Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 9

***

Chapitre 2 : Une promenade en bateau peut créer une bonne ambiance

Partie 9

Après avoir écarté par Kimaris et Gremory, les épaules de Chastille se baissèrent de manière écrasante.

« ... Je pensais m’être préparée à tous ces abus, mais je suis vraiment traitée avec cruauté, » déclara-t-elle.

« C’est de ta faute d’avoir révélé que tu es un Chevalier Angélique sans raison, » répliqua Zagan.

« Ce n’est pas moi qui ai dit les mots “Chevalier Angélique”, n’est-ce pas ? » Chastille regarda Raphaël d’un air blasé en disant cela, mais le géant ne fit que hausser les épaules d’une manière insouciante.

Après cela, Zagan s’était concentré sur Néron. Peut-être parce qu’il était complètement submergé par Kimaris, Néron se cachait une fois de plus près de l’escalier et jetait un coup d’œil sur Zagan et les autres. Bien que les autres sorciers pointaient leur regard sur eux, Gremory et Kimaris avaient probablement tué leur enthousiasme. Personne n’avait l’intention d’aller parler à Zagan. Il s’arrêta donc sur une chaise voisine et fit signe à Néphy de s’approcher de lui.

« Maintenant, il semble que tous les obstacles aient disparu. Tu peux t’asseoir, Néphy, » déclara Zagan.

« Quoi... ? Je suis bien debout, » déclara Néphy.

« Alors... Chastille devrait-elle prendre ce siège ? » demanda Zagan.

« ... Je vais m’asseoir, » déclara Néphy.

Se gonflant les joues, Néphy s’était assise à côté de Zagan. À ce moment-là, Foll avait ouvert des yeux endormis alors qu’elle était encore perchée sur l’épaule de Raphaël, puis regarda vers la table près de la cabine où il y avait une série de nourriture.

« J’ai faim. Zagan, puis-je manger ça ? » demanda Foll.

Zagan hocha la tête et Foll sauta rapidement sur le pont et courut. Et puis, Raphaël s’était mis à parler.

« Dans ce cas, j’exige que tu me laisses agir à ma discrétion. C’est une bonne occasion d’évaluer les normes de ces satanés sorciers, » déclara Raphaël.

Il parlait d’une voix affreuse et substantielle qui ressemblait plus à un ordre qu’à une demande, mais il disait probablement qu’il voulait aller juger les mérites de tous les sorciers à bord.

« Je vais te l’autoriser. Fais ce que tu veux, » déclara Zagan.

« Mon seigneur a donné sa permission. Tu peux venir, Chastille, » déclara Raphaël.

« N-Non, je vais rester ici juste un peu... ! » Chastille éleva la voix de façon hystérique face à l’invitation soudaine.

« Tu ferais bien d’apprendre la technique pour comprendre cette foutue atmosphère. Si tu avais été un peu plus sage, tu n’aurais sûrement pas exposé ta vie au danger aujourd’hui, » déclara Raphaël.

Il voulait probablement dire : « Si vous ne lisez pas un peu plus l’atmosphère ici, alors Zagan vous grondera. » Et Chastille avait fait une tête maussade en réponse.

« ... C’est assez embarrassant d’être sermonné à ce sujet par vous..., » déclara Chastille.

Raphaël était celui qui avait tué près de cinq cents sorciers à cause de son discours et de sa conduite trompeuse. Ce n’était pas déraisonnable que Chastille se plaigne. C’est ainsi que, tout en faisant une tête extrêmement insatisfaite, elle avait quitté en larmes Zagan et Néphy.

Après le départ de tous les autres autour de la table, leur entourage se tut. Il semblait qu’une musique venait de se terminer, et c’était les quelques secondes de silence avant que le morceau suivant ne commence.

Le bruit des vagues du lac du soir retentissait doucement. Contrairement à la brise marine salée de l’océan qui collait à la peau, le vent soufflant sur le lac était doux et agréable. En regardant le ciel, la lune était visible à travers un trou dans les nuages.

On aurait dit qu’il y avait la pleine lune. Une lumière pâle éclairait le pont sombre, et même sans sorcellerie, il devenait possible d’avoir une vue sur tout le navire.

Il y avait un croissant de lune le soir de ma première rencontre avec Néphy, n’est-ce pas ? Même maintenant, Zagan se souvenait clairement de l’image d’elle tendant les mains vers la fine lune. En y repensant, Zagan avait appelé Néphy.

« Hmm, euh, Néphy. »

« Oui ? » demanda Néphy.

« Veux-tu t’asseoir ici ? » demanda Zagan, se laissant aller.

Qu’est-ce que je raconte !?

Tout ce qu’il voulait dire, c’est qu’il voulait être un peu plus proche d’elle... Pourtant, alors que Zagan frappait ses propres genoux, le bout des oreilles de Néphy rougissait comme si elle était troublée par sa suggestion.

« C’est... gênant de faire ça ici, » déclara Néphy.

Bien qu’il y ait eu une interruption dans la venue des sorciers qui s’approchaient d’eux pour le moment, le fait n’avait pas changé que tous leurs regards étaient tournés vers Zagan. Zagan acquiesça d’un signe de tête agité.

« O-Oh. Je le sais, » déclara Zagan.

Et alors qu’il essayait de faire un visage nonchalant, Néphy avait encore une fois gonflé ses joues.

« Maître Zagan, vous avez été un peu méchant dernièrement, » déclara Néphy.

« C’est parce que tu m’as montré toutes sortes de nouveaux visages dernièrement, Néphy, » déclara Zagan.

Il s’agissait de mots qui lui viennent directement du cœur. Après avoir reçu cette attaque-surprise, Néphy avait tourné dans un rouge vif et avait baissé les yeux.

« ... Maître Zagan, c’est injuste, » déclara Néphy.

Elle n’avait pas l’air si insatisfaite, mais elle n’arrivait pas à l’accepter. Les bouts de ses oreilles rougies se mirent à trembler d’un frémissement.

Maintenant que j’y pense, je me demande quelle sensation ont les oreilles de Néphy..., la dernière fois, quand il lui avait caressé la joue contre la sienne, elles étaient assez dures. Cependant, quand elle était détendue, il avait l’impression qu’elles semblaient molles. Ne pouvant plus cacher sa curiosité, Zagan essaya de toucher doucement l’oreille de Néphy.

« Hyaaaa ? » Le corps de Néphy trembla en poussant un adorable cri. Quant à l’oreille, elle était encore plus douce que prévu. Et pourtant, j’avais l’impression d’avoir des rougeurs et de la chaleur.

Comme elle n’est pas choquée, est-ce douloureux de le faire à l’improviste, hein ?

La dernière fois, elle aurait dû être bien plus que choquée. Une telle tension pouvait avoir un rapport avec la dureté de ses oreilles. Et pendant que Zagan faisait de telles observations, les yeux de Néphy se mirent à tourner en rond.

« Maître Zagan ? » demanda Néphy.

Cela faisait longtemps que Zagan n’avait pas entendu Néphy faire une voix aussi déconcertante. Il ne l’avait peut-être pas entendue depuis qu’elle lui avait ouvert son cœur sur le mysticisme. Grâce à cela, Zagan était revenu à la raison instantanément.

« Ah, euh... Désolée. J’étais juste curieux, » déclara Zagan.

« Curieux au sujet de... mes oreilles ? » demanda Néphy, puis, curieusement, elle toucha ses propres oreilles pointues. Et en réponse, Zagan acquiesça vigoureusement.

Dans un sens, c’est le point le plus mignon de Néphy, alors pourquoi ne le serais-je pas !?

Quand il voulait savoir comment se sentait Néphy, la première chose que Zagan regardait était ses oreilles. Ainsi, lorsqu’il regarda les réactions abondamment expressives qu’elles avaient, il était tout à fait naturel que sa beauté se multiplie. Et peut-être que ces sentiments s’étaient manifestés lorsque Néphy avait levé les yeux vers Zagan, les yeux tournés vers Zagan.

« ... Si cela vous fait plaisir, alors faites-le tant que vous le voulez, » proclama Néphy, puis rapprocha son visage de lui, présentant ses oreilles sans défense.

Est-ce que c’est vraiment bon ? Bien sûr, c’est Zagan qui avait exprimé ses pensées à ce sujet, mais il n’avait jamais pensé qu’elle dirait que c’était bien de les toucher. Après avoir pris une grande inspiration pour calmer ses nerfs, Zagan fit face à Néphy une fois de plus avec détermination.

« Alors, je les touche, d’accord ? » demanda-t-il.

« O-Oui, » déclara-t-elle.

Timidement, Zagan essaya de toucher les deux oreilles de Néphy comme s’il les enveloppait. Et ces oreilles, qui étaient teintées d’un rouge fébrile, étaient beaucoup plus chaudes qu’auparavant. Il s’était alors rendu compte de la sensation de tendresse qu’il avait entre les doigts.

Je ne sens rien comme un pouls, donc il n’y a pas d’artères, non ?

Le visage rougit de Néphy et la façon dont sa poitrine bougeait indiquait clairement que son cœur battait comme un marteau, mais que son pouls n’était pas transmis jusqu’à ses oreilles. Alors que Zagan essayait de les stimuler avec curiosité, les oreilles dans ses mains frémissaient.

Ses oreilles douloureuses devinrent alors progressivement plus dures. Il pouvait dire que la tension de Néphy s’accumulait en elle.

« Haaah... Haaaa... »

Un souffle s’échappa des lèvres de Néphy. Était-ce peut-être parce que c’était chatouilleux ? Néphy se mordait le doigt et gardait les yeux serrés fermement, avec l’intention de le supporter, mais cela ne faisait que la rendre inutilement plus envoûtante.

Qu’est-ce que c’est ? J’ai l’impression de faire quelque chose d’extrêmement obscène en ce moment... Néanmoins, Zagan voulait voir d’autres réactions de ce genre de la part de Néphy et avait glissé ses doigts de la base de ses oreilles jusqu’à leurs extrémités pointues.

« Hyaaafuuuu ? » Les yeux de Néphy s’étaient ouverts et son corps s’était arqué. Voyant des larmes couler de ses yeux, Zagan retira ses mains, paniquant.

« D-Désolé. Ça t’a fait mal ? » demanda Zagan.

Et pendant qu’il était tout paniqué, Néphy secoua la tête.

« Non, ce n’est pas grave. C’est la première fois qu’on me touche dans un tel endroit, alors..., » répondit Néphy.

« Je-Je vois... »

Il semblait que Néphy ait été déconcertée par une première sensation.

En y réfléchissant bien, les oreilles sont sensibles même pour les humains, n’est-ce pas ?

Zagan aurait refusé tout de suite si quelqu’un lui avait demandé de le toucher. Et en pensant à la façon dont Néphy lui avait laissé toucher une partie si précieuse de son corps, il avait commencé à se sentir un peu bizarre. Incapables de se regarder directement dans les yeux, les deux détournèrent leur visage.

« Hein ? » Et puis, tous les deux avaient finalement remarqué que leur petit échange était surveillé par tout le monde sur le pont. La sirène du groupe musical avait même oublié de chanter et avait la bouche bée. Chastille essayait d’obtenir de la nourriture et avait sa fourchette vide qui était maintenant dans les airs. Raphaël se servait de son grand corps pour bloquer la ligne de visée de Foll. Foll piétinait violemment comme si elle était incroyablement mécontente. Kimaris et Gremory détournèrent le regard comme s’ils n’étaient plus capables de regarder cette scène.

Zagan et Néphy s’étaient ensuite séparés l’un de l’autre avec une vigueur extrême. Et tout en éventant rapidement son visage de sa main, Néphy murmura quelque chose en chuchotant à voix basse.

« ... La prochaine fois, euh, s’il vous plaît, faisons ça... quand nous serons seuls... »

Plutôt que de dire qu’il y avait un problème à les toucher à nouveau, Zagan comprit ses paroles comme signifiant qu’elle voulait qu’il le fasse à nouveau.

« Fuwah ? »

Tandis que Zagan se retournait, Néphy avait le visage détourné et elle se couvrait les oreilles, mais ce qu’il pouvait voir d’eux à travers les espaces entre ses doigts était teint en rouge vif.

Donc, elle ne détestait pas vraiment ça... ?

Cependant, Zagan serait-il vraiment capable de garder son sang-froid habituel après avoir été témoin d’une telle réaction ? Il semblait qu’elle n’était pas si insatisfaite qu’on lui ait touché les oreilles, mais cela dit, la question de savoir si elle accepterait d’autres actes était une tout autre histoire.

... Attends ! je ne lui ai pas dit « je t’aime » jusqu’à présent, n’est-ce pas ?

Comme on pouvait s’y attendre, l’ordre des événements était plutôt rétrograde. Et pendant que Zagan s’inquiétait sans cesse de ses erreurs, Néron se frotta les mains l’une contre l’autre, se rapprochant de lui.

« Eheh, eheheheh! Je vois que le Seigneur Zagan et Lady Néphy ont une relation harmonieuse. Ah, votre verre est vide, vous savez ? Dois-je le remplir pour vous ? » demanda Néron.

Il semblait que Néron n’avait pas encore abandonné. Après avoir pris une bouteille de vin sur la table, Néron avait commencé à remplir délibérément le verre de Zagan.

Cependant, Zagan avait simplement fait un visage clairement mécontent en réponse.

« Je n’en ai pas besoin. Dégage tout de suite, » déclara Zagan.

« Laissez-moi faire. Tout ce que je veux, c’est vous rendre service. Oui, vous pouvez simplement me considérer comme un épouvantail ou quelque chose comme ça ! » déclara Néron.

... Comme c’est honteux. Dois-je le frapper ?

Cependant, après s’être donné la peine de créer une ambiance paisible avec Néphy, il ne voulait pas faire quelque chose d’aussi grossier. Et pendant que Zagan gémissait à ce sujet, Néphy tournait timidement la tête vers lui.

Elle regarda Néron un instant et, pensant peut-être que c’était pitoyable de les chasser, elle ouvrit résolument la bouche pour parler.

« Maître Zagan. Il y a quelque chose... dont j’aimerais vous parler, » déclara Néphy.

Rien qu’en entendant cela, Zagan pouvait immédiatement dire que c’était à propos de ce qui s’était passé à Kianoides l’autre jour. Elle était restée silencieuse et n’en avait même pas parlé à Zagan, mais il semblait qu’elle avait finalement envie de s’ouvrir à lui.

« Vas-y, continue. Je veux l’entendre, » déclara Zagan.

Après qu’il lui ait hoché la tête, Néphy avait poussé un soupir comme si elle était soulagée. Et puis, elle avait fait une expression déterminée quand elle avait commencé à parler.

« Maître Zagan, c’est à propos de ce qui s’est passé l’autre jour. Quand je suis allée à Kianoides avec Foll, nous avons été attaqués par une certaine personne, » déclara Néphy.

« ... Un subordonné de Bifrons ? » demanda Zagan.

« Je ne... sais pas vraiment. Mais, je crois qu’il est peut-être un peu différent d’un sorcier, » déclara Néphy.

« Ce n’était pas un sorcier ? » demanda Zagan.

Cependant, d’après la façon dont Néphy l’avait formulé, ce n’était pas non plus l’œuvre d’un Chevalier Angélique.

Et juste au moment où il attendait ses prochaines paroles...

« Hein... ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Brouillard ? »

Une brume blanche se précipita sur les pieds de Zagan et enveloppa la zone. Cela repoussait le clair de lune, alors que ses mouvements ressemblaient même à ceux d’une bête massive. Le brouillard gonfla en un éclair, et tout ce qui se trouvait au-delà du souffle de Zagan avait été complètement teint en blanc sous ses yeux.

Avant que Zagan puisse écouter tout ce que Néphy avait à dire, un événement mystérieux avait soudain commencé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

  3. Dark Néphy s'invite à la fête !😈

Laisser un commentaire