Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Comme les étoiles semblent sur le point de tomber, j’ai pensé que je pourrais essayer de danser un petit peu

Partie 3

Je suppose que c’est bien qu’ils ne soient pas hostiles.

C’était probablement le résultat de ses efforts pour leur faire craindre un Archidémon. Il était reconnaissant que ses ennemis ne se multiplient pas davantage. Incidemment, la jeune sirène avait perdu conscience par imprudence.

Ce bagage est sur le chemin...

De plus, même s’il l’avait emportée, ce n’était pas comme si la boue avait disparu. Au lieu de cela, il s’infiltrait une fois de plus le long de la coque du navire, se rapprochant de Zagan.

« Raphaël réduit la boue en cendres, » ordonna Zagan.

« Comme tu le souhaites, » déclara Raphaël.

Contester cette boue avec ses poings était un mauvais plan. Même si Zagan l’avait soufflé avec l’onde de choc, le simple fait d’en toucher une goutte pourrait causer d’énormes problèmes. L’Épée Sacrée de Raphaël avait une meilleure correspondance.

Aux ordres de Zagan, Raphaël déclencha les flammes de la purification. Et la boue, qui n’avait même pas été brisée par l’onde de choc du poing de Zagan, avait brûlé dans le néant en un clin d’œil. Cependant, la partie de la boue à côté de ce qui avait été brûlé avait augmenté en masse.

Même s’il peut le retenir, il est impossible de l’exterminer complètement...

Si les douze Épées Sacrées avaient été rassemblées, il aurait été possible de faire quelque chose, mais Raphaël ne pouvait pas tout repousser par ses propres moyens.

Zagan était progressivement acculé au sommet du navire en train de couler. Et après avoir allongé la sirène sur le pont, Zagan avait tissé de la sorcellerie dans son poing.

Le Phosphore du Ciel devrait fonctionner sur cette chose, mais... Le volume des boues avait déjà dépassé celui du navire. De plus, cette sorcellerie était encore incomplète. Alors, quelle quantité d’énergie Zagan pourrait-il utiliser ?

Et juste au moment où il avait l’intention de frapper... une voix claire s’était fait entendre.

« [Tu es celui qui brille comme les étoiles. Celui qui épouse l’équilibre et arbitre le bien et le mal.] »

C’était semblable à la voix de Néphy... Mais ce n’est pas Néphy.

Pris par cela, Zagan leva les yeux vers le ciel et aperçut Nephteros chanter. Sa voix était claire et fluide. C’était comme si elle était quelqu’un de tout à fait différent de la personne qui montrait de l’hostilité envers Néphy tout à l’heure. En fait, sa silhouette semblait même sublime.

Oui, c’était une chanson. Ce n’était pas un rituel pour faire naître la sorcellerie ou quoi que ce soit d’autre de ce genre. Pour une personne ordinaire, c’était comme une sorte de prière, un chant de prière. Il s’agissait de mots dont la structure était évidemment différente de celle des mots utilisés pour la sorcellerie.

Et cette chanson commença à tisser ensemble une grande puissance qui n’était même pas surpassée par le mana de la boue.

À chaque verset qu’elle tissait, des lumières comme des lucioles débordaient et s’enroulaient autour de son corps dans une danse endiablée. Et cette lumière apparut comme de la poussière d’étoiles sur le voile des ténèbres.

« [Quoi qu’il en soit, l’équilibre est rompu. L’ordre est perdu, et la terre est teinte dans le sang. Cela mérite donc d’être puni. La vengeance est apportée par le marteau qui brise tout péché.] »

La lumière semblable à de la poussière d’étoiles avait changé de direction et avait commencé à plonger vers la boue. La boue qui ne se détacherait pas du feu, de la foudre ou même du poing de Zagan disparaissait maintenant comme si elle se dissolvait. Elle ressemblait en quelque sorte à la flamme de purification de Raphaël, mais sa puissance surpassait de loin la sienne.

Mais quel est cet écho qui sonne comme du chagrin... ? Même si une telle quantité terrifiante de pouvoir était tissée ensemble, le simple fait d’écouter la chanson elle-même faisait serrer la poitrine de Zagan, comme s’il avait été vaincu par la triste mélodie. Et puis il avait réalisé la vérité...

Les... émotions de Nephteros sont-elles transmises par la chanson ? Il n’avait rien sur quoi fonder sa théorie. Cependant, pour une raison ou une autre, en écoutant cette voix, il se souvient de l’image du profil de Néphy lorsqu’il lui avait fait du mal.

« Non... Ce n’est pas Néphy, » murmura-t-il.

C’était Néphy à l’époque où elle était encore opprimée, ainsi que la silhouette de la jeune fille qui ressentait une douleur dans sa poitrine en la regardant. Même si elle voulait la sauver, elle avait fini par perdre sa place dans le monde à cause de cette même fille. Les souvenirs de cette fille pitoyable étaient transmis par sa chanson.

Pourquoi ces souvenirs affluent-ils en moi... ? Tandis qu’il regardait autour de lui, Raphaël secoua la tête à côté de lui avec une expression déconcertée sur son visage. Il semblait que les souvenirs ne se déversaient pas seulement dans Zagan, mais dans tous ceux qui écoutaient la chanson. Et peut-être n’ayant pas réalisé cela, Bifrons s’était mis à rire. Et la main de Bifrons s’agrippait à un verre rempli de vin qu’il avait reçu de Dieu sait où.

« Qu’est-ce que tu en dis ? Tu ne trouves pas que c’est beau ? C’est quelque chose dont seuls les hauts elfes sont capables. C’est la lumière du mysticisme céleste, une puissance des dieux qui peut même détruire le Seigneur Démon. »

Enivré par les résultats de ses propres recherches, Bifrons avait porté un toast pour célébrer. Et puis, alors même que cela se passait, la chanson de Nephteros approchait de sa fin.

« [Les lumières des cieux sont toutes des étoiles. Tout cela brille au loin et s’enflamme dans une conflagration. Sans compassion, sans chagrin, il ne fait que juger et semer la destruction.] C’est la prière du châtiment — Asteri Ekrixis ! »

Des particules de lumière débordaient du corps de Nephteros, et comme une pluie de météorites, elles pleuvaient toutes sans cesse sur la boue. C’était une lumière de destruction qui avait percé la boue et l’avait brûlée de l’intérieur.

« C’est... le mysticisme céleste... »

C’est ce que Bifrons avait passé trois cents ans à ressusciter, un pouvoir des dieux qui avait été accordé aux hauts elfes tels que Nephteros. La lumière des étoiles brûlantes convergeait sur la boue et prenait de l’ampleur.

Est-ce qu’elle va exploser ? Si tant de mana avait été converti en une force destructrice, alors même le lac entier aurait pu être emporté par le vent.

« Tch, on recule, Raphaël ! » Zagan avait porté Raphaël et la sirène et s’était échappé vers le ciel, puis s’était mis en garde de manière à protéger Néphy et les autres. Cependant, la destruction que Zagan attendait n’avait pas eu lieu.

« Hein... ? »

Qui avait fait entendre cette voix ? La lumière qui gonflait... avait soudain disparu. Et avec un goutte-à-goutte, des gouttelettes rouges coulaient sur son visage.

« Qu-Quoi... ? »

Les gouttelettes rouges traînaient le long du corps de Nephteros et tombaient d’elle. Sa peau sombre était teinte en cramoisi, et elles coulaient comme des larmes de sa bouche et de ses yeux. La vue était choquante, mais celle qui semblait la plus confuse était Nephteros elle-même.

« Du sang... ? »

Zagan s’était rendu compte qu’il était trop tard, alors que Nephteros s’effondrait avec la lune dans son dos. À ce moment-là, il avait l’impression de voir dans les yeux dorés de la jeune fille à la fois l’étonnement et le désespoir.

« Ah... » Grinça Néphy, les mains tendues, dans une faible tentative de la rattraper. Cependant, ses mains n’arrivaient tout simplement pas à l’atteindre.

La fille s’était écrasée sur le navire en train de couler. Et peu à peu, une tache rouge s’était étalée sur le pont incliné. Comme le rideau était tombé trop soudainement, Bifrons poussa un soupir résigné.

« Dommage, on dirait qu’il y avait trop de mana, et ça ne pouvait pas s’installer dans son corps..., » la voix de Bifrons n’avait aucune sympathie ou pitié pour Nephteros. Malgré cela, Nephteros était toujours en vie. Pendant que ses cheveux d’argent étaient teints en rouge, elle leva sincèrement le visage.

« Mai... tre... Bi… frons…, » Nephteros tendit la main vers son maître, l’implorant de l’aider, mais Bifrons secoua simplement la tête comme si elle n’entrait même pas dans le champ de vision de l’Archidémon.

« Je me suis donné tant de mal pour placer ça en toi... Encore un échec, hein ? » déclara Bifrons.

« Gh ! » Le visage de Nephteros s’était tordu de désespoir en entendant ça. Et puis, la boue qui s’était brisée avait commencé à se tortiller vers elle.

« Hé ! Elle va se faire manger ! »

« Quoi qu’il arrive, ça arrive. Si nous nous en approchons un peu plus, cela pourrait dévorer nos Sceaux de l’Archidémon cette fois-ci, et si cela se produit, même les Archidémons ne seront pas capables de faire face, » déclara Bifrons.

Elle avait été abandonnée. Alors que Bifrons faisait ce choix, Nephteros gémissait.

« Non... moyen... Maître... Bi... frons... Ah... Aaaaaaaah ! » Le corps de Nephteros avait été avalé jusqu’à la taille par la boue. Face à cela, Bifrons poussa un soupir, comme si la vue l’ennuyait.

« Écoute, si elle a été avalée en si grande quantité, alors c’est déjà inutile. Même les flammes de l’Épée Sacrée ne peuvent pas brûler la boue. Eh bien, je suppose que la plus grande moisson aujourd’hui a été de saisir la vraie force de l’Épée Sacrée, hein ? Ahahahah, » déclara Bifrons.

Zagan avait grogné. Il avait finalement compris. Il se demandait quel amusement il pouvait y avoir à organiser quelque chose comme un bal du soir, mais Bifrons l’avait fait avec un but précis en tête. Le choix du lieu, l’invitation de Zagan, l’accompagnement de Néphy et Chastille... Ils étaient tous nécessaires pour tester la puissance de ce Seigneur Démon et le mysticisme céleste. Et, comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre, Bifrons avait souri à Nephteros.

« À plus, Nephteros. Tu n’étais qu’une ratée, mais je ne suis pas déçu, tu sais ? Après tout, la recherche est bâtie sur une montagne d’échecs. La prochaine fois, je le ferai mieux, d’accord ? » déclara Bifrons.

À ce moment-là, Zagan avait vu le genre de visage que l’on faisait quand on était vraiment jeté dans les profondeurs du désespoir. Ceux qui ne connaissaient rien de l’espoir ne pouvaient pas connaître le désespoir. Quand Zagan avait rencontré Néphy pour la première fois, elle n’avait aucun espoir. C’est probablement pour cela que le désespoir ne l’avait jamais accompagnée.

Toute lumière avait disparu des yeux de Nephteros, et puis même ses yeux avaient été engloutis par la boue. Et avec ce mouvement, tout ce qui restait, c’était le bruit de quelque chose qui était écrasé. Après s’en être assuré, Bifrons s’était retourné pour faire face à Zagan.

« Il est temps que je rentre chez moi. Oh oui, cette boue là-bas est quelque chose comme un fantôme qui ne réagit qu’au mana du sceau, donc même si tu n’y prêtes pas attention, elle devrait disparaître d’elle-même d’ici le matin, » déclara Bifrons.

Après l’avoir transmis, la silhouette de Bifrons s’était transformée en poussière et avait commencé à disparaître. Bifrons semblait utiliser la sorcellerie pour se téléporter.

En regardant cela, les autres sorciers avaient également essayé de s’enfuir, mais la barrière de Bifrons n’avait pas encore été levée. Ils avaient donc été une fois de plus repoussés.

« Ne vous foutez pas de nous, Archidémon ! Défaites votre barrière ! Laissez-nous partir ! »

« Aaah, le souvenir d’un échec est-il quelque chose qui disparaît, je me le demande ? Cela me blesserait si on m’appelait l’échec d’Archidémon, et je veux aussi fournir de la compagnie à la pauvre Nephteros. Ahahahahaaaa, » déclara Bifrons.

Bifrons avait dit que la boue disparaîtrait d’ici le matin, mais y avait-il des sorciers qui pourraient même survivre jusque-là ? Tandis qu’il regardait les actions d’un Archidémon aussi répugnant, Zagan avait senti son sang se refroidir. Et puis, il murmura quelque chose.

« ... Je n’aime pas ça. »

« Tu n’aimes pas quoi ? Cela semble peu probable, mais tu n’allais pas dire quelque chose de cliché, comme : tu ne peux pas me pardonner de ne pas avoir sauvé cet échec, n’est-ce pas ? » demanda Bifrons.

Bifrons avait dû le deviner. Cependant, les sorciers étaient des créatures purement diaboliques sans aucun sens de la compassion, de sorte que les sentiments de Zagan étaient bizarres. Mais malgré cela, Zagan avait continué à montrer son mépris.

« Je vais à tous les coups... te frapper ! » proclama Zagan. Bifrons cligna des yeux avant d’éclater de rire.

« Ahahahaaaa, c’est bien ! De toute façon, j’ai hâte que tu viennes me frapper. Eh bien, si tu survis et sors d’ici, » déclara Bifrons.

La silhouette de Bifrons s’était évanouie dans les airs avec ce rire grinçant. Et puis, tout ce qui restait, c’était une situation mortelle sans espoir d’évasion en vue.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire