Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Une promenade en bateau peut créer une bonne ambiance

Partie 2

Quelques heures plus tard, Zagan et les autres s’étaient rassemblés au sommet d’un luxueux bateau pour passagers qui pourrait même être utilisé pour un voyage de plusieurs mois. Le bateau, qui flottait sur la surface du plus grand lac du continent, Suflighida, était le lieu du bal du soir tenu par Archidémon Bifrons. Et en regardant par la fenêtre d’une chambre d’amis, Foll poussa un profond soupir.

« Nous sommes sur un bateau... n’est-ce pas ? Et nous sommes bien sur un lac ? » demanda-t-elle.

La taille du lac lui avait fait croire qu’il pouvait envelopper même une île. S’ils partaient au centre, la côte devenait floue, et c’était assez profond pour que, quoi qu’on fasse, ils ne puissent pas plonger jusqu’au fond.

Zagan et les autres avaient été conduits à une grande cabine entièrement meublée. Il y avait un salon qui pouvait correspondre à la taille du hall d’entrée d’un château, et ils avaient même des chambres disponibles pour toutes les personnes présentes. Foll regardait par la fenêtre du salon. C’était une petite fenêtre incrustée qu’on ne pouvait pas ouvrir, mais à cause de la hauteur près du pont du navire, il était possible de voir à l’extérieur.

Si on lui assignait une classe, ce serait sûrement une cabine de première classe. Dans un coin du salon se trouvait un réfrigérateur qui utilisait de la sorcellerie pour empêcher la glace de dégeler, et à l’intérieur, il y avait même un ensemble d’alcool froid disponible. À part cela, il y avait aussi du jambon, du fromage, du chocolat et toutes sortes de délicates sucreries, de sorte qu’ils pouvaient survivre même s’ils y restaient coincés pendant des jours et des jours.

En dehors de Foll, qui était collée à la fenêtre, Zagan, Néphy et Raphaël étaient également tous réunis dans la pièce. Chacun d’entre eux était assis à sa guise sur des chaises séparées. Mais Chastille n’était pas encore arrivée. Après tout, en tant que Chevalière Angélique, si on la voyait s’entendre avec Archidémon Zagan à la vue du public, alors on ne savait pas quels ennemis elle se ferait. C’est pourquoi ils avaient décidé de se rencontrer sur place.

Zagan était habillé d’une robe de mage comme d’habitude, mais Néphy et les autres portaient des robes de soirée, même si c’était Manuela qui avait décidé unilatéralement de cela et qui mettait toutes leurs tenues en accord. Néphy avait une robe monotone et Foll une robe avec une jupe courte à volants.

Alors que les yeux de Zagan rencontraient ceux de Néphy, ses oreilles pointues devinrent rouges aux extrémités, et elle déplaça son regard vers le bas. Quand elle était allée s’habiller, elle faisait un visage un peu perplexe, ce qui l’avait inquiété, mais maintenant elle semblait aller bien. Ses problèmes étaient réglés... ou plutôt, il semblait qu’elle avait rassemblé une certaine détermination.

Et à partir de là, Néphy était d’autant plus belle. Sa tenue de femme de chambre habituelle est adorable, mais cette robe est vraiment belle, n’est-ce pas !?

Et comment était-il supposé exprimer exactement ses sentiments avec des mots ? Zagan ne pouvait rien faire d’autre que pousser un soupir. Le soleil s’était déjà couché, mais il restait encore un peu de temps avant le bal du soir. Ils avaient donc décidé d’attendre. Tandis qu’ils réfléchissaient, perdant leur temps, Zagan baissa le regard vers l’emblème de sa main droite.

Bifrons est-il déjà arrivé ? Depuis qu’il était monté à bord du bateau, l’Emblème de l’Archidémon de Zagan avait commencé à palpiter de temps en temps comme s’il contenait la chaleur. Il se peut qu’un autre emblème à proximité ait provoqué une sorte de réaction. Cela dit, Néphy et les autres se sentaient probablement aussi mal à l’aise que lui. Et dans ce cas, il n’y avait aucune chance qu’il puisse faire une telle tête.

Dans un effort pour se distraire, Zagan avait déplacé son attention sur Foll. Les yeux ambrés de sa jeune fille brillaient de mille feux, et il pouvait voir qu’elle était absorbée par quelque chose.

« Est-ce ta première fois sur un bateau ? » demanda Zagan.

« Ouaip... Car franchement, je n’avais jamais eu besoin d’en utiliser un, » déclara Foll.

« Je vois. C’est certainement vrai, » déclara Zagan.

Il n’y avait aucune raison pour qu’un dragon comme Foll fasse des pieds et des mains pour monter à bord d’un bateau humain. Il lui aurait été possible de monter sur l’un d’eux pour s’amuser, mais en tant que jeune dragon, Foll n’était probablement même pas descendue dans les habitats humains toute seule, et son père était le dragon vénéré en tant que Sage Dragon Orobas. C’était un peu difficile de penser qu’il se déguiserait en humain juste pour monter sur un bateau.

« Ça te plaît, toi ? » demanda-t-il.

« Hmm. Tout est bancal et amusant, » déclara Foll.

« Est-ce que tu aimes... ? » Zagan pensait qu’elle aimait la vue, mais c’était la façon dont le bateau se balançait qui l’amusait.

Néphy avait ensuite incliné la tête sur le côté.

« Maître Zagan, êtes-vous déjà monté à bord d’un navire ? » Voyant qu’elle demandait cela, il s’est avéré que c’était aussi la première fois que Néphy était sur un bateau.

Eh bien, on dit que le village elfique caché est encore plus au nord dans les montagnes que Norden, donc c’est logique. Elle n’avait probablement jamais eu la chance d’entrer en contact avec des bateaux. Après avoir eu de telles pensées, Zagan acquiesça sérieusement.

« Quand j’étais gosse, je suis tombé dans la cargaison en fouillant pour essayer de voler de la nourriture, puis quelqu’un a mis le couvercle et l’a chargé à bord avec moi dedans. C’était bien que j’aie quelque chose à manger, mais j’ai échappé de justesse à l’asphyxie, » expliqua Zagan.

Après cela, un marin avait remarqué quelques bruits et l’avait sorti de la cargaison, mais il avait été pris pour un passager clandestin et battu pour cela... Comme Zagan avait mangé toute la nourriture qu’il pouvait y trouver, il ne pouvait pas vraiment leur en vouloir pour ça.

Les oreilles de Néphy tombèrent comme si elle trouvait cela déchirant, puis elle hocha la tête profondément comme si c’était quelque chose qui lui était arrivé.

« Je comprends parfaitement. J’ai aussi été incapable d’endurer ma faim une fois et j’ai essayé de lécher du miel dans l’entrepôt à nourriture, mais j’ai été enfermée et j’ai failli mourir de froid, » déclara Néphy.

Zagan essaya d’imaginer la vue d’une jeune Néphy léchant sournoisement du miel, et sa poitrine commença à s’échauffer avec un sentiment agréable, mais il lâcha alors une voix dangereuse en réponse à ces mots inexcusables.

« Donne-moi une description détaillée de celui qui t’a fait vivre une telle chose. Je vais leur faire goûter la même agonie, » déclara Zagan.

« Je suis reconnaissante pour cette considération, mais je crois qu’ils sont déjà morts, » déclara Néphy.

Les elfes du village de Néphy avaient été attaqués par les humains, et la majorité d’entre eux avaient été tués. Bien sûr, c’était eux qui avaient abusé de Néphy, donc Zagan n’avait pas eu la moindre pitié pour eux, et Néphy s’était aussi efforcée ces derniers temps de ne pas y penser du tout. Néanmoins, Zagan secoua la tête.

« Et s’ils ne sont que morts ? Il y a d’innombrables sortilèges qui peuvent réveiller les morts. Ce n’est vraiment pas grand-chose. Bien sûr, il semble que les morts-vivants n’ont pas leurs cinq sens, mais leur personnalité demeure. Il y a de nombreuses façons de leur offrir l’agonie, » déclara Zagan.

Ce n’était pas la spécialité de Zagan, mais s’il en avait besoin, il l’étudierait immédiatement. Cependant, Néphy secoua la tête alors que ses cheveux blancs comme neige se balançaient.

« Vous n’avez pas besoin de vous donner tant de mal pour me venger, » déclara Néphy.

« Hmph... Tu es si gentille, Néphy, » déclara Zagan.

« Maître Zagan, vous n’avez pas non plus riposté contre celui qui vous a enfermé dans le tonneau, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

Zagan avait été un peu troublé par sa logique rationnelle.

« Eh bien, les fruits que j’ai volés étaient délicieux..., » déclara Zagan.

« Oui. Le miel était aussi très sucré, » répondit Néphy.

« ... Vous deux... vous avez eu une vie difficile, » déclara Foll.

Tandis qu’ils se sympathisaient entre eux, Foll avait porté son attention sur eux d’une manière quelque peu étonnée. Zagan s’éclaircit alors la gorge comme s’il repoussait ça.

« Raphaël. Je suppose que tu as sûrement au moins déjà été sur un bateau ? » demanda Zagan.

Raphaël, sur lequel Zagan s’était ensuite concentré, ne portait pas sa tenue de majordome habituel, mais portait une armure complète. C’était l’armure de Valefor.

Le visage de Raphaël était trop connu des sorciers. C’est pour ça qu’il portait l’armure que Foll manipulait avant. Il y avait le fait qu’il correspondait à son bras artificiel, mais c’était aussi le meilleur choix pour cacher son visage et prendre une autre identité.

C’est pour cela qu’il était maintenant « Valefor ». Mais il avait retiré son casque dans leur cabine. Et après avoir un peu réfléchi, Raphaël hocha la tête en réponse.

« Dès que j’avais fini de chasser les sorciers jusqu’à l’épuisement, on m’envoyait immédiatement sur le front suivant. Tuer des sorciers sur des navires n’était pas non plus un événement rare, » déclara Raphaël.

Comme Raphaël lui-même n’avait aucune hostilité envers eux, c’était pratiquement une blague. Raphaël marmonna alors sérieusement.

« Le lac est beau. Le vent est rafraîchissant aussi. La brise marine salée de l’océan adhère même à l’Armure Sacrée. Le désagrément de tout cela a involontairement transformé mon expression sinistre. »

L’Armure Sacrée était une armure créée par l’église pour s’opposer aux sorciers. On disait que l’un d’eux, portant une telle armure, était capable de fracasser la terre à mains nues, à mesure qu’il gagnait un pouvoir surhumain.

Si l’expression de cet homme devenait plus sombre, il aurait sûrement l’air d’un bourreau éblouissant avec sa faux à la main. Zagan aurait dû avoir pitié de ceux qui l’accompagnaient sur le bateau.

Zagan avait ensuite porté son attention sur l’armure de Valefor.

« En parlant d’armure, est-ce que c’est gênant ? » demanda Zagan.

« Non. Au contraire, je me sens même mieux que l’Armure Sacrée que j’ai dû porter pendant si longtemps. Avec ça, je ne me laisserai pas distancer par cette racaille de sorciers, » répondit Raphaël.

Raphaël était un Chevalier Angélique. Après avoir perdu son bras gauche dans la bataille précédente et s’être débarrassé de son Armure Sacrée détruite, il serait poussé dans un coin même contre un sorcier de bas rang. C’est pourquoi Zagan avait reconstruit l’armure de Valefor en Armure Sacrée. Raphaël marmonna alors avec beaucoup d’intérêt.

« Mais, mon seigneur, qu’est-ce que c’est que ça ? Le processus de fabrication de l’Armure Sacrée est caché dans l’église. Même pour un Archidémon, il ne devrait pas être quelque chose qui peut être créé à un moment donné, » déclara Raphaël.

« Eh bien, voyons voir. Tout d’abord, c’est une technologie qui n’a aucun sens pour les sorciers, » déclara Zagan.

En entendant cela, Raphaël pencha la tête sur le côté.

« L’Armure Sacrée est une puissance rare qui est capable de s’opposer à un sorcier. Pour quelqu’un comme toi, c’est une chose, mais ne serait-ce pas une puissance qui mérite d’être recherchée par un sorcier de rang inférieur ? » demanda Raphaël.

« C’est déraisonnable. Les Épées Sacrées et l’Armure Sacrée ont une structure fondamentalement différente de celle de la sorcellerie. Peu importe les recherches que tu y fais, cela ne s’applique pas à la sorcellerie. Et mis à part cela, un sorcier novice ne serait pas en mesure de comprendre comment faire de telles recherches, donc il n’y a aucun avantage à enquêter sur ça, » répondit Zagan.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire