Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 10

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Un Dragon que j’ai ramassé s’est trop attaché à moi, alors j’ai fait d’elle ma fille

Partie 10

Une énorme bibliothèque était apparue lorsqu’ils avaient atteint le bas de l’escalier. Le plafond perçait jusqu’à l’étage supérieur et les étagères étaient alignées aussi haut qu’on pouvait regarder.

Selon une estimation approximative, il y avait probablement des dizaines de milliers de livres. Il faudrait certainement plus d’une décennie pour tous les lire. Et parmi les tomes moisis, il y en avait beaucoup qui semblaient assez vieux, et même certains qui semblaient faits à la main.

Il s’agissait des livres que Marchosias avait passé mille ans à collectionner.

Après avoir tout observé, Zagan avait concentré son attention sur Foll.

« Bien jouer, Foll. Il semble que ce soit la véritable bibliothèque, » déclara Zagan.

S’ils avaient fouillé plus loin, il y avait peut-être d’autres passages secrets, mais la formule magique du dragon avait servi de sceau dans le hall d’entrée. De plus, cela avait été placé d’une manière qui se démarquait. Sa fréquence d’utilisation était élevée, mais la probabilité qu’il s’agisse d’un lieu extrêmement important était également élevée.

Après avoir parcouru de telles pensées dans sa tête, Zagan se retourna pour faire face à Néphy et Foll.

« Recueillez absolument tous les livres qui décrivent quoi que ce soit en rapport avec les démons ou l’Emblème de l’Archidémon, » ordonna-t-il.

Même si cela n’allait pas au fond des choses, tant qu’il rassemblait les circuits qui s’y rapportent, il pourrait finalement voir l’image dans son ensemble. Après tout, un sorcier pouvait toujours atteindre le cœur d’une affaire grâce à une bonne recherche.

Néphy souleva alors l’ourlet de sa jupe et se pencha en un salut.

« Certainement, cela sera fait selon vos désirs, » Zagan lui avait tout appris lors de leur dernière visite. Comme c’était la deuxième fois, elle s’était habituée à évaluer un livre en fonction du titre et de la table des matières. Et à côté d’elle, Foll leva les yeux vers Zagan comme si elle attendait quelque chose.

« ... Ça ne me dérange pas non plus si tu ramènes des livres que tu as en vue, » déclara Zagan.

« D’accord ! » Après que Foll ait dit cela et acquiescé, chacun d’eux était parti dans des directions différentes.

Pour l’instant, Zagan avait commencé par fouiller sur les étagères qui avaient été réunies.

Avec des archives de cette ampleur, il semblait possible qu’il y ait encore plus d’escaliers cachés ou autres passages secrets...

Par exemple, manipuler un livre sur une étagère pourrait révéler une zone cachée. On voyait souvent ce genre de piège dans le repère d’un sorcier.

Les archives de Marchosias étaient extrêmement vastes dans des circonstances normales, donc Zagan ne savait même pas par où commencer.

Alors qu’il marchait le long des étagères en parcourant les titres sur les tranches, il était arrivé face à Foll. On aurait dit qu’elle fouillait la même étagère de l’autre côté.

En regardant le visage de Zagan, Foll inclina légèrement la tête sur le côté.

« Zagan, tu as l’air heureux, » déclara Foll.

« Est-ce si évident que ça ? » demanda Zagan.

« Ça l’est, » répliqua Foll.

Zagan avait touché son propre visage en entendant ses paroles. Il ne savait pas s’il souriait vraiment ou non, mais son comportement lui avait fait réaliser qu’il était peut-être de bonne humeur.

« Et bien, en ce moment, j’ai tellement de livres à ma disposition. Pourquoi ne serais-je pas heureux ? » demanda Zagan.

« Je peux le comprendre, » de façon inattendue, Foll était d’accord avec lui. « Je ne déteste pas... lire des livres. »

« Je vois... » Zagan essaya d’imaginer la vue de cette petite fille portant un livre lourd alors qu’elle titubait. Il n’était pas Manuela, mais son visage s’était détendu face à cette pensée. Et en réponse à cela, Foll l’interrogea une fois de plus sur un ton empli de curiosité.

« Zagan, peux-tu lire dans le cœur des autres ? » demanda Foll.

« Euh... ? Qui sait... ? Je me le demande..., » sans comprendre le sens de sa question, il lui répondit comme s’il avait fait un faux pas, et inversement, Foll tourna son regard vers lui avec sincérité.

« Zagan, tu pouvais savoir ce que Néphy voulait... sans qu’aucun de vous en parle. » Elle parlait probablement de quand Zagan avait caressé la tête de Néphy tout à l’heure. Cependant, le fait de se dire cela délibérément avait donné envie à Zagan de mourir d’embarras. Et ainsi, il se gratta le bout du nez, comme s’il frottait pour se distraire.

« Néphy semble toujours connaître mes désirs et mes besoins. Si je ne la comprenais pas un peu, je perdrais la face. » Même s’il l’avait blessée et jetée dehors une fois, Néphy avait senti ses vrais sentiments et avait décidé de retourner à ses côtés. C’est pourquoi il avait voulu lui répondre en nature.

Et après qu’il eut clairement exprimé ses intentions, Foll baissa les yeux d’une manière un peu triste.

« Je suis tout simplement un peu... jalouse, » déclara Foll.

Entendant cela, Zagan avait plissé ses sourcils avec suspicions.

« Pourquoi parles-tu comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre ? » demanda Zagan.

« Hein, quoi... ? » s’exclama Foll.

« Je ne sais pas combien de temps vivent les dragons, mais Marchosias a survécu mille ans, » déclara Zagan.

Foll fixa Zagan d’un regard vide, comme si elle ne comprenait pas ses paroles. C’est ainsi qu’il avait dit ce qui suivait tout en détournant le regard.

« Après mille ans, on peut au moins en arriver au point où on sent de telles choses sans échanger de mots, non ? » Bien sûr, il avait aussi Néphy à ses côtés, donc il était pressé de rassembler des connaissances afin de lui permettre de vivre un aussi grand nombre d’années aussi aisément que possible.

En réponse à cela, Foll avait fait une grimace comme si elle ne pouvait pas croire ses paroles.

« Tu... resteras... avec moi... ? », demanda Foll.

« Je n’ai pas l’intention de me mêler de tes choix, donc ça dépend que de toi, » déclara Zagan.

« Je reste avec toi, » répondit Foll, puis elle s’accrocha au bras de Zagan.

Ce genre d’affection... n’est pas dans ma nature, cependant..., pourtant, il avait caressé la tête de Foll.

Ça avait duré un moment jusqu’à ce que Zagan réalise qu’il ne pouvait pas rester comme ça pour toujours. Et alors qu’il continuait à fouiller les archives avec Foll collée à son bras, elle leva soudain le visage.

« C’est... ? » Elle avait sorti un unique livre de l’étagère en prononçant ce seul mot. Et son visage était devenu incisif et agressif.

Le titre était « Les douze Épées Sacrées ». Les Épées Sacrées étaient les ennemies naturelles des sorciers. Il semble que ce soit un livre qui avait compilé des informations sur elles, mais... alors que Foll commençait à feuilleter les pages du livre, Zagan haussa la voix avec un « Ah ».

« Donne-moi ça un moment, » ordonna Zagan.

« Grrr..., » bien que Foll grognait et le regardait fixement, il n’avait pas le loisir de s’inquiéter de sa situation.

Des reproductions des lettres gravées dans les Épées Sacrées recouvraient les pages. Tandis qu’il les regardait, Zagan baissa les yeux vers sa main droite.

J’avais raison ! En le comparant à l’œil, l’Emblème de l’Archidémon présentait des caractéristiques similaires à celles des armoiries gravées sur les Épées Sacrées.

Ce n’était pas suffisant pour dire qu’ils se ressemblaient parfaitement. Cependant, s’il s’agissait de lettres, alors on pouvait dire qu’il y avait beaucoup de parties communes. Fondamentalement, il semblait qu’ils avaient la même origine culturelle.

Comme les similitudes étaient si mineures, cela n’avait même pas touché une corde sensible lorsqu’il avait à nouveau croisé Chastille, bien qu’il y avait aussi le fait qu’elle ne portait pas son Épée Sacrée plus tôt.

Toutefois, lorsqu’il avait comparé ce résultat à un document comme celui-ci, il était confiant dans son observation.

En d’autres termes, si j’enquête sur les Épées Sacrées, j’en apprendrai aussi plus sur l’Emblème de l’Archidémon.

S’il s’agissait de blasons du même système, le fait d’en connaître un lui permettrait de comprendre l’autre.

Tandis qu’il concluait ses hypothèses, Zagan referma le livre et le rendit à Foll.

« Bien jouer, Foll. Maintenant, va rassembler tous les livres relatifs aux Épées Sacrées. Je vais aussi regarder autour de moi, » déclara Zagan.

« Euh, OK... ! » Foll s’intéressait probablement aux Épées Sacrées à cause de son mépris pour les Chevaliers Angéliques. Mais quand même, sa voix était colorée par l’anticipation et la joie.

Après avoir transmis cet ordre à Néphy, les trois individus avaient fait le tour de la zone et ils avaient pu découvrir plusieurs tomes en rapport avec les Épées Sacrées.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire