Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Une promenade en bateau peut créer une bonne ambiance

Partie 7

... De plus, elle avait peut-être elle-même l’intention de cacher ce fait. Quoi qu’il en soit, même s’il recevait de l’affection d’une femme autre que Néphy, il ne saurait pas quoi dire ou faire, alors il valait mieux le laisser en suspens. Et tout en prétendant qu’il ne réalisait rien, Zagan continua la conversation.

« Alors, est-ce que la gestion de cette faction d’unification ou quoi que ce soit d’autre va bien ? » Zagan s’était arrêté jusque-là, ce qui avait fait que Chastille l’avait regardé avec émerveillement.

« Comme c’est inattendu. Je n’aurais jamais pensé que tu t’inquiéterais de telles choses, » déclara Chastille.

« Vraiment ? » demanda Zagan.

« Comment le dire... ? Tu ne te soucies pas du tout de l’Église, n’est-ce pas ? » demanda Chastille.

Zagan avait ensuite fait un signe de tête avec un « oui ».

« Si je vois quelqu’un s’effondrer après avoir été empoisonné, je ferai preuve d’un peu de sympathie, » déclara Zagan.

« Hein, tu... tu... étais... inquiet pour moi... ? » demanda Chastille.

Alors qu’il répondit d’un ton gentil, le visage de Chastille était teint en rouge jusqu’aux oreilles.

Hein ? Ai-je tout gâché ? Même si Zagan n’avait pas l’intention de la mener en bateau, il serait pitoyable de lui causer un malentendu bizarre. Même dans le meilleur des cas, cette fille était trop pitoyable. Et pendant que Zagan paniquait à l’intérieur, Chastille s’éclaircit la gorge d’une toux et redressa son dos.

« Je suis reconnaissante que tu t’inquiètes pour moi, mais il n’y a pas eu de problèmes... C’est-à-dire, ce n’est pas comme s’ils m’avaient fait faire quoi que ce soit. Un mois s’est écoulé depuis, et il n’y a pas vraiment eu de mouvement, » déclara Chastille.

« Est-ce ainsi que cela fonctionne ? » Zagan s’émerveilla devant la réponse inattendue. Raphaël prit alors la parole à sa place.

« N’est-ce pas évident ? Le but de la faction d’unification est d’éviter tout conflit inutile avec ces maudits sorciers. Ce que tu cherches, c’est à démontrer une relation unifiée avec les sorciers, ce qui te rend parfaite comme tu es maintenant, » déclara Raphaël.

En d’autres termes, c’était parfait tant qu’elle s’entendait bien avec Zagan.

Quand j’en ai entendu parler pour la première fois, cela m’a semblé beaucoup plus important que cela..., cependant, c’est Raphaël qui lui en avait parlé. C’était un homme dont la maladresse provoquait des malentendus et des préjugés en marchant. Si Barbatos était ici, il dirait sans doute de façon désagréable : « Ce n’est pas à toi de dire ça ! » si Zagan mentionnait une telle chose, mais ce n’était peut-être pas tout à fait loin de la vérité.

Chastille avait alors fait une expression compliquée, comme si elle n’était pas totalement convaincue.

« Mais nous ne savons pas quand les démons seront ressuscités, n’est-ce pas ? Alors, n’est-il pas urgent de construire des relations amicales entre l’Église et les sorciers ? » demanda Chastille.

« C’est quelque chose qui sera résolu si la puissance de mon seigneur grandit, » déclara Raphaël.

Bien qu’il ait quitté son siège d’Archange, ce n’était pas comme si Raphaël prenait ses aises dans sa retraite.

C’est sûrement pour ça qu’il s’est donné du mal pour devenir mon majordome.

Parce qu’aider Zagan à construire son autorité était lié à l’accomplissement de la volonté du Sage Dragon Orobas, il obéissait donc à Zagan. Zagan l’avait compris, mais il avait quand même laissé échapper un grognement avec un « Hmph ».

« Tu parles beaucoup de tes objectifs, mais si quelqu’un se met en travers de mon chemin, qu’il s’agisse d’un archange, d’un sorcier ou autre, je n’ai pas l’intention d’aller doucement avec lui, » déclara Zagan.

Il l’appréciait assez pour la considérer comme une amie, mais l’existence de Chastille n’était pas absolue sur sa liste de priorités. Tant que Chastille était une servante de l’Église et un Chevalier Angélique, elle pourrait être une ennemie dépendante des ordres de l’Église. Et le changement dans leurs objectifs déclarés était directement lié à tout danger auquel Néphy ou Foll étaient exposées. S’il le fallait, Zagan écraserait tous ceux qu’il jugeait nécessaires.

Eh bien, si elle devient une ennemie, Néphy serait triste, alors au moins, je ferai de mon mieux pour m’en occuper prudemment...

Et après que Zagan les en ait clairement informés, Raphaël s’était mis à rire.

« C’est ce qui fait de toi mon seigneur. Si tu n’étais pas comme ça, les autres sorciers ne suivraient jamais, » déclara Raphaël.

Et ce majordome astucieux semblait obéir à Zagan, en plus de comprendre complètement sa personnalité. Sa parole et sa conduite étaient certainement maladroites, mais c’était un homme qui pouvait de temps en temps se conduire comme s’il avait tout prévu.

Zagan haussa les épaules et répondit. « Peu importe ce que tu penses, tant que tu ne te mets pas en travers de mon chemin, ça ne me dérange pas. »

« Je t’ai déjà promis mon épée. Je n’ai pas pourri au point d’aller à l’encontre de mon vœu de chevalier. »

Sa loyauté envers Zagan n’était probablement pas un mensonge.

Sans cela, Foll ne s’attacherait pas non plus à lui. Elle s’était sûrement lassée de ces discussions pénibles. Foll avait grimpé sur Raphaël et était montée volontairement sur son épaule alors qu’elle s’endormait... C’était certainement le moment pour les enfants de commencer à avoir sommeil. En tout cas, avant ça, Foll détestait Raphaël, car c’était sa cible de sa vengeance. Cependant, maintenant elle pouvait le voir comme sa famille, comme elle le faisait maintenant, alors c’était bien de le croire.

Chastille frappa alors sa poitrine et hocha la tête.

« Zagan, tu as des choses à faire, non ? Je n’ai pas l’intention d’être assez faible pour te retenir, alors... Non, je ne suis peut-être pas forte non plus, mais, euh... ce que je veux dire..., » pour une raison ou une autre, Chastille murmurait d’une manière inintelligible, mais malgré cela, elle avait fini par adopter une attitude résolue et continua, « je pense... Je veux devenir quelqu’un sur qui tu peux compter. »

Zagan fut stupéfait de ses paroles directes, et Néphy la regarda aussi avec émerveillement.

« Tu m’as déjà sauvée bien des fois, alors je veux te rendre la pareille. Que tu le justifies par l’unification ou par la coopération, je veux être dans ce genre de relation, » déclara Chastille.

« Comptez sur... hein ? » Zagan avait fait une tête renfrognée en ruminant sur ses paroles.

« Je ne peux pas dire que je comprenne vraiment le concept de compter sur les autres. Je n’ai jamais essayé de faire ça, » déclara Zagan.

« Vraiment ? »

« ... Qu’est-ce que tu essaies de dire ? » Zagan avait fait une tête interrogative quand elle lui avait posé la question, alors Chastille avait tourné son attention vers Néphy.

« N’as-tu pas déjà toute confiance l’un dans l’autre ? Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais je crois que tu t’es déjà fié à Néphy, » déclara Chastille.

Pour une raison quelconque, Zagan n’avait pas pu nier ces mots. « ... Tu as peut-être raison. »

Ce jour-là, lorsque Zagan affronta pour la première fois les Archidémons, il les craignait et garda Néphy à distance. Il l’avait blessée et l’avait laissée seule.

Mais quand même, Néphy m’est revenue. À ce moment-là, il avait l’impression de comprendre ce que signifiait « avoir son cœur sauvé ». Il avait aussi l’impression qu’on le soutenait.

C’était sûrement la même chose que de compter sur quelqu’un. Ce n’était pas seulement Néphy. En plus de faire des recherches sur les Épées Sacrées et le symbole de l’Archidémon, Zagan avait clairement lui-même dit qu’il attendait beaucoup de Foll et de Raphaël.

Sur ce point, il était déraisonnable de prétendre qu’il ne s’en remettait pas à eux. Eh bien, si on lui demandait si le jour viendrait où Zagan s’en remettrait ainsi à Chastille, il ne pourrait que pencher la tête sur le côté. C’était pour ça que Zagan avait pris un verre avec un « Hmph ».

« Avant de faire une telle demande, tu dois atteindre le point où tu es en mesure de prendre soin de toi-même, » déclara Zagan.

« ... Qu’est-ce que tu crois que je suis ? » déclara Chastille, puis elle poussa un soupir. Néanmoins, cette fois, elle n’avait pas éclaté en larmes. Et en la laissant, Zagan avait déplacé son attention de l’autre côté de la table.

« Alors, le type qui se faufile là-bas depuis un moment. As-tu besoin de quelque chose ? » demanda Zagan.

Il y avait un sorcier qui regardait Zagan tout le temps dans l’ombre depuis la proue du bateau.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire