Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : Je vais me fâcher même si celle qui a levé la main contre ma fiancée est une belle fille

Partie 4

« Tu as été invité à un bal d’Archidémon !? »

Le lendemain, en début d’après-midi, l’ami indésirable de Zagan, Barbatos, s’exclama d’une voix forte. Comme toujours, il avait un visage malsain avec des ombres sous les yeux, et il ébouriffait ses cheveux noirs mal coiffés tout en ayant l’air surpris.

Ils se trouvaient actuellement dans la salle du trône, mais ils étaient assis au centre de la zone, un pas en dessous de la plateforme du trône. De plus, il y avait une petite table préparée avec assez de sièges pour quatre, et Zagan, Barbatos, Néphy, et Foll étaient placés autour.

Plusieurs variétés de confiseries et de thé étaient disposées sur la table. Cependant, moins de la moitié de ce qui avait commencé comme une montagne de confiseries était restée. C’est parce que Foll se les était mis l’un après l’autre dans la bouche.

Et pendant qu’ils parlaient, Zagan prit une gorgée de sa tasse de thé, et à sa propre convenance, Néphy prit la théière.

« Maître Zagan, voulez-vous encore du thé ? » demanda Néphy.

« Eh bien, je te laisse faire. » Sa tasse était presque vide. Et après que Zagan ait pris une dernière gorgée pour la vider, il avait hoché la tête. Néphy effectua un déplacement à la théière en montrant clairement sa joie, ce qui rendit Zagan plutôt serein.

On dirait que les choses d’hier ne traînent pas en longueur, hein ?

Quand elle était revenue au château, elle se sentait terriblement déprimée, mais le matin, elle avait l’air si joyeuse... Ce n’était pas vraiment une expression, mais ses oreilles étaient droites comme si elle était de bonne humeur. Après que Néphy ait posé le pot, Zagan avait pris sa tasse à thé en main et avait commencé à apprécier le parfum.

« Hmm, un bon arôme. Je vois que le thé d’aujourd’hui est d’autant plus délicieux, » déclara Zagan.

« Vos louanges m’apportent le comble de la joie, Maître Zagan, » déclara Néphy.

Il avait l’impression que son humeur s’était améliorée parce que le parfum du thé était plus prononcé que d’habitude. Et tandis que Zagan faisait de même avec un sourire, Barbatos éleva la voix emplie de reproches.

« ... Tu sais, même si je suis surpris ici, pourquoi vous buvez tous du thé comme si de rien n’était ? » demanda-t-il.

« La ferme, Barbatos. Pourquoi devrais-je réagir chaque fois qu’un salaud comme toi est surpris par quelque chose ? » demanda Zagan.

« Écoute, c’est bien de ne pas me montrer l’hospitalité, mais peux-tu au moins me traiter comme un humain ici ? » demanda Barbatos.

Tout en se grattant la tête comme si c’était fatigant, Zagan avait remis sa tasse à thé sur sa soucoupe.

« Alors, qu’est-ce qui te surprend tant ? » Zagan lui demanda en réponse, ce qui fit marmonner Barbatos avec un regard d’étonnement bien visible sur son visage.

« Eh bien, tu sais. Quand tu parles d’un bal du soir... c’est ça, hein ? Un bal de sorcier, c’est ça ? » demanda Barbatos.

« L’invitation vient d’un roi parmi les sorciers. Alors qu’est-ce que cela pourrait être d’autre que ça ? » demanda Zagan.

Un bal du soir peut aussi signifier un rassemblement de nobles de la haute société. Ce n’est pas comme s’il ne comprenait pas le sentiment de vouloir vérifier cela, mais tant que c’était organisé par un sorcier, il était difficile de penser à autre chose qu’un bal du soir de sorcier. Quelque chose comme un bal du soir d’un noble n’avait aucun sens pour les sorciers, car ils ne s’intéressaient même pas à eux.

Barbatos secoua alors la tête, son expression semblant ennuyée par le manque de compréhension de Zagan.

« Je veux dire par là, est-ce qu’un Archidémon tiendrait vraiment un bal du soir... ? » demanda Barbatos.

Oui, ce fait avait aussi déconcerté Zagan.

Si un Archidémon veut quelque chose, tout ce qu’il avait à faire, c’est de l’ordonner.

Les Archidémons étaient arrogants et puissants, le sommet absolu des sorciers. Comme le bal du soir était un lieu d’échange de connaissances et de biens pour les sorciers, c’était aussi une assemblée de faibles. Pourquoi un Archidémon se montrerait-il, sans parler d’en héberger un ?

Eh bien, je suppose que c’est pour tendre un piège.

Barbatos avait ensuite laissé sortir un petit grognement.

« Eh bien, c’est une histoire assez louche, hein ? Laisse ce sage vous donner un avertissement. Il y a quatre vingt à quatre-vingt-dix pour cent de chances qu’il s’agisse d’un piège. Sois prudent, » déclara Barbatos.

« Je dirais que c’est loin de 80 %. C’est évidemment tout simplement à cent pour cent, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu dis au juste ? » Zagan avait fait une tête exaspérée, et Barbatos avait été laissé à court de mots.

Peut-être après avoir trouvé Barbatos aussi pitoyable, Foll lui avait prononcé des paroles réconfortantes dans un tour inhabituel.

« Zagan, l’homme à tout faire n’est pas très intelligent. C’est mieux de le dire d’une manière plus clémente, » déclara Foll.

« Je suppose que c’est vrai. C’est de ma faute, Barbatos. J’ai parlé trop vivement, » déclara Zagan.

« Merde, ne vous moquez pas de moi, bande d’enfoirés ! Et puis, qui est un homme à tout faire, petite morveuse ? » s’écria Barbatos.

Tandis que Barbatos commençait à s’échauffer, Foll avait fait une grimace déplaisante et avait tiré l’assiette des confiseries vers elle.

« Un humble sorcier qui vient ici juste pour le goûter de Néphy ne devrait pas avoir l’air si égocentrique. En plus, quand il s’agit de vieillir, j’ai vécu trois fois plus longtemps que toi, l’homme à tout faire, » déclara Foll.

« C’est pareil pour toi, morveuse. Pourquoi es-tu si condescendante ? » demanda Barbatos.

« Barbatos, c’est toi qui devrais t’occuper de ta putain de bouche. Le fait de désigner ma fille comme une petite morveuse est plus qu’une raison suffisante pour que je te tue, tu sais ? » déclara Zagan.

Tandis que Zagan le poussait froidement sur le côté, Barbatos avait tenu sa tête comme s’il avait mal à la tête.

« Comment dire, Zagan... ? Ne la dorlotes-tu pas un peu trop ? » demanda Barbatos.

« Quoi... ? Comment ça, je la dorlote exactement ? » demanda Zagan.

« Qu’est-ce que tu racontes !? Elle mange des bonbons sur tes genoux même si tu as un invité ici ! » déclara Barbatos.

Avec un « Hmm », Zagan avait regardé ses propres genoux. Foll était assise sur les genoux de Zagan pendant toute la durée de sa conversation avec Barbatos. Tandis qu’il la regardait fixement, Foll se pencha complètement en arrière, se collant contre Zagan, et pencha la tête sur le côté comme s’il demandait « Je ne peux pas ? » tel un chaton. Bien sûr, il n’y avait pas moyen qu’elle ne puisse pas. Et Zagan avait fait une déclaration comme s’il n’avait aucun doute à ce sujet.

« C’est toi, le salaud qui a fait irruption pendant que je prenais le thé. Je ne comprends pas pourquoi je ferais partir ma fille juste pour entendre tes bavardages..., » déclara Zagan.

En premier lieu, Zagan n’avait jamais considéré Barbatos comme un invité. Depuis que Foll était officiellement devenue la fille adoptive de Zagan, c’était devenu une routine quotidienne pour eux de prendre une collation comme celle-ci après le déjeuner. C’est à ce moment de la journée que Zagan avait mis ses recherches en veille pour qu’ils puissent passer du bon temps ensemble.

Hier soir, le fait que Zagan ait mis Néphy sur ses genoux et ne l’ait pas laissée partir avait fini par être divulgué à Foll, et à la suite de ça, la jeune fille s’était assise sur ses genoux.

« ... Non, ça suffit comme ça, » déclara Barbatos.

Et tandis que les ombres autour de ses yeux devenaient de plus en plus profondes, Barbatos poussait un soupir.

« Alors quoi ? Comptes-tu accepter l’invitation de l’Archidémon ? » demanda-t-il.

« Il a envoyé une invitation ridicule, après tout. Je ne suis pas si indulgent que je vais simplement l’ignorer, » déclara Zagan, en regardant Barbatos d’un air renfrogné pendant tout le temps. Puis il avait poursuivi. « Et alors ? Ce n’est pas comme si tu venais ici pour aboyer des plaintes aussi inutiles, n’est-ce pas ? »

Et comme il allait droit au but, Barbatos avait affiché un large sourire.

« Kehehehe, écoute, cette elfe là-bas a été attaquée par un sorcier à Kianoides hier, alors j’ai pensé que tu voulais peut-être des infos..., » déclara Barbatos.

« ... Argh. » Zagan était conscient que sa rage se manifestait sur son visage.

Je ne sais pas qui c’était, mais je vais leur faire regretter d’être nés, même si ça prend des centaines d’années !

Il ne pensait pas que ce serait l’Archidémon qui lui enverrait l’invitation, mais même si c’était le cas, Zagan n’hésiterait pas. Et Zagan avait ensuite souri alors que ses yeux étaient devenus injectés de sang.

« Parle. Si l’information m’est utile, je te donnerai autant de récompenses que tu le souhaites, » déclara Zagan.

« Oh, maintenant tu en parles... Hein, eeek ? » Barbatos avait poussé un cri quand il s’était retourné.

En regardant autour de lui, Zagan remarqua que Foll avait déployé plusieurs cercles magiques et était sur le point de déclencher une attaque. Il caressa doucement la tête de Foll afin de l’apaiser.

« Là, là, là. Je sais que tu n’aimes pas le visage de ce type, mais ne le tue pas soudainement, » déclara Zagan.

« Qu’est-ce qui ne va pas avec mon visage ? » demanda Barbatos.

Après que Zagan l’eut avertie, Foll avait défait ses cercles magiques pour l’instant, mais grogna encore vers Barbatos de façon menaçante. Il était inhabituel de voir Foll être agressive à ce point, alors Zagan croisa les bras et avait réfléchi profondément à la question.

Tout comme hier avec Néphy, elle ne veut pas que je l’entende... C’est ce que ça veut dire ?

Il avait ensuite jeté un coup d’œil à Néphy, qui n’avait pas une réaction aussi extrême que l’autre jour, mais il pouvait dire qu’elle serrait sa jupe contre la table. Elle avait besoin d’un peu plus de temps avant de pouvoir ouvrir son cœur à ce sujet.

Néphy l’avait peut-être fait parce qu’elle avait été la première à réaliser la réaction de Foll, ou peut-être qu’il y avait une autre raison particulière à cela. Dans tous les cas, c’était l’opinion honnête de Zagan qu’il voulait respecter la volonté de sa fille. Alors, cédant, Zagan caressa une fois de plus la tête de Foll.

« ... Compris. J’attendrai que Néphy en parle, alors ne te fâche pas, » déclara Zagan.

Foll leva les yeux et s’émerveilla alors qu’il l’informa de sa décision. Néphy, elle aussi, s’émerveilla un seul instant, mais elle déplaça timidement son regard vers le bas. Ce n’était certainement pas seulement l’imagination de Zagan que ses oreilles bougeaient d’un frémissement heureux. Foll murmura alors comme si elle trouvait ça étrange.

« Zagan, peux-tu après tout vraiment lire dans les pensées ? » demanda Foll.

« Qui sait, » dit Zagan en haussant les épaules, puis il parla à Barbatos en disant : « C’est comme ça. Je n’ai pas besoin de tes informations cette fois. »

« ... Est-ce vraiment bon ainsi ? Je suis sûr que tu le regretteras si tu ne prends pas ça au sérieux, » déclara Barbatos.

« Comme si ça m’intéressait, » répondit Zagan.

Mais Barbatos ne faisait pas ça que pour chercher une récompense.

Quelque chose de grave peut arriver, hein ? Néanmoins, Zagan avait dit qu’il attendrait. Dans ce cas, il n’irait pas plus loin. Il montrerait qu’il pouvait tout protéger de toute façon. C’était l’allure d’un Archidémon en qui Zagan croyait.

Pourtant, Barbatos s’accrochait comme s’il disait qu’il n’y avait plus de recul.

« Non, mais tu sais..., » commença Barbatos.

« Zagan, l’homme à tout faire semble avoir la langue bien pendue. C’est mieux de l’achever, » déclara Foll.

« Espèce de vaurien, ne tiens-tu pas à la vie humaine !? » demanda Barbatos.

Est-ce à toi de parler ainsi... ? C’était l’homme même qui avait utilisé le chaos provoqué par la mort de l’Archidémon Marchosias pour enlever de jeunes femmes en vue de rituels sacrificiels. Traiter la vie comme précieuse après tout ce qui avait fait lui avait semblé beaucoup trop hypocrite.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Je ne comprends pas la réticence des filles a dire qui les a attaqués.

  2. Merci pour les chapitres!

Laisser un commentaire