Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Je vais me fâcher même si celle qui a levé la main contre ma fiancée est une belle fille

Partie 1

« ... Comme je le pensais, ça ne marchera pas comme de la sorcellerie, hein ? » déclara Zagan.

Le soir. Dans les archives du château de Zagan. Zagan gémissait en regardant un bout de papier qui possédait un mystérieux motif dessus. C’était semblable à un circuit de sorcellerie, mais c’était différent.

Les symboles normaux utilisaient des circuits formés en lignes droites et en cercles comme thème de base, et chaque forme individuelle n’était pas si compliquée. En fait, beaucoup d’entre eux pourraient être enfilés ensemble d’une telle façon et inclus dans un cercle magique sous n’importe quelle forme. Cependant, les symboles sur le bout de papier n’utilisaient que des lignes qui se tordaient comme des serpents, et non seulement ils n’utilisaient pas de lignes droites, mais ils utilisaient souvent des points.

On aurait dit que beaucoup de lettres étaient réunies, mais si c’était le cas, il ne pouvait pas du tout dire où les délimiter, ou si elles n’étaient qu’une seule lettre, ou même si c’était une certaine forme de vocabulaire.

C’était quelque chose que Zagan avait copié de la gravure sur la grande épée placée debout devant ses yeux. Au sommet d’un sinistre piédestal sculpté dans l’obsidienne se trouvait une épée d’une beauté indigne. Et des symboles pâles étaient gravés le long de sa lame d’un blanc pur. C’était une Épée Sacrée.

Il faisait partie d’une série d’objets utilisés par l’Église pour détruire le roi des démons, et était aussi leur plus grande arme contre les sorciers. En plus, c’était un symbole de leur pouvoir. Il n’y en avait que douze, et l’une de ces Épées Sacrées était entre les mains d’un roi parmi les sorciers, l’Archidémon Zagan.

Si ce fait était rendu public, l’équilibre du pouvoir entre les sorciers et l’Église s’effondrerait sûrement. S’il menaçait l’Église en se basant sur ce fait, alors il pourrait probablement le confier à une personne influente pour y accumuler une fortune. C’était vraiment un trésor qui pouvait ébranler le monde.

Quant à la grande Épée Sacrée en question, Zagan avait pris un marteau de la table dans sa main et essaya de le frapper contre la lame sans le moindre signe de respect. Voyant que la lame était ébréchée par l’impact, il pouvait dire que la résistance du métal lui-même n’était pas si grande. Si le cardinal qui idolâtrait l’Épée Sacrée voyait cette action, il ferait probablement une crise cardiaque. Mais pour le dire franchement, la personne en question était déjà sous une pierre tombale.

Tout en enquêtant sur l’Épée Sacrée, Zagan avait essayé de vérifier l’effet des symboles en eux-mêmes en les insérant dans un cercle magique, mais il avait été incapable d’activer une sorte de pouvoir.

Y a-t-il quelque chose comme un ordre d’activation ? Ou est-ce qu’un rituel est nécessaire ? Ou peut-être que le simple fait de l’écrire requiert un pouvoir particulier ?

Pour le moment, Zagan avait compris quels étaient les matériaux utilisés pour les peindre et avait utilisé la même chose, mais ils semblaient sans rapport. Et, comme incapable de cacher sa fatigue, Zagan se frotta les yeux et regarda sa main droite.

Un sceau gravé par le mana était alors remonté à la surface de sa main. L’Emblème de l’Archidémon... C’était la preuve de son statut qui contenait un mana énorme en lui.

Zagan avait deux buts. L’un était de trouver un moyen de tuer les démons, et l’autre de trouver une méthode pour détruire l’Emblème de l’Archidémon.

Sans un moyen de briser ce truc, je ne pourrai pas tuer les douze autres Archidémons.

La raison pour laquelle il enquêtait sur l’Épée Sacrée était que les armoiries gravées dessus ressemblaient à celles de l’Emblème de l’Archidémon. Toutefois, il n’avait pas eu d’autre choix que d’admettre que les résultats de son enquête n’avaient pas été favorables.

Zagan claqua des doigts en s’irritant.

« Raphaël, tu es là ? » demanda-t-il.

« M’as-tu appelé ? » Un majordome était apparu de nulle part, vêtu d’une queue-de-pie avec une armure placée autour de son bras gauche. Même dans le meilleur des cas, cet homme avait un visage effrayant, et en plus, il avait une horrible cicatrice gravée en travers de la joue jusqu’à son front qui lui donnait un air diabolique. Il semblait avoir plus de cinquante ans, mais de sa colonne vertébrale parfaitement droite à son corps tempéré, on ne sentait pas du tout qu’il s’était émoussé avec l’âge.

Ce n’était vraiment pas si surprenant. Cet homme était un ancien archange qui avait tué 499 sorciers. Ayant perdu son bras gauche, il portait une armure artificielle, mais ses véritables capacités étaient toujours aussi fortes. Un mois s’était écoulé depuis que lui et Foll avaient fini par vivre dans le château de Zagan.

 

 

Zagan montra du doigt l’Épée Sacrée posée sur le piédestal.

« Raphaël, tu as dit que même toi, tu ne comprends pas les symboles de cette épée, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

« J’ai le regret de dire que c’est exactement comme tu le dis, » répondit Raphaël.

« Montre-moi un peu de son pouvoir. » Sans aucune hésitation, Zagan ordonna à l’ancien Archange qui tenait le plus haut compte de sorciers morts par sa main de l’histoire. Après que Raphaël ait retiré l’Épée Sacrée du piédestal d’obsidienne, il prononça calmement son nom.

« Écoutez mon appel — Épée Sacrée Metatron. »

Alors qu’il l’appelait, l’Épée Sacrée s’était revêtue d’une flamme pâle. C’est la Flamme de la Purification qui aurait jadis abattu le roi des démons. En touchant cette flamme, toute sorcellerie allait perdre son pouvoir sans exception. Et même un Archidémon n’était pas à l’abri de ce destin.

Le fidèle majordome avait saisi l’Épée Sacrée à deux mains et frappa Zagan sans hésitation. Avec un cliquetis, de minuscules étincelles se répandirent, et l’épée vêtue de feu s’arrêta devant Zagan.

J’ai saisi une Épée Sacrée et même son manieur. Il n’y a aucune aide que je ne mettrai pas à profit, pensa-t-il. Un cercle magique élaboré et compliqué se dressa devant Zagan qui pensait à sa bonne fortune.

« ... Hmm. Comme je le pensais, le pouvoir ne vient pas de la lame. On dirait que ces armoiries me rappellent quelque chose, » déclara Zagan.

L’épée elle-même n’était faite que de métal dur. Ce qui en avait vraiment fait une Épée Sacrée, c’était les armoiries gravées dessus. Il n’y avait pas eu d’erreur sur ce point, mais...

D’une façon ou d’une autre, je ne sais pas du tout comment ça marche...

Ce n’était pas compliqué de la même façon que les circuits de sorcellerie. Non, on aurait même dit qu’il s’agissait d’un simple sort d’une seule phrase, mais le principe qui le sous-tend avait échappé à Zagan. Même après avoir fait des pieds et des mains pour que le propriétaire effectue cette démonstration, il était toujours dans une situation difficile.

Bien qu’il soit le plus jeune sorcier à obtenir le titre d’Archidémon de l’histoire, sa confiance en tant que sorcier avait été anéantie. Ainsi, Zagan poussa un soupir quand il ouvrit la bouche pour parler.

« Bon travail. C’est assez, » déclara Zagan.

« Comme tu le souhaites, » s’exclama Raphaël. Et puis, en regardant Zagan, qui semblait être à bout de souffle, il poursuivit : « Mon seigneur, as-tu aussi des difficultés à éclaircir les mystères de l’Épée Sacrée ? »

« C’est vrai. Écoute, il ne semble pas y avoir d’erreur sur le fait que ces choses sont des lettres, mais elles semblent provenir d’une tradition complètement perdue, » expliqua Zagan. « Elles ne ressemblent à aucune lettre existant actuellement, et semblent également avoir une structure différente de celle des circuits. »

Une tradition perdue signifiait des traditions et des cultures qui avaient été réduites au néant. Évidemment, s’il n’y avait plus personne pour le transmettre, il ne serait même pas laissé dans les livres. L’Église gérait la distribution des Épées Sacrées, mais même eux ne comprenaient pas la signification du motif de ces symboles.

Reconstruire de telles informations prendrait de nombreuses années à un expert, de sorte que même si Zagan était le plus jeune sorcier de l’histoire à devenir un Archidémon, ce n’était pas quelque chose qui pouvait être fait rapidement. Trouvant cela ennuyeux, Zagan regarda fixement l’Épée Sacrée que Raphaël tenait en main.

« Honnêtement, c’est à un point tel qu’il est beaucoup plus convaincant de penser à cette épée comme à un être vivant appelé “Épée Sacrée”, » déclara Zagan.

Zagan s’était concentré sur la partie qu’il avait frappée avec un marteau plus tôt. Il aurait certainement dû être ébréché, mais au lieu de cela, elle avait semblé parfaitement aiguisée. Il semblait que l’épée avait la capacité de se réparer toute seule. Le majordome acquiesça d’un signe de tête et répondit.

« Je vois. Nous ne savons pas non plus si c’est forcément faux, » déclara Raphaël en levant son Épée Sacrée en disant cela, puis en rajoutant : « Les Épées Sacrées choisissent leurs porteurs. Même lorsque je touche cette épée, en de rares occasions, j’ai senti quelque chose ressembler à une volonté. De plus, bien qu’il s’agisse de la même arme, on dit que la façon dont sa puissance est affichée diffère selon le porteur. »

« Maintenant que tu le dis, la tienne est en flamme et celle de Chastille est de lumière, hein ? » déclara Zagan.

Ce n’était pas comme si l’une surpassait l’autre ou quoi que ce soit d’autre, mais cela aurait pu signifier que les attributs des épées avaient été modifiés pour correspondre à ceux de leur manieur. Et ce qui avait décidé de ce que c’était était probablement la « volonté de l’Épée Sacrée » dont parlait Raphaël.

Si elle avait une volonté, cela signifiait qu’il était possible de la considérer comme quelque chose de plus proche d’un être vivant sous la forme d’une épée.

Cependant, puisqu’elle avait la forme d’une épée, alors il devrait y avoir un créateur original.

Une épée était faite pour être maniée par les individus. Et s’il y avait quelqu’un qui les fabriquait, il existait une méthode de fabrication à un moment donné.

« Plutôt que d’analyser l’épée elle-même, il serait peut-être plus réaliste d’examiner cette option, » déclara Zagan.

Bien sûr, il y avait beaucoup de choses qui étaient claires en enquêtant sur les Épées Sacrées. En comparant avec les informations contenues dans les livres du Palais de l’Archidémon, Zagan avait découvert que ces lettres étaient autrefois appelées Célestian. Elles semblaient être les lettres utilisées par la divinité depuis les temps anciens, mais on disait qu’elles provenaient du commencement de ce monde et qu’elle avait été perdue depuis très longtemps.

C’était une langue totalement inconnue. Le sens et même la prononciation n’étaient pas clairs, il serait donc difficile d’obtenir plus d’informations à ce sujet. Tandis que Zagan se perdait dans ses pensées, Raphaël avait finalement remis l’Épée Sacrée sur le piédestal.

« Est-il temps que je te rende l’Épée Sacrée ? » demanda Zagan.

« Si je dois l’exercer, tu peux me l’ordonner, » déclara Raphaël.

Et pendant qu’ils parlaient de ces choses... Le front de Zagan s’était plissé.

La barrière de Kianoides s’est-elle activée ? La barrière qu’il avait préparée dans le cas où la bataille éclatait en ville pour réparer les dommages causés aux bâtiments s’était automatiquement activée. Il l’avait fait pour qu’il réagisse même si Néphy ou Foll se battaient aussi, alors...

Zagan avait sauté sur ses pieds quand de telles pensées lui étaient venues à l’esprit.

« On en reparlera plus tard. Il semble que quelque chose se soit passé proche de Néphy et Foll, » déclara Zagan.

Et alors qu’il affichait une expression assez grave, Néphy et Foll n’étaient revenues saines et sauves qu’un instant plus tard.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. encore une fois merci pour tout ces beaux chapitre et le début de ce nouvel arc.

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire