Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 8

***

Chapitre 2 : Une promenade en bateau peut créer une bonne ambiance

Partie 8

« Eeek? »

Quand Zagan l’avait appelé, le sorcier avait poussé un cri et s’était écrasé au sol. D’après son apparence, il semblait être un garçon d’environ douze ou treize ans... Non, ou c’était peut-être une fille ? Sa corpulence était délicate comme celle d’une fille, et ses os ne semblaient pas ressortir, mais d’après le pantalon et la cravate qu’il portait, c’était un garçon. À cet âge-là, il était également possible qu’ils aient simplement pris du retard dans son développement physique.

C’est celui qui est venu nous appeler plus tôt, hein ?

À l’époque, Zagan se préoccupait de Néphy, donc il n’y prêtait pas vraiment attention, mais était-ce l’un des subordonnés de Bifrons ?

Alors que le sorcier, qui était un garçon ou une fille ou quoi que ce soit d’autre, se levait en étant agité, il s’était frotté les mains et affichait un sourire forcé.

« Bonsoir, ravi de vous rencontrer. Je m’appelle Néron. Je voulais saluer le nouvel Archidémon et je me suis empressé de me présenter devant vous, » déclara-t-il.

Zagan jeta un coup d’œil sur Néron, le regardant du bout des orteils jusqu’au sommet de sa tête. Néron avait des cheveux dorés et des yeux verts. Ses traits faciaux étaient bien en ordre, mais il ressemblait étrangement à celui d’un garçon et d’une fille. Et pourtant, Zagan ne pouvait rien sentir du tout comme du mana venant de lui.

Qu’est-ce que c’est que ça... ?

Le mana qu’il pouvait sentir chez Néron était celui d’une personne ordinaire sans lien avec la sorcellerie. C’était à peu près juste de dire que Néron était au niveau d’un candidat-sorcier. Ils n’étaient pas du même niveau que ceux qui étaient invités au bal du soir d’un Archidémon. En fait, c’était clairement une personne ordinaire. Et c’est exactement pour cette raison que la méfiance de Zagan s’était renforcée.

« Comme c’est étrange. Pourquoi un salaud comme toi est sur ce bateau ? » demanda Zagan.

« Argh, c’est, hum... » marmonna Néron en collant ses mains et sa tête contre le pont.

« Désolé ! S’il vous plaît, pardonnez-moi. Comme vous pouvez le voir, je suis un sorcier débutant, mais je n’ai aucun talent, donc je ne peux pas l’utiliser même après avoir essayé pendant toute une année ! C’est pourquoi j’aimerais que l’estimé Archidémon me prenne peut-être pour disciple ! » déclara Néron.

Un bal du soir était un endroit où les sorciers faisaient des affaires. Après que Zagan eut audacieusement établi son existence sur le bateau, il était inévitable que des sorciers se présentent pour essayer de le contacter.

Chastille plissa alors ses sourcils.

« En d’autres termes, vous êtes un passager clandestin ? Je ne suis pas vraiment du genre à parler, mais c’est assez imprudent..., » déclara Chastille.

« Je comprends que c’est irréfléchi de ma part, mais c’est tout ce que je peux faire ! » déclara Néron.

Zagan plissa brusquement les yeux. Je vois. Je comprends maintenant. Et parvenant à un accord, il hocha la tête.

« Malheureusement, je n’ai pas le temps pour prendre un disciple, » déclara Zagan.

Zagan enseigna la sorcellerie à Néphy parce qu’il voulait qu’elle ait un moyen de se protéger. A part cela, même Foll apprenait par elle-même en lisant tous les livres du château. Alors qu’il en informa Néron d’un ton dominateur, Néron s’accrocha à lui, comme s’il disait qu’ils iraient jusqu’à lécher les bottes de Zagan.

« S-S’il vous plaît, faites quelque chose ! Je porterai vos bagages, je ferai vos repas ou tout ce que vous voudrez ! Si vous le désirez, je lécherai même vos bottes ! » déclara Néron.

... Il ne pensait pas que Néron parlerait de lécher des bottes.

En regardant Néron, qui semblait sur le point de pleurer et de gémir, Néphy avait fait entendre une voix comme si elle les plaignait.

« Maître Zagan. Ne serait-il pas bien d’écouter au moins un peu ce qu’il a à dire ? » demanda Néphy.

« Ce n’est pas la peine. Ce type est — . »

Zagan entendit alors une voix criarde derrière lui, interrompant ce qu’il allait dire.

« Keeheeheehee, ce serait mieux pour vous de ne pas faire confiance à un sorcier, vous savez ? Les sorciers sont après tout tous des menteurs. »

En un rien de temps, un sorcier tout seul apparut derrière Zagan, se tenant à l’extrémité de l’étrave du navire.

Wôw... C’est impressionnant de s’approcher à ce point sans que je m’en aperçoive..., Zagan poussa un soupir d’admiration. Et avec cette silhouette sous les yeux, Néron était tombé en arrière.

« E-Eeek ? »

Au bout de la proue se tenait une vieille femme qui tenait une grande faux dans sa main. Elle portait un manteau qui ressemblait à un vieux chiffon de la tête en bas, et ses doigts rugueux et osseux portaient plusieurs anneaux avec de grosses pierres précieuses dessus. Ses bras et ses jambes étaient desséchés comme un arbre mort, et son dos était courbé. Et pourtant, la faux qu’elle tenait dans sa main était environ deux fois plus grosse que son corps. Et de sa tête, elle avait des cornes tordues comme celles d’une chèvre qui poussait.

Un fomorien, hein ? Comme c’est rare.

C’était une race dont on disait qu’elle héritait du sang des démons, et aujourd’hui une espèce plutôt rare et peu abondante, comme les elfes. Ils étaient également célèbres pour leur haut niveau de mana, qui correspondait à leur lien supposé avec les démons.

« Tu es... l’Enchanteresse Gremory, exacte ? » demanda Zagan.

Quand elle était jeune, elle avait peut-être une apparence digne d’une enchanteresse, mais... une vieille femme de cent ans... Comme elle était sorcière, elle avait probablement vécu plusieurs fois plus longtemps. Pourtant, être surnommée une enchanteresse était si cruelle que même Zagan ressentait un peu de sympathie. Mais il avait l’impression qu’elle était un peu plus jeune la dernière fois qu’il l’avait vue.

Maintenant que j’y pense, Barbatos n’a pas non plus dit que Gremory était une vieille femme..., à l’époque où il venait d’avoir Foll au château, quand Barbatos entendit parler d’une fille adoptive, le nom de Gremory était apparu. Cela aurait vraiment été très impudent de dire « menteur » si c’était le cas. Cette apparence d’une vieille femme ne semblait pas être sa silhouette réelle. C’était probablement le même système de sorcellerie que Foll qui utilisait d’habitude pour prendre la forme d’un humain. Et tout en continuant d’épauler sa faux, la vieille dame se pencha respectueusement jusqu’à la taille.

« Keehee, être reconnu par un Archidémon est extrêmement délicieux. Je m’appelle Gremory. J’ai pensé à saluer le nouvel Archidémon, » déclara Gremory.

« Je n’ai pas besoin de tes flatteries éhontées, » déclara Zagan.

« Keeheeheehee, mettre de côté un rang comme celui-là est tout à fait impressionnant, » déclara Gremory.

La vieille femme montrait ses dents jaunies en riant et en haussant la voix. Cependant, bien que la vieille femme se trouvait face à Zagan, sa conscience était concentrée sur la jeune fille sur l’épaule de Raphaël. C’était un regard qui montrait qu’elle avait découvert une sorte de trésor.

« ... As-tu des affaires à régler avec ma fille ? » demanda Zagan.

Pour les sorciers, la race des dragons était une existence extraordinairement précieuse jusqu’à la dernière goutte de sang et d’écailles. Même si elle était devant un Archidémon, il lui était possible d’essayer de les piéger.

Tandis que Zagan élevait la voix avec l’intention de la tuer si elle posait ses mains sur Foll, les épaules de la vieille femme tremblaient en riant avec un « kukukuku ».

« Ce n’est rien, je me demandais juste si les beaux papillons dont l’Archidémon s’entoure allaient être enlevés ou non. C’était juste une préoccupation. Il semble que ce n’était qu’une ingérence inutile, n’est-ce pas ? » demanda Gremory.

En murmurant cela, Gremory avait jeté un coup d’œil fixe sur Néron. Le fait que Néron se prosternait et pleurait pour gagner de la sympathie était quelque chose que Zagan savait au moins. C’est pourquoi Zagan voulait immédiatement les chasser. Jetant un coup d’œil de côté au tremblement et au cliquetis de Néron, Zagan marmonna d’une manière fatigante.

« Si tu veux montrer que tu t’inquiètes, alors fais-le-lui savoir. »

« Eeek, tu me trahis, Zagan !? »

Déplaçant le point de la conversation vers Chastille, elle s’était levée et avait poussé un cri. Chastille se recroquevillait déjà avec la vieille femme flippante sous ses yeux. Cependant, Gremory se froissa le nez comme si elle ne l’aimait pas.

« Je déteste les Chevaliers Angéliques. Comme si ça m’intéressait qu’elle meure, qu’elle vive ou qu’on la garde dans les parages, » déclara Gremory.

Et Chastille était à court de mots. Le sentiment d’affection profonde qu’elle montrait à Néphy et Foll s’était envolé quelque part et avait été remplacé par une hostilité brutale.

Si Bifrons n’avait pas convoqué Chastille ici, rien de tout cela ne serait arrivé..., Zagan avait une raison de plus de donner une bonne raclée à cet Archidémon. Et tandis qu’il était troublé par ce fait, une ombre planait sur la vieille femme.

« Mlle Gremory, c’est impoli de votre part de dire des choses aussi mesquines. »

C’était une voix jeune, comme celle d’un garçon... mais lorsque Zagan leva les yeux vers le propriétaire de cette voix, il resta sans voix. Ce qui se tenait là, c’était un grand homme avec la crinière virile d’un lion.

Ce type est... la Lame Noire Kimaris, enfin, je crois ?

En tant que thérianthrope, il n’avait pas le visage d’un humain, mais celui d’une bête avec une fourrure noire de jais. L’éclat doré dans ses yeux avait une acuité qui semblait assez terrifiante pour faire fuir le roi des bêtes et le faire courir.

C’était un géant qui égalait Raphaël en taille, et Zagan pouvait voir son corps bien musclé même sous sa robe. Et ce géant se tenait habilement au sommet de la balustrade à l’avant du bateau.

« C’est un plaisir de vous rencontrer, Archidémon Zagan. Je m’appelle Kimaris. Comme vous pouvez le voir, je suis un sorcier léonin, » Kimaris avait courtoisement salué la vieille femme, puis l’avait prise par la nuque avec ses griffes épaisses.

« Je suis désolé, Sire Zagan. Cette personne a une sale bouche, mais en vérité, c’est quelqu’un de bien. En voyant tous ces enfants de races rares comme les dragons et les elfes, elle craignait qu’ils n’aient vécu quelque chose de terrible. Pardonnez-lui, s’il vous plaît, » déclara Kimaris.

« Laisse-moi partir, Kimaris ! Je n’ai rien fait qui mérite des excuses ! » s’écria Gremory.

Le lion viril s’inclina à plusieurs reprises et défendit la vieille femme.

« Alors, vous êtes des connaissances ? » marmonna Zagan, quelque peu décontenancé.

« Oui. Bien que je puisse paraître assez féroce, je suis un peu lâche, alors je compte sur Mlle Gremory depuis un certain temps, » déclara Kimaris.

« Vraiment... ? » demanda Zagan.

D’une manière ou d’une autre, que ce soit à cause de l’impact de son apparence ou de l’apparence de sa silhouette, Zagan avait l’impression de regarder un Raphaël au cœur fragile. Si vous mettiez ce type et Raphaël dans une seule personne, vous obtiendriez un bon... Non, vous ne le feriez pas, hein ?

Cela ne produirait qu’une créature inexplicable qui était un géant au comportement lâche, au visage diabolique et à l’incapacité de dire quoi que ce soit d’autre que des choses tyranniques.

Zagan jeta un coup d’œil à la vieille femme, et elle brandissait sa faux alors qu’elle se débattait et se comportait violemment.

« J’adore les animaux ! Qui aiderait quelqu’un comme toi parce qu’il aime ça !? » s’écria la vieille.

« Mlle Gremory, si vous dites des choses comme l’amour dans cette situation, même moi, je me sentirai mal à l’aise, » déclara Kimaris.

En regardant la combinaison particulière d’une vieille femme et d’une bête, Zagan avait l’impression qu’il était complètement ridicule de s’imposer devant eux.

 

 

Si ces types devenaient des Archidémons, le monde ne deviendrait-il pas plus pacifique ? Même si Zagan n’avait pas comploté quoi que ce soit, il pensait que ces deux-là allaient protéger Néphy et Foll. Chastille ouvrit alors la bouche pour parler, comme si c’était aussi une déception.

« Comment le dire... Même parmi les sorciers, il y a des types qui dégagent de bonnes vibrations, hein ? » demanda Chastille.

« Je vous remercie beaucoup. Mais, si vous essayez de faire du mal aux autres sorciers, Mlle la Chevalière Angélique, je mettrais en jeu ma vie pour vous combattre, » déclara Kimaris.

« Eeek ! Pourquoi juste moi ? » s’écria Chastille.

Voyant la lueur dorée dans l’œil du lion s’illuminer d’une soif de sang, Chastille poussa à nouveau un cri.

Les Chevaliers Angéliques étaient après tout les ennemis naturels des sorciers.

Et, comme s’il n’avait pas d’autre choix, Zagan commença à expliquer qu’il fallait faire la médiation entre eux.

« Gremory, Kimaris, comme vous l’avez compris, cette fille est un Chevalier Angélique de l’Église, Chastille. L’un des Archanges... C’est une manieuse d’Épée Sacrée, » déclara Zagan.

Et lorsqu’il l’avait présentée ainsi, ils avaient tous les deux montré une franche hostilité à l’égard de Chastille. Cependant, Zagan avait simplement continué d’une manière indifférente.

« D’après son apparence, elle ressemble à une pleurnicharde, mais il semblerait qu’elle veuille coopérer avec des sorciers, » continua-t-il.

« ... J’ai franchement l’impression que la façon dont tu as dit ça n’a fait qu’empirer les choses, » Chastille avait poussé une voix insatisfaite, et Gremory et Kimaris avaient fait des grimaces comme s’ils regardaient un voleur véreux.

« Voulez-vous dire qu’elle abandonne l’Église et qu’elle est en train de rendre service aux sorciers ? » demanda Gremory.

« Comme on pouvait s’y attendre, même moi, je trouve cette histoire un peu trop commode, » Kimaris l’avait suivie dans ses pensées.

Ils avaient tous les deux retourné des paroles de déni comme si c’était naturel, mais Zagan s’était penché sur son verre et avait parlé comme si ce n’était pas grand-chose.

« C’est sans importance. Si un manieur d’Épée Sacrée m’obéit, alors je ne serai pas dérangé. Si elle fait quelque chose comme me trahir, je peux lui arracher la tête et la mettre de côté, » déclara Zagan.

« Il n’y a aucune chance que je te trahisse ou quoi que ce soit, hein !? » s’écria Chastille.

Comme si tout lui avait été retiré, Chastille n’avait plus aucune dignité.

Eh bien, je suppose qu’elle a le pouvoir de trancher au moins en deux les deux qui se tiennent devant elle..., Gremory et Kimaris étaient tous deux des sorciers dont les noms avaient été inscrits comme candidats Archidémon, mais si Chastille les avait sérieusement frappés avec son Épée Sacrée, même sans son Armure Sacrée, ils ne pourraient probablement même pas se battre. Après l’avoir regardée pendant un moment, Kimaris avait rétréci brusquement ses yeux dorés et parla d’une voix douce.

« Je m’inquiète aussi pour Mlle la Chevalière Angélique, mais faites attention, Sire Zagan. Vous avez l’air gentil, alors je pense qu’il y aura des gens qui essaieront d’en profiter, » déclara Kimaris.

Et celui que Kimaris regardait fixement en disant que c’était encore Néron. Néron devint si pâle et trembla si violemment qu’il avait l’impression qu’il allait se salir à tout moment. Cependant, Zagan plissa ses sourcils.

« C’est de la gentillesse, n’est-ce pas ? Je crois que ce mot n’a rien à voir avec les sorciers, et encore moins avec les Archidémons, » déclara Zagan.

« Le cœur de ressentir de l’affection pour l’autre est ce que les gens décrivent comme de la “bonté”. Sire Zagan, c’est exactement la même émotion que vous montrez à chacun de vos partisans, n’est-ce pas ? » demanda Kimaris.

Après lui avoir dit des mots aussi simples, Zagan n’avait pas pu s’y opposer.

C’est quelque chose de trop embarrassant pour que je le dise une telle honnêteté. Incapable de garder son sang-froid, Zagan avait détourné son regard en se grattant la joue.

« Ah, euh... Eh bien, j’apprécie ton avertissement. Je ferai de mon mieux pour être prudent, » déclara Zagan.

« Oui. Alors, nous allons y aller, » déclara Kimaris, puis s’était arrêtée tout en serrant encore la nuque de Gremory. Leurs silhouettes ressemblaient beaucoup à celles d’une vieille femme et de son chien bien-aimé.

Ce type... est peut-être venu ici pour protéger Gremory ?

Les émotions qu’il pointait vers cette vieille femme étaient semblables à celles que Zagan ressentait pour Néphy et Foll. Zagan avait l’impression que la raison pour laquelle Kimaris avait fait tout son possible pour venir était qu’il s’inquiétait de la sécurité de Gremory alors qu’elle parlait ainsi devant un Archidémon.

Les sorciers sont des méchants, mais peut-être que tout le monde n’a pas une personnalité brisée comme moi..., si cela se voyait à la surface, on en profiterait, alors peut-être que tout le monde gardait simplement ce côté d’eux-mêmes secret.

Zagan envisagea sérieusement à cette idée alors qu’il restait silencieux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire