Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Naturellement, n’importe quel Archidémon aura une horrible personnalité

Partie 5

Alors que l’hostilité de Zagan se dissipait, Chastille poussa un soupir de soulagement, et Néphy se leva. Regardant les personnes sur le pont qui étaient toutes silencieuses, Bifrons claqua des doigts.

« Oh, allez, qu’est-ce qui ne va pas ? La musique s’est arrêtée. J’aimerais une musique sombre et joyeuse ! » déclara Bifrons.

Et avec cette demande extrêmement contradictoire, le visage de la sirène de la troupe musicale s’ébranla. Malgré tout, c’était une professionnelle, alors elle s’était mise à chanter habilement une chanson endiablée dans une mélodie sombre.

Comme on pouvait s’y attendre, ce n’était pas une atmosphère qui permettait aux invités de se détendre, mais ils avaient tous au moins compris que tout acte de violence avait pris fin. Et ainsi, les sorciers avaient tous laissé baisser leurs gardes pour l’instant. Cependant, après avoir jeté un coup d’œil de côté sur le pont, Foll s’était fermement agrippée à l’ourlet de la robe de Zagan.

« Zagan, c’est un Archidémon ? » demanda Foll.

« C’est ce qu’on dirait. Sois prudente. Ce type n’a encore rien dit sur ses véritables mobiles, » déclara Zagan.

Bifrons avait été vraiment théâtral, ce qui avait amené Zagan à croire que tout ce qu’il avait fait jusqu’à présent faisait partie d’un acte théâtral. Même quand Bifrons s’était battu, il n’avait jamais eu l’intention de se battre sérieusement contre Zagan. Et même lorsque Bifrons tomba au sol, Zagan ne pouvait sentir aucune tension ou peur dans son visage. Cela dit, il ne semblait pas non plus que Bifrons essayait d’attirer Zagan dans un faux sentiment de sécurité.

C’est pourquoi il n’avait pas été en mesure de deviner le véritable objectif de Bifrons jusqu’à présent. Si Zagan était un sorcier doué pour voir à travers les mensonges, il aurait probablement été surpris de voir à quel point chaque mot qui sortait de la bouche de cet Archidémon était truffé de mensonges.

Ce serait mieux pour vous de ne pas faire confiance à un sorcier, vous savez ? Les sorciers sont après tout tous des menteurs.

Zagan se souvient de ce que Gremory avait dit plus tôt et elle était une sorcière qui semblait détecter absolument tous les mensonges, donc ses conseils semblaient judicieux dans ce cas précis.

Foll fixa alors Zagan du regard, s’enquérant davantage. « Alors, il n’y a pas encore de raison de le tuer ? »

« Probablement pas, » répondit Zagan.

« C’est quoi le Célestian ? » demanda Foll.

« Je me le demande. Ce type le sait probablement, mais je ne sais pas s’il a envie de le partager, » déclara Zagan.

En entendant cela, Bifrons afficha une expression très perplexe et haussa les épaules.

« Mon cher camarade, je pense qu’il vaudrait mieux que tu reconsidères la façon dont tu éduques ta fille. Ce n’est pas bon de supposer qu’on finira par tuer quelqu’un qu’on vient de rencontrer, » déclara-t-il.

« Je dirais qu’il serait pire de ne pas être prudent à propos de quelque chose dont on n’est même pas sûr qu’il soit humain..., » répliqua Zagan.

Zagan avait réfléchi davantage à la question, puis se rendit compte qu’il ne savait toujours pas si ce sorcier était un homme ou une femme.

Mais ce type éviterait la question si je lui posais la question.

Quoi qu’il en soit, il était sûr que Bifrons se contenterait de répondre : « Eh bien, qui penses-tu que je suis ? » et peu importe la réponse de Zagan, il était clair comme de l’eau de roche que Bifrons en rirait comme si c’était le contraire.

« ... Tu as raison. On dirait qu’il fait que parler. J’ai l’impression de regarder une marionnette mal manipulée, » fit remarquer Foll.

Le terme marionnette était une bonne description. La conduite superficielle de ce sorcier était certainement comme une marionnette mal contrôlée par un clown maladroit. Même si la marionnette avait l’air bête, le clown se moquait tout simplement d’elle.

« Mon Dieu, me traiter de marionnette est un peu méchant, tu ne trouves pas ? Même moi, j’ai un cœur ici. Et honnêtement, se faire insulter par une innocente petite fille le blesse terriblement. Ahahaha, » déclara l’autre.

Foll semblait aussi s’être progressivement habituée à l’étrangeté de Bifrons, alors qu’elle se cachait derrière Zagan tout en formant un visage clairement dégoûté. Et, alors que Foll gardait son regard sur Bifrons, Néphy semblait enfin se calmer et s’être rapprochée de Chastille. Voyant cela, Nephteros dirigea un regard fixe sur elle.

« ... Espèce d’esclave, » déclara Nephteros.

Même si elle portait une robe, Néphy avait un collier en acier autour du cou. Cependant, ce n’était pas la preuve d’un maître et de son esclave. Au lieu de cela, c’était la preuve du lien entre Zagan et Néphy. Ce n’était pas quelque chose que Néphy pouvait accepter tranquillement.

« Ce collier est un symbole de mon lien avec Maître Zagan. Qui qu’ils soient, je ne pardonnerai à personne de l’insulter, » déclara Néphy.

« ... Alors, que vas-tu faire ? Tu t’es abritée sans rien faire. Es-tu en train de dire qu’une simple salope a l’intention d’agir comme une personne normale ? » demanda Nephteros.

Néphy se faisait insulter sous les yeux de Zagan. Il semblait prêt à frapper Nephteros à cause de cela, mais Néphy avait répondu d’un ton ferme avant de pouvoir le faire.

« Je suis la seule à pouvoir vraiment décider de ce que je suis. Rien de ce que tu ou quelqu’un d’autre dira ne pourra changer ça, » déclara Néphy.

Zagan fut saisi d’émotion lorsqu’il entendit la réponse digne de Néphy. Elle est enfin capable de répondre correctement aux insultes !

Les changements chez Néphy lui donnèrent envie de la serrer dans ses bras, de lui frotter la joue et de la louer. Zagan savait que ce n’était pas à lui de couper dans leur conversation. Bien que Nephteros ait eu l’air effrayée un seul instant, elle avait immédiatement formé un sourire méprisant.

« ... Arrête de te trouver des excuses. Le fait que tu dises même que le collier est un symbole de ton lien prouve que tu es un esclave dans l’âme, » déclara Nephteros.

« ... »

L’elfe sombre avait encore crié à Néphy, laissant Zagan quelque peu perplexe.

Cette fille... Plutôt que d’être un peu obstinée, elle est juste irritante, hein ? Il n’avait pas l’intention de dire quoi que ce soit, mais toute cette conversation l’énervait vraiment. Zagan avait acheté Néphy après être tombé amoureux au premier regard, mais à la fin, c’était en raison de la nature de Néphy. Même si cette fille avait le même visage qu’elle, Zagan ne ressentait rien pour elle. Selon toute vraisemblance, même s’il la frappait, il n’aurait rien pensé de tout ça. C’est pourquoi Zagan avait levé la main droite et lui avait montré sa paume.

« Eeep ? » Nephteros jappa, se rappelant probablement quand il lui écrasait les joues tout à l’heure. Puis, elle avait tremblé et s’était levée.

« Ah... Mes oreilles me picotent parce que j’ai écouté des paroles si désagréables, » déclara Zagan en se grattant l’oreille sans cesse. C’était du harcèlement enfantin, mais après être tombé dans le panneau, le visage de Nephteros était teint en rouge vif.

« ... Hmph. » Foll ricana, les yeux pleins de pitié.

« ... Bande de salauds ! » Nephteros répondit d’une voix furieuse, et Raphaël marmonna à Foll, la réprimandant.

« Écoute-moi, Foll. Un chien faible est un chien qui aboie souvent. C’est bien d’en rire et de lui pardonner, » déclara Raphaël.

« Ahahahahahaha... Comme ça ? Comme ça ? » Foll rit d’une voix complètement dépourvue d’émotion et, debout à côté d’elle, Chastille regarda Nephteros, se sentant clairement désolée pour elle.

« Les gars, Néphy a déjà répondu, donc si ça continue, ça va trop loin, » déclara Chastille.

Parfois, la sympathie peut blesser les gens. Le fait d’être considéré comme pitoyable par Chastille, qui n’avait été qu’une pleurnicheuse jusqu’à il y a quelques instants, avait mis le visage de Nephteros en colère.

« ... Je vais vous tuer ! »

« Maintenant, si tu t’attaques à tous ces enfants en même temps, tu seras tué avant de pouvoir tous les abattre. Tu peux peut-être en prendre un ou deux avec toi, mais je ne t’aiderai pas, » déclara Bifrons en riant fort. Puis, il continua, « je suppose que mon serviteur ici présent a été assez grossier. Eh bien ! Vous avez tous répondu de la même façon, alors pardonnez-lui. Je vous l’ai déjà dit, mais j’ai choisi de tenir ce bal parce que je voulais vous parler. »

Après cela, Bifrons étendit les bras d’une manière exagérée et se glissa sur le pont.

« Alors, ça te plaît ? Mon bateau, je veux dire. Je crois que tu as aussi aimé le spectacle, n’est-ce pas ? » demanda Bifrons.

Bien que sur la défensive, Zagan acquiesça honnêtement.

« Voyons voir. Tu as bon goût en matière de bateaux. Grâce à cela, mes compagnons ici présents ont pu s’amuser. Ou du moins, c’était le cas jusqu’à ce que tu arrives et que tu fasses quelque chose d’inutile, » déclara Zagan.

« Hahahaha, c’est tout ce qui compte. Malheureusement, la plupart des sorciers ne font même pas attention au paysage environnant, alors j’étais troublé que personne ne s’amuse. Pas vrai, Nephteros ? » demanda Bifrons.

Nephteros s’inclina respectueusement en réponse à l’appel sans donner un seul indice de la colère qu’elle manifestait auparavant.

« Je crois que les sorciers qui ont de l’empathie pour vos passe-temps sont les plus étranges, Maître Bifrons, » déclara-t-elle.

« Hahahaha, il semblerait qu’elle soit timide. Je sais qu’il peut sembler qu’elle me traite froidement, mais je vous assure que cette enfant est celle qui me comprend le mieux, » déclara-t-il.

« Après tout, rendre hommage à un maître qui appelle celle qui les comprend le mieux une poupée est extrêmement difficile, » déclara Zagan.

Zagan était continuellement poussé à plisser les sourcils devant leur relation plutôt étrange, mais il semblait qu’elle s’offusquait d’avoir été traitée de mignonne petite poupée plus tôt. Et, alors qu’elle regardait Bifrons avec les yeux froids, comme si elle regardait un déchet, Bifrons avait un sourire amer.

« Et bien, comme tu peux le voir, mon elfe est assez rebelle. J’aimerais bien un conseil sur la façon d’avoir une relation harmonieuse comme vous deux. » D’ailleurs, Bifrons regarda Foll, Chastille et Raphaël tour à tour derrière Zagan, puis il déclara. « Tu as rassemblé sous toi des individus de races et d’influences complètement différentes, mais ils n’entrent pas en conflit. Je dois dire que c’est un spectacle plutôt choquant. »

Zagan poussa un petit soupir.

« Est-ce pour ça que tu nous as fait venir ici pour raconter des blagues sans valeur ? » demanda Zagan.

« Appeler ça une blague, c’est un peu trop. Même si tu as la bouche si grossière, pour une raison ou une autre, les gens se rassemblent autour de toi. Est-ce étrange de trouver ça envieux ? » demanda-t-il.

« Est-ce qu’un Archidémon est quelque chose qui fait l’envie ? » demanda Zagan.

« Même un Archidémon éprouve de la solitude, » déclara Bifrons, puis étendit la main vers l’elfe noir à côté de lui. Cependant, elle l’avait évité avec une expression franchement mécontente sur son visage.

« Ahahahahaha. Hey, suis-je vraiment un solitaire ? »

Zagan ne pouvait pas dire à quel point Bifrons était sérieux quand il avait commencé à glousser avec force. Et à côté de Bifrons, Nephteros plaça sa main contre son front comme si elle avait mal à la tête.

Je ne l’aime pas, mais il semblerait qu’elle soit coincée dans une situation plutôt malheureuse.

Malgré son mépris pour la jeune fille, voir une personne avec le même visage que Néphy se tortiller dans l’angoisse n’avait pas fait du bien à Zagan. Et, comme s’il ne faisait pas attention à l’état de son serviteur, Bifrons avait fait un large sourire en riant.

« La nuit ne fait que commencer. On s’amuse bien à la fête, non ? » s’interrogea Bifrons, avec son sourire sinistre ne permettant pas de dire ce qu’il pensait vraiment.

Zagan avait répondu avec une expression déconcertée. « ... J’aimerais maintenant passer aux choses sérieuses. »

« Oh mon Dieu, et moi qui croyais que la conversation s’était enfin apaisée, » déclara Bifrons.

« Je voulais juste être poli, » déclara Zagan.

Pour le moment, Zagan était un invité. Il répondrait au moins s’il y était invité, mais il n’avait pas assez de temps libre pour perdre du temps à bavarder au ralenti. S’il n’avait rien à gagner de Bifrons, alors dans son esprit, il serait plusieurs milliers de fois plus important de retourner au château et de parler avec Néphy. En entendant cette réponse, Bifrons avait fait la moue, comme si les mots abrupts de Zagan l’ennuyaient.

« Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? Eh bien, peu importe. J’ai réussi à un peu m’amuser..., » Bifrons s’était déplacé et s’était approché pour se placer devant Néphy. Cependant, Zagan les avait obstrués avec sa main, laissant entendre que Bifrons ne serait pas autorisé à s’approcher.

Je n’ai aucune idée de ce qu’il a l’intention de faire, donc mieux vaut prévenir que guérir.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Ami, ennemi ou simplement agaçant ??? Bifrons joue un jeu dangereux...

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire