même cet Archidémon était autrefois un humain ! » Chastille était en larmes.

« Quel genre de conneries optimistes racontes-tu ? Les sorciers ne sont-ils pas des sorciers ? Sur ce point, Zagan, tu l’as très bien compris. Tu n’as pas du tout hésité, » Barbatos se mit à rire tout à coup, bien que cela semblait toujours accompagné d’un léger reniflement.

« ... Homme à tout faire, tu pleures ? » demanda Foll, regardant son visage comme si elle compatissait à son chagrin.

« Il n’y a pas moyen que je pleure, compris !? » s’écria Barbatos.

« Je suis aussi... triste. C’était une très mauvaise elfe... alors pourquoi... ? » demanda Foll.

Zagan ne savait pas quoi faire quand il vit sa fille bien-aimée émue aux larmes. Nephteros était la servante de confiance d’un Bifrons rusé et sournois. Si une telle fille était blessée, qui se plaindrait ? Ce processus de réflexion était le plus logique, mais tout le monde était encore perdu dans le chagrin. Même si la grande majorité des personnes rassemblées étaient des sorciers de sang-froid, c’était ainsi.

Est-ce le résultat de sa chanson, hein ? Le chant du mysticisme céleste que Nephteros chantait. Pour une raison quelconque, l’écouter chanter ressemblait à une réverbération douloureuse. Et cela avait été transmis au cœur des sorciers. Malgré cela, Zagan s’était éclairci la gorge d’une toux et tenta de parler plus fort.

« H-Hey, les gars..., » commença-t-il.

Cependant, Chastille secoua la tête, alors qu’elle lui coupait la parole.

« C’est bon, Zagan. Tu essayes d’être courageux, n’est-ce pas ? Mais c’est bien que tu sois triste aussi, » déclara Chastille.

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire..., » Zagan hésita à parler alors que l’atmosphère devenait de plus en plus lourde. Finalement, il avait entendu une voix irritante qui ne pouvait pas lire la pièce.

« ... Taisez-vous. C’est quoi tout ce bruit ? » Nephteros avait ouvert ses yeux dorés, cracha ces mots et se leva.

« Hein... ? » Et tout le monde, sauf Zagan, avait ouvert grand les yeux en état de choc et poussa des cris confus.

« Elle... Elle est... vivante ? » marmonna Néphy.

« Et pour la blessure ? N’a-t-elle pas reçu un coup de poing droit dans le cœur ? » demanda Raphaël.

« Cœur... ? Hyaaaa ? » Nephteros baissa les yeux vers sa propre poitrine quand elle entendit les paroles de Raphaël et poussa un cri perçant. Elle était complètement nue. Et quand elle s’était levée, la robe dont Zagan l’avait couverte s’était complètement ouverte. Nephteros s’était revêtue de la robe dans la panique et s’était couverte une fois de plus. Étonnamment, il n’y avait pas une seule blessure sur son corps.

« ... M-Merci, mon Dieu ! » déclara Néphy.

« Ouff ! Laissez-moi partir ! Je n’ai aucune envie d’être enlacé par des gens comme vous ! » La peau foncée de Nephteros avait rougi d’un certain rouge quand Néphy l’enlaça.

« Qu’as-tu fait, mon seigneur ? » demanda Raphaël, ses yeux s’élargissant de surprise.

« J’ai juste brûlé la boue. C’est tout, » répondit Zagan, faisant passer ses actions pour un truc banal.

« Non, je veux dire, ton bras l’a pénétrée, non ? » demanda Raphaël.

« ... Même moi, je connais la sorcellerie curative de base..., » tout le bras de Zagan avait transpercé le corps de Nephteros, mais à cet instant, il commençait déjà à appliquer la sorcellerie curative à la blessure afin de réparer les dommages. Il avait intentionnellement évité autant d’organes internes et de nerfs qu’il le pouvait, de sorte que son souffle et sa circulation sanguine n’auraient dû s’arrêter que pendant un instant. Bien sûr, il était incapable d’éteindre la douleur, alors Nephteros avait perdu connaissance.

Il y a aussi le fait que si quelque chose arrivait à Néphy ou à Foll et que je n’étais pas capable d’utiliser la sorcellerie curative, je ne serais pas capable de les sauver. Cependant, il n’avait jamais pensé qu’il utiliserait la sorcellerie qu’il avait apprise à cette fin sur une ennemie.

« Mais, est-il même possible de brûler seulement la boue tout en évitant complètement son corps ? » demanda Kimaris, clairement incrédule.

« Hein... ? Si je ne peux pas faire au moins ça, alors les pièges dans mon château se déclencheraient contre ma famille, non ? » Zagan répondit comme si c’était parfaitement naturel, laissant Kimaris et Gremory complètement à court de mots.

« Ce type... Contrairement à son apparence, il semble que sa spécialité soit la sorcellerie délicate, » déclara Barbatos en secouant la tête, exaspéré.

« Considères-tu vraiment cela comme un travail délicat... ? » demanda Zagan.

Après cela, Nephteros repoussa Néphy et essaya de se lever. Cependant, elle n’avait probablement pas encore beaucoup de force dans son corps. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de retomber sur le pont du navire.

« Alors ? Que comptes-tu faire à partir de maintenant ? Je ne pense pas que tu aies l’obligation de retourner au service de Bifrons, » déclara Zagan, puis il fixa froidement son visage.

« Je..., » murmura Nephteros en déplaçant son regard vers le bas. Et pendant qu’elle restait sur place, incapable d’apporter une réponse adéquate, Néphy lui tendit la main.

« Si ça ne te dérange pas, pourquoi ne pas venir avec moi ? » demanda Néphy

Nephteros avait ouvert en grand ses yeux. Et puis, comme si elle avait peur de toucher la main de Néphy, elle étendit timidement la main qu’elle tendait. Cependant, au moment où elle était sur le point d’entrer en contact avec la main de Néphy, Nephteros secoua la tête.

« Mon seul maître... est Bifrons. Je n’ai... pas l’intention de m’entendre avec des salauds comme vous ! » s’écria Nephteros.

Même si elle avait le même visage que Néphy, elle restait une fille de peu de charme jusqu’à la toute fin.

Eh bien, cela me convient en soi..., pensa Zagan en haussant les épaules. Puis, il enroula son bras autour de l’aisselle de Nephteros pour l’aider à se lever.

« Fais ce que tu veux. Mais tu me rendras cette robe plus tard, compris ? » demanda Zagan.

Comme on pouvait s’y attendre, il n’était pas sur le point de l’arracher tout de suite, mais il serait troublé si elle le jetait. Après qu’il l’eut informée de sa décision, le visage de Nephteros devint soudain rouge. Mais elle avait fini par lui hocher la tête.

« Plus tard, alors. Salue ton maître de ma part. Dis-lui que tu es ma forme de remerciement, » déclara Zagan.

« Hein... ? Eh bien, d’accord. Compris, » Nephteros accepta et acquiesça, bien qu’elle fût clairement confuse par le sens caché derrière ces mots. Et puis, elle était partie silencieusement dans le ciel nocturne.

« ... Elle est partie, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

« Tu penses toujours à elle, Néphy ? » demanda Zagan.

« C’est... Oui, c’est le cas, » répondit Néphy.

C’était une fille avec le même visage qu’elle, et elle était aussi de la même race. Même s’ils avaient réussi à lui sauver la vie, à la fin, ils n’avaient toujours rien appris sur Nephteros. Franchement, ça aurait été bien plus étrange de ne pas s’inquiéter pour elle.

« Tant qu’elle vivra, je suis sûr qu’on se reverra. Il suffira de se parler du fond du cœur quand cela se produira, » répondit Zagan en haussant légèrement les épaules.

« ... Ah, oui, » déclara-t-elle.

Zagan pouvait dire que les sorciers derrière eux avaient commencé à bouger d’un seul coup pendant qu’ils parlaient. Tandis qu’il se retournait, se demandant ce qui se passait, tous les sorciers à bord du navire s’étaient soudainement agenouillés devant lui.

En raison de la bataille avec le Seigneur Démon de Boue, où certains s’étaient enfuis et d’autres avaient perdu la vie, il ne restait plus qu’environ la moitié des invités du bal initial à ce soir. Il y en avait quand même quelques douzaines. Et, comme si elle représentait tous ces sorciers, Gremory avait ouvert la bouche pour parler.

« Archidémon Zagan. Nous vous suivrons. Nous obéirons à vos ordres et nous nous épuiserons pour vous. C’est l’indemnisation que nous accorderons à celui qui nous a sauvé la vie, » déclara Gremory.

« Qu’est-ce que... vous préparez tous ? » demanda Zagan, les regardant avec émerveillement.

Certes, ils avaient joint leurs forces tout à l’heure, mais le simple fait qu’il ait gardé Raphaël et Chastille à proximité aurait dû inciter la plupart d’entre eux à se retourner contre lui. Les voir agir exactement à l’inverse était tout à fait inattendu. Leurs actions avaient laissé Zagan déconcerté par cela, et c’était alors que Kimaris était intervenu.

« En général, nous considérons les Archidémons comme des individus comme Sire Bifrons. Nous ne voulons pas les contrarier, mais nous ne voulons pas non plus nous en mêler parce que ce sont des êtres sans cœur. Cependant, il semble que vous soyez différent, » affirma Kimaris en souriant. Puis, il poursuit, « Si nous devons servir un Archidémon, nous préférerions de loin quelqu’un qui ne nous abandonne pas quand nous en avons besoin. »

« On dirait que mes problèmes ont augmenté, hein ? » déclara Zagan en poussant un soupir. Cependant, il était clair que la situation n’était pas tout à fait désagréable pour lui.

« Ahhh, on dirait qu’on a plein de choses à fêter, alors je vais vous chanter une chanson ! » déclara la sirène.

Ayant survécu avec ténacité à l’épreuve, la sirène s’était mise à chanter. Peut-être brûlait-elle d’esprit de compétition après avoir entendu la chanson de Néphy, car elle faisait entendre un son complètement différent. Contrairement à la voix bruyante qu’elle utilisait pendant le bal du soir, sa voix était maintenant calme et sereine. Et en l’entendant, Néphy poussa un profond soupir.

« Une chanson... est une belle chose, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

Non, ta chanson est la plus belle, je le jure. Même si Zagan souhaitait désespérément lui dire cela, il était incapable de prononcer les mots. Et ainsi, n’ayant pas d’autre choix en raison de la masse dans sa gorge, Zagan tendit la main à Néphy.

« Néphy, on danse ? » demanda Zagan.

Néphy avait regardé en réaction avec surprise, mais elle avait ensuite hoché la tête tandis que ses oreilles pointues tremblaient.

« Oui ! » répondit Néphy.

Et sous le clair de lune, au sommet d’un bateau rempli de sorciers, ils dansèrent tous les deux une danse maladroite.

***

Partie 2

Le château de Bifrons.

Nephteros marchait dans un couloir sombre où il lui était difficile de voir où elle marchait.

Si ça ne te dérange pas, pourquoi ne pas venir avec moi ? Elle n’avait pas réussi à se débarrasser de l’image du visage de cette fille lorsqu’elle l’avait acceptée.

« ... N’es-tu pas une idiote ? » Nephteros détestait cette fille. Elle avait prévu de piétiner tout ce qu’elle avait sous les pieds.

Et pourtant, pourquoi est-ce moi qui ai été sauvée... ? Nephteros voulait vraiment serrer la main qui lui avait été tendue. Et quand cette pensée lui vint à l’esprit, elle secoua la tête d’un air agité.

Je suis... une haute elfe au service de Maître Bifrons. Elle ne pouvait pas faire quelque chose comme trahir son maître. De plus, si cette fille n’existait pas, alors Bifrons ne l’aurait jamais abandonnée.

Et soudain, Nephteros avait arrêté de marcher en réalisant sa situation difficile. Je vois... J’ai été... abandonnée... n’est-ce pas... ?

La question était donc de savoir si Bifrons l’accepterait vraiment à bras ouverts. S’il avait encore besoin d’elle, ce serait probablement le cas. Cependant, comme elle l’était maintenant, elle ne pouvait même pas démontrer une telle valeur.

Tandis qu’elle réfléchissait à de telles pensées déprimantes, les pieds de Nephteros devinrent soudain lourds. Et puis...

« Je ne pensais vraiment pas que tu reviendrais ! »

Une voix familière retentit, une voix qu’elle voulait entendre et qu’elle ne voulait pas du tout entendre.

« Maître Bifrons..., » déclara Nephteros.

Le sorcier avait laissé échapper un rire d’une voix chantante qui ne pouvait être identifiée ni comme un homme ni comme une femme. Oui, même Nephteros ne connaissait pas le sexe de cet Archidémon.

Après une brève pause, Bifrons regarda fixement le corps de Nephteros.

« Hm, intéressant. Tu as dû souffrir de l’empiétement du Seigneur Démon, mais tu es revenue sans une seule blessure. Est-ce Zagan qui l’a fait ? Ou peut-être le pouvoir de cette elfe ? Hmmm, comme c’est remarquable. Ahahaha, » déclara Bifrons.

Pour ce sorcier, les sentiments de Nephteros ne valaient pas du tout la peine d’être pris en considération. Bifrons semblait oublier complètement qu’il l’avait abandonnée en lui tapant sur l’épaule à plusieurs reprises.

« En tout cas, bon retour parmi nous. Maintenant, continuons l’expérience. »

« Maître Bifrons..., » déclara Nephteros.

Nephteros avait déclaré le nom de Bifrons d’une voix douce, mais puissante.

« Qu’y a-t-il, Nephteros ? » demanda Bifrons.

« Cet incident... Est-ce que tout s’est passé selon vos plans ? » demanda Nephteros.

Bifrons était surpris que Nephteros revienne, mais ne s’intéressait pas au fait qu’elle était encore en vie. Le fait qu’elle ait échoué à utiliser le mysticisme céleste, et même le fait que Zagan et les autres l’aient sauvée, avaient peut-être tous fait partie du plan dès le début.

« Eh bien, qu’en penses-tu ? Hahahahahahaha ! » répliqua Bifrons, laissant échapper un rire flippant à son tour. Le rire ne ressemblait pas du tout à celui d’un humain selon Nephteros. Et, alors qu’elle se mordait la lèvre et jetait son regard vers le bas, Bifrons applaudissait comme s’il venait de se rappeler quelque chose.

« Maintenant que j’y pense, est-ce qu’il... Dis-moi, Zagan a-t-il dit quelque chose ? Il avait l’air très en colère contre moi, tu sais ? » déclara Bifrons.

« ... Non, » répondit Nephteros en secouant la tête, alors qu’elle s’en rendait compte soudainement.

Maintenant que j’y pense, il m’a laissé un message. Nephteros avait ouvert la bouche pour parler à contrecœur quand cette pensée lui vint à l’esprit.

« Si je me souviens bien... il m’a dit de vous dire bonjour, et que je suis sa forme de remerciement pour vous, » déclara-t-elle.

« Merci... ? Fufufufu. Que voulait-il dire exactement par là, je me le demande ? Puisqu’il m’a rendu mon précieux matériel de recherche, c’est à moi de le remercier, non ? » demanda-t-il.

Et à ce moment-là, Bifrons avait incliné la tête sur le côté.

« Nephteros, qu’est-ce que tu as là ? » demanda Bifrons.

« Hein ? » Nephteros baissa les yeux vers sa taille et sortit un morceau de papier de la poche de la robe.

À l’époque, il... Zagan l’avait probablement mis là quand il l’aidait à se lever.

« Par remerciements, il voulait dire ça, hein... ? On dirait qu’il y a une sorte de sorcellerie dessus. Nephteros, tu l’ouvres, » ordonna Bifrons qui s’éloignait d’un pas d’elle.

« ... Hein ? » Il avait dit à Nephteros de l’ouvrir malgré le fait que Bifrons savait que c’était un piège et qu’il reculait vers une zone de sécurité. Son envie de vomir augmenta considérablement, mais malgré cela, elle se sentit obligée d’obéir à son maître. C’est ainsi que Nephteros déplaça soigneusement la lettre.

« On dirait une invitation, » déclara Nephteros.

C’était l’invitation que Bifrons avait donnée à Zagan pour le bal du soir. C’est quelque chose que Nephteros elle-même avait laissé derrière elle pour Néphy, donc il n’y avait pas eu d’erreur. Même après l’avoir ouvert et y avoir jeté un coup d’œil, rien ne semblait s’activer.

« On dirait qu’il n’y a rien dessus, » déclara Nephteros.

« ... Hmm. Je n’en suis pas si sûr. C’est un sorcier doué, donc ça ne s’activera que si je le touche. Nephteros, tu peux l’ouvrir totalement et le laisser là ? » demanda Bifrons.

Zagan avait certainement sauvé la vie de Nephteros, mais en même temps, elle avait compris qu’il était du genre à ne montrer aucune pitié envers ses ennemis. S’il avait placé une sorte de sorcellerie contre Bifrons, il était tout à fait possible que Nephteros y soit mêlée.

Arrivée à ce point, sa peur avait rempli son cœur, et ses mains tremblaient d’un fracas. Voyant cela, Bifrons se mit à rire comme si son comportement était étrange.

« Allez, je ne le vois pas bien si tu trembles autant. N’aie pas si peur et ramène-le, » déclara Bifrons.

Un sentiment d’irritation avait commencé à bourgeonner au sein de Nephteros en réponse à la réaction indifférente de Bifrons.

Pourquoi est-ce que je dois passer par tout ça... ? À ce moment-là, Nephteros ne souhaitait vraiment rien d’autre que de gifler ce sourire répugnant sur le visage de Bifrons. Et à ce moment-là...

« Qu’est-ce que c’est — ? » s’écria Bifrons.

Avec une éclaboussure de liquide rouge.

« Hein... ? » Nephteros était incapable de comprendre ce qui s’était passé. La tête de son maître s’était soudainement envolée comme si elle s’était rompue. Nephteros baissa alors timidement les yeux vers la lettre qu’elle tenait dans ses mains, et ce qui en ressortait... était un poing rempli de mana.

Ce bras... est celui de Zagan ? C’était un bras temporaire créé par la sorcellerie, mais il semblait avoir frappé Bifrons au visage. Et après que le corps sans tête de Bifrons soit tombé face en avant, il avait bougé plusieurs fois et s’était finalement ramolli.

Elle pouvait dire que toute vie avait quitté le corps, et que ce fait avait fait tomber Nephteros sur le sol avec un bruit sourd. Elle n’avait jamais pensé que cet horrible Archidémon allait mourir. Après être resté ainsi pendant un certain temps, le cadavre de Bifrons avait encore une fois fait des spasmes.

« Fuheehee, ahahaaa, AHAHAHAHAHAHAA ! »

Après avoir lâché un caquètement fou, le cadavre sans tête s’était levé. Puis, un morceau de viande avait jailli de sa plaie ouverte et le visage non sexiste s’était rétabli parfaitement.

« Mon Dieu, c’était surprenant. Je suis devenu sorcier il y a 300 ans, mais c’est la première fois qu’on me tue. Hahahaha, alors c’est ça la mort, hein ? De façon inattendue, c’est... Comment le dire... J’ai l’impression de me pisser dessus, » déclara Bifrons.

L’Archidémon Bifrons semblait n’avoir rien appris de la « mort » une fois.

« Il a fait tout son possible pour me frapper, hein ? C’est incroyable. Ces autres imbéciles n’iraient jamais aussi loin ! Hahahahahaa, comment vais-je jouer avec lui ensuite, je me le demande ? Comme c’est amusant ! » Bifrons avait continué à rire comme si tous ces événements étaient agréables. Et, après avoir tourné sur place comme s’il dansait tout seul, Bifrons se tourna vers Nephteros en disant : « Bien sûr, j’ai l’intention de te faire continuer à m’aider à partir de maintenant. Fufu, tu veux aussi voir souffrir l’elfe de Zagan, non ? »

« S’il vous plaît... ne... ne vous foutez pas de moi, » déclara Nephteros.

« Qu’est-ce que c’est ? Tu es en colère ? Je suis sûr que c’est ce que tu veux. Allons, ne me dis pas que tu t’es attachée à eux juste parce qu’ils t’ont sauvée une fois, n’est-ce pas ? » demanda Bifrons.

« ... Je vais vous frapper ! » répliqua froidement Nephteros. Cependant, cela n’avait fait qu’illuminer le visage de Bifrons.

« Fufufufu, d’habitude tu ne dis de telles choses que quand tu as peur. Ce genre de bluff est une partie mignonne de toi, » déclara Bifrons.

Je veux le frapper. Au moment où cette pensée lui traversa l’esprit, un poing avait à nouveau surgi de la lettre. Et, comme la dernière fois, cela avait fait exploser la tête de Bifrons, ne laissant qu’un cadavre effondré dans le couloir.

« ... Fuhaa ? Quoi... Quoi ? Cette sorcellerie... Es-tu... ? Non, réagit-il à ta volonté ? » demanda Bifrons.

Bifrons émettait une voix déconcertée après un deuxième retour à la vie. Et, après avoir regardé ses réactions d’un air vide, Nephteros baissa les yeux vers la lettre.

Je vois. Donc, cette sorcellerie réagit chaque fois que je me mets en colère. C’était un peu différent d’être protégé, mais cela semblait être la forme de « remerciement » de Zagan. Zagan avait très probablement prédit que Bifrons ne toucherait jamais la lettre, alors il savait que Nephteros l’ouvrirait. Quand il s’agissait de farces entre Archidémons, il semblait que Zagan était à un niveau en dessus de l’autre.

« Fufufu..., » Nephteros avait involontairement laissé échapper un rire, puis elle avait dit. « Je vois. J’ai reçu un beau cadeau. Je m’assurerai de le traiter avec le plus grand soin. »

À partir de maintenant, Bifrons essaierait sûrement de l’utiliser comme un outil ou un pion sacrificiel. Mais maintenant, je peux riposter chaque fois que ça arrive.

Bifrons n’était pas le genre d’Archidémon qui n’apprendrait jamais ses leçons, mais la lettre aurait dû au moins le faire hésiter à embêter Nephteros. En y pensant de cette façon, c’était une très bonne police d’assurance.

« Non, attends, attends. He, Nephteros. C’est, euh... N’est-ce pas bien de se débarrasser de cette lettre... ? » Bifrons parlait d’une voix agitée, ce qui était très inhabituel.

« Hein... ? Pourquoi ferais-je ça ? » demanda Nephteros en penchant la tête sur le côté comme si elle trouvait la notion étrange, ce qui laissa Bifrons sans voix. Le fait de voir son maître dans un tel état de panique qui criait ainsi avait faire rire Nephteros.

Elle n’avait jamais vraiment réalisé que c’était la première fois qu’elle riait d’une pure joie. À ce moment-là, elle était vraiment heureuse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire