Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 8

***

Chapitre 2 : Un Dragon que j’ai ramassé s’est trop attaché à moi, alors j’ai fait d’elle ma fille

Partie 8

« ... Franchement, c’est pour ça que c’est si pénible d’aller à son magasin. »

Tandis que Zagan redressait ses épaules et marchait, Néphy s’exprimait d’un ton un peu mécontent.

« Pourtant, je crois que c’était le bon choix de choisir la boutique de Manuela. »

Tandis qu’elle disait cela, Zagan regarda Foll, qu’il tenait toujours par la main. Foll marchait encore d’une manière un peu instable, mais elle semblait satisfaite des vêtements. Au moins, elle ne montrait aucun signe d’aversion pour eux, et elle avait même l’air heureuse d’une manière subtile.

Après avoir peut-être remarqué le regard de Zagan, Foll pencha la tête sur le côté.

« Quoi ? » demanda Foll.

« Eh bien... Ces vêtements... tu les aimes ? » demanda Zagan.

« Hmm. » Contrairement à ce qu’il attendait, elle acquiesça d’un signe de tête obéissant.

« Je vois. Alors, je suis content pour toi, » déclara Zagan.

« Mhm... Merci, Zagan, » elle parlait probablement du prix des vêtements. Foll ne souriait pas, mais elle avait dit ça sans non plus afficher de signes de nervosité.

Après cela, Néphy avait tenu la main libre de Foll. Et Zagan fut déconcerté par la façon dont ils étaient tous les trois alignés, marchant avec Foll au milieu.

Quel est exactement ce sentiment... ? On pourrait peut-être la décrire comme étrangement chaleureuse, ou peut-être comme le bonheur. Quoi qu’il en soit, ce n’était certainement pas un mauvais sentiment, mais c’était une émotion qu’il n’avait jamais ressentie auparavant.

Serait-il juste d’appeler cela de l’affection ?

Cependant, c’était un sentiment différent de celui qu’il éprouvait lorsqu’il sentait que Néphy lui était chère... c’était différent de l’amour.

Zagan s’était ensuite remémoré des mots que Manuela avait utilisés tout à l’heure.

Plutôt que de frères et sœurs, tu présentes davantage une image d’un père et de sa fille..., en d’autres termes, ce sentiment serait quelque chose comme le « désir de protéger ». Et maintenant qu’il était conscient de la vérité qui se cachait derrière cette émotion en lui, Zagan avait perdu son sang-froid.

Ridicule... Moi, plus que quiconque... je veux protéger une morveuse comme elle ? Si quelqu’un comme Barbatos entendait qu’une telle émotion était encore en lui, il s’inquiéterait sans aucun doute sur le fait qu’il soit encore sain d’esprit.

Cependant, il est également vrai que Zagan, qui était un méchant à la surface, n’avait jamais eu l’occasion de s’occuper d’enfants.

Et pendant qu’il se creusait les méninges sur ce sentiment trouble auquel il était incapable d’attacher un mot, il aperçut une fille toute seule qui marchait droit devant lui.

Elle portait une chemise en soie et une jupe décorée de dentelle. Sa silhouette, alors qu’elle marchait lentement, débordait d’élégance. C’était une jolie fille aux cheveux roux qui se couvrait le dos jusqu’à la taille.

Elle avait l’air de réfléchir à quelque chose, alors que ses yeux étaient baissés dans une expression lugubre.

Zagan avait l’impression que son visage lui était familier, mais il ne se souvenait pas tout de suite exactement de qui il s’agissait. Dernièrement, ses occasions d’échanger un ou deux mots avec les habitants de la ville s’étaient multipliées.

Et ainsi, il avait simplement supposé qu’il s’agissait de l’une de ses « connaissances » alors qu’il tentait de passer à côté d’elle, mais la jeune fille avait eu l’air déconcertée lorsqu’elle avait aperçu Zagan.

« Z-Zagan ? » Il semblerait qu’elle connaissait Zagan.

Même sa voix est familière... À qui appartient-elle ? Tandis qu’il inclinait la tête sur le côté, la jeune fille regarda Néphy et fit un visage un peu soulagé, puis elle fut surprise de voir Foll entre Zagan et Néphy.

« A-Aucune chance... que vous deux... vous vous êtes déjà assez rapprochés pour avoir la chance d’avoir un enfant... ? » s’écria la rousse.

« N-N-N-N-N-N-N-N-N-Ne dis pas de telles choses éhontées ! Néphy et moi n’avons pas encore, euh..., » alors qu’il jetait un coup d’œil fugace sur Néphy, il remarqua que même ses oreilles étaient devenues rouge vif. Et quand leurs yeux s’étaient croisés, ils avaient tous les deux détourné leur regard en pleine panique.

Je me demande... que pense Néphy de l’idée.

Même Zagan était à peu près au courant de la façon dont les enfants étaient mis au monde. Cependant, lorsqu’elle avait demandé « pouvons-nous coucher ensemble », il ne semblait pas qu’elle comprenait vraiment ce qu’elle insinuait. Alors, était-ce vraiment bien pour lui de poser ses mains sur la peau douce et sans tâche d’une fille qui ne connaissait même pas la signification d’un rendez-vous nocturne ?

Tandis que Zagan était angoissé par de telles pensées, celle qui ne pouvait pas suivre la situation, Foll, pencha la tête sur le côté.

« Zagan, qui est-ce ? » demanda Foll.

« Oh, c’est vrai, qui es-tu ? » Peu importe la façon dont il la regardait, il s’agissait de l’une de ses connaissances, mais il n’arrivait pas à se souvenir clairement d’elle. Et alors que Zagan lui demandait cela d’un ton suspicieux, la fille et Néphy furent toutes deux complètement choquées.

« I-Impossible... tu ne te souviens même pas de moi ? » s’écria la rousse.

« Maître Zagan, c’est Chastille ! » s’écria Néphy.

Des larmes se formaient rapidement dans les yeux de la jeune fille, et Néphy lui disait cela en étant grandement agitée. En voyant le visage de cette fille au bord des larmes, Zagan avait finalement réussi à l’associer à la « Chastille » dans ses souvenirs.

Il ne l’avait pas reconnue parce qu’elle ne portait pas son Armure Sacrée, n’avait pas son Épée Sacrée. En plus, ses cheveux roux étaient même dans une coiffure différente.

Elle a l’air en bonne santé. C’est une bonne chose. C’était inquiétant qu’elle ne porte pas la tenue d’un Chevalier Angélique, mais elle était au moins en sécurité.

« Ah, alors c’est toi ? Écoute-moi, Foll, cette fille est... Voyons voir, ce serait correct de dire qu’elle est l’amie de Néphy ? » déclara Zagan.

« Oui. » En regardant Néphy effectuer un signe de tête rapide, la jeune fille — Chastille, avait finalement mis sa main sur sa poitrine en poussant un soupir de soulagement.

Chastille avait obtenu les titres d’Archange et de Vierge à l’Épée Sacrée. Et comme ces deux titres l’impliquaient, son moi habituel était une figure galante vêtue de l’Armure Sacrée de l’Église qui portait le fardeau de manier l’une des douze Épées Sacrées se trouvant dans le monde.

... Cependant, il semblait qu’après avoir enlevé le vernis, elle était réduite à un état si ordinaire.

« Alors, euh ! C’est quoi cette tenue ? » Comme Zagan le lui demandait, Chastille hésita carrément à lui dire.

« C’est, euh... Pour l’instant, je suis... suspendue, » répondit Chastille.

« Quoi ? Tu as été viré ou quoi ? » demanda Zagan.

« Tu te trompes, tu entends !? » Chastille était agitée, comme si Zagan avait raison.

Les sorciers et les Chevaliers Angéliques étaient des ennemis mortels, mais Zagan avait quand même sauvé Chastille malgré tout cela. Et en retour, Chastille avait une fois déclaré qu’elle protégerait Zagan depuis l’intérieur de l’Église.

Cette pensée même était en quelque sorte un échec face à ses devoirs en tant que Chevalier Angélique. Par conséquent, que l’Église l’avait exilée n’était pas un scénario très improbable.

Après avoir un peu réfléchi, Chastille croisa les bras et détourna le visage en un clin d’œil.

« M-Mes affaires ne te concernent pas vraiment, n’est-ce pas ? Plus important encore, qu’est-ce qu’il a avec cette enfant ? Je ne t’aurais pas imaginé en tant que kidnappeur, mais..., » déclara Chastille.

Après que Zagan ait détourné son regard, il avait tapoté Foll sur la tête à plusieurs reprises. Le capuchon à oreilles de chat tremblait, mais il était bien collé sur ses cornes et ne montrait aucun signe de vouloir partir.

« Celle-là est aussi une sorcière. Pour ce qui est des liens qui nous unissent, tu peux imaginer ce que tu veux, » déclara Zagan.

« Eu-Euh... ? » Chastille avait fait un visage extrêmement déconcerté en imaginant quelque chose, mais Zagan n’y avait pas prêté attention. Après tout, alors que cela se produisait, il pouvait entendre une autre voix venant de plus loin.

« Lady Chastille ! Il est dangereux pour vous de vous promener seule ! »

« S’il vous plaît, permettez-nous d’être vos escortes ! »

Les trois Chevaliers Angéliques étouffants de la dernière fois s’étaient précipités. Et quand ils avaient remarqué Zagan, ils s’étaient mis en travers de son chemin comme pour protéger Chastille.

« Grrr, tu es ce bâtard de Zagan ! Que fais-tu à Lady Chastille ? »

C’était difficile d’oublier ce lot répugnant, alors Zagan avait acquiescé.

« Ah, vous êtes... les Trois... Les Idiots du Ciel d’Azur, c’est ça ? » demanda Zagan.

« C’est les Trois Chevaliers du Ciel d’Azur ! »

« Peu importe. Je n’ai pas vraiment d’affaires à faire avec elle... Hm !? » déclara Zagan.

Juste au moment où il était sur le point de les chasser, juste à côté de lui, les yeux de Foll s’illuminèrent d’une soif de sang. Et sur son bras... se trouvaient les griffes transformées d’un dragon.

« Arrête ça, » déclara Zagan d’une voix basse, ce qui fit au début trembler le corps de Foll.

« ... Pourquoi ? » demanda Foll.

« Néphy a beaucoup d’amis dans cette ville. Si nous devons nous déchaînés ici, des gens mourront. » Foll avait fait une tête extrêmement insatisfaite de ses paroles, mais elle avait quand même arrêté.

Ces trois idiots ont-ils aussi un différend avec Foll ? En voyant comment ils étaient devenus hostiles dès qu’ils l’avaient vu, il était facile d’imaginer qu’ils auraient pu également s’impliquer avec d’autres sorciers.

Cependant, les trois Chevaliers Angéliques n’avaient même pas remarqué la soif de sang de Foll et, par conséquent, n’avait fait que fusillé du regard Zagan. En pensant à sa tenue habituelle, l’Apparition Valefor, il était compréhensible qu’ils n’aient pas pu l’associer à la silhouette actuelle de Foll.

Pressentant que cela allait devenir gênant, Zagan agita la main comme pour chasser les Chevaliers Angéliques.

« Si vous n’avez rien à faire avec moi, alors partez. Je suis occupé aujourd’hui. » Et même s’il ne l’était pas, ce n’était pas vraiment bon pour le sorcier Zagan et une bande de Chevaliers Angéliques d’avoir une conversation dans un endroit aussi visible. Cela ne dérangeait pas vraiment Zagan, mais il y avait une forte probabilité que quelque chose de grave arrive à Chastille.

Cependant, on dirait qu’elle est troublée par quelque chose..., il pensait à Chastille. Cependant, même si l’Archidémon Zagan donnait un coup de main à Chastille, l’utilisatrice d’une Épée Sacrée, cela ne lui ferait que du mal, et cela ne serait nullement une aide.

Les trois Chevaliers Angéliques lâchèrent alors un grognement avec un « Hmph ».

« Pour commencer, nous ne sommes pas capables de parler à des damnés comme toi ! »

« Allons, nous devrions partir, Lady Chastille. S’il vous plaît, pensez à votre propre sécurité maintenant. »

« Euh, ah, attendez... »

Peu de temps après avoir coupé dans la conversation, les Chevaliers Angéliques étaient partis avec Chastille. Cependant, Zagan n’avait pas manqué d’entendre les mots qu’ils avaient laissés derrière eux à la toute fin.

Pensez à votre propre sécurité maintenant. Il semblait qu’elle s’était encore une fois mise dans le pétrin.

Néphy avait probablement aussi réalisé la vérité. Ses yeux étaient emplis d’anxiété en voyant Chastille partir.

« Je me demande si Chastille va bien, » demanda Néphy.

« Qui sait ? Cependant, même comme ça, elle semble être populaire. Elle a d’autres personnes sur qui elle peut compter, » déclara Zagan.

Si Archidémon Zagan s’en mêlait, ça ne ferait qu’aggraver sa situation. S’il avait dit qu’il n’était pas inquiet, alors ce serait un mensonge, mais en ce moment il était plus inquiet de l’attitude de Foll quand elle avait regardé les Chevaliers Angéliques.

« Mettons ça de côté, Foll. Ces types t’ont-ils fait quelque chose ? » demanda Zagan.

« Qu’y a-t-il d’étrange... à propos d’un sorcier qui déteste les Chevaliers Angéliques ? » demanda Foll.

« Rien ? C’est tout à fait naturel, » déclara Zagan.

On aurait dit que Foll ne voulait pas en parler. Le bras qu’elle avait transformé en celui d’un dragon était redevenu normal, mais elle avait carrément éludé la question.

C’était une haine claire et précise, n’est-ce pas... ?

Cela différait fondamentalement de l’hostilité qu’elle avait manifestée l’autre jour lorsqu’elle avait attaqué le château de Zagan. Si elle avait montré ce genre de haine envers Zagan à l’époque, il n’aurait probablement jamais pensé à la garder à portée de main.

Et, tandis que Zagan haussait les épaules, il regarda au loin dans la direction où Chastille et les autres s’en allaient. Ce serait bien si ça ne devenait pas quelque chose de gênant...

Cependant, alors que Zagan poussait un soupir, il ne se rendit pas compte que Chastille essayait déjà de le protéger de « quelque chose de gênant ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire