Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 5

***

Chapitre 1 : Je vais me fâcher même si celle qui a levé la main contre ma fiancée est une belle fille

Partie 5

Mis à part cela, il ne restait qu’une seule confiserie sur la table. On avait dit à Zagan que son nom était un macaron. C’était une confiserie qui avait une texture croquante comme un biscuit, mais qui contenait de la crème à l’intérieur. Il avait une variété multicolore d’aspects extérieurs, ce qui lui donnait un aspect brillant, mais encore plus que cela, sa riche douceur avait une bonne affinité avec le thé, c’était donc l’une des confiseries que Zagan aimait beaucoup. En regardant la main de la jeune fille s’arrêter de se tendre vers les confiseries, Zagan avait incliné la tête sur le côté.

« Foll, il en reste encore un, tu sais ? » demanda Zagan.

« C’est pour toi, Zagan, » répondit-elle.

Il était probable qu’elle voulait tous elle-même les manger, mais elle avait tout de même laissé le dernier à part. Foll regardait le macaron à contrecœur. Se sentant en quelque sorte extrêmement charmé par cela, Zagan avait pris la dernière confiserie et l’avait mordue.

« Mmm... Les friandises d’aujourd’hui sont certainement plus délicieuses que la normale, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

Foll hocha ensuite la tête tandis que ses tresses vertes se balançaient.

« Néphy... semblait de bonne humeur depuis ce matin. C’est probablement... grâce à ça, » déclara Foll.

« F-Foll ! » s’écria Zagan.

« Se mettre sur les genoux, ça fait du bien, mais je ne pense pas que ce soit juste ça. Zagan, as-tu fait autre chose ? » demanda Foll.

« Hein... ? Non, je ne suis pas sûr de ce que tu veux dire par là, » déclara Zagan.

La seule chose qui lui était venue à l’esprit, c’était de comment il l’avait mise sur ses genoux et l’avait enlacée. Mais cela avait échoué de toutes sortes de façons...

Zagan avait ensuite jeté un coup d’œil pour voir la réaction de Néphy et avait remarqué que sa bouche s’ouvrait et se fermait pendant que ses deux mains erraient en l’air. Il semblait qu’elle avait perdu son sang-froid à cause de son embarras.

Wôw... Si mignonne !

D’après sa réaction, il pouvait dire que la remarque de Foll avait mis le doigt dans le mille.

Je ne sais pas ce qui a eu un tel effet, mais je suppose que c’est pour cela qu’elle a mis un peu plus de volonté à faire des sucreries et du thé..., et cette fille, qui avait mis tant d’efforts dans de telles choses triviales, était insupportablement adorable.

Foll sauta alors des genoux de Zagan.

« Il est temps que je rende les genoux de Zagan à Néphy, » déclara Foll.

« Ce n’est pas comme si je voulais m’asseoir sur les genoux de Maître Zagan, tu sais ? » Néphy gonfla ses joues, et Zagan tapota visiblement ses genoux pour elle.

« Tu ne le veux pas ? » demanda Zagan.

« ... Maître Zagan, c’est méchant. » Néphy avait montré des signes d’hésitation pendant un instant, mais elle s’était immédiatement rappelé que Barbatos était là. Après s’être levée à moitié, elle secoua la tête.

Si Barbatos n’était pas là, elle aurait pu s’asseoir sur ses genoux. Non, elle l’aurait sûrement fait. Il y a eu des moments où il commettait un crime sans en être conscient en échouant complètement à la fois dans ses paroles et dans sa conduite, mais même lorsque Zagan faisait des demandes exagérées et déraisonnables, Néphy faisait toujours de son mieux pour répondre à ses attentes au bout du compte.

Ah, bon sang, est-ce que cet abruti de Barbatos va partir... ? Si seulement cet homme n’était pas là, Zagan pourrait encore une fois voir Néphy se tourmenter quant au sentiment de confort sur ses genoux. Et tandis que Zagan fixait Barbatos d’un regard sanguinaire, il jeta le dernier morceau de macaron dans sa bouche et se leva.

« Maintenant, j’ai des choses à faire. Il est temps qu’on y aille, Néphy, » déclara Zagan.

« D’accord, » comme si elle se sentait soulagée, mais déçue, le bout des oreilles de Néphy tremblait en se levant. En vérité, il voulait persister jusqu’à ce que Néphy perde patience et s’assoie sur ses genoux, mais malheureusement, Zagan avait des projets pour la journée.

Cependant, Barbatos plissa ses sourcils face à ses paroles.

« Alors, quoi ? Dois-tu te préparer pour le bal du soir ou quelque chose comme ça ? » demanda Barbatos.

« Quelque chose comme ça, » répondit Zagan.

Pendant que Barbatos affichait une tête perplexe, Zagan avait sorti la lettre d’invitation pour le bal du soir.

« L’invitation dit d’emmener aussi Chastille, » déclara Zagan.

Il n’était pas particulièrement nécessaire de s’y conformer avec une honnêteté insensée, mais l’adversaire était un Archidémon. Même si Zagan ne l’avait pas emmenée, il était probable qu’elle serait obligée de participer au bal du soir contre sa volonté.

Après tout, cette fille est gênante même dans le meilleur des cas...

S’il ne lui en avait pas au moins parlé, il pouvait déjà la voir à moitié au bord des larmes devant un Archidémon. Franchement, il pensait qu’il n’avait pas vraiment de raison de s’occuper d’elle dans une telle mesure, mais c’était finalement de sa faute. La traiter en silence l’aurait laissé avec un mauvais goût dans la bouche. De plus, il y avait aussi le fait qu’elle était l’amie de Néphy, et Zagan ne la détestait pas non plus particulièrement. C’est pourquoi il avait prévu d’aller la voir avec Néphy. En entendant le nom de Chastille, Barbatos avait fait une tête désagréable.

« À ce propos, combien de temps dois-je continuer à m’occuper de cette femme ? » demanda Barbatos.

Et en réponse à cela, Zagan fixa Barbatos avec admiration.

Ah, maintenant que j’y pense, je ne lui ai jamais donné de date, n’est-ce pas ? Il y a environ un mois, la vie de Chastille était la cible d’un membre de l’Église. À ce moment-là, Zagan avait ordonné à Barbatos de la protéger au fil des événements. Un mois s’était écoulé depuis lors, mais il semblait que cet homme continuait fidèlement à protéger Chastille. Après y avoir réfléchi un peu, Zagan inclina la tête sur le côté avec une expression calme.

« Ai-je dit qu’il y aurait une limite de temps ? » demanda Zagan.

« Argh... Merde, je pensais que tu étais trop prodigue. C’est une arnaque, bon sang, une vraie arnaque, » avec un gémissement, Barbatos se souvint soudain de quelque chose et continua à parler, « En fait, pourquoi était-elle invitée ? »

« Tous les habitants de mon château, y compris ceux qui ont servi temporairement, ont été invités. Il avait probablement prévu d’appeler tous ceux qui étaient impliqués avec moi, » répondit Zagan.

Après la réponse de Zagan, pour une raison inconnue, Barbatos avait souri d’un sourire diabolique alors qu’il brossait ses cheveux négligés.

« Haaah... Je vois. Je suppose qu’avoir un Archidémon qui me respecte n’est pas un si mauvais pressentiment. Si c’est comme ça, je t’accompagne aussi, » déclara Barbatos.

« Quoi... ? Ton nom n’était pas écrit, » déclara Zagan.

« Attends, vraiment ? Pourquoi ça ? » demanda Barbatos.

« Comme si ça m’intéressait, » répondit Zagan.

Et cette fois, Barbatos s’était effondré en larmes.

Ce type est un vrai emmerdeur.

Cependant, même découragé, Barbatos était resté arrogant.

« Non, attends un peu... Si vous êtes tous invités au bal du soir, ça ne veut pas dire que le château et le Palais de l’Archidémon seront vides ? » demanda Barbatos.

Le Palais de l’Archidémon était le nom du château de l’Archidémon Marchosias. Sa gestion avait été fondamentalement laissée à Raphaël et Foll, et même si Foll revenait chaque fois qu’il était l’heure de manger, elle passait la journée là-bas à enquêter. Aujourd’hui aussi, alors que Zagan et Néphy allaient visiter la ville, Foll prévoyait de se diriger vers le Palais de l’Archidémon.

Zagan avait alors hoché la tête comme si ce n’était pas grave.

« Eh bien, c’est comme ça, » déclara Zagan.

« C’est un peu négligent de ta part, tu ne trouves pas ? Pendant ton absence, pourquoi ne pas demander à ton vieux pote de jeter un petit coup d’œil aux alentours ? » demanda Barbatos.

« Zagan, comme je le pensais, il vaudrait mieux en finir avec ce truc, » déclara froidement Foll.

Et avec une veine sur le front, Barbatos avait crié de colère.

« Espèce de sale gosse... Erk, mais c’est Zagan qui décide. Qu’est-ce que t’en dis, mec ? » demanda Barbatos.

« Voyons voir... Ça ne me dérange pas vraiment, » déclara Zagan.

Foll fixa Zagan d’un regard réprobateur en entendant ses paroles.

« Zagan, tu gâtes trop l’homme à tout faire. Ce type a l’intention de cambrioler le Palais de l’Archidémon, » répondit Zagan.

« Il n’y a pas de raison de s’inquiéter. J’ai fait en sorte que si un étranger essaie d’accomplir quoi que ce soit, il subira une punition appropriée, » répondit Zagan.

« Une punition appropriée... ? » Foll pencha la tête sur le côté, émerveillée, mais Barbatos avait gémi en s’opposant avec véhémence à ses paroles.

« Espèce d’enfoiré, alors c’est vraiment ce que tu as fait !? J’ai échappé de justesse à la mort la dernière fois que j’ai essayé de faire sortir un grimoire ! » cria Barbatos.

« ... Hein ? Donc ça ne t’a pas tué..., » déclara Zagan.

« Pourquoi es-tu si déçu ? » demanda Barbatos.

Il avait été créé pour que si quelque chose était retiré du Palais de l’Archidémon sans le consentement de Zagan, alors la sorcellerie s’active et puisse même tuer un candidat Archidémon.

Comme ce type n’est pas mort, je devrais améliorer un peu le piège, non ?

Comme on pouvait s’y attendre, il semblait qu’il n’avait pas réussi à voler un grimoire, mais cet homme n’apprendrait sûrement rien et recommencerait à le faire. Dans ce cas, le piège actuel n’avait aucune signification. Foll avait alors l’air d’avoir peur de quelque chose, et Zagan lui tapota de nouveau la tête.

« Ne t’inquiète pas, je l’ai fait pour qu’il ne réagisse pas à toi ou à Raphaël, » déclara Zagan.

« Zagan, si compétent, » déclara Foll.

En entendant la voix d’admiration de la jeune fille, Zagan pencha la tête sur le côté.

« N’est-ce pas totalement normal de faire ça ? » demanda Zagan.

Si l’on ne faisait pas au moins la distinction entre les personnes contre lesquelles il s’active, tous les subordonnés ou les membres de la famille se feraient prendre au piège. Toutefois, Barbatos était d’accord avec Foll.

« C’est impossible que ce soit normal, non ? C’est déjà assez dur d’obtenir de la sorcellerie qui peut faire la différence entre toi et d’autres personnes ! Bon sang, » s’écria Barbatos.

« Dans ce cas, Néphy et Foll se feraient toucher par ça, » répondit Zagan.

« Tu crois qu’il y a un sorcier qui en a quelque chose à foutre de ces conneries ? » s’écria Barbatos.

Maintenant qu’il en parle, la plupart des sorciers ne pensent qu’à eux-mêmes. Il est vrai qu’il n’y avait pas besoin d’une sorcellerie aussi sélective dans le choix de ses cibles.

Il n’y avait aucune chance que je laisse ma propre sorcellerie faire du mal à Néphy..., la première chose qu’il fit après l’arrivée de Néphy dans son château fut de modifier tous les pièges. À l’époque, il n’y pensait pas vraiment, mais en y repensant, il n’avait jamais vu ce genre de sorcellerie auparavant. Il semblait que c’était aussi un truc original de Zagan.

Zagan avait ensuite laissé sortir un grognement avec un « Hmph ».

« Ce n’était pas beaucoup de travail. En plus, je ne peux pas m’appeler Archidémon sans être capable de faire quelque chose de ce niveau, non ? » demanda Zagan.

« Ouais, ouais..., » Barbatos s’était levé de son siège avec une expression déconcertée en disant ça. Puis, il avait utilisé la sorcellerie pour étendre une ombre à ses pieds et avait commencé à s’y enfoncer, mais tout à la fin, il avait soudainement murmuré quelque chose, comme si cela lui était venu à l’esprit.

« Oups, c’est vrai. Laisse-moi vérifier au cas où, mais est-ce que je peux vraiment ne pas parler ? » demanda-t-il.

Tandis que Zagan s’apprêtait à le réprimander, il remarqua que Barbatos ne le regardait pas, mais Néphy. Néphy montra de légers signes d’hésitation, mais quand même, elle hocha immédiatement la tête.

« Haaah... Quel gaspillage d’efforts ! Comme c’est stupide. » Et pendant qu’il se maudissait, Barbatos s’était enfoncé totalement dans l’ombre et s’en alla.

Après l’avoir vu partir, Néphy s’était serré la poitrine.

« Le Seigneur Barbatos... est aussi gentil à certains égards, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

« Hein ? On ne discutait pas juste avant de savoir s’il fallait le tuer ou pas, » demanda Zagan.

« Maître Zagan, Le Seigneur Barbatos est un ami, non ? » Néphy murmura comme si elle n’était pas si sûre de ce fait, et Zagan pencha la tête sur le côté comme si sa réaction était totalement inattendue.

« Non ? Je ne ressens pas vraiment la même chose pour lui..., » répondit Zagan.

« Est-ce que c’est si..., » commença Néphy.

Même si elle était quelque peu étonnée, les oreilles de Néphy flottaient et se bousculaient d’une manière quelque peu heureuse.

Barbatos était irritant, mais Zagan était satisfait de voir Néphy de bonne humeur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^ Pauvre Barbatos quand même...

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire