Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Un Dragon que j’ai ramassé s’est trop attaché à moi, alors j’ai fait d’elle ma fille

Partie 1

« Chastille Lillqvist — votre autorité, en tant qu’Archange, est suspendue indéfiniment. »

En entendant cela de la bouche de son supérieur direct, le cardinal Clavwell, Chastille avait baissé la tête en silence. Et son Épée Sacrée était introuvable. Comme il s’agissait d’un symbole important de l’Église, il était maintenant enchâssé dans la chambre forte de l’Église.

L’origine de cette affaire était ce qui s’était passé il y a un demi-mois. Le siège du treizième Archidémon qui était devenu vacant fut donné à un jeune sorcier nommé Zagan. Et naturellement, l’Église avait voulu le vaincre ce Zagan tandis qu’il était encore inexpérimenté, et ils avaient ainsi commencé à rassembler leurs forces.

Cependant, la seule qui s’était opposée à cette idée avait été Chastille.

« Il m’a sauvé la vie deux fois. Je ne peux pas lui tourner le dos maintenant, » déclara Chastille.

Il y avait sûrement un moyen plus intelligent pour elle de prouver son point de vue. Cependant, même avec l’énorme puissance d’un démon face à lui, Zagan n’avait jamais faibli. En le voyant agir ainsi, Chastille avait eu honte d’elle.

C’est pourquoi je ne veux pas me battre contre lui, même si cela signifie trahir mon serment, pensa-t-elle.

En tant que détentrice d’une Épée Sacrée qui est la plus grande arme de l’Église, et pas seulement en tant que seule femme du groupe, Chastille bénéficiait d’un soutien important de la population, et pourtant elle avait choisi de faire quelque chose qui aurait pu facilement être considéré comme une hérésie.

Ils n’avaient plus le temps de s’inquiéter de l’assujettissement de Zagan, car le cardinal Clavwell devait plutôt penser aux problèmes causés par Chastille. C’était, en d’autres termes, la preuve qu’il n’y avait aucun intérêt à leurs actions au-delà de montrer ostensiblement l’autorité de l’Église.

En se contentant de désigner les sorciers comme étant des êtres maléfiques, ils avaient pu se justifier. C’est pourquoi tout renégat était automatiquement considéré comme un plus gros problème qu’un puissant sorcier.

La corruption de l’Église... est peut-être allée bien trop loin, alors que Chastille étouffait un soupir, les Chevaliers Angéliques derrière elle firent entendre leur voix.

« Attendez, Votre Éminence Clavwell ! Cette décision est beaucoup trop excessive. »

« Je suis d’accord ! Si vous prenez en considération les réalisations de Lady Chastille, il devrait y avoir une certaine indulgence. »

« De plus, maintenant qu’un nouvel Archidémon est apparu, diminuer le nombre d’Épées Sacrées sur le terrain ne fera qu’inviter le chaos ! »

« Vous trois, cessez ça ! » Chastille avait fait entendre sa voix rugueuse en réponse aux répliques des Chevaliers Angéliques.

En regardant ceux qui s’étaient tus sans hésitation, le vieux cardinal avait poussé un soupir funeste.

« Avez-vous tous l’impression que je n’ai aucun remords à devoir agir ainsi ? » Le cardinal Clavwell, qui semblait avoir encore plus vieilli, murmura comme s’il se lamentait.

« C’est..., » ainsi, les Chevaliers Angéliques n’eurent d’autre choix que de se taire en réponse.

Tout ce que je voulais... c’était protéger les gens qui criaient à l’aide... C’est pourquoi je suis devenu une Chevalière Angélique..., après avoir reçu une Épée Sacrée, elle était fière de son rôle en protégeant les masses innocentes de l’oppression déraisonnable des sorciers. Et avant même de s’en rendre compte, elle n’avait reçu rien d’autre que des ordres intitulés « doivent être éliminés » de l’Église, et elle n’était même plus capable de balancer son épée par sa propre volonté.

Et une seule phrase d’elle, comme quoi un sorcier n’était pas maléfique, avait causé ce tumulte massif précisément à cause de la loyauté dont elle avait fait preuve jusque-là.

Mais, avec ça, je suppose que j’ai au moins réussi à rembourser ma dette envers Zagan. Dans tous les cas, la formation de l’escouade d’asservissement serait grandement retardée. Il n’y avait aucune chance que ce sorcier astucieux ne prenne pas des contre-mesures contre l’Église, et elle avait dû au moins être capable de les aider en gagnant du temps.

Soudain, Chastille se souvint de l’elfe qui était à côté de Zagan. Même si c’était la femme de chambre du sorcier, elle agissait avec Chastille comme si elle était une amie. Et Chastille pensait qu’elles auraient vraiment pu être amies, si seulement elle n’avait pas été un Chevalier Angélique.

Bien qu’il soit beaucoup trop tard, une telle pensée chimérique lui traversa l’esprit.

Finalement, le cardinal Clavwell posa sa main sur l’épaule de Chastille.

« Chastille, ne faites pas cette tête résignée. Avec le temps, je crois que je pourrai faire retirer votre châtiment, » déclara le cardinal.

Chastille le fixa d’un regard ébahi lorsqu’elle entendit ces paroles pleines d’espoir.

« Qu’est-ce que... vous... ? » balbutia Chastille.

Le cardinal Clavwell regardait Chastille comme s’il veillait sur une fille bien-aimée.

« Une Épée Sacrée choisit son détenteur par sa propre volonté. Quelqu’un choisi par une Épée Sacrée ne languira pas éternellement dans la misère. S’il vous plaît, supportez ça pour l’instant. Ces vieux os vont à tous les coups rectifier la situation, » déclara Clavwell.

« ... Vos paroles sont bien plus que ce que je mérite, » répondit doucement Chastille.

L’Église était pervertie, mais il y avait peut-être encore un espoir de salut.

N’y avait-il pas au moins une personne qui s’était rendu compte de ça ?

Les coins de ses yeux devenaient chauds, mais l’expression du cardinal Clavwell restait sévère.

« Cependant, n’oubliez pas, Chastille. Je ne peux que tenter de vous protéger... sur le devant de la scène politique, » déclara-t-il.

« ... C-C’est à dire ? » demanda Chastille.

Le cardinal Clavwell avait poussé un soupir solennel, puis lui avait dit ce qu’il voulait dire d’un ton presque effrayant. « Le membre le plus terrible des Archanges, Raphaël Hyurandell, se dirige par ici. »

La simple mention de ce nom avait fait déglutir et frissonner Chastille.

Il s’agissait d’un grand homme qui avait continué à développer sa légende jusqu’à la cinquantaine. Encore plus que ses compétences à l’épée, sa nature cruelle avait fait que les mots « le plus terrible » soient attachés à son nom.

Le cardinal Clavwell l’informa ainsi de son arrivée imminente.

« La plupart des critiques à l’égard des Archanges ne deviennent jamais quelque chose de notoriété publiques. Cependant, j’ai entendu beaucoup de mauvaises rumeurs à son sujet, » déclara Clavwell.

L’homme que l’on craignait au point d’être appelé « le plus terrible » voyageait vers l’apostat Chastille.

Purger..., un seul mot imbibé de sang venait à l’esprit de Chastille, mais ce que le cardinal Clavwell avait à dire différait de cela.

« On dit qu’il essaie de créer une nouvelle force au sein de l’Église en rassemblant des individus partageant les mêmes idées. »

En entendant ces paroles, Chastille avait ouvert en grand ses yeux. Elle ne savait pas combien s’étaient joints à lui jusqu’à présent, mais il s’agissait de l’Église qui avait déclaré que les sorciers étaient tous mauvais. Parmi les Chevaliers Angéliques et les prêtres, il y en avait probablement beaucoup qui sympathiseraient avec ses idées.

L’Archange le plus redoutable s’emparerait d’encore plus d’autorité... Et vu le minutage de tout...

Il peut devenir un flambeau. La trahison de la Vierge à l’Épée Sacrée n’avait pas pu être rendue publique. Après tout, si un autre Archange l’abattait, ces rumeurs deviendraient un véritable tremblement de terre et secoueraient le monde. L’Église chancellerait grandement après ça.

Mais pour une fois, j’ai quand même suivi mon cœur. Son avenir s’était assombri et s’était refermé sur elle, mais elle ne ressentait aucun regret.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le travail.
    Un s en trop :
    « le plus terribles » soient attachés à son nom.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire