Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Une promenade en bateau peut créer une bonne ambiance

Partie 1

Qui était cette fille, je me le demande...

Le jour du bal du soir, Néphy s’habillait dans un magasin de vêtements.

Zagan s’était arrangé pour que Néphy porte une nouvelle robe au bal du soir, mais les deux ne savaient pas comment mettre une robe. À l’époque où Néphy en avait déjà porté une, sa robe avait aussi été mise par une autre personne.

Et celle qui serrait les ficelles du corset de Néphy, avec ses belles ailes vertes tremblantes, était sa bonne amie Manuela. Il y avait un miroir placé devant les yeux de Néphy, et elle se tenait simplement là, les bras écartés, tandis que Manuela continuait à mettre la robe avec une habileté louable. Après un moment d’ajustement de la force du nœud, son amie Manuela lui posa une question.

« Le corset est-il douloureux ? » demanda Manuela.

« Non. Cela me convient ainsi, » répondit Néphy.

« Si tu as l’intention de beaucoup manger, je peux le relâcher un peu ? » demanda Manuela.

« Je ne mangerai pas tant que ça, » répondit Néphy en ayant l’intention de faire un sourire amer alors que le bout de ses oreilles tremblait. Cependant, alors même qu’elle le faisait, le cœur de Néphy s’inquiétait toujours de la Néphy Noire qui l’avait attaqué à Kianoides.

Zagan l’avait réconfortée, mais cette fille serait sûrement au bal du soir où ils allaient. En pensant à la façon dont elle allait la retrouver, Néphy avait fini par avoir peur.

Je... suis vous — qu’est-ce que cela voulait dire exactement ? En regardant sa propre silhouette reflétée dans le miroir, Néphy avait soudain essayé de toucher sa joue. Si les couleurs sur le visage de Néphy étaient inversées, alors celui de cette fille était exactement le même.

Par-dessus tout, c’était une enfant maudite aux cheveux blancs comme Néphy. Cependant, ses yeux étaient déformés par la haine. Comparés à Néphy, qui avait tout jeté, ces yeux étaient comme des antipodes.

Et par-dessus tout, le pouvoir qu’elle exerçait était effrayant. C’est la sorcellerie qui manipulait les cristaux. C’était certainement une puissance terrifiante, mais si on leur demandait s’ils surpassaient la sorcellerie de Zagan et Foll, alors la réponse était un non catégorique. Cependant, ayant commencé ses études de sorcellerie sous Zagan, Néphy comprit. Je peux comprendre exactement ce que cette personne disait...

C’était un pouvoir dont la structure était différente de celle de la sorcellerie qu’exerçaient ces deux-là — un pouvoir proche du mysticisme. Tout en pensant que c’était épouvantable, Néphy avait détourné son pouvoir avec « ce langage » dans l’instant qui avait suivi et avait pu le commander.

C’est pourquoi les mots de Sombre Néphy lui avaient poignardé le cœur. Ces mots étaient sûrement quelque chose de mauvais. Et pourtant, Néphy en comprenait le sens, et probablement, ne serait-ce qu’en les disant... ?

Est-ce que je vais aussi... finir comme ça, je me demande... ?

Détester quelque chose, tuer calmement des gens, exercer ce pouvoir terrifiant d’une manière aussi horrible. Zagan lui donnerait-il son amour si elle était comme ça ? Non, il ne le ferait certainement pas. Si elle s’accrochait à lui, il n’abandonnerait jamais Néphy. Cependant, elle deviendrait simplement un parasite pour lui... un obstacle.

Ce serait insupportable d’être réduit à ne servir à rien comme ça. La raison pour laquelle Néphy était revenue au service de Zagan après avoir été chassée du château était qu’elle voulait le soutenir. C’est pourquoi Néphy n’avait pas pu ouvrir son cœur à ce sujet, même à Zagan. Et tandis qu’elle se tenait les épaules et tremblait, une main berça doucement son bras.

« Néphy, ça va ? »

C’était Manuela. Avant même que Néphy ne s’en rende compte, elle avait fini de mettre la robe. Il s’agissait d’une robe de couleur monochrome, qui utilisait le blanc comme thème sous-jacent, tandis que ses décorations principales étaient faites d’ornements noirs. Il y avait aussi un ruban d’un cramoisi profond autour de sa poitrine qui donnait une impression frappante. Ajoutant que c’était Zagan qui l’avait choisi pour elle, Néphy avait pensé que la robe était plus que ce qu’elle méritait.

Cependant, Néphy secoua la tête comme s’il ne se passait rien du tout.

« Je vais bien. Je réfléchissais, c’est tout, » répondit Néphy.

« Mais tu n’as pas l’air bien du tout..., » répondit Manuela.

Manuela avait ensuite pincé les joues molles de Néphy.

« Néphy, même dans le meilleur des cas, les muscles de ton visage sont raides, mais en ce moment, on dirait un masque. Tu penses que c’est bien de faire cette tête quand tu vas à une fête avec ton maître ? » demanda Manuela.

« C’est... pas... bien, » répondit Néphy.

« N’est-ce pas ? Alors c’est peut-être mieux de parler de ce qui s’est passé, » déclara Manuela.

À la manière de Manuela, elle disait à Néphy qu’elle donnerait ses conseils. Néphy était naturellement reconnaissante pour ses pensées, mais elle n’en avait même pas encore parlé à Zagan. Ce n’était pas quelque chose qu’elle pouvait si facilement mettre en mots.

Et, comme si elle pouvait voir à travers le cœur de Néphy, Manuela regarda le visage de Néphy dans le miroir.

« C’est à propos... de ce sorcier qui s’est déchaîné en ville récemment et qui te ressemblait, Néphy ? » demanda Manuela.

Le corps de Néphy avait tremblé au début. Il ne semblait pas que Manuela l’avait elle-même vu. Mais si elle en avait entendu parler, cela signifierait que c’était devenu une rumeur en ville. Manuela avait alors fait un sourire timide.

« Ton choc se voit sur ton visage tout de suite, tu vois ? » Manuela enroula ses ailes vertes autour du corps de Néphy par-derrière en disant cela, puis continua : « Cette fille était-elle... ? Famille ? Ou une connaissance, peut-être ? »

« ... Non, je ne pense pas... qu’on se connaisse, » Néphy ne l’avait jamais vue dans le village elfique où elle vivait. Et franchement, si elle venait du village, elle aurait sûrement entendu parler d’une fille qui était dans la même situation qu’elle.

« ... C’est juste que... je ne l’aime... vraiment pas, » répondit Néphy.

« Eh bien. C’est le genre de fille qui lancerait soudainement une attaque en plein milieu de la ville, alors c’est logique, » répondit Manuela.

« ... Je ne veux... jamais finir comme elle. » Et alors que Néphy disait cela, maltraitant sa voix, Manuela frotta son visage contre la joue de Néphy comme Zagan l’avait fait l’autre jour.

« Stupide Néphy. Il n’y a aucune chance que tu finisses comme ça, n’est-ce pas ? » déclara Manuela.

Manuela ne savait pas... que Néphy comprenait le langage utilisé par la Sombre Néphy, et que Néphy manipulait le pouvoir de cette fille comme si c’était le sien. Cependant, bien que Néphy n’ait pas pu lui répondre, Manuela avait continué à parler comme si elle trouvait cela étrange.

« Si ça t’inquiète tant que ça, reviens chez moi. Ta grande sœur te transformera en Néphy quand tu voudras... Ou quoi, tu ne crois pas en moi ? » demanda Manuela.

« Ce n’est pas... le cas, » déclara Néphy.

« Alors c’est bon, n’est-ce pas ? Néphy, tu nous as moi et ton maître avec toi. Il y a aussi la petite Foll et aussi tous les habitants de la ville ! » déclara Manuela.

La poitrine de Néphy devint chaude. Elle, qui avait fermé son cœur à cause de la solitude, était maintenant traitée avec gentillesse par Zagan, Manuela et tout le monde en ville.

« ... Mais si je m’accroche à quelqu’un comme ça, j’ai l’impression que je vais finir par me haïr, » déclara Néphy.

Tandis que Néphy prononçait ces mots en gémissant, Manuela se frappa la tête d’une tape de la paume.

« Néphy, ça ne s’appelle pas “s’accrocher”. Ça s’appelle “compter sur quelqu’un”, non ? » déclara Manuel.

« Compter sur quelqu’un... ? » demanda Néphy.

Néphy la fixa avec étonnement et Manuela lui brossa doucement la tête.

« Ouaip. Tu comptes sur nous. N’avoir personne sur qui compter, c’est vraiment triste, tu sais ? » déclara Manuela.

Est-ce que s’accrocher et se fier... est différent ?

Pour Néphy, qui avait toujours été seule dans le village elfique, les deux mots ne semblaient pas du tout différents. Si elle essayait de s’accrocher à quelqu’un, elle serait sans faute frappée et rejetée tout en étant regardée d’un air froid. S’en remettre à quelqu’un aurait dû être la même chose. Après tout, c’était un péché pour une enfant maudite qui n’aurait jamais dû exister.

Le fait que Néphy ait renoncé à « s’accrocher » et à « compter sur les autres » s’était produit quand elle était extrêmement jeune.

Maître Zagan... est différent de tous les elfes. Elle l’avait compris, mais elle avait oublié depuis longtemps le concept même de faire confiance aux gens. Elle ne savait pas du tout comment « compter » sur les autres... Et puis, Manuela avait parlé comme si elle voyait à travers les pensées dans le cœur de Néphy.

« Alors, si Zagan se retrouvait dans une situation comme la tienne, que voudrais-tu faire ? » demanda Manuela.

« Ce n’est pas évident ? Je voudrais qu’il m’en parle quoiqu’il arrive, et j’appuierais... Ah..., » alors qu’elle s’énervait pour faire valoir son point de vue avec véhémence, Néphy avait fait entendre une voix embrouillée.

« C’est comme ça que ça se passe. Ça ne fait pas mal, hein ? » demanda Manuela.

« ... Tu as raison, » déclara Néphy.

Si Néphy poussait de son propre gré, si elle ne s’arrêtait pas et ne s’accroupissait pas, ce n’était pas « s’accrocher » à qui que ce soit. Ce n’était pas la même chose que d’être un parasite unilatéral. Et cette prise de conscience avait permis à Néphy de faire enfin un pas en avant.

« Je vais... essayer d’en parler correctement avec Maître Zagan, » déclara Néphy.

C’était le problème de Néphy. Peu importe, qui était cette Sombre Néphy, et même si quelque chose en elle devait changer en s’impliquant avec cette Sombre Néphy, Néphy devait régler ce problème.

Oui, je veux que Maître Zagan le sache. C’est pourquoi elle n’avait pas voulu s’en soucier toute seule, et au lieu de cela, elle allait ouvrir son cœur à Zagan. Et alors que Néphy l’en avait informée, Manuela lui caressa la tête pour louer sa mignonne petite sœur.

« Voilà. Si jamais tu as envie de pleurer, alors viens tout de suite. Je le cacherai même à ton maître, » déclara Manuela.

« Si ça arrive un jour, je serai à tes soins, » répondit Néphy avec obéissance.

Trouvant sa réponse inattendue, Manuela avait regardé en réponse avec émerveillement. Au bout d’un moment, elle avait souri comme si elle pensait à une mauvaise blague.

« Fufufufu, je t’attends, d’accord ? J’ai une trop grande quantité de sous-vêtements à recommander, tu sais ? » déclara Manuela.

« Je m’abstiendrai de telles choses, » déclara Néphy.

En voyant sa bonne amie sortir une culotte qui semblait n’être faite que de ficelles, Néphy avait catégoriquement refusé sa proposition.

 

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! Ah ce teasing de l'artwork de la robe !!

Laisser un commentaire